Accueil Anges La confiance

La confiance

10

ruisseau2.jpg 

 

Bonjour à tous,

Mes Anges me disent aujourd’hui que je démarre un nouveau cycle d’apprentissage spirituel. Ils me disent qu’il est temps pour moi d’apprendre à faire confiance comme j’ai appris à me faire confiance.

La confiance en soi est une preuve d’amour pour soi, me disent également les Elfes. La confiance dans les autres est l’expression la plus pure car la plus désintéressée de l’Amour que l’on porte à ceux qui nous sont chers.

 » Et souviens-toi que plus une personne t’es chère plus il est aisé de lui faire confiance si ton Amour est pur et désintéressé « , me disent-ils encore.

Ce qui sous-tend d’aimer inconditionnellement. Mais mes guides me répondent  » si tu as confiance en toi c’est que tu sais aimer de cette façon. »

Pas de difficulté alors ? Chouette !

Et là ils me répondent  » Ne sois pas ironique vis à vis de toi-même. Apprends à faire confiance aux autres comme tu as su apprendre à t’aimer et te faire confiance. »

Bise à tous Clin doeil

 

 

  

  • Ni Ombre ni Lumière

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie et je vous souhaite la bienvenue sur ce blog. Je…
  • Petites et grosses contrariétés

    Bonjour à tous, « Alors tu as tué deux moustiques aujourd’hui. &raqu…
  • La bonne route

    Bonjour à tous, « Puisses-tu toujours savoir rire et sourire comme tu le fais, …
  • Nouvelles choses à intégrer

    Bonjour à tous, « Alors, tu as pris peur en regardant ton compte, ma douce enfa…
Charger d'autres articles liés
  • Petites et grosses contrariétés

    Bonjour à tous, « Alors tu as tué deux moustiques aujourd’hui. &raqu…
  • La bonne route

    Bonjour à tous, « Puisses-tu toujours savoir rire et sourire comme tu le fais, …
  • Nouvelles choses à intégrer

    Bonjour à tous, « Alors, tu as pris peur en regardant ton compte, ma douce enfa…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • La bonne route

    Bonjour à tous, « Puisses-tu toujours savoir rire et sourire comme tu le fais, …
  • Tout ce que tu aimes

    « Tout ce que tu aimes entre en résonance avec ton cœur. Des lors, il ne saurait y avoir d…
  • Rythme lent

    Bonjour à tous, « Je ne me réincarnerai pas, même pour toi. Je peux t’aimer autrement et t…
Charger d'autres écrits dans Anges

10 Commentaires

  1. Camille-Strawberry

    3 mars, 2016 à 16:32

    @ Fleur
    Hahaha j’vois pas de quoi tu parles !
    *sifflote*

    Bises

    Répondre

  2. Fleur

    3 mars, 2016 à 9:59

    Bonjour Sylvie,

    Bon Camille va dire que je lui rappelle sa mère …
    Il y a un site qui est bien, Mélissa si tu es toujours dans l’optique du Bac :

    http://www.academie-en-ligne.fr/default.aspx

    Tu vas dans la section qui t’intéresse et il y a des pdf pour chaque matière !

    Bises et Bon Courage !

    Merci Sylvie, Bises !

    Répondre

  3. Cel

    3 mars, 2016 à 6:06

    Bonjour,

    Bon à ta lecture de Sylvie, je pense que c’est ok de laisser quelques mots.

    Mélissa, tu sais, moi aussi j’étais comme toi (et je le suis peut être parfois encore). Je venais ici et je criais d’une certaine façon mon malheur, en demandant indirectement de l’aide. Le blog de Sylvie était ma bouée, et j’en attendais d’être sauvée ici. J’attendais, j’attendais, parfois je m’énervais et me sentais blessée de ne pas recevoir le miracle et l’aide que j’attendais.
    Mais au bout d’un certain temps, j’ai compris que c’était à moi de me prendre en main. Que Sylvie offrait des outils ici mais que c’était à nous de nous en servir, de faire le travail.
    Tu pourras attendre ici toute ta vie, tu n’auras jamais le miracle que tu attends, parce que je pense que ce n’est pas dans la façon de faire de Sylvie. Sylvie n’est pas une sauveuse, c’est Sylvie tout simplement.

    Alors si je peux te donner quelques unes des clés qui m’ont aidées :

    Avance pas à pas, ne t’acharnes pas à trouver la solution à ta vie d’un seul coup, essaye déjà d’améliorer ta journée d’aujourd’hui. De faire ce que tu peux, une chose après l’autre.
    Parce que le changement ne viendra pas de l’extérieur, il viendra d’abord de l’intérieur de toi même. Comment le provoquer ?
    Commence par t’apporter l’amour dont tu as besoin. Comment ? Une des manières possibles est de te traiter toi même comme tu traiterais ta meilleure amie et ce chaque jour. Quand ta meilleure amie ne va pas bien, qu’est ce que tu lui dirais pour lui remonter le moral ? Quand ta meilleure amie réussit quelque chose, même si c’est infime et que ça n’a pas de valeur aux yeux des inconnus, que lui dirais tu ? Quand ta meilleure amie est découragée, que ferais tu pour elle ?
    En faisant ça chaque jour et en étant patiente, tu verras progressivement les choses changer en toi. Et tu auras alors le courage et la force de changer les choses à l’extérieur de toi.

    Évidemment, tu peux ignorer tout ce que je te dis, en trouvant que cela n’a pas de valeur. En trouvant des excuses, parce que ça ne te plait pas.
    Cela demande des efforts, mais la vérité, c’est qu’il n’y a pas de recettes miracles. Et je te dis ça gentiment, parce que c’est vrai aussi pour moi.

    Sylvie n’est pas devenue qui elle est d’un coup de baguette magique grâce à ces anges. Elle est devenue qui elle est avec le temps et les efforts. Il te suffit de voir la différence entre ses 1er articles et ceux d’aujourd’hui. Tu le sais au fond de toi, tu as juste du mal à l’admettre.

    Je te souhaite bon courage Mélissa. Cette voie, on est nombreux à la parcourir, mais il n’y a que toi qui peut avancer dessus. Ou bien stagner si tu préfères. C’est comme tu veux.

    Bise,

    Cel

    PS : Sylvie, je ne cherche pas à parler à ta place, mais juste à exprimer la façon dont je te perçois ici. N’hésites pas à corriger si j’ai dit des boulettes :)

    Répondre

  4. crystallia

    3 mars, 2016 à 2:34

    Bonsoir,

    La seule chose que je ne souhaite pas voir ici ce sont des moqueries ou des critiques méchantes et gratuites qui n’aideront personne.

    Tant qu’il s’agit de réagir en fonction de ce que l’on est, (ou notre ego, reconnaissons-le) je l’accepte.

    Tout le monde a eu envie de hurler à un moment ou un autre, c’est normal.

    Mais arrive un jour où il faut se poser les bonnes questions.

    Bonne soirée ;)

    Répondre

  5. Camille-Strawberry

    3 mars, 2016 à 0:02

    Ps : desolee Sylvie, je n’aurai pas du rentrer dans votre échange à nouveau.
    C’est juste que ça m’a enervé tellement que ça n’en finit jamais.

    Je pense que je ne lirais plus les commentaires tellement que ça me pousse à l’ouvrir. Lol

    Mais j’aime le titre de l’article « dans la confiance » cela me fait sourire malgré tout.

    Bises.

    Répondre

  6. Camille-Strawberry

    2 mars, 2016 à 23:50

    Coucou

    Il y a des gens qui auront toujours une excuse.
    Ca me rappelle ma mère. Elle a toujours eu des galères, toujours. Entre tentative de viols, tentative d assassinat envers sa personne, harcelements sexuels et psychologiques, demenagements multiples, rencontres avec des mecs toujours poisseuses, et encore aujourd’hui elle trouve la force de vivre pour ce qu’elle aime. Seulement voilà. Elle est toujours victime de ses choix. Cependant, elle a fait des choix. Et encore aujourd’hui, elle en fait.

    Je crois que j’ai connu ma mère heureuse seulement avec nous, ses 3 enfants et grâce à la famille.

    Mélissa, tu crois avoir la vie dure ? … tu crois être la seule ou quoi ? Tu crois que nous autres ici sur le blog ou sur les forums on se la coule douce avec une vie toute tracée ?

    Si je suis forte aujourd’hui c est en partie parce que j’ai du être le pilier de ma mère depuis mon adolescence. Il fallait bien vu comment elle s’en prenait de tous les côtés sans arrêt avec une poisse digne d’une karma sacrificiel à la noix.

    Je râle et j’ai parfois un sale caractère mais ma différence avec toi c’est que moi je rentre dans le lard. Je n’avais pas le luxe que toi tu as à geindre pendant des lustres. Toi tu cries comme un bébé et puis on diraiat que tu aimes ça vu comment malgré les nombreux rappels et demandes de t’arrêter tu continues.

    Plus jeune, moi quand je ne m’arrêtais pas, mon frère me foutait parfois des baffes. Ma mère aussi. D’ailleurs on avait droit aussi à la cuillère en bois ou au martinet quand ça dérapait.

    Et pourtant, suis je là à me plaindre ? Non. J ai bossé, jai eu mon appartement et je suis partie parce que le poids de ma mère devenait trop lourd à porter.

    Parfois même encore aujourd’hui, je me dis que peut être je serai libre lorsque elle aura quitté ce monde. Je me trouve parfois horrible de penser ça mais je me rappelle aussu que sa vie n’est pas la mienne. Je veux vivre pour moi, du moins essayer de me dire que son malheur n’est pas ma responsabilité.

    Parfois je l’imagine morte. C est presque un sentiment de culpabilité qui m’envahit et pourtant c est une profonde réalité que je n’arrive pas à nier : je ressens un poids en moins. Malgré le fait que je suis intraitable concernant mon sentiment protecteur envers elle, le poids qu elle m’impose inconsciemment est réel.

    Et pourtant elle n est pas encore morte. Alors je compose avec. J oscille entre astuces, malices, actions et évitement, presences et amour, parce que je l’aime plus que tout malgré tout.

    Et malgré tout ça, elle crie elle aussi comme toi. Régulièrement avec ses problèmes qui n en finissent jamais.

    C est marrant comment les gens font pour se créer autant de problemes et se tuent pour ne pas les prendre à bras le corps.

    Tu ne sais pas ce que c’est toucher le fond.

    T’imagine si on gueulait tous comme toi ici ?

    Moi aussi j ai mes problemes. Je suis medium et alors ? Je vis comme tout le monde, comme les autres.

    Tu as de la chance. Moi plus jeune, je n’avais pas ce luxe de pouvoir rester à oiser naivement.

    Je me demande encore combien d’excuses tu vas encore nous sortir. Tu sais, ce n’est pas contre toi. Je suis rôdée de 20 ans d’excuses avec ma mère qui m’en trouve toujours des nouvelles de temps à autre. Mais à la différence qu elle commence enfin à comprendre qu il n y a pas de miracles dans la vie.

    Alors elle commence à travailler dur. Elle a plus de 60 ans.

    Continue comme ça, tu as encore des nombreuses années devant toi à être victime.

    Bye

    Répondre

  7. Mélissa

    2 mars, 2016 à 12:31

    Salut,

    Sylvie, figure-toi que je reviens ce matin même de la mission locale et de pôle emploi, justement.
    Et si, j’ai complètement du découragement dans mon bac, et ça, tu n’as pas l’air de le croire, parce que j’ai essayé, au moins.
    C’est pareil pour le travail, et pour mes relations.
    Malgrè ce que tu crois, c’est bien ce que je me borne à faire, ce fichu c.v et mon moral s’arrangera plus tard.

    J’aimerai seulement trouver quelque chose qui permette de rendre la vie douce alors qu’elle est dure, car c’est le cas quand on à pas de travail, pas de confiance en particulier en soi, et qu’on arrive pas à lire correctement et travailler ses cours, parce qu’il y a un souci quelque part.

    Bref, c’est pas grave, j’imagine que tu ne savais pas.

    Bonne journée.

    Répondre

    • crystallia

      2 mars, 2016 à 21:42

      Quand j’avais vingt ans, mes parents se sont séparés. Ma mère ne travaillait pas et devait s’occuper de mon frère, ma soeur et moi. Le montant de la pension alimentaire ne suffisait pas, il y avait trop de charges. Elle ne s’en sortait pas. Elle a cherché du travail, pendant des mois, mais elle a mis du temps à trouver.

      C’était moi sa confidente, moi qui lui donnait en partie l’argent de ma bourse d’études.

      Pendant ce temps la journée à la fac je jouais à l’étudiante joyeuse et insouciante et le soir, malgré le fait que ma mère se soit beaucoup battue, je la voyais dans ses difficultés, nos difficultés.

      Je ne vais pas entrer dans des détails inutiles mais elle a eu de sérieux problèmes d’argent.

      Moi non plus je ne savais pas comment la situation allait évoluer à l’époque.

      Je sais que moi aussi j’ai eu une vie dure. Et pour diverses raisons j’ai encore une vie dure.

      Tu sais, je te lis. Tu dis que tu n’arrives pas à étudier seule. Ou chez toi. Il n’y a pas de bibliothèque dans ta ville ? C’est gratuit, tout le monde peut entrer.

      Tu ne t’inscris pas dans un club quelconque pour faire une activité marrante ou agréable ? C’est ce genre de choses qui apporte de la douceur quand il n’y en a pas. Ou qui permet d’entretenir la niaque.

      Je l’ai déjà dit, j’ai créé ce blog quelques jours après que quelqu’un m’ait traité de menteuse sur un forum parce que je me disais clairsentiente.

      Soit-disant que je me vantais, que je ne pouvais pas parler à des Anges. Elle au moins avait étudié auprès d’Untel bla bla bla…

      Je n’ai jamais étudié la spiritualité. Mais je suis médium, je ne suis pas une menteuse.

      Il faut te rendre la vie douce. Astaroth m’a invité à acheter un livre chaque mois. J’aime la lecture mais je ne lisais qu’occasionnellement. Son idée m’a plu et je ne regrette pas de l’avoir suivie. Le livre du mois de février c’est « La petite boulangerie du bout du monde. » Je ne sais pas encore ce que je choisirai en mars, on verra. Je pense changer de style ceci dit car je viens d’enchainer trois livres « pour filles ».

      Tu penses qu’il est injuste que tu doives vivre tant de difficultés à ton âge ? Crois-moi si je te dis qu’à trente ans tu penseras toujours que tu as une vie de m.. si tu ne comprends pas que tu dois faire avec ce que tu as.

      Tu apprécies ce blog ? Imagine un instant qu’au lieu de le créer je me sois braquée et que j’aie persisté à vouloir me faire entendre sur un forum ?

      J’entends déjà ton fameux « oui mais tu n’avais plus vingt ans ».

      Certes. A vingt ans je ne savais pas ce que je ferais de ma vie, ce que je voulais en faire, si ma mère allait pouvoir rattraper ses retards de loyer et quand est-ce qu’elle trouverait enfin du travail. Ma sœur était dans une école privée (donc payante) et mon jeune frère peinait à se remettre de notre installation à Marseille, il n’arrivait pas à trouver ses marques. Ma mère n’avait pas que ses problèmes d’argent à gérer et elle avait besoin d’être soutenue.

      Je vais te dire comment j’ai appris à faire des gâteaux. Un jour un huissier est passé à la maison. Choquée d’avoir dû le recevoir, il n’y avait personne d’autre, j’ai eu envie d’un gâteau et il n’y en avait pas. J’ai fait en tenant compte de ce que j’avais plus ou moins vu faire autour de moi. Et c’est tout. Parce qu’il fallait que je me calme et que de toute façon la situation n’allait pas changer d’un coup de baguette.

      Tu n’arrêtes pas de crier. C’est vrai, tu cries sans arrêt. Je sais pourquoi tu le fais. Mais ce n’est pas ce qui aide réellement.

      Il faut continuer d’aller au pôle emploi. Pour trouver un travail qui te permettra de te payer des cours particuliers par exemple. Puisque tu veux le bac.

      J’ai crié aussi. Je peux te dire que cela n’a jamais rien changé.

  8. Mélissa

    1 mars, 2016 à 21:04

    Salut!

    « La confiance en soi est une preuve d’amour pour soi. »

    J’adore.
    Franchement, j’aimerai,ça sera l’objet de toutes mes prières.
    Toutes,toutes, mes prières.

    Bise ;)

    Répondre

    • crystallia

      2 mars, 2016 à 11:04

      Salut,

      Je constate que tu restes décidée à attendre que les choses s’arrangent toutes seules.

      C’est ton choix.

      Mais puisque tel est ton choix, assume-le et cesse de venir crier sur mon blog.

      Le jour où tu auras besoin de soutien parce que tu as des moments de découragement dans tes études ou ton nouveau travail, tu pourras venir en chercher ici.

      En attendant, j’ai mieux à faire et mes lecteurs ont mieux à faire que de soutenir quelqu’un qui refuse de se conduire en adulte.

      Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Le travail dur

Bonjour à tous, Cette semaine on va visiter Trinidad and Tobago. Enfin, une infime partie …