Accueil Spiritualité Les noeuds énergétiques

Les noeuds énergétiques

17

Les noeuds énergétiques 110623032940803578367418

 

Bonjour à tous,

« Alors ma belle Sylvie, comment te sens-tu ? », me demande Lauviah.

Pas très bien.

« Mais encore ? »

Je ne suis pas sure de trouver la force ou le courage de parler ce soir. Je ne suis pas sure d’en avoir envie non plus.

« Et cette faim que tu ressentais ? »

Elle a disparu, et j’ai réussi à résister à l’envie de manger tout un beau paquet de chips.

« Tu as dit à ta mère que tu n’en voulais plus, tu évites d’en acheter. Mais elle, elle t’en achète quand même. Elle t’encourage à en manger un peu, pour accompagner la soupe qui ne te suffisait pas.

Et quand elle te voit engloutir un paquet, elle te critique. Puis elle te rachète des chips. »

Je n’aime pas ce terme, engloutir. Et en fait elle cherche toujours à nous faire plaisir.

« Qu’est-ce qu’il y a de mal avec ce terme ? »

Je ne suis pas boulimique non plus. Et puis en fait je n’ai plus envie de parler de ça.

« Non tu ne te vois pas comme étant boulimique. »

Je ne me fais pas vomir.

« Mais tu manges pour enfouir ta douleur. Nous t’avions dit que tu ne cherchais pas à combler quelque chose, nous t’avions dit que le problème était plus complexe que cela.

En outre tu devrais avoir compris aussi que nous ne lâchons jamais prise avant que tu te sentes réellement mieux. Tu as besoin de réaliser les choses, nous avançons à ton rythme. S’il te faut 50 articles pour venir à bout de l’exploration d’une situation, nous te ferons écrire 50 articles. Cela ne nous dérange pas.

Si tu veux on pourra même en écrire 100, mais nous reviendrons là-dessus tant que ce sera nécessaire. »

On va saouler tout le monde.

« Nous ne voyons personne d’autre que toi, tu es notre seule préoccupation car nous sommes là pour toi. »

Donc je cherche à engoutir ma douleur pour la faire disparaître ?

« Que s’est-il passé le jour du permis ? »

C’était affreux, je ne comprends pas. Dès le départ ça s’est mal passé, je n’avais pas conduit aussi mal depuis des lustres, j’étais tellement déçue de moi-même. Et quand l’inspecteur a appuyé sur les freins alors que je reculais, j’ai perdu le peu d’illusions qui me restaient.

Je ne sais pas pourquoi je me suis sabordée comme ça, je ne savais même plus où était la droite et la gauche et ce n’est pas une façon de parler.

« Retrospectivement qu’as-tu compris ? »

Que je ne souhaite pas avoir mon permis car ce n’est pas ma vraie priorité.

« Alors qu’est-ce que tu ne comprends pas ? »

J’ai besoin de l’avoir, c’est cela qui devrait primer.

« Toujours à vouloir enfoncer des portes. Tes vraies priorités ne t’intéressent pas ? Tu vis dans un niveau de stress qui ne te convient pas.

Pourquoi la vie n’est-elle pas simple, légère ? »

Je ne sais pas.

« Je te demande de chercher un peu. » 

Il y a toutes ces choses qui me gênent…

« Telles que ? »

Je suis gênée par la relation bizarre de mes parents, mon père dit que c’est ma mère le problème et elle, elle refuse catégoriquement d’aborder le sujet avec nous.

Elle ne lui parle pas, jamais, il faut que ce soit lui qui vienne vers elle et il le vit mal. Tout ça le rend encore plus aigri.

J’en ai marre aussi de passer mon temps à rasusrer ma soeur ou à la remonter car c’est une pessismiste de nature et elle part du principe que tout est forcément mauvais ou va mal se passer. En outre elle ne veut jamais faire d’effort quand elle doit aborder quelque chose de nouveau, il faut absolument l’aider, comprenez par là faire à sa place. Ca m’énerve prodigieusement.

En outre, il s’est passé quelque chose qui m’a heurté aujourd’hui au travail. On m’a demandé de rédiger un courrier à charge contre un des deux salariés qui poursuivent la direction et on ne m’a pas laissé le choix de dire non.

Ca ne m’a pas plu, je me suis retrouvée à taper une lettre sous la dictée de la directrice de la boîte qui m’a demandé de la signer ensuite.

Pourquoi devais-je être impliquée ? Cette histoire ne me concerne pas, je ne souhaitais pas m’en mêler. Mes parents m’ont dit tout à l’heure, tu fais ce qu’on te demande c’est tout.

Non ce n’est pas tout. Aujourd’hui au travail la gérante m’a donné des chocolats, la directrice m’a souri toute la journée. Laissez-moi vous dire que ce n’est pas tous les jours ainsi. 

En fait, je ne souhaite pas garder tout ce que je ressens pour moi. Je parle aussi à mes proches, j’ai parlé à la directrice ce soir, avant de rentrer chez moi.

J’ai dit ce qui s’était passé à mes parents, je parle à d’autres personnes aussi. Mais il y a des choses que je ne parviens pas à faire sortir, ce sont ces choses-là que je voudrais enfouir.

« Non, ce sont ces choses là qui deviennent des noeuds énergétiques. Ces noeuds te bloquent et sont à l’origine des tes échecs au permis, de ta difficulté à voire tes intestins guérir. Le stress aussi peut gêner la digestion.

Alors, il faut apprendre à se regarder en face ma belle Sylvie et pas devant un miroir de poche à l’abri des regards extérieurs, voilà pourquoi nous t’incitons à écrire ici. »

Je voudrais pouvoir dire à mes proches que je suis médium sans que cela dégénère. Je sais qu’il n’est pas du tout nécessaire que nos proches soient d’accord avec nous ou nos aspirations. Mais ce n’est même pas ce que je souhaite. Je veux juste leur dire que je suis médium et que je suis heureuse de l’être, que j’aime ma spiritualité et que je peux réaliser de très belles choses quand j’en tiens compte.

Je souffre de m’entendre dire que je ne suis pas une personne consciente de la réalité de la vie simplement parce que je ne pense pas comme d’autres.

Je ne me sens pas vue et dans de telles conditions je ne me sens pas aimée. C’est pour cette raison que je veux déménager.

«  Tu ressens de la déception, une profonde déception et nous luttons avec toi depuis des mois pour qu’elle ne se change pas en amertume.

Tu es déçue parce que tu as un jour ouvert ton coeur et tes proches n’ont pas accepté ce que tu leur proposais. Tu es très sensible alors tu ne l’as pas supporté.

Du coup tu es devenue distante et méfiante ce qui leur laisse à penser qu’ils ont raison à ton sujet quand ils te voient comme une personne faible. Tu pourrais l’accepter, mais le souci c’est que tes parents considèrent qu’il est de leur devoir de te pousser, comme ta patronne. Tout le monde cherche à te pousser vu ainsi et dans une direction qui n’est pas celle que tu veux. Car le souci c’est que tu n’es pas quelqu’un de faible.

Seulement tu te désintéresses totalement de ce qui n’emporte pas ton adhésion et ne te bats que si tu te sens menacée. Tu n’as pas apprécié que l’on te demande de rédiger cette lettre parce qu’on ne t’a pas laissé le choix.

Tu ne souhaites pas avoir ton permis tu voulais juste que ton père cesse d’être sur ton dos. Dans ta tête tu souhaitais attendre de pouvoir t’acheter une voiture pour t’inscrire dans une auto école.

Tu ne veux pas faire de sport parce que tes parents t’y encouragent vivement et tu n’as plus du tout envie de leur faire plaisir. D’où le fait que tu préférais parfois les chips aux déjeuners en famille.

Tu as l’impression de faire déjà trop d’effort pour des personnes qui refusent de te laisser être toi-même puisque tout le monde chez toi refuse catégoriquement d’accepter tes croyances. C’est le seul point sur lequel tu es objective, le seul que ta sensibilité n’exagère pas.

En fait de l’extérieur on pourrait croire que c’est peu de choses finalement qui te gênent, mais la famille est le premier cercle en Amour, alors forcément pour toi, c’est beaucoup. »

Il n’y a qu’une seule solution n’est-ce pas ? Je souhaitais éviter une nouvelle épreuve de force.

« Mais parfois il faut oser s’imposer pour pouvoir se sentir exister. C’est effectivement ce dont tu as besoin et qui te fait peur. Après tout pour l’instant tu n’as pas d’endroit où fuir ou bien te réfugier.

Mais nous t’avions dit que cela arriverait. »

Vous disiez que je gagnerais. »

Ca va dépendre de toi et de ta capacité à comprendre que gagner ce n’est pas écraser l’autre, parfois c’est simplement accepter le fossé, l’incompréhension tout en ayant le courage de construire un pont, au cas où. »

Je vais reprendre mes consultations.

« Sage décision. »

Merci Lauviah.

Bonne journée à tous Clin doeil                 

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres articles liés
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

17 Commentaires

  1. crystallia

    26 juin, 2011 à 19:39

    Faisons-nous rire gaiement, au fond, il n’y a jamais de mal.

    Bise ma belle ;)

  2. Mirage

    26 juin, 2011 à 18:42

    Coucou !

    Tant mieux si je t’ai fais rire, je suis la reine de la gaffe des fois.

    Gros bisous

  3. crystallia

    25 juin, 2011 à 18:05

    Belle journée à toi aussi.

    Bise ;)

  4. sebastien

    25 juin, 2011 à 11:33

    De rien ma ptite Sylvie ! Je t’embrasse! Sur la joue bien sûre lol! Oui imagine un tout gros poutoux de moi sur ta joue, un poutoux bien collant qui te ferais peut être rire! Passe une belle journée!

  5. crystallia

    25 juin, 2011 à 2:11

    Coucou !

    Sébastien, j’espère que tout se passera bien dans ton nouveau boulot et merci pour tes encouragements.

    Mirage, tu m’as fait rire. Mais tout va bien, j’ai publié ton premier message !

    Merci à toi aussi.

    Bise ;)

  6. Mirage

    24 juin, 2011 à 23:25

    Zut j’ai oublié de reprendre mon pseudo mdrr ! OH la gourde des fois ! hihihi

    Bises

  7. Ladyblue

    24 juin, 2011 à 23:23

    Coucou,

    J’aime beaucoup la dernière phrase
    « Ca va dépendre de toi et de ta capacité à comprendre que gagner ce n’est pas écraser l’autre, parfois c’est simplement accepter le fossé, l’incompréhension tout en ayant le courage de construire un pont, au cas où. »

    Je sais que tu y arrivera Sylvie car tu rebondis toujours !!!

    Gros bisous

Consulter aussi

Beau à l’intérieur

Bonjour à tous, « Toujours sous le coup du décalage horaire ? », me …