Ni Ombre ni Lumière

Ni Ombre ni Lumière dans Annonces dscn0166 

Bonjour à tous,

Je m’appelle Sylvie et je vous souhaite la bienvenue sur ce blog. Mon but en le créant était de vous faire partager ma vision de la spiritualité ainsi que ma perception de l’Univers tant intérieur qu’extérieur.  

Il va de soi que je n’ai aucune Vérité absolue à vous livrer. Je pense que c’est à chacun de s’introspecter, de chercher, de se remettre en question. Par conséquent si certains de mes articles vous choquent par un contenu trop éloigné de ce que vous-même vivez ou connaissez, je peux le comprendre. Mais gardez à l’esprit que le contenu de ce blog repose essentiellement sur mes propres expériences.

Une dernière chose, j’ai pu constater avec peine que mes écrits étaient parfois repris ici et là sans que mention soit faite de la copie. Merci à vous tous de respecter à la fois mon travail et la personne que je suis en ne vous appropriant pas ce qui ne vous appartient pas.

J’accepte que mes textes soient repris, TOUTEFOIS je vous demande en échange de mettre un lien vers la page d’origine et de mentionner l’emprunt.

Merci de votre compréhension.

Je vous invite également à visiter mes autres sites Ni Ombre ni Lumière le site  et Voyance et ésotérisme.

Articles récents

Tranquillement

Tranquillement 14072304262817181812405123

Bonjour à tous,

« Comment réagirais-tu si comme ta sœur et tes cousines tu avais un compagnon qui chaque fois que tu fais du shopping te faisait une remarque ? », me demande Roéchel.

Pourquoi tu me demandes ça ?

« Pourquoi pas ? »

Il le ferait une fois, une seule fois.

« Une seule fois ? »

Je me lève chaque matin pour aller travailler. Je ne veux rien entendre, pas un mot. Je gagne de l’argent, je le dépense comme je veux.

« S’il te parle d’économiser pour des projets communs ? »

Je ne suis pas si inconséquente. Je sais que chacun doit participer à la vie du ménage et qu’il faut tenir compte des projets communs. Mais à côté de cela, je ne veux rien entendre. 

« S’il te trouve tout de même trop dépensière et qu’il s’agace de voir comment tu dépenses ton argent ? »

Autrement dit, s’il est lui-même radin ?

« Non, simplement s’il trouve que tu as déjà beaucoup de vêtements ? »

Je lui expliquerais que c’est pour ma collection.

« Sérieusement. »

Je serais fâchée, très fâchée. Je ne comprends pas ce type de reproches. Du moment que je participe à la vie du ménage, comment peut-on me reprocher de profiter de l’argent que j’ai moi-même gagné ? Ce n’est pas logique. Cela me donnerait l’impression que l’on cherche à me contrôler.

« Bien, je voulais t’amener à reconnaître les limites de ta capacité d’adaptation. Imagine que ton compagnon te demande de ne plus écrire ou de renoncer à ton blog. Parce que franchement ce dont tu parles, ce n’est pas sérieux, la spiritualité ce n’est pas ça. »

Parce que c’est lui qui saura mieux que moi quel rapport j’entretiens avec le Divin ? Cet homme-là ne serait pas mon compagnon. La spiritualité et la médiumnité ont une place trop importante dans ma vie. Je ne pourrais pas faire fi à ce niveau-là.

« Personne n’arrive avec ses gros sabots. »

Certes, moi non plus c’est sûr. Mais cet écueil-là ne m’arrivera pas.

« Pourquoi ? »

Parce que mon âme m’enverra un drôle de rêve juste avant qu’on se rencontre me disant que je vais rencontrer quelqu’un et que ce sera ce genre de personnes, qui veut me contrôler. Et au réveil je me dirais au secours, oh non alors ! Mon âme me donne même des repères temporels dans ces cas-là. Et les rencontres se font exactement au moment annoncé.

« Et ton âme ne t’a pas dit quand tu rencontrerais la bonne personne ? »

Hélas si elle me l’a dit. J’avais pourtant demandé que ce ne soit pas le cas. La vilaine. Et quand j’ai voulu faire semblant de ne pas l’avoir entendue elle a répété, la méchante ! Qui a besoin d’avoir ce genre d’infos ? Je parie que certains doivent se dire, c’est une chance. Imaginons, on vous dit que c’est pour dans 20 ans, vous êtes contents ?

« N’est-il pas justement étonnant de constater que quelques personnes t’avaient prédit quasiment la même chose ? »

Je me souviens avoir espéré que toutes ces personnes se trompent.

« Tu reçois aussi des messages intéressants, du moins que tu peux trouver intéressants. Parce qu’exploitables. »

Oui, cette année serait une bonne année pour le travail.

« Autant en profiter. Tu as déjà pu quitter une situation qui ne t’apportait vraiment plus rien. L’année n’est pas finie puisque les messages continuent d’affluer. Il y a peut-être d’autres opportunités à créer par exemple. » 

Par exemple oui.

Tu vois, peut-être que tu aurais moins besoin de t’adapter au monde extérieur si finalement ton monde intérieur pouvait ressortir d’une manière ou d’une autre. Pourquoi pas par le travail ?

Nous voyons que tu apprécies de faire de la gym tous les soirs. »

Oui, ça me plait bien en fait, je suis contente. C’était tellement simple, je n’arrivais à m’inscrire dans un club, à suivre les DVD plus de deux fois. Il suffisait que je me compose un programme chez moi. Je l’ai fait à partir d’un petit livre à 5 € ! Mais les exercices proposés sont bien je trouve. Ils font travailler tout le corps. Et puis je peux mettre de la musique douce. J’aime la gym sur de la musique toute douce, pas comme en salle ou sur les DVD.

« C’est parce qu’en vérité tu es une personne très douce. Seulement, tu as l’habitude d’agir durement. Et tu exerces un métier qui cristallise parfaitement cela. Tu te retrouves souvent en position de devoir t’opposer à des gens. Sans pouvoir leur rentrer dedans. D’où la nécessité de t’adapter. D’où le fait que tu supportes de moins en moins les réunions de famille qui s’éternisent ou les environnements peu calmes.

Tu as besoin de revenir à ce que tu es et autant te le dire franchement, ce n’est pas dans le droit que tu le trouveras. Même en changeant de branche. Certains te voient avocate, ils ne savent pas qui tu es. Mais c’est la preuve que tu sais t’adapter.

Essaye d’être toi-même maintenant. Prends tranquillement ton temps. D’accord ? Achète une robe si tu veux une robe. Ne te casse pas la tête. Laisse juste venir. »

Merci Roéchel.

Bonne journée à tous ;)


Burn out

Burn out 14072203142817181812403041

Bonjour à tous,

« Alors ma belle Sylvie, tout va bien ? », me demande Roéchel.

Je croyais…

« Pourquoi as-tu crié au point de te faire mal à la gorge ce matin dans la voiture ? »

Parce que ce weekend je l’avais prêtée à ma mère (elle prête la sienne à mon frère) et elle avait oublié d’éteindre les feux.

« Mais la voiture a démarré donc ta batterie n’est pas vide. Il n’y avait aucune raison de t’emporter de cette façon. A priori. Tu te souviens des énormes efforts que tu devais faire quand tu passais ton permis de conduire ? Tu devais te battre contre toi-même pour respecter toutes les règles et toutes les consignes et cela t’était très difficile.

Il est temps que nous parlions sérieusement, la vérité est que tu es toujours au bord du burn out. Ce n’est pas cette histoire de feux qui t’a mise en colère. Tu passes ton temps à faire d’énormes efforts d’adaptation, tous les jours. Et cela t’épuise mentalement. Cet accident de voiture, ceux que tu as failli avoir le lendemain…

Cette intoxication alimentaire, ces maux de ventre qui apparaissent quoique tu manges dès que tu dois fournir trop d’efforts d’adaptation…

Tu vas vers une blessure physique. C’est le plus vraisemblable. Tu veux l’éviter ? Tu fais oui de la tête. 

Change de travail. Prends ton temps, cherche ce que tu as vraiment envie de faire. Prends tout ton temps mais dis-toi que tu as assez donné. Dis-toi simplement cela. »

Merci Roéchel.

Bonne journée à tous ;)  


Il suffit d’y croire

Il suffit d'y croire dans Méditation 14072104294617181812400684

Bonjour à tous,

Le message est dans l’image. Il suffit d’y croire parfois.

Bonne journée à tous ;)


Pardonner au jeune Haïtien

Pardonner au jeune Haïtien 14072004302817181812399174

Bonjour à tous,

Il y a quelques années je vous ai parlé du jeune Haïtien que mon oncle et ma tante avaient accueilli chez eux. Il avait commis des attouchements sexuels sur la personne de la jeune petite-fille de mon oncle (fille de son fils, issu d’un premier mariage). Cela m’avait beaucoup touchée. D’autant que l’enfant avait été choquée, il l’avait terrorisée pour qu’elle ne dise rien.

Ma mère a croisé ce jeune homme il y a quelques jours, il est venu la saluer. Il a dit qu’il avait changé, il s’investit dans le sport, dans ses études. Elle me dit qu’il est évident qu’il a beaucoup mûri. Ma mère porte souvent un regard juste sur les gens. D’après la loi il peut rester ici jusqu’à ce qu’il ait obtenu son bac. Il est arrivé en Martinique pour se faire soigner après le tremblement de terre qui a tué sa mère et une de ses sœurs et dont il garde des séquelles.  Il dit qu’il ne sait pas encore s’il souhaite continuer ses études. Si tel n’est pas le cas, il devra retourner en Haïti. 

En ce qui me concerne, plus vite il repartira, mieux ce sera. Je ne veux pas le voir, je ne veux pas lui parler, je ne veux pas l’écouter. 

« D’autres sont parvenus à lui pardonner, ma belle enfant. », me dit Lauviah.

Grand bien leur fasse.

« Comment va la petite fille aujourd’hui ? »

Beaucoup mieux heureusement. Cette histoire semble derrière elle.

« Pourquoi ne peux-tu pas pardonner ? »

Je n’en ai pas envie. Il l’a terrorisée exprès pour qu’elle ne dise rien et pouvoir continuer à s’en prendre à elle.

« Si jamais il vient vers toi dans la rue ? »

Je changerai de trottoir.

« Le pardon est une force qui libère. »

Jamais je n’avais été aussi déçue par une personne. En outre, je ne pensais pas voir ce genre de choses de si près un jour, je ne pensais vraiment pas. Pour moi la famille est une espèce de cocon. Il s’en est pris à l’une d’entre nous alors que nous l’avions accueilli dans ce cocon justement. A mes yeux c’est très grave.

Je le considérais comme mon cousin. Tu sais ce que cela signifie.

« Et s’il avait vraiment été l’un de tes cousins ? »

Cela ne serait jamais arrivé. Aucun d’entre eux ne ferait ça. Je n’ai pas de cousin pervers, voilà je l’ai dit.

« Tu as des cousins qui ont vandalisé la maison de ta grand-mère et un oncle qui a littéralement spolié ses frères et sœurs en s’appropriant la maison de vacances de tes grands-parents défunts. »

Tu oses m’opposer cela ! Quel rapport ?

« S’il était ton frère ? »

Mon frère ? Ce n’est même pas imaginable. J’ai un frère. Quelqu’un qui ne ferait jamais ce genre de choses.

« Alors tu n’admets rien, ma douce enfant ? Aucun retour possible ? Tu penses pouvoir être un passeur d’âme et ne pas te rendre compte que les gens peuvent réellement prendre conscience de ce qui leur fait du mal ? »

Ce n’est pas pareil…

« Si c’est pareil. Il a compris ce qui ne va pas. Certes, cela ne peut pas signifier qu’il n’y a aucune chance pour qu’il recommence jamais. Mais dans ton travail, tu vois les juges prononcer l’effacement des dettes de certaines personnes. C’est ce que vous appelez, la seconde chance.

Ne crois-tu pas que tout le monde y ait droit ? Chacun fait ce qu’il veut ou plutôt ce qu’il peut ensuite, de cette seconde chance.  Ce n’est plus l’affaire du juge. »

Nous, on garde trace. Quand une de ces personnes revient pour demander un prêt, on se souvient qu’il y a eu effacement de la dette. On lui dit qu’avant d’envisager un nouveau crédit, il faudra nous payer d’abord.

« Est-ce légal ? »

Disons qu’on ne formalise pas par écrit…

« Tu es juriste, tu conseilles aux agences de respecter les ordonnances. »

Bien sûr.

« Elles le font parfois à reculons. Alors tu hausses le ton. »

On ne peut pas virer un client parce qu’il a bénéficié d’une seconde chance. Légalement on en n’a pas le droit. La loi les protège. J’entends les chargés de clientèle au téléphone, voire les directeurs. Je comprends aussi, la seconde chance est accordée au détriment des créanciers. Qui est ravi de s’asseoir sur plusieurs milliers d’euros ? Alors qu’il faille en plus garder le client s’il ne veut pas s’en aller, on a un peu l’impression d’une double peine. En plus la loi est de plus en plus favorable aux clients en matière de surendettement et l’effacement de dettes de plus en plus courant. 

Mais il n’y a pas de mystère, la dette est là donc le mal est déjà fait. Il y aura forcément un perdant. Soit le client est ruiné, comme c’est le cas dans certains de nos dossiers. Soit il saisit la commission et c’est nous qui supportons des conditions de remboursement défavorables dans le meilleur des cas.

A moins de voir les choses sous un autre angle. J’ai traité un dossier où la Banque de France préconise un effacement de dettes de 9k €. Le gars est SDF, vit du RSA. Je n’ai pas insisté. Je n’ai pas l’intention de me battre sur ce dossier-là, le client n’a rien. En général pour 9k €, je proteste. Mais cette personne, acculée, a reçu les conseils d’une association d’aide aux sans abris. Je comprends qu’elle ait besoin d’une seconde chance. Je lui souhaite de pouvoir retrouver du travail, un toit, etc…

Mon chef a accepté mon avis en voyant le dossier. Mais si je te suis Lauviah, je devrais aussi effacer la dette du jeune Haïtien ?

« Il a envie d’aller de l’avant. Il a pris conscience de ses erreurs. Plusieurs personnes le pensent. Dont ton oncle qui a eu l’occasion de lui parler. »

Bon, j’espère qu’il prendra la bonne décision et qu’il poursuivra ses études à l’issue du bac. Sa sœur restée en Haïti a été obligée de chercher le premier boulot venu après le décès de leur mère. S’il veut un meilleur avenir, autant qu’il reste ici et qu’il fasse ce qu’il faut pour pouvoir repartir dans de bonnes conditions plus tard. 

Bref. 

« C’est mieux, ma douce Sylvie. Je t’aime. »

Je t’aime aussi.

Bonne journée à tous ;)


Combler les vides…

Combler les vides... dans Réponses 14071904555417181812396336

Bonjour à tous,

Samedi dernier j’étais au supermarché et je me disais que j’achèterais bien un nouveau jeu vidéo. Le lendemain, durant ma fête d’anniversaire (j’étais trop fatiguée pour le fêter quand je suis revenue de Nantes), le fils de mon beau-frère, seul petit garçon présent, s’ennuie un peu au bout d’un moment. Ma mère me demande de lui prêter ma précieuse console chérie (elle a de ces idées parfois !), pour ne pas passer pour la vilaine fille égoïste j’ai accepté (comme quand j’étais petite et que je prêtais mes jouets à contre-cœur, je sais je sais…).

Il a commencé à me demander un jeu, puis un autre. Et finalement Rayman que j’ai acheté il y a des années, en même temps que Zelda. Sauf que voilà, face à Zelda justement, il n’avait pas fait le poids. Je l’avais très vite mis de côté. Ce n’est que depuis samedi, quand l’enfant m’a demandé de l’aider que je me suis rappelée de la raison qui m’avait amenée à en faire l’acquisition. Et depuis je m’efforce de me limiter à un niveau par jour. Volonté, volonté, volonté !!!

La bonne nouvelle numéro 1 est que finalement je n’ai pas besoin d’un nouveau jeu. La bonne nouvelle numéro 2 est que ce n’est pas le seul jeu que j’avais laissé de côté. Vivement que je me repassionne pour les autres. Mais, quand j’aurai fini celui-là !

A certains moments on a le sentiment que l’on a besoin de nouveauté. Moi par exemple, cela fait quelques jours que je me dis que je referais bien ma garde-robe entièrement. Non je ne pense pas cela chaque semaine.

Mais justement, c’est un peu comme avec les envies de chaussures, en général quand j’ai envie de racheter plein de vêtements, c’est que c’est d’autre chose dont j’ai besoin. Nous avons tous nos codes personnels donc ce que je m’apprête à dire ne vaut que pour moi.  Quand je ressens de la lassitude devant ma propre garde-robe, c’est le signe d’une insatisfaction au niveau professionnel. Plus aucun vêtement ne m’intéresse plus parce que j’ai besoin d’une évolution à ce niveau.

Ce besoin de vêtements qui apparait me permet de ne pas avoir à appréhender une vérité dérangeante pour moi de manière trop abrupte. Toutefois, quand je commence à faire les magasins, comme par enchantement rien ne convient. Alors je me pose les bonnes questions, et vous l’aurez compris ce n’est pas par pur hasard que j’en suis arrivée à pouvoir déchiffrer mon code personnel.

Pourquoi prendre un tel chemin pour en arriver à parler de nos vides ? Tout simplement parce qu’ils n’existent pas. La sensation de vide résulte d’une incompréhension. C’est comme un câble qui serait débranché.  Si bien qu’en fait il n’y a pas de vide à combler mais des choses à comprendre.

On peut chercher à se remplir, on peut s’acheter plein de vêtements. Et accroître ainsi une insatisfaction indirecte que l’on comprendra encore moins. Ou alors on peut réaliser qu’on a déjà beaucoup de jeux vidéos.

Contrairement à mes guides je ne peux pas expliquer les concepts sans images concrètes. D’où le fait que j’aime bien prendre des exemples. Donc revenons sur le câble. Malheureusement il se trouve que pour le rebrancher, il faut retrouver la bonne prise. Parmi cinquante milliers.

L’ennui, le vide, l’exaspération, sont autant de signes clairs pour notre âme, qui nous indiquent ainsi que nos branchements sont soit trop usés soit erronés. La chose énervante étant que c’est à nous de déterminer quand ils sont usés ou quand ils sont erronés. Nous tout seul, sans aide. Et c’est là la principale difficulté en vérité.

Disons que vous êtes rendus au stade où vous parvenez à déchiffrer votre code personnel. Vous avez deux possibilités. Soit le message vous invite à faire quelques petits changements. Soit il vous indique clairement de prendre la porte.

Quand les branchements sont usés, il convient de prendre la porte. Avec les moyens dont vous disposez au moment où vous recevez le message. Je vais prendre un exemple bien clair et simple, le message peut-être de quitter la personne avec laquelle vous êtes depuis plusieurs années. Et que pour plusieurs raisons vous n’êtes pas spécialement pressé de quitter même si…

Le message peut être de quitter un travail. Votre implication dans une association. La seule vie que vous ayez mené jusque là et donc ce que vous connaissez.

Ce type de message ne passe pas, n’évolue pas, ne se tait jamais. Jamais. Il revient encore et encore sous différentes formes que vous finissez toutes par connaitre et reconnaitre. Cela fait des années qu’il m’est demandé de laisser tomber le droit. Le seul problème c’est cette histoire de branchements stupides. Figurez-vous que quand ils sont usés en fait, il faut trouver le moyen de les remplacer. Au départ.

Ce qui peut prendre du temps.  Parce que quitter, c’est juste une partie du message. La partie accessible. C’est comme avec un iceberg, le plus gros du message peut rester caché des siècles, peu importe.

Il faut comprendre que ce qui est caché, est ce qui est difficile à accepter. Aussi, la Source, Dieu ou le nom que vous voulez parce que c’est là qu’on est obligé d’admettre qu’Il/Elle existe, a fait en sorte qu’il nous soit impossible d’aller consciemment chercher des informations que nous ne sommes pas prêts à accueillir.

Elles sont distillées au compte-gouttes, sur de longues années, à mesure que nous nous ouvrons à nous-mêmes. 

Ce qui implique une chose bien désagréable concrètement. Reprenons le premier exemple, vous quittez X. Seulement voilà, le vide n’est pas comblé pour autant. Surprise !

Il reste à comprendre pourquoi X ne pouvait pas rester dans votre vie et pourquoi bien entendu le problème ne venait pas de lui ou elle. Ensuite, il faudra faire la paix avec vous-mêmes. Car vous serez bien fâchés. C’est normal. Ceci fait, le vide se remanifestera différemment. Mais vous le reconnaîtrez, vous saurez qu’il s’agit toujours du même, ce même vieil ami. 

La difficulté reste le message de départ qui est en fait incomplet. Le vrai message vous révèle l’objectif que vous poursuivez et donc la raison pour laquelle vous devez (oui devez et non pas pouvez) passer par un chemin précis.

Ce qui nous ramène à un point sur lequel je ne m’étendrai pas, la compréhension que le libre-arbitre est un leurre. Passons donc vite fait là dessus, et non je ne donnerai pas non plus d’explication suite à vos commentaires.

Dès lors que vous avez compris cela ceci dit, vous commencez à moins vous battre contre vous-mêmes, vous vous battez pour vous-mêmes. Alors, le message plus large, commence timidement à apparaitre. Jusqu’au jour où vous cesserez totalement de vous battre. Ce jour-là il s’étalera devant vos yeux. Mais ce ne sera plus important, vous l’aurez dépassé depuis longtemps.

La vie est mal faite ? Il faut voir. En attendant de comprendre que les vides ne sont pas des vides, on a le choix. Ou faire un beau voyage ou se trainer sur une route sans fin. Dans les faits, nous sommes une large majorité à alterner les deux. Que faire quand on se traine ? S’acheter des vêtements.

Bonne journée à tous ;)  


Le meilleur

10387579_761121920617591_4686087398698384206_n

 


Toujours à temps

Toujours à temps 14071801095817181812394467

Bonjour à tous,

« Certaines années sont marquantes à un niveau ou un autre.  Mais tu n’es pas prête à écouter ce que je voudrais te dire, n’est-ce pas petite Sylvie ? », me demande Anahel.

Si je veux bien t’écouter.

« Moi aussi je peux t’écouter. »

Je vais bien.

« Tu n’as rien à dire ? »

Non.

« Tu n’as pas encore fini l’histoire que t’a demandé Yahetel. »

Je vais la finir. Elle est longue finalement. 

« Elle devait faire trois pages tout au plus. »

Oui, comme quoi…

« Exactement, parfois les choses sont différentes de ce que vous imaginiez au départ mais, elles se révèlent intéressantes quand même. »

Il y a un collègue qui m’évite, pourquoi ?

« Une personne qui t’évite sans raison objective et alors que tu n’as rien à te reprocher sait ce qui la dérange et qui objectivement, ne te concerne pas. »

Tu as raison, il se lassera tout seul…

« Tu sais petite Sylvie, un jour tu auras ta maison. »

C’est « un jour » qui me gêne. Tout le monde voudrait pouvoir dater ses flashs ou prédictions, peu importe le mot…

« Mais tu constates qu’il faut pouvoir assumer ce genre d’informations. »

Comme tu dis.

« Quand une porte semble lointaine, c’est qu’il y en a au moins une autre d’ouverte, non loin. »

Je sais.

« Et cette porte qui s’ouvre, elle ne te plait pas ? »

Si, je la vois depuis tellement longtemps. Heureusement qu’à l’époque où je l’ ai vue s’ouvrir je ne recevais pas encore les précisions temporelles.  

« Au début de la nuit de l’âme vous est montrée la sortie. Et puis petit à petit vous comprenez qu’elle n’apparaîtra pas toute seule mais ce n’est pas un problème, vous avez la force de l’assumer. Comme toi aujourd’hui.

Tu sais, tout arrive toujours au bon moment. »

Je sais oui.

« Passe une belle soirée. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)


Il y a quelques jours

Il y a quelques jours  14071609374217181812391798

Bonjour à tous,

Il y a quelques jours j’ai eu un accident. Aucun blessé. Mais de beaux dégâts matériels, surtout sur la voiture de l’autre conducteur. La mienne aussi en a pris un coup ceci dit. Je voulais tourner à une intersection, j’ai regardé dans le miroir et je n’ai vu personne. J’ai regardé à droite, encore personne. Je me suis avancée en appuyant sur l’accélérateur.

Heureusement qu’il n’avais pas de passager avec lui. C’est la portière droite qui a tout pris. Le bas de caisse aussi a été touché. 

Je ne l’ai pas vu. Et je ne l’ai pas entendu non plus. Le soir venu on s’est donné rendez-vous et on a rempli le constat. Aujourd’hui il me rappelle. On a mal rempli le constat lui a dit son assureur. Il faut compléter en précisant que je lui ai refusé la priorité. C’est ce que son assureur lui a expliqué. 

Je l’ai déjà déposé. Je le lui ai dit. Il me dit qu’il faut que moi je contacte son son assureur pour dire que je lui ai bien grillé la priorité. Le fait est que j’avais un stop, mais on l’a précisé sur le constat.

Seulement il y a un souci, j’étais déjà engagée sur la route au moment où l’on s’est heurté. D’où le fait que son assureur réclame la précision. Je lui ai répondu que j’attends l’appel de mon propre assureur. (et le montant du malus)

La chose étonnante est que hier soir, j’ai failli avoir deux accidents. Dont une fois exactement le même que l’autre jour. Dans le premier cas, une femme est sortie d’une intersection offrant peu de visibilité à une telle allure que je me demande encore comment elle a pu freiner à temps. J’ai cru qu’elle allait me rentrer dedans.

Dans le second cas, une fois de plus j’ai regardé dans le miroir à l’intersection et je n’ai vu personne arriver par la gauche. A droite la route était libre. Je m’engage prudemment, pas comme il y a quelques jours et je vois une voiture rouge arriver à toute allure et faire un écart pour m’éviter. Je suis certaine qu’il n’y avait rien dans le miroir au moment où je me suis engagée.

« Le conducteur de l’autre jour aussi allait vite. Sinon il aurait pu t’éviter. Si tu ne l’as pas vu, si tu ne les as pas vus, c’est parce que la route dans les deux cas n’était pas droite, elle forme un angle. D’où le miroir. Mais si quelqu’un arrive vite, tu ne le vois pas. Or dans ces zones, la vitesse est limitée. Et tu te souviendras que quand tu effectues une manœuvre, ton pied n’est pas censé resté collé à l’accélérateur.  Toi aussi tu allais trop vite l’autre jour. 

Ta mère pense que ton assureur ne va pas t’appeler. », me dit Roéchel.

Je ne sais pas. C’est la première fois que je déclare un accident. 

« Tu verras. Mais si la situation ne tourne pas comme le voudrait l’autre conducteur, souviens-toi que tu as rempli le constat en toute honnêteté. Et vous l’avez signé tous les deux, vous étiez donc d’accord. Alors tu vis ta vie, tranquillement. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)


Liste des choses qui ne sont plus à faire

Liste des choses qui ne sont plus à faire dans Alimentation 14071602110717181812390309

Bonjour à tous,

J’ai pris une grande décision aujourd’hui. Je ne mangerai plus jamais de poisson. Voilà.

Plus sérieusement, maudits soient les produits pas frais.

Je vous dis à bientôt.

Bise à tous ;)

Articles plus anciens

Tisane !

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| Le Blog de la Médit'