Archive pour juillet, 2012

Reste comme tu es

Reste comme tu es dans Anges 1207310222148035710160759

Bonjour à tous,

Aujourd’hui la directrice est rentrée de congés. Elle m’a félicitée pour mon travail. J’ai été tellement surprise que je lui ai répondu franchement et devant mon hypocrite de collègue (un des associés) qu’elle était bien la seule à être satisfaite de moi. Franchement, ces félicitations et encouragements tranchent tellement avec ce que j’ai l’habitude d’entendre et surtout à ce à quoi j’ai eu droit la semaine dernière. Ça m’a fait du bien. De lui dire ce que je pensais aussi.

Je lui ai expliqué que je ne pouvais pas accepter que ce que l’on me reproche le plus ce soit de rester dans mes attributions quand petit à petit sa gérante de fille me retire toutes mes responsabilités, mes clients les plus intéressants. Je me retrouve avec ceux dont personne ne veut, à quelques exceptions près grâce à la directrice et au fait que certains ont fait savoir qu’ils m’appréciaient. Heureusement !

Toute la semaine dernière je savais ce que j’attendais, je savais que j’allais obtenir des résultats et c’est arrivé. Mais non, ça n’est jamais suffisant. Depuis que j’ai dit que mon médecin m’avait conseillé d’aller voir la médecine du travail, plus personne n’ose me dire en face et de manière directe tu ne travailles pas assez.

« Mais toute la semaine dernière la gérante a répéter qu’elle attendait plus de chacun et qu’avec des résultats aussi décevants il n’était pas possible que certains attendent huit heure moins cinq dans leurs voitures ou partent à 17h pile. Légalement elle n’a pas le droit de te demander de rester jusqu’à 18 h chaque soir sans te proposer de compensation. Elle n’a pas le droit de te demander de sortir, d’utiliser pour ce faire ta propre voiture quitte à te payer l’essence ou même de te proposer la voiture de la société car l’assurance ne te couvrirait pas.

Elle n’a pas le droit de te demander de faire la vaisselle du café… »

Je ne bois même pas de café, pourquoi serait-ce à moi de faire la vaisselle ? Heureusement que personne ne m’a jamais demandé ça !

« Mais elle te reproche de ne pas te montrer plus disponible surtout maintenant que tu as ton permis. »

Et si j’ai un accident, qui me couvre ? Elle me dit qu’elle me paierait le plein si nécessaire, qu’elle me passe la voiture de la société. Et bien sûr, qu’elle me paye aussi les heures supplémentaires afférentes aux sorties.   Non parce que, ce qu’elle voudrait, c’est que je prenne des rendez-vous sur mon temps libre.

« Ce que toi tu voudrais c’est qu’on reconnaisse ton travail. » , me dit Lauviah.

C’est vrai, mais je le mérite.

« C’est arrivé. De la part de la seule personne qui t’avait demandé en t’embauchant de ne pas la décevoir. »

C’est vrai oui.

« Pourquoi cela n’apaise-t-il pas ton cœur ? »

Parce que j’ai été blessée trop profondément. Je suis absolument furieuse, au moins j’en ai conscience.

« Sais-tu ce qu’est la méchanceté ? »

Non je ne sais pas, dis-moi.

« Eh bien, nous préférons te laisser dans l’ignorance et surtout nous préférons que tu restes dans l’ignorance. Accepte qu’il y ait des personnes autour de toi qui te protègent, qui protègent ta sensibilité et qui se gardent donc bien de tout te répéter. »

Je vois de quoi tu parles et surtout de qui.

« D’accord. Vois également que ces personnes t’apprécient et apprécient la personne que tu es. Vois enfin que c’est à toi de tirer la conclusion suivante, tu es parfaite comme tu es.

Le problème que tu rencontres depuis que tu es devenue adulte est simple à définir et même à comprendre. Ce que la directrice a compris c’est que sa fille est jalouse de toi, comme l’était ton ancienne patronne de ta jeunesse et de ta beauté. Alors qu’elle-même était une femme séduisante et qui faisait tout pour le rester.

La beauté a beau être subjective, il se trouve que beaucoup de personnes chez toi ou en Europe trouvent que les jeunes femmes métisses sont charmantes. »

Je ne suis pas métisse.

« Non, pas directement. Mais tu ressembles à une métisse. »

Je ne comprends même pas qu’on parle de ça parce que je ne vois en quoi mon aspect physique peut avoir un intérêt quelconque ici.

« En Martinique beaucoup d’hommes aiment les femmes aux cheveux frisés. Ni lisses, ni crépus, frisés.  Il n’existe pas de peuple aux cheveux frisés, c’est l’un des principal révélateurs de mélange. »

Admettons, ma grand-mère maternelle était métisse et mon grand-père paternel l’est aussi. Mais ils ne sont pas issus du même mélange comme tu dis.

« Plusieurs personnes t’ont parlé des traits de ton visage, des yeux presque bridés et des caractéristiques qui ne sont forcément celles des peuples Africains alors que tu as la peau noire. Il y a même un ethnologue un jour qui t’a demandé d’où tu venais, d’où ta famille venait. »

Dans ma famille beaucoup ont les cheveux frisés. Pas tous mais beaucoup.

« Ni ton père ni ta mère n’ont les mêmes cheveux que toi. »

Je sais.

« Ta sœur voudrait avoir les mêmes cheveux que toi. »

Lol, moi je voudrais les mêmes petits pieds tout mignons qu’elle. Tu sais elle est belle ma sœur, je ne suis pas la seule à le penser.

« Oui nous le savons. Ta mère dit que vous êtes beaux tous les trois. »

Elle a raison lol !

« Aucun de vous n’a eu les yeux gris ou verts selon la lumière du soleil de ta grand-mère défunte. »

Qui sait, peut-être un à venir !

« Pour toi ce n’est pas important ? »

La couleur des yeux ? Je m’en moque complètement ! Qu’est-ce que ça change ?

« Ta directrice est justement une métisse aux yeux verts. Encore aujourd’hui les hommes la regardent malgré son âge. Elle t’a dit en avoir beaucoup joué. Sa fille n’a pas un tel sex-appeal. »

Il faut de la confiance en soi pour dégager du sex-appeal. Elle n’est pas laide mais elle ne le sait pas, c’est dommage pour elle.

« La beauté est subjective. Mais il y a des éléments que vous remarquez chez autrui. Des éléments que vous voulez trouver. Il se trouve que chez les personnes métisses, finit ma phrase s’il te plait. Tu peux trouver. »

Oui j’ai trouvé, chez les personnes métisses ces fameux éléments peuvent appartenir à des groupes ethniques différents, qui du coup se retrouvent sur une même personne. Comme des yeux verts clairs et une peau noire.

« Par exemple. Vous remarquez ce genre de personnes. »

C’est vrai.

« Ta sœur et toi êtes ce genre de personnes. Comme ta grand-mère l’était. Vous avez des traits qui présentent des éléments ethniques qui ne devraient pas se trouver sur seule et même personne. Alors on vous remarque. »

Je vois ce que tu veux dire. Ça me fait penser aux gens qui me demandaient lequel de mes deux parents étaient asiatiques quand j’étais enfant.  Mais moi je ne suis pas métisse alors ça m’amusait. Et pour ceux qui se poseraient la question, mes deux parents sont noirs.

« Penses-tu être d’une telle beauté que tu subjugues les gens que tu croises ? »

J’aurais bien aimé. Mdr !

« Qui un jour t’a subjuguée par sa beauté ? »

Ben là maintenant personne ne me vient en tête.

« Effectivement tu ne sais pas ce qu’est la méchanceté. »

Je ne comprends pas.

« Toi tu te trouves jolie. C’est très bien, reste exactement comme tu es, mais comprends, il y a des personnes qui ne savent pas ce que joli signifie. Ces personnes-là ne voient pas le monde comme toi. Tu ressembles à une enfant Sylvie, tu vois le monde comme une enfant et tu réagis en enfant. Mais reste comme tu es. Il y a des personnes qui n’aiment pas ce qui se remarque et qui ont besoin de se faire valoir, souvent au détriment d’autrui.

N’en veut pas à ceux qui te protègent de le faire et continue de ne pas t’intéresser à la couleur des yeux des gens. »

Je ne comprends toujours pas…

« Ce n’est pas grave, d’autres comprennent à ta place. Et de ce fait il y aura toujours une personne sur ta route qui aura envie de te protéger. Passe une belle soirée. »

Merci Lauviah.

Bonne journée à tous ;)

Le meilleur des anti-stress

Le meilleur des anti-stress 1207291152538035710156832

Bonjour à tous,

Un peu de légèreté pour changer aujourd’hui. Quand je devais passer mon permis, le moniteur me disait qu’il se tenait à ma disposition pour m’aider à me détendre avant l’examen. Je me demande s’il m’aurait emmené chez lui ou un ami vu qu’il avait déjà quelqu’un, ou peut-être à l’hôtel lol.

« Aurais-tu été à l’hôtel ? », me demande Lauviah.

Je ne crois pas non.

« Tu aurais préféré chez lui. »

Oui parce que l’hôtel comme ça, je veux dire, je ne veux pas.

« Et puis ensuite au revoir ? »

Pour moi ce genre de rapport relève de la science-fiction. J’ai besoin de plus de chaleur.

« Tu préfères être avec quelqu’un plutôt que voir quelqu’un de temps en temps. »

Oui voilà c’est ça.

« Ce n’est pas le sexe le meilleur des anti-stress.  Si tel était le cas, d’une telle manière il ne pourrait entraîner de dépendance et des besoins toujours plus grands voire extrêmes. »

Je sais ça.

« Sur le ton de la plaisanterie il te disait qu’il pourrait te dépanner si besoin. Mais plus sérieusement il t’ai dit qu’il t’aimait bien, c’est pour cette raison qu’il a voulu devenir ton ami. Ayant compris que tu ne souhaitais rien de plus avec lui, il a respecté ta volonté. Mais il t’a encouragé, sincèrement et pas seulement parce qu’il était ton moniteur.

Si bien que tu te sentais en confiance avec lui. Ce qui te déstresse le mieux, c’est le fait d’avoir un cocon dans lequel venir te ressourcer. Tu es arrivée au stade où tu ne trouves plus cet espace en toi.

Est-ce grave ? Cela l’est quand vous fuyez celui que vous êtes mais ce n’est pas ton cas. »

Je sais ce que tu es en train de me dire.

« Tu crois que tu sais. Je ne suis pas en train de te dire de te hâter de trouver un homme, c’est l’inverse. Je te dis de prendre ton temps et même de laisser venir tranquillement.

Je te dis qu’il y a des choses que vous trouvez sans avoir à les chercher. C’est dans ces éléments que souvent vous trouvez de quoi fabriquer un cocon confortable et ouvert, pour vous et d’autres.

Comme avec une meilleure amie. Une gentille sœur. Un gentil moniteur.  Un frère qui sait écouter et qui comprend ce qui n’est pas dit avec une acuité surprenante. »

Lol.

Le meilleur des anti-stress n’est rien d’autre qu’une famille au sens large. Pour pouvoir créer un cocon ressourçant en partant de son couple, il faut de l’Amour et du respect d’égale manière. Il faut de la compréhension. C’est de très loin ce qu’il y a de plus difficile en vérité. Voilà pourquoi je te dis que tu n’as pas de raison de te presser, au contraire.

Maintenant, il arrive que la vie vous presse. C’est toujours une illusion. Ce qui est pour toi est pour toi. »

Il n’y a que vous qui me disiez ce genre de choses. Non remarque, il y a des gens qui m’ont dit ça aussi. Pas mal de gens maintenant que j’y pense.

« Parce qu’ils sont objectifs, ils voient ce qu’ils ont eux-mêmes vécu. Il y a des choses qu’il n’est pas nécessaire de chercher, elles vous trouvent toutes seules.

Créer un cocon à partir d’un couple n’est pas à la portée de tout le monde. C’est ce que bien des personnes que tu as rencontré ont appris, souvent à leurs dépens. »

J’ai besoin d’un nouveau cocon.

« C’est assez évident oui. Mais ce n’est pas urgent. »

Ah non ?

« Non, marche tu finiras par en trouver un sur ta route. »

Aussi simplement ?

« Oui aussi simplement. Parfois vous réalisez qu’en fait, tout était bien comme ce devait être. Tu verras. »

Merci pour ton message Lauviah.

Bonne journée à tous ;)

Soyons tel l’Intelligent

Soyons tel l'Intelligent 1207290209428035710153752

Bonjour à tous,

« Un marché est un marché. », me rappelle Astaroth.

Je ne te dis pas non.

« Alors cette grippe ? »

Aux oubliettes on dirait, plus de courbatures, plus de mal de crâne, vous m’avez dit que j’aurais juste un rhume finalement. On dirait que ce sera bien le cas.

« Si tu veux tu peux éviter le rhume également. »

Je veux bien oui. Il suffit d’aller à la mer normalement quand on sent qu’on va avoir un rhume. Je ne sais pas pourquoi mais l’eau de mer est fantastique à la fin d’une grippe ou juste au début d’un rhume. Ici tout le monde sait ça et beaucoup en tiennent compte.

« L’eau de mer est idéale contre le stress également. La puissance de la mer détend et délasse tous vos muscles. Une sortie à la plage est une bonne idée. Mais tu es invitée aujourd’hui. »

Je ne veux pas y aller, je ne pourrai rien manger. C’est un anniversaire mais un peu spécial. Ce ne sera pas juste une fête. Chaque fois je reste là à avoir faim, je ne veux pas y aller. Je préfère aller me baigner.

« Tu n’as pas quelques difficultés pour conduire ? »

Je ne peux pas aller loin, je m’en suis rendue compte. Je n’arrive pas à conduire longtemps parce que je me fatigue et je perds ma concentration. Heureusement que j’habite tout près de tout.

J’avais déjà ce problème quand je prenais des cours de conduite. La seule façon d’y remédier c’est de me reposer quand j’arrive à destination. Je ne peux pas faire d’aller-retour rapide si j’ai fait de la distance.

« Tes plages préférées sont loin, il y a toujours quelqu’un pour se proposer de te conduire où tu veux dès que tu veux faire de la route. Seulement la vérité est que cette difficulté, à prendre au sérieux si tu ne veux pas te tuer sur la route, pourrait disparaître si tu parvenais à te détacher de ton stress, de cette colère qu’il y a en toi et qui n’est que le fruit du stress. C’est la colère de l’impuissance, tu es très loin d’être la seule à la connaître. Elle précède l’état de découragement qui conduit à la dépression.

Alors, cherchons donc, à quand peut bien remonter ce stress ? Peux-tu le situer ? As-tu une idée ? Peut-être peux-tu remonter le temps autrement. Qu’est-ce qui en est à l’origine, ne te fatigue pas à chercher je vais te le dire, c’est l’illusion que tu dois agir d’une certaine façon. Si toute la journée tu te contentais d’être toi-même, tu ne connaîtrais aucun stress.

Qu’est-ce qui fait que tu n’y parviens pas, on t’a appris à ne pas être toi-même. On continue même de t’asséner chaque jour que tu dois être et te comporter comme il t’est indiqué. Seulement plus le temps passe moins tu supportes cela. Il n’y a pas que toi, ce que je te dis là devrait résonner dans le cœur de bon nombre de tes lecteurs.

On vous apprend qu’il est impossible de marcher sur l’eau par contre on vous encourage à croire qu’il vous sera un jour possible d’atteindre la lune. Et vous le croyez. Vous ne seriez pas capable de jouir de ce qui se trouve sur la Terre mais auriez intérêt à viser ce qui se trouve dans l’espace ? Trouves-tu cela logique ? L’Intelligent est celui qui se demande comment contourner la difficulté de marcher sur l’eau, pas celui qui perd son temps, son argent et son énergie à viser une lune lointaine.

L’Intelligent est celui qui en s’interrogeant découvre qu’il n’est pas forcément nécessaire de marcher sur l’eau puisque ses bienfaits, ses trésors ne se trouvent pas dessus mais dedans.

L’Intelligent fera ce qui est à sa portée immédiate, il plongera, explorera, apprendra à aimer et respecter ce qui s’offre à lui. Il apprendra alors à pêcher et ainsi, l’Intelligent se mettra à l’abri de la faim. Son besoin le plus évident étant enfin comblé, l’Intelligent ne connaîtra plus jamais de stress.

L’Intelligent sourira en voyant les autres cherchant à atteindre une lune stérile, sur laquelle il n’y a rien, tandis que lui-même saura où trouver de quoi le combler.

Seul le Niais cherche à se dépasser comme vous dîtes. Se dépasser pour aller où ? L’Intelligent est posé, il est celui qui ne réfléchit pas sur lui-même mais en tenant compte de ce qui est à sa disposition.

L’Intelligent est celui qui sait qu’une porte fermée est une porte qui n’a pas encore été ouverte. Il ne perd pas son temps à tenter de l’enfoncer, il cherche patiemment la clé.

L’Intelligent ne craint pas le temps qui passe, il ne se sent pas en compétition avec lui-même, il vit avec les autres et non pas à côté des autres. L’Intelligent comprend que son intérêt est la collaboration en toute circonstance. L’Intelligent ne se bat pas, il vit. Il sait que  l’intérêt des Uns est en réalité celui de tous.

L’Intelligent encourage, aide son prochain en lui apprenant à nager, à pêcher. Il ne garde pas jalousement car il sait que ce qui le grandit peut permettre à l’humanité d’avancer.

Seul le Niais calcule, fait preuve de mesquinerie, connait la peur et voit le temps passer.

L’Intelligent ne connait ni limite ni distance. Il sait que s’il n’est pas possible de marcher sur l’eau c’est qu’il y a une raison, c’est cette raison-là qui l’intéresse. Il ne vise pas la lune, il sait pourquoi ses deux pieds sont posés si fermement sur la Terre. Quand il regarde le ciel, c’est pour se réjouir de tout ce que la vie lui offre.

L’intelligent est serein, reconnaissant, heureux. Seul le Niais connaît l’insatisfaction. »

Qu’est-ce que viser la lune ?

« Chercher à tout prix à marcher sur l’eau. »

Hier j’ai suivi votre conseil, hier matin au réveil. J’ai été regardé les offres d’emploi ailleurs et j’ai postulé pour une d’entre elles.

« Pourquoi l’avoir fait ? »

Le travail m’intéresse. Dès que j’ai lu l’annonce j’ai été intéressée. Mais c’est très loin de chez moi.

« Loin au point que tu refuserais de te déplacer ? »

Absolument pas.

« Alors tu t’es décidée à plonger, c’est bien. Est-ce que l’eau est bonne ? »

Elle a l’air lol.

« L’Intelligent est celui qui essaye tout simplement. C’est de cette façon que vous pouvez entretenir la foi en vous-mêmes, l’optimisme, trouver des clés. C’est bien d’avoir postulé, nous ne pouvons que t’encourager à continuer de croire en ta propre valeur.

C’est très difficile de chercher un travail quand vous avez un sentiment d’urgence parce qu’alors vous êtes tentés de vous jeter sur tout et n’importe quoi. Même ce qui ne vous conviendrait pas. Ce que nous ne t’encourageons pas à faire.

Pour te défaire de ton stress il faut que tu commences par te défaire du sentiment d’urgence qui est à l’origine de la colère de l’impuissance.

Des suggestions concrètes ? »

Oui j’ai une idée. Il me faut un exercice d’endurance, qui nécessite temps et patience. Et créatif de préférence parce que j’aime les activités créatives.

« C’est une excellente idée. Alors, pourquoi tu n’essayerais pas de te mettre au crochet ? »

Tu plaisantes ? Ça c’est trop fort pour moi. Autant je suis admirative quand je vois des femmes se faire de jolies robes, maillots ou sacs au crochet, autant je n’ai pas autant de patience. Je pensais à un nouvel album de scrap plutôt.

« Le crochet est une activité créative, qui nécessite concentration et application. C’est ce qu’il te faut. »

Et si ça ne me plait pas ?

« L’Intelligent est celui qui essaye. Tu as bien essayé le scrap. »

D’accord, je vais essayer. Merci à toi Astaroth et à tous les autres que je sens aussi lol.

Bise à tous ;)  

Ouh la la non !

Ouh la la non ! dans Energies 1207290502328035710152888

Bonjour à tous,

Ma mère et mon frère ont contracté la dengue. Mon frère a été touché le premier. Il faut savoir que ma mère et mon frère font partie de ces personnes qui ne savent pas être malades. Chaque fois qu’ils attrapent quelque chose il faut que ce soit une forme grave.

Comme chaque fois qu’il a la grippe mon frère a développé des glaires (beurk). En plus de ne plus être capable de tenir debout. Il a eu une fièvre carabinée et il commence seulement à se remettre. Mais au moins il commence à se remettre après plus de quinze jours durant lesquels il était inutile de lui demander quoi que ce soit.

Car c’est ça la dengue, une grippe qui vous met à genoux plus longtemps qu’une grippe classique, censée durer 8 jours.

Ma mère est toujours en plein dedans et n’en revient pas d’avoir eu de telles courbatures en plus de ne pas parvenir à voir le bout de la fatigue qui la terrasse depuis près de quinze jours. Au moins n’a-t-elle plus de fièvre, enfin.

Heureusement aucun des deux n’a développé la forme hémorragique (de loin la plus grave) de la maladie.

« Alors que toi quand tu attrapes un virus tu te remets plus vite ? », me demande Lauviah.

Oui.

« Nous sommes intervenus pour toi les deux dernières fois que tu aurais pu avoir une grosse grippe. »

Oui, je sais. La première fois c’était magnifique, c’était comme un cadeau. La seconde fois c’est moi qui vous ai sollicité.

« Pourquoi parles-tu de cela ce soir ? »

Parce que j’ai un minuscule service à vous demander.

« Et quel est-il ? »

J’ai mal à la tête, à la gorge et je me sens très fatiguée, malgré les vitamines que je prends depuis quelques jours et qui m’ont fait un bien fou.

« Tu couves une grippe. »

Oui on dirait bien. Mais je ne veux pas être malade, surtout si c’est la dengue. Je me suis rendue compte en prenant les vitamines que je dois avoir de sacrées carences en ce moment vu comme j’ai vite senti la différence.

« Pourquoi les as-tu prises ? »

Je ne tenais plus debout à la fin de la journée et j’ai bien compris que ce n’était pas normal. Ça fait quelques semaines et je ne parviens pas à récupérer.

« Un médecin en vacances ne t’empêche pas d’en consulter un autre. »

Non je ne le souhaite pas, si j’ai une grippe et que je dois faire des examens en même temps je n’aurais pas de traitement avant d’avoir fait les analyses et eu les résultats. Je voudrais que vous m’aidiez, encore. Je ne veux pas de grippe. Je me moque de ma mère et mon frère mais si j’ai vraiment trop de carences en ce moment, une grippe telle que la dengue me clouera au lit pendant des jours. Ma tante qui a eu un cancer a cru qu’il était déjà de retour tant ses symptômes ont été forts.

J’irai chez le médecin pour vérifier mon anémie, mais avant, je voudrais que vous m’aidiez à me débarrasser de cette grippe.

« D’accord. A une condition, non négociable ma belle Sylvie, tu dois travailler à te détacher de ton stress. Nous t’y aiderons, mais tu dois le faire. Même si tu as un autre travail demain, comprends que le stress est un élément qui aggrave tous les ennuis de santé et peut même en créer. Il n’existe pas de bon stress, il est toujours négatif. »

J’accepte, je trouve que c’est une bonne idée en plus.

« Passe une bonne nuit. »

Merci Lauviah.

Bonne journée à tous ;)

Relève la tête

Relève la tête 1207280459308035710149668

Bonjour à tous,

Ma mère m’a assez souvent parlé d’une femme qu’elle a rencontré dans l’un de ses anciens boulots. Cette personne faisait la pluie et le beau temps, elle était à la fois  crainte et respectée, mais peu l’aimaient.

Elle avait ses têtes et de très bonnes relations. Ceux qu’elle n’aimait pas comprenaient vite leur douleur, elle leur faisait vivre la misère avant de s’arranger pour qu’ils soient mutés à Petaouchnok.

Une femme qui fumait depuis sa jeunesse, qui grillait cigarette sur cigarette toute la sainte journée jusqu’à 16h. Alors, après avoir fumé sa dernière cigarette, elle allait se laver les dents puis mâchait chewing-gum sur chewing-gum avant de se relaver les dents cinq minutes avant de rentrer chez elle.

Son mari et ses enfants ne savaient pas qu’elle fumait. Officiellement elle avait arrêté depuis près de vingt ans. Cette femme savait se montrer mielleuse, enjôleuse, gentille, quand elle le souhaitait. Comme je l’ai dit elle avait ses têtes.

Avec les autres en revanche, elle était dure, ironique, méchante. Par exemple un jour ma mère m’a raconté un des épisodes les plus humiliants auquel elle ait pu assister.

Une des des assistantes s’est vue proposer un atelier de formation à l’initiative de notre fumeuse qui ne s’assumait pas. Un atelier de perfectionnement de la langue française écrite. J’ai oublié de vous dire, l’assistante en question, une Française née et ayant toujours vécu en France, était secrétaire de formation.

Je vous laisse imaginer comment elle a pris la chose. Pour ma part je pense que j’en ai une idée assez claire et sans avoir eu besoin d’user de la moindre empathie.

Relève la tête, m’a dit Sammael ce matin tandis que je n’éprouvais plus qu’un seul désir, celui de disparaître derrière mon écran d’ordinateur.

Relève la tête, m’ont répété Roéchel, Astaroth et d’autres tandis que je ne savais pas trop comment gérer toutes les émotions qui se bousculaient en moi tout en m’efforçant de donner l’illusion de ne pas être touchée par ce que je venais d’entendre et ce qui en découlait.

Relève la tête m’ont dit mes guides en me rappelant qu’objectivement je n’ai pas de honte à avoir.

« Arrive un moment où il convient de se demander, qu’est-ce qui me fait le plus mal ? Avec une telle sensibilité tu es obligée de te poser la question plus souvent que d’autres, mais est-ce forcément un tort ou une faiblesse ?

Vois, c’est ta sensibilité qui te permet d’écrire et de partager ce que tu vis, d’aider d’autres personnes, d’écrire d’une façon qui suscite l’empathie sous une forme ou une autre parmi tes lecteurs.

Aujourd’hui tu sens la douleur, profonde, diffuse, est-elle nouvelle ? Non et tu le sais parfaitement. Ce matin tu nous as dit que tu savais qu’accuser le coup n’était pas la bonne méthode pour gérer des émotions aussi fortes que celles que tu ressens souvent. Tu n’es effectivement pas capable « d’accuser le coup ». Tout ce qui te blesse s’imprime en toi et doit être transformé pour que tu puisses guérir. 

Qu’est-ce qui te fait le plus mal, voilà la question à te poser maintenant que tu as réussi à dissocier ce qu’autrui pense de toi de ce que tu sais de toi. C’est ce que tu sais de toi qui doit toujours l’emporter, c’est cela la confiance en soi.

Alors je te pose la question princesse, qu’est-ce qui te fait le plus mal ? Ne me réponds pas par un silence s’il te plait, je te demande de prendre ton temps mais de nous parler, simplement avec tes mots, mais parle-moi. »

Astaroth, là maintenant, je ne peux pas te parler. Tout est bloqué, j’ai juste envie de pleurer et j’écoute de la musique pour ne pas y penser. Je ne peux pas te parler, je ne peux pas mon cœur est fermé. Là maintenant, je ne sais pas comment gérer, je ne sais pas digérer, tu as raison, je n’arrive jamais à accuser le coup. Mais je ne sais pas encore quoi faire alors tout reste bloqué et mon cœur est fermé. Si je te parlais que te dirai-je…

Je sais, je vais bien. Merci de t’en inquiéter.

« C’est ta réponse ? »

Je ne peux rien de plus. 

« Dans ce cas pleure. »

Je n’y arrive pas non plus.

« D’accord. Va regarder ces blogs de mode que tu aimes bien, ensuite, tu reviendras finir cet article. »

Je n’arrive pas à les regarder non plus.

« Bon alors qu’est-ce qui te fait le plus mal ? »

Là maintenant c’est juste le fait d’être moi.

« Relève la tête. »

Elle est relevée.

« Non, relève-la vraiment, regarde droit devant toi. Ne t’apitoie jamais ni sur toi ni sur les autres. Bien. Qu’est-ce qui te fait le plus mal dans le fait d’être toi ? »

En fait je m’aime bien. Je n’ai pas envie d’être quelqu’un d’autre.

« Garde la tête haute et continue. »

Je m’aime bien comme je suis, je n’ai pas envie de changer, même pour plaire à des patrons avec lesquels en outre je ne suis pas d’accord.

« Qu’est-ce qui te fait le plus mal ? »

C’est l’hypocrisie. D’une manière générale c’est l’hypocrisie. Le manque de sincérité aussi, qui n’est pas tout à fait la même chose. Mais surtout je ne supporte pas la logique qui voudrait que tout soit dû et normal dans le monde du travail. Je continue de penser et je ne démordrai pas, que si la gérante veut que je fasse des heures supplémentaires, elle n’a qu’à me le demander et me payer en conséquence. C’est facile de me parler de chiffres et de me mettre la pression en me disant qu’elle va me fixer un objectif clair. Je devine le chiffre d’ailleurs et j’en ris d’avance. Je sais pourquoi j’en ris. Je sais quelle quantité de travail nécessiterait l’objectif qu’elle désire que nous atteignons tous et je le maintiens, je refuse de travailler gratuitement.

Ce n’est ni normal ni logique d’exiger des efforts qui ne seront qu’éventuellement récompensés dans un futur impossible à déterminer. Je vais finir pas perdre ma place avant d’avoir trouvé un autre emploi si je ne ne gagne pas ce bras de fer et je ne suis pas partie pour, je n’ai pas les armes et ce ne sont pas les associés qui vont me soutenir. La seule personne qui le fait n’est plus directrice semble-t-il.

Mais là c’est trop me demander, je ne travaillerais pas gratuitement sous prétexte qu’une mauvaise gestionnaire a fixé un objectif irréaliste et prend des décisions plus discutables les unes que les autres, des décisions qui sont loin de favoriser la cohésion dans l’entreprise.

Elle ne sait faire qu’agiter une cravache et on ne voit jamais la moindre carotte. Eh bien non. Nous ne sommes pas non plus des bêtes de somme corvéables à merci. Je le répète, je ne travaillerai pas gratuitement. Par ailleurs je précise que non, je ne disparais pas dès que 17h précise sonne. Néanmoins passé cette heure, je prends les décisions moi-même.

Je n’aime pas cette façon qu’elle a de discuter des heures durant dans l’après-midi pour commencer à travailler à 16h45. C’est facile ensuite de me regarder partir avec un air contrarié. Mais chez moi en Martinique, on raconte une petite histoire. Un jour un homme est allé voir un ami et lui a demandé de lui prêter de l’argent. L’ami l’a regardé et lui a dit, si je ne te prête pas cet argent tu seras fâché. Mais si je te prête cet argent et que tu ne peux pas me rembourser c’est moi qui serai fâché. Je préfère que ce soit toi qui sois fâché.

En l’occurrence, moi je passe la journée à travailler.   Il n’y a pas de raison objective pour que ce soit moi qui sois fâchée. Il est totalement incohérent de dire le chiffre n’est pas bon, tout en passant tant de temps à discuter.

Je sais ce qu’elle voudrait, qu’elle n’ait qu’à regarder l’argent tomber du ciel tandis qu’on trimerait toute la journée et plus. Non. On obtient rien de bon des gens en les menant au fouet. Qu’elle continue de me menacer et de s’attendre qu’avec un tel traitement je fasse des heures supplémentaires gratuites.

Je ne suis pas aussi stupide qu’elle a l’air de le penser et ce n’est pas à elle que va ma loyauté. Si elle veut prendre la direction libre à elle. Mais je ne changerai pas d’avis. Si elle veut quelque chose, qu’elle me fasse une proposition concrète ou alors qu’elle ne me reproche rien.

Car elle n’était pas obligée de me garder jusqu’à aujourd’hui. Si vraiment ça ne va pas et que je ne fais pas l’affaire, pourquoi est-ce qu’elle ne me renvoie pas ? Elle n’arrête pas de dire qu’elle prendra des décisions si tout le monde ne fait pas des efforts. 

Qu’elle commence par définir ce qu’elle entend par efforts et alors on pourra discuter. Toutefois elle semble simplement vouloir qu’on donne, qu’on donne et pour quelle récompense ? Aucune vu que tout ce qui est bien accueilli est considéré comme normal.

Je vais te dire ce qui me fait le plus mal, c’est de ne pas pouvoir simplement partir. Je n’en reviens pas de constater combien je suis malheureuse à cause d’un travail dont j’ai hélas besoin.Voila, finalement c’est sorti lol !

« Dis la vérité, si tu perdais ton travail, ce serait un drame à tes yeux ? »

Il faut que je paye ma voiture. Je n’avais pas encore un an de boîte quand j’ai contracté le prêt, je n’ai pas eu droit à l’assurance perte d’emploi. Tu crois que je peux encore la demander lol…

« Et si on met la voiture de côté ? »

Je serais profondément soulagée, je le sais déjà. Même si ensuite je paniquerais lol.

« Tu veux retourner à Marseille ? »

En vacances oui, et j’ai des choses à y faire. Mais pour y vivre je ne pense pas, j’ai tourné la page. Même si j’aimerais toujours cette ville.

« Dans la région dans laquelle tu as grandi ? »

J’y ai plus de famille que dans le sud alors pourquoi pas. Cela dit Astaroth je n’envisage pas de partir.

« Pourquoi pas ? Tu peux y penser. »

Il faudrait que j’habite chez des proches le temps de trouver un travail. Chez mes parents c’est une chose mais chez mes tantes ou d’autres…

« Chez tes tantes ce n’est pas envisageable. »

Eh oui je sais…

« Il reste chez d’autres. Ou alors tu trouves un travail avant de partir. »

Ma cousine y est parvenue mais elle a bénéficié d’un sacré coup de pouce.

« Il faudrait repartir à zéro. »

C’est ce que je réalise aussi oui. Encore.

« Qui sait, la vie est pleine de surprises. Peut-être trouveras-tu l’occasion de quitter travail et parents. Et de laisser la voiture à ton frère. »

Qu’il achète la sienne ! Ou qu’il attende, maman compte lui donner sa voiture. Moi je garde la mienne.

« Qui sait, passe un beau weekend. »

Merci à vous, je me sens mieux.

Bonne journée à tous ;)  

Car tout revient au même

Car tout revient au même dans Entités sombres 1207271242508035710146916

« Un homme sait ce qu’il veut, une femme fait ce qu’elle veut.

Ceux qui s’entendent ne sont donc pas ceux qui veulent la même chose mais ceux qui acceptent et respectent l’autre. »

Sammael pour nous tous

 

Quartier lointain

Quartier lointain 1207260402008035710142853

Bonjour à tous,

J’ai très bien dormi la nuit dernière. Comme quoi, Lauviah a accepté ma liste de courses peut-être. C’est de bon augure pour mon futur logement lol. Toutefois j’ai fait ce très long rêve, pas spécialement joyeux. Je me trouvais dans la ville dans laquelle j’ai grandi mais j’étais adulte comme aujourd’hui, le rêve se déroulait d’ailleurs à notre époque.

J’étais dans le quartier dans lequel nous vivions et si je reconnaissais bon nombres d’éléments, il y avait aussi beaucoup de changements. Ce n’était plus « ma » ville, elle avait évolué, grossi, changé sans moi.

Le quartier s’était élargi notamment. Il y avait des tas de nouvelles habitations et surtout une nouvelle résidence juste à côté de la mienne et de celle qui se trouve vraiment tout près.  

Tout était très propre,  harmonieux mais je ne m’y retrouvais plus.

« La symbolique de la ville connue que vous retrouvez et qui vous semble avoir changé est simple, la symbolique de la ville connue est simple. », me rappelle Eledahiel.

Je sais, c’est de nous qu’elle parle, de nous et de notre environnement affectif.

« Oui, une ville connue qui semble soudain étrangère par certains aspects révèle une certaine solitude. Après, celle-ci n’est pas forcément sentimentale. Il faut tenir compte de ce qui ressort le mieux dans cette ville. Mais tu voyais ton propre quartier et il avait changé, il y avait de nouvelles habitations.

Ça révèle un mal-être, le sentiment de ne pas être à ta place ou de ne pas trouver ta place quelque part. Tous les bâtiments étaient de couleur clairs ou pastels et toutes les résidences étaient dans des teintes coordonnées. Le lieu était propre et calme. L’ambiance néanmoins était spéciale, il ne faisait pas froid extérieurement mais quelque chose dans l’air était dur et glacial.

Tu  as lu un jour que le froid n’existe pas, que c’est juste une absence de chaleur. Tu as eu le sentiment que c’était jouer sur les mots. »

Oui c’est vrai.

« Hier durant la journée il faisait très chaud chez toi. »

Oui.

« Puis le soir nettement moins, il faisait même un peu frais, n’est-ce pas ? »

Oui.

« Pourtant il ne fait pas souvent froid chez toi, sauf quand… »

Sauf quand pour une raison ou une autre il y a moins de soleil. Comme par exemple quand il a fait très chaud durant la journée. Le soir ce n’est pas qu’il fasse froid mais quand le soleil se couche on note bien la différence.

« Donc le froid est bien une absence de chaleur puisqu’il suffit que le lendemain arrive et le soleil avec pour que la grosse chaleur revienne. »

Lol oui dit comme ça…

« Eh bien de la même manière ton rêve met l’accent sur un manque qui crée une dissonance. L’endroit était objectivement accueillant. Mais ce froid qui ne provenait pas du fond de l’air le rendait particulier. 

Cette dissonance se traduit par le message déjà évoqué, je ne suis à ma place nulle part ou je ne trouve pas ma place. Si tu t’arrêtes là-dessus, tu vas focaliser sur un symptôme et non pas le véritable problème. »

Qui est ?

« Ce froid, il renvoyait au vide. Tu n’as pas croisé les habitants du quartier. Dans ton rêve tu n’étais pas seule mais tu n’as jamais croisé les actuels habitants du quartier. Comme s’il était désert, d’où ce froid, cette dureté, cette ambiance peu agréable. »

Que révèle le quartier connu ? La ville je savais mais pas le quartier.

« Il dévoile les attentes profondes. Des couleurs claires et pastels toutes en harmonie, des immeubles tous parfaitement entretenus, des rues propres et nettes, mais la déception de le découvrir étranger, en vérité c’est toi qui as changé, qui as évolué et c’est pour cette raison que tu ne te sens plus en phase avec ton entourage.

Seulement si tu fais un tel songe c’est que c’est devenu un problème. Souviens-toi de la base, les rêves sont là pour vous aider à prendre conscience des problèmes et à trouver des solutions.

Clairement le message est, ce avec quoi tu pouvais composer jusqu’à maintenant ne te convient plus, il est temps d’opérer des changements.

Ce n’est pas que tu ne trouves pas ta place ou que tu ne trouves plus ta place, c’est l’inverse. Quelque part en toi tu sais exactement où elle est désormais, par conséquent tu ne peux plus te satisfaire de ce qui est. D’où concrètement des caprices en tous genres et une grande frustration. »

Je ne vois pas de quels caprices tu parles, enfin…

Merci Eledahiel.

Bonne journée à tous ;)

La liste des courses

La liste des courses  1207250241048035710139834

Bonjour à tous,

Il faut que j’aille faire quelques achats, j’ai besoin de deux ou trois choses. Mais pas au supermarché du coin. J’y ai été tout à l’heure, je n’ai rien trouvé. A croire qu’on ne trouve plus rien dans ces endroits. J’ai une meilleure idée, je vais faire une liste et la remettre à Lauviah. Mais Sammael me dit que je n’ai droit qu’à dix articles. D’accord. Plus un petit extra ? Quand j’étais enfant et que ma mère m’envoyait acheter le pain, je pouvais acheter des bonbons avec la monnaie. Gabriel me dit oui. Donc un petit extra !

- Bon voici le premier article, il me faut une bombe anti-moustiques enfin efficace. Une qui oblige les patrons à rester dans leur bureau au lieu d’être sans cesse sur notre dos.

- Un vernis à ongle qui dure un peu plus de trois secondes. Ou un stock de patience plus grand que celui que j’ai actuellement car je ne tiendrai plus très longtemps avec.

- Une porte blindée, ou bien quelque chose qui fasse comprendre à certains qu’il faut frapper avant d’entrer et que non, je ne suis pas toujours disponible.

- Une bombe magique qui puisse instantanément faire disparaître les rayures sur la carrosserie. En même temps ce mur stupide…

- Un jour de congé hebdomadaire supplémentaire, juste pour faire enrager ma patronne qui nous dit qu’il faut travailler plus (mais pas pour gagner plus).

Non ça fait déjà cinq, j’en reviens pas. Bon les cinq derniers :

- Un médicament qui permet de n’avoir jamais mal au ventre après manger, même quand on fait des bêtises comme du pain perdu arrosé de trois fois trop de sucre (mais c’est pas moi qui ai mis le sucre, j’ai juste mangé !).

- Des pilules miracles qui permettent de ne pas penser « beurk » devant les légumes et le poisson avant même d’avoir goûté le plat.

- Une nuit de sommeil complète et normale. Je me comprends.

- Un bouclier spécial pression professionnelle.

- Une vue sur la mer depuis ma chambre.

Et le petit extra :

- Un nouveau logement offrant une vue sur la mer depuis ma chambre. Avec un balcon. Et une terrasse dans la cuisine pour prendre le petit déjeuner dehors. Avec un jardin accessible depuis le salon et offrant une vue sur la mer aussi. A cinq minutes d’une zone urbanisée. Et d’un peu de campagne. Et des voisins ou silencieux ou pas trop proches. Et bien sur, il ne faut pas que la chambre soit orientée vers le soleil couchant parce que je ne supporte pas la climatisation toute la nuit. Si en plus il pouvait y avoir une de mes plages préférées pas loin, bon disons juste une jolie plage. Et puis, j’aime bien les résidences avec piscine aussi. Mais ça c’est pas obligatoire. Juste le reste.

Voilà c’est tout.

« C’est tout ? », me demandent Lauviah et Sammael.

Oui c’est tout.

« Une nuit de sommeil complète ? », me demande Sammael.

Oui.

« Tu dors des nuits complètes. Quand tu as l’esprit léger. Donc tu veux un esprit léger ? »

Oui.

« Eh bien, ce n’est pas en recherchant le meilleur moyen de faire enrager ta patronne que tu l’acquerras. »

« Il faut remplacer cet article. », me dit Lauviah.

Ok, à la place d’un jour de congé hebdomadaire supplémentaire, je voudrais une baie vitrée dans ma chambre ou une fenêtre qui permette de voir la mer depuis mon lit.

« Tu peux essayer de voir le poisson et les légumes avec plus d’enthousiasme. », poursuit-il.

J’essaye !

« Au goût tu aimes quand ce sont tes parents qui préparent. »

Oui c’est vrai.

« Alors ? »

D’accord, je peux oui…

« Il faut faire attention aux virages serrés. »

Mais il y avait une voiture qui me collait !

« Il faut faire attention aux virages serrés. »

Bon certes.

« Trois fois trop de sucre ? »

Je ne vais même pas chercher d’excuse. C’était délicieux cela dit, délicieux…

« Pourquoi une porte blindée ? La communication est la clé de tout ma belle enfant. Il faut apprendre à agir sans réagir. »

C’est pareil pour la patience ?

« Voilà. Sauf que cela ne s’applique que dans les cas où c’est bien votre stock de patience qui s’épuise. Toi tu t’épuises nerveusement. »

Oui justement, j’ai vu.

« Et la pression que tu subis ne s’arrange pas, les choses empirent même avec les problèmes au niveau de la direction. Il n’y a qu’une seule chose qui devrait figurer sur ta liste. »

Je veux un nouveau travail.

« Ou un nouveau logement. »

Lol.

« Tu peux avoir les deux, mais peut-être faudra-t-il oublier cette luxueuse résidence que tu as visité il y a peu et que tu as en tête. Tu serais mieux dans une jolie maison, avec un jardin facile à entretenir et donc pas immense, mais dans lequel tu pourras mettre une table pour le petit déjeuner. Pas forcément face à une jolie plage accessible à pieds. »

Bon, ça me semble sympa quand même.

« Commence par respirer doucement et va dîner Sylvie. »

Lol, merci à vous deux.

Bonne journée à tous ;)

Mon lit mon précieux lit !

Mon lit mon précieux lit ! 1207240205038035710136988

Bonjour à tous,

Il y a des soirs comme ça où on a la sensation d’avoir couru un marathon. Dans ces cas-là, dans le cœur et dans la tête, on a plus qu’un seul désir, son lit.

Pourquoi résister ? Ce n’est pas l’appel le plus désagréable vous serez d’accord avec moi. Je vous dis donc à demain !

Bonne journée à tous ;)

Rire et sourire

Rire et sourire dans Anges 1207230357088035710133760

« Parfois la plus belle manière de remercier la vie pour chaque petit bonheur est simplement de rire et de sourire comme vous savez si bien le faire. »

Sélène pour nous tous

1234

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause