Accueil Spiritualité Bats-toi pour toi

Bats-toi pour toi

8

Bats-toi pour toi 120101032214803579243256

 

Bonjour à tous,

Je voulais vous écrire un joli post tout simple, pour vous souhaiter une belle et heureuse année, pour vous dire que je vous souhaite de trouver satisfaction et bonheur dans vos entreprises et une bonne santé évidemment.

Et d’ailleurs je vous saouhaite bien tout cela. Toutefois, ce matin j’ai suivi le conseil de mes guides qui m’encourageaient vivement depuis quelques jours à effectuer une recherche sur le harcèlement moral au travail et je l’ai faite.

Et je ne peux pas accepter ce que j’ai trouvé, ce n’est pas possible parce que je n’ai pas besoin de ça dans ma vie actuellement. Je regarde devant parce que je cherche un moyen d’aller de l’avant.

Je ne veux pas entendre parler de harcèlement moral, je veux juste un autre travail. C’est tout.

« Si tu veux que le ciel soit bleu il sera bleu ? », me demande Thor.

C’est exactement ça.

« Un autre travail, ce pourrait être une solution oui. Peut-être qu’ailleurs l’herbe est plus verte. »

C’est ce que mes parents me disent et je pense qu’ils ont raison.

« En fait, cela arrive comme tu as pu le voir sur ces différents sites que tu viens de visiter. Ils étaient intéressants non ? Sur la majorité d’entre eux il est expliqué de quelle façon un membre de l’entourage également peut s’avérer être un dangereux manipulateur.

Cela arrive, vous ne le voyez pas venir et le temps que vous réalisiez, les dégâts sont là. Santé dégradée, perte de l’estime de soi, manque d’envie, de courage, la vie perd sa saveur. N’était-ce pas bien décrit ?

La personne harcelée doute d’elle, se fatigue, en vient à redouter celui qui la harcèle, pense à cette situation jour et nuit, se sent prise au piège, dans un étau de plus en plus étroit. La dépression guette, c’est tellement dommage. Fuir un harceleur est évidemment la réaction de survie immédiate.

Néanmoins quand il n’est pas possible de fuir tout de suite, la situation s’aggrave pour le harcelé qui perd toute foi en lui-même et se reproche finalement de ne pas pouvoir mettre un terme à une situation qu’il ne maîtrise pas. »

Je te déteste.

« Souviens-toi de ton soulagement lors de cette confrontation au commissariat, tu voulais porter plainte pour harcèlement sexuel, il avait reconnu s’être mal conduit et tu étais sortie soulagée. »

Je me souviens très bien mais je ne vois pas pourquoi il faut remettre ça sur le tapis aujourd’hui. Ca n’avait rien à voir.

« Si ce n’est que tu te sentais mal, honteuse, tu ne comprenais pas ce qui avait pu se passer. En suivant les conseils de tes proches, tu as pu entreprendre le travail qui t’a permis de dépasser tout cela et ce sans même savoir quelle a finalement été la sanction décidée par l’ordre des médecins à l’encontre de cet homme. Tu n’en avais plus besoin.

Vois, sur tous les sites que tu as visité, il est donné un certain nombre d’exemples de comportements caractéristiques des agissements des manipulateurs. Qu’en as-tu pensé ? »

Rien.

« Vraiment ? Rien du tout ? Bon, admettons. Qu’as-tu pensé de ce que pouvaient souvent ressentir les personnes harcelées ? »

Rien…

« Rien non plus ? D’accord. Qu’est-ce que tu vas faire de ta journée dis-moi ? Tu as des projets ? »

Je voulais aller au cinéma. Je vais voir, il faut que je me lave les cheveux aussi.

« Et à quoi penses-tu depuis ce matin ? A quoi as-tu pensé hier ? Comment le vendredi soir est-il devenu le meilleur moment de la semaine ?

Parle-moi s’il te plait, d’accord ? Parle-moi. »

Je me sens tellement stupide, tu n’imagines pas combien. Stupide, stupide, stupide. En outre, je ne suis pas sure d’avoir envie de me lancer dans un tel combat.

Le médecin voulait sauvegarder sa réputation mais les policiers lui ont vite fait comprendre ce qu’il en était, alors il a reconnu les faits. Le procureur voulait faire un exemple, j’ai eu de la chance.

« Et sur le coup tu avais trouvé ce combat-là facile ? »

Non…

« Non. C’est après coup que tu as réalisé que tu avais gravi une montagne. Sans ton témoignage, le procureur n’aurait rien pu faire. D’accord ? »

Ils sont quatre et je suis toute seule ! Le seul qui pourrait voir mon point de vue n’est pas au bureau, moi je suis là, toute la journée je suis là. Je ne peux pas m’enfuir ou me cacher, rien, je suis toujours là avec les quatre autres et il n’y a personne qui me soutiendra. Tu veux que je reste là, à me battre contre tout ce monde, toute seule ? Il suffit que je dise quelque chose pour qu’on me démontre par A + B que c’est moi qui suis incompétente et que j’ai vraiment de la chance qu’on fasse preuve de tant de clémence envers moi. Tu as bien vu comment ça se passe ?

Ils soufflent le chaud et le froid sans cesse j’ai toujours l’impression de devoir marcher sur des oeufs. Mon collègue le plus proche ne m’adresse jamais la parole, des personnes importantes arrivent, il ne me les présente pas et surtout il s’arrange toujours pour me refiler les tâches désagréables.

Et puis tout le monde contrôle mon travail, même ceux qui ne sont pas censés être mes supérieurs. Ils ont organisé une réunion, ont posé des arguments et moi je vais arriver demain pour la réunion mensuelle, je devine ce qui va se passer alors bien sûr c’est à que je pense. 

Je ne veux pas y aller. En plus j’ai une énorme charge de travail qui m’attend et je sens que ça va encore être une source de problèmes et de reproches.

Je ne veux plus y aller. Voilà, du coup tu vois pourquoi je me sens honteuse et en fait c’est super, tout le monde pourra le voir maintenant. »

Bon, regarde dehors, il faut beau aujourd’hui non ? »

Oui. C’est une belle journée.

« Tant mieux, un beau premier janvier, tu viens d’entrer dans une nouvelle année c’est bien cela ? »

Oui.

« D’accord, eh bien ma douce Sylvie, si tu veux que l’année soit belle, elle sera belle. Vas voir un médecin et rapproche-toi de l’inspection du travail à ton tour, pour demander quelques conseils. Pas forcément dans cet ordre, mais souviens-toi que tu perdras temps, énergie et estime de soi à faire le dos rond ou user de violence. 

Pense d’abord à tes intérêts. Vous êtes trois à déplorer le comportement de la direction. Peut-être que ce n’est pas un hasard si tu te sens honteuse et que cette situation n’a rien de naturel. C’est pourquoi nous te conseillons de te battre, pour toi-même et parce que le respect de soi est une valeur qui vaut la peine que l’on se batte pour elle.

Nous sommes avec toi et tu verras que nous ne sommes pas les seuls. »

Merci à toi Thor.

Bonne journée à tous ;)

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • Déconstruire et construire

    Bonjour à tous, Ah quelle semaine on vient de passer Chouchou et moi ! On a fait le carrel…
  • Sentir sa présence

    Bonjour à tous, C’est dans les moments de perte, de deuil que l’on saisit clairement l’int…
  • Notre Capricieux

    Bonjour à tous, Cette semaine nous avons perdu notre merveilleux, notre adorable, notre ma…
Charger d'autres articles liés
  • Déconstruire et construire

    Bonjour à tous, Ah quelle semaine on vient de passer Chouchou et moi ! On a fait le carrel…
  • Sentir sa présence

    Bonjour à tous, C’est dans les moments de perte, de deuil que l’on saisit clairement l’int…
  • Notre Capricieux

    Bonjour à tous, Cette semaine nous avons perdu notre merveilleux, notre adorable, notre ma…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Déconstruire et construire

    Bonjour à tous, Ah quelle semaine on vient de passer Chouchou et moi ! On a fait le carrel…
  • Sentir sa présence

    Bonjour à tous, C’est dans les moments de perte, de deuil que l’on saisit clairement l’int…
  • Sous un arbre, derrière l’église

    Bonjour à tous, A mon grand désarroi, je ne peux que constater qu’un ou une de mes chers c…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

8 Commentaires

  1. crystallia

    3 janvier, 2012 à 11:36

    Bonjour,

    Merci pour tes belles paroles et ton soutien.

    Bise ;)

  2. Chouchouc

    2 janvier, 2012 à 18:54

    Coucou ma belle,

    COURAGE!!!

    Ne laisse pas les mauvais te toucher et envahir ton espace,,, ca leurs feraient trop plaisir!!!

    Parfois nous sommes obliger de monter à cheval et d’aller au combat pour la paix de tous et surtout pour nous, notre âme!!

    Il est claire que tu aura encore quelques mauvais moments mais nos chers anges et archanges sont là pour nous protéger,,, te protéger…

    Aller, tu n’as rien à te reprocher, il arrive malheureusement que les bons prennent souvent les coups gratuitement mais je ne t’apprends rien, la roue tourne,, et le retour de balle va être très sévère tot ou tard…

    ET oui,,, beaucoup oublis que « nos actes sont l’encre de notre vie et nos livres de demain… » ;)

    Bisous ma belle (ménage ta santé)

  3. Lyana

    2 janvier, 2012 à 11:03

    Coucou Sylvie !!

    Je comprends ta souffrance ma belle Sylvie . Je ne pourrais pas travailler dans un cadre comme ça . On finit par se sentir soumis et complétement incapable . On a plus de confiance en soi .
    C’est eux qui devrait se sentir honteux d’agir ainsi .
    Reprends ta liberté Sylvie , relève la tête et avec douceur et amour bats toi pour ce que tu es , pour ce que tu crois . . .
    Bats toi pour que la Verité éclate , pour leur faire comprendre que leur comportement ne peut pas être acceptable !!
    On a le droit de travailler dans un cadre remplit de paix , d’estime pour l’être humain et pour ce qu’il apporte à une entreprise .

    Bon courage à toi !!

    Des bisous et je t’apporte tout mon soutient !

  4. crystallia

    2 janvier, 2012 à 3:26

    Bonjour,

    Merci Ines, bonne année à toi aussi.

    Camille, MERCI pour ce message.

    Bise ;)

  5. camille

    2 janvier, 2012 à 0:42

    Coucou Sylvie,
    Nous sommes des etres paradoxales.Quand le systeme ne prevoit de ni ecoute ni plainte, les gens y voient une injustice et un manque de prise en charge, et quand il y en a une, ils ne veulent pas la prendre en compte.

    Ma mere a subi certains harcelements moral et sexuels (mains aux fesses, regard insistants, insinuations, ce genre de choses, soft, mais harcelements quand meme). A l’epoque, elle ne pouvait rien dire, car elle me disait, « tu ne te rends pas compte, il n’y avait pas la structure qu’il y a aujourd’hui ».
    Je vois aujourd’hui dans ces yeux quelque chose d’amer, une non ecoute, non prise en charge, une femme innocente non reconnu pour ce qu’elle subissait, et elle me reparle de temps en temps. C’est devenu plus rare et de plus en plus caches aux fonds de ces yeux car elle apprend a accepter son passe. C’est pour cela que depuis tout jeune, ma mere m’apprend a dire les choses meme si elles ne font pas plaisir aux autres, car c’est un moyen de rendre les choses justes, et de preserver l’innocence de chacun, le droit a l’integrite, le droit d’etre sans l’oppression. Elle et ma grandmere m’ont rabache bien des choses toutes ces annees, mais ce que je retiens de leur interminables histoires, c’est qu’il faut se preserver soi et que l’on fait comme on peut au moment ou l’on vit la situation.

    On ne parle pas parce que c’est chiant, c’est dur et que cela nous demande beaucoup d’energie, ou meme encore parce que cela blesse les autres, non, on parle parce qu’on en a besoin parce que c’est essentiel pour nous de parler. Chacun a son degree different, mais la parole est acteur, tout comme il est liberateur.

    Ma mere me disait souvent que ce qui comptait c’etait simplement que les gens prennent en compte sa parole, qu’ils lui donnent le droit de parler, le droit qu’elle n’avait jamais ressenti avoir toute une partie de sa vie.
    Si je parle autant d’elle, c’est parce que j’ai grandi avec ma maman oppressee dans son travail, elle, qui ne demandait qu’a etre entendue.
    On sait tous que la justice fait ce qu’elle peut, mais au moins, on y a apporte notre voix, dans sa voie. et c’est en cela ou l’on se dit qu’au moins, on contribue a aller de l’avant, car ce qui a ete fait etait a notre portee dans ce systeme – certes tres quadrillee – mais qui est sous notre nez.

    Pourquoi une convention des Droits de l’Homme a ete creee ? Parce que l’Homme a aussi besoin d’etre reconnu et protege pour ce qu’il est la.
    Le droit au respect de son integrite propre, j’y vois la une bonne raison de se battre pour Soi.

    Petite anedocte Sylvie, (lol j’ai toujours des anedoctes ^^)
    Tu vois, j’ai une gourmette de mon premier amour que je garde depuis qu’on s’est separe cad 5 ans, je n’ai jamais pu lui rendre car il representait pour moi tout cet espoir de le retrouver. Hier, j’ai enfin pris la decision de lui renvoyer, de lui rendre pour me liberer. C’est con hein, une pauvre gourmette. Je m’y suis tellement accrochee toutes ces annees a cet amour passe. Bref, je prepare le paquet, je rechope l’adresse, il va encore surement penser que je suis la a l’harceler alors que non, juste je lui rend l’objet. C’est solennel. Colis pret. Je descends a la poste – 31 dec. Merde c’est ferme. Mais ca y est, je suis enfin prete a me liberer. Demain aprem, je file a la poste. et c’est termine. La liberation. C’est dur de dire, c’est dur de faire, mon coeur est triste et je sens que c’est difficile, mais apres tout, et malgre ce qu’il va encore penser de moi, je le fais pour moi et non pour lui, car ma vie ce n’est pas la sienne. Je m’aide moi, car le matin quand je me leve, je ne veux plus etre triste, je ne veux plus regarde encore et parler encore de cette gourmette qui traine la a prendre la poussiere alors que ce n’est plus moi, j’ai envi d’aller de l’avant, vers un autre monde plus grand, plus libre et plus heureux.

    Je t’embrasse

    Peace

    Cam

  6. Ines

    1 janvier, 2012 à 19:07

    Bonjour,
    Bonne année, bonne santé et meilleurs vœux!!!!!!
    Bise :)

  7. crystallia

    1 janvier, 2012 à 17:02

    Merci Vérité, je te souhaite la même chose !

    Bise ;)

  8. Verite

    1 janvier, 2012 à 16:47

    Coucou belle Sylvie,

    Je te souhaite une très belle année et aussi que tous tes tes désirs, tes rêves puissent se réaliser.

    Je te fais 2012 bisous !!!

Consulter aussi

Candace Bushnell ?

Bonjour à tous, Ce matin je devais faire un gâteau mais comme je ne connaissais pas bien l…