Accueil Spiritualité Je ne suis pas un vilain petit canard

Je ne suis pas un vilain petit canard

2

026wszcl.jpg 

 

Bonjour à tous,

Cette nuit j’ai rêvé que mes vacances s’achevaient et qu’il était temps de rentrer. Elles s’étaient bien déroulées, je m’étais fait deux amis avec qui je me suis entendue jusqu’au bout.

A l’issue de la dernière image où je me suis vue devant un ascenseur avec mes ballerines roses foncées, le décor a changé et j’ai vu un trèfle baigné de soleil au milieu d’une belle pelouse. Mais le trèfle était un peu flou.

Ensuite, il y a eu une nuée de corbeaux noirs et au milieu a surgi un corbeau blanc. Après cela je me suis réveillée et je me suis mise à répéter frénétiquement  » Je ne suis pas un vilain petit canard ».

Puis j’ai vu mon père. En ce moment chaque matin je me réveille en voyant le visage d’un membre de ma famille et dans la journée je suis amenée à comprendre quelque chose sur moi-même en lien avec eux.

Mon père est le mal-aimé chez lui, j’en ai déjà parlé. La situation a d’ailleurs empiré au point qu’il a choisi de couper les ponts avec sa famille. Je pensais que c’était une excellente décision du fait qu’il a toujours courru en vain après l’affection de ses parents.

Toutefois, en juillet j’ai eu une discussion avec lui. Il m’a avoué que chaque soir, en fumant son cigare, il pensait à eux, à sa famille et se demandait pourquoi ils ne l’avaient jamais aimé. Il m’a avoué qu’il ne comprenait pas car lui-même a toujours aimé tous ses enfants. Ca lui paraît naturel. Pourquoi cela ne l’était pas pour ses parents ? Il se pose la question soir après soir. Et aucune parole ne peut le soulager. J’ai essayé, ma mère a essayé…

Cette histoire lui a laissé une blessure béante au coeur. Tout à coup ça me fait penser à mon oncle que j’ai aidé à rejoindre une dimension paisible l’autre jour. C’était le plus jeune frère de mon père. Lui aussi avait bien des reproches à faire à mes grands-parents. Comme quoi, on se blâme et puis finalement, peut-être qu’on ne devrait pas. Je ne dis pas qu’il faut blâmer les autres à la place. Peut-être plutôt qu’on devrait tenter de s’accepter d’abord avant de vouloir que les autres nous acceptent.

Personnellement je n’ai pas de reproche direct à faire à mes grands-parents par exemple. Mais j’en ai plein à me faire à moi-même. Je vous avais expliqué que je basais mon estime de moi sur ce que j’avais matériellement et que j’accumulais.

Or je n’ai plus de travail, donc plus d’argent pour acheter plein de jolis vêtements ou sortir avec le peu d’amis qui me restent et en plus je suis célibataire quand tout le monde autour de moi a l’air de faire sa vie, bien mieux. Sans parler du fait que je ne l’ai jamais dit à mes parents.

Ca m’a porté un sacré coup au moral. D’autant qu’en plus de l’argent, l’agréable image que renvoie le fait d’avoir un travail me manquait aussi.

Quand je voyais des gens, ils ne se cachaient pas pour me faire des reproches. Et que pouvais-je répondre ? Ils me disaient les choses sensées auxquelles tout le monde pense, il faut gagner sa vie, sans travail tu fais quoi de tes journées ? Pourquoi tu ne te prends pas en mains ?

La majorité des personnes autour de moi, qui savaient que j’avais quitté mon boulot sans en avoir un autre derrière, pensaient que j’étais simplement trop faible psychiquement et que je préférais me laisser vivre ou me laisser entretenir par mes parents. Ils seraient surpris. Non mes parents ne m’offrent pas une vie de princesse, ils n’en auraient pas les moyens de toutes façons. Bref…

Quant à mon célibat, tout le monde dans ma famille a son opinion dessus. Cela ne me dérangerait pas toutefois s’ils ne se sentaient pas obligés de m’en faire part. Encore que, ça s’est calmé de ce côté-là.

C’est pour toutes ces raisons que j’ai eu envie de m’isoler. J’avais honte et peur pour mon propre avenir. Alors je ne voulais plus que quiconque se mêle de mes affaires. Cependant les choses ne sont pas toujours aussi simples. Par exemple, plus les gens vous trouvent fuyant et plus ils ont envie de venir vers vous. Ils se demandent ce qui se passe, ils s’inquiètent. C’est ce qui s’est passé avec ma mère. Avec d’autres aussi. Mais je ne voulais pas de leurs conseils.

Ils allaient trop souvent dans le sens inverse de ceux que je recevais intérieurement. J’ai trouvé cela difficile à gérer. J’avais envie de revenir vers ces personnes, tout en sachant que cette voie-là, celle de mon ancien schéma, n’était plus pour moi. Alors j’aurais voulu m’exiler, mais où et de toutes manières avec quel argent ?

Il m’a fallu du temps pour retrouver un peu d’estime pour moi car j’avais du mal à concevoir une estime basée sur ce que je suis et non pas sur ce que je fais ou accumule. Et quand je parle d’estime, je parle d’Amour.

J’étais fière avant de pouvoir m’acheter un joli sac plutôt cher et d’être toujours bien habillée, avec des vêtements tendance. Je me sentais intéressante aussi parce que je faisais des choses et que j’avais des projets. Je haïssais mon boulot. Mais il était clair dans ma tête que ce n’était que très provisoire car je pensais pouvoir faire quelque chose de mieux et qui me correspondrait mieux aussi, assez rapidement.

Il s’est avéré que ce quelque chose de mieux était surtout un moyen de remplir mes aspirations égotiques, encore.

Le fait est que plus d’une fois, j’ai demandé à mes guides mais en quoi est-ce si négatif de vouloir mener cette vie-là ?  Je ne me sentais pas heureuse avec cette piètre image de moi et toutes ces difficultés financières. En outre, je ne comprenais pas bien ou me conduisait mon parcours spirituel.

Mais j’avais aussi conscience d’une chose, à l’intérieur je me sentais mieux depuis que je suivais cette voie justement. C’est paradoxal de l’extérieur je sais, cependant j’ai vite réalisé que cette dimension-là avait manqué à ma vie. C’est pour cette raison que j’ai choisi de suivre, que j’ai voulu faire des efforts.

J’ai été bien souvent frustrée de constater que personne autour de moi ne se rendait compte du mal que je me donnais. Pire, je recevais toujours autant de reproches surtout de la part de ceux qui me voyais sourire et rire avec plaisir. Il n’y a qu’une seule personne qui a compris que je ressente le besoin de vivre tout ça.

C’est une amie qui croyait au monde invisible. Elle est la seule à qui j’ai osé parler sans crainte. Par la suite, mes guides m’ont dit qu’elle était comme moi. Sur le coup j’ai été surprise mais aujourd’hui je vois le chemin qu’elle prend…

J’ai parlé à ma mère et à ma soeur également. Ma soeur me demande de lui tirer les cartes. On a déjà parlé de spiritualité mais sans plus. Ma mère par contre ne partage pas mes vues. Elle pense que c’est parce que je souffrais que je me suis mise à entendre des Anges. Elle essaye de se montrer compréhensive. Mais elle reste sur ses positions.

Je ne vais pas insister. Je ne nierais pas que c’est dans une période difficile que Lauviah est revenu vers moi ouvertement. Mais il était déjà là quand j’étais enfant et que je ne traversais pas de difficultés.

Je suis médium, je l’ai toujours été. Même pour accepter cela pourtant j’ai voulu me raccrocher à des éléments extérieurs. A des courants, des groupes, cela me semblait plus facile. Mes guides ne m’y encourageaient pas pourtant. Ils me disaient de croire en moi, que je n’avais pas besoin d’un groupe ou d’un Maître.

Mais je ne voulais pas rester seule ou plutôt solitaire. J’avais envie de partager. Je dirai même besoin. Or nous savons ce que cache les besoins…

Je voulais que quelqu’un m’aide à combler les manques et les vides que je sentais en moi. J’étais totalement déphasée et cela ne me plaisait pas. En plus, je voyais X ou Y obtenir ceci ou cela et cela me rendait envieuse. J’avais l’impression d’être la seule qui n’arrivait à rien. Je trouvais cela injuste et me demandais pourquoi.

Puis petit à petit, les manques et les vides se sont retrouvés comblés sans que je ne m’en aperçoive. Les réponses à des questions que je me posais me sont apparues et la compréhension de certaines obsessions ou frustrations m’a permis de les dépasser.

 » La vie pourrait te paraître simple si tu le voulais Sylvie. », me dit l’Archange Gabriel. Il me conseille de laisser les choses se faire. C’est le conseil que je reçois depuis le début mais je ne suis pas la reine du lâcher-prise ! emoticone

J’essaye pourtant. J’essaye de retser zen mais les difficultés me font stresser. Laisse les choses se faire me répète Gabriel. J’ai eu l’occasion de remarquer que c’était encore la meilleure attitude à adopter. Je laisse donc faire mais…

 » Garde foi en toi, en toi et en rien ni personne d’autre. »

Mes guides ne m’ont jamais encouragé à m’accrocher à eux ou à remettre tous mes soucis à Dieu ou Jésus. Ils préfèrent que je travaille sur moi.

J’ai vu Jésus, il est souvent près de moi même. J’ai également rencontré l’Elohim Yavhé. Les deux viendront à moi si je le leur demande mais ils m’encouragent eux aussi à croire en moi et à chercher les réponses à mes interrogations plutôt qu’à croire pour croire.

Je crois en la Source pourtant. Toutefois ma foi me conduit à croire à la validité de l’évolution spirituelle et donc je crois aux bienfaits du travail spirituel.

Par conséquent, si on me le proposait, je ne voudrais pas recommencer pour changer de route. Je suis ma voie, celle qui m’est indiquée.

Tout le monde autour de moi ne me comprend pas ( certains ont peur de ce que je peux raconter ) mais je ne suis pas le vilain petit canard pour autant.

Je pense que ce rêve suit celui d’hier. Je crois qu’il est temps que je panse mes blessures égotiques. L’essentiel est que moi je me comprenne et surtout que je m’aime.

 » L’essentiel est que tu restes fidèle à ton âme. », rectifie Gabriel,  » C’est ce que tu t’efforces de faire depuis des mois, continue. »

Et que je ne me renie pas donc…

Ce sera le mot de la fin.

Bonne journée à tous Clin doeil 

           

 

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres articles liés
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

2 Commentaires

  1. crystallia

    18 août, 2009 à 11:26

    C’est vrai oui !

    Bise Alain ;)

  2. Alain GRESSIER

    18 août, 2009 à 11:07

    Quand on veut s’éloigner des autres, on réagit comme les trous noirs dans l’espace, on les aspire tous!
    ARSENE GRISALI

Consulter aussi

Un monde nouveau

  Bonjour à tous, « Alors ma belle Sylvie, à quoi ressemblerait ta maison idéal…