Ni Ombre ni Lumière

Ni Ombre ni Lumière dans Annonces dscn0166 

Bonjour à tous,

Je m’appelle Sylvie et je vous souhaite la bienvenue sur ce blog. Mon but en le créant était de vous faire partager ma vision de la spiritualité ainsi que ma perception de l’Univers tant intérieur qu’extérieur.  

Il va de soi que je n’ai aucune Vérité absolue à vous livrer. Je pense que c’est à chacun de s’introspecter, de chercher, de se remettre en question. Par conséquent si certains de mes articles vous choquent par un contenu trop éloigné de ce que vous-même vivez ou connaissez, je peux le comprendre. Mais gardez à l’esprit que le contenu de ce blog repose essentiellement sur mes propres expériences.

Une dernière chose, j’ai pu constater avec peine que mes écrits étaient parfois repris ici et là sans que mention soit faite de la copie. Merci à vous tous de respecter à la fois mon travail et la personne que je suis en ne vous appropriant pas ce qui ne vous appartient pas.

J’accepte que mes textes soient repris, TOUTEFOIS je vous demande en échange de mettre un lien vers la page d’origine et de mentionner l’emprunt.

Merci de votre compréhension.

Bonne lecture et belle route à vous. 

Articles récents

« Libérée, délivrée… » (air connu, il fallait que je la fasse Amandine)

Bonjour à tous,

« Tu ne sembles pas être prête à arrêter d’écrire. », me fait remarquer un Cavalier de l’ombre. Chouette.

Ce n’est pas une bonne nouvelle de te voir ici n’est-ce pas ?

« Tu peux vivre ta vie comme tu veux. Sache simplement que même si tu rencontres un homme chaque jour dans le mois à venir grâce à ce site de rencontres, tu vivras une déception par jour. »

Toujours aussi direct. Pourquoi me le dire ?

« Si tu étudies au moins la possibilité d’écrire pour d’autres, tu verras de nouvelles portes s’ouvrir devant toi. C’est tout ce que nous avions à te dire, aujourd’hui. »

Comment veux-tu que je fasse, je vais demander aux gens quel sujet les intéresse ? Et ensuite j’écris comme un robot c’est ça ? Rien ne m’attire dans cette idée. C’est aussi simple que ça.

« Qu’est-ce qui serait amusant pour toi ? Qu’est-ce qui te plairait ? », me demande l’Ange qui parle.

Ce serait beaucoup plus intéressant si je pouvais voir les gens ou leur parler au téléphone au moins. Comme ça il y aurait un échange humain, c’est cela qui me plait. Un échange humain. Ensuite, sur la spiritualité, je serais ravie, absolument ravie, c’est mon sujet préféré, je me sens à ma place quand j’en parle, je peux aborder toutes les questions car j’ai l’esprit ouvert et que j’ai appris, en vivant certes, à ne pas juger les parcours des uns et des autres. Une chance vu mon métier lol.

Néanmoins, écrire pour d’autres, simplement écrire, ça ne me plait pas. Je ne suis pas un dictionnaire. Je n’ai pas envie ou alors exceptionnellement pour approfondir un sujet dont j’aurais parlé avec plusieurs personnes au téléphone par exemple. Je l’ai déjà fait, il est arrivé que je constate un intérêt pour un sujet particulier, j’ai creusé.

« Les cavaliers de l’ombre ont raison, tu devrais rester confiante sur le fait que le bon moment arrive pour tout le monde. »

Le pire c’est que je le sais !

« Il doit bien y avoir un moyen de mettre en œuvre ce modèle qui te plairait davantage. Tu veux bien y réfléchir ? »

D’accord, merci à vous.

Bonne journée à tous ;)

 


Réponse

Réponse 14092104241917181812542626

Bonjour à tous,

« Alors tu as une réponse pour nous ? »

Oui.

« Nous savions déjà que tu ne souhaitais pas reprendre tes consultations. Nous espérions que tu réfléchirais au moins à la question. »

J’y ai réfléchi. Et l’idée de travailler plus, de faire des efforts, n’est pas ce qui me donne envie ou me met en joie.

« Nous t’avons laissé deux possibilités. »

Oui, je préfère ne pas envisager l’autre possibilité pour l’instant. En fait votre proposition m’a permis de comprendre que c’est autre chose qui m’intéresse pour l’heure.

« Donc tu as préféré te réinscrire sur un site de rencontres. »

Oui. C’est de rencontrer quelqu’un dont j’ai envie. D’amusement et de légèreté aussi.

« Ce sont parfois deux choses distinctes. »

Pas nécessairement, tout dépend de la façon dont les choses se déroulent.

« Et de ce que chacun veut. »

C’est sûr.

« Alors c’est ta réponse ? »

Oui.

« Bon. Si c’est ce que tu veux. »

Oui.

« Tu ne veux même pas envisager la possibilité d’écrire pour d’autres ? »

Je ne peux pas, pas aujourd’hui en tout cas. Je ne peux pas.

« Pourquoi ? »

Parce que j’ai surtout envie de m’occuper de moi.

« Il arrive que les choses se passent différemment de ce que vous voudriez mais que pourtant, tout soit parfait, ma belle Sylvie. Tu le comprendras. Nous respectons ton choix. Tant que toi tu respectes ce qui se passe en toi. »

J’entends. Moi j’ai envie de voir des changements dans ma vie et j’ai bien compris que la meilleure manière de voir arriver ce que l’on souhaite c’est souvent de se donner les moyens.

« Si tu acceptes un conseil, prends le temps de discuter avant de passer aux rencontres concrètes alors. »

Je n’ai pas dit que j’avais l’intention de sauter sur le premier venu. J’en ai juste marre d’être seule.

« Depuis quand ? »

Quelques temps, depuis le début de cet appel en fait, c’est drôle. Mais je deviens méchante et je suis de mauvaise humeur. Ça veut dire que je commence à tourner en rond quelque part et quand je ne me vois plus avancer, quand je suis dans cet état c’est que j’ai besoin d’un changement libérateur. 

« Ma douce Sylvie, il arrive que la frustration n’indique pas un mais plusieurs problèmes qui n’auraient qu’une seule origine. »

Laquelle ? Tu vois c’est marrant parce que j’ai l’impression qu’autour de moi tous ceux qui ont voulu trouver quelqu’un ont trouvé. Alors, j’entends tout ce que tu me dis, vraiment. Mais, je n’ai pas l’impression de courir après une chimère, tu vois ce que je veux dire ? Je veux juste rencontrer quelqu’un c’est tout. C’est tout.

« Comment ces autres ont-ils trouvé pour la plupart ? »

Ils ont souvent bénéficié de concours de circonstances favorables, à croire que c’était le bon moment en fait. J’avais bien remarqué, mais alors qu’est-ce que tu me conseilles, d’attendre que le bon moment arrive pour moi aussi ? Tu es sûr qu’il n’est pas derrière moi ? 

« Oui, nous pouvons te l’assurer, il n’est pas derrière toi. »

J’ai quand même envie d’essayer.

« Comme tu voudras. Il y a quand même des expériences dans la vie, qui sont loin d’être aussi indispensables que vous semblez le croire, que tu sembles le croire. Puisses-tu le comprendre, simplement. » 

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)


Évolution et choix

Évolution et choix 14092105221917181812541010

Bonjour à tous,

« Aurais-tu aimé être d’une laideur remarquable, ma jolie Sylvie ? », me demande l’ange qui parle.

Telle Barbra Streisand ? On dit d’elle qu’on ne sait pas si elle est belle ou laide. En général quand on ne sait pas si une personne est physiquement belle, c’est qu’il y a une bonne raison. Mais pour te répondre, je ne crois pas. A moins d’avoir pu apprendre à en jouer aussi bien qu’elle.

« Dirais-tu que tu es d’une beauté renversante ? »

Je ne le dirai pas non. Ce ne serait pas très objectif.

« Dirais-tu que tu es moche ? »

Non plus.

« Pourquoi ta collègue t’a-t-elle présentée il y a quelques jours à un collègue de passage comme, « la plus belle de nos collègues » ? »

Je ne sais pas, j’ai été la première surprise. 

« Et objectivement ? »

Bon peut-être que mon côté allumeuse y est pour quelque chose.  J’entends qu’on pose des questions à mon sujet à mes collègues les plus proches…

« Pourquoi a-t-elle dit une telle chose et devant toi qui plus est ? Pourquoi une autre ne cesse de commenter ta façon de t’habiller ? Ou de minauder ? »

Je ne minaude pas.

« … »

Peut-être que cela m’arrive.

« Peut-être que certains ont l’impression que c’est ce que tu penses. »

De moi-même ? Tu sais ce que je pense.

« Tu penses que d’autres sont bien plus belles. Tu penses également que cela ne t’intéresse pas d’être simplement jolie et tu penses que le plus important c’est la personne que tu es. Oui je sais ce que tu penses.

Seulement tu donnes l’impression d’être sure de toi à ce niveau-là. Tu donnes l’impression de savoir que tu es belle et de l’assumer. »

Moi ?

« Toi. »

Ce que j’ai compris c’est que la personnalité peut embellir n’importe quelle personne. Pour séduire il faut apprendre à se mettre en valeur. Et à se montrer. Je pense que l’image que l’on renvoie n’est pas uniquement liée à notre physique. Moi j’aime plaire, je fais donc en sorte de plaire quand j’en ai envie. Voilà la vérité.

Je pense qu’au-delà de la seule confiance en soi, il faut savoir jouer avec soi. Savoir se montrer culotter, oser des choses différentes. Je vois mes collègues regarder les bijoux que je porte. J’adore les colliers qu’on remarque. Ou les plumes. Ou les ballerines argentées. Ou les jupes longues qui ondulent quand je passe dans le couloir.

J’aimerais te dire que c’est parce que je suis particulièrement belle qu’on m’a remarquée. Ceci dit non, je n’aimerais pas. Je suis contente de te dire que c’est parce que je sais être belle qu’on me remarque.

« Telle Barbra Streisand. »

En fait oui. Effectivement.

« C’est vous qui faîtes ce que vous voulez des cartes que vous avez en mains. »

C’est ce que je pense aussi. Il faut connaitre ses atouts.

« Un en particulier ? »

J’ai remarqué une chose il y a des années, qui ne s’est jamais démentie, les talons fins associés à une mini-jupe, une arme fatale. Le tout associé à un haut sobre naturellement, il ne s’agit pas d’envoyer le mauvais message. Mais c’est radical. Un jour où l’on n’a pas le moral, c’est ce qu’il faut porter.  

« Par contre tu évites les décolletés plongeants. »

Je déteste qu’on regarde mes seins. Je ne supporte vraiment pas, ça me met mal à l’aise qu’on puisse me parler en ne regardant que ma poitrine.

« Il faut quand même davantage de confiance à une femme qu’à un homme pour assumer une telle étiquette non ? »

Quelle étiquette ? Tu sais, je ne cherche pas d’étiquette. Par contre j’ai bien compris que mes collègues masculins sont grandis par l’intérêt qu’ils peuvent susciter chez des femmes alors qu’on me fait gentiment des reproches.

« Une femme ne doit pas être séductrice à moins de se laisser séduire aussi. »

C’est le conseil que tu me donnes, de la jouer profil bas ?

« Au contraire, nous aimons te voir être une belle femme qui s’aime comme elle est. D’autres pensent ainsi. Le terme d’allumeuse n’existe pas au masculin. »

C’est tout à fait exact !

« De la même manière et pardonne le grand écart, il y a peu de femmes prophètes si l’on peut dire. »

Oui, c’est drôle.

« Te viendrait-il à l’esprit de ne plus porter tes jolis bijoux, de ne plus te mettre en valeur ? »

Non. A priori non.

« Voudrais-tu ne plus être médium ? »

Non plus.

« Une médium en mini-jupe c’est bien. »

Oui, exactement, c’est très bien.

« Qui aime écrire de toutes les couleurs et raconter sa vie au lieu de se contenter de délivrer des messages de manière neutre. »

Je ne saurais ni ne voudrais faire cela.

« Ce que tu sais faire c’est donner un sens concret à des messages spirituels. Je vais te dire une chose bien franchement, nous n’avons plus de raison objective ou subjective de t’aider à continuer à tenir ce blog.  

Tu as reçu l’enseignement dont tu avais besoin pour accepter ta médiumnité tout en apprenant à te connaître. Nous te laissons un choix, prends le temps de réfléchir.

Sois tu arrêtes, purement et simplement, sois tu t’adaptes. Tu pourrais reprendre tes consultations, différemment. Tu pourrais écrire pour répondre aux besoins d’autres personnes. »

Je n’ai jamais pu faire ça. Si je ne trouve pas de résonnance je ne peux pas écrire pour d’autres.

« Tant que tu avais besoin de capter pour toi-même, il n’aurait pu en être autrement. Mais, la situation a évolué. »

Je ne vois même pas comment je pourrais m’y prendre…

« Comme les blogueuses mode que tu suis, elles sont professionnelles pour beaucoup. »

Oui, elles se font sponsoriser. Mais c’est un tout autre univers.

« Tu n’as plus besoin d’écrire pour toi-même, d’où le nouvel appel. Réfléchis. Tu pourrais avoir encore beaucoup de sujets à développer et de réponses à apporter. Mais rien ne sortira si le besoin n’est pas là. A toi de voir, tranquillement. Tu pourrais réfléchir à une formule intéressante pour toi et d’autres.

Et nous continuerions de discuter avec toi puisque nous devons aller au terme du processus de ta guérison. Ce que nous pouvons faire autrement qu’en discutant ici. »

Je comprends, je vais voir. Je vais y réfléchir. Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)


J’ai le droit de me sentir mal

J'ai le droit de me sentir mal dans Anges 14092007430617181812539704

Bonjour à tous,

« Alors, tu as réfléchi à la possibilité de reprendre tes consultations ? », me demande un Ange dont je ne connais pas le nom.

J’y réfléchis encore. 

« Qu’est-ce qui pourrait t’aider à te décider ? »

Dans un sens ou dans l’autre ?

« Dans un sens plutôt que l’autre. »

J’y réfléchis encore.

« Comme ça tu pourrais proposer des enseignements personnalisés à ceux qui le souhaitent. Ce qui serait plus facile à organiser pour toi vu que tu n’as plus le temps de donner des consultations comme avant.

Changeons de sujet, tes intestins te posent toujours problèmes. Alors que tu suis ton régime. Ce ne sont pas quelques entorses isolées qui peuvent expliquer cette difficulté à digérer même des fruits et des légumes.

Sur un plan plus subtil, ce n’est pas la nourriture qui doit être digérée mais le vécu également, n’entends pas les émotions mais bien les expériences elles-mêmes. Parfois, au moment où vous tenter de dépasser une expérience difficile, des ennuis de santé apparaissent. Cela t’est arrivé deux fois, avec les fibromes tout d’abord puis aujourd’hui avec tes intestins.

Cela pose la question de la façon dont tu gères tes expériences difficiles, de la façon dont tu traverses les épreuves. A l’évidence tu le fais en conservant en toi et pour toi seule ce qui te déplait de manière à pouvoir continuer à garder la tête haute.

A l’évidence, cette méthode est une catastrophe.

A l’évidence si tu pouvais faire autrement, tu le ferais.

A l’évidence, tu as besoin de revoir les bases du maintien de l’équilibre sur tous les plans.

Nous reprendrons aujourd’hui la toute première règle, j’ai le droit de me sentir mal. Répète. »

Tu plaisantes ?

« Veux-tu continuer à enchaîner les traitement contraignants et les régimes alimentaires de plus en plus restrictifs ? Tu as le choix. »

J’ai le droit de me sentir mal.

« C’était une bonne idée d’aller voir la naturopathe. C’est une bonne chose aussi de continuer d’acheter fruits et légumes chaque semaine. Mais le fait de se nourrir devient un casse-tête pour toi. Ce ne doit pas être un case-tête. Répète en le pensant, j’ai le droit de me sentir mal. »

Je crois que je n’aime pas me sentir mal.

« Ce qui n’a rien à voir avec le fait d’avoir le droit de te sentir mal. Il n’y a pas lieu de confondre les deux. L’un n’empêche absolument pas l’autre. »

Je trouve stupide de me sentir mal quand à l’évidence comme tu dis si bien, il y a des choses que je fais mal tout simplement.

« Et donc tu te punis par des maux de ventre. »

Non.

« Si. Répète, avec conviction, j’ai le droit de me sentir mal. »

Je suis sure que si je fais comme a dit la naturopathe, je verrai le bout des fibromes et de mes ennuis intestinaux.

« Et tu dilapideras ton argent dans des traitements couteux car non remboursés seulement tu te berceras de l’illusion que tu fais enfin ce qu’il faut. Tu ne feras pas forcément ce qu’il faut pourtant.

Pourquoi ne pas simplement saisir la perche que nous te tendons ? »

J’ai le droit de me sentir mal.

« Il arrive qu’un traitement médicamenteux seul, ne puisse vous permettre de venir à bout d’un problème trop grand. Répète, j’ai le droit de me sentir mal. »

J’ai le droit de me sentir mal.

« Il arrive que vous guérissiez d’un problème pour en voir surgir un autre. »

Ne m’en parle pas !

« Si justement, je t’en parle. Quand on lève les yeux et que l’on regarde de plus haut, pas forcément en ayant une vue spirituelle, il est possible de comprendre que le lien entre les différents problèmes existe et surtout, qu’il n’est pas lié à une pathologie mais au vécu de la personne concerné. Dès lors tu peux adopter une vue spirituelle et ainsi aller voir quels enjeux d’incarnation sont mal vécus. Quels défis personnels ont été mal compris et sont donc vécus comme des injustices. »

Des injustices ?

« Oui, ce qui nous ramène à la question de l’équilibre entre tous les plans. Figure-toi, ma douce Sylvie, que lorsque vous préparez vos projets d’incarnation, avant votre arrivée, tout semble fluide et parfait. Tout a une raison d’être claire, toutes les orientations ont un sens et une portée justes.

Or dans vos vies, cela n’apparait pas forcément. Au contraire, vous vivez souvent le parcours du combattant dans un ou plusieurs domaines. Et quand tout va bien sur le plan matériel, c’est souvent sur le plan spirituel que le bât blesse.

Reconnaître avoir le droit de se sentir mal revient à admettre ne plus savoir quelles étaient les orientations désirées au départ. Cela permet de ne plus se juger.

Cela permet de ne plus charger inutilement vos corps énergétiques de manière désastreuse.

Apprends à inspirer de l’air nouveau. Pour dégager tes intestins. Reconnais que tu as le droit de te sentir mal. »

J’ai le droit de me sentir mal.

« Revenons sur cette histoire avec le professeur de steel pan. Cela a été autant un choc qu’une déception pour toi. Clairement il a cherché à te piéger. Tu t’es sentie stupide et naïve. Alors que tu avais simplement confiance. Car tu lui avais déjà dit non. Eh bien, il n’y a pas de honte à se tromper sur quelqu’un. Tu comprends ? »

Je comprends.

« Avec un autre professeur, tu pourrais envisager de reprendre. Ou même de tenter un autre instrument. »

La batterie ?

« Ou autre chose. Quelque chose qui ne serve pas d’abord à te défouler. Un instrument qui te parle et te permette plutôt de t’exprimer. »

Le piano alors.

« Oui, le piano te conviendrait. Quand tu voudras tu pourras envisager de reprendre des cours.

En attendant, prends le temps de réaliser l’importance de cette première règle du maintien de l’équilibre. J’ai le droit de me sentir mal. Répète. »

J’ai le droit de me sentir mal.

« C’est mieux. »

J’ai mal au ventre.

« Oui et si tu vas voir un médecin, il te dira ce que tu as toujours entendu, c’est de l’aérophagie. Due à de l’anxiété. Mais tu n’es pas à ce point inquiète. Et tu le sais. Nous allons apprendre à digérer ensemble d’accord ? »

D’accord, mais qui es-tu ?

« Donne-moi le nom que tu voudras. Je suis une entité sans importance. Je veux juste t’aider. »

Merci à toi. Je vais t’appeler l’ange qui parle alors. Parce que tu me fais penser à celui qui sourit curieusement…

Vous avez le même type de puissance, le genre que je ne peux pas voir dans son ensemble.

« Peu importe. Appelle-moi comme tu voudras. La prochaine fois, nous verrons si tu as saisi l’importance de j’ai le droit de me sentir mal. A la semaine prochaine. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)


Enfin le weekend !

Enfin le weekend ! dans Détente 14091912575017181812535934

Bonjour à tous,

Un peu de douceur pour amorcer le weekend.

Bonne journée à tous ;)


Être amis

Être amis dans Amour physique 14091803291417181812532537

Bonjour à tous,

« Tu veux finir l’article sur les nuances de couleurs ? », me demande Ariel.

L’article sur les âmes jumelles qu’il ne faut pas appeler âmes jumelles tu veux dire.

« Ce sont des âmes miroirs particulières. Elles sont à la fois différentes et semblables. Honnêtement tu peux finir seule. Tu n’as pas besoin de moi. »

Je ne veux pas que vous partiez. J’ai besoin d’avoir à côté de moi quelqu’un qui comprenne tout ce que je vis. Et pour l’instant, dans mon entourage il n’y a personne d’assez proche. Si vous partez je vais me sentir vraiment seule. 

Tout à l’heure quand vous m’avez laissée, avec plus grand que moi, j’ai réalisé que je ne pouvais toujours pas partager ça avec mes proches. Alors moi je dois rester avec tout ça, toute seule ? Je ne peux pas.

Je ne le veux pas. Je veux que vous restiez.

« Nous ne partons pas. Nous t’avons expliqué que nous serions toujours là. Nous viendrons même te chercher quand tu repartiras, à la fin de ton actuel voyage. Nous serons toujours là et veillerons toujours sur toi. »

Oui mais tu vois, je ressens un nouvel appel.

« Effectivement. »

Je voudrais y répondre.

« C’est vrai ? »

Oui. Mais moi j’ai peur.

« De quoi ? »

De bouleverser ma vie.

« Peux-tu ignorer cet appel ? »

Non.

« Alors réponds. »

Et c’est tout ?

« Oui. »

Je ne crois pas qu’on va pouvoir finir cet article aujourd’hui. Quoique…

Les âmes miroirs particulières ont des couleurs énergétiques complémentaires. Nous l’avons déjà vu. Mais, lorsqu’une réunion est possible, la couleur dominante de l’un change et celle de l’autre se modifie en fonction, subtilement. 

En fait ces âmes miroirs particulières sont arrivées à un point qui leur permet d’accomplir quelque chose ensemble, un but plus grand qu’elles. C’est ce qui a permis la réunion.

Et de leurs nouvelles couleurs, elles tirent les énergies dont elles ont besoin pour nourrir projet commun et relation. La couleur nouvelle et ses déclinaisons, qui désormais les entourent comme une jolie bulle, n’ont pas vocation à remplacer définitivement les véritables couleurs de l’un et de l’autre.

Seulement s’ils s’avèrent qu’à la fin de leur parcours commun elles ne parviennent pas à retrouver leurs énergies familières parce qu’elles s’accrochent à celles de la nouvelle couleur, alors ces âmes miroirs particulières devront expérimenter dans la matière, les nuances difficiles.

Les nuances difficiles sont toutes les couleurs qui permettent de décomposer une couleur devenue dominante mais dont nous n’avons plus besoin. Elles permettent le détachement, petit à petit et hélas souvent douloureusement.

Pour que le calme et la sérénité reviennent, il faudra que chacun accepte l’idée que le parcours commun n’est possible que grâce aux parcours individuels.

En fait Ariel, cet appel c’est juste pour que je m’assume ?

« Au départ. »

Et à l’arrivée ?

« Qu’est-ce qui te fait peur ? »

Qu’on ne m’aime plus. Je veux dire, mon entourage.

« Ce serait déjà arrivé, tu le comprendras. Un rejet serait déjà arrivé. Tu connais le don de vérité ? »

Je ne crois pas, c’est quoi ?

« Tu verras, il te rendra bien service. Ton entourage ne te rejettera pas. »

On verra alors…

« Qu’est-ce que tu penses du message ? »

Sur les nuances de couleurs ? Je ne suis pas surprise. 

« Tu aimerais rencontrer une âme miroir particulière ? »

Seulement si on n’est pas au stade des nuances difficiles ! Ou si c’est Lauviah qui revient.

« Lauviah t’aimera toujours. Comme un guide. »

Lol !

« Mais sinon, est-ce que tu serais contente ? »

Je ne sais pas. Il faudrait voir de quelle façon se passe la rencontre. Si on peut être amis c’est bien. Si on ressent au contraire cette attirance-rejet difficile, au secours ! 

« Être amis ce serait bien. »

Oui, c’est bien ce que je me dis.

« Tu sais, être amis cela signifie pouvoir compter l’un sur l’autre. »

Oui, j’en suis bien consciente.

« Passe une belle nuit petite Sylvie. »

Merci Ariel.

Bonne journée à tous ;)  


Pas comme d’habitude

Pas comme d'habitude dans Energies 14091711302717181812532373

Bonjour à tous,

Aujourd’hui nous allons aborder la question des nuances de couleurs. Dans les relations amoureuses. Généralement je prends ce qui vient car les choses me semblent fluides. Et il y a toujours un Ange qui me sourit tandis que j’écris. Il y en a plusieurs là maintenant. Je me demande simplement pourquoi un tel sujet. Mais par curiosité je vais développer. Pour ma propre curiosité j’entends.

« Beaucoup de tes lecteurs se demandent pourquoi tant de monde croit à l’avènement possible, un jour, de la relation sentimentale parfaite. », me dit Ariel.

La relation sentimentale parfaite…

« Oui. C’est ancré dans le cœur d’une majorité d’entre vous et encore plus chez ceux qui se sont vus offrir une raison concrète d’y croire. » 

Concrètement comme tu dis, c’est rarement simple.

« Une relation très satisfaisante peut être vécue avec une âme sœur. »

Tout à fait, nous en avons déjà parlé maintes fois. Par ailleurs, des tas de personnes vivent de telles relations. Il n’y a rien d’imaginaire, c’est normal de rechercher une relation épanouissante.

« Epanouissante, le mot est intéressant. Les relations amoureuses ne sont pas le terreau rêvée de l’épanouissement personnel en vérité. C’est vous-mêmes qui l’êtes.

Aussi, il arrive qu’alors que vous vivez bien une relation amoureuse très satisfaisante, vous restiez en attente. Pourquoi ? »

C’est à moi que tu poses la question ?

« Oui ma jolie Sylvie. »

Parce que la réalisation de soi passe par soi. 

« C’est ce que tu reçois ? »

Non, je reçois autre chose. Ce que je reçois c’est qu’il est bien possible d’atteindre un niveau d’épanouissement supérieur à celui que l’on peut atteindre seul, mais il faut plus qu’une relation avec une âme sœur, il faut une âme miroir particulière. Celle qui est notre exacte opposée. Mais qui malgré tout nous est en tout point semblable à un niveau plus subtil.

Et en fait, cette âme particulière est celle que nous recherchons tous inconsciemment. Le plus dur à vivre étant de la croiser tout en ne parvenant pas à accepter le fossé qui fait que la relation n’est pas encore possible alors que la re-connaissance entraîne ou un rejet définitif ou une attente que rien ne peut calmer. Tout juste peut-on raisonner.

Est-ce qu’un de mes lecteurs a demandé quelque chose ? Parce que vous allez rire, j’ai parfois su que tel ou tel sujet m’était venu parce que « quelqu’un » en avait fait la demande.

Bref, cette âme miroir particulière et nous-mêmes avons la possibilité de vivre une histoire d’amour « parfaite » entendez par là que l’un comme l’autre savons que personne d’autre ne sera jamais plus important.

Zut, j’ai perdu le fil c’est drôle. C’est bizarre je n’aime pas la façon dont je suis inspirée aujourd’hui. D’habitude tout est plus subtil. Et pourquoi n’es-tu pas en train de me rassurer Ariel ? Je ne me sens pas très bien.

« Tu as peur. »

C’est de ta faute. Tu m’as laissée toute seule ! Et il n’y avait que le vide et rien d’autre, tout s’est arrêté d’un coup ! Ça y est je sens que vous revenez, pourquoi m’avoir coupée comme ça ?

« Comment va ta cheville ? »

Mieux je crois, j’ai oublié de passer à la pharmacie. 

« Qu’est-ce qui ne va pas ? »

Pourquoi c’est pas comme d’habitude ?

« Qu’est-ce qui est différent ? »

Il y a un truc plus grand que moi. 

« Un truc ? »

Oui ! Un truc plus grand que moi, je sens, je sens que plus grand que moi s’exprime au travers moi. Je ne crois pas qu’on finira cet article aujourd’hui.

« Personne ne va te forcer. Un jour tu seras prête. Vis ta vie. »

Pourquoi m’avoir laissée dans le vide ?

« Il n’y avait pas de vide. Juste la réalité. C’est nous que tu vois, que tu sens. Nous te servons de guide uniquement. Les messages ne viennent pas de nous. Ce que tu as senti, ce n’était pas un vide, plus grand que toi comme tu dis, a voulu te montrer ce qui est vraiment quand tu es inspirée. »

Je crois que je préfère comme on fait d’habitude. Mais je crois aussi que je sais qui est plus grand que moi. Je suis de la même essence que Jésus. Je le prends comme référence parce que moi j’ai été élevée dans le christianisme et que cela a donc du sens pour moi. Pourquoi je ressens le besoin de dire ça ? 

Enfin bref, ça y est je me sens à nouveau parfaitement moi-même. J’ai envie de faire des cookies Ariel.

« Tu devrais les faire. A quoi ? »

J’hésite encore, je vais voir.

« Fais-toi plaisir. »

T’inquiète.

Bonne journée à tous ;)

 


Jaune fluo

Jaune fluo 14091703040017181812529762

Bonjour à tous,

J’avais des courses à faire ce soir alors naturellement je me suis rendue dans un centre commercial plutôt que dans un supermarché isolé. Tout le monde le sait, le shopping du soir aide à amorcer la soirée sous les meilleurs auspices. C’est ainsi que j’ai trouvé cette superbe paire de chaussures en solde. J’ai naturellement entendu la voix de la raison et me suis empressée de les acheter. Une belle paire de chaussures en soldes est toujours une bonne affaire.

Le souci est que je souffre d’une (légère) tendinite actuellement. Je ne pourrai pas les porter demain. Heureusement que je suis une femme pleine de ressources et que j’ai d’autres jolies paires qui sont parfaitement adaptées à la situation. Aujourd’hui par exemple j’ai porté mes ballerines jaunes fluo vernies. Je les adore. Elles vont avec presque tout. Même si certains collègues les trouvent assez surprenantes.

Apparemment il y a des gens qui pensent que le jaune ne va qu’avec le jaune. C’est malheureux je trouve. Je ne porte jamais ces chaussures avec du jaune. Ce qui est bien, c’est de les porter en décalé. 

Au fond j’ai appris qu’il ne faut pas avoir peur de se faire remarquer. Grâce à la mode mais surtout grâce à ce blog. Je suis sure que ceux qui me lisent depuis un moment ne sont pas étonnés que j’aie des chaussures jaunes fluo. Et je sais bien que ce n’est plus tendance partout. J’adore quand même les porter.

Longtemps pourtant, même très longtemps, je n’avais qu’un seul désir c’était surtout d’être comme tout le monde, de ne pas sortir du lot. Depuis l’adolescence en fait. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Je veux être moi-même.

Demain je pense que je vais mettre mon mascara violet. Je l’adore il est tellement joli.

Bonne journée à tous ;)


Faux et usage de faux

Faux et usage de faux 14091602584517181812526173

Bonjour à tous,

Une de mes clientes est un escroc. Elle a déposé un dossier à la Banque de France en oubliant de mentionner quelques détails dirons-nous. Et pour être bien certaine que son omission passerait inaperçu, elle a pris la peine et le temps de falsifier deux relevés de compte. Qu’est-ce que j’ai ri quand j’ai vu les documents ! La Banque de France nettement moins, et je ne vous parle pas de mon chef.

Aujourd’hui la cliente a téléphoné. Elle a dit qu’elle voulait me voir. M’expliquer pourquoi les omissions. Je reçois tous les clients qui demandent à me voir. Je lui ai donné rendez-vous et j’ai été prévenir mon responsable de sa venue. Il m’a dit tout de suite, on la reçoit ensemble.

La dame n’a fait que débiter mensonge sur mensonge. J’avais une envie de rire…

Il faut savoir mentir, elle aurait au moins pu arriver avec une histoire cohérente. Non, elle ne faisait que s’emmêler dans ses mensonges, ce qui énervait mon chef qui l’a poussée au bout de ses retranchements. Je l’entends encore nous disant qu’elle irait demander conseil à un avocat. Je me demande bien quel relevé de compte elle lui présentera.

J’aimerais bien savoir ce qu’elle dissimule vraiment. Elle cache patrimoine, dettes et sources de revenus véritables. Bien sûr c’est son divorce qui l’a mise sur la paille. Sans son bon à rien d’ex-mari, elle n’en serait pas là. Au fait le divorce remonte à plus de dix ans, ce qui n’est pas le cas des dettes. Du moins de celles qui ont émergé…

La responsable du service de surendettement de la Banque de France a eu l’impression de s’être fait rouler. Des actions bien concrètes ont d’ores et déjà été amorcées, la cliente va avoir une mauvaise surprise. Et quel juge l’écoutera ensuite quand on saura qu’elle n’a pas hésité à produire des faux.

Pourquoi a-t-elle fait ça ? J’aimerais bien savoir.

Mais avec mes collègues, qu’est-ce qu’on a ri ! Pourquoi est-ce que je vous parle de ça ? J’avais besoin d’en parler curieusement. J’en ai déjà parlé pourtant, à pas mal de personnes. Il faut croire que ça ne suffisait pas.

Je vois plus souvent des gens qui ont des difficultés. En ce moment une autre cliente occupe mes pensées par sa détresse. J’en viens à regretter d’avoir confier son dossier à l’avocat. Le souci c’est qu’elle avait trop d’impayés, elle ne payait pas assez pour pouvoir les rembourser. Et assumer les échéances en cours. Mais elle ne veut pas vendre sa maison ni la voir partir aux enchères.

J’espère qu’elle trouvera les 20k € (oui vous avez bien lu) qui permettront de stopper la procédure. Zut. En fait c’est d’elle que j’avais besoin de parler je pense. Je déteste quand les gens appellent tous les jours pour supplier qu’on trouve une solution avec eux. Surtout parce qu’ils ont rarement l’argent qu’il faudrait.

Et elle appelle vraiment tous les jours. Pourquoi avoir attendu que l’expert immobilier passe chez elle pour se manifester ? Elle n’avait pas reçu les mises en demeure ?  

Ils sont énervants les gens. Ils attendent toujours que le dossier soit chez l’avocat ou l’huissier pour réagir. Et en plus ils le font alors qu’ils n’ont pas l’argent pour payer ! Alors on les écoute, on écoute leurs souffrances, leur fierté piétinée et la honte qu’ils éprouvent. L’autre jour une cliente m’a dit en entretien, j’avais bien compris à votre voix que vous étiez jeunes. Puis elle a commencé à m’expliquer qu’elle était une battante avant de me dire comment elle en était arrivée à ne pas pouvoir régler une dette de cinq cent euros.

L’autre fois il y a eu cet homme qui, drapé dans ce qui lui restait de fierté, m’expliquait qu’il ferait tout pour que sa situation ne s’aggrave pas. Même si cela l’avait amené à demandé de l’aide à ses enfants. 

Un escroc de temps en temps finalement, ça fait du bien.

Bonne journée à tous ;)  

Articles plus anciens

Une bonne année

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| Le Blog de la Médit'