Ni Ombre ni Lumière

Ni Ombre ni Lumière dans Annonces dscn0166 

Bonjour à tous,

Je m’appelle Sylvie et je vous souhaite la bienvenue sur ce blog.

Je vous invite à passer un moment avec moi ou si vous recherchez des pistes d’information, je souhaite que vous puissiez les trouver.

Dans tous les cas, j’espère que votre visite sera agréable.

J’ai conscience que tout le monde ne vit pas sa spiritualité de la même manière que moi mais, je ne partage que mon expérience.

Une dernière chose, j’ai pu constater avec peine que mes écrits étaient parfois repris ici et là sans que mention soit faite de la copie. Merci à vous tous de respecter à la fois mon travail et la personne que je suis en ne vous appropriant pas ce qui ne vous appartient pas.

J’accepte que mes textes soient repris, TOUTEFOIS je vous demande en échange de mettre un lien vers la page d’origine et de mentionner l’emprunt.

Merci de votre compréhension.

Bonne lecture et belle route à vous. 

Articles récents

Cette partie de notre cœur

Cette partie de notre cœur  dans Amour physique 17032201284817181814937574

Bonjour à tous,

« La couleur que tu remarques le plus en ce moment est le rose. », me dit Lauviah.

Oui, mais c’est une de mes couleurs préférées.

« Imagine que tu aies quelqu’un en tête. Quelqu’un de bien réel, qui existe et qui n’est pas du tout dans ta vie. Tu aimerais cela ? »

Non.

« Imagine que cette personne ne soit pas seulement dans ta tête mais également dans cette partie de ton cœur que tu aimerais voir grandir. »

Un cas de figure peu attirant si cette personne est loin ou si on est fâché.

« Certains médiums peuvent rendre visite en conscience à certaines âmes liées. »

Je sais.

« Tu ne le fais pas. » 

Ben, non. Je fais comme Elédahiel a dit, je privilégie les rapports face à face.

« Tu préfères de toute façon. »

Bien sûr.

« D’autres aiment aller voir la personne qu’ils ne parviennent pas à oublier. Il arrive toutefois que ne souhaitant pas être vu, ils y aillent via des totems ou en activant leur capacité de dissimulation. »

Quelle calamité ces capacités-là. Et cela ne permet pas aux personnes curieuses comme moi de les voir arriver.

« C’est le but. »

Je sais que c’est le but, c’est injuste quand même. Moi je brille comme une lampe au milieu de la nuit. 

« Comme la majorité des passeurs-messagers. En plus vous avez le don de réunion. Tout le monde peut vous trouver. »

C’est ce que je disais, une profonde injustice. Les autres aussi devraient arriver avec des panneaux.

« Arrive un moment où des Elédahiel les empêche de se rapprocher davantage ou de se faire connaitre astralement. Il arrive un moment ou des Elédahiel leur font transmettre un message tel que, un vrai rapprochement n’aura lieu que dans la vie matérielle.

Cela oblige à se remettre en question, à se sonder, à se demander ce qui importe le plus. Car il demeure un risque. »

Lequel ?

« L’objet de vos pensées peut ne pas vouloir de vous sur ce plan matériel. Être rejeté par une âme liée est très douloureux. Car vous savez ce qui aurait pu se passer. Et vous sentez un vide se créer dans la partie de votre cœur que vous voulez voir grandir.

Ce vide-là est tel le froid qui vous saisit quand vous sortez de chez vous mal habillé au cœur de l’hiver. Et il n’y a ni manteau ni écharpe ni rien à proximité. »

Je saisis l’idée.

« Un hiver qui dure et qui est à peine réchauffé par le soleil qui apparait dans les autres parties de votre cœur. Tu évoquais les nuances. Tous ceux qui ont connu ce que vous appelez le grand amour connaissent cette nuance-là.

Rien n’est aussi idéal que l’amour qui grandit dans cette partie de votre cœur si spéciale.

Je t’ai dit que j’ai compris l’idée.

« Aussi, même si vous désirez la rencontre vous craignez la rencontre. Car celui qui sait, qui a déjà reconnu est celui qui risque d’être rejeté.

Celui-là tombera amoureux, profondément. Et aura besoin de sentir une réponse aux énergies qu’il déploiera.

Mais l’autre en face, celui qui dort disons, peut ne pas être prêt pour cette rencontre et cette histoire.

Laquelle sera difficile. Chaque jour il sera rappelé la nécessité de s’ajuster à l’autre. Il existe toutefois un chemin pour y parvenir, je ne développerai pas. Sciemment.

En bref rien n’est ni simple ni garantie dans la rencontre et l’histoire qui s’ensuivra. Sauf si ce n’est la profondeur du lien. »

Bon.

« De toute façon, vivre c’est expérimenter. »

Comme tu dis !

« Alors, le mieux, c’est de se laisser porter par moments. Et regarder grandir cet partie de votre cœur. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)  


Mille façons de dire les choses

Mille façons de dire les choses dans Amour physique 17032101433417181814935782

Bonjour à tous,

« Tu disposes de la capacité de rejeter tout ce dont tu n’as pas besoin. C’est souvent le cas chez les médiums hypersensibles. Seulement il s’agit d’une capacité qui a un revers.

Que faire quand tu ne trouves pas ce dont toi, tu aurais besoin ?

Ta réaction est généralement de chercher et trouver les éléments qui te permettront de combler ce besoin. Ce qui a pu amener certaines personnes à penser que tu t’étais incarnée dans le but de chercher et trouver des solutions aussi pour des tiers et surtout pour eux.

Des personnes qui même en te lisant n’ont pas réalisé que tu es davantage une pure chercheuse qu’une humaniste. Ce qui te plait c’est de comprendre et si au passage tu amènes d’autres à comprendre aussi, alors tu es contente. 

Parfois vous lisez ce que vous voulez. Tu as dit plus d’une fois que tu étais incapable d’écrire sur un thème qui ne t’intéressait pas. Ca ne vient pas si tu n’es pas au moins curieuse.

Et ce qui t’intéresse le plus, c’est l’être humain, pas la vie dans les étoiles. Tu ne passes pas ton temps à parler de tes explorations astrales parce qu’en réalité tu en réalises peu.

Tu peux manier tous types d’énergies. Mais tu n’es pas passionnée par la magie, tu aimes bien, c’est tout. Et quand tu en as besoin.  

Tu aimes démêler les nœuds ou voir au travers ceux des autres. Mais tu portes profondément en toi la connaissance du fait que tout s’ouvre à ceux qui sont prêts et tu respectes cela.

Tu n’aimes pas les ragots, ne réagit pas aux cancans, te moque de savoir qui est avec qui. Ne connais toujours pas le nom de la voisine d’à côté. Ne sais pas à quoi ressemblent ceux d’en face et dont le jardin est visible depuis chez toi.

Tu es davantage intéressée par le climat du sud de l’Inde en juillet-aout.

Tu sais depuis que tu es toute petite qu’il y a une différence entre ce que les gens laissent entrer dans leur cœur et ce qu’ils amènent dans leur lit. Nombre de personnes adultes font encore la confusion. »

C’est ce que je ne comprends pas.

« C’est parce qu’elles se disent que une si personne couche avec elle, c’est parce que cette personne est intéressée par elle. »

C’est dommage d’avoir un raisonnement si réducteur, ce sont ces personnes là qui sont déçues. Le sexe permet de créer et d’entretenir le bien-être artificiel sans drogue.

C’est celui qui existe avant la reconnaissance de la foi. Le plus souvent avec la foi on n’en a plus besoin. Ou moins. Du coup on préfère que la vie sentimentale passe surtout par le cœur. 

« Mais comment est-ce que toi tu as su ? »

Comment ?

« Oui. »

Je sais pas. C’est comme ça. Je crois que c’est comme la différence entre joli, mignon et beau.

Il y a des gens qui ne la voient pas. Moi je la vois.

Et depuis que je suis enfant je vois la différence entre j’aime et je veux. Même s’il m’arrive de faire semblant de ne pas la voir.

Mais comme à chaque fois tu me dis, c’est pas j’aime c’est je veux…

« Je ne te pose qu’une question, pourras-tu gérer le vide ? »

C’est la vilaine question, franchement ! Bien sûr que non je ne saurais pas gérer le vide ! Je ne sais pas gérer les vagues d’émotions. 

Et d’ailleurs, pourquoi y a-t’il le vide avec je veux ?

« Il existe dès le départ, d’où la désillusion après coup. »

Évidemment.

« Pourquoi vois-tu les nuances dans je t’aime ? »

Pourquoi ? Parce qu’elles existent.

« Quelle nuance t’intéresse ? »

Le plus tu veux dire ? Plusieurs m’intéressent.

« Dans la vie sentimentale. Dans les autres domaines affectifs il est normal pour tout le monde qu’il y ait des nuances. »

Mais c’est le je t’aime sentimental qui a le plus de nuances.

« Laquelle t’intéresse ? »

Celle où les bosses sont jolies.

« Je t’aime parce que je t’accepte tel que tu es. »

Voilà, cette nuance-là.

« C’est reconnaitre que l’autre a des défauts, qu’il n’est pas parfait. »

Ca nous fera un point commun.

« Quelle est la nuance que tu aimes le moins ? »

Celle où les angles sont lisses.

« Je t’aime parce que j’ai appris à te connaître et à être avec toi. »

Dis comme ça, ça parait tout joli !

« Pourquoi cela ne le serait pas ? On peut choisir quelqu’un en pensant faire un choix de raison et découvrir au final que l’on s’entend vraiment bien.

L’amour c’est l’amour. »

Ce qu’il fallait rappeler.

« Cela n’exclue pas les nuances. Certaines personnes ont du mal à accepter qu’il y en ait. »

Pourtant les gens ont plusieurs relations dans leur vie, ils voient bien qu’il y en a. Beaucoup de relations peuvent se ressembler mais pas toutes, à chaque fois.

Les gens voient les nuances.

« Si vous vivez certaines expériences c’est parce que vous en avez besoin, petite Sylvie.

Et toi tu rejettes tout ce dont tu n’as pas besoin. Quel fossé, n’est-ce pas, entre l’immense majorité des personnes qui t’entourent et toi-même. Certaines personnes comprennent, comme Carène.

D’autres comprennent et ont remarqué que tu peux résoudre n’importe quel problème sentimental, comme Isabelle.

Tu vois toutes les solutions aux problèmes amoureux en général et certains ont compris que ce n’était pas un hasard. Et que c’est ce non-hasard qui fait que tu es seule.

La vie amoureuse des autres ne te passionne pas. D’autres médiums blogueurs auraient déjà écrit une flopée d’articles supplémentaires sur les âmes jumelles en constatant que ces pages demeuraient parmi les plus lues. » 

J’écris quand j’ai des choses à dire et à partager.

« Être conseillère matrimoniale ne t’intéresserait pas ? »

Non. Je préfèrerais être une de ces personnes qui testent les voyages pour le compte des opérateurs. C’est le métier de mes rêves.

« Tu vas rencontrer quelqu’un qui sera gentil avec toi, je te le dis. Mais il sera fasciné par toi. Longtemps. »

Pourquoi ? Il ne verra pas la personne que je suis ?

« Si. Il sera fasciné quand même. »

Lol.

« Tu verras. »

Merci à toi Elédahiel.

Bonne journée à tous ;)  


Réponse : Fais-toi plaisir

Réponse : Fais-toi plaisir 17032111382017181814935465

Bonjour à tous,

Qu’est-ce que ça veut dire quand on saisit la moindre occasion de s’emporter, même pour un rien ? Et qu’on se trouve facilement des raisons d’en vouloir à la Terre entière ? Et qu’on n’arrête pas de se dire, il faut que j’appelle Untel ou Untel…

Et qu’on n’arrête pas de critiquer certaines personnes parce qu’on les trouve arrogantes à se mettre en avant ?

Et en fait pourquoi est-ce qu’on reste mal quand on sait qu’on est mal au lieu de chercher toutes les solutions possibles, c’est ce que je ne comprends pas !

Pourquoi prendre en grippe la personne avec laquelle on vit tout en restant là et en ne faisant rien pour que la situation évolue d’une façon ou d’une autre ?

Est-ce qu’il y a des gens pour qui les problèmes profonds disparaissent tandis qu’ils étaient tranquillement assis dans leur fauteuil ? Est-ce que cela arrive ?

J’ai toujours préféré être seule que mal accompagnée, quel que soit le cadre. Mais j’ai bien conscience que ce n’est pas le cas de tout le monde.

J’aimerais comprendre ce point de vue trop différent pour que je parvienne à m’y identifier, même par empathie.

Parce que je n’aime pas ce que je perçois par empathie.

Et à quel moment est-ce que l’habitude ou les mauvaises évidences deviennent si présentes qu’elles ravivent la peur du néant ? Entrainant l’impossibilité d’agir de la bonne manière ou dans la bonne direction ?

Et pourquoi est-ce que les diversions, qui ne sont que des pis allers, ne finissent pas par lasser dans ce contexte ?

Pourquoi est-ce que vous me laissez poser des questions sans me répondre ? 

« Continue. Nous te répondrons. », me dit Astaroth.

Et pourquoi est-ce tellement plus simple de voir la paille dans l’œil du voisin plutôt que la poutre dans le sien ? Surtout dans le contexte évoqué ?

Et pourquoi est-ce qu’on n’arrive plus à se dire, je vaux la peine d’y croire ?

Et pourquoi on n’arrive pas à se dire, je pourrais essayer de sortir de moi ?

Tu vois ?

Je voudrais comprendre tout ça.

« Tu as déjà compris. »

Non.

« Si. Ou tu n’aurais pas pu formuler toutes ces questions. J’en ai une pour toi, que se passe-t-il quand trop de cris résonnent autour de toi et que seules les bonnes réponses restent étouffées ? »

Je n’arrive plus dans un tel contexte, je n’arrive plus ! C’est trop lourd pour moi, je ne peux pas porter ça plus longtemps. Je suis obligée de composer avec ces paquets et ce ne sont pas les miens.

Mon espace se retrouve envahi, je ne peux pas. 

J’arrive au travail certains lundis en étant soulagée de ne plus être à la maison. Ce n’est plus possible.

Je n’arrive plus à me réfugier dans la bulle d’Asherah. Et pourtant ces derniers jours je sens plus fort la présence des Dragons autour de moi.

Je n’ai pas besoin de parole, je sens les énergies.

Je ne peux pas continuer comme ça. Et il y a cet affreux message qui me dit qu’il ne suffira pas de déménager pour que tout s’arrête.

Pourquoi ?

« Tout dépend de la manière dont tu t’en vas. Si c’est en fuyant, tu seras obligée de passer par une phase de reconstruction. Si c’est pour construire quelque chose de concret suite à une évolution de vie, tu pourras partir sans conséquence énergétique. »

Je travaille à aller vers le second cas de figure, seulement je n’y suis pas encore.

« On ne construit pas en un jour. »

Entre nous, je ne suis pas la plus rapide je crois.

« Non ? La jeune femme est restée dix ans avec son ancien compagnon. Il a fallu une année pour que tout s’écroule. Suite à ce qui devait être une évolution de vie mûrement réfléchie. »

Je vois, bon tout le monde tâtonne un peu c’est sûr. Parfois on pose des actes et c’est après que l’on se rend compte que l’on désirait autre chose pour soi-même.  

« Cela t’arrive de moins en moins. »

Mais moi j’ai fait les choses dans l’autre sens. Je vois, chacun suit son chemin, à son rythme.

« Peu importe le chemin, lorsque se présente le nœud de la connaissance de soi, certains prennent le temps de le dénouer. D’autres tentent de faire comme s’il était sans importance.

Jusqu’à ce qu’ils découvrent qu’il ne l’était pas.

Et donc à la fin de la semaine c’est le fait d’être à la maison qui est un soulagement ? »

Je vais trouver le milieu, j’ai juste besoin d’un peu de temps…

« Pas du temps. Ni du courage. Ni du réalisme. Ton propre corps s’est mis à crier alors que ton moral était et est toujours bon.

Tu vois clair. Tu cherches la solution. Pas la fuite.

Ta solution ne sera que pour toi, c’est la première chose à accepter.

Pense à ce que tu veux pour toi. C’est là, la bonne direction.

Tu vas acheter un des deux sacs ? »

Je ne pense pas, ils sont chers. Et j’ai eu pas mal de dépenses dernièrement alors que je veux mettre de côté pour mon prochain voyage.  

« Lequel te plait le plus ? »

Les deux me plaisent lol. Peut-être le plus foncé.

« Que disent les fashionistas des sacs de marque ? »

Ce sont des investissements, jamais de l’argent perdu lol !

« Si tu devais en choisir un ? »

Je voudrais le plus inutile et le plus extravagant.

« Alors achète celui-là. »

Lol !!! Tu devrais me dire, sois raisonnable.

« Tu es une femme beaucoup plus raisonnable, sensée et responsable que certains pourraient le penser en te voyant dépenser de l’argent.  

Tu nous as demandé une réponse. Suis ton objectif personnel et au passage, fais-toi plaisir. »

Merci Astaroth.

Bonne journée à tous ;)   


Avec foi et passion

Avec foi et passion 17032012222217181814932962

Bonjour à tous,

Astaroth, j’ai fait un drôle de rêve dont je me souviens juste de la fin, c’est comme si plus rien n’allait !

« Comme s’il fallait tout changer dans ta vie. »

Oui voilà !

« Eh bien, change tout. »

Avec une baguette magique ? 

« Avec foi et passion. »

Avec quoi ?

« Nous avons déjà évoqué cette saturation très forte que tu ressens. »

Oui. Je n’aime pas ce sentiment.

« Si cela ressort maintenant, c’est qu’il y a une porte de sortie quelque part. Un moyen d’aller vers autre chose. L’excellente nouvelle, c’est que tu es une personne pleine de ressources.

Quand ce sentiment s’est-il accentué ? »

Il y a quelques semaines.

« Tu as fini ta toile ? »

Non ! Au départ je voyais quelque chose de rapide mais ça s’est vite complexifié. Du coup, je suis toujours dessus. 

« C’est difficile de garder le fil ? »

Non dense et complexe ne me dérangent pas. Au contraire je préfère, j’aime quand on peut créer tout un univers et je ne me perds pas dans les miens.

Et tu sais que j’aime quand il y a un effort intellectuel.

« Les tâches répétitives ? »

Ah c’est une calamité, ça ne devrait même pas exister, c’est comme mourir à petit feu…

Je ne supporte pas l’ennui intellectuel Astaroth, j’ai vraiment de plus en plus de mal.

« Tu satures. »

Oui.

« Tu ne satures jamais quand tu vas prendre des photos. »

Ah mais non, je suis dans l’instant, je suis à ma place. Je suis bien.

« Tu as besoin d’être bien tout le temps. »

C’est ce que je me dis aussi.

« Si ce sentiment de saturation s’est accentué, c’est qu’il y a une porte de sortie accessible quelque part. Tu vas finir ta toile ? »

J’ai toujours songé la finir. Je m’amuse bien avec, j’aime ce que je produis, j’ai toujours eu envie de finir.

« Cette année, c’est peut-être le bon moment pour ancrer des changements qui résonnent en toi. Pour construire.

A partir de quoi voudrais-tu construire ? Avec quels matériaux ? Quel type de construction ? Sur quel terrain ?

Tu as le sentiment de vivre en nomade n’est-ce pas ? Depuis longtemps. Nous n’en avons jamais parlé mais c’est le bien sentiment que tu as, en toi.

Eh bien, c’est cela qui a suffisamment duré. Il est temps de construire. Un foyer. Ce qui symboliquement renvoie à s’incarner sur tous les plans.

Est-ce que tu comprends ? »

Oui.

« Fais. Avec tes deux mains. Personne ne pourra t’aider ou faire à ta place. Tu es seule. Fais. Tu seras contente avec le recul.

Tu as perdu l’illusion que sans une aide extérieure vous ne pouvez pas arriver à relever vos propres défis.

Tu as compris aussi que cela ne signifie pas que vous n’avez jamais besoin de l’aide d’autrui.

Tu vois et acceptes la nuance. Face à un défi personnel, vous êtes seuls. Mais vous pouvez.

Finis ta toile. »

Merci Astaroth.

Bonne journée à tous ;)  


Désemparée

Désemparée 17031907120317181814931913

Bonjour à tous,

Dis-moi Elédahiel, quand tout chez l’autre nous énerve et surtout ce qu’il a toujours fait, ce n’est pas à l’autre de changer n’est-ce pas ? Même si sur le moment et même durablement c’est ce qu’on voudrait. L’autre, il est comme il est, c’est bien ça ?

« C’est ça. »

Donc si l’autre nous énerve c’est parce que nous, on ressent une insatisfaction ?

« Oui. »

Et donc, c’est à nous de la cerner et de tenter de la dépasser ? 

« Voilà. »

Et si on n’y arrive pas ? Qu’est-ce qu’on fait si on n’y arrive pas ? Qu’est-ce qu’on fait si malgré nos efforts, pour être mieux avec soi-même, l’attitude et même finalement la présence de l’autre continuent de nous énerver ?

« Que penses-tu qu’il convient de faire ? »

Je ne sais pas justement. Je me sens désemparée. Je ne suis même pas la personne concernée mais je me sens quand même désemparée.

Je ne sais pas quoi faire ni comment aider. Je vois l’insatisfaction et les efforts mais il faudrait une lame de fond…

Je me tourne vers toi parce que j’arrive au bout de mes propres réflexions. Je suis là, devant cette triste situation et je n’ai pas les moyens d’agir dessus.

Je ne sais que faire et je ne parviens pas à détourner le regard.

Je vois une personne énervée par le comportement de quelqu’un qui refuse que l’on ne le remarque pas. Et je suis obligée d’admettre que cette dernière personne a raison.

Elle n’est pas un meuble qu’on peut juste mettre dans un coin.

Je me sens comme une balle de ping pong par moments. Je ne suis pas à l’aise dans ce contexte.

« Et tes oreilles, ça va mieux ? »

Non, c’est pire, je vais devoir consulter un ORL et j’espère en trouver un bon. En plus j’ai peur maintenant parce que j’entends un acouphène permanent et je crains qu’il ne soit pas temporaire.

Bref, ce n’est pas de cela dont je voulais parler. J’irai voir un médecin.

« Le stress n’aide pas avec les acouphènes. »

Je le sais, mais le fait d’entendre ce bruit me stresse. C’est le serpent qui se mord la queue ! Bref, je vais m’occuper de ça.

« Et c’est un bruit fort ? »

Non, le problème c’est que la nuit je l’entends. Quand je veux dormir. Tu vois ? Et c’est pire avec les boules Quies. L’autre jour les voisins recevaient, j’en avais assez d’entendre leurs invités rire bruyamment et là surprise, il y avait  ce bruit dans ma tête. Et il ne s’éteint pas, il n’y a pas de bouton stop. Tu vois ?

Sinon la journée, il est trop faible pour être gênant avec tous les vrais bruits qu’il y a. Mais revenons au vrai sujet de cet article.

« Tu ne remarques pas ce bruit depuis longtemps ? »

Non mais je crois que c’est lié à mon oreille qui se bouche sans cesse et à mes sinus qui sont toujours bouchés aussi à cause de la clim au bureau…

Je te dis que je vais m’en occuper. De toute façon, il faut que le médecin m’apporte des réponses. Et un traitement radical et satisfaisant.

« Et tu n’as plus de douleurs ? »

Si, toujours. Et non je n’ose toujours pas remettre mes écouteurs. Certains bruits paraissent encore trop forts par moment.

« Tu dors bien la nuit ? »

Comme un bébé. Malgré les acouphènes. En fait ils me font peur. Parce que je sais que quand ils sont permanents c’est qu’on a une baisse d’audition. Je ne veux pas devenir sourde.

« C’est ce qui te fait peur ? »

Oui. Déjà que je suis myope lol !

Je ne comprends pas, je n’ai pas eu de choc auditif, j’ai pris la peine de mettre mes bouchons d’oreille au carnaval…

Selon le médecin généraliste, j’ai trop de stress. Il dit que mes oreilles n’ont rien. Je ne suis pas convaincue du tout. Je préfère aller voir l’ORL. 

« Tu lui parleras de tes sinus toujours bouchés. »

Non mais ça, mes collègues aussi ont des problèmes. Et pourtant la clim est nettoyée…

Stupides allergies…

« Et tu tousses aussi. Un peu. »

Oui, j’ai vu. Le médecin aussi pense que ce qui génère tous ces symptômes, ce sont mes allergies.

« Tu éternues beaucoup ces derniers temps au travail. »

C’est la clim !

« La baisse d’audition, ressentie, c’est comme la sensation qu’il y a quelque chose sur l’oreille qui atténue le bruit. C’est ce que tu ressens ? »

Non. J’ai bien compris que ce ne doit pas être une très grosse baisse pour l’instant. J’entends tout. Comme d’habitude. En fait c’est simple, sans cette histoire d’acouphène, je n’y aurais jamais songé.

« Et le nez et les oreilles restent bouchées, comme tes sinus. »

J’avais compris qu’il y avait un lien.

J’aère tous les jours maintenant. Plusieurs fois. Je vais continuer. J’ai remarqué que cela me faisait du bien.

Le souci est que le médecin a dit que si la clim joue bien un rôle dans mes allergies, tant que je travaillerai là elles ne vont pas disparaitre.

« Cela te parait logique ? »

Oui.

« Mais tu n’acceptes pas cette fatalité. »

Il n’y a pas de fatalité. J’aère tous les jours depuis peu, je vais continuer.

« Tu es quelqu’un qui aime trouver des solutions. Tu n’en exclues aucune. Mais tu sais aussi parer au plus pressé.

Tu as peur mais tu ne souhaites pas rester sur ça. Tu devrais écouter quand ton généraliste te dit que le stress est un facteur aggravant pour l’hyperacousie.

Donc tu es désemparée par ce qui se passe autour de toi ?

Cela ne peut pas t’aider à te sentir calme et tranquille. Tu le comprends ? »

Oui.

« Là où il n’y a pas de solution ? »

C’est qu’il n’y a pas de problème.

« S’il n’y a rien que tu puisses faire ? »

C’est que le paquet ne m’appartient pas.

« Exactement. Tu ne peux prendre aucune décision à la place d’autrui. Par ailleurs, chacun doit se donner les moyens de comprendre et dépasser ses propres insatisfactions.

Cela fait des années que tu te bats toi-même dans ce sens-là. Avec succès.

Continue. Ne regarde pas sur les côtés, regarde devant toi. Tu apprendras ainsi que la meilleure manière d’aider les autres, c’est de montrer l’exemple.

Tu devrais profiter de cette semaine de congés pour voir de quelle manière ton corps réagit à l’absence de la clim. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)  


Depuis longtemps

Depuis longtemps 17031903332517181814929828

Bonjour à tous,

« Finalement ta maman t’a expliqué qu’elle savait depuis longtemps que tu avais un haut potentiel. », me rappelle Elémiah.

Elle a dit que certains professeurs le lui avaient dit.

« Et il y avait plusieurs matières où tu n’avais pas besoin de faire le moindre effort. Ce qui se voyait. Les professeurs voyaient que tu avais plus de facilités que d’application. »

Lol !!!

« Elle sait aussi que ton frère et ta sœur sont concernés également. »

Oui. Et mon neveu aussi n’est-ce pas ? Les jeux purement enfantins l’ennuient vite alors qu’il s’applique dès qu’il faut faire preuve de concentration. Il aime qu’on lise avec lui en outre. Il a besoin de stimulation intellectuelle, c’est ce qui m’a interpellée.

« Parce que c’est quelque chose que tu connais bien. »

Justement, j’ai un souci Elémiah.

« Tu as lu des témoignages, tu t’es un peu renseignée ? » 

Oui, j’admets que je me reconnais dans les difficultés rencontrées par les uns et les autres. Du coup j’ai compris pourquoi vous m’avez toujours encouragée à suivre mes élans créatifs. Apparemment, suivre sa créativité est une manière pour beaucoup de Zèbres, puisque c’est le terme, de canaliser ce besoin de comprendre, d’explorer, de découvrir et d’expérimenter.

« Donc, tu reconnais que cela t’aide de peindre cette toile ? »

Oui, considérablement.

« Même si tu peins à ta manière. »

On va dire ça !

« Quel est ton problème ? »

Je sais pourquoi je n’arrêtais plus d’être malade !

« Oui, tu as compris. Tu arrives à saturation, tu as besoin d’apprendre à nouveau, d’élargir tes horizons. Ton crédo c’est , pour obtenir un résultat différent il faut faire des choses différentes. Cela te réussit d’autant mieux que tu disposes des outils nécessaires pour accepter d’aller vers différent.

Ton frère est comme toi en ce moment, il sature aussi. Lui aussi aime se lancer des défis personnels. 

Nous pourrions parler des heures de cette frustration intellectuelle qui chez toi est largement compensée par un bon développement spirituel. Ton frère compense par sa créativité.

Il ne sait pas encore toutefois de quel outil formidable il dispose. Tu le penses plus doué que toi.

Il dessine mieux que toi. Vous avez autant de potentiel l’un que l’autre. Seulement à ce jour, tu as quelque chose qu’il n’a pas encore développé.

Tu devrais finir ta toile qui n’en est pas une. Tu devrais vraiment la finir.

Ce qui torture les personnes dites à haut potentiel, c’est la quête de sens. Vous pouvez faire ce que vous voulez. Mais cela ne veut rien dire tant qu’il n’y a pas de résonnance en vous, n’est-ce pas ?

C’est ce qui est à l’origine de la frustration intellectuelle en vérité. Et c’est la raison pour laquelle la créativité exploitée est un poumon empli d’oxygène.   

Ce que tu as commencé il y a quelques semaines juste pour le plaisir, juste en suivant ton inspiration, tu devrais le porter jusqu’au bout. »

J’ai fait un rêve bizarre Elémiah.

« Va au bout de ton projet. Suis ce conseil. Une rose rouge noire, le renoncement à ses rêves. Celle que tu as vu n’était plus ancrée dans la terre. C’est une rose blanche et lumineuse qu’il y avait dans ton cœur. Ta terre était fertile et tu as compris que la rose rouge noire n’était pas la tienne.

Il faut savoir exploiter son potentiel. Et c’est là que tu comprends que ta maman avait raison quand elle te disait que si tu as toujours aimé quelque chose c’est qu’il y a une raison.

Va au bout de ton projet, c’est un conseil. Va au bout.

Et vois la ligne se dessiner. »

Merci Elémiah.

Par ailleurs cette semaine on se promène au Vauclin.

Bonne journée à tous ;)  


Besoin de liberté

Besoin de liberté dans Réponses 17031202525317181814911838

Bonjour à tous,

« Alors le trouple ne t’inspire pas ma douce Sylvie ? », me demande Lauviah.

Non ! Cela ne me parle pas du tout. 

« Pourtant tu connais cette configuration. »

Oui, je la connais. Pas directement mais je la connais. Il me semble que les gens qui la vivent n’en parlent pas beaucoup…

« Parce qu’ils ont peur d’être jugés. »

Oui. Le modèle admis c’est le couple. Mais même le couple peut se décliner lol…

« Il est rare que tous les partenaires demeurent satisfaits de manière égale sur une longe période dans le cadre du trouple. Il faut pour cela une élévation intellectuelle à hauteur de l’amour sincère que vous pouvez ressentir d’abord pour vous-mêmes.

Tu ne trouves pas la bonne chanson ? »

Je vais essayer celle-ci…

« Essaye Hallelujah de Jeff Buckley. »

Ok, pourquoi pas.

« Le cœur et l’esprit doivent se rejoindre pour que l’harmonie puisse demeurer. Car il y a trois ego à gérer. Et l’ego veut se sentir le plus aimé. Toujours. C’est ce qui fonde le sentiment d’appartenance classique que vous ressentez bien souvent quand vous êtes amoureux.

Vous voulez être celui que l’autre aime le plus. Autant cette illusion est accessible à deux, autant à trois c’est plus compliqué. »

Cette illusion ?

« Si tu te sais aimée, tu comprends  que tu n’as pas de raison d’attacher l’autre. C’est pourquoi il est indispensable de s’aimer d’abord.

C’est ce genre de choses qu’il faut savoir garder en tête dans le cadre du trouple. Notamment parce que comme il s’agit d’un modèle décrié, vous pouvez facilement prendre peur et choisir de renoncer à ce modèle pour satisfaire ce besoin de continuer à vous sentir aimé. Puisque vous confondez aisément approbation et amour.

Il y a des personnes qui pensent différemment de la majorité des gens. Les personnes qui peuvent se retrouver dans ce modèle en font partie.

Ceux qui ne rêvent que du modèle de réussite sociale classique ne peuvent pas le comprendre et encore moins l’approuver.

Ce que toi, tu dois réaliser, c’est qu’il n’y a pas qu’une seule façon d’être heureux sentimentalement. Figure-toi qu’il est possible aussi de faire partie d’un trouple non-officiel sans être malheureux.

L’un est marié à une personne qui sait qu’il y a un numéro 3 et chacun accepte la situation car chacun y trouve son compte. »

Ca c’est définitivement ce qui me choque le plus et que je comprends le moins ! 

« Parce qu’objectivement ce n’est pas un modèle qui permet de vivre dans la lumière. C’est cela qui te gêne. C’est un modèle gris, mais d’un gris qui n’est pas vicié.

Je te parle du cas de figure où tout le monde sait et accepte sans contrainte. »

Oui, inutile de s’attarder sur le très connu autre cas figure. Lequel peut aussi se décliner, je le comprends.

« Néanmoins les personnes comme toi qui aspirent à beaucoup de liberté mènent rarement des vies sentimentales épanouissantes tant qu’elles n’acceptent pas ce besoin de liberté justement.

Alors, sache qu’il ne ressort pas toujours au niveau des amours mais il doit ressortir quelque part et être vécu d’une manière ou d’une autre. Cela t’aidera à comprendre pourquoi tu es seule. Mais pas torturée ou frustrée.

Le trouple peut être une façon d’assouvir ce besoin de liberté. Un temps.

Certaines personnes ont besoin de réaliser leurs idéaux et cherchent tous moyens pour cela. »

Merci Lauviah.

Bonne journée à tous ;)  


Profite du calme

Profite du calme dans Mes poèmes 17031202201617181814911789

Tu touches le fond de l’eau glacée quelque part au milieu de la nuit,

Ton corps trop lourd t’a entrainé et tu as renoncé à remonter,

Pourtant,

A cet instant tu souris car la chaleur de ton cœur te réchauffe enfin,

Irradie à l’extérieur et l’eau s’évapore tout doucement,

Te revoilà sous le soleil, ton soleil,

Profite du calme. 


La joie et les solutions

La joie et les solutions 17031201555717181814911752

Bonjour à tous,

« Il fait enfin beau, enfin chaud, on voit enfin la saison sèche ? », me demande Elémiah.

Exactement, enfin ! Et encore, c’est ainsi aujourd’hui !

« La nature a besoin d’eau. »

Je ne dis pas le contraire, mais il a beaucoup plu et il faisait même froid !

« Il faisait frais. »

C’est ce que j’ai dit ! Froid.

« Tu as fini par remarquer que ton corps réagit au contact du téléphone portable. »

Oui, et à l’ordinateur aussi !

« Tu as lu des choses intéressantes sur l’électrosensibilité ? »

J’ai lu des choses, je ne sais pas si elles étaient intéressantes.

« Ce pourrait être l’origine de ce mal de crâne qui apparait de plus en plus souvent. »

J’espère que non, je ne suis pas migraineuse, je ne souhaite pas le devenir. Mais on dirait que je sens les ondes par moments c’est vrai. Je n’ai pas vu comment guérir de cela.

« Comment guérir de l’intolérance au gluten ? »

En fait je me suis trompée de package c’est ça ? Au lieu de prendre le sympa, j’ai pris celui des intolérances de toutes sortes ?

Est-ce que tu crois que je peux faire comme le gars dans Battle Royal ? Est-ce que tu crois que je peux revenir balancer le mauvais sac et en prendre un autre ?

« Qu’y avait-il dans son sac ? »

Il devait y avoir l’arme qui lui permettrait de survivre à l’épreuve. Seulement son arme ne lui plaisait pas du coup, il a changé de sac !

« C’est un film assez particulier selon tes critères, mais tu l’aimes bien. »

Oui c’est vrai, j’avais bien aimé. C’est vrai que c’est spécial. J’ai été touchée par plusieurs scènes en fait. Les réactions des élèves devant cette épreuve qu’on leur impose sont très diverses. Entre les psychopates trop contents de pouvoir laisser libre cours à leurs penchants violents et les élèves dégoûtés qui préfèrent sauter du haut d’une falaise, il y a une énorme marge.

Si vous ne connaissez pas, je vous invite à aller sur wiki. Avant éventuellement de regarder le film.  

« Donc tu voudrais changer de sac ? »

Mais oui franchement ! Moi je ne suis pas une psychopathe. Mais je ne veux pas non plus sauter du haut de la falaise, j’aimerais mieux faire partie des survivants.

« Dans le film, ils ont fait avec ce qu’ils avaient. »

C’est vrai, mais ils se sont entraidés. Ils ont dû franchir combien d’épreuves…

« C’est la vie finalement. Tu ne peux pas redéposer le sac. Par contre, tu peux fouiller et en extraire tout ce qui te permettra d’aller au bout de cette épreuve.

C’est en se battant que les survivants survivent dans ton film, en se battant de différentes manières.

Tu trouveras des solutions si tu constates que tu deviens sensible à de plus en plus de choses. Des solutions douces qui te conviendront.

Nous ne t’encourageons toujours pas à ne manger que des légumes et du poisson, nous savons pourquoi. Mange tes gâteaux. Tu comprends ?

Regarde devant toi, c’est là que se trouvent la joie et les solutions. »

Merci Haniel.

Bonne journée à tous ;)

Articles plus anciens

De gros vilains paquets

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause