Archive pour novembre, 2011

Souffrir pour être belle ?

Souffrir pour être belle ? 111130021420803579114836

 

Bonjour à tous,

Il y a quinze jours à peu près j’ai reçu une proposition que j’ai refusé dans un premier temps. Ma cousine tient un bel institut de beauté et a décidé d’offrir des formations au maquillage permanent. Elle avait donc besoin de modèles. 

Ma mère et ma tante se sont immédiatement portées candidates. Elles ont choisi l’épilation permanente des sourcils. Elles étaient ravies et excitées, sacahant qu’elles envisageaient réellement de le faire. Alors à la perspective d’économiser les 279€ (!) du soin, elles ont sauté de joie.

Moi nettement moins, je ne voyais pas l’intérêt, je trouvais que cela faisait trop faux et surtout, je suis une chochotte. Parce qu’il faut que je vous dise, je trouve très joli les sourcils bien dessinés et épilés, seulement je ne trouve pas que l’épilation soit un pur moment de bonheur, même au visage. Alors je vais chez l’esthéticienne bien sûr, des fois.

Les autres fois et plutôt à d’autres endroits, j’utilise un rasoir.

Bref, la semaine dernière ma mère a eu droit à sa séance. Eh bien quand elle est rentrée à la maison, je n’ai vu que ses affreux sourcils noirs et trop marqués. Bien dessinés certes, mais trop présents à mon goût, j’ai détesté. Je le lui ai dit tandis qu’elle me disait que ma cousine m’attendait aussi (je n’avais pourtant pas accepté). Elle m’a répondu ça va dégorger, c’est le premier jour, attends tu verras. Et j’ai vu, des croûtes dès le lendemain. Heureusement nous avons de la biaffine à la maison. 

Ma tante est allée à son tour et sa fille a eu envie de tenter. Ma mère a convaincu ma soeur sans difficulté et finalement m’a dit essaye tu verras, tu seras belle, elle ne te fera pas comme moi…

Oui parce que j’ai oublié de préciser, ma maman a eu un souci. Elle a découvert au moment de la pigmentation (le maquillage permanent c’est un peu un tatouage sauf qu’il s’estompe avec le temps) qu’elle a une peau très difficile à percer. Il a fallu s’y reprendre tant de fois sur elle  que même l’esthéticienne s’en est voulu de lui faire mal. Seulement ça ne voulait pas prendre.

Toutefois, on a expliqué à ma mère que c’était exceptionnel. Alors en fin de compte j’ai accepté. Et juste hier j’entends qu’on a dit à ma soeur qu’il faudra revenir dans un mois faire des retouches en plus de s’épiler régulièrement à la pince afin que le résultat reste toujours net ! J’ai failli changer d’avis, je déteste la pince à épiler, je préfère encore la cire (c’est plus rapide, la souffrance dure moins longtemps).

Néanmoins il n’était plus possible d’annuler et aujourd’hui je me suis rendue à l’institut avec ma cousine et nos mères. L’esthéticienne a commencé par me tartiner les cils avec ce placebo stupide qui devait servir d’anesthésiant puis après quelques instants elle m’a épilé pour définir la ligne, à la pince !!!!

Je lui ai dit que ça me faisait mal, elle a répondu qu’elle était obligée, qu’on ne pouvait utiliser de la cire parce que soi-disant il n’y en avait pas. 

Après ce pur moment de déplaisir, elle m’a retartiné de placebo et un quart d’heure après elle a commencé le tatouage. Au début ça allait, c’était tout doux et j’ai pensé c’est vrai que ce n’est pas si terrible. Au début. 

Puis elle s’est attardée et est repassée encore et toujours sur les mêmes endroits et alors j’ai commencé à comprendre. Jamais je ne le referai, peu importe que demain je me réveille en me disant, c’est trop beau (ce qui n’est pas ce que je pense là maintenant).

Jamais je ne le referai, il n’y aura pas de retouche dans un mois, peu importe si tout a dégorgé. On dit que toutes les expériences sont bonnes à prendre, j’ai eu mon expérience, c’était suffisant.

A moins qu’on ne me donne un anesthésiant digne de ce nom cette fois. En fait c’est comme si on nous brûlait la peau à force d’enfoncer cette aiguille toujours aux mêmes endroits. Non franchement, je sais bien que ce qui est douloureux pour l’un ne l’est pas forcément pour les autres mais en ce qui me concerne, je trouve que ça ne vaut pas le coup.

« Le résulutat ne te plait pas, ma belle enfant ? », me demande Lauviah.

Je ne trouve pas que je sois plus belle ou mieux qu’avant. Je m’aimais bien avant aussi. Je voulais me faire épiler par contre. Toutefois avec le recul je pense que j’aurais simplement dû me montrer plus disciplinée et aller tous les quinze jours chez l’esthéticienne au lieu de me dire que je tenais peut-être LA solution de facilité.

Par contre je constate que je n’ai pas été assomée par un mal de crâne ce soir, alors que toutes les autres…

Tant mieux cela dit !

« Que penses-tu vraiment du résultat ? »

Tu veux me le faire dire, je n’aime pas. L’esthéticienne a beau avoir compris que je voulais un résultat naturel, je n’aime pas, je trouve que c’est trop marqué et je ne suis pas convaincue par cette teinte, chocolate brown. Je suis contente qu’elle n’ait pas choisi un pigment trop foncé mais je suis quand même déçue je dois dire.

Je ne peux pas m’empêcher de penser et de voir que ce n’est pas naturel.

« Tu te maquilles peu et toujours très légèrement. L’esthéticienne avait raison, elle a voulu respecter le fait que tu ne sois pas trop sophistiquée. Et elle a choisi une teinte qui t’irait au teint. Tu es la seule à ne pas avoir été tatouée au dark brown. C’est sur toi que le résultat est le plus naturel et le plus léger après ta tante.

Ce qui te déplait c’est que tu sais que tu n’en avais pas besoin parce que tu te trouvais déjà belle. Donc tu ne vois pas d’amélioration spectaculaire.

Tu te moquais que tes sourcils ne soient pas bien dessinés. Mais tu en avais assez d’entendre, quand vas tu enfin aller chez l’esthéticienne ?

Il faut t’endurcir petite fille, cesse de t’inquiéter de ce que pensent les autres. »

Au temps pour moi.

« Ce n’est pas grave. Mais demain tes collègues vont remarquer ce changement et tout le monde sait que ce type de prestation à un coût. Assume et ne fais pas attention aux remarques éventuelles ou surtout, à ce que tu percevras mais qui sera tu.

Et puis tu as pu acheter cette jolie tour de fards à paupière. »

Oui c’est vrai, elle est bien belle et je suis sure qu’ils m’iront très bien !

« Si tu les portes. »

Lol, je vais les mettre, maintenant que j’ai des sourcils parfaits.

« C’est bien. » 

Merci Lauviah.

Bonne journée à tous Clin doeil

Un monde sans mot

Un monde sans mot dans Anges 111129015947803579110575

 

« Sais-tu qu’il existe un univers accessible dans lequel les mots n’ont plus ni sens ni raison d’être ?

Il existe un espace dans lequel les sentiments sont à nus, les émotions ne sont plus, la communication passe seule, sans intermédiaire,

Tout ce sait, rien ne se cache et pourtant,  rien ne se dit.

Les énergies sont là, simplement et vous les recevez.

Nous serons toujours auprès de toi, toujours car nous ne cesserons jamais de t’aimer néanmoins tu apprendras que nous nous faisons moins présent lorsque vous avez moins besoin de nous. Vois le ciel se lever et souris. »

Sélène pour ma jolie petite Sylvie

L’Horloge

L'Horloge dans Mes poèmes 111127075213803579104639

 

Belles les heures qui bercent les jours heureux, les jours bleus,

Lorsque le temps suspend notre partie du monde dans une petite bulle à part,

Un espace doux, préservé, à l’abri des cris et des besoins du monde,

L’Horloge affiche toujours midi tandis que le soleil ne fuit plus.

Liste des choses à faire

Liste des choses à faire 111127064624803579104360

 

Bonjour à tous,

Je ne prends pas de résolution je vous l’ai déjà dit, ce serait une perte de temps je n’aime pas les contraintes et des résolutions, ça sonne comme des contraintes à mes oreilles.

« A tes oreilles de petite fille capricieuse. », me répond Sammael.

C’est juste que je ne vois pas pourquoi se fixer des objectifs qu’en réalité on ne souhaite pas tenir.

« Qu’y aura-t-il alors dans ta liste des choses à oublier sitôt écrites ? Au fond, tu veux repasser ton permis mais chaque fois qu’on te propose une date tu la repousses parce que tu sens que tu n’es pas prête. Pourquoi n’es-tu pas prête ? »

Je serai prête en janvier. J’ai dit oui au moniteur, j’irai début janvier.

« Parce que tu dois le faire ou parce que tu sens que tu es enfin dans la bonne disposition ? Tu sais pourquoi tu as échoué trois fois ? »

Oui.

« Donc tu sais aussi que telle que tu es là tu cours vers un quatrième échec ? »

Justement, mais le responsable de l’auto-école ne veut plus me voir. J’ai du mal à rester concentrée au volant. J’ai physiquement du mal. Et du coup je fais des bêtises au bout d’un moment. L’examen ne dure que trente-cinq minutes mais le stress fait que je perds ma concentration encore plus vite et je me sens épuisée. J’ai travaillé ça avec le moniteur mais la seule façon de gérer vraiment ce serait de diminuer mon stress. Or les examens me font streser !

« A cause des enjeux que tu y places. Pourquoi est-ce si important de conduire ? »

Parce que j’ai l’impression d’être un poids pour mes parents.

« C’est une mauvaise réponse, elle est extérieure à toi, il n’est pas étonnant que tu ne puisses faire diminuer ton stress. Nous t’avons déjà dit qu’il faut que tu fasses les choses pour toi-même.

Apprends à vivre pour toi et juste pour toi. Tu ne sais pas faire ça, tu n’as jamais su. Ecoute, il est normal de vouloir se faire plaisir. Mais toi tu vis avec des personnes qui te jugent dès que tu achètes quelque chose qui leur plairait, pour toi seule. Comprends, si demain il t’arrive quelque chose de bien, tu vas culpabiliser sans raison réelle.

Fais ce que tu aimes, pour toi-même. Pourquoi conduire Sylvie ? »

Pour aller à la mer quand j’ai envie même si c’est toute seule.

« Maintenant tu commences à comprendre.

Refaisons la liste des choses à faire, laisse-moi t’aider.

- Prendre du temps pour toi.

- Acheter ce qui te plait même si tout le monde t’envie.

- Parler de ce qui t’intéresse même si tout le monde t’envie.

- Faire ce que tu veux, peu importe les avis des uns et des autres. »

Merci Sammael.

Bonne journée à tous Clin doeil   

Des jours et des nuits

Des jours et des nuits 111126053617803579099921 

Bonjour à tous,

Quel titre inspiré n’est-ce pas ? Il m’a bien fallu dix secondes pour le trouver. Bref. Plutôt que d’ironiser pour cacher ma nervosité, entrons dans le vif du sujet qui m’intéresse.

J’ai reçu un drôle de message, sur ma propre médiumnité.

« Il existe toutes sortes de médiums. », me dit Lauviah.

Je le sais bien.

« Il y a ce qui est évident et ce qui l’est moins aussi. Dans ton cas, certaines choses évidentes ne l’étaient pas à tes yeux. Ca arrive lorsque l’ambition n’est pas du tout développée chez vous. »

Mais pourquoi vous dîtes ça ? J’ai de l’ambition !

« Ah, qu’est-ce que tu souhaites atteindre comme objectif précis ? »

Ce n’est pas ce genre d’ambition.

« Sylvie, l’ambition matérielle est tournée vers l’extérieur. Vers ce que vous souhaitez accomplir au vu et su des autres. C’est cette ambition-là qui te manque. 

Dans ta tête et dans ton coeur ce qui importe c’est d’être satisfait de son sort. Et tu sais cela possible parce que tu connais cette satisfaction-là. Cependant ce n’est pas de l’ambition. »

L’ambition c’est le fameux « toujours plus haut » c’est ça ?

« Oui. »

Autrement dit il s’agit de repousser toujours plus loin ses objectifs, pour se dépasser. Je t’ai dit que je ne voyais pas pourquoi il fallait se dépasser. C’est vrai, pour réaliser quoi finalement, c’est ça qui m’échappe.

« C’est parce que certaines personnes se réalisent dans l’effort quand tu as besoin de ramener la paix et la confiance en toi pour te sentir Etre. C’est simplement une autre voie de réalisation. », me répond Astaroth.

« Voilà, vous ne pouvez pas tous suivre les mêmes traces. Et énormément de personnes ont du mal à comprendre cela, mais pas toi. Tu l’as accepté il y a longtemps.

Cette tolérance-là est le fait de ceux qui savent reconnaître l’Etre au travers eux et donc acceptent qu’Il s’exprime différemment au travers chacun de vous. C’est cette idée-là en réalité que tu défends au travers ton enseignement. Nous te le disons puisque tu n’en as pas conscience.

Tu véhicules un message fort et clair mais tu n’es pas capable de prendre le recul nécessaire pour le voir. Alors tu reçois ce que tu appelles de drôles de messages.

Il y a plusieurs sortes de médiums, tu fais partie de ceux qui sont capables de faire naître ou d’ancrer la foi en l’homme. C’est bien aussi. », reprend Lauviah.

Lol, oui. Merci à vous deux.

Bonne journée à tous Clin doeil

Rebrousser chemin

Rebrousser chemin 111125030454803579094473

 

Bonjour à tous,

Petite pensée du soir, inspirée par Eledahiel, comment être si on ne sait plus rêver, espérer, créer ? Comment aimer si l’on ne sait plus sentir son âme vibrer ?

Mes guides m’ont annoncé une affreuse nouvelle, à mon sens. Ils me disent c’est bien tu es arrivée loin, maintenant il est temps de défaire tout ce que tu as accompli spirituellement pour refaire le même chemin matériellement.

Chouette.

« Il est des nécessités qui conduisent à des carrefours ouverts et d’autres qui vous plongent dans l’impasse. Choisis le carrefour. Accepte ce qui est et comprends que tout est toujours parfait. »

Voilà ce qui arrive quand on commence par l’éveil spirituel.

« Tu es jeune, réjouis-toi. Nous t’avions dit que c’est l’autre éveil qui devait normalement être le premier. Il faut que tu rebrousses chemin. »

On dirait une punition.

« Quand il s’agit d’une récompense. »

En quoi ? Je vais oublier tout ce que j’ai appris, sur moi-même, cette ouverture que j’ai acquise sur les autres, je vais tout perdre ?

« Tu n’as qu’à te dire qu’il y a un temps pour la compréhension, le travail et un temps pour la maturation de ce qui a été acquis.

Mais toi ma chère enfant, tu étais si jeune, si innocente et ignorante. Le temps de la maturation n’est pas encore venu, tu as d’autres choses à espérer avant.

Il faut rebrousser chemin sagement et te dire que dans la vie ce qui compte ce n’est pas tant ce que vous accomplissez, c’est ce qui à vos yeux peut compter, à vos seuls yeux. »

Sur le plan matériel je sais comment ça va se traduire, je vais repartir à zéro. Dans combien de domaines ?

« Tous. »

Tous ?

« Ca peut être intéressant aussi. Tu as toujours su que tu pouvais compter sur ta propre force, il y a une chose que tu dois apprendre. Les plus belles réalisations sont des oeuvres complexes car le fait de plusieurs.

Des autres vous apprenez, vous vous nourrissez, cela tu le sais, tu le vis. Néanmoins, d’autrui vous pouvez également puiser de la Force, tu dois l’apprendre aussi. »

Attends une minute, tout le monde doit apprendre ça. On a plus souvent tendance à se reposer sur autrui…

« La majorité des gens ne considèrent pas la force, la beauté mais également toutes les qualités qu’il y a en eux et c’est l’autre qui leur sert de miroir. Nous ne te disons pas de chercher des miroirs, nous te parlons de puiser en l’autre la force dont toi tu pourrais avoir besoin. »

Et pourquoi ferais-je une telle chose ?

« C’est ce qui s’appelle recevoir. »

J’ai compris, en effet c’est un apprentissage, à plusieurs niveaux. Je sais avoir toute la force dont j’ai besoin en moi.

« C’est là toute la beauté de la chose, de l’acceptation de ce don de l’autre. C’est facile d’accepter ce dont vous pensez manquer alors que c’est un véritable acte d’Amour et de foi que de laisser de côté ce que vous avez déjà pour accepter ce que l’autre vous tend gracieusement.

C’est ce qui s’appelle acceuillir, c’est la traduction de l’Amour tel qu’il peut être vécu sur Terre. »

Et qu’est-ce qu’il advient de ce qu’on avait déjà ?

« L’Amour enrichit tout, n’appauvrit jamais. »

Pourquoi rebrousser chemin spirituellement…

« Parce que l’Amour enrichit tout, n’appauvrit jamais. »

J’ai compris, merci Eledahiel.

Bonne journée à tous Clin doeil

Là où tout se croise

Là où tout se croise 111124041805803579090512

 

Bonjour à tous,

Pour poursuivre l’article sur le déploiement de la Volonté, et par là même répondre aux questions qui m’ont été posées sur le sujet, je pense important de revenir sur ce qui est le fondement de notre spiritualité à tous, notre foi.

Je ne suis pas un maître à penser moi et ça fait tellement longtemps que je me désintéresse des textes théoriques que je vais me servir de la mienne pour illustrer mon propos. Il est bien évident que le message n’est absolument pas, voici de quelle manière il faut croire.

Ce qui a du sens c’est la manière dont vous ressentez et vivez cette part de vous-mêmes personnellement.  

La naissance de la foi n’est pas forcément une chose aisée, elle naît de l’évidence qui ne correspond à aucun repère. La foi ce n’est pas la certitude, ce n’est pas l’assurance, ce n’est pas le confort non plus. La foi ce n’est pas la béquille qui nous porte, c’est la raison.

La foi est la raison d’exister et il ne s’agit pas de ce qu’on appelle courrament le sens de la vie, la raison d’être sur Terre. Non la foi est la raison qui fait qu’on a une conscience, une âme, un ego.

Elle est indépendante de tout but ou objectif, elle ne sert aucun dessein, la foi est la raison dans laquelle tout prend forme et tout s’exprime en prenant doucement sa place.

L’Amour, la Volonté et le Choix ne sont que des moyens d’expression au regard de la foi qui ne divise rien et englobe tout. Mieux, elle résume tout.

Pour comprendre ce qui nous pousse à faire appel à l’Amour ou à la Volonté, il convient simplement de regarder en soi afin de retrouver ce qui nourrit cette belle plante qui s’épanouit à mesure que notre foi en nous-mêmes puis en notre chemin grandit.

J’aurais pu dire cette flamme, certains voient une flamme, moi je vois une plante en ce moment alors je dis une plante. Mais vous pouvez aussi la voir comme un jardin, un cours d’eau, peu importe.

Là où tout se croise plus rien ne se distingue car tout est parfait. Quand je dis que la foi est la raison il faut comprendre que c’est comme le lieu où il n’y a plus de question, plus de dissonance, tout est et il n’est plus besoin d’explication.

Partant de là pourquoi tant de moyens d’expression ? Pourquoi peuvent-ils se mêler entre eux quand ils semblent pourtant si distincts ?

Sont-ils distincts ? Si la foi est la raison et qu’ils sont ses moyens d’expression alors il devient aisé de comprendre que l’Amour, la Volonté ou le choix dans leur forme la plus pure transcendent l’ego et s’expriment en se manifestant d’une manière qui dépasse l’entendement.

Ils se mêlent de la même manière, lorsque nous avons appris à accepter les messages de notre coeur et que nous sommes prêts à suivre les panneaux que nous devinons et celui qu’un jour ou l’autre nous découvrons sans surprise, en nous disant j’avais vu juste, j’ai toujours su.

Su comment, vu comment, senti comment, pourquoi, quand tant d’autres choses paraissent flous, parce que c’est ce qui est.

Pourquoi n’avoir pas pu voir, compris plus tôt, parce que la foi libère et détruit à la foi. Elle libère l’âme et détruit l’ego mais l’un et l’autre doivent se réaliser dans l’équilibre ou nous ne pourrions le supporter.

La foi est la raison, ce n’est pas la certitude, ce n’est pas l’évidence. Nous sommes parce qu’elle est. Souvenez-vous par exemple qu’il est impossible d’arriver à réaliser quoi que ce soit sans un minimum de confiance en soi, pourquoi ?

La foi est la raison et l’Amour, la Volonté et le Choix sont ses moyens d’expression.

Merci Eledahiel, je ne sais pas comment j’aurais écrit cet article toute seule.

« De rien. »

Lol !

« Les questions qui t’avaient été posées nécessitaient des explications complexes, certains sont prêts à ce qu’on élève le niveau, nous élevons le niveau. Mais nous n’aimons pas ton actuel état physique, tu es fatiguée. Il faut te reposer.

Cet article va soulever de nouvelles questions, il ouvre trop de portes en même temps sans pour autant laisser voir ce qu’il y aurait derrière.

Il faudra développer, plus tard et à ton rythme, souviens-toi de ça, à ton rythme. »

Ne t’inquiète pas.

Bonne journée à tous Clin doeil 

Mille visages de la souffrance

Mille visages de la souffrance 111123035430803579086842

 

Bonjour à tous,

Il est rare que j’éprouve de la difficulté à mettre des mots sur mes maux surtout lorsque c’est Sammael qui m’a aidé à ouvrir les yeux lol.

Toutefois, il arrive que les émotions me submergent et que je ne sois finalement plus en mesure de dire, sans pour autant vouloir me taire.

Alors aujourd’hui je vous propose une image, juste une image, belle mais ambivalente.

« Ou alors tu te poses, tu t’installes sur les rochers et tu regardes la lune se refléter sur la mer. Tu vois les nuages qui s’étirent, s’éloignent et les étoiles apparaissent, comme autant de petits sourires lumineux qui s’adressent à toi et te sourient. Voilà, là tu souris à ton tour, c’est nettement mieux.

Alors ma belle enfant, trouve les mots, parle-moi. Regarde cette lune ronde et belle dans le ciel, vois-la briller pour toi et parle-moi.

Regarde chacune de ces étoiles qui te sourient et te veillent avec Amour et patience, parle-moi. »

Sammael, je peux supporter beaucoup de choses tant que je n’ai pas conscience de l’étendue de ma propre souffrance. Mais si tout devient clair, je ne peux pas être et paraître tu comprends.

Ca s’est mal passé chez la gynécologue. Je n’ai pas voulu en parler mais ça s’est très mal passé. En plus, je lui avais dit que j’avais eu des problèmes avec les traitements que j’avais suivi avant, je lui ai dit que j’étais intolérante au lactose et vois, je suis malade depuis plusieurs jours à cause de ce qu’elle m’a prescrit et qui contient du lactose. 

J’avais tellement mal au ventre hier, je n’arrivais pas à rester assise à mon bureau. La position assise était horrible, mais je ne supportais pas de rester debout longtemps non plus. 

Je regrette de n’avoir songé à vérifier la liste des ingrédients qu’après avoir commencé le traitement. Ca me servira de leçons lol.

Mais bon, le vrai problème surtout c’est que je croyais juste que je m’ennuyais au boulot et que c’était pour cela que je voulais changer. Mais en fait, c’est une profonde souffrance que je ressens. Je l’ai vue remonter quand j’ai arrêté d’écrire et ça m’a plongé dans le désert.

Alors j’ai fait en sorte de ne plus la voir lol. C’est une chose de pouvoir faire avec les circonstances, c’est autre chose d’avoir la conscience exacte de sa propre souffrance et de ne pas pouvoir y mettre un terme sur le champ. Parfois on est là, on ne demande rien mais des choses viennent quand même.

J’ai voulu changer de travail. Mais CHAQUE fois que je fais un pas concret dans cette direction je suis ramenée à la même réalité. La seule manière de mettre un terme définitif à cette souffrance serait de trouver un travail qui me permette de vivre ma spiritualité au grand jour.

Alors que je n’en parle même pas à ma famille. Ils me parlent de leurs rêves, ma soeur me demande de lui faire des tirages au pendule et même ma mère commence à venir me parler de guides et de visions que d’autres disent avoir.

Je sais qu’elle voudrait pouvoir me demander si je vous entends encore, ce que je pense aujourd’hui de ce qu’il s’est passé il y a deux ans. Toutefois, tant que je vivrai sous son toit, je refuse de discuter avec elle. Je n’aurais aucun endroit où me retirer, comme je n’ai actuellement aucun espace véritablement à moi où me ressourcer. Je ne le vis pas bien, elle frappe à la porte pour la forme, elle entre en même temps. Elle s’impose toujours, ne respecte jamais le fait que je sois en train d’écrire, absolument jamais au contraire. Elle est triste de voir que je ne me confie pas à elle alors qu’elle s’inquiète de ce que je pourrais écrire à des personnes qui m’encouragent dans mes délires.

Je rêve de partir d’ici mais je vais me retrouver coincée. Je vais parler d’une chose que je sais que la majorité d’entre vous ne comprendra ni ne croira, peu importe. Normalement, quand on veut déménager on cherche un logement et on s’en va. En fait quand on veut un truc on le fait, c’est tout.

Mais c’est comme avec le boulot, je sais que quel que soit mon prochain emploi, s’il ne me permet pas d’exprimer ma spiritualité, il ne me conviendra pas. Et je revivrai les mêmes souffrances avec en plus l’impression de tourner en rond.

Eh bien pour le logement c’est pareil, partir oui, mais pas n’importe comment ni n’importe où. Il faut que je parte en paix, c’est comme ça c’est tout. Or je ne le suis pas.  

Cependant comment puis-je l’être quand je me sens mal au travail durant la journée et que le soir venu chez moi je ne me sens pas en sécurité ?

Mais le pire c’est que je sais précisément ce qui me gêne, je souffre de voir que je ne parviens pas à déployer mon potentiel comme je le voudrais sur Terre alors que c’est tout ce que je voudrais. 

Sur le panneau dont je parlais hier j’ai vu la solution à ce problème seulement, elle est à la fois drôle et ironique. Cette solution-là, je l’ai toujours connue, elle m’a été donnée il y a longtemps, dans plusieurs rêves, on m’en a fait la prédiction également.

Je me souviens il y a plusieurs années, ma mère était au chômage et ses assedics ne devaient plus durer que six mois. A cette époque-là j’étais encore étudiante et loin d’avoir achevé mes études. Mes parents étaient séparés. Ma mère était dans l’attente de son affectation suite à un concours qu’elle avait réussi seulement il y avait plus de reçus que de places.

Eh bien, un mois avant la fin des assedics, elle a reçu une offre plus intéressante. Tout simplement et sans avoir cherché. Par la suite elle m ‘a souvent dit qu’elle n’avait jamais eu peur, elle avait eu confiance parce qu’elle s’en était remise à Dieu.

Moi j’avais eu peur je dois dire. Je m’étais dit et si…

Aujourd’hui je ne me dis pas et si, aujourd’hui je me dis débrouille-toi pour trouver une solution rapide et concrète. Ou au moins concrète. Je me suis demandée pourquoi sans cesse, je me retrouvais dans cette situation détestable où finalement je ne sens que cette immense solitude parce que c’est là le véritable problème.

Je vois le fil, je vois son départ et c’est cette solitude, juste cette solitude.  Elle rejaillit sur tout, teinte tous les domaines de mon existence, elle est tout le temps présente dans mon coeur et se fait sentir de mille manières.

En fait c’est simple, où que je regarde je ne vois qu’elle et au-delà des aspects matériels sur lesquelles je m’arrête, le vrai problème c’est elle.

La fameuse cicatrice suintante que j’ai vu en rêve un jour sur un des murs de ma salle de bain, cette profonde cicatrice qui reste ouverte, c’est ma solitude tout simplement.

Pourtant moi je ne vis pas sur une ïle déserte, des gens j’en rencontre, j’en vois et je ne suis pas associale. Je ne sais pas si quelqu’un va comprendre ce dont je vais parler encore une fois mais parfois vous savez avec précision ce qui vous manque et vous savez aussi que rien d’autre ne pourra vous combler. Vous savez, c’est tout. Vous pouvez quand même essayez diverses choses, tout ce que vous souhaiterez même. Rien n’ira.

C’est cela qui est difficile à accepter. D’autant que quand je parle de cette solitude TOUT LE MONDE me répond la même chose et je le conçois, seulement il y a les conseils avisés et intéressants d’un côté et la réalité su mais impossible à expliquer de l’autre.

Du coup j’évite d’aborder le sujet, c’est plus simple pour moi.

En commentaires de l’autre article certains m’ont demandé si on pouvait refaire les panneaux, non on ne peut pas. Par contre on peut demander à voir les panneaux intermédiaires, ceux qui indiquent le trajet et qui permettent de comprendre pourquoi on a choisi telle route.

La paix se trouve dans l’acceptation, je le sais en plus. Eh bien ça y est je crois que j’ai trouvé la sortie du désert.

Merci Sammael.

Bonne journée à tous Clin doeil

Le déploiement de la Volonté

Le déploiement de la Volonté 111122034815803579082082

 

Bonjour à tous,

Je ne vais pas vous raconter que je suis une acharnée des exercices spirituels, que je médite à dessein tous les soirs ou que je suis une stricte ligne de conduite à laquelle je m’astreins dans le but de me dépasser. La vérité est plutôt que j’aime bien pouvoir faire ce que je veux et que je ne vois pas ce que je pourrais bien avoir à dépasser.

Se dépasser ça veut dire qu’on sait être à un point et vouloir aller au-delà c’est bien ça ? Bon, pourquoi faut-il employer le terme se dépasser alors ? N’est-il pas juste de dire qu’au cours de notre vie nous nous fixons divers objectifs ?

Ce qui m’intéresse pour ma part, c’est ce point-là devant moi, ce panneau géant en fait avec écrit : »Voilà ce que je désire accomplir. »

Le problème est que ce fichu panneau a tendance à se perdre dans le brouillard. Du coup, bien que je sache qu’il se trouve à la portée de mes yeux de myope eh bien je l’aperçois de temps en temps mais pas trop souvent.

Si bien qu’en fait, je me fatigue pas trop, c’est vrai dans le brouillard je ne vois rien alors je vais là où se posent mes pieds. De toute façon ici ou ailleurs, on trouve toujours des choses à faire, des choses à apprendre.

Du moins, longtemps j’ai avancé de cette manière. C’était plus ou moins sympa avouons-le. Jusqu’au jour où, le brouillard s’est dissipé. Le panneau  est bien visible maintenant, seulement là je crois que c’est moi qui n’ai plus envie de le regarder. Jamais satisfaite…

Mais c’est pas de ma faute en même temps, il y a écrit de drôles de choses dessus, on dirait un tableau récapitulatif. J’y vois ce que je désire et comment y parvenir.

J’y vois ma Volonté, simple, belle et directe. Sans force, sans effort, je la vois et la sens en moi, je vois mon objectif.

Je devrais être contente, elle se mêle si parfaitement à mon Amour. Mais il me reste à saisir pleinement le Choix. Maintenant que je vois comment en moi tout s’imbrique, je comprends d’autant mieux pourquoi il peut être utile de saisir sa propre reliance.

Bonne journée à tous Clin doeil   

Indiana Jones et l’aventure du dos cassé

Indiana Jones et l'aventure du dos cassé  111121023835803579077671

 

Bonjour à tous,

Il y a quelques années lorsque la rumeur d’un Indiana Jones 4 a commencé à se répandre, toutes sortes de blagues d’un goût plus ou moins douteux ont fleuri sur les forums spécialisés. C’est mon frère, grand fan de cinéma, qui m’en a parlé.

Indiana Jones et l’aventure du dos cassé est le titre ironique que certains adeptes de la saga, ont suggérer aux producteurs en référence au grand âge d’Harrison Ford.

Tout le monde se souvient du jeune premier fringant qui tenait courageusement tête aux nazis dans les trois premiers volets de la série. Eh bien en fait, à cet époque déjà le bel Harrison n’avait plus vingt ans.

Alors à l’évocation de le voir à nouveau endosser les habits de l’aventurier intrépide, les plaisanteries ont fusé au grand dam du principal intéressé qui parait-il ne goûterait pas trop ce type d’humour.

Un autre en revanche est dit-on nettement plus philosophe au sujet des très nombreuses blagues qui circulent sur son compte. Il s’agit de Chuck Norris. Le pauvre Chuck est un sujet de moqueries de premier choix semble-t-il.

A quoi cela est-il dû ? Eh bien je ne suis pas spécialement fan de sa série ou des films dans lesquels il joue. Mais mon frère m’a expliqué qu’il était était l’archétype du héros sans peur et sans reproche qui vient à bout des pires difficultés et de n’importe quel ennemi, le Mac Gyver des films d’action.

Je me souviens avoir lu cette méchante critique un jour dans un magazine télé « Un rôle de composition pour Chuck Norris qui parvient à hausser ses sourcils sans faire bouger sa moustache. »

Et toutes ses petites phrases à son sujet telle, « Chuck Norris ne porte pas de chaussettes, personne n’arrive à la cheville de Chuck Norris. »

Ou encore  »Google est le seul endroit où on peut taper Chuck Norris. » (Et oui car il paraît que dans ses films, les méchants sont rarement à sa hauteur)

Il n’empêche, intérrogé sur ce qu’il pense de ces petites phrases qui circulent sur le net, sont lancées et reprises par des humoristes, il est resté très zen. Ca ne l’amuse pas toujours, mais bon…

Pourtant, son premier rôle ou l’un des premiers était face à Bruce Lee dans Le jeu de la mort (en fait la scène serait tiré d’un autre film). Film étrange s’il en est, il s’agit de celui où le célèbre acteur chinois a perdu la vie. Les producteurs ont rempli les blancs comme ils pouvaient pour ne pas passer à côté de la manne que pourrait rapporter ce dernier film et du coup le film paraîtrait vide. Mais bon, je ne l’ai pas vu alors je reste au conditionnel.

Prochainement sortira Expendables 2, sans Sperminator, nouveau surnom d’un Schwarzenneger en disgrâce depuis qu’il a été révélé qu’il n’était pas le mari fidèle et irréprochable que « tout le monde » croyait.

Governator c’était quand même mieux. N’empêche, en réalité il n’a jamais été un homme fidèle et sa femme le savait. Ce qui a posé problème au fond, c’est que d’autres l’apprennent.

L’image, que pensent les autres de nous, comment nous voient-ils, dans quelle mesure est-ce plus important que l’image que nous avons de nous-mêmes, dans quelle mesure cette image que nous souhaitons renvoyer à l’extérieur est-elle façonnée par nos ego ?

Harrison Ford aurait pu se moquer des critiques, mais le dos cassé l’a mis en colère plutôt. Chuck Norris prendraient bien ces petites phrases qui circulent sur son compte. Seulement, cet homme est réellement un pratiquant d’arts martiaux qui a obtenu son grade de manière régulière. Alors quand on se moque de lui quelque part on remet aussi en cause ses capacités de combattant.

Ca me fait penser à un phénomène bien connu dans les arts martiaux mais dont on évite généralement de se vanter, la ceinture noire club.

Normalement le passage de grade se fait à l’intérieur du club ou alors de la petite fédération locale. Cela est valable jusqu’à la ceinture qui précède le grade tant désiré, la ceinture noire. Pour obtenir le graal, il faut passer devant la très officielle Fédération de tel ou tel sport. Si vous obtenez bel et bien le premier Dan, alors vous êtes reconnu par la fédération comme étant ceinture noire au niveau national et international.

Toutefois, il semble que certains ne voient pas nécessairement l’intérêt de passer devant la Fédération avant d’arborer la prestigieuse ceinture. Ainsi peut-on voir des professeurs auto-déclarés et de fiers combattants s’entraîner voire se présenter à de petites compétitions avec de belles ceintures sombres, tandis qu’ils remettent vite fait la rouge ou la marron lors d’évènements impliquant la Fédération. C’est cela la ceinture noire club, à l’intérieur du club on dit que vous la valez mais, juste à l’intérieur du club.

Qu’est-ce que j’ai ri la première fois que j’ai entendu parler de ça, ceinture noire club… Tentez le passage de grade si vous estimez avoir le niveau !

En même temps, en observant bien, on est un certain nombre à arborer des ceintures noires club. C’est vrai c’est quand même mieux que la rouge ou la marron, ça en jette davantage. Et puis finalement les autres sont-ils obligés de tout savoir ? Non. Il n’y a pas de raison. Tel Indiana Jones et le Texas ranger on assume tout et on se montre à son meilleur. Quitte à fuir la Fédération.

Fuir la Fédération ? C’est quand même bien aussi de pouvoir être pour de vrai, de pouvoir vivre au grand jour, sans se cacher. D’ailleurs n’est pas-ce mieux ?

En quoi nos travers sont-ils si préjudiciables à notre image ? D’ailleurs dans quelle mesure le sont-ils proportionnellement et pourquoi finalement.

A-t-on besoin de la ceinture noire club ? N’avons-nous pas suffisamment confiance en nous-mêmes pour tenter le passage de grade ? Les personnes de la Fédération, elles sont humaines elles aussi, non ?

C’est à d’autres humains que nous faisons face, doit-on leur faire face ? Qui nous juge au fond ? Qu’est-ce qui nous pousse à nous accrocher à la ceinture noire club, à une imposture, une image fausse que nous voulons renvoyer. Harrison Ford a eu beau trouver les plaisanteries irrespectueuses, il ne rajeunit pas. Moi non plus, ni personne d’autre.

Pourtant, peut-on se débarrasser si facilement de la ceinture noire club ? Le passage de grade est à la portée de tous ceux qui vivent normalement. Pourquoi est-ce si difficile de tenter sa chance ?

Au fond qui craignons-nous vraiment de laisser apparaître et pour quelle raison ? Nous minimisons nos faiblesses croyons-nous, mais peut-il y avoir prise de conscience de sa propre Force, de sa propre beauté, sans acceptation de toute ce qui nous fait ?

Je ne crois pas, du moins je ne l’ai pas vécu ainsi. Malgré tout, le passage de grade à ce côté définitif qui fait que, parfois on préfère reculer.

Pas toujours simple de s’assumer.

Bonne journée à tous Clin doeil 

123

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause