Accueil Spiritualité Ecris pour autrui

Ecris pour autrui

0

Ecris pour autrui 101113082624803577110395 

 

Bonjour à tous,

Je ne parviens plus à écrire pour moi seule. Je veux dire, je ne parviens plus à trouver dans l’écriture le réconfort que j’y trouvais au départ.

« Parce que tu n’en as plus besoin. », me rappelle Ariel.

Oui, mais du coup j’ai du mal à continuer à écrire.

« Que t’avons-nous conseillé ? »

De continuer, ce que j’ai fait. Avec plaisir d’ailleurs, puis avec difficulté au bout d’un moment, ne voyant plus l’intérêt de poursuivre. Je ne voyais plus ce que cela m’apportait.

« Alors ? »

Alors ça fait trois jours que je peine à trouver l’inspiration. Le souci c’est que je continue de me sentir soutenue dans cette démarche. 

Je vous ai demandé de me venir en aide, car je ne comprenais pas comment poursuivre sans envie. Mais vous m’avez poussée à me demander pour qui j’écris. Or, je ne voulais pas accepter l’idée d’écrire d’abord pour les autres.

J’ai réagi en enfant gâtée j’ai pensé, pourquoi ferais-je ça, qui écrit pour moi ?

« Le livre d’interprétation des rêves est pour toi, ma belle Sylvie. Tu veux autre chose ? Nous te permettrons d’y accéder aussi, comme ce livre de magie que tu désires.

Tu pourras l’écrire quand tu auras fini le livre des rêves. Pourquoi écris-tu, pourquoi partageais-tu jusqu’à aujourd’hui ? »

Parce que cela me fait plaisir en réalité, ça me rend heureuse. Et puis je sais que je peux aider des gens comme ça lol ! Je sais qu’il ne faut pas agir exclusivement dans ce dernier but, que cela prouve que l’on tente de s’oublier et de noyer ses propres problèmes…

« Attends, ça dépend. Si tu aides les autres parce que cela te permet de te sentir bien, oui, tu te perds. Mais si tu te sens bien lorsque tu aides aussi les autres, ce n’est pas pareil.

Il faut faire attention à la distinction. Dans le premier cas tu cherches à te fuir. Dans le second, tu te réalises.

Nous t’avons demandé d’écrire davantage pour les autres désormais mais en toute conscience. Nous n’allons pas te forcer, nous te demandons juste d’envisager cette possibilité.

Regarde, aujourd’hui tu apprends à conduire. Du coup, tu poses à ton instructrice des questions qui touchent des points qui lui semblent si banals qu’elle-même ne s’attarde plus dessus. Mais elle y revient pour toi.

Toi, tu te posais au départ des questions que tu ne te poses plus aujourd’hui, car certains éléments font partie de ton paysage.

Tu n’es plus une débutante voilà pourquoi. Or, les débutants aiment recevoir des conseils de personnes plus expérimentées ou mieux encore, ils aiment pouvoir se sentir accompagnés.

Nous t’avons accompagnée. Nous continuons de le faire car tu continues d’apprendre. Ce sera d’ailleurs toujours le cas.

Toutefois, il est important pour conserver ses acquis de faire preuve par moments d’humilité et de générosité sur son parcours en offrant à d’autres la possibilité de se sentir accompagnés par le biais du partage ouvert et conscient.

Ainsi tu es toi-même amenée à redécouvrir ce que tu croyais savoir et tu permets à d’autres d’avancer aussi. Le partage doit toujours profiter tant à celui qui donne qu’à celui qui reçoit. Sinon, il naît un déséquilibre qui génère ce sentiment de lassitude et de frustration que tu connais actuellement. 

Pour en voir la fin, il faut accepter de se remettre en question et de faire preuve de la sagesse nécessaire pour comprendre l’idée que la route faite de frustration ne peut être que celle de l’ego. Celle que propose l’âme est celle qui te rend joyeuse. Celle qui te rend heureuse de partager.

Arrive un moment où il faut accepter de devenir à la fois l’enseignant et l’élève d’autres personnes.

Nous t’avons dit que tandis que nous te guidons, nous recevons et apprenons aussi énormément au travers toi. Ne crois pas que ce chemin puisse être unilatéral dans un sens ou dans l’autre.

On ne devient adulte spirituellement que le jour où l’on accepte que si l’on est devenu capable de guider, l’on a encore davantage besoin d’être guidé.

Regarde autour de toi, les meilleurs parents sont ceux qui sont capables de tenir compte de la personnalité et des désirs de leurs enfants en plus de reconnaître leurs capacités réelles. Décréter que son enfant unique sera médecin pour perpétuer une lignée familiale quand l’enfant en question abhorre le milieu médical et tout ce qui se rapporte aux matières scientifiques relève de l’immaturité totale. Qui dit qu’il n’a pas davantage les moyens de devenir une personne brillante dans un tout autre domaine ? Il faut lui laisser sa chance. Mais pour cela, il faut accepter la leçon qui s’impose alors.

Il fallait que tu apprennes à vivre pour toi, à faire passer tes besoins avant ceux des autres car tu avais trop tendance à faire l’inverse. Mais dorénavant, il te faut apprendre à donner et à recevoir avec la même intensité, la même joie concrète.

Ecris en direction d’autrui. Essaye simplement, tu verras comment ça se passe. D’accord ? »

Je vais essayer, merci Ariel et à tous mes guides qui m’entourent !

Bonne journée à tous Clin doeil 

  • Ni Ombre ni Lumière

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie et je vous souhaite la bienvenue sur ce blog. Je…
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
  • Ce dont je suis capable

    Bonjour à tous, « Alors tu vas participer à ce concours photos ? », …
Charger d'autres articles liés
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
  • Ce dont je suis capable

    Bonjour à tous, « Alors tu vas participer à ce concours photos ? », …
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
  • Ce dont je suis capable

    Bonjour à tous, « Alors tu vas participer à ce concours photos ? », …
  • Les choses de la vie… Bref.

    Bonjour à tous, Elédahiel, c’était quoi cet affreux rêve ? « Il ne t&rsqu…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Maîtriser les arts sombres

Bonjour à tous, J’avance sur un fil doré, en-dessous de moi le vide. Ai-je peur ? No…