Archive pour avril, 2011

Trois prédictions

Trois prédictions 110430030727803578078461 

 

Bonjour à tous,

Lauviah me dit avoir une série de trois prédictions pour moi.

« La première concerne ta petite soeur, elle ira de déconvenue en déconvenue sur le plan amoureux. Mais ne comprendra jamais pourquoi.

La seconde concerne ton père, il ne saura jamais ce qu’est la beauté car il ignore la foi, en l’homme et en lui-même.

La dernière concerne ton frère, il prend le même chemin que ton père mais il ne le sait pas. »

Mon frère ne ressemble pas à mon père.

« Tu ne sais pas comment il était dans sa jeunesse. Il n’a pas toujours été aussi pessimiste et désabusé. Ton frère prend le même chemin. »

Je ne te crois pas. D’ailleurs ma soeur n’est pas l’écervelée que mon père imagine.

« Elle est de plus en plus désabusée, tout en espérant toujours qu’un homme la rendra heureuse. Au moins ne t’entendons nous pas penser, vivement que l’Amour d’un homme me permette de me sentir bien. »

Pourquoi, c’est ce qu’elle pense ? 

« Ton frère lui n’a pas l’air pressé de rencontrer une jeune femme. »

Ce n’est pas ça, il est devenu prudent on va dire.

« Tu penses déjà à ce qui serait mieux pour toi, un achat ou une location tout en pensant à ta future voiture maintenant que tu as un salaire régulier. Dans ta tête tu prévois toute ta vie.

Ton frère a un bon salaire, depuis un moment maintenant et ta mère est pourtant obligée de lui rappeler qu’il serait temps qu’il s’installe, qu’il achète une voiture.

Ta soeur cherche une relation stable dit-elle, celui qu’elle dit aimer l’attend à Paris mais elle préfère partir seule en vacances à Porto Rico.

Ton père se plaint de ses rapports avec ta mère, mais il s’accroche à elle.

Cherche les preuves de maturité dans ces comportements très communs, plus que tu ne le crois.

Ta soeur dit vouloir s’installer, mais il faut la pousser à passer son permis, elle ne met rien de côté pour son futur logement.

Nous pourrions gratter davantage mais tu n’aimes pas exposer ta famuille ainsi, nous ne le ferons pas. Nous ne voulons pas que tu sois mal à l’aise au point de refuser de publier cet article.

Mais pourquoi es-tu mal à l’aise ? Sont-ce là tes travers ? »

Non justement, si c’était les miens j’assumerais mais ce n’est pas le cas.

« Etre adulte c’est être capable de subvenir à ses besoins, à tous ses besoins. Ta soeur a besoin des autres pour se sentir vivre. Ton frère a peur de se lancer dans la vie, ton père n’a jamais compris qu’il avait la même crainte et il s’est fermé à beaucoup de choses en devenant intransigeant sur bien des points, alors qu’il est moins dur qu’il ne le montre.

Il pense qu’il sait, qu’il a compris ce qu’est le monde, ce qu’est la vie. Cette seule certitude démontre combien il est loin de sa propre vérité. Quiconque cherche si loin de lui-même ne se connait pas et surtout ignore par quelle voie il pourrait se reconnecter à lui-même. D’où une succession de déconvenues qui l’ont rendu amer.

Ton frère suit le même chemin. »

C’est impossible. Mon frère n’a pas le même esprit que mon père. Et il fait le métier qu’il voulait contrairement à mon père.

« Ton frère adore le cinéma, c’était son premier choix, ta mère l’a persuadé qu’il n’avait aucun avenir dans cette voie. Comme elle l’a fait avec tes propres aspirations. »

Pourquoi tu fais ça ? Tu vas me faire du mal.

« Ta soeur, ta mère et ton père pensent que ce qui importe dans la vie c’est de gagner de l’argent. Ton frère renonce chaque jour un peu plus à ses rêves. »

Pourquoi tu fais ça ?

« Ta mère, ton père et ta soeur pensent que les rêves c’est beau mais la réalité est toute autre et c’est sur elle qu’il faut se concentrer. Ton père et ta mère n’ont jamais accepté que tu ne t’intéresses plus au droit. Ils se désolent de voir que tu n’as pas plus d’ambition dans ce domaine, tu le sais. »

Je te déteste.

« Il se demandent ce qui te retient, ce qui t’entrave, ce qui te rend si faible et t’empêche de réaliser  les ambitions que tu croyais avoir quand encore adolescente tu prenais leurs propres rêves pour les tiens. Tu étais douée pour les études, peu sérieuse certes mais douée. Ils savaient que tu réussirais s’ils te poussaient. C’est ce qu’ils ont fait.

Ils t’ont enseigné la peur du lendemain et la fragilité de l’existence. Ils t’ont appris à croire en l’injustice et aux inégalités. Ils t’ont appris à t’accrocher à ce que tu as même si cela ne te convient pas, ils t’ont appris à croire que celui qui réussit sa vie c’est celui qui gagne de l’argent, même s’il déteste son travail.

Ils t’ont aimé et t’aiment encore. Mais ils continuent de te pousser dans la mauvaise direction car de toute manière, c’est la seule qu’ils connaissent.

Ils t’ont appris la survie. Ils ne t’ont pas appris à vivre et à savourer l’existence. Ils t’ont enseigné que ce monde est dur et que la seule façon de ne pas s’y perdre est de s’éloigner le plus possible de soi-même.

Ton père t’a encore rappelé aujourd’hui l’importance d’agir hypocritement au travail, ta patronne te l’a dit aussi bien clairement. Cette femme t’apprécie en tant que personne, mais elle aussi, elle t’apprend à survivre dans son univers, c’est tout.

Nous voulons te voir vivre. Je ne chercherai jamais à te faire le moindre mal Sylvie, mais je te dis ce que tu as besoin d’entendre.

Ton frère, ta soeur, ton père et même ta mère, ont cette amertume en eux que tu ignores encore. Parce qu’ils ne savent pas qui ils sont et qu’ils ont perdu l’espoir de le découvrir. Tes frère et soeur n’ont pas trente ans, tu es la plus âgée, pourtant la seule dont le coeur soit encore empreint d’un éclat enfantin.

Il faut rester toi-même. Crois à tes propres rêves, même si tu es la seule à y croire. Et quand bien même cela te prendrait vingt ans, sois certaine que tu les réaliseras. »

Merci à toi Lauviah.

Bonne journée à tous Clin doeil      

  

Mazahel

Mazahel dans Anges 110429022455803578073480 

 

Bonjour à tous,

« Et quand tout devient clair dans la lumière comme dans l’obscurité de ton esprit, disparaissent les problèmes liés à l’ego et tout s’étend devant toi tel un jardin verdoyant dans lequel tu peux trouver de quoi boire, de quoi manger.

Tout est beau et simple, tout est pratique, tout est à ta portée.

Dans l’exactitude il ne peut y avoir de contradiction, il ne peut y avoir de chaîne, rien ne te retient tu es libre car tu t’es libéré.

Rien n’égale la puissance de celui qui se sait un enfant éternel et qui l’accepte. L’enfant éternel est l’adulte dont le coeur n’émet qu’innocence et pureté.

Tous le connaissent et beaucoup l’envient ou le craignent, mais celui-là seul trouve le bonheur dans toutes ses relations et elle sont très peu nombreuses.

Il sait ce qui lui convient. », m’explique Haniel.

« Ce qui importe pour toi Princesse c’est de rester fidèle à toi-même, ne vas pas croire que cela puisse être différent pour d’autres. Vois-tu, comme le ciel ensoleillé du matin, la vie humaine est une promesse qui s’étend de la naissance à la mort.

Si vous apprenez à vous connaître, vous êtes à même de transformer une magnifique promesse en des milliers de possiblités. Sur toutes ces possibilités, une petite poignée, au mieux une dizaine, s’avèreront réalisables. Vous ne saurez pas souvent lesquelles avant d’avoir essayé.

Mais c’est cela aussi la vie, c’est un tort de penser qu’une vie réussie est forcément une succession de réussites. Ceux qui échouent sont ceux qui tentent, il n’y a rien de plus important que de se faire confiance au point de trouver l’envie, le courage et la force de croire en ses idées.

Tenter de les réaliser vaut mieux que de vivre en se disant j’aurais pu. J’aurais pu est un aveu de renoncement, de peur, un manque évident de foi en soi-même.

Qu’est-ce qui peut réellement entraver votre détermination ? Il n’y a que vous-mêmes.

J’aurais pu est une phrase à proscrire, j’ai essayé, voilà le signe que vous êtes volontaire.

J’ai réussi, j’ai accompli, sont des mots qui décrivent des situations dont il convient de prendre la mesure. Elles n’arrivent jamais par hasard.

Vos échecs doivent être source d’enseignement, il faut réfléchir après un échec, se poser les bonnes questions plutôt que de ruminer. Le moins productif étant d’oser se dire j’aurais pu ou j’aurais dû après avoir échoué.

Sachez vous remettre en question efficacement et ne perdez pas de temps à vous lamenter ou vous plaindre quand la vie est une promesse qui ne demande qu’à se concrétiser.

Donnez-vous les moyens. », me dit encore Astaroth.

« C’est dans le calme et la sérénité que l’âme se sent bien. Le stress de vos ego, vos envie de voyage, d’ailleurs, vos craintes, tout ça ne sont que des habits sales dont vous pouvez vous débarrasser.

Il est nécessaire d’adopter une hygiène de vie spirituelle réaliste et qui corresponde à la vie que vous menez. Ta routine ma douce Sylvie, ne saurait être celle de ton voisin. Ce ne serait pas logique.

Pour vous sentir bien, vous devez vous sentir en accord avec la vie que vous menez.

Lorsque ce n’est pas le cas, il vous faut être d’autant plus rigoureux sur le plan spirituel. Un apport de fraîcheur, quel qu’il soit, peut s’avérer d’une grande utilité quand vous vous encrassez.

Vous le ressentez toujours, vous devenez irritable, fatigué, perméable à toutes les énergies lourdes qui émanent de ceux qui vous entourent, vos rêves deviennent embrouillés.

Cela peut durer longtemps, vous fait subir vos vies quand vous pourriez profiter et rayonner simplement en vous disciplinant un peu et en adoptant la bonne routine spirituelle.

Si la vie est une promesse, pour pouvoir la concrétiser, gardez à l’esprit qu’il faut se souvenir que c’est vous qui avez les commandes. », poursuit Gabriel.

« C’est dans la sagesse que la compréhension de cette phrase toute simple peut seul vous apparaître. »

Ca suffit, je n’arrive pas à vous supporter tous ensemble, vos énergies sont trop différentes et je ne tiens plus le coup. J’ai besoin qu’un seul d’entre vous continue.

« Je vais le faire », me dit un Ange inconnu de moi lol, « ma jeune Sylvie, nous voulions simplement t’aider à réaliser ce que c’est d’être en permanence entourée d’entités diverses sur le plan énergétique.

Généralement tu n’as pas de problème, parce que nous sommes simplement là. Mais c’est autre chose de canaliser deux Anges et un Démon en les sentant tous les trois présents.

En fait souvent quand tu écris, les entités s’alternent, tu sens seulement celle que tu canalises même si la présence des autres autour t’est connue. Car cette présence reste discrète, comme si tu avais des observateurs.

Aujourd’hui, tu as eu la sensation de canaliser trois entités à la fois. »

C’était trop lourd. Et j’avais du mal à tout bien suivre du coup. Là maintenant il n’y a que toi et les autres sont à nouveau des observateurs. C’est plus confortable.

« Il y a des personnes, des médiums, qui sont sollicitées de cette manière, et elles ne peuvent pas dire ça suffit ma belle Sylvie. Elles subissent cette situation. »

Je sais ça oui.

« Aujourd’hui tu es parvenue à canaliser en même temps un Ange de Lumière, un Ange du Milieu et un Démon. »

Oui.

« Cela ne t’impressionne pas petite Sylvie. Pour toi ces entités sont si familières que cela est normal. Mais il y a peu de médiums comme toi, c’est cela que nous tenions à te dire.

Je suis Mazahel, je reviendrai te voir. Je suis un Ange d’un niveau que tu n’es pas encore à même de capter seule, contrairement à Gabriel par exemple, mais ne m’appelle pas, je serai toujours auprès de toi et je viendrai si tu as besoin de moi. »

Merci Mazahel.

Bonne journée à tous Clin doeil

      

Fin du mois

Fin du mois 110428023048803578067436 

 

Bonjour à tous,

C’est le rush en ce moment au boulot parce que c’est la fin du mois et qu’il faut boucler des tas de choses. Ma patronne m’a reproché de ne pas être restée volontairement hier après-midi (c’était ma demi-journée libre) alors qu’on sortait d’un weekend de quatre jours.

Mais franchement, je préférais rentrer chez moi. Souvent le matin j’arrive très tôt, je n’entends jamais personne me demander pourquoi. Par contre je pars à l’heure et voilà…

Bref, ce n’est pas très grave mais bon, ça me contrarie, d’où le fait que j’en parle. Ah le travail, la première chose que j’ai rermarqué chez la comptable de la boîte c’est son magnifique sourire quand vient 13h et qu’elle peut aller déjeuner.

En revanche, il faut voir sa tête quand elle revient à 14h, ça me fait rire parce que je vois aussi cette même personne traîner dans sa voiture sur le parking le matin.

Hier matin d’ailleurs en arrivant elle m’a lancé qu’elle aimerait pouvoir rentrer sur le champ, je lui ai répondu, il n’est pas 17h ! Quand à midi j’ai été lui dire au revoir, elle m’a lancé tu plaisantes, tu rentres de weekend et tu repars déjà ! Tu as trop de chance !

J’étais morte de rire. Ce matin quand j’ai été la saluer, elle m’a demandé ironiquement si je m’étais bien reposée.

J’ai récupéré certains des dossiers dont cette femme s’occupait, j’ai failli m’arracher les cheveux sur bon nombre d’entre eux, je me disais, mais elle laisse tout en plan dès que ça devient difficile ! 

En fait finalement, aujourd’hui je peux faire appel à elle quand je souhaite contacter les banques avec lesquelles elle travaille, elle a de bons contacts. En outre, quand je la sollicite sur ses anciens dossiers, j’ai remarqué qu’elle m’aide avec un zèle particulier lol.

Demain c’est elle qui a son après-midi normalement, mais on l’envoie à une formation et elle m’a avoué que ça ne la réjouissait pas. Je comprends je dois dire. J’ai eu un boulot où on nous envoyait en formation obligatoire tous les deux mois à peu près, non seulement si on n’y allait pas on perdait une part de notre salaire, mais en plus, il fallait qu’on se débrouille pour rattrapper nos heures de travail si la formation empiétait dessus…

Tout ça pour aller s’ennuyer des heures durant et ne rien apprendre du tout. Heureusement de bonnes astuces circulaient et on trouvait toujours un moyen d’écourter la corvée sans avoir à le regretter. Enfin, au départ du moins car ensuite les patrons avaient fait en sorte que nous soyons mieux encadrés.  

N’empêche, là où je suis maintenant, beaucoup font semblants de dire qu’ils restent tard (une demi-heure plus tard) mais je les vois glander toute l’après-midi quand la patronne est absente. La comptable n’agit pas ainsi, elle travaille, mais d’autres…

Ils discutent vraiment beaucoup et attendent 16h30 pour s’activer.

En fait on voit quand quelqu’un aime son travail. Et on voit le reste aussi. On connait tous des gens qui trainent sur le parking le matin.

Moi-même quand j’habitais Marseille, je travaillais en face de chez moi. Je haïssais ce travail. Je devais être présente à 7h55, je partais de la maison à 7h51 pour arriver à 7h53.

J’aurais pu arriver plus tôt, mais croyez-moi ça m’aurait coûté.

Ce n’est pas facile de délier les langues à ce sujet dans son cadre professionnel. Les gens évitent de se dire, ça me saoule ce boulot si je pouvais tout planter !  

Pourtant je l’ai déjà entendu, je l’ai déjà dit aussi. A Marseille notamment toutes mes collègues étaient du même avis que moi et d’ailleurs personne n’est restée. Mais c’était un peu particulier en fait.

Là où je suis maintenant, beaucoup ont des intérêts propres en jeu, y compris la comptable. Néanmoins je suis certaine qu’il n’y a que deux personnes qui tiennent réellement à leur poste. Ca peut paraître énorme de dire ça, mais j’en suis vraiment sure.

Parce qu’en fait c’est drôle mais l’une des premières choses que je remarque dans les groupes de personnes, ce sont celles qui sont aigries par leur vie. Ensuite je vois celles qui sont lasses, puis celles qui se cachent, vous savez celles qui montrent une facette lisse et jolie d’elles-mêmes alors qu’elles sont bien les dernières à qui on peut se fier.

« Tu remarques celles qui manquent de sincérité et ce sont souvent des personnes aigries. Mais tu sais, tu devrais davantage te demander ce qui rend les gens si différents de ce qu’ils seraient s’ils étaient heureux. », me suggère Roéchel.

Je pense qu’ils se disent qu’ils sont coincés quelque part, alors ils font avec. Sauf pour les gens faux, eux, il n’y a rien qui pourrait les satisfaire, ce sont juste des gens à fuir.

« Ma douce petite fille, ce sont des personnes que tu fuies. Pourquoi tant de monde serait-il coincé ? »

La comptable me donne cette impression. On dirait que si elle gagnait au loto demain elle serait bien contente.  Je veux dire…

« Elle n’est pas passionnée par ce qu’elle fait. Elle gagne sa vie. C’est ce que vous êtes une majorité à faire. Le travail devrait  être l’occasion de vous épanouir, de vous ouvrir et de vous développer mais ce n’est pas toujours le cas.

Toutefois c’est à vous de veiller à ce que votre flamme intérieure reste intacte. Souvent les circonstances vous paraissent difficiles, tu connais cela, pourtant, vous avez toujours ce dont vous avez besoin pour vous réaliser.

Vous l’avez dès le départ, garde bien cela en tête. »

Merci Roéchel.

Bonne journée à tous Clin doeil        

Qui crée quoi, comment ?

Qui crée quoi, comment ? 110427025848803578061254

 

Bonjour à tous,

« Vous êtes des Créateurs, il vous suffit de croire à votre propre existence pour que vous existiez. Il vous suffit de croire en l’existence d’une entité supérieure et toute puissante pour que celle-ci existe aussi.

Il vous suffit de croire à votre monde tel que vous le définissez et vous voilà vivant sur Terre vos existences paisibles ou misérables selon les inclinaisons de votre mental, de vos ego.

Ainsi, si vous vous persuadez que c’est l’accumulation de biens qui vous rendra heureux, vous resterez aigris toute votre vie si vous n’atteignez pas vos objectifs.

De même, si vous vous persuadez que seul l’Amour d’autrui pourra vous rendre beau alors vous vous condamnez à une vie dure et pleine de désillusions qui marqueront votre coeur tant que vous n’aurez pas su trouver ce miroir magique chimérique dans le regard d’autrui.

Si vous décidez que c’est dans le renoncement, la piété, le dénuement, la chasteté que vous serez heureux alors vous vivrez dans l’ilussion que c’est la maîtrise qui élève.

En fait, dans tous les cas vous vivez dans cette illusion que vous vous devez de donnez un sens, une inclinaison forte à votre vie afin d’en faire quelque chose.

Il conviendrait pourtant pour vous de vous demander d’où vient cette croyance que la vie est faite pour prendre un sens, quel qu’il soit.

Les nuages s’étirent parfois dans vos cieux bleus, prennent des formes aléatoires qui tantôt vous parlent tantôt vous invitent simplement à rêver.

Qui sait, quand, comment le monde est né, de quoi il est fait ?

Qui a envie de savoir de quoi est fait son esprit, à quoi ressemble son âme et ce qui la distingue de l’ego ?

Au fond est-ce important ?

N’est-ce pas tout aussi intéressant de savoir ce que tu porteras demain ? Que porteras-tu demain ma jolie Sylvie ? », me demande Haniel.

Je pense que je mettrai ma nouvelle blouse blanche et  les boucles d’oreille que j’ai acheté ce matin.

« Elles te plaisent ? »

Oui, elles sont très belles. Même si je me suis un peu emballée.

« Est-ce grave ? »

Non, pas tant que ça.

« Qu’est-ce qui est plus important aux yeux d’un enfant, ce qu’il a dans son assiette ou la faim dans le monde ? »

Je dirais ce qu’il a dans son assiette.

« Qu’est-ce qui lui importerait le plus, les jouets dans son coffre à jouets ou la misère dans le monde ? »

Sans aucun doute les jouets.

« Pour quelles raisons ? »

Les enfants n’ont pas encore la conscience du bien-être collectif. Ils voient d’abord le leur. C’est ensuite, quand on leur explique, qu’ils comprennent. Et encore, moi quand j’étais enfant j’avais du mal à accepter que ma mère puisse donner des jouets dont je ne me servais plus à des associations.

Je me demandais pourquoi il fallait que ce soit mes affaires qu’elle donne. De toutes façons je préférais de loin recevoir plutôt que donner.

« Est-ce une mauvaise attitude ? »

Ce n’est pas un modèle encouragé lol. Aujourd’hui je vois pourquoi et maintenant j’apprécie autant de donner que de recevoir.

« Des tas de personne ne savent pas recevoir. Toi, tu ne sais pas donner. Tu es toujours excitée quand tu offres un présent à une personne que tu aimes. Tu donnes avec ton coeur et tes émotions. Tu ne sais pas vivre sans tes émotions, c’est pour cela que tu ne sais pas donner par contre tu sais offrir.

Donner est un acte désintéressé, offrir est une manière de dire je t’aime. 

Recevoir un don est faire preuve de gratittude, recevoir un cadeau offert revient à accepter l’affection d’autrui.

Ceux qui ne savent pas recevoir ne savent pas aimer, ils sont dans la retenue, dans l’illusion que le bonheur se trouve dans la préparation, l’encadrement, la maîtrise.

Vous existez parce que vous le croyez suffisamment, vous avez créé votre monde et avec, vous avez créé la vulnérabilité, la peur, le danger.

Tout cela existe parce que vous l’avez voulu et cela perdure parce que vous l’entretenez.

Vois ton âme comme un jardin. Si tu l’entretiens avec Amour, il te rendra de l’Amour. Tu verras s’épanouir les plus belles fleurs au milieu d’une herbe toujours grasse et verdoyante.

Soit tel l’enfant qui ne crains pas d’exprimer des désirs égoïstes et n’hésite pas à rêver les plus belles plantes que tu pourras créer, imaginer, faire vivre.

Fais de ton jardin ton univers, le havre de paix auquel tu aspires,la maison dans laquelle tu te ressourceras. Laisse la Source de sagesse infinie qui s’écoule en toi s’écouler au-dehors et ne crains pas de faire de ton jardin le plus beau des environs.

De toute manière, en ayant que lui en tête, tu ne verras pas les autres.

Ce qui vous rend heureux ce n’est pas d’essayer d’être, c’est de vivre tout simplement. C’est pour vivre que vous avez fait le choix d’exister, pas pour vous débattre sans fin.

Qu’est-ce qui plairait le plus à un enfant, des parents qui se déchirent mais qui vivent ensemble ou des parents qui parviennent à se parler sans plus vivre l’un avec l’autre ? »

Si je me fie à ma propre expérience, mieux vaut des parents qui se séparent s’ils ne s’entendent plus.

« Alors qu’est-ce qui est préférable à tes seuls yeux ma belle Sylvie, faire ce que tu aimes ou faire ce que tu veux ? »

Les deux se rejoignent, ce que j’aime est ce que je veux.

« Figure-toi qu’il n’en est pas ainsi pour tout le monde. Ceux qui auraient répondu de la même manière que toi sont plus proches de la Lumière.

Ceux qui auraient répondu ni l’un ni l’autre tout dépend des circonstances, sont plus proches du Milieu.

Ceux qui auraient répondu ce que je veux est toujours ce que j’aime, sont plus proches de l’Ombre.

C’est peu et subtil, pourtant ces petites distinctions qui disparaissent dans l’Un, là où tout reprend sa place originelle, sonnent comme le rappel que la seule illusion qui existe vraiment, résulte de la négation de ce qui résonne en soi.

Quand le choix intrinsèque a déjà été fait, plus aucune question ne se pose. Tu sais de quelle manière s’exprime le Divin au travers toi et tu le reconnais, naturellement.

C’est cela aussi l’exactitude, admettre ce qui est aux yeux des autres, même si ce n’est pas conforme à ce que l’on sent savoir. »

Merci à toi Haniel.

Bonne journée à tous Clin doeil    

Ni chaud ni froid, l’équilibre parfait en tout

Ni chaud ni froid, l'équilibre parfait en tout  110426024344803578055954 

 

Bonjour à tous,

Pour répondre à Flamme, la Lumière et le Milieu sont bien distincts oui. Mais vu que je ne sais pas par quoi démarrer une explication claire et argumentée, j’ai demandé à Haniel de revenir m’aider. emoticone

« L’Amour c’est la chaleur qui apaise, le feu qui soutient, qui réchauffe les coeurs le long de leur chemin. Celui qui aime accompagne, celui qui vibre dans la Lumière éclaire la voie de ceux qui croisent sa route.

La lumière se distingue du Milieu par sa vocation-même, la Lumière est ce qui attire car elle est seule visible. Elle est ce qui apporte.

L’Ombre est ce qui permet la compréhension de la Divinité au travers l’individualité, elle permet l’appréhension de ce qui ne se dit pas mais qui existe en chacun. Ne vas pas croire qu’il s’agisse de tout ce qui est vu comme négatif, l’Ombre est le domaine de ce qui gagne à être su et connu, mais avant tout par et pour soi. C’est le domaine de ce qui se transmet dans le silence et ne se partage pas ou peu.

Ce que vous dissimulez, ce dont vous souffrez ou avez honte, tout cela est lié à l’ego et seulement à l’ego.

L’Ombre est ce qui permet, permet de faire, permet d’avoir, permet de comprendre.

Tandis que l’Amour offre et que la Lumière se donne donc sans contrepartie, l’Ombre est liée à la Volonté qui nécessite de s’imposer ou d’imposer.

L’Ombre est ce qui permet.

Le Milieu représente la totalité, l’Amour qui s’offre et la Volonté qui permet trouvent un écho dans le déploiement de la totalité qui recoupe tout.

Le Milieu naît de l’équilibre parfait entre Amour et Volonté sans être une synthèse de ces deux pôles complémentaires.

Le Milieu admet, c’est ce qui permet d’admettre la réalité de toute chose sans avoir à accepter ce qui est ou imposer ses vues.

Le Milieu admet tout, d’où la notion d’exactitude. 

Vous avez l’habitude de voir le monde, d’appréhender votre univers et votre spiritualité sous un angle dualiste. Toi aussi Sylvie, mais ma belle petite, souviens-toi qu’un des premiers signes de la Divinité que tu as vu en rêves et en vision était le triangle.

La Trinité est bien plus proche de la vérité que la dualité.

Il n’y a aucune opposition ici, tout se suit et se complète dans tous les sens possibles. La Lumière c’est l’amour, l’Ombre la volonté et le Milieu l’exactitude.

En fonction de ce qui résonne le mieux en vous, vos routes diffèrent ou se rejoignent, c’est tout. »

Franchement tu vois, je trouve que le Milieu, c’est le plus difficile à appréhender.

« Parce que ce n’est pas ton élément ma jeune Sylvie. C’est toujours beaucoup plus simple de partir de ce que vous vivez à vos yeux. Et tu l’as dit tu n’es pas un canal qui écrit par automatisme.

Comment as-tu senti l’exactitude l’autre jour ? »

C’est la Source qui me l’a permis.

« Pour quelle raison ? »

Je ne peux pas expliquer ce que je ne comprends pas moi-même. Et cela ne me parlait pas suffisamment. J’ai déjà été dans l’Ombre, mais je n’ai pas été souvent au Milieu ou du moins, je ne me souviens pas d’y avoir senti quelque chose de si particulier.

« Parce que tu y es allée pour rendre service à d’autres donc tu ne t’attardais pas, tu n’explorais pas. Viens méditer avec moi, je t’apprendrai ce qu’est l’exactitude et cela t’enrichira. »   

J’accepte ! Merci à toi Haniel.

Bonne journée à tous Clin doeil  

Le chant des âmes mortes

Le chant des âmes mortes dans Depuis l'entre-deux 110425030547803578049825 

 

Bonjour à tous,

Le chant des âmes mortes est tel celui des sirènes, un mirage destiné à perdre les passeurs d’âmes.

En fait, certaines âmes particulièrement malheureuses ont attiré trop d’énergies néfastes et viciées pour pouvoir envisager de se réincarner.

Alors, puisqu’elles sont terriblement seules et malheureuses, elles cherchent à piéger les passeurs d’âmes en se faisant passer pour des âmes en détresse puis elles leur pourrissent la vie en s’aggripant à eux et en leur faisant subir toutes sortes de misère.

Le chant des âmes mortes c’est la complainte de ces âmes qui prétendent demander de l’aide quand elles cherchent simplement à évacuer leur mal-être en polluant autrui et ce juste pour se défouler.

Mais je vais vous dire ce que j’en pense bien clairement. Je ne vois aucune raison de rester là à subir quand il est tout à fait possible de faire preuve de compassion et d’intelligence afin de ne pas les laisser approcher.

Lauviah, tu m’as changé ma phrase !

« Les âmes dites mortes sont celles qui sont momentanément incapables de se réincarner en raison de ces énergies viciées dans lesquelles elles se complaisent mais rien n’est définitif.

Le passeur qui souhaite en venir à bout n’aura qu’à leur envoyer de l’Amour et de la Lumière, cela suffira à les nettoyer puis à les purifier définitivement dans un second temps. Il peut se faire aider d’un Ange ou d’une entité liée à la Lumière.

Bien, ceci étant dit, pourquoi ne veux-tu pas que nous évoquions ce sentiment de colère qui a gâché ta journée, c’est dommage. Pourquoi ne veux-tu plus conduire ma belle Sylvie ? Tu te débrouilles bien, tu le sais. Tu fais encore des erreurs, ça aussi tu le sais.

Mais si tu te sens prête à retourner à l’auto-école, vas-y. Seulement, que ce choix ne soit pas celui de la frustration ou de la lassitude.

Tu en as assez des directives contraignantes de ton père, mais ce n’est pas ça le vrai problème. Il est plus général.

Conseiller à tes lecteurs de faire appel à une technique d’anéantissement pour se débarasser d’âmes qui ont réellement besoin d’aide, n’était pas du tout la bonne option, d’où mon intervention. »

En vérité c’est autre chose que j’aurais bien envie d’anéantir. Mais Astaroth intervient toujours quand je m’énerve comme ça et il bloque toutes mes capacités. 

« Astaroth te protège de toi-même c’est tout. Pourquoi es-tu en colère ? Je veux que tu le comprennes, le ressentes et l’exprimes. »

Je suis en colère parce que je me trouve lâche. Je voudrais ne plus l’être. Je voudrais arriver à m’affirmer en toutes circonstances. Comme quand mon père me prend la tête au volant. Je n’ai plus envie de conduire avec lui. Je préfère retourner à l’auto-école parce que le moniteur au moins, ne passe son temps à me dire freine, ralentis, mets-toi en première !

Ou mieux encore, laisse passer cette personne qui a pourtant un cédez le passage !!!!!!

Pourquoi est-ce à moi de la laisser passer ! C’est la sécurité qui importe, bla bla bla ! Je vais finir par le savoir !

Je veux conduire toute seule, en écoutant une musique qui me plaira et SANS ENTENDRE MON PERE ME DIRE FREINE !!!! 

En vérité je n’ai même plus envie de conduire du tout, je n’y prends plus aucun plaisir, c’est devenu une atroce corvée et chaque jour je redoute de devoir prendre le volant. 

Mon père n’écoute pas quand je lui parle, il ne m’entend pas. Il n’entend pas de toutes façons ce qui ne correspond pas à sa manière de penser. Il ne sait pas faire preuve d’empathie.

C’est comme ma soeur, elle me demande ce qui ne va pas, par pure curiosité, elle ne sait pas faire preuve de compassion.

Ma mère sait, mais elle c’est la compassion sans l’empathie. Mon frère lui ne sait pas gérer l’empathie. Moi non plus c’est un fait, mais la sienne est moins développée pourtant, il a de la compassion mais elle est entravée par son refus d’accepter son empathie.

« En fait tu leurs reproches de ne pas être médium. »

Mais non.

« Mais si. La façon dont tu les as décrits, si tu observes bien tu te rendras compte que la majorité des gens sont comme eux. La majorité des gens a un peu d’empathie, un peu de compassion et très souvent l’un entrave l’autre ce qui les rend incapables de se projeter dans le coeur d’autrui, ce que toi tu es capables de faire. 

Pourtant ton empathie pourrait te dominer si le scan chez toi ne l’équilibrait pas. Car voilà ce qui « manque » à toutes ces personnes, la capacité de voir autrui tel qu’il est réellement.

Or ma chère Sylvie, le scan est généralement développé par des individus qui sont ou deviendront médiums.

Tu voudrais que tes proches acceptent ta médiumnité et tout ce qui l’entoure. Or, tu sais déjà qu’ils n’en sont pas encore capables. 

Tu l’avais accepté. Seulement, tu supportes de moins en moins le décalage qui existe entre la manière dont tu te connais et la manière dont ils te connaissent.

Quelque part tu te sens reniée et donc rejetée. Cela, tu ne peux pas l’accepter, c’est impossible pour toi. Cela demande un degré de sagesse qui n’est pas encore à ta portée.

Alors arrête de te blâmer. Si tu étais lâche, c’est à eux que tu en voudrais. Or ce n’est pas le cas. »

Ce n’est plus le cas.

« Certes, mais il reste ce que toi tu ne peux accepter et qui te place en position hostile. Tu es capable d’accepter les gens tels qu’ils sont, tu es en train de te rendre compte combien c’est une qualité rare.

Nous ne voulons pas te voir devenir amère ou désabusée. Seul le temps pourra amener tes proches à changer d’opinion sur toi. Ne reste pas à attendre.

Souviens-toi que chacun donne ce qu’il peut donner. Aussi lorsque tu sens que cela ne te convient pas, aie le courage de l’accepter.

C’est cette sagesse-là qui te fait encore défaut. L’Amour est absolu, il ne se contente jamais, garde cela en tête. »

Merci Lauviah, désolée de t’avoir crié dessus.

« C’est parce que je t’aime que je reste auprès de toi et je connais chacun de tes cris. Quand tu souffres je suis là, que tu sois en mesure de le reconnaître calmement ou non.

Ce n’est jamais un souci pour moi. Ce qui importe, c’est toujours toi. »

Bonne journée à tous Clin doeil    

L’exactitude

L'exactitude 110424025952803578046846 

 

Bonjour à tous,

Il semble que ce concept pose quelques problèmes de compréhension. Aussi, Haniel a accepté de venir nous l’expliquer plus en détail car c’est un Ange du Milieu.

« Qu’est-ce qui est normal pour toi Sylvie ? »

Ce qui ne me heurte pas, ce que je trouve logique ou ce qui me semble bien je l’avoue.

« Donc certaines choses te heurtent ou te semblent mal. Tel que ? »

Eh bien, une agression par exemple c’est mal. Parce que cela revient à blesser physiquement quelqu’un et ce comportement me heurte.

« Qu’est-ce qui te semble bien ? »

Aider les autres, être courtois. Essayer de vivre en bonne intelligence les uns avec les autres.

« En quoi est-ce bien ? Cela permet simplement d’éviter les conflits. Donc si je pousse ta logique tous les conflits son négatifs. »

Non, je n’ai pas dit ça. Parfois les conflits sont nécessaires parce que l’on…

Bon, parfois, on a l’impression que chacun s’exprime dans une langue différente. Il y a donc conflit. Mais c’est surtout le signe qu’il y a un problème de communication qui nécessiterait une ouverture de part et d’autre.

« Donc ils sont tous négatifs. »

Ce n’est pas aussi simple !

« Pourquoi ? »

Parce qu’il arrive que l’on ne puisse pas les éviter donc il faut essayer de ne pas rester sur ce qui nous paraît négatif justement sinon on n’en sort jamais.

« Mais pourquoi faut-il en sortir ? »

Parce que les conflits sont tels des marasmes qui n’apportent rien tels quels. Au contraire ils nous épuisent et nous affaiblissent.

« Mais n’y a-t-il pas conflit quand un peuple se bat pour ses propres droits ? »

Oui, parce que s’il se bat c’est que les gouvernants ne veulent pas écouter.

« Donc est-ce négatif ? »

Non c’est positif parce qu’alors le peuple se bat pour sa survie.

« Donc où est le marasme ici ? Celui qui n’apporte rien. N’est-ce pas plutôt le gouvernant qui risque d’y perdre ? N’est-ce pas lui qui verrait la situation d’un mauvais oeil ? »

Si effectivement.

« Donc, du point de vue du peuple, ce conflit est légitime mais du point de vue du gouvernant, c’est une calamité. C’est bien ainsi ? »

Je crois.

« Par conséquent, tout dépend du point de vue de celui qui vit, de celui qui observe, de celui qui a un intérêt, de celui qui est prêt à mourir etc, n’est-ce pas ? »

On dirait…

« Car au fond, en fonction de la position de celui qui évalue un conflit, celui-ci est néfaste ou légitime. Où sont le bien et le mal ici alors ma douce Sylvie ?

Changent-ils de place en fonction du point de vue de l’observateur ? Sont-ils des données immuables ? Ne sont-ils que de vagues et lointains concepts s’adaptant aux circonstances, à l’air du temps ? »

Tu m’embrouilles l’esprit. Tu sais que si je ne comprends pas je ne peux pas être claire ? Je ne suis pas un canal qui écrit par automatisme, j’ai besoin de comprendre ce que vous me dîtes.

« Ca ne m’interesse pas de te faire écrire par automatisme. J’aime l’idée que je t’embrouille l’esprit par contre.

Alors, où se situent le bien et le mal dans un conflit qui peut générer des points de vue divers et opposés ? Du côté du vainqueur ? N’est-ce pas pratique ?

Qu’est-ce que l’honneur, la bravoure, le courage, quand celui qui les reconnait n’admet que son point de vue ?

Qu’est-ce que la foi quand seule une unique croyance est admise ?

Qu’est-ce qui est juste, qu’est-ce qui est bon, quand tant de points de vue peuvent ou doivent être pris en considération ?

Qui a tort, qui a raison quand chacun estime que son point de vue est parfaitement légitime dans un conflit ?

Qu’est-ce qui différencie la force de la barbarie quand dans une même guerre, tous les soldats se livrent aux mêmes exactions mais que seuls ceux de l’armée défaite sont ensuite trainés devant des tribunaux ?

Certaines administrations ferment les yeux sur les viols commis par les soldats en période de conflits. Surtout si ces mêmes soldats sont ensuite victorieux. Que faut-il en conclure ?

Dans les conflits tout est permis, tout est juste, tout est bon ? Tant que l’on est du bon côté du moins peut-être.

Qu’est-ce qui est juste finalement ici ?

Trahir son frère parce qu’il ne croit pas à la cause, est-ce bien, est-ce légitime ? Est-ce d’ailleurs une trahison ou un acte de bravoure ? Tout dépend du point de vue ?

Tu ne sais pas, tu ne dis plus rien ? »

Que veux-tu que je te dise ?

« Comment évalues-tu la légitimité d’une cause ? »

En fonction de ce qu’elle m’inspire, de la manière dont elle me touche.

« En fonction de ton hypersensibilité et de tes émotions. Ce qui est juste pour toi, ce qui est normal c’est ce qui ne déclenche pas ton empathie de manière dérangeante.

Toutefois ma jolie Sylvie, l’exactitude est au-delà des émotions. Sentir l’exactitude  c’est avoir la capacité d’évaluer une situation de manière totalement neutre.

C’est un chemin inaccessible aux individus hypersensibles. C’est un chemin inaccessible aux personnes dont la Volonté surpasse le reste. Elles voient leur intérêt avant toute autre chose.

C’est une chemin inaccessible à ceux dont la compassion est la qualité principale.

C’est un chemin uniquement accessible à ceux pour qui l’égalité est un état naturel de tous les êtres humains en-dehors de toute considération sociale, raciale, de toute croyance ou de toute préférence sexuelle.

C’est un chemin accessible à ceux qui sont capables de sentir que tout ce qui est est parfait car tout est bien comme se doit être. Ceux qui voient ce que vous appelez des injustices ou de horreurs mais qui n’oublient jamais que ce sont des êtres humains qui en sont les auteurs. 

L’amour te permet d’accepter ce qui est, la volonté te permet d’asseoir ce que tu es. L’exactitude permet de comprendre qu’aucun de ces deux comportements n’est meilleur que l’autre. 

Celui qui aime accepte ce qui est, celui qui veut agit dans son intérêt. Celui qui agit n’arrivera pas forcément. Celui qui accepte ne renonce pas forcément non plus.

Celui qui aime se bat généralement pour partager ses idées, exactement comme tu le fais. Celui qui agit ne peut le faire sans tenir compte du fait que son point de vue n’est pas celui de tous. L’Ombre et la Lumière se complètent donc. L’un doit apprendre à tenir compte de l’autre et cela fonctionne dans les deux sens.

Ce qui résulte de cela, c’est le Milieu, l’exactitude, car tout ce qui est est parfait. »

J’ai compris, j’espère que je ne suis pas la seule lol. Merci Haniel.

Bonne journée à tous Clin doeil  

Les Anges déchus

 Les Anges déchus dans Anges 110423082455803578043049

Bonjour à tous,

Je croyais qu’il n’y avait pas d’Anges déchus Ariel…

« C’est vrai, certainement pas au sens où vous l’entendez. Personne ne peut se couper de la Source ou se voir définitivement repousser pour une raison simple, nous sommes tous la Source puisque tout n’est qu’Un.

Les Anges déchus sont des entités d’un niveau très élevé, angélique ou démoniaque en fait, qui ont fait le choix un jour de trahir leur clan et leur reliance originelle pour d’autres.

Pour faire un dessin à ton échelle, c’est comme si tu claquais la porte de chez toi et que tu reniais tes parents pour aller chez des tiers que tu appellerais papa et maman.

Sur Terre ce type de trahison affective passe très mal, vous ne comprenez pas. On ne renie pas les siens, c’est ainsi pour une majorité d’entre vous, y compris pour toi ma belle Sylvie. »

Ca ne se fait pas, on peut avoir des différends mais renier ses parents pour aller appeler d’autres papa et maman, ce n’est pas possible.

On n’efface pas de tels liens, même si on coupe les ponts, je vois mon père…

Ce sont des liens trop marquants. Et puis j’imagine mes propres parents, ils auraient le coeur brisé. Ils m’ont pardonné beaucoup de choses, mais ça, ils auraient trop mal et ne comprendraient pas.

Je ne vois pas comment de toute manière, on peut gérer une telle situations sereinement Ariel.

« Eh bien, le chemin de la sérénité est particulièrement étroit sur cette route, étroit et difficile. Personne ne peut se couper facilement de ceux qui l’ont aimé.

Mais, c’est en réalité tout aussi difficile quand il n’y a pas eu d’affection ma douce enfant. Ce « pourquoi » éternel qui vous tenaille toute votre vie durant peut s’estomper, toutefois il ne disparait pas facilement.

La première chose qu’un enfant en manque d’Amour remarque, ce sont tous ces autres enfants identiques à lui qui eux, ont des parents aimants et attentionnés tels les tiens.

Ta maman venait vous chercher à la sortie de l’école avec des goûters. Beaucoup d’autres parents agissent ainsi, mais pas tous parmi ceux qui le pourraient.

Ta maman prend la peine encore aujourd’hui de supporter votre mauvaise humeur quand vous avez faim mais que vous n’avez pas le courage de faire à manger vous-mêmes. »

Certes…

« Ton père ne te dit rien, mais tu as fait chauffer son embrayage. »

Je sais je m’en suis rendue compte.

« Il paye l’assurance aussi, et toute l’essence. »

Oui.

« Tu vois Sylvie, le clan astral est comme une famille soudée. On y prend soin les uns des autres. Nous prenons soin de toi. Tu comprends ? »

Oui.

« Quand, un membre du clan, choisit de partir, les autres membres ne sont pas ravis. Mais ils peuvent accepter, ils peuvent même maintenir la porte ouverte.

Toutefois, certains ne se contentent pas de partir, ils font également le choix de couper tous les liens qui les reliaient à leur clan. Un peu comme s’ils demandaient à ce que l’on leur délivre une nouvelle carte d’identité ne faisant plus du tout mention de leur famille d’origine. »

Je te suis.

« Ce faisant, ils font le choix volontaire et très conscient de dire adieu à l’Ombre ou à la Lumière pour aller non pas rejoindre un autre clan mais plutôt pour vivre seuls et libres de toute attache, au Milieu.

Ce sont ces entités-là qui sont des Anges déchus.

D’une part pour agir ainsi il faut de la puissance car on ne tient pas si facilement tête à son propre clan. D’autre part, il faut renoncer à ce qui te nourrit et avoir l’assurance d’avoir les moyens de pouvoir compenser le temps de trouver sa place au Milieu.

Parmi ces entités certaines sont des Anges terrestres. Ce sont les plus chanceuses de ce groupe. Les êtres humains sont reliés obligatoirement à la Source, rien ne peut entraver ce lien spécial, indépendamment de vos choix.

Ces âmes incarnées ou non, ne pourront jamais se perdre dans l’astral où se retrouver à errer car la Source les alimente en leur donnant ce qu’elles veulent tant qu’elles acceptent de se réincarner.

En revanche, elles ne peuvent avoir ce dont elles ont besoin. Voilà donc leur gros souci. La plupart des Anges terrestres liés au Milieu oscillent lors de leurs incarnations entre l’Ombre et la Lumière car ils sont incapables de se contenter des énergies assez particulières de l’Equilibre.

Les Anges du Milieu, ceux qui ressentent cette reliance comme la leur depuis toujours, ont en eux la perception de ce qu’est la stabilité. Ils savent discerner le réel du faux et voient la justesse comme l’exactitude, pas comme ce qui est bien.

L’exactitude est ce qui est comme se doit être, ils ont le sens de l’équilibre et comprennent que toute chose et son contraire existent parce que tout est perfection, rien ne peut les choquer.

Les êtres incarnés réellement liés au Milieu ont également en eux ce sentiment puissant que tout a une raison d’être et que ce qui est normal c’est ce qui est exact. Ils sont capables de comprendre qu’il n’y a ni bien ni mal à partir de ce concept d’exactitude car il résonne en eux.

Mais beaucoup de personnes se sentant liées au Milieu ne ressentent pas cela, elles ressentent qu’elles ne se sentent totalement à l’aise ni dans l’Ombre ni dans la Lumière.

Elles vont vers l’un, vers l’autre…

Cela peut durer toute leur vie.

Ces personnes ont souvent des Anges déchus auprès d’elles, des entités qui ne comptent pas ou plus s’incarner car elles sont parvenues à s’ancrer à nouveau. Elles ont fini par comprendre le concept d’exactitude.

Donc elles s’emploient à guider leurs protégés vers cette compréhension-là. »

C’est moi qui nage là. L’exactitude ? Je ne connais pas cette direction, ce concept…

« Qu’est-ce que tu ressens, ma jolie petite Sylvie ? »

Je sens de l’Amour, beaucoup d’Amour et une profonde douceur. Je sens une force et de la certitude, je vois de la candeur aussi, comme un cocon tout doux où l’on se sent bien et en sécurité, parce qu’on se sait protégé.

Je vois une Lumière dorée tout devant et du coup je sais que je suis sur le bon chemin. De toute manière, je vois ou je sens un sourire bienveillant en permanence sur moi.

C’est l’Amour que je sens et qui me nourrit. Mais je sais ce qu’est l’exactitude je viens de le comprendre parce qu’il m’a été permis de le sentir.

Seulement ça s’est déjà effacé…

« Ca ne s’efface pas quand ce concept, cette clé de compréhension de la Divinité, est inscrite en toi. Si tu étais liée au Milieu, tu saurais embrasser cette vérité très forte qui résonne comme un appel. 

Toi tu ressens la Lumière, tu n’oscilles pas, tu sais.

Les Anges déchus, souvent, ont trouvé un nouvel ancrage en comprenant l’exactitude. Ils ont même fondé leurs propres clans.

Les Anges terrestres qui leur sont proches souffrent encore pour beaucoup de ne pas être parvenus à ressentir l’exactitude. Ils ne peuvent pourtant se sentir en paix sans un nouvel ancrage stable.

Car sans cela, ils ne peuvent pas sentir que la Source les accepte tels qu’ils sont, tels qu’ils ont choisis d’être. »

Merci à toi Ariel, je crois que j’ai compris.

Bonne journée à tous  Clin doeil 

Comment se trouver spirituellement….

Comment se trouver spirituellement.... 110422014330803578033610 

 

Bonjour à tous,

Pour répondre à Ines, pour ma part ce n’est pas ce que je recherchais à la base…

Je voulais plutôt comprendre pourquoi mes études ne m’intéressaient plus du tout. 

Tous les chemins mènent à Rome. Non sérieusement…

« Tous les chemins mènent bien à Rome. Il n’y a pas de méthode il n’y a que des âmes qui atteignent un jour la maturité nécessaire pour s’ouvrir à ce qu’il y a de vrai et d’authentique. Ensuite, chacun s’y prend à sa façon. Beaucoup lisent, écoutent, suivent, d’autres s’isolent, voyagent créent, imaginent et certains enfin se perdent, s’usent, abusent mais surtout une majorité d’entre vous croient à tort qu’il y a des efforts particuliers à faire.

La quête spirituelle n’est pas une recherche, c’est une voie de découvertes. Parfois il suffit simplement de vivre en s’efforçant d’être conscient à chaque instant.

Cela ne signifie pas qu’il faille réfléchir sur tout, il suffit juste de savourer chaque instant.

C’est en vivant que vous apprenez le plus et le mieux. »

Merci Lauviah ! 

Profitez bien du long weekend !

Bonne journée à tous  Clin doeil

Qu’est-ce que le vide ?

Qu'est-ce que le vide ? 110421021425803578027754

 

Bonjour à tous,

Je me pose cette question car je sens comme un grand vide. Ca fait quelques temps en fait…

« Tu n’es pas la seule à connaître ce genre de situation. Tout le monde peut sentir un vide à un moment ou un autre quand un aspect de votre vie ou de vous-mêmes a besoin d’être redécouvert.

Vous ressentez l’appel de ce qui vous manque », m’explique Lauviah. 

« Tu sais quel aspect, nous te l’avons dit clairement tandis que tu nous disais vouloir progresser dans un certain domaine. Ce n’est d’ailleurs pas une priorité aux yeux de ton âme actuellement, pourquoi ne pas accepter l’idée que la priorité est désormais ailleurs. », ajoute Ariel.

Je n’aime pas ce vide et ce qui l’accompagne. C’est facile de voir ce qui manque, toutes mes capacités de perception sont tournées vers une seule chose. Mais c’est fatiguant, j’ai l’impression que je vois loin mais que je ne vois rien.

« D’où la sensation de vide, c’est le signe que tu opères une prise de conscience salutaire. », poursuit Lauviah.

Salutaire ? Je ne trouve pas que ce soit agréable en tout cas.

« Quand votre ego est bousculé, mis face à un problème, il veut une solution pour pouvoir à nouveau reprendre ses aises. »

Mais c’est comme un nouvel éveil et c’est ennuyeux à vivre. On dirait que j’émerge, je vois ce vide là, il n’y a ni commencement ni fin, je me trouve au milieu de je ne sais quoi et je ne sais pas quelle attitude adopter. Je n’ai pas de prise.

« Alors laisse venir, il n’y a rien d’autre à faire. Tu as pu voir se remplir le précédent vide. », reprend Ariel.

Oui, mais vous êtes venus. Vous étiez là, Lauviah est venu me dire dans un rêve qu’il était là et serait toujours là. 

« Et je suis toujours là. Tu vois que le domaine n’est plus le même, tu n’as plus besoin de te trouver spirituellement tu es stable à ce niveau.

Après, toi tu regardes d’un côté avec les yeux de ton ego, ton âme de l’autre. C’était déjà le cas à l’époque, tu sais ce qui s’est passé. Les choses peuvent être plus simples cette fois.

Ce qui est vide c’est aussi ce que tu ignores encore et qui deviendra familier à mesure que tu découvriras. »

Je vois la maison-dieu. La mort et la maison-dieu. Je n’aime pas ces deux symboles ensemble…

« Laisse venir. », me répètent-ils alors que je vois un cavalier vêtu d’une belle armure dorée lever la tête vers moi. Il m’appelle et me dit de le suivre pour un voyage astral.

Ok, pourquoi pas lol.

Merci Ariel et Lauviah.

Bonne journée à tous Clin doeil  

123

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause