Accueil Spiritualité Apprendre à créer

Apprendre à créer

6

Apprendre à créer 110726031421803578516189

 

Bonjour à tous,

Que serions-nous sans rêve, sans inspiration, sans imagination ? Un jour j’étais dans une boutique de loisirs créatifs quand j’ai entendu cette femme dire à une amie qu’elle-même n’avait aucune imagination, tout se qu’elle faisait était copier ce qui lui plaisait.

J’ai trouvé cela absolument terrible. J’ai une telle imagination moi, elle peut m’emmener loin ! Mais je reviens toujours à mon port parce que j’ai les deux pieds bien sur Terre.

L’imagination ne doit pas être le moyen de fuir la réalité mais au contraire un outil à notre disposition. Imaginez que les soeurs Tatin n’ait pas eu la moindre imagination, elles auraient jeté la tarte renversée à la poubelle ! 

Avoir une idée de l’étendue de sa propre imagination permet de jauger assez fidèlement sa capacité à créer en partant de son inspiration.

Rassurez-vous toutefois si vous avez l’impression d’être très limité à ce niveau, en réalité, l’imagination ne se borne pas à la création culinaire ou artistique.

Prenons un exemple simple. Tous les jours nous sont données des occasions de mentir, de déguiser, d’embellir la vérité ou de dissimuler des faits.

Il arrive également que l’on tente la chance, que l’on bluffe pour atteindre un objectif. Ces exemples ont beau ne pas être spécialement reluisants, ils sont typiques de ce que l’on peut qualifier de création à visée matérielle.

Vous rentrez chez vous un peu tard parce que vous avez préféré rester rigoler avec des collègues plutôt que de rentrer tôt et de vous farcir l’apéro avec les voisins que vous ne supportez pas mais que votre conjoint à tenu à inviter.

Eh bien, je suis sure que vous dîtes plus volontiers « j’étais en réunion » que « je faisais la fête au bar avec les autres ». Nous savons tous que l’un de ses deux arguments sera plus facilement admis que l’autre. Surtout que vous avez voulu vous épargner une corvée.

Et justement, ce n’est pas pour rien que je prends ce, très gros certes, exemple.  Ici en l’occurence, on a voulu vous imposer une réalité que vous avez jugé déplaisante. Ne supportant pas l’idée de vous y soumettre, vous avez fait le choix de vous créer une porte de sortie.

Il était facile de suggérer à X ou Y un pot après le travail. Il était encore plus simple d’accepter une invitation, peu importe. Ce qui compte ici c’est le choix d’aller vers ce qui pouvait vous paraître agréable.

Souvent lorsque nous mentons, c’est pour nous défiler. Il y a des tas d’autres raisons bien sûr mais c’est l’une des plus courantes. Nous mentons pour ne pas avoir à affronter ce qui nous ennuirait.

 Néanmoins le mensonge n’est évidemment pas la meilleure manière de créer un monde à son image, ce serait même la pire, le mensonge c’est la déformation.

Toutefois je voulais insister sur le fait que si, tout le monde a de l’imagination car quand il le « faut », tout le monde est capable de mentir. 

Eh bien, ce que nous faisons avec tant d’aisance pour nous tirer d’affaire ou nous simplifier la vie, nous pourrions le faire d’une manière plus productive.

Pourquoi toujours attendre d’être dans la situation embarrassante ? Si votre conjoint se borne à inviter des voisins que vous ne supporter pas malgré sa connaissance de vos sentiments envers eux, comprenez que le véritable souci ne se trouve pas chez les voisins. Il y a donc mieux à faire que de les éviter lâchement.

Il faut parler à  votre conjoint, vous savez, celui qui sait que vous ne les aimez pas mais les invite quand même. Il faut lui demander pourquoi il agit de la sorte. La vérité c’est que cette discussion si elle est franche risque de mettre à jour un malaise que personne n’a vraiment envie de voir.

Seulement voilà, c’est votre foyer que vous fuyez quand vous fuyez les voisins. Créer un monde à son image, c’est savoir à quoi l’on ressemble. C’est se défaire de l’image que nous renvoie notre ego pour revenir à ce que nous sommes vraiment.

Cela demande du courage, je ne vous dirai pas le contraire. Du courage et de la force en réalité car quand le vernis de la fausse image commence à s’effriter, jaillissent des questions douloureuses telle que qu’est-ce que je fais avec Untel ? Nous sommes aussi différents que le jour et la nuit.

C’est déstabilisant, tous les repères tombent en même temps que de nouveaux apparaissent, à quelle image se fier finalement ? Vous étiez habitué à l’autre et la nouvelle, vous plaira-t-elle ?

Vous n’en savez encore rien tandis que vous sentez de nouvelles aspirations naître en vous. Vos proches s’éloignent d’une façon ou d’une autre et c’est là que votre ego vous rattrape. Lui au moins vous le connaissez, vous savez où il pourrait vous mener et en fin de compte, ce ne serait pas si désagréable au fond, pourquoi ne pas revenir vers lui ?

Du côté de votre âme pour l’instant il n’y a rien, vous ne voyez que le noir, le néant. Pourquoi prendre cette route qui s’annonce moche et difficile ?

Mais ce n’est pas aussi simple, votre ego ressemble de plus en plus à vieux manteau élimé, il est clair qu’il ne vous siéra plus jamais. Vous voilà nu au milieu de nulle part perdu dans le noir.

Pouvez-vous en rester là ? Non, personne ne le peut. Mais puisque vous êtes prêt à accueillir votre âme, même si vous n’en êtes plus très sûr, vous recevez de l’aide, d’une manière ou d’une autre.

Vous réalisez qu’il y a peut-être autre chose, vous ne savez pas trop quoi, vous essayez de relier la nouveauté à ce que vous connsaissez et c’est là que la force de chacun s’apprécie.

L’homme a une limite, quelque chose qui lui permet de garder les pieds sur Terre même si parfois ils semblent bien légers.

Nous sommes tous limités par ce que nous sommes à même d’accepter. Lorsque le manteau de l’ego nous est brutalement arraché ou disparaît dans un grand feu joyeux nous pouvons réagir de deux manières.

Ou nous résistons de toutes nos forces en nous raccrochant dès que possible à quelque chose de connu, de rassurant. Ou nous rompons définitivement les rangs, prenant ainsi le risque de voir d’autres, un jour, s’accrocher à nous du fait de leurs propres limites. Ainsi apparaissent les leaders spirituels, ils guident ceux qui n’ont pas la force d’avancer tout à fait seuls sur une route créée à mesure qu’ils avanceraient.

C’est très difficile de créer une nouvelle route, que ce soit à travers le désert ou au milieu de la prairie. Une majorité de personnes préfèrent marcher sur leurs propres traces encore et encore. Aussi faut-il apprécier à sa juste valeur l’effort que cela représente d’oser se défaire de son manteau pour suivre quelqu’un qui avance sur une route nouvelle.

Parfois, la force qui est la nôtre à un moment T ne nous permet pas d’envisager de nous frayer un chemin spirituel sans le moindre repère connu. Néanmoins, le courage développé lors du choix de suivre la route nouvellement ouverte permettra de voir sa propre force se développer, avec le temps.

Elle se développera doucement jusqu’à ce que nous soyons capables de créer notre propre route tout en sachant qu’un jour d’autres nous suivront aussi.

C’est comme un cycle, un joli cycle ou plutôt toute une série de jolis cycles. Nul ne peut toujours être le leader. La route nouvelle conduira tôt ou tard à une route plus ancienne, qui avait été oublié, et tous les efforts seront à refaire mais cette fois, pour suivre et non plus pour guider car c’est ainsi que nous apprenons. Un jour devant un jour derrière, un jour enfant un jour parent, en jour employé un jour patron.

C’est ainsi, nul n’arrive au sommet pour ne plus jamais en descendre car il n’y a pas de sommet, tout n’est que cycles, des cycles qui correspondent à ce que nous sommes en mesure d’accepter. Lorsque nous sommes prêts à tracer une route nouvelle nous recevons certains dons comme le don de connaissance, de réunion et notre empathie se développe d’une manière nouvelle, elle nous permet de sentir les attentes des autres et d’y répondre.

Lorsque nous avons encore besoin d’être rassurés, nous développons en priorité d’autres facultés comme le scan qui nous permet de trouver ceux dont nous avons besoin, la médiumnité nous permet d’expérimenter et de découvrir d’autres plans, diverses formes d’existence.

Nous développons plus facilement des dons tels que les kinésies qui permettent d’agir sur le monde matériel.

Lorsque nous sommes prêts à guider mais ne souhaitons pas l’accepter, nous nous trouvons dans une situation qui pourrait être difficile. Alors une partie de nos dons sont mis en sommeil et de manière régulière mais douces, tout au long de notre vie, nous sommes invités à prendre la position de leader dans divers domaines, afin que le réveil définitif puisse avoir lieu sans que nous ayons été brusqués.

Lorsque la Sagesse est déconnectée de notre force ce qui est un cas relativement courant, nous n’avons pas concience de notre potentiel. Cela signifie souvent que nous ne pouvons pas avoir accès à nos facultés spirituelles, nous ne pouvons pas guider mais nous pouvons assister et ainsi rayonner. C’est une belle place, plus qu’il n’y paraît car elle permet l’apprentissage sans avoir besoin de prendre des risques tout en veillant et ainsi de développer les moyens qui permettront de protéger autrui.

Il est rare que leader reste seul, il sera toujours amené à rencontrer une personne qui aura les épaules suffisamment large pour pouvoir le soutenir et l’aider à tracer sa longue route.

Cette personne apprendra à reconnaître sa Sagesse et sa force et un jour elle sera capable de tracer sa propre route. Tout n’est que cycle, tout le monde est fait pour vivre sous le soleil brillant, étincelant.

Il faut commencer par accepter ce qui est là pour soi.

Bonne journée à tous Clin doeil         

  • Ni Ombre ni Lumière

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie et je vous souhaite la bienvenue sur ce blog. Je…
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
Charger d'autres articles liés
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
  • Ce dont je suis capable

    Bonjour à tous, « Alors tu vas participer à ce concours photos ? », …
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

6 Commentaires

  1. crystallia

    27 juillet, 2011 à 2:33

    Lol ! Tu ne vois pas le tableau mais tu le devines, je crois que je vois de quoi tu parles !

    Bise ;)

  2. lapriereducompositeur

    27 juillet, 2011 à 2:29

    Coucou,

    tes écrits arrivent toujours avec une synchronicité fulgurante dans ma vie. Quelle étrangeté!

    En ce qui concerne les dons mis en sommeil, le leadership et tutti quanti… je me demande si je suis pas en plein dedans.
    C’est comme une grosse pelote de ficelle, et je cherche un des bouts de la ficelle mais je me perds dans les noeuds. Je sais pas par où commencer.
    Parfois je me dis « c’est le moment!! » mais après je me demande… le moment de quoi?! ^^
    Ce qu’il y a de drôle dans ton article… c’est que chaque phrase dedans soulève un point différent, comme milles couleurs d’un seul tableau.. mais moi je suis un peu bigleuse, je vois pas encore le tableau… rah là là. Peut être besoin de lunettes hein.. huhu!

    Bises à toi très inspirée et créative demoiselle!

  3. Drafnya

    26 juillet, 2011 à 12:34

    Salut

    oui je suis d’accord que ce n’est pas la chose a faire, cependant quand on fuit la réalité c’est qu’il y a quelque chose que l’on ne se sent pas prêt d’accepter et c’est pour ça qu’un travail sur soi même s’impose, du moins je parle pour moi ;)

    Bonne journée
    bisou :)

  4. crystallia

    26 juillet, 2011 à 11:51

    Bonjour à vous deux,

    Fuir la réalité peut être tentant parfois mais ça ne peut finir autrement qu’en désillusion. Il faut au contraire apprendre à accepter ce qui est et ainsi apprendre à reconnaître les outils dont nous disposons pour faire face à la réalité quelle qu’elle soit.

    Bise ;)

  5. Nicolas D

    26 juillet, 2011 à 5:14

    Intéressant comme sujet, pour ma part j’ai tenté de mentir pour me sortir d’une situation que je savai perdu, dont je savai le résultat si je disai la vérité, mais à chaque fois il y avait toujours quelqu’un pour me dénoncer voire me faire craquer. Il faut dire aussi que quand je ment, ça a tendance à me ronger intérieurement, donc je craque et dis rapidement le vérité pour me soulager intérieurement. Mais très souvent je dis mes pensés, je tente d’expliquer ce que je pense pour ne pas froisser les gens, pour ne pas leur faire du mal. Mais hélas, très souvent, les gens prennent mal ma manière de voir les choses, ou mes ressentis. On me regarde comme si j’étais un extraterrestre et on me sort quelques mots bien sentis. Bon bref c’est comme ça. Je prend sur moi.
    Quant à l’imagination, j’en ai beaucoup, peut être trop, car j’ai souvent l’impression que si je me concentrai sur moi même, alors cela pourrait devenir réel très souvent. Mais ça fini souvent en illusion douloureuse. Mais aussi des fois mon imagination m?amène à être dans un autre monde, à ne pas être qui je suis, mais quelqu’un d’autre ou autre chose, je parle tout seul, je joue un rôle, je suis qui je veux et quand je veux. Mais je retombe toujours sur terre.

    Bonne journée : )

  6. Drafnya

    26 juillet, 2011 à 2:44

    Salut crystallia,

    j’apprécie beaucoup cet article, il m’a toucher et j’approuve aussi tout ce qui est dit.

     »L’imagination ne doit pas être le moyen de fuir la réalité mais au contraire un outil à notre disposition. »

    J’approuve a 100% sauf que dans mon cas j’ai plutôt tendance a m’en servir pour fuire la réalité, quoique j’essais de faire des efforts, mais je pourrais faire mieux ;)

     »Lorsque nous sommes prêts à guider mais ne souhaitons pas l’accepter, nous nous trouvons dans une situation qui pourrait être difficile. Alors une partie de nos dons sont mis en sommeil et de manière régulière mais douces, tout au long de notre vie, nous sommes invités à prendre la position de leader dans divers domaines, afin que le réveil définitif puisse avoir lieu sans que nous ayons été brusqués. »

    Cette partie m’a interpeller, je sais pas trop pourquoi ou plutôt je crois qu’au fond de moi j’espère que ce n’est pas lier a ça. C’est un peu ce qui m’arrive depuis quelques temps(toutes mes capacités(dons) sont au repos). Je sais pas si c’est lier ou si c’est plus pour travailler sur mon évolution personnel, mais bon je sais que pour guider je ne m’en s’en pas prête du moins pas a temps plein :) (façon de parler bien entendu). Naturellement je refuse pas d’Aider quand on me demande, mais ces temps-ci j’ai souvent l’impression de dire plus du n’importe quoi, alors j’essais d’éviter ;)

    merci encore pour ton article
    bisou :)

Consulter aussi

La magie

  Bonjour à tous, Je pratique la magie à mon échelle seulement. Pas pour les autres ni con…