Accueil Spiritualité Bizarre, curieux, inhabituel

Bizarre, curieux, inhabituel

6

Bizarre, curieux, inhabituel 1307141152238035711382079

Bonjour à tous,

Une fois n’est pas coutume, il est 17h passé et je crève de chaud. J’ouvrirais bien la fenêtre mais je crains les moustiques vu qu’ici les moustiquaires sont bien moins répandus qu’en Martinique. D’ailleurs je peux vous dire que la mienne me manque.

J’aime bien me plaindre, vous aurez remarqué. Je trouve que cela fait du bien. Même si a priori cela ne nous avance en rien. En même temps, parfois on ne cherche pas à obtenir quoi que ce soit, on a juste envie de dire qu’on a chaud et qu’on en a assez des moustiques.

A bas les moustiques. Non, ça ne suffira pas à les faire disparaître ? Dans ce cas, quel autre choix ai-je que les plaintes ? Je pose la question en l’air, n’espérant aucune réponse et voilà que je me souviens de ce traitement homéopathique qui permet de ne plus sentir les piqures de moustiques.

Bon, je suppose que je devrais me réjouir. Oui mais et mon envie de me plaindre juste pour le plaisir de me plaindre ? Je pose la question et soudain je réalise qu’il ne fait pas si chaud, pas au point de ne pas pouvoir dormir.

Au fond ai-je besoin de me plaindre ? Pas forcément ce soir…

De quoi ai-je besoin ce soir ? Pourquoi est-ce que je me plains ? J’imagine trop de fantômes, là où il ne pourrait y avoir que la paix. Je crois que je vais simplement la laisser venir.

« Imaginer des fantômes, ils ne naissent pas du néant. Ni les tiens ni ceux des autres. Tu n’as pas hâte de reprendre le travail n’est-ce pas ? », me demandent Ariel et Sammael.

Pas vraiment.

« Clairement ? »

Pas du tout, je n’en ai aucune envie en fait.

 » De quoi as-tu envie ? »

D’écrire curieusement, alors c’est ce que je fais. Mais c’est malheureux, depuis peu je m’aperçois que j’ai besoin d’une direction, d’un but, d’un objectif plus grand que ce blog. Cela me frustre car je n’en trouve pas. Ou je manque de courage…

« Tu manques de motivation, pas de courage. Pourquoi ne pas simplement reconnaître que les fantômes que tu vois sont plutôt bien réels ? »

Parce que je ne les aime pas.

« Ce déni n’est pas ce qui va t’aider à te calmer et à bien dormir. »

J’ai l’impression bizarre, d’avoir des clés dans les mains mais de ne pas savoir quelle porte elles ouvrent. Cela m’est désagréable. Je ne peux pas m’empêcher de penser, qu’elles ouvrent une porte donnant sur un univers magnifique. Seulement où est-elle ?

Plus désagréable encore, j’ai l’impression autant curieuse qu’inhabituelle que j’ai besoin de quelqu’un d’autre pour pouvoir avancer vraiment. Ce qui va à l’encontre de mes propres expériences. Pire, longtemps j’aurais voulu qu’apparaisse quelqu’un et personne n’est venu. J’ai dû me débrouiller seule et j’ai appris à le faire.

Si bien que je sais pouvoir le faire alors j’ai du mal à accepter l’idée à mes yeux bizarres, d’avoir besoin de quelqu’un. 

« Bizarre, inhabituel, curieux… »

Oui.

« Qui va à l’encontre de ce que la vie t’a enseigné jusqu’à maintenant. »

Oui voilà !

« N’est-il pas possible de recevoir de nouveaux enseignements ? Demain tu vas dans une fête foraine, amuse-toi bien. Passe une belle journée et n’abuse pas des pommes d’amour. »

Je n’en mange jamais.

« Non ? Alors il te sera d’autant plus facile de faire attention. Il y a trop de sucre dedans. Les pommes natures, c’est mieux pour toi. Inutile de gâcher ce qui est déjà parfait avec de l’artificiel. »

On parle vraiment de pommes ?

« Celles du marché, voilà ce qu’il te faut. Trop d’artifice tue le goût. Passe une bonne nuit, douce Sylvie. »

Lol, merci à vous deux.

Bonne journée à tous ;)  

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres articles liés
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

6 Commentaires

  1. crystallia

    17 juillet, 2013 à 6:12

    Bonjour,

    J’ai bien aimé vos messages à tous.

    Merci.

    Bise ;)

  2. Emilie

    16 juillet, 2013 à 12:11

    Coucou !

    Waouh, quelle belle photo ! C’est un plaisir de la regarder. Ce magnifique bleu, l’eau, et surtout ce joli cheval blanc… Ce sont des animaux que j’adore et dont je rêve pas mal en ce moment en plus. Bref, j’aime énormément l’image!

    Sinon j’ai remarqué qu’effectivement on ressent plus l’envie de « râler pour râler » lorsqu’on est contrarié par quelque chose. C’est comme si en râlant pour une chose ou pour une autre, on extériorisait une frustration ou un ras-le-bol plus général, comme si on le faisait exister pour lui donner forme et tenter de nous y confronter… Et quelque part ce n’est pas un mal.  Ce n’est jamais bon de garder tout à l’intérieur. Alors râlons ! :D (Pas trop mais un peu, paraît que c’est bon pour la santé. Haha, ça nous donne des excuses tout ça ! )
    Concernant cette sensation d’avoir des clés dans la main mais de ne connaître ni leur nature exacte, ni la porte qu’elles ouvrent… c’est désagréable c’est sûr, mais je crois qu’on passe tous par là. ;) A plus ou moins forte raison, durant des périodes plus ou moins longues, et pour des raisons différentes… On tâtonne, on cherche, on se sent un peu coupable de perdre du temps et de ne pas parvenir à trouver les chemins qui mènent à ces portes.
    Néanmoins, je pense que petit à petit, nous y sommes guidés. On nous aiguille, et puis progressivement, on trouve des indices, puis les indices finissent par s’accumuler et voilà. :)
    Tout est une question de temps, j’imagine.
    Et puis tu sembles bien entourée et épaulée, donc nul doute que tu finiras par savoir à quoi servent ces clés. : )
    Pour cette idée de coopération vers lesquelles tes guides semblent t’emmener doucement depuis quelques temps, je comprends que ça puisse te bloquer au vu du désert que tu as traversé et que tu évoquais souvent. C’est compliqué quand on a développé un caractère indépendant (ma mère-qui s’appelle Sylvie d’ailleurs ! :D - fait partie des gens qui se sont forgés ce style de tempérament au fil du temps et elle a également du mal avec l’idée selon laquelle elle aurait besoin de quelqu’un pour avancer)
    Mais avancer avec un(e) compagnon(nne) de route pendant un moment, ça a des bons côtés… On s’apporte mutuellement, l’un(e) épaule l’autre quand elle/ il en a besoin. Et puis je pense qu’on peut accomplir plus de choses à deux, des tâches de plus grande envergure. Deux tempéraments différents, avec des qualités et des défauts qui peuvent tout de même se révéler complémentaires dans une situation donnée…Et puis l’idée de partage. Ca doit être une belle expérience.
    Peut-être as-tu appris à te débrouiller seule et à découvrir tes ressources justement en vue de pouvoir accomplir quelque chose avec d’autres personnes sans dépendre d’eux, partager, et découvrir d’autres « notions » , d’autres choses, ouvrir de nouveaux horizons… ?
    Raaah, j’ai toujours l’impression d’avoir du mal à exprimer clairement l’idée telle que je la conçois. XD
    Je sais pas pourquoi je dis ça, car quelque part ça parle plus du fait que chacun d’entre nous contribuions à un beau « tout », mais ça m’est venu à l’esprit…Et on peut peut-être interpréter ça comme le pouvoir de la coopération entre les êtres, quelque part ? Un ami avait pris un jour une métaphore en me disant qu’un grain de sable raffiné seul, c’était beau, mais que ce grain seul ne peut pas faire une belle et grande plage comme plusieurs de ces grains côte à côte.

    Bises et courage à toi!! Passe une jolie journée

  3. Sapin

    16 juillet, 2013 à 4:12

    Bonjour,
    merci pour ta présence.
    Il me semble être souvent surprise par les hautes températures l’été en région parisienne ; comme si je n’avais pas en mémoire comment il a fait l’année d’avant. Cela dit, je ne me souviens vraiment pas qu’il m’aie déjà été si facile de prendre des coups de soleil. J’ai l’impression que le soleil est plus direct, plus cru qu’avant, je trouve pas bien les mots.

    A part ça vive les moustiquaires !

    A propos d’avancer, de clefs et de portes… parfois, il est au moins aussi difficile de ne pas lutter que de lutter, je trouve. Je me sens fatiguée. Distinguer facilement le cœur de l’égo, quelle capacité merveilleuse… et quelle aventure.

    Et en parlant de coeur, dans un de tes billets, tu abordais la notion de méchanceté. Bien que je doute que tu aies spontanément envie de développer, il y a une question qui me tourne autour de puis un moment, alors je te la suggère comme sujet de post : c’est quoi la méchanceté?
    De mon point de vue, on ne peut pas être méchant, seulement confus, illusionné, agir sans sentir son propre coeur. Mais je ne vois pas une intention pure avoir la capacité d’être « méchante ». Alors, quand toi et tes quides (surtout tes guides) parlaient de méchanceté, s’agissait-t-il de « méchanceté d’égarement », ou de méchanceté dans une intention pure?

    Ca me plairait beaucoup de recevoir ton retour sur le sujet, et je concevrait fort bien que tu ne le fasses pas aussi.

    Bonne continuation de vacances !! : )

  4. Laurence

    15 juillet, 2013 à 16:55

    Coucou Sylvie,

    Moi je ne me plains pas, je râle… c’est plus énergique lol, mais pas tout le temps hein, c’est pas marrant sinon !

    Mais je ne comprends pas, tu es où en ce moment, à Paris ou Marseille ? Parce les moustiques à Marseille ok, c’est des monstres, ils sont plus gros que partout ailleurs en plus lol (en France bien sûr), mais à Paris ?

    Bonne fin de vacances en tous cas :) , je suis sûre que malgré quelques inconvénients, ça t’aura fait du bien.
    Bises

  5. Jonathan

    15 juillet, 2013 à 15:55

    Salut Sylvie,

    Je te comprends tellement car je ressens la même chose depuis plusieurs mois avec des journées merveilleuses, des journées tristes, des journées ordinaires. C’est bizarre, curieux et inhabituel lorsque je m’observe et observe les autres aussi. Juste un fait ou observation sans jugement.

    Merci pour ton témoignage et bonne journée.

  6. aluna

    15 juillet, 2013 à 12:07

    punaise qqn qui me comprend mdr!!!

    J’adore me plaindre, ça détend vachement!!mais c’est pas au gout de tout le monde :p
    reste toi hihi bisous

Consulter aussi

Suis la Voie du Maître

     » Vous êtes une majorité plus ou moins consciemment à courir après les hon…