Accueil Spiritualité Le rapport à soi

Le rapport à soi

4

Le rapport à soi 101117021109803577131768 

 

Bonjour à tous,

Ma mère est cardiaque, nous le savons depuis plusieurs années. En ce moment elle attend de passer des examens à l’hôpital et comme vous vous en doutez, cela me bouleverse de la savoir dans de tels problèmes.

Même si elle devrait simplement rentrer avec un traitement.

Je ne suis pas contente du tout.

« Tu es même triste de voir que cela aurait pu être éviter, tu sais, chacun doit se battre pour lui-même et mener ses propres combats.

Ta mère s’accroche et se bat tous les jours pour sa famille, ses enfants. Il est temps qu’elle apprenne à se battre pour elle. Cela ne peut venir que d’elle.

Tu te souviens du père de cette jeune fille qui s’était laissé mourir d’une grave maladie car il était trop affligé par le poids des soucis et des échecs ?

Ta mère n’en est pas là. Mais quand on ne se bat pas pour soi, c’est parfois ce qui arrive quand une personne tombe malade, elle préfère cesser de lutter si la peine qu’elle se donne lui paraît soudain trop lourde. »

C’est comme ça que tu me remontes le moral Lauviah ? 

« Je te présente ce qui est. Je t’explique ce qui fait que parfois, on ne veut pas faire d’effort. Ta mère a renoncé à suivre un traitement. Elle se cache derrière cette vieille et désastreuse expérience hospitalière qui a failli lui coûter la vie. Mais à la base, c’est elle qui n’avait pas fait ce qu’il fallait.

Elle laisse traîner quand elle tombe malade. Vois, c’est vous qui l’avez poussée à consulter. Elle l’aurait fait tardivement, une fois de plus.

Ce n’est pas qu’elle cherche à mourir, mais elle ne voit pas de raison directe de se battre pour elle-même. Ca peut paraître incroyable, pourtant, il y a bien quelques personnes dans ce cas.

Elle ne craint pas la mort du fait de sa foi. Donc, elle n’a pas peur de mourir. Toi non plus. Rendu là, il faut de bonnes raisons pour aimer la vie au-delà du fait d’aimer sa propre vie.

Ce sont deux choses bien distinctes et ne te trompe pas, c’est le fait d’aimer la vie qui permet de rester en vie pas le fait d’aimer sa vie. Quand tu n’aimes que ta vie, le jour où le train déraille, tu te laisses mourir comme le père de ta jeune amie.

Vous passez votre temps à vous battre pour beaucoup, vous traversez des épreuves. Il n’est pas rare que vous soyez découragés. La peur fait souvent que vous vous accrochez quand vous tombez malade, l’Amour d’autrui également ainsi que votre Amour pour autrui, comme ta maman.

Mais aimer la vie c’est être capable de se regarder dans une glace et de se dire quelle que soit l’occasion, tout est comme ce doit être.

C’est un apprentissage en vérité. Mais si tu t’inquiètes c’est que tu sais pourquoi.

L’affection très forte que ta mère a pour vous doublé de ses convictions lui donneront la force et l’allant de s’accrocher cette fois encore.

Mais souviens-toi que c’est quand tu as admis que les choses sont bien comme elles doivent être que tu as accepté tes propres ennuis de santé.

La manière dont vous abordez la vie puis dont vous vivez, est plus révélatrice de ce que vous êtes intérieurement que tu ne le penses ma belle Sylvie.

Je ne te veux pas de mal, juste te rappeler que l’objectivité permet de surmonter bien des chagrins et des désillusions.

Tu ne peux pas te battre pour autrui, ni forcer quelqu’un à aimer la vie. Tu peux juste soutenir, mais c’est cela qui te fera du bien et qui motivera, ou pas.

Est-ce que tu comprends ? »

Oui je crois.

« Alors comprends aussi qu’il est normal d’avoir de la peine quand un proche est malade. Comprends qu’il est normal d’être révolté contre l’univers, un instant.

Mais comprends aussi qu’il ne sert à rien d’en vouloir à ce proche. Tu peux juste l’aimer, alors aime ta maman. »

Là je comprends parfaitement. Merci Lauviah et merci Mamie.

Bonne journée à tous Clin doeil 

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres articles liés
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

4 Commentaires

  1. crystallia

    20 novembre, 2010 à 12:39

    Merci pour tes paroles encourageantes et douces.

    Bise ;)

  2. Mirage

    20 novembre, 2010 à 12:32

    Coucou,

    La liberté d’esprit et d’action est indispensable à notre cheminement c’est sure, ta maman à l’air d’une personne battante, courageuse, optimiste donc je te souhaite de rester positive, elle prendra des initiatives grâce à vous et comme dit Lauviah ou ta Mamie plutôt, elle s’accrochera pour vous.

    Gros bisous et c’est beau d’aimer sa maman, c’est là qu’elle puisera sa force.

  3. crystallia

    19 novembre, 2010 à 18:40

    Merci à toi.

    Bise ;)

  4. shaka

    19 novembre, 2010 à 15:20

    je me retrouve dans chaque mot de ce texte, et j’ai maintenant les idées plus claires sur qui je suis, et sur le pourquoi de certaines chose.
    merci lauviah, et mille fois merci crystallia !!

Consulter aussi

Je te sens près de moi

    Quel magicien es-tu, Pour être parvenu, A chasser ce vide immense qu’il y avait …