Ni Ombre ni Lumière

Ni Ombre ni Lumière dans Annonces dscn0166 

Bonjour à tous,

Je m’appelle Sylvie et je vous souhaite la bienvenue sur ce blog.

Je vous invite à passer un moment avec moi ou si vous recherchez des pistes d’information, je souhaite que vous puissiez les trouver.

Dans tous les cas, j’espère que votre visite sera agréable.

J’ai conscience que tout le monde ne vit pas sa spiritualité de la même manière que moi mais, je ne partage que mon expérience.

Une dernière chose, j’ai pu constater avec peine que mes écrits étaient parfois repris ici et là sans que mention soit faite de la copie. Merci à vous tous de respecter à la fois mon travail et la personne que je suis en ne vous appropriant pas ce qui ne vous appartient pas.

J’accepte que mes textes soient repris, TOUTEFOIS je vous demande en échange de mettre un lien vers la page d’origine et de mentionner l’emprunt.

Merci de votre compréhension.

Bonne lecture et belle route à vous. 

Articles récents

Silence et joie de l’Être

Silence et joie de l'Être  dans Anges 16072504264717181814392848

Bonjour à tous,

« Parfois la meilleure manière de se faire plaisir est de profiter du silence et de la joie de l’Être.

Essaye. », me suggère Ariel.

Pourquoi pas. Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)

 


Plus créatif

Plus créatif 16072504090217181814392846

Bonjour à tous,

Dis-moi Elédahiel, je vais poser une drôle de question…

« Oui ? »

C’est possible de ressentir de la fatigue spirituelle ?

« Pourquoi cette question ? »

Pour savoir.

« Pourquoi cette question ? »

Je me demandais c’est tout. J’ai l’impression d’avoir beaucoup marché et je réalise que j’ai envie de me poser un peu maintenant.

« Ce sentiment est-il lié à une fatigue physique ? »

Non.

« Une fatigue psychologique ? »

Non, je ne suis pas déprimée.  Et je n’ai jamais fait de dépression. Je sais bien que nul n’est à l’abri. Mais je ne pense pas que ce soit le souci.

« Qu’entends-tu par envie de te poser ? »

Je crois que ce n’est pas pour rien que je n’ai pas posé de congés en fait. Je ressens l’envie de simplement profiter de chaque journée. Sans enjeu particulier mais sans forcément être en vacances. Je veux juste profiter de chaque journée.

« Qu’est-ce qui t’empêche de le faire ? »

Rien, si ce n’est que j’ai du mal à gérer les attentes des personnes qui m’entourent. Parce que parfois, je ne peux rien faire moi. Mais soit ces personnes viennent me voir soit je sens que ça ne va pas. 

Ma mère me tanne pour savoir ce que je perçois au sujet de la carrière de ma sœur. Mon frère veut changer de voie et son adorable copine galère énormément. Nous étions amies avant qu’elle ne sorte avec mon frère. Mon oncle est très malade mais son comportement fait fuir tous ceux qui voudraient l’aider. Et il me tanne pour que je prenne le même type de décisions que lui sur le plan professionnel. Chaque fois que je le vois. Du coup alors qu’il est malade, je ne vais plus le voir.

Et puis mes parents ont accepté de garder le bébé de ma sœur ce mois-ci mais c’est une telle tornade, ils sont tous les deux fatigués. Seulement en fait aucun des deux n’aime sa vie. Ce qui me saoule. Ce qu’on perçoit peut être plus lourd que ce qui est dit.

Le compagnon de ma sœur veut changer de vie, son patron lui en fait voir et il en a assez. Il tanne ma sœur pour qu’elle soit plus ambitieuse. Ma mère aussi. Toutefois ma sœur ne veut pas se lancer de défi de ce genre, elle ne croit pas assez en elle.

Quant à mon père il est du genre à freiner et refroidir les ardeurs de tout le monde dès qu’il s’agit de travail. Si on l’écoute il faut juste courber l’échine et attendre la retraite.

Moi je n’ai pas envie de pousser qui que ce soit dans la moindre direction. J’entends des plaintes, je sens les insatisfactions. Je sais quels conseils il faudrait donner. Mais je sais aussi qu’il y a une heure pour recevoir. Cette leçon m’a été difficile à apprendre mais c’est rentré. Il y a une heure pour recevoir et tant que celle-ci n’est pas arrivée, on ne peut accueillir.

Je vois trop de personnes dans mon entourage pour qui l’heure de recevoir tarde à arriver. De mon point de vue. De manière plus objective elle arrivera quand elle arrivera.

En attendant que faire quand les gens sont là avec leurs paquets douloureux et que l’on sent dès qu’ils s’approchent ?

Au travail devant les clients c’est facile. Je suis une négociatrice, j’amène les gens vers moi et ensuite je leur montre la direction qui m’intéresse. J’écoute tout ce qu’ils ont à dire mais je négocie de manière fermée. C’est ma solution qui est la bonne. C’est tout.

J’ai vu des gens se mettre à pleurer, quitter mon bureau en colère (pas la majorité de mes clients). Mais ces mêmes personnes sont revenues vers moi. Et c’est quand les gens admettent ma solution comme étant valable au moins pour moi, que je lâche du lest. Ce que je ne suis pas obligée de faire en réalité. Je le fais parce que je le peux. Et parce que je comprends les difficultés.

Un de mes clients me tanne pour obtenir un prêt. Je lui ai répondu maintes fois non. Je lui ai expliqué pourquoi je lui disais non. Seulement il a l’impression que ses besoins priment sur les intérêts de mon entreprise et il s’avère que mon boss et le directeur de l’agence voient les choses autrement. Je comprends tout à fait son problème. J’y vois une solution simple. Il ne veut pas en entendre parler.

J’ai déjà utilisé toute la latitude dont je disposais sur ce dossier. Je vais devoir faire la méchante. Ce n’est pas ce que je préfère. Mais ce client-là ne se rangera pas à mon avis. Pas de bonne grâce.

Je vais le laisser se croire une victime du système et se fatiguer. Il n’a pas les moyens de ses ambitions mais ne l’admet pas. 

Les rapports de force avec les clients, surtout les hommes bizarrement, j’ai l’habitude. Dernièrement il y en a un qui a essayé de me dire comment je devais travailler. Je lui ai rappelé qu’on obtient de meilleurs résultats avec l’amabilité qu’avec la grossièreté.

Et je ne comprendrai jamais les gens qui pensent qu’une demande peut être formulée en commençant ses phrases par « il faut que vous ».

Cependant le travail c’est une chose particulière. Je sais faire la part des choses. Je sais pourquoi je prends telle ou telle décision sur les dossiers. Seulement je sais aussi les conséquences qu’il peut y avoir derrière.

Du coup je préfère quand j’arrive à discuter avec le client, à trouver une solution avec lui. 

L’autre jour je discutais avec une collègue. Elle me disait que les gens marquaient toujours un temps d’arrêt quand elle leur expliquait que son travail consistait à pratiquer des saisies. On a rigolé. Que faire d’autre ? C’est son boulot.

Parfois j’ai la tête un peu chargée parce que quand je rentre chez moi, je ne trouve pas le calme. Ou alors je suis physiquement fatiguée parce que je me sentais d’humeur à beaucoup travailler. Ca arrive plus souvent que rarement en vérité. J’aime quand j’ai du travail. Je n’aime pas quand je n’ai pas grand-chose à faire. Et je ne peux même pas en parler avec les collègues parce qu’ils s’énerveraient.

Il arrive que je doive faire durer trois malheureuses tâches sur toute une journée. Je ne dis rien, je sais pourquoi. Mais je n’aime pas cette situation.

D’autres fois, je suis lassée de devoir faire le même genre de choses depuis deux ou trois jours et je n’arrive pas à me motiver.

Et donc dans tous ces cas de figure que je viens de citer, je puise dans mes ressources spirituelles. Parce que je ne sais pas vers quel autre puits me tourner.

Par moment ceci dit, on dirait que le puits a besoin d’être rempli… Alors qu’il est toujours plein.

J’ai besoin de me poser ça veut dire, j’ai envie de vivre autrement c’est ça ?

« C’est ça. Ce n’est pas une fatigue spirituelle, c’est bien psychologique. La déprime n’est pas le seul problème psychologique possible. En l’occurrence tu sais que tu n’es pas malheureuse. Tu réalises que tu as envie de plus de douceur dans ta vie. Et tu voudrais exercer un métier plus créatif seulement tu sais ne pas être formée pour cela.

Tu n’es pas mentalement fatiguée, juste taraudée par le besoin d’essayer de répondre à cette envie de plus de créativité dans ta vie. Ce qui est la raison pour laquelle les problèmes de tes proches semblent si présents. 

Tu n’as pas essayer de transmuter ce que tu reçois d’une façon créative ? Essaye. Fais le juste pour toi, sans enjeu. Ce sera ta façon de te poser. »

Merci Elédahiel. Je crois que je vais écrire de petites histoires.

« Par exemple. »

Bonne journée à tous ;)


…I worked for it.

...I worked for it. 16072903441817181814399502

Bonjour à tous,

« Alors, ma douce Sylvie, dure journée ? », me demande Elédahiel.

Non, enfin, c’est juste que je suis touchée par la détresse de certains clients. Plus que je ne le voudrais. Aujourd’hui même l’huissier m’a appelé, l’avocat m’a appelé, le client m’a appelé deux fois et tout ça pour un unique dossier.

Le client est dans une situation très difficile.

Il y a au moins deux issues « honorables » devant lui. Il ne voit que l’une, qui va le saigner à blanc. L’autre porterait atteinte à sa dignité d’homme selon lui.

C’est dommage qu’il voit les choses sous cet angle. A sa place j’aurais gardé en tête le fait que le juge est le plus souvent du côté des débiteurs. Il aurait obtenu le délai dont il a besoin. 

Il préfère demander à ses enfants, à ses proches de lui prêter de l’argent. 

« Il a fait des choix qui l’ont mené à cette situation. Vois cela également. Il a fait plusieurs choix qu’en tant que professionnelle tu n’as pas approuvé. Parce que tu savais que ce n’était pas ceux qui lui permettraient de voir sa situation évoluer positivement. Il est celui qui, par appât du gain facile, s’est mis dans cette situation compliquée. Mettant son équilibre familial en danger.

Il a reconnu lui-même avoir voulu accroître ses gains et son patrimoine en faisant des paris financiers plutôt qu’en travaillant davantage au quotidien.

Nombre de personnes font de tels paris. Ils investissent dans l’immobilier, les panneaux photovoltaïques, le genre d’investissement qui demandent un minimum d’effort au quotidien, pensent-ils. 

Tu connais aussi des personnes qui ont préféré la vente à domicile, un commerce d’appoint voire qui sont auto-entrepreneurs et proposent divers services à côté de leurs activités officielles.

Combien de clients as-tu qui relèvent davantage de la seconde catégorie que de la première ? »

Peu, je vois nettement moins ces personnes-là…

« Nettement moins dis-tu. Qu’as-tu appris ? »

Il faut être en mesure de faire face aux carences locatives si on achète pour louer. Ou l’enfer vient vite. Mais en fait c’est un état d’esprit. Il y a des personnes qui sont prêtes à s’investir lorsqu’elles ont un objectif en tête et il y a celles qui visent surtout la fin, recherchant alors le moyen le plus facile.

Ce sont ces personnes qui demandent des prêts alors qu’elles doivent déjà de l’argent. Je vois d’autres me dire, je vais trouver et revenir ensuite avec les sous. Quand je leur demande comment ils l’ont obtenu j’entends, je fais plusieurs choses (légales, je ne souhaite simplement pas entrer dans les détails), j’ai changé de métier, j’ai vendu ceci ou cela.

J’ai vu une mère de famille mono-parentale vendre sa maison pour régler ses dettes. Elle vivait seule avec deux adolescents. Et je sais qu’elle n’avait pas les moyens d’en racheter une.

Elle doit vivre dans un appartement en location aujourd’hui, c’est le plus vraisemblable. Mais ce n’est pas un choix courant. La fierté fait que ce n’est pas un choix courant.

Personne n’est satisfait de quitter une grande maison pour une plus petite en raison de difficultés financières. J’ai appris qu’en réalité pour aller dans cette direction de son plein gré il faut beaucoup de courage.

La majorité des gens se sentent victimes d’injustice dans un tel cas de figure. C’est le monde qui est mal fait.  

D’autres encore croient au mythe « parti de rien devenu riche ». Pour partir de rien il faut avoir un bon réseau. Ou un bas de laine. Et bosser comme un malade. Si on veut arriver par soi-même. 

Parce que partir de vraiment rien, sans connaître personne et arriver en fournissant le minimum d’effort, ce n’est même plus de l’utopie. 

« Le travail est une valeur spirituelle. Vous peinez énormément à vous en rendre compte mais tu sembles l’avoir compris. Tu te souviens de cette citation d’Estée Lauder qui t’avait plu ? »

I never dreamed about success, I worked for it. 

« Ton client a fait des choix qu’il va devoir assumer. La dignité, c’est la capacité de garder la tête haute en toutes circonstances. Être digne c’est s’assumer. Ce n’est pas rechercher la fuite. S’endetter auprès de ses proches est le choix de son ego mais c’est à lui de le comprendre.

Tu lui as donné ton avis en tant que professionnelle, tu as fait ce que tu avais à faire. »

Merci Elédahiel.

« Tu sais, devant chacun d’entre vous il y a une belle route possible. Le courage demande des efforts mais tous les efforts finissent par payer du moment que l’objectif poursuivi s’inscrit dans la droite ligne de ce qui vous convient vraiment. »

Bise à tous ;)


Le temps des fleurs et des cerises

Le temps des fleurs et des cerises dans Anges 16072408501517181814392522

« Parce que ce qui doit mourir laisse toujours place à une nouvelle pousse,  

Laisse partir ce qui n’a plus sa place et accueille ce qui doit,

Le temps des fleurs et des cerises. »


Éternel été

Éternel été 16072408204317181814392470

Bonjour à tous,

« Tout ton entourage te demande pourquoi tu n’as pas programmé de congés en juillet aout. », me dit Elémiah.

Je m’étais dit que comme j’étais partie en mai, il valait mieux que je parte plus tard, pour vraiment profiter. J’ai pris presque trois semaines en mai. Et j’avais pris dix jours en mars.

« Tu sais quand tu vas t’arrêter ? »

Non pas encore, ce n’est pas grave. Je peux poser n’importe quelle date. Le problème c’est qu’à ma grande surprise mes collègues non plus ne sont pas partis. Ah on ne s’est pas battu, c’est clair !

J’espère qu’on ne va pas tous vouloir la même période…

« Aux Antilles la période choisie ne dépend pas du climat. »

Voilà on ne regarde pas trop ça si on ne voyage pas loin. On pose quand on pose, c’est le pays de l’été éternel ici. Décembre ou juillet…

Tout dépend des projets. Je connais des personnes qui aiment aller dans le froid. Alors je leur demande, tu voudrais vivre ailleurs ? Ils me répondent, pas forcément mais le froid ne me gêne pas. 

« Tu aimes la neige. »

J’adore, dans ma tête la neige c’est l’occasion de s’amuser. A Marseille ou même à Paris quand j’étais petite, il n’y en avait pas souvent et donc c’était toujours sympa d’en voir.

A Marseille toutefois, un peu de neige bloque toute la ville car rien n’est prévu !

« Tu n’as jamais dû rejoindre ton travail malgré la neige ? »

Oh non, jamais. Je pense que ce doit être moins amusant. Je ne sais même pas poser des chaines !

« Tu irais à la montagne en hiver ? »

Sans problème. Du moment que quelqu’un d’autre conduit ! Il avait neigé quand on avait passé noël en Suisse. C’était sympa. Pour moi la neige est associé à plein de moments sympas. Et puis j’aimerais beaucoup ré-apprendre à skier ou même refaire du patin. Mais je ne suis pas douée pour ça, je tombe à chaque fois sur la glace !

« Tu n’as jamais vraiment appris à patiner. Il faudrait prendre ce temps. »

Il n’y a pas de patinoire ici, ce n’est pas Dubaï.

« Une patinoire dans le désert. »

Il n’y a que là que l’on pouvait avoir une telle idée. Mais bon, je préfère les virées en catamaran. 

« Et justement quelques une sont prévues. »

Justement oui ! Ce n’est pas parce que je ne prends pas de congés que je vais rester à me morfondre. Il faut que les weekends servent à quelque chose !

« Ils peuvent servir à beaucoup de choses. Notamment à profiter de l’éternel été. Quelle jolie saison, éternel été. Qu’en penses-tu ? C’est plus prometteur que le long hiver glacé et désertique que tu as connu. Non ? »

Ca sonne mieux, c’est sûr.

« Tu pourrais faire une autre croisière. Dans quelques mois. Tu pourrais partir au départ de Miami. Ce n’est pas loin de chez toi Miami. Et il n’y a pas d’hiver glacial dans cette région non plus. Il te faudra une veste pour les soirées en mer par contre. Ou quelque chose pour te réchauffer. Tu es tellement frileuse. Les gens te disent fragile, tu tombes facilement malade avec des chauds-froids.

Il faudra que tu évites d’aller sur le balcon pieds nus au petit matin, cela ne te réussit jamais.

Tu ne voudrais pas faire une autre croisière ? »

Si, mais ce ne sera pas tout de suite.

« Ce n’est pas grave, tu l’as dit toi-même, tu peux poser quand tu veux ou quand ça t’arrange. Du moment que tu sais comment rester au chaud. Le reste, c’est juste accessoire. »

Je m’en souviendrai, quand je repartirai.

« Qui sait, la vie réserve toutes sortes de surprises. Et même des bonnes. »

Lol, merci à toi.

Bonne journée à tous ;)  


Tote bag !

Tote bag ! 16072406325817181814390900

Bonjour à tous,

« On t’a demandé si tu souhaitais te réinscrire à des cours l’an prochain. », me demande Sammael.

Oui, l’amie en question a décroché cette année et est sur le point d’avoir un enfant. Elle me dit vouloir reprendre le dessin, c’est elle. Mais si elle a décroché cette année alors qu’elle avait le temps, avec un bébé…

Il va lui falloir bien plus de volonté. Pour ma part, ce serait photo et anglais. Toutefois vu que moi aussi je décroche à chaque fois, j’ai envie de suivre le conseil d’Elédahiel plutôt.

« A savoir ? »

Tenir compte du fait que je n’aime pas les devoirs maison et suivre des instructions !

« Tu n’envisages pas d’activité plus physique ? »

Comme la vannerie ?

« Comme gym ou danse ? »

Non, je sais que je ne finirai pas l’année dans les deux cas.

« La vannerie ? »

Ce serait par curiosité. Non, cette année si je devais m’inscrire, ce serait en anglais ou photo. L’anglais parce qu’il est temps que je le parle couramment et la photo parce que j’adore. Je choisirais des activités qui font sens pour moi.

Du coup, je pourrais même envisager le piano. Je me souviens bien que la prof m’avait fait remarquer que si j’avais été un génie je l’aurais su, mais il se trouve que j’aime bien le piano.

« Selon elle tu n’as pas de talent pour la musique. »

Ce n’est pas grave, je ne rêve pas d’en faire mon métier. Je voudrais seulement savoir jouer.

« Le piano c’est trop tôt. Dans un an ou deux, ce sera le bon moment si tu veux vraiment reprendre. C’est un instrument qui t’a toujours plu, tu t’étais inscrite avec enthousiasme. Gageons que tu tomberas sur un meilleur professeur la prochaine fois.

Penses-tu avoir du talent en dessin ou peinture ? »

Je suis super douée pour massacrer du papier et gâcher de la peinture. Ca compte ?

« … »

J’ai essayé je t’assure ! On dirait que j’ai deux mains gauche quand je dessine ou que je peins. C’est mon frère qui a hérité de tout ce talent-là !

« Est-ce que tu aimes dessiner ? »

J’aime davantage peindre.

« Des choses concrètes ? »

Non, j’aime prendre le pinceau et laisser ces drôles d’énergies qui se manifestent dès que je peins me faire mettre n’importe quelle couleur n’importe où sur la toile. En fait j’aime la peinture parce que ça me permet de me vider à chaque fois. Sauf quand il fallait suivre les instructions du prof.

Mais 90% de ce que je fais est moche. Au moins j’en suis bien consciente.

« Pourquoi aimes-tu la photo ? »

J’adore, c’est d’abord un plaisir que de pouvoir s’attarder sur des lieux, des instants, des visages aussi parfois. Même si j’aime surtout les paysages, sans mise en scène. J’aime les couleurs et la lumière qui apparait de telle ou telle manière.

J’aime la force ou la tranquillité qui existent tout autour de moi. Et j’aime ce qu’on peut créer avec des photos, de vraies images. Une photo modifie l’ambiance autant que l’aspect visuel d’un lieu.

Mais ce que j’aime vraiment c’est la couleur. Je l’ai compris petit à petit. J’aime la manière dont les couleurs se répondent, s’entrechoquent, se lient…

C’est sans doute pour cette raison que j’aime tellement les levers et couchers de soleil.

Je ne pourrais pas n’avoir que des photos en noir et blanc. J’aime la couleur avant tout.

Et j’aime la beauté et l’harmonie autant que ce qui interpelle pour X raisons.

« Et tu sais faire la différence entre beau, mignon et joli. »

Bien sûr !

« Pour certains, ces distinctions sont vaines. »

Je sais, je comprends. Moi je les vois. 

« Donc tu as eu la vision de ce sac au réveil l’autre matin et tu le veux ? »

Oui !! Il est trop beau. Et je sais comment l’obtenir, c’est un tote bag ! Je vais le commander sur un site.

« Il faudra le concevoir. »

Ce sera très facile, je vais respecter la vision, je peux le faire toute seule !

« Et si d’autres te demandent où tu l’as eu ? »

Je dirais, c’est moi qui l’ai fait ! Enfin c’est moi qui l’ai conçu, c’est pareil. Par contre il faudra que je contacte les gens du site avant car je voudrais exactement le même rendu que dans ma vision.

« Cela ne te reviendra pas trop cher. »

Non, c’est juste un tote bag, il est possible d’en commander des personnalisés.

« Une de tes photos et une inscription dessus. »

Je n’ai pas pu lire l’inscription, j’ai juste vu que la calligraphie me plaisait. Par contre j’ai hâte de choisir la photo ! Je choisirai un message plus tard, en le canalisant.

« C’est une jolie idée. Cela te fera un sac unique. »

Oui.

« De toute façon tu aimes les projets créatifs. »

Exactement !

« Alors tu continueras longtemps de prendre des photos. Peut-être que par la suite tu concevras d’autres sacs. »

Peut-être. 

« Qui sait, tu aimes les formes et les matières autant que les couleurs en vérité. Il y avait formes, couleurs et matières sur le sac dont tu as eu une vision.  Il sera peut-être moins simple que tu ne penses de la matérialiser.

Toutefois tu devrais trouver cela amusant. »

Merci Sammael.

Bonne journée à tous ;)


Au-delà de…

Au-delà de... dans Dragons 16072401220917181814390850

Bonjour à tous,

« Tes beaux ongles se cassent. », me dit Thor.

Tiens, ça fait un moment qu’on n’avait pas parlé.

« On n’en avait pas besoin. »

Tu sais déjà. Pourquoi n’es-tu pas juste enroulée autour de moi ?

« Je sais que tu aimes jouer avec le Dragon de ton Lauviah. Mais te souviens-tu que c’est moi qui t’attendais la première fois que tu as réussi une méditation ? »

Oui, je t’ai vu qui passait devant moi, toute blanche et ta présence semblait si normale et naturelle…

« C’est l’Ange qui sourit qui t’a aidée avec cette toux qui ne passait pas. Au moment où tu avais enfin décidé d’aller chez le médecin. »

Une copine m’a expliqué qu’il s’agit d’un virus. Franchement au départ je ne me doutais pas, pas de fièvre, juste la toux…

Mais elle s’aggravait. Et j’ai su qu’en fait elle ne passait jamais, certaines personnes ont développé des maux de ventre semblables à la gastro après la toux.

L’ange qui sourit est intervenu juste après que je me sois dit, j’en ai marre, je vais chez le médecin ! Ca commence à aller mieux.

« Ca finira en rhume. »

Sérieusement ?

« Oui. »

Bon. Ca reste mieux que la gastro.

« Ton amie a dû prendre plusieurs médicaments. »

Je sais.

« Et tu tousses beaucoup moins. »

Oui justement, je suis contente. J’ai eu de sacrées quintes… 

« Il faut que tu remercies l’Ange qui sourit. »

Je l’ai fait.

« Tu ne sais toujours pas son nom ? »

Je lui ai déjà demandé mais il ne parle pas. Il se contente de sourire et il vibre à une fréquence que je ne capte que s’il veut bien que je le capte.

« Il est venu à ton aide plusieurs fois. Notamment quand tu avais contracté la dengue. »

Je m’en souviens. Je l’ai remercié. J’ai essayé de lui parler mais il ne répond pas, il ne fait que sourire. Et je crois qu’il ne souhaite pas que je m’approche.

« Peut-être, mais au-delà de cette entité, tu peux remercier la Source de tout. Tu comprends ? »

Ah, oui maintenant je comprends.Peu importe le nom de l’Ange qui sourit…

« Il apparait pour te rappeler que tu n’es pas seule et que tu es aimée. De la Source elle-même, comme chacun d’entre vous.

Quand tu joues avec le Dragon de Lauviah, tu te laisses bercer par sa douceur. Quand tu es enveloppée dans mes énergies, tu te laisses également bercée. Au-delà de nous, vois qui t’aime réellement.

Vous recevez tous cet amour d’une manière différente. Mais comprends que quand l’Ange qui sourit vient à ton secours, c’est la Source qui te rappelle que tu es aimée. »

Merci à toi. 

Bonne journée à tous ;)


Rayonne dans mon coeur

Rayonne dans mon coeur 16072304282717181814389167

Bonjour à tous,

Fini la balade sur la mer Adriatique, cette semaine on est de retour chez moi et je vous emmène sur ma bien-aimée plage du Diamant.

« Tu avais envie de remettre des photos de chez toi. », me dit Elédahiel.

Oui, je m’en suis rendue compte en choisissant la série de photos de cette semaine.

« Pour retrouver des paysages familiers ? »

Non, plutôt des paysages qui me touchent plus.

« Pour aller chercher des énergies différentes alors ? »

Oui peut-être.

« Comment est la vie en ce moment ? »

Douce.

« Et au travail ? »

Intense. Ce mois-ci j’ai eu un surplus de travail conséquent. Plusieurs choses sont arrivées en même temps. Mais je gère la situation.

« Sans te mettre trop de pression ? »

Tu sais comment je suis. Lauviah me rappelle à l’occasion qu’à chaque jour suffit sa peine et je vois que cela commence à rentrer. Je suis contente à la fin de la journée parce que je sais que j’ai fait tout ce que je pouvais matériellement faire.

« Tout le monde te demande quand tu prendras tes congés. »

Je n’ai pas encore décidé. Mais pas en aout. Plus tard.

« Ce n’est pas comme si tu avais des impératifs à ce niveau. »

Je peux partir quand je veux. Je prends mon temps et je profite du fait qu’il n’y ait pas de trafic en ce moment et je me dis que ce serait vraiment super s’il pouvait en être ainsi toute l’année.

« D’autres profitent du climat et ont programmé leurs vacances en conséquence. »

Ici il fait beau et chaud toute l’année. Même s’il pleut davantage à la saison des pluies. Celle-ci s’étend de janvier à décembre. Non je n’exagère pas. On m’a raconté qu’il existe aussi une saison sèche. Je pense qu’elle apparait quand je suis hors du territoire. 

Plus sérieusement, les jours où il pleut presque non stop toute la journée ne sont évidemment pas les plus courants. Par contre, ils ont une fâcheuse tendance à être des samedis ou des dimanches. Ah monde cruel… 

« Il n’y a que des beaux jours pour qui sait voir le soleil dans son cœur. »

Je suis d’accord. 

« Et tu adores la pluie quand tu es dans ton lit, au petit matin notamment, quand tu t’éveilles à peine. »

Qui n’aime pas ? Les jours de pluie sont parfaits depuis un cocon douillet.

« N’est-il pas possible que ce cocon te suive partout où tu vas ? »

Si Lauviah reste près de moi c’est possible. Ou s’il me laisse son Dragon.

« Et sans Lauviah ? »

C’est plus dur.

« Pas si tu te souviens que le soleil rayonne en permanence dans ton cœur. »

C’est là qu’est sa place, merci du rappel Elédahiel.

Bonne journée à tous ;)


Autre lieu à découvrir…

Autre lieu à découvrir... dans Féérie 16071807363317181814381599

Bonjour à tous,

« Et le train arrive en gare, la fin du voyage, la fin du voyage… », me chantent les Fées.

La fin de quel voyage ? Je n’aime pas cette chanson !

« Et le train arrive en gare, c’était son dernier voyage, tout le monde descend, tu descends. Tu descends. »

Je ne comprends jamais ce que vous dites ! Ce voyage c’est lequel ?

« Et le train entre en gare, c’est la fin, c’est la fin.

Autre lieu à découvrir, autre voyage, autre destin… »

Et elles sont déjà reparties. Bon.

Bonne journée à tous ;)  

Articles plus anciens

Des moments heureux

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause