Accueil Spiritualité En écoutant Eminem

En écoutant Eminem

6

4392.jpg 

 

Bonjour à tous,

Je vous ai déjà dit je crois que j’écrivais en musique, eh bien ce matin c’est le dernier Eminem que je me passe en boucle. J’adore ce titre, rien à voir avec le premier qu’il a sorti ( de cet album ) où il nous ressortait son personnage favori.

Je n’avais rien contre les autres fois. Je riais aussi devant les clips. Mais cette année, le  » titre facile  » ne m’a pas emballé. C’est en écoutant l’interview d’un rappeur que j’ai découvert cette expression. Le titre facile c’est tout simplement le titre sympa qui est censé attirer l’attention et rameuter les acheteurs. Il est bien évident qu’il n’y a pas que les rappeurs qui y ont recours.

Peu importe, cet article ne se veut pas une critique du monde musical. Je ne déplore pas que certains essayent de vendre leur travail, au contraire, je comprends très bien. D’ailleurs, étendons-nous un peu, il n’y a pas que dans la musique que les gens ont recours à des procédés pour vendre ou pour se vendre. Qu’en penser ? Je ne sais pas, je crois que c’est à chacun de voir ce qu’il est prêt à faire ou à accepter.

Que suis-je prête à faire ou à accepter ? N’importe quoi du moment que je ne sens pas ce malaise qui me prend quand j’envisage d’aller dans la mauvaise direction. J’entends évidemment la mienne. Je ne vous parle pas en général.

Plus le temps passe, moins je pense qu’il existe bien une vraie mauvaise direction de toutes façons. Je pense plutôt que nous avons tous des aspirations et les moyens de les réaliser. Mais il se peut qu’on ne comprenne pas ou autre.

Je me souviens de la première fois que j’ai demandé à mes guides pourquoi il existait des pédophiles, des violeurs, des personnes incapables de ressentir la moindre compassion. Je me souviens de l’histoire de cette femme qui avait tué son propre fils qui la rackettait pour pouvoir s’acheter de la drogue. Elle avait expliqué que c’est pare qu’elle était à bout qu’elle avait tiré sur lui. Je me souviens aussi de cet homme qui avait abattu un cambrioleur, ou de cette mère de famille qui avait volé de la nourriture pour nourrir ses enfants.

Dans tous ces cas de figure, je m’étais rangée à l’avis général que ces pauvres personnes avaient été des victimes des circonstances. Ce n’étaient pas d’horrible pédophiles ! Ou d’horribles violeurs.

Je vais vous dire d’où vient mon obsession pour les violeurs, j’ai été agressée deux fois. Jamais les choses n’ont été trop loin. La première fois j’ai eu peur mais le type m’a finalement laissée tranquille après que je me sois réfugiée quelque part et que j’ai crié que quelqu’un me suivait. En fait il me harcelait et ne voulait pas me laisser.

La seconde fois, mes parents m’ont obligée à aller voir la police, le type était mon médecin. N’allez pas imaginer le pire, mais j’ai été choquée par ses avances et le fait que lui aussi essaye de me toucher.

Finalement, la confrontation s’est bien passé, pour moi. Cela m’a soulagée de l’entendre reconnaître qu’il avait eu un comportement déplacé. Alors que la police ne me croyait pas au départ, c’est le procureur qui les a forcés à enquêter. Ils me l’ont confié. 

Enfin, je me faisais facilement harceler dans la rue, dans des lieux publics. C’était dur à vivre et destabilisant, je ne comprenais pas et cela a beaucoup contribué à fausser ma vision des relations hommes-femmes.

Imaginez, quand je disais non, beaucoup insistaient quand même et certains me suivaient, essayaient de me toucher. Je détestais ça. Je détestais même que quiconque me touche à un certain moment. Moi je ne touchais pas les autres. Je mettais toujours de la distance physique.

J’étais encore étudiante à l’époque. Je ne me rendais pas compte de l’apport négatif de cette situation que je refusais de prendre en compte. Je croyais que c’était normal d’une certaine façon vu que je n’avais pas l’impression de faire quoi que ce soit de mal ou d’incitatif.

Puis il y a eu des problèmes d’agressions sexuelles à la fac. Une fille avait dû s’enfermer dans les toilettes pour échapper à un agresseur un soir et une autre s’était réellement fait violer. Le quartier n’était pas terrible le soir. Aucune fille n’osait plus sortir seule de l’établissement, on allait toutes à plusieurs et le service de sécurité avait été renforcé. Je me souviens que j’avais peur que ça m’arrive aussi. Comme toutes mes copines alors. Voilà qui m’a conforté dans l’idée que ces comportements étaient injustes mais normaux.

Je me rends compte que c’est aberrant maintenant que j’écris mais sur le coup je ne m’en rendais pas compte. Je ne savais pas quoi faire de toutes façons, j’avais peur si je m’énervais que tous ces hommes deviennent agressifs alors j’essayais seulement de rester distante et le plus souvent ça marchait. Quand ça ne marchait pas, je devenais agressive parfois. Ils s’éloignaient car heureusement, il y avait toujours du monde autour.

Ce qui prouve bien une chose, il n’y a pas que dans des lieux déserts que l’on se fait agresser. Et oui, je sais faire la différence entre un dragueur et quelqu’un qui me harcèle. C’est simple, dans le second cas le type essaye d’avoir un ascendant sur vous, il essaye de se montrer dominant. Tente même de vous faire croire que c’est vous qui avez un souci si vous résistez et surtout, où que vous alliez, il vous suit. Il essaye de vous attraper la main ou le bras aussi souvent. Il n’est pas suffisamment crétin pour vous traîner de force en pleine rue, mais il se débrouille pour occuper tout l’espace autour de vous et il finit par vous donner cette impression d’oppression désagréable.

Le pire toutefois, c’est qu’il peut aussi vous menacer. Ils aiment bien prendre un air menaçant, dire des petites phrases. Sans doute pour se donner ce fameux ascendant sur nous.

Je n’ai jamais cédé à un harceleur. Pourtant, je me suis toujours sentie mal, vidée, après ce type de confrontation. Et j’y pensais des jours durant. Je ne parlais à personne en plus. Sauf pour les deux fois dont je vous ai parlé.

Elles m’avaient trop choquée.

Enfouir des émotions de ce type n’est pas la meilleur manière d’agir, je l’ai appris à mes dépens. Vous ne faîtes que créer un gros malaise en vous avec cette attitude. En plus, on finit par ne plus comprendre d’où il vient…

Enfin, je ne subis plus ce genre de comprtement aujourd’hui. Cela fait un moment déjà.

Mes guides me disent que c’est parce que je suis mieux dans ma peau, alors je n’attire plus de personnes compatibles avec les énergies douteuses que j’entretenais.

De plus, ils disent que je me défends mieux également.

 » Ce type de personnes attend soit que tu t’effondres soit que tu deviennent violente justement. Car ainsi ils peuvent te montrer qu’ils sont plus forts que toi. Or, tu avais surtout tendance à privilégier la fuite, tu te défilais. Voilà pourquoi les choses n’ont jamais été trop loin.

Il y a un homme qui a tenté de te harceler dans ton immeuble actuel. Devant ta fuite continuelle, il a changé de tactique. Tu l’as remarqué. Pourtant ces intentions sont restées les mêmes. Mais comme vous vivez au même endroit, il estime avoir le temps. »

Le temps de quoi ? Bref…

 » Note que ce n’est pas le fait de vieillir qui aide à ne plus être victime de ce type de comportement. C’est la fermeté. Tu es devenue plus ferme sans t’en rendre compte mais en perdant une bonne part de ton agressivité refoulée. Voilà pourquoi tu te défens mieux.

Tu es mieux dans ta peau et cela joue aussi. On s’en prend moins facilement à une femme détendue et sure d’elle qu’à une jeune fille encore craintive Sylvie. Ce genre de choses se sent quand on choisit  » une proie  » en pleine rue.

Tu as commencé très tôt à être harcelée et ce par des hommes beaucoup plus âgés. Parfois alors que ta mère n’était pas loin, comme avec ton oncle quand tu avais quinze ans. En fait tu étais encore une enfant dans ta tête quand les homems ont commencé à te regarder et tu as souffert de ce décalage dans ta construction mentale de ce que pouvait être les rapports hommes-femmes.

Il y a eu ton oncle, il y a eu d’autres hommes moins proches et il y a eu tes parents qui te surprotégaient à côté. Toi tu n’étais pas mûre pour des relations amoureuses à l’adolescence. Tu voulais faire comme tout le monde, mais tu n’étais pas prête.

Il faut prendre le temps de grandir. Si tu avais parlé à ta mère, elle t’aurait écouté avec attention et t’aurait donné des conseils. Mais tu as préféré te renfermer sur toi-même. Et garder pour toi les traumatismes que te causaient les assauts de ces hommes plus âgés. »

Il y en a qui m’ont dragué devant l’oncle qui veillait sur moi lors d’un voyage ! J’avais 17 ans, l’un d’eux étaient marié et père de famille et il reculait à peine devant mon âge. C’est vrai que j’ai laissé mon oncle se charger de lui, je ne savais pas comment réagir. Lui si lol.

 » On ne te blâme pas. Seulement toi tu as l’impression d’avoir commis des fautes et on souhaiterait que tu comprennes que ce n’est pas le cas. On souhaiterait que tu comprennes que la meilleure attitude à adopter c’est d’être toujours toi-même. Mais tu as cessé et commencé à jouer un rôle au sortir de l’adolescence, du fait notamment de ces problèmes que tu avais gardé pour toi. Pourtant on ne peut pas s’effacer totalement. Il restait une part de toi à laquelle tu ne voulais pas renoncer.

Hélas, dans ta tête, cette part est devenue la raison de tes problèmes de harcèlement persistant. Alors tu t’es éloignée de toi encore et encore, jusqu’à ce que tu te perdes totalement et que ton âme te dise stop.

C’est à ce moment-là que tu t’es retrouvée  » coincée de l’intérieur «  comme tu dis. Tu n’as jamais rien fait de mal. Sois toi-même, comprends que tu es une belle personne et laisse les choses se faire naturellement. Si quelque chose te gêne, parles-en. C’est tout.

Ce n’est pas pour rien que tu ne te fais plus harceler. Les gens s’adressent à toi gentiment maintenant. Tu l’as remarqué ? »

Oui.

 » Plus personne ne t’ennuie ou ne tente de te menacer. »

C’est vrai.

«  Tu vois que tu es bien dans la bonne direction pour toi. Ne te soucie de rien d’autre. »

Ce sera le mot de la fin.

Bonne journée à tous Clin doeil

  • Ni Ombre ni Lumière

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie et je vous souhaite la bienvenue sur ce blog. Je…
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
Charger d'autres articles liés
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
  • Ce dont je suis capable

    Bonjour à tous, « Alors tu vas participer à ce concours photos ? », …
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

6 Commentaires

  1. crystallia

    23 août, 2009 à 13:59

    On est plusieurs alors Avatara lol.

    Bise ;)

  2. Avatara

    23 août, 2009 à 13:04

    J’adore Eminem ;)

  3. crystallia

    23 août, 2009 à 8:27

    Salut Jasmintea,

    Une forte personnalité et une grande sensibilité, oui c’est vrai c’est mon cas.
    Ca fait un mélange bizarre, on ne se voit pas forte souvent, du fait de cette sensibilité justement.
    Ce n’est qu’après coup qu’on réalise certaines choses.

    Merci à toi,

    Bise ;)

  4. jasmintea

    22 août, 2009 à 22:26

    Salut Crystallia,
    et bien ta jeunesse n’a pas dû être facile…..avec toute cette force que tu as en toi. j’ai plusieurs amies qui ont eu ce genre de problèmes et en général elles ont toutes comme caractéristiques d’avoir une forte personnalité mais également une très grande sensibilité

    A+

  5. crystallia

    22 août, 2009 à 14:18

    Alors écoute  » Beautiful  » !

    Bise Alain ;)

  6. Alain GRESSIER

    22 août, 2009 à 11:48

    Moia aussi, j’adore Eminem!
    ARSENE GRISALI

Consulter aussi

Dans la cohérence

Bonjour à tous, « Tant que tu as mal au bras, tu ne peux pas porter ton neveu.&…