Accueil Petites histoires Des larmes et des mots

Des larmes et des mots

18

Des larmes et des mots dans Petites histoires 120520094311803579879107

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je vais vous raconter une petite histoire. Une femme absolument superbe, dont la beauté n’avait d’égal que la gentillesse, avait trouvé le moyen de tomber amoureuse du pire coureur de jupons possible.

Ses parents se désolaient chaque jour de la bêtise de leur fille qui avait fait d’elle et de leur famille la risée de la ville en épousant un homme qui se cachait à peine de ses nombreuses maîtresses. On disait même qu’il avait déjà deux enfants illégitimes qui habitaient non loin…

Qu’attendait-elle pour demander le divorce ? Elle dont le ventre restait définitivement plat par contre ! Sa mère n’en pouvait plus d’entendre chuchoter dans son dos, de « bonnes amies » lui avaient rapporté que sa magnifique fille, dont la beauté avait longtemps fait sa fierté, était frigide, d’où le fait que son cher mari aille voir ailleurs.

Frigide ! Bientôt on la dirait stérile, cette bonne à rien qui avait abandonné ses études en première année pour épouser ce cavaleur ! 

Mais comment les choses avaient-elles pu dégénérer à ce point ? Sa pauvre fille n’était pourtant pas si stupide, elle le savait bien. Pourquoi restait-elle avec un homme qui ouvertement se moquait d’elle.

Elle lui avait naturellement posé la question, mais la jeune femme lui avait simplement répondu qu’elle était amoureuse.

A ce point-là, s’était écrié la mère qui en vérité souffrait de savoir sa princesse adorée prise dans une union qui objectivement ne pouvait pas la rendre heureuse. Plus personne ou presque ne la respectait voyant qu’elle tolérait le comportement de son époux.

Pourquoi ? Elle pourrait aisément trouver quelqu’un d’autre pensait la mère qui eut un jour une idée. Pourquoi attendre que le hasard se charge de mettre sur sa route quelqu’un de bien ? Elle allait trouver elle-même l’homme qu’il faudrait à sa fille. Après tout son gendre ne se gênait pas lui.

Elle entreprit donc de sélectionner plusieurs jeunes gens, qu’elle-même trouvait tout à fait convenable, et de les présenter à sa fille un à un, sous quelques prétextes fallacieux.

Elle faisait leur apologie ensuite, vantant leurs qualités, minorant leurs défauts. La jeune femme ne fut pas dupe longtemps, toutefois elle décida de faire semblant de rien.

Jusqu’au jour où elle tomba enceinte. Sa mère crut mourir en apprenant la nouvelle, elle versa toutes les larmes de son corps, comprenant que sa fille chérie resterait encore longtemps avec ce mauvais mari.

Elle alla lui parler franchement, lui dit tout ce qu’elle avait sur le coeur, lui expliqua combien elle souffrait de voir son enfant si belle, si intelligente mariée à un homme si odieux qui découchait, faisait des enfants à droite à gauche et ne s’en occupait même pas !

Ce fut la dernière fois qu’elle fut reçue chez son enfant, celle-ci lui ferma définitivement sa porte, se contentant désormais de la saluer poliment quand par hasard elle la croisait dans la rue.

La malheureuse mère eut le coeur brisé et elle reporta sa colère et son amertume sur ce gendre qui lui avait pris ce qu’elle aimait le plus au monde. Elle ne comprenait pas que sa fille, son bébé, ait préféré lui tourner le dos à elle, qui ne désirait que son bien. Elle ne le comprit jamais. Car parfois la meilleure manière d’aider une personne, c’est simplement de rester là. Encore faut-il en avoir la force.

Bonne journée à tous ;)

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • En prenant une décision

    Bonjour à tous, Joli mois de janvier, j’ai enfin pu m’inscrire à ma formation.…
  • Notre propre film

    Bonjour à tous, Il fait beau, il fait chaud et je me passionne pour une nouvelle série, Ka…
  • Bonne année 2023

    Bonjour à tous, Tout d’abord, je vous souhaite à tous une très belle année 2023. Qu&…
Charger d'autres articles liés
  • En prenant une décision

    Bonjour à tous, Joli mois de janvier, j’ai enfin pu m’inscrire à ma formation.…
  • Notre propre film

    Bonjour à tous, Il fait beau, il fait chaud et je me passionne pour une nouvelle série, Ka…
  • Bonne année 2023

    Bonjour à tous, Tout d’abord, je vous souhaite à tous une très belle année 2023. Qu&…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Les gâteaux moelleux des jours pluvieux

    Bonjour à tous, « Tu as fini de manger des M et Ms ? », me demande S…
  • Une simple histoire

    Bonjour à tous, « Puis-je te raconter une histoire ? », me propose S…
  • Calme et équilibre

    Bonjour à tous, « Je te raconte une petite histoire ? », me propose …
Charger d'autres écrits dans Petites histoires

18 Commentaires

  1. Catrene

    22 mai, 2012 à 18:17

    Hello

    Cette histoire ne me plait pas, finie comme ça. Ce doit être mon côté bisounours.

    Alors admettons que la fille ait fait de la communication non violente (CNV). Admettons qu’elle ait aussi connaissance des accords toltèques (en fait, à bien y réfléchir, ça fait double emploi, mais passons).

    Donc la maman sort ce qu’elle a sur le coeur.

    La fille écoute et, 2ème accord toltèque, n’en fait pas une affaire personnelle. Explication : la mère ne lui fait part que de son inquiétude à elle et de ses peurs. Son besoin sous-jacent? Savoir que sa fille est heureuse, être rassurée sur le sort de son enfant. Elle a besoin de cette sécurité car son décodeur personnel ne lui permet pas d’être rassurée sur le sort de sa fille. Avec l’idée qu’elle a du monde, des hommes et d’un mari « bien », sa fille ne peut pas, dans l’esprit de sa mère, être heureuse avec le mari qu’elle a choisi. Comme la mère n’est pas initiée à la CNV, plutôt que de faire part calmement de ses sentiments et de ses besoins à sa fille, elle lui sort tout en vrac.

    Pas grave ceci dit, la fille lui dit « OK maman, tu es inquiète, tu as besoin d’être rassurée, alors sache que mes propres besoins sont comblés [là, elle développe]« .

    Après un échange empathique (au sens de la CNV), tout le monde a clarifié ses sentiments et ses besoins (la bonne nouvelle tout de même, qui figure dans les données de base, c’est tout de même que la mère vienne ouvrir son coeur à sa fille, non?).

    La fille a toujours une mère et la mère a des chances de connaître son petit-enfant. Son gendre ne lui plaît toujours pas, mais … elle s’en fout! Il rend sa fille heureuse, point sur lequel elle est rassurée.

    CQFD ! :)

    Voilà le monde dans lequel je veux vivre. Comme disait Martin, « j’ai un rêve ».

    Bisous à tout le monde

    PS : une mère, on n’en a qu’une. en règle générale.

  2. Isabelle

    22 mai, 2012 à 17:52

    Merci miss X
    je t’embrasse aussi tiens! ;)

  3. Miss X

    22 mai, 2012 à 13:50

    Isabelle !

    Vouloir le bien? Qui peut savoir Où est le bien de l’autre?
    ( Aimer c’est accepter et accompagner.)

    waou! 5/5 approbation lol
    bien dit , vraiment , sa fait du bien de lire une mentalité pareille

    Bises ;)

  4. crystallia

    22 mai, 2012 à 11:44

    Coucou !

    Ce n’était pour personne en particulier. Toutefois c’est bien une histoire qui se lit à plusieurs niveaux et qui peut donc nous toucher individuellement de manières bien différentes.

    Bise ;)

  5. Laurence

    22 mai, 2012 à 11:42

    Bonjour Sylvie,

    Voilà qui me parle et qui ne pouvait être plus d’actualités pour moi en ce moment.

    J’ai une fille de bientôt 16 ans et il est toujours difficile de vouloir protéger son enfant tout en sachant rester à sa place, et le laisser vivre ses propres expériences.

    Ma mère a tellement voulu me protéger que j’ai vécu mon adolescence sur le tard lol. Quand j’y repense ça me fait bien marrer, dans le rôle de cruche j’avais la première place…

    J’ai donc décidé de laisser ma fille vivre ses expériences avec tout ce que ça peut impliquer en « essayant » de m’en mêler le moins possible. Et en lui évitant les fameux « je t’avais pourtant prévenue » lol.

    Mais c’est dur de ne pas se sentir concernée quand votre fille pleure toutes les larmes de son corps dans vos bras et que vous êtes là, impuissante et seule à ramasser les morceaux.

    Mais bon, que faire d’autre à part être là ?

  6. Isabelle

    22 mai, 2012 à 10:48

    Bonjour Sylvie
    Vouloir le bien? Qui peut savoir Où est le bien de l’autre?
    Aimer c’est accepter et accompagner.
    Je t’embrasse

  7. Atellys

    22 mai, 2012 à 7:32

    Oui aimer c’est aussi laisser l’autre vivre ses expériences même di on est pas d’accord ou qu’on en souffre. Et c’est ptet le plus difficile aussi…

  8. Miss X

    22 mai, 2012 à 6:16

    Bonsoir Sylvie ,

    J’ai horreur de la mère
    bref non je ne reporte pas , c’est plus profond qu’avoir eu la mienne

    j’ai horreur de tout ce que ce poème évoque , je n’ai rien contre le gendre et la fille mais malheuresement contre les sales langues , qui ouvrent leur bouche sans rien savoir à rien

    Tss lol , terrible pour un début de matinée

    Bises ;)

  9. Le Pèlerin

    22 mai, 2012 à 4:57

    Bonjour : )
    Petite histoire tristounette, en plus je vois pour qui c’est… : /
    Mon intérieur me le dit, j’espere me tromper…

  10. lapriereducompositeur

    22 mai, 2012 à 2:03

    Les gens qui restent ne sont jamais légions.

Consulter aussi

Is it time yet ?

Bonjour à tous, « Quelle surprise, te voir tomber sur une jolie comédie romanti…