La Mère

7

La Mère dans Féminité Sacrée 110120035119803577498834 

 

Bonjour à tous,

« Sur le plan de ton développement intérieur Sylvie, il est normal qu’un jour tu tournes le dos à la Fille pour accueillir la Mère. Je ne te parle pas de ce qui se passe physiquement pour toi, mais de ce qui doit se passer spirituellement.

La figure de la jeune fille se confond avec celle de la jeune femme. La seule différence ici étant la sexualité qui amène la connaissance. Spirituellement, la jeune fille est l’enfant qui a encore tout à apprendre. Elle incarne l’insouciance et l’innocence de ce qui est neuf et inviolé.

La notion de pureté vous paraît très subjective, mais ce qui est pur c’est ce qui correspond à votre âme et que vous pouvez percevoir par le biais de votre coeur.

La jeune femme est encore innocente car elle croit encore à l’Amour parfait tel qu’il réside dans son coeur.

La Mère, c’est celle qui a mûri en sagesse et qui sait qu’il y a un monde entre la vérité du coeur et celle que vous êtes capable de manifester. La Mère est celle qui a compris que ce monde est un univers de possibilités qui peuvent être à votre portée, moyennant certains efforts.

La Mère, c’est la jeune fille qui non seulement comprend mais qui en plus est capable d’enseigner. Ce n’est pas forcément celle qui a donné la vie physiquement.

C’est celle qui peut transmettre. Elle n’est plus la jeune femme qui ne voit pas plus loin que le bout de son joli nez. Comprends par là, elle n’est plus l’insouciante qui devait apprendre à regarder en elle et autour d’elle pour développer sa propre sagesse.

La figure de la Mère est une figure importante pour une femme. Voilà pourquoi nous t’en parlons aujourd’hui. Tu es une femme, adulte, qui a fait le choix de vivre en tenant compte de sa sensibilité spirituelle.

Très objectivement ma puce tu manques à la fois de sagesse, de discernement et d’expériences aussi pour incarner d’ores et déjà la Mère.

Tu as encore des choses à vivre matériellement et des révélations à recevoir spirituellement. Et puis tu as une personnalité très enfantine, une très grande candeur.

Ce n’est pas un mal, nous t’avons toujours dit de rester toi-même. Toutefois, tu es définitivement ce que vous appelez une femme enfant. La Mère telle que tu l’incarneras quand le moment sera venu pour toi conservera une innocence qui normalement n’est l’apanage que de la jeune fille. 

Or la figure de la Mère est celle de la femme qui s’assume entièrement tout en ayant conscience que ce n’est pas forcément le cas de tous autour d’elle.

Elle ne vit pas dans sa belle bulle rose. », me dit Thor.

Je vis dans ma bulle rose ?

« Tu ne te prends pas au sérieux parfois, tu suis facilement les gens dans leurs plaisanteries. Comme le moniteur de conduite qui fait de l’humour d’une manière que d’autre prendrait bien différemment. Mais avec toi, ça passe. Tu as compris qu’il ne te draguait pas sérieusement.

Par contre il a une attitude paternaliste envers toi. Ca t’est souvent arrivé d’ailleurs. Tu ne t’es jamais demandé pourquoi ? Lui, il t’a remis son ouvrage d’apprentissage personnel. Tu as voulu le lui rendre, mais il t’a dit de le garder jusqu’à ce que tu aies ton permis.

En fait, il est souvent arrivé que des hommes qui au départ s’intéressaient plus ou moins à toi, comprenant que ce n’était pas réciproque, te prennent quand même en affection et t’apportent une aide ponctuelle sur ta route. Regarde l’inspecteur le jour du permis. Il avait d’autres personnes à faire passer après toi. Il est pourtant resté à te consoler et à te donner des conseils puis son numéro de téléphone. »

Je ne vois pas où tu veux en venir Thor.

« C’est de cette candeur-là justement que je te parle. Tu ne vois jamais d’ambiguité nulle part, sauf si quelqu’un attire ton attention dessus. Et il s’agit d’un trait de personnalité, tu ne vas pas changer ou évoluer à ce niveau.

Tout est normal pour toi. Tu sympathises avec l’inspecteur comme tu as sympathisé avec le moniteur ou le plombier à Marseille ou encore le chargé de TD à la fac…

Tu ne vois jamais anguille sous roche. Pour toi, les relation hommes-femmes sont simples et effectivement tu les vis très simplement. Tu n’es pas sujette aux tergiversations, tu suis ton coeur.

Tu ne t’englues pas dans des relations bizarres, n’entretient pas de faux feux pour le plaisir, n’a de rapports glauques avec personne. Dans ta tête tout est clair, tout est toujours clair et tu rends donc les choses simples et claires sur le plan matériel. »

Au risque de passer pour une idiote, je ne comprends toujours pas où tu veux en venir.

« Regarde autour de toi. Qui d’autres voient les relations hommes-femmes avec tant de simplicité, de candeur ? »

Admettons, je crois que je vis les choses comme je les sens.

« Précisément, note que je ne te dis pas qu’il y a des comportements à modifier chez toi. Nous t’avons toujours dit de rester telle que tu es. C’est ainsi que tu es belle et que tu es Sylvie.

Mais voilà, combien de fois t’a-t-on reproché ce naturel qui ne s’exprime pas que dans les rapports hommes-femmes pour toi ? Combien de fois t’a-t-on reproché d’être ainsi ?

Certaines femmes te l’ont envié, d’autres personnes soutiennent que ce n’est pas un comportement adulte, enfin, certains n’aiment pas ton type de personnalité tout simplement.

Dans tous les cas tu as réagi de la même manière, tu as pris le parti de rester toi-même et de t’éloigner au moins affectivement de ceux qui te faisaient des reproches.

Dans ta tête, quand on apprécie une personne, on l’accepte exactement comme elle est ou on passe son chemin. Tu vois c’est cette façon de penser qui peut faire croire à de l’immaturité. Car si beaucoup la revendique, bien peu la vivent comme leur réalité. 

Je t’ai dit que tu manquais de sagesse et de discernement. Mais ma belle enfant, tu as trente ans. Ce qui te manque surtout, ce sont des expériences qui viendront en leur temps. Elles alimenteront une maturité déjà bien présente et tu grandiras en beauté et en sagesse, rien d’alarmant ici donc.

Tu devrais pouvoir incarner totalement la Mère d’ici quelques années, pour l’instant tu es en transition douce et plutôt lente. Ce qui n’est pas un problème, d’accord ? »

D’accord lol.

« La croissance spirituelle ne coïncide absolument pas avec la croissance physique. »

Je sais oui.

« Il faut accepter d’aller à son propre rythme. »

Je suis d’accord.

« Bon, sache que cette candeur qu’il y a chez toi te préserve d’une bonne partie de ce qui vous freine habituellement. Tu n’arrives pas à fréquenter des personnes qui refusent de se dévoiler ne serait-ce qu’un peu et bien souvent, c’est ce type de personnes qui vous plombent.

Tu n’aimes pas l’ambiguité et par conséquent tu fuis certaines situations.  A ton âge beaucoup sont déjà désabusés et ont l’impression de tout savoir de la vie et des hommes. Mais pas toi, tu n’as pas connu les décconvenues qui mènent à cet état-là.

Or, bien souvent la Mère émerge dans le coeur de celles qui sont parvenues à dépasser cet état-là en osant redonner une chance et une place à l’Amour dans leur vie. »

Il y a sûrement un chemin pour moi aussi.

« Il y en a un, que je ne te révèlerai pas. Cependant c’est un chemin très différent de celui qui est le plus souvent emprunté. Car si je pointe aujourd’hui ta candeur c’est bien parce que ce n’est pas un trait de personnalité très répandu chez les adultes.

Beaucoup ne la comprennent même pas. Tes parents ne la comprennent pas, ta soeur non plus. La candeur des adultes est liée à une forme d’innocence qui ressemble à celle des enfants. Mais tu as vécu suffisamment d’expériences dures et moins dures pour avoir une idée assez juste de ce que peut être la vie.

Tu n’es pas l’oiseau tombé du nid. Tu sais juste où se trouve ton coeur et tu peux entendre les messages qu’il t’envoie. Cette forme d’innocence se développe lorsqu’une étape a été sautée de manière volontaire mais inconsciente.

Toi, tu as sauté l’étape spirituelle de la jeune femme. Tu vas passer de la jeune fille qui sort de l’enfance à la Mère sage et puissante.

Normalement c’est la sexualité de la jeune femme qui sert de trait d’union étant entendu que la sexualité permet la connaissance. Si cette étape n’est pas vécue intérieurement, il n’y a pas de drame. Simplement le développement est différent.

Dans ce cas de figure la Mère n’a pas besoin d’enfanter (symboliquement) pour réaliser qu’elle est devenue mère. C’est la jeune fille qui transmet et qui de ce fait devient la Mère de tous ceux qu’elle nourrit. Car sans l’étape de la jeune femme elle ne peut devenir une mère au sens propre. Par contre, elle devient une mère nourricière.

Elle a donc bien plus d’enfants que la Mère qui serait passée par toutes les étapes car elle en recueille plus qu’une femme ne peut en mettre au monde, comme vous dîtes. Elle ne les élève ni ne les nourrit de la même manière. Cela entraîne une conséquence de taille, elle devient l’Aînée bien plus tôt car ses enfants grandissent plus vite.

Mais surtout, ses enfants viennent à elles car ils l’ont décidé. Ils n’arrivent pas « par hasard ». Elle transmet par Amour, certes, mais également par choix.

Maintenant sur le plan pratique, le saut de l’étape de la jeune femme n’entraîne pas pour conséquence une vie de célibat. Il ne faut surtout pas tout confondre. Par ailleurs, à côté de la figure de la Mère, il ne faut pas négliger celle de l’Amante.

La jeune femme est celle qui découvre et expériemente sa sexualité autant que sa sensualité. L’Amante est celle qui sait les apprécier.

La jeune fille qui devient la Mère laisse tôt ou tard place à la Femme, celle qui sait pourquoi une étape aussi cruciale a pu être sautée.

Celle qui sait ce qu’elle avait besoin d’acquérir pour pouvoir émerger et ce qu’elle avait déjà.

Car la Femme n’est pas l’Amante. Elle est la jeune fille, la jeune femme, l’amante et précède l’aînée jusqu’à ce qu’elle la rejoigne, alors cette dernière se fond dans toutes les autres.

Ainsi la jeune fille devenue la Mère puis la Femme lorsqu’elle rejoint l’Aînée, conserve encore et toujours son innocence et sa candeur. Elle reste espiègle et conserve un côté enfantin même une fois devenue âgée. 

La Mère devenue Amante en revanche devient une Aînée à la fois plus rationnelle et plus terre à terre. Elle n’est plus désabusée depuis longtemps mais elle porte un regard franc et juste sur ce qui l’entoure. »

En fait, quand on passe de la jeune fille à la Mère, la jeune fille ne disparaît jamais ?

« C’est ça, les étapes se rejoignent, elles ne se succèdent pas. Pour qu’une étape puisse être sautée, il faut que ce qu’elle pourrait vous apporter ne vous soit pas nécessaire. »

J’avais compris oui. Tu as dit la Femme c’est la jeune fille, la jeune femme et l’amante. Or, sur ce parcours on saute l’étape de la jeune femme puis celle de l’amante concrètement.

« Oui. C’est la jeune femme qui permet à l’Amante d’apparaître. »

Si la Femme apparait, c’est que la jeune fille a déjà ce qui lui permettra plus tard de devenir l’Aînée.

« Presque, c’est que la jeune fille a déjà tout ce dont elle a besoin, tout court. Elle n’a pas besoin d’aller rechercher des connaissances à l’extérieur. En fait tu suis le parcours de celle qui a déjà tout en elle et qui doit tout faire émerger.

C’est un chemin plus solitaire que celui de celles qui rencontrent petit à petit les personnes qui doivent les aider à franchir chaque étape une à une. Mais c’est pour cette raison que la Maternité du coup n’est pas vécue de la même manière. »

Je comprends, merci à toi Thor.

Bonne journée à tous Clin doeil

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres articles liés
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Synthèse à faire

    Bonjour à tous, « Tu as bien fait d’acheter les chaussures. Elles te plai…
  • La clé de l’épanouissement de la femme

    Bonjour à tous, Neveu a vomi dans la voiture ! « Les enfants font ce genre de c…
  • Demi-tour

    Bonjour à tous, « C’est difficile de se trouver face aux énergies sexuell…
Charger d'autres écrits dans Féminité Sacrée

7 Commentaires

  1. Amour

    25 mai, 2012 à 1:27

    Bonjour ma belle Sylvie :D

    J’aurais une petite question pour toi.

    Est-ce que …

    - La jeune fille = le jeune garçon
    - La jeune femme = le jeune homme
    - La mère = le père ?

    Ou c’est quelque peu différent ?

    Merci beaucoup !
    xxxxx

    Amour

  2. crystallia

    12 février, 2011 à 12:40

    Je suis contente pour toi alors.

    Bise Alex ;)

  3. Alexandra

    12 février, 2011 à 12:32

    Je relis ce texte avec énormément de plaisir, je comprends un peu mieux je crois ce que je traverse en ce moment.

    Je t’embrasse

  4. crystallia

    21 janvier, 2011 à 14:04

    Lol !

    Bise ;)

  5. Sebastien

    21 janvier, 2011 à 13:53

    Bun moi j’ai lue june fois et j’ai pas tout tout compris! plusieurs chose que j’ai du relire et relire lol

  6. crystallia

    20 janvier, 2011 à 15:44

    Moi aussi j’ai dû le relire oui.

    Bise ;)

  7. emy

    20 janvier, 2011 à 12:54

    coucou sylvie!

    ton texte me trouble un peu…mais, en tout cas c’est très intéressant!

    Bises.

Consulter aussi

Le pont de minuit

Bonjour à tous, Pour démarrer cette belle semaine, je vous propose un petit exercice extrê…