Ni Ombre ni Lumière

Ni Ombre ni Lumière dans Annonces dscn0166 

Bonjour à tous,

Je m’appelle Sylvie et je vous souhaite la bienvenue sur ce blog.

Je vous invite à passer un moment avec moi ou si vous recherchez des pistes d’information, je souhaite que vous puissiez les trouver.

Dans tous les cas, j’espère que votre visite sera agréable.

J’ai conscience que tout le monde ne vit pas sa spiritualité de la même manière que moi mais, je ne partage que mon expérience.

Une dernière chose, j’ai pu constater avec peine que mes écrits étaient parfois repris ici et là sans que mention soit faite de la copie. Merci à vous tous de respecter à la fois mon travail et la personne que je suis en ne vous appropriant pas ce qui ne vous appartient pas.

J’accepte que mes textes soient repris, TOUTEFOIS je vous demande en échange de mettre un lien vers la page d’origine et de mentionner l’emprunt.

Merci de votre compréhension.

Bonne lecture et belle route à vous. 

Articles récents

En quête de…

En quête de... 17022312222717181814869608

Bonjour à tous,

« Tu as choisi de porter une petite bague toute simple aujourd’hui. », me dit Elémiah.

J’aime bien les petites bagues toutes simples. Je peine à en trouver qui ne soient pas en 9 carats. C’est dommage.

« Pourtant il existe de vrais artisans en Martinique ou en Guadeloupe. »

Je sais, ils font de beaux bijoux mais parfois je cherche des petits bijoux fins et je ne les trouve pas en 18 carats. Ou alors avec des pierres superbes mais qui rendent les bagues chères lol.

J’ai discuté avec certains, ils proposent désormais du 9 carats parce que les gens veulent de l’or pas cher. On m’a expliqué que la bague de fiançailles la plus vendue ici est une bague en 9 carats avec un zircon.

Dans un magazine national j’ai même vu qu’en fait la bague de fiançailles la plus vendue en France est une bague en argent avec un zircon !

« Tu n’as pas ce type de bagues ? »

J’en ai une, c’était un cadeau de noël il y a quelques années. Mais je l’aime bien, c’est une étoile. J’avais apprécié le geste.

« Tu n’achètes pas ce type de bagues. »

Non, tant qu’à faire, j’achète de vraies pierres quand je peux.

« Tu as compris pourquoi finalement ? »

Il y a cet espèce de besoin de pureté et d’authenticité qui devient de plus en plus fort…

J’ai besoin que ce je fais ait du sens et du coup certains achats doivent en avoir aussi. Alors je n’achète que des bijoux qui me plaisent vraiment et comme je suis une princesse capricieuse, ce sont les plus beaux qui me plaisent !!!

« Tu comprendras petit à petit mais sache que ce besoin ne va pas disparaitre, c’est l’inverse, il va s’intensifier. »

Ce n’est pas grave, au fond je me sens bien quand je suis cet élan.

« Passe une belle journée. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)  


Petit poignet

Petit poignet 17022209493717181814868541

Bonjour à tous,

« Un joli bracelet à moitié prix, quelle chance, n’est-ce pas ? », me demande Lauviah.

C’est sûr !

« La vendeuse était dubitative quand tu as dit vouloir l’essayer. »

J’avais vu qu’il était petit. Et qu’il était entouré de petits bracelets aux motifs colorés et enfantins. Je voulais quand même l’essayer !

Il y a des blogueuses mode qui achètent des vêtements et des ballerines au rayon enfants.

« Pourquoi ? »

Parce qu’elles sont petites et qu’une chemise à carreaux est une chemise à carreaux. Il n’y a pas écrit, pour enfants, dessus !

« Peux-tu t’habiller au rayon enfants ? »

Je peux porter des t-shirts Petit bateau en 16 ans. Ca compte ?

« Quelle est ta taille ? »

38.

« Ce n’est pas une taille enfant. »

Non lol !

« La vendeuse était hésitante à te laisser essayer le bracelet. »

Oui mais moi, je savais quelque chose qu’elle ignorait !

« Plusieurs autres jeunes femmes l’avait repéré. Trop sobre pour un bracelet d’enfant, trop petit pour les jeunes femmes auxquelles il plaisait, il ne trouvait pas acquéreur. D’où la baisse de prix. »

Même la vendeuse a voulu l’acheter, elle me l’a dit après…

Lol !

« Tu n’as jamais écouté ses mises en garde. »

Non, j’avais vu qu’il était petit, mais je savais qu’il m’irait, moi j’ai un mini-poignet !

Je revois la tête de la vendeuse, « pourtant moi aussi j’ai un petit poignet » a-t-elle ajouté.

Mais il n’était pas pour elle, il était pour moi !

« Il était pour toi, ma douce enfant. »

Oui ! Une super affaire et en plus pour une fois, j’ai un bracelet à ma taille lol !!!

« Ce qui est pour toi est pour toi. S’il était en solde c’est qu’il était en vente depuis un moment quand tu l’as acheté. Pourtant, il n’avait pas trouvé acquéreur. Même la vendeuse n’a pu l’acheter. Il ne lui allait pas.

Il était pour toi. Et ce qui est pour toi est pour toi. Peu importe qui a pu passer avant.

Tu vois, trouver la bonne personne c’est exactement cela. »

Lol !!! C’est trouver le bracelet qui habillera mon mini-poignet ?

« C’est trouver la personne que ton cœur laissera entrer. Puis s’installer. Pas celle qui aura un peu forcé l’entrée.

C’est facile de forcer ce type d’entrée. Il suffit de casser la serrure de votre vulnérabilité et d’offrir ensuite de la réparer. Vous vous laissez prendre le plus souvent.

Ton petit bracelet était en vitrine depuis un moment. Et un jour, tu as posé les yeux dessus.

Ce qui est pour vous est pour vous.

Il n’y a rien de mal à acheter une paire de ballerines au rayon enfants quand on a de petits pieds. Tu le comprends ? »

Je le comprends.

« Ce qui compte, c’est ce qui vous convient vraiment. »

Forcer l’entrée…

« Tous les hypersensibles pensent comme toi, il y a parfois trop de violence dans les jeux de séduction. Les autres peinent à comprendre ce sentiment. Toi tu aimes ce qui est fluide. Et tu exècres les rapports de force d’entrée de jeu pour une raison très simple, tu es une sacrée forte tête. »

Lol !!!

« Tu préfères les rapports francs. Comme beaucoup d’hypersensibles.

Je vois que tu as suivi les conseils d’Astaroth, tu as entamé ta toile. Prends ton temps. C’est une bonne chose d’accepter l’idée que tu es la personne qui peut apporter le changement que tu souhaites dans ta vie.

Dans quelques années beaucoup de personnes de ton milieu social regretteront de ne pas avoir une activité annexe. Même si comme toi elles gagnent leur vie décemment. Certaines choses vont se dégrader pour vous. Sans que cela ne t’obsède, tu fais bien dès à présent de considérer les ressources qui sont à ta disposition.

Tu es capable de sentir le vent, tu sais ? »

Je sais, je m’en suis déjà rendue compte. Mais ça ne se maitrise pas, si ?

« Ce n’est pas nécessaire. Sens juste le vent, laisse les informations arriver. Certains ont dû se demander pourquoi nous t’encouragions à aller dans une certaine direction maintenant.

Tu peux le sentir. D’autres aussi d’ailleurs. N’hésite pas à aller plus loin que ce que tu te crois capable.

Il y a ce qui de toute façon est pour toi et il y a la découverte et la compréhension que tout arrive toujours au bon moment.

Sens le vent, fais ce qui est bon pour toi. Tout suivra. »

Merci Lauviah.

Bonne journée à tous ;)  


Rose douceur

Rose douceur 17022111381417181814866105

Bonjour à tous,

« Tu n’as pas eu peur d’acheter un crayon pour les yeux d’une telle couleur ? », me demande Lauviah.

Les maquilleuses me disent, toutes les couleurs vous vont !

« Oui mais tu n’as pas eu peur du rose fluo ? »

Je sais que personne ne sera jamais choqué de me voir avec. Il y a une façon d’appliquer de tels coloris. Le maquillage des yeux se fait en dégradé. Il ne s’agit pas de couvrir toute la paupière dans une teinte flashy.

Je fais un trait au ras des cils, j’estompe en faisant un fondu avec une teinte neutre et claire par-dessus, puis j’applique le mascara. Et au ras des cils inférieurs j’applique un trait d’eye-liner noir fin. Sans déborder pour ce fameux effet Cléopâtre…

« Tu as déjà les yeux en amande. »

Exactement, donc inutile d’accentuer cela. En plus je n’aime pas du tout. 

« Tu aimes bien te maquiller les yeux. »

C’est ce que je préfère maintenant !

« Pourquoi n’achètes-tu pas un eye-liner argent ? »

C’est la seule couleur que je n’ose pas essayer.

« Pourquoi ? Le doré te va bien, c’est une couleur qui te va au teint. Mais l’argent t’irait aussi. C’est une couleur qui irait avec ton regard. »

Mon regard ?

« Oui. »

Je peux essayer. Mais en général ce n’est pas une couleur de jour. Les autres femmes la portent surtout en soirée.

« Si tu ne crains pas le rose fluo, tu sauras appliquer l’argent. »

Lol !

« Tu fais comme avec le rose, tu l’appliques juste en petites touches. Comme avec un trait fin. »

Oui, par exemple…

« Nous avons remarqué que tu travailles à réduire ton état de stress quasi permanent. C’est une bonne chose. Tu vois qu’une meilleure gestion de ton temps peut t’y aider.

Et nous savons que le fait de prendre le temps de te maquiller le matin t’aide aussi dans ce sens. Achète le crayon argent, ce sera amusant de te demander comment l’appliquer, avec quoi.

Tu n’as plus mal aux oreilles ? »

De temps en temps.

« De nombreuses personnes souffrent d’hyperacousie. »

Il n’y a pas de remède. Je ne suis pas constamment gênée mais quand je suis stressée, je me fatigue plus vite et si je suis fatiguée, j’ai mal aux oreilles.

C’est ce qui met le plus de temps à partir en l’occurrence. Je ne suis plus grippée, ma tension est remontée mais il reste les oreilles, heureusement que ce n’est pas intense.

J’évite d’écouter de la musique trop fort, comme d’habitude lol mais, en ce moment j’ai mal sans stimuli externe et les bruits des autres me dérangent.

Il faut que je déstresse un peu et ça passera.

« Une chance que tu saches comment gérer ce stress. »

Comme tu dis.

« Même si tu as reçu l’aide de l’ange qui sourit. »

Aussi lol.

« En même temps, tu exerces un travail stressant. »

Je ne peux pas tout changer d’un coup. C’est pourquoi j’essaye plutôt de gérer ce qui se présente.

« La douceur est nécessaire dans vos vies. Vous en avez tous besoin, que vous l’admettiez ou non.

Tu le sais, n’est-ce pas ? »

Oui.

« Ce rose te va très bien. Surtout juste au ras des cils, en un simple trait qui se fond dans le fard en dégradé. Cela donne un effet doux et non pas flashy.

Profite de la soirée. »

Merci Lauviah.

Bonne journée à tous ;)  

   


Pas le temps ?

Pas le temps ? 17022006580117181814862809

Bonjour à tous,

« Selon toi c’est le pire moment pour écrire ? », me demande Elémiah.

Je n’ai pas beaucoup de temps à cette heure-ci.

« Et qu’as-tu d’urgent à faire à cet instant ? »

Rien lol. Je n’ai rien de spécial à faire…

« Comment peux-tu ne rien avoir à faire et ne pas avoir de temps ? »

En général à cette heure, je me détends un peu avant de reprendre mes activités.  

« Et comment te détends-tu ? »

Je surfe sur le net et je regarde divers sites. Je passe aussi sur Facebook.

« Dirais-tu qu’il s’agit d’une activité constructive ? »

Non.

« Alors tu n’as pas de temps par contre tu en trouves pour des activités non constructives ?

Eh bien, essaye d’en trouver un peu pour des choses qui te tiennent à cœur ou qui te paraissent importantes. Ainsi, petit à petit tu te rendras compte que tu es riche de temps et qu’en plus tu en es maitresse. »

Merci Elémiah. Par ailleurs cette semaine on est de nouveau à Sainte Anne, sur une de mes plages préférées.

Bonne journée à tous ;)


Raison

Raison dans Féérie 17021911251517181814860223

Bonjour à tous,

« Et les petites filles qui ont grandi changent un jour de chemin, c’est bien naturel,

Et les petits cailloux qui apparaissent à leurs pieds ne les font pas trébucher car de toute manière, rien n’atteint ceux qui sont aimés,

Et qui voient le bleu du ciel,

Un jour tu sais que tu avais raison et tu peux démontrer que tu avais raison,

Tu ne vois plus de raison…

Tu vis, simplement. », me chantent les Fées avant de s’en aller lol.

Bonne journée à tous ;)  


Bien debout

Bien debout 17021904532417181814857190

Bonjour à tous,

Ma cousine est physiquement sortie d’affaire, ce qui est un soulagement. Bien entendu il reste à lui administrer les soins dont elle a besoin pour la maladie dont elle souffre. Mais elle sera prise en charge. 

J’espère simplement que l’essentiel de cette prise en charge ne sera pas que médicamenteuse. Je ne connais pas grand-chose à la manière dont sont soignées les maladies mentales mais je sens que je vais me renseigner un peu.

Enfin, je me sens nettement mieux aujourd’hui. C’était difficile d’arriver au travail avec en tête « son pronostic vital est engagé ». Du coup alors que mon boss me disait gentiment bonjour, je lui ai lâché, ma cousine a fait une TS !

Heureusement, il m’a écoutée. Ah la la, comme je ne sais pas gérer ce type d’émotions, je n’arrive pas à garder en moi ce qui me bouleverse. Ou plutôt je n’arrive plus. J’ai besoin de parler quand c’est comme ça.  

C’est marrant, il y a quelques années, j’intériorisais beaucoup plus les choses. Toutefois je ne regrette pas cette époque-là. C’est mieux de pouvoir parler de ce qui me bouleverse. Ce que j’ai eu l’occasion de faire plusieurs fois depuis hier et cela m’a bien aidée.

Cela ne change rien aux faits, c’est vrai.  Mais sans le poids de la détresse, il est plus facile de rester debout pour pouvoir faire face justement.

Parce que le fait de parler permet de se libérer des poids. Bien sûr il ne s’agit pas de les confier à d’autres. Tous ces poids sont essentiellement composés de nœuds et en discutant avec des tiers, on comprend des choses, on en accepte d’autres et petit à petit on dénoue les nœuds.

Ainsi on s’allège en trouvant de nouveaux outils finalement. Ou de quoi réparer ceux dont on ne voulait plus.

Je connais bien ce schéma-là, devoir réparer les outils dont on ne voulait plus. Il arrive qu’on ne puisse pas tourner le dos. Rien ne va mais il faut rester au moins un temps. Il faut faire avec ce qui est là devant nous et dont forcément on n’avait plus envie.

Je savais ma cousine malade depuis quelques années seulement je voulais tellement croire qu’elle était en train de reprendre le chemin d’une vie normale que ma seconde réaction à l’annonce de son hospitalisation a été la colère. Parce qu’il m’était rappelé que non, la jeune femme qui avait passé des semaines dans son lit sans trouver la force morale de se lever pour aller se doucher, n’allait pas mieux.

Il lui avait fallu des mois pour sortir de cette dépression. Certains jours elle était prête à essayer le matin mais l’après-midi, même soulever sa main semblait déjà trop compliqué.

Ce qui est là devant moi, c’est l’image de cette jeune femme à nouveau. Celle qui n’a plus goût à rien et manque tant d’assurance que l’envie ne suffit pas lorsque la dépression recule.

Elle ne recule pas loin ceci dit. Elle ne recule pas loin, malheureusement.

Elle a toujours des rêves, nous l’encourageons tous. Je suis le genre de personnes à qui les encouragements apportent un plus bénéfique. Elle, ils la portent, un peu.

Pas assez et ce ne sera jamais assez. Elle aura toujours besoin que quelqu’un soit là, avec elle. Et supporte ses caprices, entende ses doutes, l’aide à gérer ses très nombreuses angoisses. Car elle a de vraies angoisses.

Sa mère a eu l’énorme chance de trouver un mari qui ait eu le courage de rester auprès d’elle malgré sa propre maladie et qui ait accepté celle de sa fille.

Pour autant, je sais qu’il ne trouve pas la vie facile. La dernière fois que j’étais allée en vacances chez eux, il m’avait proposé d’aller faire un tour. A un moment donné on s’est assis sur un banc et à ma grande surprise il m’a fait part de ses désillusions, des difficultés engendrées par ma tante et ma cousine, de ses propres doutes.

Où cet homme trouve-t-il la force morale de gérer tout cela, je ne sais pas. Je vois simplement que sa croix ne s’allège pas.

Et je doute qu’il parte maintenant.

Du coup je pense aussi à lui en ce moment. La maladie des proches est une dure épreuve. Un fardeau.

Quand ma tante est décédée après cinq ans de lutte contre le cancer, son mari a ressenti un certain soulagement, nous l’avons tous vu.

Mais je vais être honnête, je ne l’en blâme pas. J’ai vu mes tantes éprouver le même soulagement après le décès de ma dernière grand-mère et là encore, je ne les blâme pas. 

Cela ne signifie pas que je souhaitais la mort de l’une ou l’autre, ce n’était pas le cas. Je dis simplement que je comprends le soulagement.

Je préfère l’autre soulagement évidemment, celui que l’on éprouve à l’annonce de la guérison.

Sauf que ce n’est pas toujours celui-là.

En fait il y a des situations où chaque jour on est obligé de se rappeler qu’on aime. Ma mère avait dû aider mon oncle à nettoyer le vomi mêlé de sang de ma tante après son embolie pulmonaire. Tout en faisant cela elle se disait que sa sœur était sur le point de mourir.    

C’est le pire spectacle auquel elle ait assisté, de son propre aveu. 

Toutes ces choses en générale, j’évite d’y penser. Ma cousine m’a rappelé leur réalité, la réalité d’une maladie qui entre dans la famille et s’installe durablement.

On ne peut pas fuir, il faut rester là, debout. Juste en acceptant la situation. Un travail sur soi, que je ne me vois plus faire seule. Il vaut mieux, je pense, trouver à se confier.

Pas seulement dans ce type de cas, dans tous ceux où la vie devient soudain tellement dense que l’on se demande comment on va pouvoir rester debout.

Que faire s’il n’y a personne ? Franchement, je rappellerai juste que j’ai créé un blog quand je me suis trouvée dans cette situation. Il n’y avait personne et je refusais de croire que nul ne pouvait comprendre et partager ce que je vivais.

Le temps m’aura donné raison lol. Parfois il faut créer la porte de sortie. Je me souviens de ce reportage où la directrice d’une association de défense des intérêts des lesbiennes disait qu’elle recevait souvent des jeunes femmes se plaignant de ne pas trouver l’écoute qu’elles auraient voulu dans les bars qu’elles fréquentaient. La directrice de l’association leur répondait, un bar est un bar. Si vous voulez un accompagnement spécifique, créez des associations, des structures.

Cela demande d’accepter l’idée que l’effort ne soit pas payant. On ne peut pas toujours savoir.

Je m’étais pris des claques sur les forums et pourtant j’ai quand même fait le choix de raconter ce que moi je vivais et qui correspondait à ma réalité.

J’aurais pu me prendre les mêmes claques ici ou n’avoir aucun lecteur. Je me souviens sur les forums techniques de ce blogueur qui trouvait injuste le fait que son audience ne décolle pas. Malgré ses efforts etc…

Qui peut garantir le succès d’une entreprise ? Si demain vous voulez créer un blog et que vous venez me voir, je pourrais vous donner des conseils. Mais je ne pourrais pas vous donner les clés du succès assuré.

Vous voulez que je vous fasse rire ? Je ne sais pas ce qui a fait le succès de ce blog-ci. Je sais que j’aime écrire et que cela me fait du bien.

Enfin, s’il n’y a personne donc, vous devrez ouvrir une porte vous-mêmes. Peu de personnes aiment cette solution-là, c’est plus facile quand il y a déjà une porte ouverte quelque part.

Mais j’ai appris que toutes ses démarches nous aident à nous sentir bien debout.

Bonne journée à tous ;)  

   


Coma artificiel

Coma artificiel 17021802172917181814854180

Bonjour à tous,

Je vois pourquoi tu parlais de l’importance de trouver le bon interlocuteur Astaroth.

« Je peux l’être ce soir pour toi si tu veux. Je te vois bouleversée par le geste de ta cousine et surtout la compréhension de ce qu’implique une maladie mentale non soignée.

Mais déjà tu es soulagée de savoir qu’elle vivra. Les médecins ont dit à ta tante qu’ils ne la laisseront pas sortir avant que le psychiatre ne l’y autorise, elle recevra les soins dont elle a besoin. »

Elle sera toujours, toujours, toujours malade en fait ? Je veux dire, toujours, toujours ? Toujours ?

Mais disons qu’elle sorte stabilisée et qu’au bout de quelques temps elle cesse à nouveau de prendre ses médicaments, elle pourrait recommencer ?  

Pourquoi est-ce qu’elle a arrêté de prendre ses médicaments ?

« Tu as fait des recherches sur ce dont elle souffre. »

J’étais obligée ! Il fallait que j’essaye de comprendre. Je ne suis pas médecin, borderline, c’était trop flou pour moi. Je veux dire, je n’arrivais pas à faire coller ce terme avec elle.

J’avais besoin de faire des recherches pour comprendre mieux.

Je n’aurais pas accepté sa mort, je te le dis. Pas elle. C’est tout.

Mais donc, il n’y a aucun espoir de guérison. Donc il faut qu’elle passe sa vie à prendre des médicaments. Et elle a choisi d’arrêter.

Elle dit qu’elle veut retravailler un jour, avoir de nouveau des amis. Ce n’est pas comme ça qu’elle va y parvenir ! C’est juste une idiote, elle m’énerve !!!

J’aime encore moins qu’on appelle chez moi à 3h du matin pour annoncer ce genre de choses !!!

Elle va recommencer un jour n’est-ce pas ? Je sais qu’elle va recommencer.

Est-ce que la paix est possible pour elle, dans cette vie ?

J’ai eu peur qu’elle meure. On m’a dit, son pronostic vital est engagé. Puis, elle respire seule. On l’avait placé dans un coma artificiel…

Je sais qu’elle vivra, cette fois. Dans toutes mes lectures, j’ai vu partout combien il est difficile de vivre avec une personne atteint de tels troubles. Parce qu’il n’y a pas de porte de sortie, n’est-ce pas ?

Il faut accepter. Je croyais avoir accepter. Je n’aime pas cette situation. Qui me renvoie à un rôle de spectatrice impuissante.

Je veux qu’elle prenne ses médicaments. Tous les jours. Mais quand elle les prend elle se souvient qu’elle n’a pas de travail, plus de logement à elle, plus d’amis, pas de copain.

Et elle voit qu’elle doit faire des efforts ne serait-ce que pour apprécier la vie. Elle les fait. Elle est restée souriante et très gentille. Elle veut perdre du poids.

Elle a toujours envié le corps de sa sœur. Et sa sœur d’une manière générale.  

Donc elle ne va pas guérir, elle va juste rester malade et prendre des médicaments pour pouvoir se gérer artificiellement.

Je le savais et c’est maintenant que je réalise ce que cela représente.

Je ne veux pas qu’elle meure, Astaroth. Il est évident que je ne vais pas demander pourquoi elle a fait ça. Je voudrais juste qu’elle souffre moins.

Je me souviens qu’elle n’avait pas aimé son premier traitement, il la rendait groggy. Ensuite il y a eu celui qui lui donnait plein de tics.

La dernière fois que je l’ai vue elle plaisantait, souriait. Je croyais qu’elle allait mieux, elle répétait que son désir était de retravailler.

J’ai de la peine, Astaroth. Heureusement que je n’ai aucune difficulté à trouver des personnes pour m’écouter aujourd’hui, cela m’a fait du bien.  

 Quand je pense à elle je la vois souriante. Mais je sais qu’elle n’est pas heureuse.

Ariel me dit qu’elle vivra cette fois. Je n’aime pas « cette fois ».

Mais je comprends. 

Il y a des tas de choses que je n’ai pas pu trouver dans mes lectures. Je n’ai pas pu trouver la réponse satisfaisante par exemple.

Je me doute que cela est lié au fait que concrètement cette situation ne saurait être satisfaisante.

Je ne peux pas rester là-dessus, je ne supporte pas qu’il n’y ait pas de porte de sortie quelque part. Alors j’ai cherché autrement. 

Je vois le fil de ses vies et je vois un défi trop grand pour son cœur qui a peur d’aimer. 

C’est curieusement ce qui m’apaise…

« Parce que cela te permet de comprendre. Tu es apaisée quand tu comprends.

Tu as compris que malgré la dureté de cette situation, elle suit son chemin. »

C’est ça. Bon. Que faire, rien d’autre que rester sur sa route en cas de besoin.

« Tu restes triste, tu réalises le poids d’une telle croix, pour elle et tous ceux qui l’entourent.

Souviens-toi que tu ne peux que porter la tienne et juste la tienne. C’est surtout cela que tu ne veux pas accepter.

Tu ne pourras pas la soulager de sa croix et tu n’as pas à le faire. Elle recommencera. Alors reste debout. Si tu ne peux l’aider elle, il y en a d’autres que tu pourras aider.

On te l’a dit aujourd’hui, au bout d’un moment, tout le monde voit apparaitre le ras-le-bol devant une situation qui ne s’améliore pas et ne peut s’améliorer.

Même avec les médicaments son plus gros problème reste l’estime qu’elle a d’elle-même.

Il va falloir qu’elle fasse sa part du chemin et tu l’as vu, elle aura le temps pour ça. D’une façon ou d’une autre, elle aura le temps pour ça. »

Merci Astaroth.

Bonne journée à tous ;)  


Voyages astraux

Voyages astraux 17021703461617181814852286

Bonjour à tous,

« Alors, tu reçois de la visite ? », me demande Elémiah.

Lol ! Je me réveille le matin et c’est comme s’il y avait quelqu’un.

« Est-ce désagréable ? »

Heureusement non. C’est surtout un peu étonnant…

« Ce n’est pas très grave. »

Je sais. Ca me fait rire… 

« Toi tu ne fais pas de rêve lucide. Tu ne fais pas de voyages astraux conscients mais par contre tu fais bien des voyages astraux, plus souvent que tu ne crois.

Il arrive que certaines dimensions mêlent des éléments du présent que tu connais, du passé que tu as connu et d’un futur aux contours très éloignés de ce que tu connais.

Il est difficile pour l’esprit conscient d’accepter un tel mélange. Mais l’âme trouve sa place des ces dimensions.

Tu te souviens qu’une fois, cette sensation était accompagnée d’une vision ? »

Je m’en souviens.

« Tu t’es réveillée avec une certitude en tête. »

Je me souviens, puis peu après je me suis dit, attends mais je délire, ce n’est pas la réalité !

« Ce n’est pas la réalité, aujourd’hui. Ce que toi tu appelles aujourd’hui. Mais c’est une réalité, hors de ton temps linéaire. Toi, tu as la sensation que quelqu’un, d’amical, est passé te voir.

C’est un peu plus complexe. »

En fait c’était ce que je ramenais de mes voyages astraux ?

« Pas ce que tu ramenais. Ou ramène. C’est ton âme qui t’amène dans des dimensions bien précises. Pour que tu acceptes plus facilement les informations qui doivent passer lorsque tu es consciente. »

En ce moment je ne me souviens pas de mes rêves.

« C’est normal, par contre il te reste des sensations au réveil et il y a cette certitude qui s’ancre de mieux en mieux dans ton esprit.

De l’avenir il y a ce que tu peux envisager, ce que tu peux désirer et ce que tu penses le plus probable. Seulement il y a également beaucoup d’inconnues à prendre en compte en plus des éléments auxquels pour diverses raisons tu n’as pas pu prêter attention tandis que tu vivais ta vie.

Tu ne peux avoir qu’une idée tronquée, fausse, de ce que peut être l’avenir le plus probable. Comme tout le monde. »

Je ne suis pas d’accord. Il y a des points sur lesquels on peut avoir une bonne idée de l’évolution possible.

« Tu te souviens de cette amie qui se plaignait de la façon dont la traitait son petit ami ? »

Oui. Elle ne faisait que se plaindre et lorsqu’elle me l’a présenté, il s’est montré odieux envers elle. Je me suis demandée pourquoi elle restait avec lui alors qu’il lui manquait de respect et qu’elle se plaignait sans cesse.

« Pourquoi restait-elle ? »

Elle disait qu’au lit c’était extraordinaire, qu’il y avait une fusion, une alchimie…

Elle a espéré un bon moment qu’ils puissent s’entendre normalement et avoir une vraie relation pour cette raison.

« Qu’est-ce que tu penses ? »

Je pense qu’elle aurait dû accepter plus tôt l’idée que c’était une relation agréable et l’assumer surtout. Elle avait du mal. Mais lui il savait ce qu’il recherchait, c’est pour ça qu’il la faisait tourner en bourrique ainsi.

En même temps, elle recherchait surtout des relations sérieuses alors elle ne voulait pas s’avouer que pour une fois…

« Tu serais restée avec lui ? »

Il s’est montré odieux avec elle devant moi juste pour l’humilier. Et lui rappeler que c’était elle qui lui courait après. Je ne souhaite pas ce genre de relations.

« Qui est-ce qui peut savoir que c’est ce qui l’attend ? »

Lol, personne !

« Personne. Il est évident que celui qui n’essaye pas n’arrivera jamais. Seulement cette évidence-là est rare dans vos réalités.

Penses-tu que la maman du petit garçon savait quand elle est enfin tombée enceinte que son fils souffrirait d’hydrocéphalie ? Tout le monde se demande pourquoi elle n’a pas avorté. Mais elle voulait cet enfant. Elle le voulait vraiment. »

Je ne sais pas quelle était la meilleure décision, je ne sais pas si j’aurais eu le courage de le garder en entendant qu’il avait la tête pleine d’eau. Il accuse un net retard. On voit qu’il ne se développe pas comme les autres enfants.

Je ne sais pas ce que j’aurais fait. J’espère ne jamais savoir. 

Quel avenir pour lui ? Aujourd’hui sa mère le couve mais demain ? Et y aura-t-il un demain ? Il y avait un enfant qui souffrait de la même pathologie là où travaille mon frère. L’enfant a fait une petite chute un jour, une toute petite chute. Malheureusement il s’est cogné la tête.

Il avait 12 ans.

En même temps quand on commence comme ça, moi j’étais prématurée. Ma mère m’a raconté que je ne tétais pas, je mangeais très peu.  Elle devait insister des heures. A 6 mois j’étais encore minuscule. C’est quand ma sœur est née qu’elle a pris toute la mesure de l’état dans lequel j’étais.

Elle m’a dit qu’elle est vraiment contente que l’enfant prématuré ait été le premier. Parce que sinon elle aurait eu peur.

Bon, il y a beaucoup beaucoup de choses qu’on ne peut pas prévoir. On ne voit pas au-delà des virages par exemple.

« Effectivement et parfois vous ne voyez même pas qu’il y aura un virage. Vous avez l’impression que la route est droite, relativement droite, à tort. »

D’où les voyages astraux.

« Voilà. Les cauchemars des interprètes des rêves. »

Ah il faut être médium pour déchiffrer ce type de songes. Les connaissances en psychologie ne suffisent pas. Déjà que certains ne savent pas comment appréhender les rêves spirituels, les voyages astraux…

Le problème ici ce sont les notions de temps et d’espace. Effectivement le passé, le présent, le futur, tout est mélangé et les lieux renvoient tous à quelque chose.

« Pour revenir aux tiens, comme tu as un fonctionnement particulier, tu n’as plus besoin de déchiffrer de messages, accepte les visions ou les messages qui t’arrivent au réveil. »

Bon, ils ne m’annoncent rien de vilain, donc ça va lol !

« Ils n’annoncent jamais d’avertissement pour toi. Cela peut arriver d’une manière générale ceci dit. »

Merci Elémiah.

Bonne journée à tous ;)  


Tu sais le faire

Tu sais le faire 17021603191817181814850053

Bonjour à tous,

« Cela faisait un moment que tu n’avais plus verni tes ongles dans cette couleur. », me dit Ariel.

C’est vrai, ces dernières semaines je préférais les couleurs claires.

« Mais ta couleur préférée reste le rouge sur les ongles. »

Définitivement. Mais ce n’est pas pour tout le temps. Je ne peux pas porter tout le temps le même vernis.

« Ou utiliser le même crayon pour les yeux toute une semaine. »

Je préfère changer tous les jours de maquillage des yeux. C’est l’avantage des yeux bruns. Toutes les couleurs vont.

« Tu as peu mangé ce soir. »

Après ce midi, je n’avais plus trop faim.

Il faut que je trouve le fard à paupières crème…

« Tu vas trouver quelque chose qui te plaira, comme toujours. »

Lol.

« Il y a toujours des choses à voir, à vivre, à faire, à concevoir et imaginer. Et tout peut trouver sens au final, s’inscrire dan un mouvement plus grand.

Parfois, il faut juste déplacer ses efforts pour que l’équilibre fasse disparaitre les maux de ventre psychologiques. »

Lol !!!

« Amène la Lumière, tu sais le faire. Amène la Lumière là où tu en as besoin. Comme quand tu as créé ce blog. Amène la Lumière là où tu en as besoin et vois jusqu’où les rayons se déploient.

Va toucher le ciel, juste avec un sourire. « 

Merci Ariel.

Bonne journée à tous ;)  

Articles plus anciens

Logique et raisonnement

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause