Accueil Entités sombres Creux, creux et encore creux

Creux, creux et encore creux

11

Creux, creux et encore creux dans Entités sombres 120508053320803579821807

Bonjour à tous,

J’ai eu une affreuse journée. J’étais fébrile ce matin, je ne me sentais pas bien et finalement, j’ai vu arriver le moment où j’allais péter un câble.

Bon, mon médecin avait raison. Je me voyais quand même bien plus loin du burn out je dois dire. Je veux dire, je n’ai pas explosé, mais ce n’est pas passé loin, c’était vraiment très près, si près en fait que j’ai vu l’instant arriver seulement grâce à je ne sais quelles ressources cachées, je suis parvenue à me contenir avant de recevoir un avertissement justifié pour insubordination. 

Je ressentais une telle colère… Pour un rien, je veux dire, pour une énième chose que j’ai vu comme de la mesquinerie de la part de cette femme que je déteste profondément maintenant et qui est sans cesse sur mon dos à chipoter sur des détails idiots et insgnifiants quand TOUT LE MONDE fait les choses comme il en a envie. Ca m’énerve !

« Que s’est-il passé ? », me demande Sammael.

Je n’ai pas supporté un reproche que je trouvais injustifié. Je me suis énervée et je me suis montrée ironique, ce qui lui a donné le sentiment que je me fichais d’elle. Elle n’a pas apprécié et elle a repris ce ton autoritaire qui m’irrite par-dessus tout et c’est là que j’ai senti que j’allais péter les plombs franchement.

« Qu’est-ce que tu veux ? »

Je veux voir mon médecin, je vais lui raconter ce qui s’est passé et lui demander de m’arrêter.

« Elle te redemandera d’aller voir la médecine du travail et te prescrira des médicaments cette fois, sans te demander ton avis. »

J’aurais été sans le moindre scrupule s’il n’y avait pas eu la directrice. J’ai du respect et de l’affection pour elle, c’est là l’unique raison qui fait que je n’y suis pas encore allée. S’il n’y avait que la gérante, j’aurais été voir l’inspection du travail en pleurant tout de suite après avoir quitté les locaux de la médecine du travail !  

« Tu voyais le fait d’être arrêtée pour dépression comme un véritable échec. »

Ce ne serait pas une victoire personnelle reconnaissons-le. Que va penser ma famille ? Je me sens tellement stupide vis-à-vis de cette situation. Je suis toujours très en colère. Tu vois, je me dis que ce n’est pas grave, il faut juste que je trouve un autre emploi. Je me dis que je me noie peut-être dans un simple verre d’eau. Mais Astaroth me dit que ce n’est pas un verre d’eau, que si ma santé est en jeu ce ne peut pas être un verre d’eau. Elle me dit que péter un câble c’est grave et que je dois en prendre la mesure.

Seulement quand je fais ça je me sens encore plus honteuse.

« Pourquoi ? »

Parce que j’ai envie de fuir mais que je ne trouve pas le courage de le faire.

« Pourquoi ? »

Parce que je ne peux pas partir si je n’ai pas un autre travail !

« Alors où est le manque de courage ? Comment paieras-tu ta voiture si tu n’as plus d’argent ? Tu te heurtes simplement à ta réalité. Il n’y a pas à en avoir honte.

Revenons sur ce qui s’est passé aujourd’hui. C’est le trop plein d’émotions qui l’a emporté sur ton esprit, tu le sais déjà. Pourquoi es-tu si bouleversée, si mal à l’aise ?

Pourquoi ton médecin ne t’a-t-elle pas dit d’aller voir un psychiatre ? Elle n’avait pas hésité à te conseiller de consulter des confères quand tu étais allée la voir pour tes fibromes ou tes intolérances alimentaires.

Aujourd’hui elle surveille tes taux de vitamines et surtout ton anémie, mais lorsqu’elle pense qu’il te faut un spécialiste elle te le dit. Or, elle t’a dit que tu étais sur le point de « péter un câble », à deux reprises, elle aussi à employé cette expression. Mais tout ce qu’elle te conseille c’est de trouver un autre emploi ou d’aller voir la médecine du travail.

Elle ne t’envoie pas chez un confrère. Pourquoi ?

Je vais te le dire ou plutôt te le rappeler, le harcèlement moral est une réalité et quand tu lui as parlé, quand elle t’a fait parlé, elle a compris d’où venait ton actuel problème.

Si quelqu’un d’autre aujourd’hui t’avait fait ce fameux reproche de trop, tu l’aurais pris autrement. Le problème est qu’il venait de la gérante. Encore. A tes yeux voilà ce qui s’est passé, cette femme s’en est pris à toi une fois de plus que ce que tu te sentais capable de supporter.

Ce qu’elle a compris. Même si elle n’est pas forcément prête à l’admettre.

Il y a autre chose, finalement il semble que beaucoup te prennent pour confidente. Mais tu es empathe ma belle Sylvie, tu n’es absolument pas capable de gérer ton empathie en ce moment, moins que d’habitude encore. Tu ne sais que faire du poids de toutes ses confidences qui se croisent dévoilant des vérités que tu n’avais finalement pas besoin de connaître. Tu vois qui rêve de prendre la place de qui et de quelle manière cela se joue. Mais toi, tu sens surtout les malaises que cela génère.

Ajouter à ton propre sentiment de mal-être, qui n’est pas que le fruit de ta sensibilité, tu perds pieds. Ce n’est pas dans un verre d’eau que tu te noies mais dans un océan bien trop agité pour toi.

Il n’y a pas d’endroit où tu puisses te retirer, pas d’espace au calme, pas de zone de confort actuellement dans ta vie, voilà le résultat. Tu aurais supporté ce qui se passe à ton travail, si tu avais pu trouver du réconfort dans ta vie privée. Or ce n’est pas le cas.

Ce qui arrive était prévisible à moyen terme. Cela fait des mois que nous te disons que tout est affaire d’équilibre. Tu vis sur la pointe des pieds, ne sachant où les poser vraiment.

Ce n’est pas un arrêt maladie de quelques semaines qui te permettra de retrouver la sensation du sol sous tes pieds. Il est temps d’envisager plus large qu’une reconversion professionnelle et surtout plus réaliste.

Aujourd’hui tu n’es pas en état de faire le bon choix quant au travail qui te conviendrait vraiment, tu as envie de fuir ton mal-être. Ce qu’il faut considérer c’est que justement, il n’y a pas de zone de confort dans ta vie en-dehors de ta spiritualité.

Je ne suis pas e train de te parler de ce que tu as déjà et qui doit être vu comme de simples moyens superficiels de panser de profondes plaies. Sortir pour sortir est agréable sur le moment mais ça ne t’apporte pas grand-chose et tu le sais. 

Les activités manuelles sont déjà plus intéressantes pour toi que le fait de sortir juste parce qu’à ton âge il faut le faire. Ton envie de faire du sport pour entretenir ta ligne ne vaut pas mieux. Creux, creux, encore creux. 

Dans le même esprit, ne travailler que pour gagner sa vie sonne tout aussi creux. Il n’est pas étonnant que tu aies cette sensation de gâchis.

Non, il est largement l’heure de te réveiller et d’admettre que tu as envisagé toute ta vie sous le mauvais angle voilà tout. Il est temps de considérer les choses autrement. Ton moteur étant l’Amour, comment ne parviens-tu toujours pas à comprendre que tant que ce que tu fais, les personnes que tu fréquentes ne trouveront pas un écho profond dans ton coeur, tu resteras dans le creux ?

Comment ne parviens-tu pas à comprendre cela ?  Ta désastreuse gestion de ton empathie te rend si émotive que tu en viens à craindre des situations que tu es tout à fait capable de gérer comme la désapprobation ou la déception d’autrui.

Que va penser ta famille as-tu dit ?  Mais pourquoi t’en soucier si toi tu te sais en accord avec toi-même ?

Ce qui t’arrive aujourd’hui est le résultat non pas d’un manque de courage, mais d’une vie qui ne te correspond pas, c’est tout.

La solution est évidente, il n’y a pas qu’un seul point à revoir. Et si tu veux un conseil petite fille, regarde effectivement ailleurs, là où tout te paraît simple, clair et sûr. »

Simple, clair et sûr ?

« Reste sur le passage protégé. »

Je vois, merci Sammael.

« Vois surtout que les difficultés souvent paraissent plus grandes qu’elles ne le sont réellement. »

Ok.

Bonne journée à tous ;)

  • Ni Ombre ni Lumière

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie et je vous souhaite la bienvenue sur ce blog. Je…
  • La cime des arbres

    Bonjour à tous, Alors, « l’amour et le travail sont liés » sig…
  • Toujours du temps

    Bonjour à tous, « Eh bien, belle enfant, tu cours après le temps ? »…
  • Une journée dans ma vie ?

    Bonjour à tous, « Alors, tu n’es pas tentée par le fameux article, une jo…
Charger d'autres articles liés
  • La cime des arbres

    Bonjour à tous, Alors, « l’amour et le travail sont liés » sig…
  • Toujours du temps

    Bonjour à tous, « Eh bien, belle enfant, tu cours après le temps ? »…
  • Une journée dans ma vie ?

    Bonjour à tous, « Alors, tu n’es pas tentée par le fameux article, une jo…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • La chasse

    Bonjour à tous, « Alors, cette personne que nous allons continuer d’appel…
  • Cette fois.

    Bonjour à tous, « Tu as mal dormi la nuit dernière ? », me demande A…
  • Identités

    Bonjour à tous, « Tu sais qui était le chasseur finalement. », me di…
Charger d'autres écrits dans Entités sombres

11 Commentaires

  1. crystallia

    10 mai, 2012 à 3:34

    Coucou,

    Merci pour votre soutien.

    Bise ;)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Mon jardin fleuri

Bonjour à tous, Aujourd’hui je vous propose un petit exercice que nous allons appele…