Archive pour mars, 2012

Ces idées ridicules…

Ces idées ridicules... 120331080425803579655514

Bonjour à tous,

Gabriel, honnêtement je ne comprends pas que vous ne trouviez pas idiotes et choquantes les suggestions qui m’onté été faites ces derniers temps quand j’ai évoqué mes problèmes professionnels avec des tiers. 

« En quoi sont-elles idiotes ? Et pourquoi te paraissent-elles si choquantes ? Tu n’as pas répondu à ma question en outre ma petite Sylvie, n’y a-t-il que le travail dans la vie ? »

Non, évidemment que non, néanmoins…

« Ta mère elle-même t’a fait une suggestion. C’est une femme plus âgée, qui connait la vie, qui a vu et vécu. Note qu’elle t’a fait cette suggestion à toi, pas à ta soeur. Ta soeur est une très belle femme, elle le sait, les hommes le savent aussi. Pourtant c’est à toi que ta mère donne ce type de conseil. Pas parce que tu serais plus jolie que ta soeur. Vous êtes assez différentes. Deux personnes assez différentes. Même si vous êtes capricieuses toutes les deux, boudeuses aussi. »

Je ne boude pas, ça c’est la spécialité de maman et Pouet. Moi je ne boude pas. 

« Non ? »

Non !

« Tout le monde partage cet avis autour de toi ? »

Je n’ai jamais posé la question. Mince…

Je boude moi ? C’est rare non ?

« Tu es rancunière. Et tu peux faire la tête un bon moment. »

Ah ça… Bon d’accord ! Un petit peu boudeuse je suis !

Mais on est comme maman en vérité.

« C’est vrai, encore que vous avez toutes les trois des personnalités différentes. Toutefois ta mère voit souvent juste quand elle s’adresse à vous. Elle t’a dit franchement qu’elle te verrait bien avec un homme qui s’occuperait de toi, parce qu’il en aurait les moyens. Ce que tu n’as pas compris. »

Effectivement, je veux dire, qu’est-ce que c’est que ce conseil ? Ma grand-mère a dit à toutes ses filles, travaillez, ne comptez surtout pas sur un homme. Maman me l’a toujours répété. Sans compter le nombre incroyable de fois où elle m’a dit Sylvie, il faut apprendre à se débrouiller dans la vie.

« Oui, c’est vrai. Elle a raison dans le sens où il est important de prendre conscience de son potentiel. Mais ce qu’elle t’a réellement dit, le propos complet c’était, qu’elle te verrait bien avec un homme qui s’occuperait de toi parce qu’il en aurait les moyens et qui par conséquent pourrait te permettre de développer ton propre potentiel. Tu lui disais que dans le fond tu aimerais pouvoir être à ton compte. Vous ne parliez pas d’homme.

Mais elle t’a regardé et elle t’a dit qu’elle aussi pensait sincèrement que tu as le potentiel pour développer une affaire. Voilà ce qu’elle t’a dit. Mais elle a ajouté que tu es belle, intelligente et que ce serait une bonne chose pour toi que tu trouves un homme qui voit lui aussi ce potentiel en toi. Voilà ce qu’elle a dit.

Elle ne t’a pas suggéré de te prostituer. Au contraire, elle vous a dit et répété à ta soeur et toi qu’elle serait désolée de vous voir vivre de « sponsors » comme certaines jeunes femmes qu’elle a eu l’occasion de connaître. Toi aussi. »

Oui les sponsors, ce n’est pas du tout ce que je recherche. Je sais que certaines…

Ce n’est pas mon genre du tout. Le coup de la fille qui passe la nuit avec un gars et qui le lendemain lui parle de ses difficultés à payer la facture d’électricité, je ne me vois pas dans ce rôle. Je trouve ça glauque au contraire, tu vois c’est pour ça que j’ai mal réagi.

« Parce que tu n’as pas écouté. Hier encore, tu as reçu une suggestion de ce genre. Encore une fois elle émanait d’une femme qui n’a pas ton âge, qui a plus de vécu et qui a pris le temps de t’observer et de t’écouter.

En fait, tu avais déjà reçu de tels conseils avant. Tu as déjà reçu des propositions de ce type également. Emanant de personnes qui pour diverses raisons n’auraient pas forcément plu à tes parents. Peu importe. Tu as reçu ce type de propositions déjà.

Toi, tu ne peux rien faire du tout si le coeur ne suit pas. C’est cette sincérité-là aussi qui permet d’avoir confiance en toi. »

Je vois. Ou comment faire d’une pierre deux coups lol !!!

« Mais peut-être que vous seriez deux à faire d’une pierre deux coups justement. Tu vois, tu n’es pas quelqu’un qui a de grandes ambitions matérialistes et il y a un tas de choses qui t’échappent du fait que l’argent pour toi est un moyen et surtout pas une fin.

C’est ta façon d’être, reste comme tu es. Sache simplement qu’il arrive que la personne qui partage votre vie puisse avoir ce qui vous manque à différents niveaux, pour réaliser vos ambitions matérielles, affectives et spirituelles. D’ailleurs souvent, les couples les plus solides sont ceux où les partenaires ont su voir et valoriser le potentiel de l’autre car cela leur a permis à tous les deux de réaliser des choses sur les trois plans à la fois.

Aussi, ne fallait-il pas entendre, tu es nulle il est évident que seule tu n’arriveras à rien. Il fallait entendre au contraire, tu as tellement de potentiel, trouve quelqu’un qui le verra aussi et qui croira en toi. »

Je vois. Je n’envisageais même pas les choses sous cet angle.

« Avec un tel homme tu pourrais avoir des enfants également. Tu vois tu pourrais te réaliser sur différents plans. »

Ta logique est imparable lol.

« Il n’est pas toujours nécessaire de se battre. Parfois la voie de la conciliation est celle qui convient le mieux. Ces idées que tu trouvais ridicules, le sont-elles vraiment tant que ça ? »

Pas forcément je crois en fait…

« Elles ne le sont pas, bien au contraire. Tu comprendras. »

Merci Gabriel.

Bise à tous ;)

 

Après (mûre ?) réflexion

Après (mûre ?) réflexion 120331014115803579651128

Bonjour à tous,

Peut-être vous souvenez-vous que je vous avais fait part de mon exaspération quant à la pression que je subis au travail. Mes guides m’avaient demandé de réfléchir à froid sur mon désir de porter plainte pour harcèlement moral. Je suis une personne impulsive et je ne maîtrise pas mes émotions il est vrai.

Toutefois aujourd’hui c’est de la souffrance que je ressens et je la vois clairement, que je sois énervée ou calme j’arrive toujours à la voir et à la sentir. Je ne peux pas rester avec ça. J’ai essayé de prendre sur moi, de voir au-delà, rien à faire elle est là, elle est toujours là. J’en ai parlé et j’en parle encore seulement ça ne suffit pas.

J’ai besoin que la situation cesse mais plus encore. Je ne peux pas m’empêcher d’avoir ce sentiment de persécution et d’injustice mêlé qui fait que j’ai envie que l’on reconnaisse ma souffrance. J’ai envie que l’on reconnaisse que je suis fondée à penser que cette situation n’a rien de normale. Mince je me relis et je me trouve ridicule.

En vérité je suis en colère contre moi-même, je m’en veux de ne pas simplement dire ce que je pense et claquer la porte. Je me contiens et essaye de faire de mon mieux mais je n’ai qu’un seul désir chaque jour c’est que 17h arrive le plus vite possible.

Je me souviens que le médecin m’avait dit que j’étais à la limite du burn out. Si elle me voyait aujourd’hui, que me dirait-elle, je me pose la question quand je vois que nous ne sommes que vendredi mais que j’appréhende déjà la réunion de lundi matin où comme d’habitude je vais entendre que le chiffre n’est pas bon etc…

La dernière fois, très curieusement, la gérante ne regardait que moi en insistant sur le fait que si l’argent rentrait davantage tout le monde pourrait en bénéficier. En même temps, les associés ont dû renoncer à augmenter leurs propres salaires au mois de janvier. Ils avaient choisi d’attendre avril mais vu qu’il n’y a eu aucun miracle quelque chose me dit que l’échéance à de nouveau dû être repoussée.

Ce qui me fait penser que j’ai appris par hasard très récemment que certains dans la boite bénéficient de tickets restaurants, alors que je n’en ai pas et que je ne bénéficie pas non plus d’un panier repas. Il est temps que je relise certains textes de lois. Ou que j’agrémente mon dossier parce que j’ai pris ma décision.

Je veux porter plainte. Mais vous allez rire, ça me fait peur. Et puis j’ai une impression d’échec aussi. Je trouve ça triste et dommage. Ce qui alimente ma colère.

Néanmoins, ce n’est pas avec colère mais avec conviction que je vous dis que cette situation que je vis n’a rien de normal et que par conséquent je ne vois pas de raison d’ignorer ma souffrance. Enfin, je ne sais même pas si j’ai une vraie chance d’obtenir gain de cause ou de faire réagir mes employeurs. (arrêtez de rire, on peut rêver) 

Pourquoi ne pas simplement partir ou suivre ce conseil qui m’a été donné aujourd’hui « vas voir le médecin, pleure et fais-toi mettre en congés pour dépression » ?

D’une part, je ne suis pas dépressive. D’autre part, parce que j’aimerais aussi dépasser cette honte que je ressens. Celle d’une femme adulte qui se retrouve dans la position d’une enfant de dix ans.

« Bon, tu allais tomber malade avant tes congés, ces quelques jours que tu as dû prendre à la hâte pour des questions de planning, tu t’en souviens ? », me rappelle Gabriel.

Oui, j’avais remarqué aussi. Je répère les symptômes maintenant, une grande fatigue soudaine qui s’accentue en quelques jours puis soudain des crampes apparaissent aux bras ou à la cheville lol. Cette fois c’était le coude droit.

Les congés m’ayant permis de me reposer, tout s’est arrangé.

« Vraiment ? Alors quelle est cette honte dont tu parles ? Et que fais-tu de ce stress, de ce burn out dont te parlait ton médecin ? Tout est lié. Tu devrais retourner la voir et discuter avec elle. Je te demande de le faire, ensuite tu prendras une décision s’il y en a une à prendre. Restons sur ça d’accord ? Vas voir ton médecin. Parle-lui de cette situation au travail et de tes différents symptômes, de ton sommeil dont la qualité se dégrade. S’il te plait, vas la voir. »

Ok, je vais y aller. Mais je ne vois pas ce qu’elle va pouvoir me dire de nouveau cette fois. 

« Alors tu n’as rien à redouter vas simplement la voir. »

Ok, j’irai demain. 

« Merci à toi. »

Lol, merci à toi aussi. 

Bonne journée à tous ;)

Réponse à Isabelle

Réponse à Isabelle dans Réponses 120330034340803579646997

Bonjour Isabelle,

Je sais quelle discrétion, seulement c’est ici que je souhaitais te répondre parce que peut-être que cela aidera d’autres personnes.

Il y a quelques années, ça me semble hier lol, j’ai fait un rêve un peu spécial. J’étais dans cet espace circulaire, comme coincée là, entourée de tous ces hommes stoïques vêtus de noir qui me regardait courir dans tous les sens et m’agiter en restant impassibles.

Ils me répétaient que ce que je vivais était normal et qu’il n’y avait aucune raison pour moi de m’inquiéter. Mais moi j’étais terrifiée, je n’avais qu’un seul désir c’était celui de m’enfuir et il n’y avait pas d’issue malheureusement.

A cette époque j’avais égaré un collier que je porte depuis mes 13 ans et auquel je tiens beaucoup. Dans ma vraie vie j’entends lol. Eh bien dans mon rêve je le retrouvais seulement il était tout emmêlé autour d’une chaise et je ne pouvais pas le récupérer ce qui m’énervait encore plus.

Dans ce rêve, j’avais la sensation d’être en danger quand je me trouvais en réalité dans l’espace le plus sécurisé qui pouvait être. Je l’ignorais simplement.

J’ignorais tout de toutes façons, je vivais tellement de choses et je ne comprenais rien. Il n’y avait personne pour me dire écoute, voilà ce que tu vis, c’est normal n’aie pas peur.

Du moins je croyais que j’étais perdue toute seule avec tous ces bouleversements que je vivais et qui me poussaient à m’intéresser à tant de choses si éloignées de moi et de mes convictions d’alors. Moi je dormais très profondément contrairement à beaucoup qui ont plus ou moins toujours été conscients de certaines choses.

Je vivais dans ma bulle en deux dimensions, elle me convenait très bien, j’y étais à l’aise et je ne ressentais ni l’envie ni la curiosité d’aller vers autre chose.

A la même période j’ai fait un autre rêve un peu spécial. Je quittais ce qu’on pourrait appeler la civilisation pour m’enfoncer dans un désert brûlant, persécutée par des enfants sales et méchants. Puis soudain, je me suis retrouvée je ne sais comment dans une verdoyante oasis entourée de gentilles personnes qui m’aimaient et qui m’embrassaient.

Cette impression erronée que l’on est démuni, que l’on a pas ce qu’il faut, qu’il nous faudrait les outils adéquats, est courante dès lors que l’on s’interroge avec sincérité, jusqu’à un certain point.

Le premier rêve que j’ai raconté était un rêve évacuateur. J’étais paniquée par tout ce que je vivais, que je voyais ou entendais et que personne autour de moi ne pouvait m’expliquer. Ces personnes stoïques étaient mes guides et ils étaient intervenus pour m’obliger à exprimer ma peur.

Nous ne sommes jamais démunis, seuls ou même ignorants. Lauviah me dit que c’est bien moi que tu as vu dans tes rêves parce que tu as confiance en moi. Admettons, tu n’es pas la première à m’appeler en tant que guide.

Mais tu sais, je n’ai rien à t’apprendre en vérité. Je vois ton chemin tout bleu, sous ton ciel gris par endroits.

Toi tu évolues dans une forêt sombre, pas de désert pour toi. Néanmoins tu es comme un beau rayon de soleil bleu et lumineux au milieu de cette forêt.

Le ciel gris est dû à un entourage qui ne vibre pas aussi haut que toi. Seulement toi tu ne vois que ça. Tu ne te rends pas compte qu’en réalité, la forêt sombre ne l’est que parce que tu ne la regardes pas. Dedans, il y a toutes  les plantes, tous les fruits, toutes les créatures qui  pourraient te permettre de te sentir bien et en phase dans ta double réalité matérielle et spirituelle, jour après jour.

En fait c’est simple, tous les arbres fruitiers sont arrivés à maturité depuis longtemps. Tu n’es pas comme moi il y a quelques années, tu es à un stade bien plus avancé.

Les outils sont là, je ne peux rien te dire d’autre. Tu as toutes les connaissances dont tu as besoin pour discerner et saisir ce qui te convient. Partant de là, apprends à découvrir la forêt, explore, vas te promener. Cherche la biche par exemple. J’en ai vu une et elle a l’air adorable.

Mais bien sûr après il faudra que tu me racontes votre rencontre… On ne se refait pas hein !

Bonne journée à toi et à tous ceux qui ont lu ! ;)

La plus belle des roses

La plus belle des roses 120329051638803579645197

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je voudrais que quelqu’un m’écrive un joli texte, ce que vous voudrez, mais un joli texte.

Merci à vous.

« Je peux t’en écrire un si tu veux ma belle Sylvie. », me propose Lauviah.

C’est vrai ?

« Oui, il était une fois une jolie rose qui faisait la fierté de son jardinier, un très beau prince particulièrement imbu de sa personne.

Certes, beaucoup considéraient que cet orgueil était justifié. Beau, intelligent, doué de nombreux talents, la vie semblait l’avoir consiédrablement gâté et cette rose parfaite était à ses yeux l’illustration de sa propre perfection, d’un aboutissement, de son avènement.

Eh bien, devines-tu ce qu’il advint ? »

Elle fâna fatalement ?

« Oui mais avant cela ? »

« Quelqu’un la déroba et la garda pour lui ! Probablement une femme qui ne s’intéressait pas à lui mais qui par contre considérait que la fleur reflétait sa beauté à elle lol !

« Non. Son père la coupa et la jeta à terre. »

Le pas gentil !

« C’est par Amour qu’il agit ainsi crois-tu ? »

(Après réflexion) Oui pour aider le prince à réaliser la portée de son orgueil.

« Non ma belle enfant, simplement parce que la pomme ne tombe jamais très loin de l’arbre comme tu dis. »

Donc son père était comme lui ?

« Oui. »

Mais plus vieux donc il était jaloux.

« Oui. »

C’est tout sauf une jolie histoire. Par contre je la trouve très banale…

« Alors tu as peut-être besoin de t’intéresser moins aux roses qui poussent dans ton propre jardin. »

C’est toi qui es un pas gentil ! Et je ne vois pas de quoi tu parles…

« Non ? »

Non.

« Eh bien dans ce cas, supprime ton blog. »

Ah c’est ce blog ma plus jolie rose alors…

« Laisse les autres s’exprimer petite fille. Il faut apprendre à se faire confiance en acceptant autrui. Pas à leur détriment. »

Merci Lauviah.

Bonne journée à tous ;)   

 

Il se pourrait bien

Il se pourrait bien dans Mes poèmes 120328124151803579640338

Il se pourrait bien que prochainement les cloches sonnent de nouveau et que le jour, beau jour, se lève,

Un matin bleu et neuf, calme et serein, laisserait la place à une tempête des sens et à un jour chaud, long et agréable,

Comprendre que les nuits se succèdent comme se succèdent parfois les jours, est difficile depuis un monde sans saveur,

Mais le coeur de Celui qui aime est prêt à accepter, à recevoir, Celui-là peut voir le soleil se lever dans n’importe quel ciel.

Et chanter à tue-tête

Et chanter à tue-tête 120327030521803579635484

Bonjour à tous,

Je vous ai déjà parlé de mes formidables talents de chanteuse ? Je ne pense pas non. Pourtant j’adore chanter. Surtout seule dans ma voiture quand la route est dégagée et que je prends du plaisir à rouler. Je chante à tue-tête et aussi fort que je veux, je suis seule.

C’est agréable de pouvoir se lâcher comme ça gratuitement, d’ailleurs en fait j’adore chanter quand je suis seule. Pourquoi pas devant des gens me direz-vous ? Eh bien je le fais aussi, seulement pour tout vous dire, je ne suis pas Whitney Houston.

Alors je me contente de chanter à tue-tête devant des personnes qui m’aiment et qui par conséquent me laissent faire en souriant gentiment. Parce que moi je chante quand je suis gaie, que je suis contente, quand je me sens toute légère ou que je me sens libre et en confiance, comme dans ma voiture !

Ah c’est bien quand même de ne plus entendre ralentis, freine, vas à gauche, à droite…

Mais vous voulez que je vous fasse rire, aujourd’hui ce sont mes guides qui me donnent des conseils quand je conduis lol. Celui de ce matin est tombé à pique je dois dire, cette fichue camionnette stupide qui a tourné sans crier gare…

Heureusement comme ils m’avaient dit de faire attention, j’allais lentement. Enfin bref, je me suis remise à chanter peu après !

« C’est bien, tu cultives ton insouciance, chanter est pour toi comme pour beaucoup d’autres un moyen d’y parvenir. Continuez, même si on vous entend  et que l’on sourit ce qui importe c’est que vous vous sentiez en paix. Tu chantes quand tu es joyeuse, quand tu es gaie, parce que tu es en paix, pleinement dans l’instant. Alors continue de chanter. »

Sammael pour Sylvie.

Merci à toi !

Bonne journée à tous ;)  

Très loin du paradis

Très loin du paradis 120326051513803579630646

Bonjour à tous,

J’ai pris de grandes résolutions aujourd’hui. Je vais me mettre au sport (je dirais bien remettre mais ce serait hypocrite). Par contre je ne sais pas encore quand je vais le faire ni ce que je ferai comme sport exactement toutefois je ne doute pas que quand le courage sera là, je tiendrai cette résolution.

Non parce que ne vous méprenez pas, je n’ai rien contre le sport. Bien au contraire, j’éprouve même de l’admiration pour tous ces courageux qui trouvent en eux la force et la volonté qui clairement me font défaut pour entretenir mon corps comme je le voudrais. C’est que j’ai pris du poids, je trouve ça un peu dommage je dois dire.

J’arrêterai bien les cookies seulement, ça aussi ce serait dommage non ? Moi je pense que si. Imaginez, un monde sans douceurs sucrées, sans chips, sans petit snack à proximité du travail pour aller décompresser. Ce serait bien malheureux, je suis sure que vous partagez mon avis.

Je veux dire, j’ai besoin d’un peu de sucre quand je rentre chez moi le soir ou quand arrive cet affreux dimanche soir car autrement, comment évacuer toute la pression reçue durant la journée ou évacuer l’angoisse de la semaine, longue semaine, qui se profile ?

C’est toujours pareil, le vendredi soir semble si plein de promesses quand enfin on quitte le bureau, les supérieurs et les objectifs que l’on ne manque pas de nous rappeler jour après jour. Mais voilà comme un traître dimanche arrive à la vitesse de la lumière et son soir nous prend par surprise.

Dur, il faut déjà s’en retourner dans la méchante gueule du loup. A la réflexion, si, je sais dans quelle discipline je vais m’inscrire. Je sais comment ne plus avoir besoin de bonbons ou autre chips, je vais choisir la boxe. Je n’aurais qu’à poser la photo de la gérante de la boîte qui m’envoie de gentilles citations sur ma boîte mail maintenant, directement sur le punching ball. Ou non mieux, je demanderai à un sosie de me servir de sparing partner. Ce sera encore plus jouissif.  

C’est drôle, je ne suis pas fan de sport de combat normalement. Mon père m’a proposé combien de fois de me mettre au judo comme ma soeur ou lui. Je n’ai jamais accepté, l’idée de donner ou pire, de recevoir des coups ne m’attire pas du tout. Mais  vu qu’en ce moment j’ai déjà le sentiment de prendre beaucoup de coups, je me dis que j’aimerais bien en rendre quelques uns aussi finalement.

Par exemple moi aussi je pourrais me cacher derrière des généralités ou des citations d’auteurs connus pour m’exprimer de manière indirecte. Mais, moi je suis juriste. Je préfère une autre méthode. Qu’elle continue de me faire « Bip! » avec ces citations stupides tant qu’elle me les envoie par écrit. Comme ça j’aurais un beau dossier à présenter quand à mon tour je porterai plainte pour harcèlement moral.

Autre chose, il n’est fait mention d’aucun objectif dans mon contrat de travail. Et je ne suis pas stupide au point d’ignorer que quand on a des choses concrètes à reprocher à quelqu’un, on ne tente pas de le pousser à bout. Alors je souhaite de tout mon coeur qu’elle continue de m’écrire, de m’envoyer ses petites phrases perfides en tournant autour du pot comme elle le fait. Moins je lui réponds, plus elle perd son sang-froid. Plus j’ai de chances de voir mon dossier s’étoffer.

J’avais décidé de chercher une autre place et de m’en aller, simplement. Toutefois, je pense qu’il est des batailles qui mérite d’être livrée, on ne traite pas les gens n’importe comment. Alors me direz-vous, pourquoi ne pas lui répondre ?

Eh bien tout simplement parce qu’il y a une chose qu’elle n’a jamais osé faire, c’est me dire franchement, Sylvie, je te reproche telle chose. Non, elle se contente d’être sur mon dos et de tourner autour du pot. Et de m’envoyer des citations débiles. 

Cependant comme je vous l’ai dit, c’est une aubaine pour moi qu’elle me les envoie par écrit. C’est très difficile de prouver le harcèlement moral et ça ne met pas dans une très bonne position d’attaquer un employeur.

Aussi faisons les choses dans l’ordre, continuer à travailler honnêtement, imprimer tous les messages qu’elle m’enverra, tenir un journal des faits les plus marquants, et bien entendu trouver une autre place.

Néanmoins je regarde, franchement quelle liste,  que d’énergie à dépenser aussi…

Cela vaut-il le coup sachant qu’il y a quelques jours encore une simple gousse d’ail m’a rendu bien malade ? (arrêtez de rire, je ne savais pas qu’il fallait enlever le germe quand on a des intestins fragiles !)

En vérité je suis surtout stressée et énervée et je me dis que je ne peux pas accepter cette situation comme ça tant je la trouve injuste. Cette femme est surtout jalouse de la facilité avec laquelle j’ai eu cet emploi. Elle m’en veut de ne pas faire de miracle du coup. Tout comme elle m’en veut d’avoir une voiture neuve. Et de ne pas galérer pour joindre les deux bouts puisque je vis chez mes parents, non attendez, ça ce sont les associés.

Je me souviens de cette discussion qu’on a eu un jour sur le découvert autorisé. Mes collègues de se réjouir d’en avoir un suffisamment important pour leur permettre de boucler leur budget chaque mois, et moi qui les écoute en restant impassible.

Du coup il y en a un qui me demande et toi comment tu gères le tien ? Et bien sûr au lieu de répondre, oh la la heureusement que j’ai cette autorisation de découvert, je ne sais pas comment je ferais autrement ! J’ai eu la mauvaise idée de répondre honnêtement, non mais moi c’est bon j’en ai pas besoin.  

Erreur fatale. Une de mes collègues scrute chaque nouveau vêtement que je porte, chaque bijou, chaque vernis à ongle. Non je n’exagère pas et c’est l’une des plus virulentes derrière mon dos. A chaque erreur que je fais elle se précipite chez la directrice, quand elle ne fait pas ça pour les autres. Je le sais parce que je vois comme elle agit.

Du coup je me retrouve à entendre des choses telles que, on n’est pas là pour rester là à attendre son salaire. Une fois admettons, j’aurais pu l’encaisser. Mais quand je constate que l’on me demande de faire plus en moins de temps, que je parviens à le faire et qu’on continue d’être sur mon dos et à faire des commentaires sur la femme même que je suis, je suis déçue et en colère.

Toutefois moi je ne vais renter dans personne, je l’ai fait une fois, ça ne m’a pas aidée. Il faut savoir rester clame, je vais rester clame mais pas inactive, je ne peux pas. Je vais m’en aller, mais je porterai plainte c’est décidé.

« La meilleure défense c’est l’attaque dites-vous et toi tu es toujours prêt à sortir tes griffes. Eh bien non ma belle enfant, tu vas les couper et aller te reposer. Il n’est jamais bon de prendre des décisions sous le coup de la déception. Quand tu seras calme, vois si tu es toujours décidée. Si tel est le cas, alors seulement nous te soutiendrons. »

Merci Roéchel. 

Bonne journée à tous ;)  

C’est de la joie

C'est de la joie  dans Anges 120325075401803579629427

« C’est de la joie d’être que naît le plaisir de vivre. »

Gabriel pour Sylvie.

 

Ainsi font, font, font…

Ainsi font, font, font... 120324075357803579625071

 

Bonjour à tous,

J’ai bien aimé vous voir vous demander ce qu’étaient les Anges pour nous ou ce que nous sommes pour eux. Enfin, plus largement ça pose la question de ce que sont nos guides par rapport à nous.

Je tiens à le préciser tout de suite, cet article n’a pas vocation à préciser quoi que ce soit à ce sujet. Vous aurez remarqué que je n’ai répondu à personne pour le coup. Ne me remerciez pas, je sais que vous appréciez de découvrir certaines choses par vous-mêmes et l’Amour quel que soit sa forme ne s’explique pas nous le savons tous.

Aussi je vous souhaite un bon weekend et pas de trop de réflexions parce que de toutes façons, chacun trouve ses réponses quand il est prêt à les recevoir. Pour ma part, j’ai eu droit à mon explication, la raison qui fait que nous sommes tout à la fois les parents et les enfants, tour à tour et en même temps. Comme au sein de nos belles familles terrestres en fait. Après qu’est-on prêt à accepter de voir, c’est une autre question, certes toutefois elle a son importance.

Par exemple, combien parmi nous sont-ils bien certains qu’il est évident que nous devons faire quelque chose de nos vies ?

Non c’est vrai, tous ces fainéants qui se contentent du premier travail alimentaire venu sans voir plus loin que leurs besoins immédiats ou pire que leur petite personne. Ceux-là, ce sont des enfants ? Alors ceux qui sont capables de voir plus loin, ce sont les adultes c’est ça ?

Pourquoi ? Heureusement avec les guides on n’a pas à se poser de questions parait-il, ils sont forcément au-dessus de nous…

Non ?   

Bon, je serais bien restée continuer à déblatérer mais je dois sortir alors je ne vais pas m’éterniser.

Bonne journée à tous ;)     

Le jour où apparaît la forêt

Le jour où apparaît la forêt 120322015541803579614226

Bonjour à tous,

Aujourd’hui encore Gabriel souhaite que nous parlions d’enfants que je n’ai pas et que je ne compte pas avoir dans un futur proche. Je lui demande, pourquoi ?

C’est vrai, j’ai dit tout ce que j’avais à dire sur la question. Alors il te reste à écouter me répond-il. Ecouter qui ? Les autres ? Les enfants des autres ?

« Ecoute c’est tout. Ecoute et laisse la vie te raconter de quelle manière il est possible parfois de découvrir ce qu’il y a de plus beau ou de plus redoutable en soi.

Tous les Hommes ne font pas de bons parents. Serais-tu une bonne mère ma jeune Sylvie ? »

J’espère…

« Qu’est-ce qu’un bon parent ? »

Honnêtement je ne sais pas, un parent qui aime et qui se montre à l’écoute, qui protège et qui sache mettre des fessées aussi lol. Attend si je sais, le bon parent c’est celui dont on voit clairement les défauts et que bien souvent on enverrait bien ballader tant il nous tape sur les nerfs ( quand on ne se « charcle » pas franchement). Toutefois, c’est également et surtout celui vers lequel on sait qu’on pourra toujours se tourner parce qu’il nous accueillera toujours.

Le bon parent c’est celui qui ressemble à un pilier. Mes parents me font penser à des piliers c’est pour ça que je dis ça. Je n’ai pas cherché loin l’image du bon parent je le reconnais. Les miens, ce sont des personnes normales et donc ils ne sont pas parfaits. Mais il se trouve que je les aime bien moi. Donc ce sont de bons parents lol ! Finalement ce n’était pas si dur de te répondre Gabriel ! Même si du coup c’est une réponse contestable parce que très personnelle. Elle correspond surtout à mon propre vécu.

« Qu’est-ce qu’un mauvais parent ? »

Un mauvais parent…

Je sais c’est celui qui bat, qui néglige, voire pire.

« Et en-dehors de cet extrême petite fille, plus rationnellement. Ne réponds pas avec émotivité. »

Ok lol, c’est celui qui est fermé, buté, refuse de tenir compte de la personnalité et de la sensibilité de ses enfants, celui qui impose sans cesse sans tenir compte des sentiments des autres. Mais celui-là se conduit ainsi avec tout le monde en général. Il a raison et c’est tout. Encore une fois c’est un avis très personnel, je ne supporte pas ce type de personnes autoritaires et froides. On dirait qu’elles n’ont pas de coeur, qu’il n’y a que leur petit esprit étroit. Et qu’elles voient le monde en noir et blanc alors qu’il est plein de couleurs.

Le mauvais parent c’est celui qui n’est pas capable de voir la « flamme » de ses enfants. En même temps, comme il est obnubilé par le très pâle reflet de la sienne…

« Selon toi, qu’est-ce qui serait le plus important dans le rôle de parent ? »

Le plus important ? En plus d’aimer les enfants ?

« Oui, au quotidien. »

Je dirais être là. Etre là pour de vrai en s’intéressant à eux, à ce qu’ils vivent. Mes parents continuent de me demander tous les soirs si j’ai passé une bonne journée et ils m’écoutent quand ça n’a pas été le cas. Quand j’étais à Marseille ils téléphonaient très régulièrement simplement pour prendre de nos nouvelles.

Je pense que le plus important c’est d’être là.

« Tu as beaucoup décrié tes parents sur ce même blog. »

C’est vrai.

« Pourquoi ? »

Parce que je suis loin d’être toujours d’accord avec eux.

« Pourtant, tu les aimes. »

Je n’ai jamais dit le contraire. Je n’ai jamais dit non plus qu’ils n’étaient pas des parents aimants. Il est évident à mes yeux qu’ils nous adorent mon frère, ma soeur et moi. Maman a encore été acheter de l’eau pour ma soeur qui ne vit plus avec nous. Sans qu’elle le lui demande.

« Elle t’achète aussi tes bouteilles d’eau. Tu gagnes ta vie, tu pourrais le faire. »

Oui c’est vrai.

« Tu as raison ce sont de bons parents. Et vous le savez tous les trois. Celui qui a connu l’Amour, la protection, la chaleur dans son enfance ne pourra jamais l’oublier. Tout comme tu n’oublies pas que ta maman et ton papa ont toujours cédé à tes caprices ma belle petite Sylvie. Ils ont également su hausser le ton quand il l’a fallu, toutes les fois où il l’a fallu. »

Lol ! 

« Les bons parents sont ceux qui ont des enfants qui savent rire, c’est tout. Ensuite quand ils grandissent les bons parents ont parfois auprès d’eux des adolescents en crise, mais cela ne change rien au fait que quelque part, leur ado sait ce qu’est le fait de rire et d’être joyeux. Simplement, c’est à lui de commencer à faire sa part dans le processus. On vous élève mais c’est à vous de grandir, intérieurement et cela prend du temps.

Souvent vous êtes adultes depuis longtemps quand apparaît la maturité, mais tu vois ma jeune Sylvie, la maturité ce n’est pas la sagesse des images, c’est celle des enfants qui savent rire.

Un jour il est normal de ne plus être d’accord avec ses parents tout en étant en paix avec soi-même. Quand tu auras toi-même des enfants, tu comprendras que vous apprenez autant en étant élevé que lorsque vous élevez vous-mêmes parce que pour savoir donner il faut apprendre à recevoir. Or ce n’est pas toujours simple de recevoir d’un enfant, cela exige une forte dose d’humilité.

Tu vois, tu as dit que tes parents te semblaient tels des piliers. Eh bien, il faut pouvoir accepter d’être ce pilier tout en sachant que derrière soi, il y en a des tas d’autres, toute une forêt remplie d’arbres qui représentent autant de piliers, pour autant de parents et d’aïeux.

Tu ne vois pas cela aujourd’hui, ton esprit baigne encore dans une insouciance plus grande que tu ne le penses mais ce n’est pas grave. Reste comme tu es et le jour où t’apparaîtra la forêt, c’est que tu seras toi-même prête à être le pilier. Ce sera une belle chose, tout arrivera alors parce que ce sera le bon moment et tout sera donc parfait.

En vérité Sylvie, ces trois articles véhiculent un certain message. Tu ne le comprends pas encore, ce n’est pas important. La famille est de loin la construction la plus importante sur Terre. La famille n’est pas forcément biologique. Ce peut-être une famille de coeur, une famille spirituelle. C’est toujours une forêt dans laquelle chaque arbre représente un pilier. Tous les arbres toutefois n’ont pas le même âge, la même maturité. Mais tous sont ancrés à la même terre et c’est cela qui est fondamental.

Aujourd’hi tu ne mesures pas l’importance de ce discours, néanmoins il te restera et un jour, tu comprendras. »

Merci Gabriel.

Bonne journée à tous ;) 

123

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause