Archive pour avril, 2010

Bleu comme la lune

Bleu comme la lune dans Mes poèmes 100327085304803575715352 

Blanches pétales qui flottent sur l’eau claire,

Tandis que je dérive sur un océan de paix, de joie et de sérénité.

La pureté de l’eau fait écho à la clarté de mon esprit,

Tout est net, tout est clair,

Comme accompagné par le chant des Anges,

Le jour se lève doucement.

Le Ciel rose me fait penser à mon coeur immense,

Qui s’épanouit,

Aux tendres rayons du Soleil lumineux.

Qu’elle est loin cette nuit sombre,

Dans laquelle je rampais parmi la vermine.

Aujourd’hui je ne veux garder,

De cette période qu’un seul souvenir,

Celui de l’éclat bleuté de la Lune,

Qui avec Amour me guidait,

Me montrait mon Chemin.  

Pfiou !

Pfiou ! 100427015137803575914609 

Bonjour à tous,

Suis fatiguée…

 » Je vais t’aider « , me dit Sammael.

Mais il n’est pas seul, mes autres guides angéliques sont là aussi. Et c’est vrai que je me sens tout de suite mieux !

 » La vie ma chère, très chère Sylvie, réserve parfois d’excellentes surprises. Comme de délicieux petits cadeaux tombés du ciel, qui apportent joie et soulagement.

Tu verras pourquoi je te dis cela maintenant. Tu verras pourquoi tu reçois des messages qui n’ont apparemment rien à voir avec ta vie actuelle depuis quelques jours.

Il arrive, que vous regardiez les jours défilés en vous demandant de quelle façon vous pourriez vous y prendre pour que certains points changent ou s’arrangent.

Il arrive qu’au moment où vous vous posez ces questions, vous ne disposiez pas des bonnes cartes en main. Ou alors qu’elles vous glissent toutes des mains.

Vous essayez, mais tous vos efforts sont vains. Alors la Sagesse vous vient, ou pas. Peu importe, il est également des évènements que vous désirez ardemment voir se manifester sans trop oser en rêver, et le jour où ils doivent se produire, ils se produisent.

Un joyeux anniversaire à ta maman en attendant. Passe une bonne nuit, fais de jolis rêves. A demain matin, avec le sourire ma chère, très chère Sylvie. »

Merci Lauviah ! Et à tous mes autres guides présents en ce moment !

Bonne journée à tous Clin doeil 

La souffrance des Enchaînés

La souffrance des Enchaînés dans Depuis l'entre-deux 100427015137803575914610 

Bonjour à tous,

Je ne pensais pas qu’il pouvait exister une dimension moins plaisante encore que le bourbier des âmes, mais Sammael m’a montré le contraire.

Le poids des chaînes que sont la culpabilité, la rancune, la haine nous lie astralement à une dimension particulièrement sombre et moche.

 » Ce ne sont pas que la haine, la culpabilité ou la rancune qui sont à l’origine de ce type de dimensions, plus nombreuses que tu ne le croies.

La peur, la terreur, la soif de puissance, de pouvoir, l’orgueil, sont autant de choses qui enferment. Mais encore une fois il n’y a pas que cela. L’Amour mal compris aussi enferme.

La dimension que je t’ai emmenée voir reflétait la haine. Mais sache une chose, la haine n’est rien d’autre que le fruit de l’incompréhension. Car lorsque tu comprends, tu réalises qu’il t’est impossible de ne pas aimer.

Le chagrin, la peine immense, la souffrance ressentie dans son coeur et jamais dépassée enferment aussi, dans des dimensions qui dégagent une tristesse infinie très difficile à supporter pour les médiums hypersensibles comme toi. Je ne t’emmènerai pas là, ce serait inutile, tu ne comprendrais pas tu serais seulement choquée.

Note que je t’ai accompagnée tout à l’heure et que je ne t’ai pas permise de rester longtemps dans cette dimension difficile. Je voulais que tu saches, je n’attends pas que tu comprennes, mais je ne souhaitais pas te heurter. Il n’était pas utile de rester là plus longtemps.

Le but était que tu réalises combien certaines choses sont subjectives. On va parler plus concrètement. Tu es originaire de Martinique, dans ta famille il y a eu des noirs, des blancs et des indiens. Tu as même les yeux presque bridés.

Ton arrière-grand-père maternel était issu d’une famille de créoles qui exploitait autrefois des esclaves. Ton arrière-grand-père paternel était indien, un des derniers de la Martinique puisqu’il n’y en a plus. D’où la forme de tes yeux.

Ton grand-père paternel avait du sang hindou, du fait de toutes ces personnes venues d’Inde après la fin de l’escalavage.

Et enfin ta grand-mère maternelle est d’origine africaine, comme les esclaves que la famille de ton arrière-grand-père maternel exploitait. »

Je ne vois pas bien où tu veux en venir Sammael. Les Antillais sont métissés, c’est un fait. Mais bon…

 » Je t’ai dit qu’on allait examiner du concret. Pourquoi ta grand-mère maternelle a-t-elle refusé de prendre le nom de son père quand il a voulu la reconnaître ? »

Parce qu’elle ne l’aimait pas. Sa mère l’a élevée dans une grande pauvreté. Lui, ne faisait que passer de temps en temps.

 » Ta grand-mère ressemblait à une femme blanche alors qu’elle était métisse. Elle avait la peau, les yeux et les cheveux clairs. Même si elle les a teints très tôt en noirs. »

Son père était blond aux yeux bleus et mon arrière-grand-mère aussi était d’une famille déjà métissée…

 » Pourquoi est-ce qu’elle ne l’aimait pas ? Sa mère l’a toujours aimé. Et il a été plus présent que tu ne crois. Lui non plus n’était pas riche. Il a été là à sa manière. Par contre ils ne se sont jamais mariés. Ils ne l’auraient pas fait. »

Ah non, pas à cette époque. Il avait beau être pauvre, il descendait d’une famille de colons. Ca ne se faisait pas.

 » Pourquoi a-t-elle refusé de porter son nom ? »

Par orgueil. Elle était presque adulte quand il a voulu reconnaître les enfants qu’il avait eu avec mon arrière-grand-mère. Tous les frères et soeur de ma grand-mère ont accepté. Mais pas elle. Par orgueil. C’était une façon pour elle de refuser un certain héritage.

 » C’était une façon pour elle de s’ancrer dans la souffrance. Ses frères et soeur ont accepté par orgueil eux aussi. Parce qu’au contraire ils voulaient de cet héritage. Ce n’est pas mieux en réalité. Seule ton arrière-grand-mère voyait l’Amour qui la liait affectivement à un homme.

Tu vois ce qu’est la subjectivité maintenant ? »

Je pense…

 » Ta grand-mère n’a pas eu la vie de sa propre mère. Elle s’est mariée, à un homme qui gagnait suffisamment bien sa vie pour pouvoir assumer sa famille et faire construire deux maisons en plus d’acquérir plusieurs terrains. Mais tes grands-parents sont morts.

Qu’en est-il des deux maisons ? »

Ne m’en parle pas…

 » Je t’en parle justement. »

L’argent, le nerf de la guerre. Ma mère et ses frères et soeurs ne sont jamais parvenus à trouver un terrain d’entente et la situation actuelle est une aberration d’un point de vue juridique. Il vaut mieux en rire…

 » Et les terrains ? »

Alors là, je crois bien qu’ils les ont perdus, au profit de cousins particulièrement malins ( ou roublards, tout dépend du point de vue ).

 » Il ne restera que des miettes pour toi ma belle Sylvie. Tu comptais sur un héritage maternel ? »

Tu plaisantes, tu as vu combien il y a de personnes qui lorgnent sur la vente des maisons ? Enfin d’une. Ensuite, il y a trop de personnes qui voient leur propre intérêt de toutes façons pour que le partage se fasse un jour. Et trop peu veulent avancer l’argent pour une action judiciaire lol !

En même temps, s’ils se poursuivent entre eux, on va aller vers quoi ?

 » Et du côté de ton père ? »

Je crains que ce ne soit pas mieux. Mon père est bien parti pour voir tout héritage lui passer sous le nez. Et venant de lui, j’aurai sûrement quelque chose, mais il y a deux ou trois éléments qui me font penser que ce ne sera pas simple…

 » Tes demi-soeurs et ton ex-belle-mère ? Elles ont droit à la même part que vous trois. Et leur mère y veillera. »

Oui, je sais. Je m’en fous en fait. Je ne compte pas sur l’argent de mes parents, ou des mes grands-parents. Ou de mon oncle malade ( je me comprends ).

 » Si tu n’avais plus un sou en banque et que la carte bancaire de ton oncle était là, à portée de mains. Tu n’y toucherais pas ? »

Bon, peut-être…

«  La subjectivité. Parfois vous cédez à la facilité. Ta tante avait du mal à joindre les deux bouts avec ta cousine et son mari au chômage avec un bébé sur les bras. Elle s’est servie de la carte pour elle-même. Blâme-la. Elle s’en est servie pour acheter des pizzas, vous en avez eu la preuve. Blâme-la. »

Ok, moi aussi je cède à la facilité quand j’en ai l’occasion. Et comme dit ma mère, mon oncle n’a jamais manqué de rien pour autant. Surtout que maintenant il est dans une bonne institution. Ok.

Mais quand bien même ce ne serait pas le cas, c’est à chacun de se débrouiller avec sa propre conscience.

 » Oui c’est très bien. Mais encore ? »

Mais encore ? On fait tous ce qu’on a envie de faire. Inutile de se blâmer des siècles durant et on ne se retrouvera pas dans ce type de dimensions moches.

Inutile aussi d’entretenir certains feux…

 » Bravo, tu as compris le message. Il vous faut apprendre à pardonner dans la vie, quoiqu’il puisse se produire. Il vous faut apprendre à pardonner et à vous pardonner.

Cela ne signifie pas faire comme si rien était jamais arrivé. Pardonner c’est accepter ce qui a été et suivre les indications de son coeur quant à la direction à prendre ensuite. C’est tout. Rien d’autre ne devrait entrer en ligne de compte. C’est ce que je voulais t’aider à comprendre avec des exemples concrets. »

Merci Sammael.

Bise à tous Clin doeil    

Quatre éléments: le Feu

Quatre éléments: le Feu 100427015137803575914606 

 » La Flamme blanche du Feu sacré brille dans le coeur de chaque être vivant comme le symbole, le signe, de l’Eternelle et juste Vérité.

Tout ce qui existe est issu de la même Source divine. Il n’est pourtant pas deux êtres identiques.

Le Flamme blanche du Feu Sacré est pareille à la pureté de l’Amour originel, elle n’en est pas moins une flamme distincte en chacun. », me dit Gabriel.

 » La flamme blanche du Feu Sacré n’est rien que le souffle de vie qui anime ton coeur ma belle Sylvie, elle est l’expression de ta personnalité, elle se reflète dans chacun de tes nombreux talents.

La Flamme blanche du Feu Sacré est ce qui te permet de rire, d’aimer ce qui t’entoure, d’apprécier la vie sur Terre tout en maintenant un lien fort et vivace à ta divinité originelle.

La Flamme dorée qui brille dans les yeux de l’Enfant intérieur, est le reflet du regard aimant de la Source sur vos âmes. La Flamme dorée qui s’élève en ton coeur ma chère enfant, est la manifestation de ton génie.

La Flamme incandescente qui ne brûle pourtant pas est celle de l’Amour véritable, celui qui embrase le coeur sans jamais lui causer de dégât.

La Flamme noire qui éclaire les zones mortes de votre être correspond à la Vérité qui n’est pas encore connue de vous.

Le Feu ma belle enfant, n’est autre que l’élément qui exprime la vie sur Terre dans son entier, c’est à dire en omettant pas ses connexions divines.

La Flamme destructrice de l’ego est hélas la mieux connue de vous. Mais lorsque tu écris un poême, c’est la flamme blanche du Feu Sacré qui se manifeste ma belle enfant.

Quand tu sollicites la Source ou que tu fais appel à tes dons, c’est la Flamme dorée qui s’élève du fond de ton âme.

Quand tu aimes du Feu de la Flamme incandescente, tu réalises qu’en réalité, toutes ces Flammes superbes n’en sont qu’une.

Le Feu est l’élément qui symbolise le mieux la vie sous sa forme terrestre tout en exprimant la réalité de la reliance à la Divinité.

Concrètement, quand rien ne va dans ta vie, que tu es triste, que tu te sens harassée ma belle enfant, tu sens la chaleur et la douceur monter en toi, à chaque fois, tu sens l’Amour qui se manifeste sous la forme d’un sentiment chaud et agréable.

Tu l’as ressenti aujourd’hui encore, quand nous souhaitions te faire passer un joli message.

Le Feu Sylvie, c’est la vie. Aussi, la meilleure manière de connaître et de s’approcher de la maîtrise du Feu divin, est tout simplement de se connaître soi-même.

Se connaître revient à s’aimer, quiconque aime peut donner la vie. »

Merci Gabriel

Bonne journée à tous  Clin doeil    

  

Rituel pour dépasser les effets des facultés de dissimulation ( A l’origine une fois de plus lol !)

Rituel pour dépasser les effets des facultés de dissimulation ( A l'origine une fois de plus lol !) dans Amour physique 100418124144803575854371 

Bonjour à tous,

Je suis sure que vous serez d’accord avec moi, c’est ennuyeux ces personnes qui parviennent à se cacher et à faire semblant d’être ce qu’elles ne sont pas.

Maintenant, il s’avère qu’il y en a un certain nombre, plus ou moins facile à démasquer. La difficulté majeure vient du fait que parfois on a envie de croire à la sincérité de ceux qui nous entoure.

Mais, il arrive aussi que de temps en temps, nous ressentions un drôle de sentiment en présence de certains. Comme s’ils émanaient un grand vide ou un grand blanc. C’est surtout de ces personnes-là dont je souhaite parler.

Se tromper sur un proche, malheureusement ça peut arriver et ça fait parti de la vie. S’il fallait se méfier de chacun on ne finirait pas.

Cependant, il existe un certain nombre de personnes qui cachent sciemment leur personnalité profonde et pas juste un aspect de leur personnalité. Par exemple je suppose que je ne suis pas la seule à ne pas crier sur tous les toits que je ne range ma chambre que quand il n’y a plus de place pour ajouter quoi que ce soit où que ce soit. Non pas que les immondices jonchent le sol, mais bon une table, est-ce vraiment fait pour être rangé ? emoticone

Bref, nous avons tous nos petits ( gros ) travers. Ce n’est pas cela que ce rituel a vocation à vous permettre de démasquer. Certains cachent ce qu’ils pensent être des faiblesses…

 » Comme toi avec ta sensibilité. »

Par exemple, merci Sammael.

 » D’autres cachent leur timidité, leur manque de foi en eux-mêmes, leur incapacité à rélaiser quelque tâche ou leur faiblesse intellectuelle. Il y en a beaucoup qui dissimulent leur incapacité à aimer passionément en se perdant dans des aventures sans lendemain ou qui fuient leur peur d’aimer de la même manière. Il y en a encore qui n’assument pas celui qu’ils devinent être ou qui ne parviennent pas à accepter ce vide terrible qui leur déchire les entrailles, ce vide affectif profond dont ils ne connaissent ni ne comprennent l’origine.

Ces personnes-là sont très nombreuses. Et seraient faciles à repérer si bien souvent vous-mêmes n’étiez pas occupé à cacher vos propres faiblesses. Comment Untel a-t-il pu me trahir, je me sens blessé, j’ai mal, voilà le genre de complainte qui vous vient facilement. Vous aimez entretenir une mémoire sélective. Mais si Untel a pu vous tromper, quelle qu’ait pu être les circonstances, c’est que vous lui avez initialement permis, pas forcément de manière consciente d’ailleurs, de combler un manque chez vous.

Untel, n’a fait que s’engouffrer dans une faille. Non pas que vous devriez être invulnérable, mais en vous acceptant avec vos faiblesses, vous verriez arriver puis repartir ce genre d’individus. Ils ne pourraient plus vous atteindre.

Voilà pourquoi il te serait impossible de proposer un rituel destiné à démasquer ce type de personnes. Ne crains pas autrui, celui qui connaît son coeur et son âme. Celui qui ne vit pas cette réalité, se mettrait purement et simplement en danger en usant de la magie pour connaître l’âme et le coeur d’autrui. Tout bonnement parce qu’il agirait dans un but offensif. La magie offensive, c’est la magie sombre. Ceux qui ne se connaissent pas, connaissent encore moins les énergies qu’ils manipulent.  

Ce rituel concerne ceux qui savent bien pourquoi ils se cachent, ceux qui ne vivent pas selon ce qu’ils sont publiquement car ils préfèrent ne pas attirer l’attention sur eux. D’où cette impression de vide autour d’eux que toutes les personnes un peu sensibles sont capables de ressentir. Comme toi ma chère Sylvie.

Ce rituel a pour but de démasquer des personnes liées à l’Ombre ou qui s’épanouissent dans l’Ombre.

Pourquoi agir ainsi ? Celui qui dispose de capacités de dissimulation peut de son propre chef se montrer tel qu’il est quand il le désire. S’il ne le fait pas généralement, c’est qu’il a une raison.

Elle peut être neutre vis-à-vis de vous. Cependant, il peut être très désagréable d’avoir la sensation que quelqu’un vous voit sans que vous ne puissiez le voir aussi. Surtout s’il s’agit d’une personne qui vous est proche. Vous êtes un certain nombre à considérer à tort que les personnes qui dégagent ce type d’énergie vide sont des êtres que vous pourrez forcément parvenir à mettre à nu un jour. Ces personnes paraissent souvent charismatiques et attirantes. Mais dîtes-vous bien qu’elles en jouent justement.

C’est souvent dans le domaine amoureux que vous vous faîtes avoir ici. Untel(le) vous hypnotise littéralement, à aucun moment vous ne vous rendez compte que les mois passent et qu’il(elle) conserve tout son mystère, ne se livre pas. Jusqu’au jour où il(elle) vous quitte sans explication, mais avec le coeur en miettes.

Pourquoi ? Parce qu’il(elle) ne vous a jamais aimé. Celui qui aime ne se cache pas. D’ailleurs sachez-le tous et toutes, les facultés de dissimulation disparaissent quand celui qui en bénéficie est amoureux ( seulement vis-à-vis de l’être aimé ).

Dans le milieu professionnel c’est pareil, méfiez-vous des collègues trop amicaux qui dégageraient ce type d’énergie vide. Ils ne vous veulent aucun bien, ou ils vous laisseraient les voir. Pourquoi se cacher lorsque l’on est sincère ? Il n’y a pas de raison.

Tomber de sa chaise après une longue union parce son conjoint a révélé une part de lui que vous ne connaissiez alors pas est une aberration.

Cela ne révèle qu’une chose, non seulement vous ne vous connaissez pas vous-mêmes, mais surtout, vous n’avez pas été capable de dépasser un amour purement égotique tout en étant pourtant avec quelqu’un pour qui vous avez une réelle affection.

En même temps ici, l’un explique clairement l’autre.

Pour rester sur le sujet, je ne veux pas que tu proposes un tel rituel Sylvie. Tu as remarqué que tu avais du mal à en proposer en ce moment. Je vais te dire pourquoi.

Parfois, la meilleure manière d’aider son prochain, de l’amener à s’ouvrir à lui-même et à son âme, c’est de le mettre devant un miroir et de lui demander de se déshabiller.

Si la  tâche s’avère difficile, alors l’exercice est d’autant plus bénéfique. Je l’ai fait personnellement avec toi. Tu as trouvé cela dur. Mais as-tu jamais eu le coeur brisé ? »

Non.

 » Depuis que nous sommes dans ta vie, depuis que tu travailles avec moi, as-tu encore de mauvaises surprises au sujet des personnes que tu rencontres ou fréquentes ? »

Non.

 » Non. Je veux que tu sois heureuse ma belle Sylvie. Tu n’aimes pas les discours qui peuvent paraître brutaux. Mais il faut savoir admettre qu’un chat est un chat.

Tous le monde, à partir du moment où la sensibilité est là, est capable de savoir ce qui est bon pour lui, quel genre de relation, de métier, de situation, de lieu où vivre.

Alors je le répète parce que c’est une vérité, tomber de sa chaise après avoir découvert un pan de la personnalité d’un être que l’on fréquente depuis un bon moment est une aberration. »

Sammael, ça arrive à des tas de personnes. C’est même arrivé à ma responsable de service. Après 20 ans de mariage, elle a découvert que son mari ne se plaisait pas à Paris quand il a demandé à être muté en Guyane dans son dos. Et il est parti en plus. Ils ne se sont réunis qu’au bout de trois ans.

 » Vivre avec quelqu’un pendant une si longue période ma belle Sylvie, et ne pas se douter que ce que l’on pense être un bonheur parfait n’est pas partagé, est exactement le genre d’aberration dont je te parle.

Pourquoi à tes jolis yeux de petite fille innocente, est-il si important dans une relation amoureuse de pouvoir mettre son âme à nu par exemple ? « 

Parce que pour moi cela vient naturellement.

 » Avec tout le monde ? »

Ah non ! Mais tu m’as donné un contexte.

 » Je t’ai surtout rappelé que là où il y a de l’Amour, il y a de la sincérité. C’est tout.

Vous êtes tous et toutes capables de savoir dans quel type de relation vous vous embarquez. Il n’y a pas de fatalité. Par contre, il y a beaucoup de personnes qui fuient leurs propres faiblesses, qui cachent leur misère interne et qui par conséquent préfèrent chercher le bien-être chez un autre sur lequel elles projettent leur idéal égotique.

Suaf que, l’Autre n’est pas votre idéal égotique. Cet idéal-là correspond au mythe du prince charmant et de l’épouse parfaite. L’idéal égotique est un leurre. Que vous êtes nombreux à affectionner. Et que les personnes qui savent cacher leur véritable personnalité savent incarner à la perfection, le temps d’une lune de miel. Mais tôt ou tard le rideau tombe. Et quand le soleil cru se lève, vous repartez dans vos complaintes.

Je ne pensais pas que X pouvait être si fourbe, il(elle) était si parfait, était aux petits soins… Je suis tellement déçu(e), je me sens stupide, vidé(e), comme si je n’avais été qu’un jouet…Pourtant tout avait commencé comme dans un rêve, je ne comprends pas…

Sur le coup c’est vrai, vous ne pouvez que rarement comprendre, le chagrin et la colère vous en empêchent. Mais après quelques temps, si un travail sur soi a été fait, alors vous réalisez comment vous avez permis à X d’agir comme il(elle) l’a fait.

L’Amour ce n’est pas être aux petits soins. L’Amour c’est être sincère. Tu te souviens de cet homme qui s’était mis à aimer les mêmes choses que toi juste après qu’il ait appris quels étaient tes goûts ? « 

Je me souviens surtout de la méfiance qu’il m’a inspiré ! Comme celui qui a attendu trente secondes avant de me répondre quand je lui ai demandé s’il fumait. Il se demandait quelle serait la bonne réponse lol ! Il n’y avait pas de piège pourtant, je voulais juste savoir s’il fumait. Mais c’est vrai que je préfère les hommes qui ne fument pas…D’ailleurs je supporte de moins en moins la cigarette.

Quoiqu’il en soit, je te trouve radical Sammael. Il peut arriver qu’on cache certaines choses.

 » Oui c’est vrai. On cache que l’on fume, que l’on aime picoler, que l’on est du genre infidèle. Oui c’est vrai, vous cachez souvent toutes ces choses. Vous cachez que la vie de famille a moins d’attrait à vos yeux que votre ancienne vie de célibataire, que votre conjoint n’est pas l’Amour de votre vie, que vous espérez pouvoir un jour vivre tout autre chose. Comme tes amis qui reconnaissaient, loin des concernés, qu’ils étaient en couple mais que dès que l’Amour frapperait à leur porte, ils s’en iraient sans remord.

Vous cachez qu’être parent est loin d’être la plus formidable aventure de votre existence ou tout simplement, vous cachez que si X n’était pas si fortuné, vous seriez avec un autre.

Tu vois petite, ma chère Sylvie, c’est cela cacher sa vraie personnalité. Ce sont des choses banales que j’ai évoqué, mais répandues.

Je vais te dire une chose simple mais qui se révèle aussi vraie qu’incontournable. Celui qui aime est sincère pour une seule raison, l’Amour vous met à genou, tient votre ego en laisse et fait de votre libre-arbitre un lointain souvenir.

Celui qui n’est pas conscient de cette vérité, n’a jamais aimé. »

Merci Sammael.

Bonne journée à tous Clin doeil

Aix-en-Provence

Aix-en-Provence 100327085304803575715358 

Bonjour à tous,

J’ai étudié à Aix, pendant deux ans on va dire…

 » Tu t’es amusée à Aix, tandis que tu venais initialement étudiée, pendant deux ans en effet. La troisème année, tu venais prendre un verre avec tes copines et accesoirement, quelques fois, tu es allée en cours. Pendant un temps très court. »

Franchement, je ne regrette rien de chez rien. Et puis j’avais travaillé à Marseille. Il y a un temps pour tout lol !

 » Nous ne te reprochons rien non plus. Tu as eu tes diplômes. Tu as davantage travaillé quand tu étudiais à Marseille qu’à Aix parce qu’au début de tes études tu étais plus motivée qu’à la fin. Toutefois tu gardes de très bons souvenirs de ta quatrième année et cela nous fait plaisir. Tu as beaucoup ri, tu t’es fâchée avec une de tes plus récentes copines au bout de quelques mois, tu as mûri aussi lorsqu’il t’es apparu qu’il était temps de faire face au néant qui te rattrapais. Tu n’as rien à regretter.

Pas même la réflexion de ton professeur de comptabilité l’année suivante quand en te saluant dans le couloir il t’a demandé si tu avais enfin fini de rire. Il se souvenait de toi c’est clair. Tu ne suivais pas ses cours, tu ne faisais que discuter avec Aurélie. Qui elle trouvait le moyen de suivre. Mais elle t’a aidé à rattrapper ton retard spontanément avant les examens et tu as pu avoir la moyenne. »

Oui ! Elle m’a sauvé la vie d’ailleurs, je n’avais rien pour réviser alors que j’avais assisté à tous les cours mdr ! Ah la la…

Mais il y avait aussi des cours où je suivais.

 » Quelle matière n’as-tu pas séché au moins dix fois ? « 

Tu exagères !

 » Tu es allée danser la veille d’un cours très important pour toi. Si bien que tu as dû le manquer puisque tu étais rentrée à 5h du matin. »

C’était cette année-là ? Je ne crois pas. Mais je vois ce que tu veux dire. En même temps, ce n’est que lorsqu’on est étudiante qu’on peut se permettre un comportement aussi léger face à des responsabilités.

 » Vraiment ma belle Sylvie ? Nous ne trouvons pas ton comportement de l’époque léger, nous trouvons qu’il te ressemble. Il ressemble à celle que tu es vraiment. Tu fonctionnes sur un mode simple, ou tu aimes ou tu n’aimes pas.

Tu n’aimais pas les cours, voilà pourquoi tu te débrouillais pour justifier le fait que tu en ratais un nombre conséquent. »

Vous savez bien que je m’ennuyais en cours. C’est pour ça que je séchais. Et puis moi je suis capable d’apprendre seule avec un livre. Je n’ai pas besoin des profs. Voilà d’ailleurs ce qui m’a permis d’avoir mes diplômes, je suis capable de travailler entièrement seule.

 » Comme tu es capable de t’occuper de toi spirituellement. Sans que quiconque ne t’aide. Parce que c’est ce que tu as fait. Tu étais totalement perdue à un moment donné, tu as retrouvé ta voie seule.

Tu préfères travailler seule d’une manière générale. Tu aimes la compagnie des autres surtout quand tu n’as pas besoin d’eux. Nous t’avons souvent dit que tu avais un caractère très indépendant, c’est pour cette raison. Tu es capable de faire plein de choses toute seule.

Pourtant, tu ne refuses pas l’aide des autres quand il viennent vers toi. Comme avec Aurélie. Tu sais demander de l’aide également. Tu l’as appris du moins. Tu ne refuses pas non plus de travailler avec d’autres, en équipe. Néanmoins tu préfères être aux commandes, seule. Tu es le genre de personne qui aime diriger. Mais tu ne l’admets pas alors nous te le disons bien clairement, ma douce Sylvie.

Tu n’aimes pas recevoir d’ordres. Tu peux tout de même t’y soumettre. Cela dit tout dépend de qui les formule n’est-ce pas ? »

Certes.

 » Tu n’aimes pas qu’on te dise comment faire les choses. Tu n’achètes pas de vêtements parce qu’ils sont tendance non plus, tu n’achètes que ce qui te plaît et qui te va.

Tu as la personnalité d’une personne qui aime diriger. Pourtant, il est rare que tu commandes, tu préfères diriger des projets que tu peux mener seule.

Tes parents ne se sont pas mêler de tes études. Ils te demandaient simplement où tu en étais au moment des examens. Mais ils ne disaient rien devant ton emploi du temps très personnel.

Pourtant ils savaient ce qui te plaisait à la fac, c’était le fait que tu étais presque totalement livrée à toi-même. Il y en a qui n’aime pas cette grande autonomie, comme ta soeur. Ou encore il y en a qui ne savent pas la gérer, comme ton frère, Nancy et bien d’autres encore. Toi, tu t’épanouissais totalement dans ce cadre.

En-dehors des travaux dirigés, que tu détestais et que tu ne pouvais pas sécher, tu faisais ta vie comme tu voulais. Tu gérais tout à ta façon. Et c’est ce qui te plaisait.

Encore aujourd’hui c’est ce qui te plait. Tu n’aimes pas les règles, tu n’aimes pas les contraintes. Pourtant, tu es une vraie bosseuse. Nous savons que tu es capable de faire beaucoup d’efforts et de travailler énormément s’il le faut, nous t’avons vu à l’oeuvre.

Nous savons que tu es déterminée et persévérante. Tu n’as pas fait que rire durant tes études. Ni même après.

Tu es capable de travailler de manière réfléchie. Apprends à maîtriser tes émotions, tu te rendras compte que tu apprécieras aussi de mener à bien des projets plus larges, qui engloberont d’autres personnes, que tu devras prendre en charge et diriger.

Tu es capable de le faire, dans diverses circonstances tu t’es déjà retrouvée à devoir prendre des personnes par la main et à les tirer sans qu’elles ne le vivent mal, au contraire. Tu sauras diriger. »

Pourquoi vous me dîtes ça ?

 » Tu sauras. »

Merci Lauviah, Gabriel et Sammael.

Bonne journée à tous Clin doeil  

Des zombies

Des zombies 100403104333803575761703 

 

Bonjour à tous,

Cette nuit j’ai fait un rêve qui ne paraissait pas effrayant sur le coup. Je vivais dans une petite ville, avec ma famille et des tas d’autres gens, puis des zombies sont apparus et ils ont commencé à nous attaquer. Il a fallu fuir la ville, mais la route non plus n’était pas sûre.

J’ai voulu aider d’autres personnes, dont une femme plus âgée qui avait du mal à marcher, à fuir en voiture et je me suis retrouvée à pieds.

J’ai dû courir car les zombies étaient rapides et agiles et…

 » Ca suffit. Tu fais souvent ce genre de rêves le weekend parce que tu as le temps de digérer les messages qu’ils contiennent pas comme en semaine. Tu vois, on tient compte de ton rythme de vie. Les morts-vivants, vampires oniriques ou gouhls renvoient tous à la même chose. La ville c’est ta situation matérielle actuelle, ta vie. Les zombies, les mauvaises énergies qui stagnent puisque les morts-vivants représentent une situation qui n’a plus lieu d’être. Alors ils te sautaient dessus à la fin parce qu’il n’y a plus rien de positif dans la situation que tu vis aujourd’hui. Ce que tu avais compris puisqu’Eledahiel est venu t’aider à comprendre. Nous avons fait en sorte que tu ne sois pas réveillée brutalement. Comme la fois où tu as rêvé d’inceste ou bien celle où l’Archange doré a interrompu ton rêve parce que tu paniquais.

D’accord ma belle ? Détends-toi. Le message était clair.

Maintenant, tu as eu la vision d’un dé à la fin de ton rêve. Tous les points étaient alignés, tu n’avais jamais rêvé ou vu de dés. C’est la marque de la chance à venir, alors n’est pas peur, accepte juste ce qui est.

Tu feras un rêve moins violent la nuit prochaine. Va au showroom de ta cousine et passe une belle journée. », me dit Sammael.

Oui ! Merci à toi.

Bise à tous Clin doeil   

L’autre imbécile !

L'autre imbécile ! 100418124143803575854365 

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je me suis énervée contre le nouvel agent de terrain. Déjà que je ne l’appréciais pas.

Il a 70 ans et est en fait un gendarme à la retraite. C’est un ami du responsable de l’agence, que je n’apprécie pas non plus comme quoi…

Il sais tout sur tout, mieux que tout le monde, heureusement qu’il est là ! Je ne l’aime pas.

Il a cette habitude désagréable de m’appeler ma biche, de minauder, j’ai horreur de ça. En plus il devrait s’acheter des bonbons à la menthe, ce serait plus agréable vu qu’il aime s’approcher du visage des autres quand il parle. Ou alors il pourrait arrêter le café et l’alcool, parce que vraiment ça pue.

Bref je ne l’aime pas du tout. Et j’aime encore moins qu’on me balance des papiers à la figure en criant. Voilà ce qui m’a énervée. Moi aussi je sais crier. Ou balancer des papiers.

 » Ce que tu as fait. Pour lui demander de te parler autrement. Et puis tu lui as rebalancé son papier à la figure, toujours en criant. »

Il s’est calmé comme ça. Il va peut-être arrêter de m’appeler ma biche aussi, je ne l’aime pas du tout…

 » Comme avec ta collègue. »

Je ne comprends pas qu’ils ne s’entendent pas franchement.

 » Et comment te sens-tu ? »

Pas bien. Il m’a manqué de respect de par son attitude. Ce n’était pas la première fois, je m’en rends compte maintenant merci Lauviah. Je ne réalisais, mais il s’est permis de me crier dessus. Je ne supporte pas les gens qui estiment être toujours les seuls à avoir raison. Et ceux qui me crient dessus !

 » Ceux qui pensent être plus fins que les autres ? « , me demande Lauviah.

Oui !

 » Les gens comme cet homme crient pour asseoir une ascendance. Les gens comme toi réagissent par une attitude défensive parce qu’ils se sentent agressés.

Les personnes sures d’elles restent calmes, posées et parviennent toujours à retourner la situation à leur avantage. Elles ne vont pas au clash, ne se sentent pas mal après. D’accord ma douce Sylvie ?

Tu as tes torts aussi dans cette affaire. Tu méprises tellement cet homme parce que tu n’aimes pas son attitude que tu ne t’es pas aperçue que lui aussi avait en fait peu de considération pour toi en tant que personne.

C’est cette vérité que tu viens de te prendre en pleine face.

A la base, qu’est-ce qui te déplaît vraiment chez lui ? « 

Je ne le trouve pas sincère. Et puis j’ai vu son attitude dans le travail aussi. Il ment aux débiteurs, il nous ment, il fait semblant d’être sympa, de faire des blagues potaches. Mais il a deux visages. On s’en rend compte dès qu’on tente de lui dire qu’on ne travaille pas forcément comme lui. Pour garantir ses commissions, il est prêt à flinguer notre travail ou à nous marcher dessus. Pendant qu’il arrive en disant  » ma biche… ».

 » Qu’est-ce qui lui déplaît chez toi ? »

J’en sais rien. Ah si, que je ne fasse pas apparaître les numéros en haut de ses fiches. Pourtant il sait lire, il peut chercher un peu…

Bon d’accord, j’oublie souvent de le faire.

 » Il trouve que tu ressembles à une enfant capricieuse. En outre, il pense que tu ne sais pas t’imposer puisque tu es du genre à te détourner purement et simplement des gens et situations qui ne t’intéressent pas. Comme lorsque tu lui tires la langue ou que tu fais semblant de bouder et que par conséquent il est décontenancé. Comment réagir face à une personne adulte qui sciemment se met à bouder faussement juste pour dire tu m’ennuies passe ton chemin ? « 

Qu’il passe son chemin justement. Et puis, je ne fais pas semblant d’être ennuyée dans ces cas-là.

 » Justement, tu sais pourquoi tu tires la langue ou que tu prends une attitude boudeuse. Personne ne peux plus rien te dire, puisque personne ne sait plus quoi te dire alors. Mais le message de fond passe. Les enfants réagissent ainsi pour dire à une personne qu’ils ne l’aiment pas. C’est ce que tu fais aussi, quand tu ne peux fuir quelqu’un ou t’en détourner.

Dans un autre cadre, tu aurais ignoré cet homme. Mais là tu ne peux pas. Tu ne le supportes pas, alors tu te comportes d’une manière drôle en apparence mais hostile en réalité.

Il s’est énervé et t’a crié dessus pour asseoir une certaine ascendance, pour s’affirmer. Pour que tu ne tires pas la langue, pour que tu n’affiches plus ton mépris. Résultat, tu t’es affirmée aussi en lui demandant de te parler autrement. Et il s’est rappelé que tu es une adulte. Hélas.

Tu sais ce que tu fais Sylvie. Tu sais toujours. Si tu veux que quelqu’un te respecte, respecte-le d’abord. Tu n’aimes pas cet homme, c’est une chose. Apprends à t’exprimer clairement. Apprends à remettre les gens à leur place en restant calme et posée.

Tu n’aimes pas qu’il t’appelle ma biche, dis-le lui. Il arrêtera ou pas. Mais toi tu sauras à qui tu as affaire. »

Merci Lauviah.

Bonne journée à tous Clin doeil

L’ennui

L'ennui 100418124143803575854369 

Bonjour à tous,

Quelle couleur vive, ça faisait longtemps que je n’avais pas écrit dans une telle teinte.

 » Ce rouge est trop vif. Tu ne veux pas le changer en rose, ma douce Sylvie ? », me demande Lauviah.

J’allais te dire non ! C’est d’accord mais pourquoi ? Ca change…

 » Il est trop vif, écris dans une teinte plus apaisante. Tu te sentiras plus en phase et moins excitée. », poursuit Sammael.

Rose !

 » C’est mieux, tu aimes bien le rose. C’est une de tes deux couleurs préférées. », reprend Lauviah.

Oui, j’aime beaucoup le rose. De toutes façons j’aime les couleurs tendres. Elles sont plus apaisantes pour moi. Mais une pointe vive c’est bien aussi. Comme les canapés turquoise du salon !

 » Pourquoi est-ce que tu t’ennuies Sylvie ? », me demande l’Archange Gabriel.

C’est au travail, et puis quand on me parle de choses qui ne m’intéressent pas. Mais les gens aiment bien parler de ce qui les touche. Moi aussi je le fais, ici par exemple.

 » Tu écoutes les gens en général. »

Oui c’est vrai.

 » Tous ne t’ennuient pas. Tu aimes bien écouter souvent. »

Bon, ceux qui m’ennuient ce sont surtout ceux qui viennent me parler quand j’essaye de me détendre après le travail. Et qui insistent pour parler d’eux quand ils me voient occupée à quelque chose. Comme si ce que je faisais avait moins d’importance que leur besoin de parler.

Je trouve que c’est à la fois égoïste et la preuve que certains sont totalement dénués d’empathie.

 » Tu es bien sévère. Ces personnes dont tu parles te sont proches. Elles ne sont pas dénuées d’empathie. Seulement, elles font partie des gens qui ont besoin de se confier, de parler, pour entretenir des liens et c’est important à leurs yeux.

En outre, ça leur permet d’évacuer. Comme ta soeur ou ta mère puisque ce sont surtout elles qui t’ennuient. Elles ne sont pas dénuées d’empathie, mais imagine que tu avances dans un couloir, et elles dans d’autres. Le but de ta mère, est que tu puisses parvenir à la rejoindre dans son couloir. Celui de ta soeur, qu’elle puisse parvenir à quitter le sien pour rejoindre unje pièce dans laquelle elle se sentira en sécurité.

Pourquoi ne rejoint-elle pas ta mère ? Vous êtes des adultes toutes les trois, il est normal que vous avanciez dans vos propres couloirs. Ta mère ne l’admet pas, ta soeur non plus. Toi, tu ne vois pas de couloir, mais une grande pièce baignée de Lumière n’est-ce pas ? « 

Oui.

Eh bien, tu réalises concrètement ce que sont les niveaux spirituels. Tu te sens en sécurité à l’intérieur, ce qui n’est pas le cas de la très grande majorité des gens. En particulier, ceux qui ont du mal à concevoir qu’on puisse avoir un esprit différent. Parce que disons les choses comme elles sont, c’est clairement ton cas. », termine Gabriel.

 » Revenons à ton souci qui est l’ennui au travail. Tu sais pourquoi, n’est-ce pas ? », me fait remarquer Sammael.

Oui je sais.

 » Alors c’est très bien. Il n’y a rien de plus à dire si ce n’est crois en toi et accepte les messages que tu reçois actuellement. »

Merci à vous trois.

Bonne journée à tous Clin doeil      

Ne fut-ce qu’un jour

Ne fut-ce qu'un jour dans Mes poèmes 100418124143803575854362 

 

Ne fut-ce qu’un jour j’aurais voulu pouvoir déployer mes ailes et m’envoler dans le ciel étoilé.

Ne fut-ce qu’une nuit j’aurais voulu pouvoir me fondre dans la Terre et ressentir chaque fleur,

chaque plante, chaque arbre, chaque brin d’herbe mais également chaque pierre, chaque grain de sable,

chaque parcelle de notre belle planète.

Ne fut-ce qu’une heure j’aurais voulu pouvoir ressentir le battement du coeur de chaque animal vivant sur cette Terre,

J’aurais voulu pouvoir les comprendre et les aimer tous comme s’ils étaient moi,

Comme si j’étais Tous.

Ne fut-ce qu’une minute j’aurais voulu pouvoir regarder au travers les yeux de l’Humanité toute entière et voir le monde au lieu de le figurer à travers ma propre vue limitée.

Ne fut-ce qu’une seconde j’aurais voulu connaître l’Amour qui existe par-delà tout ça,

J’aurais voulu le vivre, l’incarner, le répandre.

Ne fut-ce que dans cette vie j’aurais voulu être Moi.

1234

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause