Archive pour mars, 2009

L’astrologie

443083424small.jpg 

 

Bonjour à tous,

J’adore l’astrologie. C’est un domaine pour lequel je me suis découvert un réel intérêt quasiment d’un coup il y a quelques temps maintenant.

Mes guides m’avaient suggéré de m’y intéresser, ils avaient raison. Comparer ce que je lisais avec ce que j’avais déjà compris sur moi-même a changé mon jugement sur des disciplines que je jugeais comme étant fantasque et vide de sens il y a à peine quelques années.

Toutefois c’est l’astrologie karmique qui me plaît le plus. Dommage qu’il soit si difficile de trouver de bons ouvrages sur le sujet. Surtout que ce qui m’intéresse le plus ce sont les astres noirs.

Cela fait un moment que je me sens attirée par l’exploration de ces astres et je crois que je vais le faire seule. J’ai déjà eu l’explication que je souhaitais sur le soleil noir. Je sais que si je m’ouvre à mon âme je trouverai le reste.

Je trouve ça tellement passionnant. Les astres sombres recèlent une dimension autre car leurs indications ne concernent que l’âme, ils ne prennent pas en compte l’ego.

Contrairement aux astres dits visibles. Ainsi, en étudiant les astres sombres on peut connaître le but de son âme ( vous savez celui qui ne se révèle qu’existence après existence ). Enfin, il reste quand même une condition de taille, le fameux calcul du thème sombre.

C’est quasiment mission impossible de trouver cela sur le net. Du coup, je vais faire comme j’ai toujours fait pour ma part.

Quand j’aurai obtenu les informations que je souhaite sur chaque astre, je demanderai à mon âme de me révéler ce qu’il en est pour moi.

Le souci est que ces révélations sont souvent symboliques…

Et si je demande à mes guides ils ne me diront que ce que je peux comprendre à l’instant où je demande. Ou alors ils me répondront  » Ne cherche pas la facilité, suis les indications de ton âme. » 

Je sais bien que le langage symbolique est là pour m’aider, pas l’inverse. Ce type de révélations peut destabiliser. Je me souviens du jour où j’ai compris que j’avais été brûlée vive dans une vie antérieure…Je l’ai mal vécu. Et pourtant je n’ai pas vu d’image.

Bon, je vais commencer par demander des infos générales, je verrai ensuite.

Bonne journée à tous Clin doeil

  

Les égrégores sombres

0801120857552041451.gif 

 

Bonjour à tous,

Dans l’article précédent je vous ai parlé des égrégores lumineux que nous avons créés et nourrissons du fait de notre attachement et de notre Amour pour un lieu donné.

Et bien pourtant, mes guides me disent que dans un même endroit peuvent coexister un égrégore sombre et un égrégore lumineux.

Reprenons l’exemple d’Uluru. A côté du magnifique égrégore d’Amour et de Lumière qui s’épanouit en cet espace, il en est un autre, tout aussi puissant, qui resplendit d’une énergie nettement plus sombre.

Il est rare que les deux égrégores ne soient pas d’une puissance proche, voire identique autrement le plus développé écraserait l’autre, réduisant ainsi son influence à presque rien.

Toutefois je rappelle que c’est nous qui les créons et les alimentons. La région d’Uluru a connu maints affrontements, comme en beaucoup d’autres endroits. Les sentiments développés et les énergies déployées à ces occasions ont constitué le noyau dont s’est nourri cet égrégore.

Si bien qu’aujourd’hui, il est totalement indépendant lui aussi, et surtout, il est capable d’influer spirituellement de la même manière que l’égrégore lumineux.

Le fait que les deux soient de puissance égale ne les empêche en rien de rayonner chacun à leur manière et de pouvoir par conséquent nourrir ceux qui s’alimentent à une source proche de la leur, à savoir l’Ombre ou la Lumière. Certaines personnes sont même capable de recevoir de l’énergie des deux égrégores à la fois. Ce qui est une chance pour elles.

Car les égrégores sombres ne sont pas  » les mauvais « . Ce sont ceux qui détiennent souvent les énergies telles que l’agressisvité ou la force brute. Si vous parvenez à combiner cela avec des énergies lumineuses vous pouvez parvenir à un résultat qui transcende l’ensemble et vous permettra d’acquérir discernement, force et sagesse au final.

Il ne faut rejeter aucun type d’énergies si l’on veut se connaître et se réaliser. Il existe pourtant des lieux où apparement seul l’un des deux types d’énergie se retrouve.

Les lieux qui recèlent une grande spiritualité lumineuse sont de ceux-là par exemple. Pourtant mes guides me disent que cette sensation qu’il n’y a qu’une concentration d’énergies lumineuses est une illusion.

L’égrégore sombre existe partout où il y a un égrégore lumineux simplement parce que l’Ombre et la Lumière se retrouvent en chacun de nous. Or c’est nous qui les créons. Par contre, il est possible de créer un égrégore lumineux si puissant qu’il écrasera l’autre. C’est ce qui se passe dans certains lieux.

Mais l’Ombre y est tout de même présente car elle y a aussi sa place.

Bise à tousClin doeil

Nos racines

rx9j5r7k.jpg 

 

Bonjour à tous,

Je ne suis pas la seule, je je le sais, à considérer un coin de Terre bien précis comme étant  » chez moi « . Je pense d’ailleurs que quelque part nous avons tous ce sentiment ou le besoin de l’avoir.

Pourtant je me souviens que quand j’ai commencé à me poser des questions sur ce que je désirais vraiment faire de ma vie etc, j’ai voulu suivre un adage bien connu  » si tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens « , dans tous les sens du terme.

A l’époque je pouvais déjà communiquer avec deux de mes Anges Gardiens. Je leur disais,  » Bon et bien moi je suis de tel coin car toute ma famille est de là « . Mais ils me répondaient,  » Ce n’est pas si simple, cherche un peu plus loin. »

A ce moment-là j’avais déjà entendu dire que nous ne formions tous qu’Un toutefois je ne le ressentais pas, je ne sentais pas les énergies. Ou plutôt, je commençais. Mais je ne comprenais pas pourquoi j’avais parfois la sensation que ma chambre était plus large qu’il n’y paraisssait, comme s’il y avait en fait un monde plus vaste que ce qu’on pouvait voir. Je me demandais simplement pourquoi je ressentais cela et suite à la lecture d’un article très répandu sur le net ( consacré aux  » symptômes  » de l’éveil et que je ne souhaite pas publier ici ), je croyais que c’était simplement normal et qu’un jour ça s’arrêterait. emoticone

Autant en rire maintenant ! J’ai fini par comprendre, par réaliser, que le monde n’est qu’énergies. Nous-mêmes ne sommes qu’énergies. Voilà une partie de ce que mes guides voulaient dire par  » cherche un peu plus loin « .

Je me souviens d’ailleurs que j’ai fait mes premiers voyages énergétiques conscients sous l’égide de l’Archange Ariel. Il m’avait dit être l’Ange de la Terre, un gardien qui se préoccupe de la cohésion des énergies.

Hier, il m’a expliqué pourquoi nous avions ce sentiment d’appartenir à un lieu précis. On a pris pour exemple Uluru. Il m’a aidé à réaliser ce qu’impliquait le fait que beaucoup de personnes se réincarnent toujours dans une même zone géographique, même large. Ces personnes s’incarnent le plus souvent dans des noyaux d’âmes qu’elles connaissent et qui leur sont proches.

Ces personnes aiment, vivent et expérimentent donc toujours dans un même cadre auxquelles elles sont plus attachées parfois que ce qu’elles ressentent consciemment.

Ce sont les Aborigènes qui ont fait d’Uluru ce qu’il est, qui lui ont donné sa force. Ce n’est pas l’inverse. Ils s’y sont tant attachés qu’ils ont créés autour un égrégore lumineux qui a ainsi pu exister seul. Cet égrégore les a ensuite alimenter spirituellement à mesure qu’il se développait et les Aborigènes ont continuer à l’honorer et à l’aimer tout ce temps durant.

Mais un jour de nouveaux occupants sont arrivés en Australie. Il se sont appropriés les terres et Uluru est devenu Ayer’s Rock. Les Aborigènes originaires de cette région l’ont très mal pris. Ils ont eu la sensation qu’on leur arrachait leurs racines…alors que l’égrégore lumineux était toujours là.

Mais on leur disait que le rocher et les territoires alentour n’étaient plus à eux. Cette rupture physique n’a toutefois pas suffit à faire disparaître le sentiment d’appartenance.

Les liens d’énergies, surtout ainsi entretenus, sont extrêmement puissants. L’égrégore lumineux n’a jamais faibli car les Aborigènes continuaient d’aimer leur rocher et leur région.

En outre, les nouveaux occupants aussi ont développé un attachement, différent certes, pour Ayer’s rock. Cela fait un moment que ce rocher est une fierté nationale.

Ainsi, l’égrégore lumineux d’origine s’est enrichi d’un nouveau et aujourd’hui que les esprits sont apaisés du fait de la restitution aux Aborigènes d’Uluru et des terres environnantes, un troisième égrégore englobe désormais les deux autres.

Le premier recèle des énergies anciennes toujours vivaces et puissantes. Le deuxième est constitué d’un Amour encore  » jeune « . Mais le troisième est le plus beau et le plus puissant car il démontre qu’énergétiquement il a été possible de réaliser une union qui peine encore aujourd’hui sur le plan matériel.

Mes guides me disent qu’il y a beaucoup d’endroits comme ça. Les migrations et les brassements de population en sont à l’origine.

C’est vraiment dommage qu’il ne soit pas plus facile de voir tous ces beaux égrégores.

Bonne journée à tous Clin doeil  

        

   

Uluru, suite et fin !

purplefairy.jpg

 

Bonjour à tous,

Dans l’article précédent je vous ai fait part de mon désir de me connecter aux énergies d’Uluru. Je reviens donc vous raconter mon expérience.

Tout à l’heure après manger, j’ai été dans ma chambre et je me suis allongée. Je pratique toujours dans ma chambre,  je sais que certains déconseillent mais je n’ai jamais eu de problème.

Je me suis installée sous les couvertures car je suis frileuse et j’ai fermé les yeux. J’ai tenté de me concentrer sur le rocher mais franchement au début j’ai eu l’impression que je n’obtiendrai pas de résultats.

De plus, chose à laquelle je ne m’attendais pas, en agissant j’ai fait remonter des énergies qui stagnaient en moi. Il a fallu que je les comprenne pour pouvoir les évacuer. En constatant cela j’ai pensé,  » tant pis, je réessayerai une prochaine fois « .

Toutefois je ne me suis pas découragée finalement. Après que je sois parvenue à faire le vide, j’ai vu apparaître une carte de l’Australie. Peu après, j’étais devant Uluru.

Je ne voyais pas le rocher, mais je sentais sa présence, je sentais les énergies.

Hélas, je n’ai pas pu tenir très longtemps. Si je me suis bien connectée, je me suis aussi rendue compte très vite de la puissance des énergies concentrées en cet espace.

C’était trop pour moi. Pour une première fois en tout cas. Je recommencerai.

Bise à tous Clin doeil   

 

 

Uluru

1738037uluruatsunset0.jpg 

 

Bonjour à tous,

Uluru est le nom aborigène d’Ayer’s Rock, ce superbe rocher australien qui change de couleur au fil de la journée.

Mais en réalité, Uluru est une montagne. Car si elle ne culmine qu’à 800m, elle s’enfonce aussi à 6000m dans le sol.

Les Aborigènes originaires de cette région ont toujours vu un lieu sacré en ce rocher. Chaque grotte, chaque cavité possède en fait une énergie propre.

Je rêve d’y aller, de pouvoir me plonger au coeur de chacune de toutes ces énergies, les sentir en moi et autour de moi.

Je pourrai essayer de les appeler mais ce ne serait pas pareil. Et puis à une si grande échelle, y parviendrai-je ? Je ne sais pas…

J’ai bien envie de tenter. Je ne peux pas me rendre en Australie. Mais depuis plusieurs jour je ressens l’appel des énergies de ce lieu. C’est un appel doux, comme une invitation. Je sens la chaleur et la riche histoire spirituelle du lieu. Peut-être que je devrais tenter.

De toute façon je sais que cette envie ne va pas passer. Je redoute parce que je vois la distance géographique. Mais je sais aussi que sur le plan énergétique ces limites ne veulent rien dire.

Je vais essayer, je vous raconterai ensuite.

Bonne journée à tous Clin doeil

Le bateau ivre

zednature00958.jpg 

 

Comme je descendais des Fleuves impassibles,
Je ne me sentis plus tiré par les haleurs :
Des Peaux-Rouges criards les avaient pris pour cibles
Les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs.

J’étais insoucieux de tous les équipages,
Porteur de blés flamands et de cotons anglais.
Quand avec mes haleurs ont fini ces tapages
Les Fleuves m’ont laissé descendre où je voulais.

Dans les clapotements furieux des marées,
Moi, l’autre hiver, plus sourd que les cerveaux d’enfants,
Je courus ! Et les Péninsules démarrées
N’ont pas subi tohu-bohus plus triomphants.

La tempête a béni mes éveils maritimes.
Plus léger qu’un bouchon j’ai dansé sur les flots
Qu’on appelle rouleurs éternels de victimes,
Dix nuits, sans regretter l’oeil niais des falots !

Plus douce qu’aux enfants la chair des pommes sûres,
L’eau verte pénétra ma coque de sapin
Et des taches de vins bleus et des vomissures
Me lava, dispersant gouvernail et grappin.

Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème
De la Mer, infusé d’astres, et lactescent,
Dévorant les azurs verts ; où, flottaison blême
Et ravie, un noyé pensif parfois descend ;

Où, teignant tout à coup les bleuités, délires
Et rythmes lents sous les rutilements du jour,
Plus fortes que l’alcool, plus vastes que nos lyres,
Fermentent les rousseurs amères de l’amour !

Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes
Et les ressacs et les courants : Je sais le soir,
L’aube exaltée ainsi qu’un peuple de colombes,
Et j’ai vu quelques fois ce que l’homme a cru voir !

J’ai vu le soleil bas, taché d’horreurs mystiques,
Illuminant de longs figements violets,
Pareils à des acteurs de drames très-antiques
Les flots roulant au loin leurs frissons de volets !

J’ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies,
Baiser montant aux yeux des mers avec lenteurs,
La circulation des sèves inouïes
Et l’éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs !

J’ai suivi, des mois pleins, pareilles aux vacheries
Hystériques, la houle à l’assaut des récifs,
Sans songer que les pieds lumineux des Maries
Pussent forcer le mufle aux Océans poussifs !

J’ai heurté, savez-vous, d’incroyables Florides
Mêlant aux fleurs des yeux des panthères à peaux
D’hommes ! Des arcs-en-ciel tendus comme des brides
Sous l’horizon des mers, à de glauques troupeaux !

J’ai vu fermenter les marais énormes, nasses
Où pourrit dans les joncs tout un Léviathan !
Des écroulement d’eau au milieu des bonacees,
Et les lointains vers les gouffres cataractant !

Glaciers, soleils d’argent, flots nacreux, cieux de braises !
Échouages hideux au fond des golfes bruns
Où les serpents géants dévorés de punaises
Choient, des arbres tordus, avec de noirs parfums !

J’aurais voulu montrer aux enfants ces dorades
Du flot bleu, ces poissons d’or, ces poissons chantants.
- Des écumes de fleurs ont bercé mes dérades
Et d’ineffables vents m’ont ailé par instant.

Parfois, martyr lassé des pôles et des zones,
La mer dont le sanglot faisait mon roulis doux
Montait vers moi ses fleurs d’ombres aux ventouses jaunes
Et je restais, ainsi qu’une femme à genoux…

Presque île, balottant sur mes bords les querelles
Et les fientes d’oiseaux clabotteurs aux yeux blonds.
Et je voguais lorsqu’à travers mes liens frêles
Des noyés descendaient dormir à reculons !

Or moi, bateau perdu sous les cheveux des anses,
Jeté par l’ouragan dans l’éther sans oiseau,
Moi dont les Monitors et les voiliers des Hanses
N’auraient pas repéché la carcasse ivre d’eau ;

Libre, fumant, monté de brumes violettes,
Moi qui trouais le ciel rougeoyant comme un mur
Qui porte, confiture exquise aux bons poètes,
Des lichens de soleil et des morves d’azur ;

Qui courais, taché de lunules électriques,
Planche folle, escorté des hippocampes noirs,
Quand les juillets faisaient couler à coups de trique
Les cieux ultramarins aux ardents entonnoirs ;

Moi qui tremblais, sentant geindre à cinquante lieues
Le rut des Béhémots et les Maelstroms épais,
Fileur éternel des immobilités bleues,
Je regrette l’Europe aux anciens parapets !

J’ai vu des archipels sidéraux ! et des îles
Dont les cieux délirants sont ouverts au vogueur :
- Est-ce en ces nuits sans fond que tu dors et t’exiles,
Million d’oiseaux d’or, ô future vigueur ? –

Mais, vrai, j’ai trop pleuré ! Les Aubes sont navrantes.
Toute lune est atroce et tout soleil amer :
L’âcre amour m’a gonflé de torpeurs enivrantes.
Ô que ma quille éclate ! Ô que j’aille à la mer !

Si je désire une eau d’Europe, c’est la flache
Noire et froide où vers le crépuscule embaumé
Un enfant accroupi plein de tristesses, lâche
Un bateau frêle comme un papillon de mai.

Je ne puis plus, baigné de vos langueurs, ô lames,
Enlever leurs sillages aux porteurs de cotons,
Ni traverser l’orgueil des drapeaux et des flammes,
Ni nager sous les yeux horribles des pontons.

Arthur Rimbaud

Marcher dans la lumière bleue

fairiesintrees.jpg 

 

Bonjour à tous,

Ce matin je me suis vue avancer sur un chemin. Il faisait beau, tout était agréable mais surtout, tout était bleu. L’herbe autour du chemin était verte et le soleil jaune mais tout était enveloppé d’une douce lumière bleue très présente.

Je me suis vue sur ce chemin après que j’ai compris que toute ma motivation dans la vie découle de l’Amour. Celui de l’Etre en moi, celui de mon âme et celui de la femme que je suis.

Ce bleu était d’un indigo clair, presque mauve. Et il était chaud.

Au fond la route devrait être simple à trouver je crois, elle part du coeur et s’étend à l’infini. La mienne est plate, mais il y a plein de petits cailloux éparses ça et là et plein de tentations autour, par-delà l’herbe grasse.

Ces zones de tentations d’ailleurs sont plus sombres et chargées d’éclairs d’un côté, et de tristes espaces gris de l’autre.

Le pire toutefois, c’est qu’il me semble bien que j’ai exploré ces deux affreux côtés avant de trouver la route. Mais longtemps je ne la voyais pas alors qu’elle était là.

Bref, pour l’heure, je pense pouvoir y rester. C’est l’essentiel.

Bonne journée à tous Clin doeil

Rituel pour diluer sa souffrance

215276137small.jpg

 

Bonjour à tous,

Il arrive que l’on vive des moments difficiles, notamment sur le plan émotionnel ou amoureux. Parfois dans ces moments, on souffre tant que l’on aimerait pouvoir s’arracher le coeur pour qu’il cesse de nous faire mal.

Heureusement, il n’est pas nécessaire d’en arriver là lol, il existe des méthodes bien plus douces. Ce rituel que je vous propose en est une. Il vous permettra de vous remettre en douceur d’une épreuve sentimentale ou émotionnelle tout en vous aidant à prendre conscience de votre propre part de responsabilité dans votre souffrance.

Car le but ultime est la guérison de la véritable blessure qui vous a amené à  » tomber de les bras «  de cet(te) X si imparfait(e).

Notre âme sait ce qui est bon pour nous. Si nous ne rencontrons que des crapauds ( homme ou femme ) ce n’est pas dû au hasard qui s’acharne ou à la fatalité. Ceux qui trouvent le partenaire qui leur faut, savent tout simplement le reconnaître quand il se présente.

Ce n’est pas de la chance, c’est souvent une question de maturité affective et émotionnelle. Le partenaire idéal n’est pas plus exempt de défauts que nous. Seulement, c’est un adulte mature et équilibré qui est capable de vivre avec un autre adulte à ses côtés.

Alors si vous êtes prêt à allez de l’avant tout en reconnaissant vos propres erreurs afin de mieux vous connaître et de cerner enfin ce qu’il vous faut sentimentalement, ce rituel est pour vous.

Si par contre vous cherchez simplement un moyen de vous décharger de votre souffrance dans l’univers voire d’oublier votre peine purement et simplement, je ne peux rien pour vous. Je sais que ce genre de procédés est inefficace sur le long terme car rien ne disparaît, seule la transmutation est possible. Pensez-y.

Pour la réalisation de ce rituel, il vous faut:

- Une bassine d’eau de source ou d’eau par vous consacrée ( c’est encore mieux )

- Une bougie blanche ou rose de bonne taille, assez épaisse ( pas une chandelle ou une votive )

- Quelques pétales de rose rouge

- Du gros sel

Une précision tout de suite, vous ne réaliserez ce rituel qu’une fois la nuit bien installée. Arrangez-vous donc pour être près d’une fenêtre de manière à pouvoir bénéficier des énergies de la lune. ( même si c’est la nouvelle lune, ce n’est pas un problème )

Bien, une fois la nuit tombée donc, vous remplirez une bassine d’eau de source ou d’eau consacrée. Vous y plongerez quelques pétales de rose rouge puis vous allumerez votre bougie. Vous poserez celle-ci en haut à droite de la bassine.

Une fois cela fait, saisissez une poignée de gros sel et diposez-le en cercle autour de vous et de la bassine. Faîtes en sorte de rester à l’intérieur du cercle tandis que vous le créer.

Ensuite, asseyez-vous et demandez à la divinité ou à la Puissance de votre choix de vous porter assistance et de vous protéger tandis que vous agissez. Demandez-lui également de bénir votre action.

Lorsque vous sentez que vous avez été entendu, plongez vos mains dans l’eau et laissez vous aller à pleurer. Si cela ne vient pas, repensez à ce qui vous fait souffrir et laissez aller vos pensées. Vous saurez de vous-même quand vous devrez vous arrêter. Il arrivera un moment où vous commencerez à sentir comme un baume apaisant sur votre coeur, vous vous sentirez soulagé.

Otez vos mains de l’eau et soufflez la bougie. La séance est terminée.

Videz la bassine, balayez puis jetez le sel. Vous êtes prêt à aller dormir. Vous recommencerez toutefois le lendemain et les quatre jours suivant. Le rituel s’étale sur cinq jours.

Durant la journée, certaines de vos propres actions ou décisions vous reviendront en mémoire. Certaines attitudes de l’autre aussi. Petit à petit vous comprendrez des choses. Cela durera au-delà des cinq jours et vous permettra de guérir définitivement la fameuse blessure qui vous condamnait à ne croiser que des crapauds.

Naturellement, à mesure de vos prises de conscience, votre peine s’amenuisera aussi, puis elle disparaîtra.

Bonne journée à tous Clin doeil  

 

The Mystic’s dream – Loreena McKennitt

Bonjour à tous,

Je vous l’ai déjà dit, j’aime énormément ce que fait Loreena. Je trouve qu’elle a une voix magnifique et que sa musique est un enchantement.

The Mystic’s dream est la première de ses chansons que j’ai découverte un jour, par pure curiosité !

J’espère qu’elle vous plaira aussi si vous ne la connaissez pas.

Image de prévisualisation YouTube

A clouded dream on an earthly night
Hangs upon the crescent moon
A voiceless song in an ageless light
Sings at the coming dawn
Birds in flight are calling there
where the heart moves the stones
there that my heart is longing for
All for, for the love of you
  

A painting hangs on an ivy wall
Nestled in the emerald moss
The eyes declare a truce of trust
then it draws me far away
deep in the desert twilight
Sand melts in pools of the sky
darkness lays her crimson cloak
lamps will call, call me home

And so it’s there my homage’s due
Clutched by the still of the night
now I feel, feel you move
And every breath, breath is full
So it’s there my homage’s due
Clutched by the still of the night
Even the distance feels so near
All for, for the love of you

A clouded dream on an earthly night
Hangs upon the crescent moon
A voiceless song in an ageless light
Sings at the coming dawn
Birds in flight are calling there
Where the heart moves the stones
there that my heart is longing for
All for, for the love of you

La maternité

1bluefairy.jpg 

 

Bonjour à tous,

 » La maternité est une expérience spirituelle autant que matérielle. Elle peut être plus ou moins bien vécue, cela reste une expérience et l’occasion d’apprendre et de grandir en tant qu’Etre. »

Voilà ce que me dit Isis aujourd’hui.

 » Cette expérience peut te permettre d’acquérir un certain degré de discernement, tout en te permettant d’expérimenter l’Amour d’une manière nouvelle lorsque les choses se passent bien pour toi intérieurement « , poursuit-elle.

 » Mais certaines femmes vivent leur maternité comme une contrainte. D’autres comme un devoir, une responsabilité  » sacrée « .

De quelle manière est-il possible de tirer un enseignement positif d’une expérience ainsi vécue ? Il n’y a pas de contrainte ou de devoir en Amour. 

Ce n’est pas non plus une responsabilité. L’Amour suppose une acceptation totale, un accord parfait avec son Etre.

Il faut que tu comprennes, ajoute-t-elle, que les rêves et les désirs qui sont ancrés en ton coeur ne disparaîtront pas lorsque tu deviendras mère. Vis ta vie, et ne fais pas passer tes enfants avant toi. Tout ce que tu y gagneras sera du ressentiment et de l’amertume.

La maternité ne doit pas être vécue comme une suite de renoncements. Aujourd’hui ce que je te dis n’a pas lieu à s’appliquer, tu n’as pas d’enfants. Demain, c’est certain, tu comprendras. »

Fin du message.

Bise à tous   Clin doeil

123456

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause