Archive pour août, 2013

« Travaille. »

 

Bonjour à tous,

Bon aujourd’hui j’ai besoin de quelques réponses alors j’ai des tas de questions à poser à mes guides.

« Que veux-tu savoir que tu ne puisses pas découvrir seule en temps et en heure ? », me demande Astaroth.

Beaucoup de personnes en consultation évoquent des difficultés avec leurs âmes  jumelles. J’ai besoin de quelques précisions.

« Telles que ? »

Eh bien, comment fait-on pour déterminer avec certitude le moment d’une réunion agréable ? Comment régler le problème du fossé spirituel et émotionnel qui peut séparer deux personnes ? Comment fait-on pour dépasser l’effet miroir quand le souci est une évidente immaturité spirituelle de part et d’autre ?

Comment se défaire de la dépendance qui résulte d’une réunion imparfaite ? C’est surtout cette question-là qui m’intéresse. Les gens évoquent leur souffrance, j’en vois facilement l’origine. Mais il leur est difficile d’accepter qu’ils perçoivent davantage ce qui pourrait un jour être que ce qui est vraiment. Même s’ils comprennent. A cause de cette fameuse dépendance.

Tu comprends ?

« Que se passe-t-il en général quand tu te poses des questions ? »

Vous me répondez.

« Oui, eh bien entends notre réponse aujourd’hui, que veux-tu savoir que tu ne puisses découvrir seule en temps et en heure ? »

Mais j’ai besoin de savoir aujourd’hui. Pour aider les gens. A ne plus souffrir. Tu comprends ?

« La solution à un problème de dépendance est le sevrage pur et simple accompagné d’un travail sur soi qui permet de comprendre la raison qui fait que vous entretenez sciemment la dépendance. La fatalité n’existe pas princesse. »

Le problème c’est que ces personnes ressentent majoritairement des liens bien réels. Et elles arrivent à percevoir ce que pourrait donner leur relation si elle fonctionnait. Partant de là, comment renoncer ? Elles ont envie que ce qu’elles sentent se concrétise.

« Qu’elles ouvrent les yeux. Lorsque quelque chose est pour vous, nul obstacle ne tient. Tu n’as qu’à continuer à leur dire la vérité, leur ressentis sont juste mais pour diverses raisons elles ne sont pas prêtes pour la réunion parfaite. C’est tout. « 

Bon, j’entends bien ce que tu dis, mais j’ai besoin de cerner un peu mieux le sujet, ne serait-ce que parce que je peine à trouver toute la documentation dont j’aurais besoin. Vois-tu, quand j’ai besoin de réponses en consultation, je les obtiens pour le cas précis et par la même occasion je découvre des choses. Ce qui est bien.

Seulement, cela développe ma propre curiosité aussi, j’ai besoin d’un manuel, complet et clair si possible. Un qui ne s’arrête pas aux beaux côtés. Je voudrais l’écrire mais le sujet est trop vaste pour moi, il me manque l’expérience qui me permettrait de canaliser la connaissance que je pourrais recevoir.

« D’autres ont cette expérience, petite fille. Tu t’es trouvé un sujet de recherches, amuse-toi bien, sers-toi des témoignages qu’il y a sur ton blog, extrais-en les questionnements et les constats mais ensuite n’analyse pas, utilise le don connaissance et la compassion pour dérouler le fil de la connaissance éclairée. »

A partir des expériences d’autres personnes ? Je ne peux pas faire ça.

« Pourquoi pas ? Essaye. Et tires-en l’ouvrage dont tu as besoin. Mais sache une chose, si tu le fais, tu ne pourras pas le garder pour toi. Tu devras le partager d’une manière ou d’une autre. D’accord ? »

Ça ne m’ennuie pas, mais si j’ai bien compris, vous n’allez pas répondre directement à mes questions ?

« Non, cherche. Quatre ans que tu tiens ce blog, tu as donné bien des consultations abordant le sujet, tu sais utiliser tes capacités, tu as tous les outils dont tu as besoin, nous n’avons pas à te répondre.

Travaille. »

Ok, merci Astaroth.

Bonne journée à tous ;)

Inventaire

Inventaire 1308300424578035711509649

Bonjour à tous,

J’ai horreur des chiffres, mes guides le savent et ils s’obstinent quand même à attendre que je ne sois plus dans la partie administration du blog pour me poser des tas de questions idiotes.

« Nous te demandons juste combien il y a de commentaires à ce jour. », me répond Ariel.

14000 et quelques.

« Tu ne sais pas précisément ? »

J’ai vu le chiffre tout à l’heure mais je l’ai oublié !

« Et combien y a-t-il d’articles ? »

Je suis une blogueuse moi, pas une comptable. J’ai vu le chiffre tout à l’heure là aussi, mais je ne m’attarde pas dessus.

Tiens, à me parler de chiffres tu me fais penser aux notes que j’ai obtenu en compta à la fac. Heureusement que j’étais en droit et que ce n’était pas une matière incontournable. 

« Des chiffres tu en vois pourtant. », me répond Elémiah.

Oui, mais justement, j’en vois bien assez.

« Sais tu combien il y a eu de visites à cet instant précis ? », me demande Gabriel.

Tu plaisantes ? Tout à l’heure il y avait écrit un million et quelques..

Je regarde les statistiques bien sûr, mais je ne suis pas là à noter chaque chiffre.

« Bon, et combien y-a-t-il de visiteurs chaque jour en moyenne ? »

J’ai une idée, cette info là se trouve sur la page des statistiques avancées, je vais aller la chercher et je reviens.

« Ce n’est pas la peine. Tu vois, là où il y a du plaisir, il y a toujours, retiens-le bien, de l’aisance.

Comprends par là que lorsque tout coule de source, c’est que vous êtes sur la bonne route. Mais vous avez tendance à vous attarder sur tellement de petits chemins de traverse que vous avez parfois du mal à distinguer les véritables routes. »

« La véritable route… », reprend Ariel.

« …est celle sur laquelle vous êtes un jour arrivé par hasard. », achève Sammael.

C’est une impression où depuis quelques temps vous êtes en train de me créer un panneau d’indication géant ?

« Peut-être est-il déjà là, il te reste simplement à le voir. Peut-être également que ce n’est pas nous qui l’avons créé. Peut-être qu’en vérité tout est juste parfait. », répondent-ils tous en chœur.

Merci à vous.

Bonne journée à tous ;)

Apprendre à proposer

Apprendre à proposer 1308291220148035711505327

Bonjour à tous,

« Faisons un jeu veux-tu ? », me propose Gabriel.

D’accord.

« Qu’est-ce qui te ferait le plus plaisir, une nouvelle tenue ou une semaine de vacances ? »

Je voudrais les deux.

« Disons qu’il te faille choisir. »

Une semaine de vacances, surtout si je peux partir quelque part.

« Tu es rentrée tôt aujourd’hui. »

Je serais allée voir un ami si vous ne m’aviez pas presque implorée pour que je rentre.

« Tu voulais lui parler ? »

Je voulais passer le voir.

« Juste pour discuter. »

Voilà.

« Et pour passer un bon moment avant de rentrer, ce qui ne t’attirait pas. »

Effectivement.

« Bon, nous t’avons expliqué que le problème auquel tu fais face est d’ordre affectif. Tu as finalement compris un peu plus tôt dans la journée.

Comprends, énormément de personnes souffrent de ce même problème. Il est un des enjeux de vos multiples réincarnations, tu es loin d’être un cas isolé.

Le besoin de reconnaissance de l’ego se retrouve chez nombre de personnes ignorant qui elles sont vraiment, quelles sont leurs propres valeurs, ce dont elles sont réellement capables. Ce sont ces personnes là qui ont besoin de se voir briller dans les yeux d’autrui. Elles font évidemment fausse route et la vie se charge toujours de le leur rappeler à un moment où autre.

Le besoin de reconnaissance de l’âme diffère en un point essentiel, vous savez qui vous êtes, quelles sont vos valeurs et ce dont vous êtes capables. Seulement voilà, vous avez besoin d’incarner pleinement cette vérité et quand ce n’est pas le cas, vous avez le sentiment de ne pas parvenir à vous exprimer. 

Cela entraine souvent une envie de rébellion, très mal dirigée. Les autres sont stupides, ne vous comprennent pas, vous ne pouvez pas leur parler, vous êtes un incompris. Passer cette phase qui est plus proche de l’ego que de l’âme, vous en arrivez au très désagréable problème de la personne qui sait mais qui est la seule à savoir. »

Concrètement, prenons l’exemple de cette nouvelle mesure au travail.

« Il s’agit bien d’une mesure abusive. Tu as remarqué à raison que certaines règles semblent avoir édictées juste pour toi et effectivement, la gérante te parle mal quand elle s’énerve après toi ce qui est le cas dès que tu ne vas pas dans son sens.

Tu as de bonnes raisons de la trouver tyrannique. »

Alors, quand sa mère…

« Effectivement elle ne se montre pas toujours entièrement bienveillante envers toi. Tu as raison là encore. Elle évite même de te parler pour ne pas fâcher sa fille. »

Depuis le départ j’ai raison !

« Tu étais tellement en colère, il fallait que tu te calmes. »

Quand mon père arrive et dit qu’il veut voir un match alors qu’il voit qu’on est devant la télé…

« Tu as raison là encore, ce n’est pas juste. Il tient uniquement compte de ses envies. Mais tu as une télé. Il part du principe que ta mère peut aller regarder votre programme avec toi, dans ta chambre. »

C’est ce principe-là qui me gêne. Je ne comprends pas Gabriel.

« Tant que tu apprécieras ta situation sous l’angle de la rébellion, tu ne comprendras pas. »

Mais, si je n’ai pas tort, pourquoi est-ce à moi de reculer ? Tu peux m’expliquer ?

« En réalité on ne soumet personne par la force, c’est un leurre. Entends ce que je vais te dire et entends bien, n’interprète pas, écoute-moi. Si l’esclavage n’a pas marché ce n’est pas parce que la situation était inhumaine. C’est parce que la soumission ne s’exerce pas dans la violence.

Plus on se montre violent envers vous, plus vous devenez violent vous-mêmes. Aujourd’hui chez toi il n’y a plus d’esclavage, par contre, il y a beaucoup de personnes qui se doivent d’être « disponibles » au travail, comme toi et vous ne dîtes rien. Cela vous semble normal vu que l’on vous paye, même si parfois très mal.

Ailleurs ou dans d’autres domaines c’est pareil, prends l’exemple de l’émancipation de la femme. Pourquoi ce terme existe-t-il ? N’êtes-vous pas tous des humains ? Homme ou femme ? Dans ton monde, les femmes se vantent d’avoir obtenu ceci ou cela, des droits, de l’égalité. Tu es juriste, sur le papier tu sais tout cela.

Mais dans les faits, qui est-ce qui réclame des droits, de l’égalité, les esclaves et vois ce terme au sens large.

Comprends que l’Intelligent en réalité ce n’est jamais celui qui oblige, c’est celui qui propose. Vous avez choisi un système de développement qui induit que la seule façon de s’enrichir au plein sens du terme est d’exploiter autrui.

Seulement, le propre des esclaves est de chercher à se rebeller. Alors pour contourner cette réalité vous avez deux solutions, ou vous renoncer à devenir un maître vous-mêmes et vous rejoignez les rangs de ceux qui se rebellent, un choix majoritairement suivi, ou vous apprenez à proposer.

Tu as pris conscience de plusieurs choses, tu ne veux pas rester une esclave, tu ne veux pas non plus devenir un maître. Il te faut apprendre à proposer et ton problème d’ordre affectif sera réglé. »

QUOI !!!

« Si tu réfléchis calmement, tu verras que ce discours n’a rien de choquant. »

Affectif…

« Oui, dans un tel contexte les rapports des uns aux autres sont fortement influencés par la violence des dominations que vous imposez ou qui vous sont imposées. C’est cela que tu ne supportes plus. C’est pour cette raison que la solution ne se trouve pas dans de nouvelles rencontres par exemple.

Elle se trouve en toi d’abord, à toi de la faire rejaillir à l’extérieur. Il te faut apprendre à proposer, un peu comme le font certains artistes qui sans avoir renoncer à ce qu’ils aimaient ont su tenir compte aussi des envies d’autrui. Ainsi ils ont su construire des ponts intéressants pour eux et pour les autres. »

Ça je comprends. 

« La clé ici, que vous soyez un artiste ou non, est la créativité. Seule façon de trouver l’énergie qui permet de ne plus se voir en maitre ou en esclave. Elle permet de révéler l’Être. »

Effectivement cela peut amener à satisfaire ce fameux besoin de reconnaissance qui est en réalité le besoin de faire ce pour quoi on est venu.

« Bravo. »

Bon, c’est difficile quand même de dépasser totalement cette envie de rébellion.

« Pas tant que ça, tu sais qu’il s’agit d’un leurre, la vraie blessure peut t’aider à retrouver le calme et les soins évidents apparaitront ensuite. »

Les soins évidents ?

« Oui, pas les remèdes, les soins. »

Je ne comprends pas.

« Dans le calme tu comprendras. Une maison se bâtie brique par brique. Il faut apprendre à proposer, ce n’est naturel pour personne. »

Je comprends mieux pourquoi vous aviez insisté pour que j’écrive à des éditeurs alors que je n’étais pas prête du tout…

Je vais recevoir trois non. Bon.

« Et alors ? Au moins tu sais qu’il y aura une prochaine fois. Tu sais dans quel domaine tu es créative. »

Merci beaucoup Gabriel.

Bonne journée à tous ;)

 

Danse avec moi

Danse avec moi 1308280259118035711503003

Bonjour à tous,

Je me demande pourquoi tant de personnes ont des oiseaux pour totems ? Je n’aurais jamais cru…

« Pourquoi pas ma douce enfant ? »

Lauviah, finalement tu es de nouveau de passage, le mieux ce serait que tu restes définitivement. Ce serait le plus simple. En plus tu ne me déranges pas du tout.  J’ai une idée, Sammael n’a qu’à s’éloigner et toi tu restes !

« Sammael va rester auprès de toi. Tu le sens d’ailleurs non ? »

Oui je le sens.

« Je suis venue te demander comment tu te sens. »

Je me sens bien.

« C’est vrai ? »

Oui.

« Tu danses  avec moi ? »

Avec toi, non !

« Pourquoi ? »

Parce que, je te dis que je me sens bien. C’est que je me sens bien.

« Pourtant tu refuses de m’accompagner. »

Mais si je te dis oui je vais être obligée de voir que je ne me sens pas si bien. Zut. Pourquoi es-tu là ?

« Danse avec moi. Je veux seulement t’aider. »

On danse dans une belle dimension, où tout est léger, d’accord ?

« Tout ce que tu veux. »

Alors ok. C’est drôle je me sens lourde.

« C’est normal, ma belle enfant. »

Pourquoi ?

« Parle-moi. »

Te parler, pour te dire quoi ? Que je dois avoir un souci d’ancrage car j’ai l’impression de flotter depuis plusieurs jours et que la « frontière » entre les dimensions est de plus en plus mince ?

Ou bien pour te dire que je fais des cauchemars, des rêves difficiles ou encore que je ne supporte pratiquement plus mon environnement ? 

« Ton ancrage, je veille sur toi comme tu ne l’imagines pas, ton ancrage est parfait. »

C’est impossible, on dirait que je pourrai presque m’élever dans les airs par moment. Je ne te mens pas, tout devient soudain tout léger…

« Ton ancrage est parfait. Les cauchemars ou rêves difficiles ne sont pas des rêves évacuateurs. »

Pourquoi je ne les comprends pas ? Je n’arrive plus à les interpréter.

« Pourquoi essayes-tu ? Accepte les messages qui te viennent au réveil. »

Ce sont des avertissements ? Il y avait ce chat ce matin et mon oncle qui criait. Je n’ai pas compris. En outre il y avait cet escalier, comme un passage magique qui pouvait m’amener d’ici à la ville dans laquelle j’ai grandi en un clin d’œil. Ça j’ai bien aimé par contre. 

« Le passage magique t’a plu ? L’as-tu compris ? Ton oncle voulait que tu cesses de l’emprunter, le chat est apparu pour lui barrer la route.

Il faut que tu restes toi-même et que tu fasses le ménage autour de toi. Ce qui te gêne actuellement ce sont tes parents. Tu n’as plus envie de rester chez toi. Ou de rentrer certains soirs.

Ce n’est pas pour rien que tu te sens flotter, tu ressens le besoin de t’évader. D’où le passage magique vers une destination connue et appréciée. 

Le chat, c’est un symbole de protection pour toi, quand il apparait c’est pour te tirer d’affaire en t’évitant de faire un mauvais choix ou de suivre les mauvaises personnes. En l’occurrence, tu en as assez d’être entourée de personnes qui ne croient pas en toi. Chez toi avec ton père et au travail pour la gérante qui a une attitude difficile envers toi.

Nous te l’avons dit, il vous faut un lieu de ressourcement. Si tu n’en as plus tu es en danger. D’où la nécessité d’un changement. Mais contrairement à ce que tu penses, le problème est d’ordre affectif. Avant toute autre considération.

Tu épuises tes propres forces. »

Alors tu es revenu.

« Pour te parler simplement. La bonne nouvelle est que tu as confiance en toi, que tu as une bonne opinion de toi et que tu sais faire la part des choses.

La mauvaise est que ça ne va pas suffire, tu vas finir par tomber malade. Je peux t’aider, mais alors sois à l’écoute. Il y a une solution simple à ton problème et ce n’est pas un nouveau travail ou un nouveau logement. »

Tu plaisantes ?

« Je sais que tu ne penses qu’à ça. Tu ne regardes pas dans la bonne direction pour l’instant. Tu cherches à t’isoler. Tu n’y parviendras pas car ce n’est pas ce qu’il te faut. »

Et qu’est-ce qu’il me faut ?

« Tu as réfléchi aux activités que tu pourrais pratiquer à la rentrée ? »

C’est une vraie question ?

« Oui. »

J’hésite entre la danse, le chant et la photographie. Ou la peinture. La peinture me tente bien. J’aime bien peindre. Ou des cours d’anglais.

« Oublie le chant. La photographie, ce serait intéressant. La danse également. Mais la peinture, ce serait une excellente idée. L’anglais aussi. »

Souhaite-moi plus de chances que l’an dernier, quand j’ai voulu m’inscrire j’ai vu les pires queues de ma vie. Et Sammael m’est tombé dessus parce que j’avais fait un choix par dépit au lieu de m’accrocher à ce que je voulais.

« Nous ne te voulons pas de mal. »

Je sais.

« Alors écoute d’accord ? Fais ce que tu as envie de faire. Même atelier vannerie. »

Lol. Ça ne me déplairait pas en fait, j’aime bien les activités manuelles.

« Tant mieux. Je vais te laisser avec Sammael maintenant. A bientôt ma douce Sylvie. »

A bientôt Lauviah. 

« Un problème d’ordre affectif ne se règle pas dans la dureté d’un cœur qui se ferme. »

Tu as l’air en forme Sammael.

« De la vannerie ou autre, ce qui importe c’est surtout que… »

Que je rencontre de nouvelles personnes.

« Non, ce n’est pas le problème. L’idée est que ton cœur reste ouvert. C’est tout. »

Ce n’est pas la solution n’est-ce pas, il s’agit d’une mesure d’urgence plutôt.

« Nous ne te donnerons pas la solution, tu ne voudrais pas l’entendre. Mais elle ne se trouve pas dans l’isolement ou le travail. »

J’ai fait fausse route et je dois faire demi-tour ? Je peux l’accepter.

« Mais justement, tu n’as pas fait fausse route. La solution se trouve devant, pas derrière toi. Tu sais, parfois, le plus simple est de manger quelques chips. En attendant plus intéressant.

Tu n’as pas encore dîné. Tu devrais y aller. Mange quelque chose. »

Je vais continuer à faire de drôles de rêves ?

« Il s’agit de rêves annonciateurs et préparatoires. »

Pour quel type d’évènement ? Parce que j’ai eu ma dose de bouleversements tu vois, franchement. Tu veux que je te dise ce que je voudrais ? Moi j’ai envie de choses très simples en vérité. Mon rêve secret ce n’est pas de refaire le monde.

« Cela peut être bien de refaire le monde, dans sa tête ou en vrai. Certains l’ont fait, il suffit de rester réaliste et c’est à la portée de chacun d’entre vous. »

Sammael…

« Tu obtiens toujours ce dont tu as besoin, souviens-t’en. Une fois de plus ce sera le cas, c’est tout. »

Bon, merci à toi et à Lauviah bien sûr.

Bonne journée à tous ;)

Un hibou, un tigre, trop de gens !

Un hibou, un tigre, trop de gens ! dans Esprits Animaux 1308270227298035711499381

Bonjour à tous,

Bon, soudain, j’ai l’impression d’être entourée d’animaux totems.

« Nous t’avions dit que cela arriverait. Ce sont juste des personnes de passage, des gens qui te lisent et qui ce faisant parviennent à remonter le chemin jusqu’à toi. Ce n’est pas difficile de suivre une trace quand il y a un panneau devant vos yeux. », m’explique Elémiah.

Qui a pour totem ce magnifique cygne blanc ? Il est d’une grâce et d’une beauté infinies ! Et cet hibou ? Il est drôle je trouve. Mais tous ces gens, je suis obligée de les voir ? Je veux dire, ça fait bizarre !

Il y a un crocodile ! Il a l’air très sage c’est marrant. C’est quand même un crocodile, ça fait drôle de voir soudain un crocodile !

Et le loup noir qui reste loin mais que je vois quand même, qui donc croit se cacher ainsi ? 

Je suis jalouse du cygne blanc !

« Pourquoi ? »

Pour ce qu’il dégage et il est d’une telle beauté ! Mais le tigre c’est qui ? Je vois des panthères, des loups, et ce tigre, une tigresse en fait. Elle est belle aussi.

« Lequel de ces totems préfères-tu ? »

Le mien, mon jaguar ! Ce sont ses énergies que je préfère.

« Ce n’est pas désagréable de voir des totems. »

Non, c’est vrai ce n’est pas désagréable. Mais soudain ils sont nombreux.

« Ce n’est pas grave, ils ne te font rien, ils passent juste, c’est tout. Comme le corbeau hier soir. Ils ne font que passer, il ne faut pas avoir peur. »

Le cygne c’est qui Elémiah ?

« Peu importe, vis ta vie, tranquillement. »

Lol, merci à toi.

Bonne journée à tous ;)

Rougeole et autres expériences

Rougeole et autres expériences 1308260436268035711496265

Bonjour à tous,

Et bonjour Lauviah.

« Bonjour ma belle Sylvie. »

Pourquoi es-tu passé, car je sais que tu es juste de passage, Roéchel me l’a dit tout à l’heure. Mais ça me fait plaisir que tu sois là.

« Je suis toujours là, je serai toujours là. Près de toi, même si tu ne me sens pas. Ton frère est malade, il se remettra ceci dit. Ainsi va la vie, vous pouvez tous vous remettre des petites choses qui vous touchent.

Vous avez souvent plus de mal à vous remettre des grosses difficultés. Parfois vous y parvenez, d’autres fois, vous ne trouvez pas les moyens ou la force.

Pourtant de toute expérience il y a une leçon à tirer. Ta sœur et toi avez attrapé la rougeole dans votre petite enfance. Ton frère beaucoup plus tard. »

Lol, le pauvre. Comment a-t-il pu attraper la rougeole…

« C’est comme en Amour, certaines choses arrivent quand elles doivent arriver. Pour certains plus tard que pour d’autres. Alors bien sûr, il est de expériences plus agréables que d’autres également.

Toutefois ce qui compte c’est que finalement il serait faux de croire que tout doit arriver à tout le monde au même moment. Les choses arrivent quand elles doivent.

Ton frère se remettra. Donne-lui quelques jours.

Toi par contre tu ne crains plus la rougeole, tu l’as déjà eu. Bon, eh bien c’est que tu as d’autres choses à vivre. C’est vrai, toutes ces maladies que tu as déjà eues, sont autant d’expériences que tu n’as plus à vivre. Peut-être alors que les expériences marquantes qui te restent à vivre, seront-elles agréables. Peut-être.

C’est vrai, toi tu as déjà eu la rougeole, c’est derrière toi maintenant. Ton corps a enregistré l’information, tu as appris de cette expérience. C’est du passé désormais. En quelque sorte, peut-être est-il possible de considérer que le plus dur quelque part, est passé.

Vu ainsi, on peut réaliser que le fait que tout le monde ne vive pas forcément les mêmes choses au même moment est peut-être une richesse. Ceux qui ont déjà eu la rougeole peuvent aider ceux qui soudain la développent par exemple.  Ta maman a vu tout de suite de quoi il s’agissait.

Au fond la vie, c’est un échange, chacun apporte ce qu’il a acquis au fil de ses expériences et de cette manière, vous vous enrichissez au contact les uns des autres, quel que puisse avoir été votre parcours personnel.

Il suffit de se montrer ouvert.

Tu as remarqué, il y a un corbeau. »

J’ai vu, on dirait le totem de quelqu’un mais je ne connais personne qui ait pour totem un corbeau. C’est la première fois que je croise ce totem d’ailleurs.

« Tu as peur ? »

Non de quoi ? Cette personne ne m’effraie pas. Par contre je n’arrive pas à savoir de qui il s’agit.

« C’est parce qu’il faut qu’il ou elle se présente à toi sous sa forme incarnée. »

Bon, mais pourquoi je vois aussi un serpent ?    

« Pourquoi pas ? Passe une nuit agréable et fait de beaux rêves ma douce enfant. Je resterai auprès de toi, même si tu ne me sens pas. »

Ah Lauviah…

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)

Crois aux miracles

Crois aux miracles dans Féérie 1308250139458035711493252

Bonjour à tous,

« Il ne faut pas se fier aux apparences par moments.

Une déception un jour, un bonheur le lendemain.

C’est cela aussi la vie. », me disent les Fées ce matin.

« Si hier tu n’as pas obtenu ce que tu voulais, tu l’auras demain. Nous allons te raconter une histoire. C’est l’histoire d’une petite fille qui ne voulait plus croire aux miracles, lassée de voir tout le monde autour d’elle en bénéficier tandis qu’elle avait l’impression de rester sur le côté, à observer au lieu de participer. Un jour, elle décida de se montrer réaliste d’après elle et de provoquer les miracles. S’ensuivit une série de désillusions et de catastrophes parce que la petite fille en vérité ne croyait plus en elle-même.

Le secret pour réussir dans la vie matérielle est de croire en soi. Quand la petite fille, fatiguée de frapper aux mauvaises portes retourna chez elle et reprit ses jouets, alors de jolis miracles se produisirent enfin. »

Qu’est-ce que je dois comprendre ici ? Je devrais croire aux miracles ?

« Tu devrais croire en toi. Et aimer tes jouets. Il n’est pas nécessaire de les abandonner. Tu peux les garder. D’autres sont venus jouer avec toi déjà, ils ne plaisent pas qu’à toi. Crois aux miracles. »

Merci à vous.

Bonne journée à tous ;)

Deux faces d’une même pièce

Deux faces d'une même pièce 1308240219478035711489501

Bonjour à tous,

« Cet homme qui t’a encore invitée sur son bateau, il n’est pas ton ami. », me dit Elémiah.

Vous n’arrêtez pas de le dire, j’ai entendu.

« Il se montre gentil, très délicat, mais il n’est pas ton ami. Il est simplement intelligent et patient, ce n’est pas la même chose.

Mais vous n’avez rien en commun. Son adorable petite fille ne lui ressemble pas non plus. Il est calculateur, menteur et possessif en plus d’être jaloux. Passe ton chemin. »

Comme ça c’est simple. Néanmoins, moi je le trouvais juste sympa.

« Il n’est pas sympa, il est intelligent. Dis-lui que tu veux aller à Sainte-Lucie et tu verras qu’il te proposera de t’y emmener. Comme hier quand tu as eu la mauvaise idée de lui parler d’un de tes endroits préférés. Ne va pas faire de kayak avec lui, il n’est pas pour toi. Il se montre sous un faux jour pour t’amadouer et c’est tout. 

En outre, ne crois pas ses mensonges au sujet de sa situation financière qui certes est confortable mais moins qu’il souhaite le faire croire.

Il n’y a rien d’intéressant chez cette personne. Passe ton chemin. »

Il ne m’intéressais pas de cette façon-là !

« Tu as un regard tellement candide que parfois nous devons te dire les choses. Il n’est pas gentil, il n’est pas sympa non plus. Il est intelligent. »

Quand vous parlez comme ça j’ai l’impression d’être stupide. C’est seulement hier au téléphone qu’il a commencé à parler différemment. Avant cela, il avait toujours l’air de me voir sans « me voir ». Même l’autre jour sur le bateau, il n’a jamais fait mine de s’intéresser spécialement à moi.

« Il t’a offert une boîte de chocolat à noël. Alors que jusque là vous vous disiez à peine bonjour. »

Mais il n’éveille pas du tout ma méfiance c’est drôle…

« Non c’est normal, tu n’avais pas compris qu’il s’intéressait à toi. Tu as besoin que les choses deviennent évidentes pour t’en rendre compte. Et encore, même quand tu as compris, tu continues à vivre tranquillement, surtout si tu ne ressens pas la même chose. Tu restes sur ton nuage rose. Eh bien reste dessus, c’est parfait. Mais sache simplement qu’il n’est pas gentil. »

Tu vois là tu me fais peur Elémiah.

« Il ne te touchera pas. Toutefois il n’est pas pour toi. Honnêtement ma belle enfant, tu prendrais une claque avec lui. »

J’entends bien ! Mais il ne m’intéresse même pas de cette manière !

« Nous le savons bien. Nous ne te parlons pas de toi. Tout le monde n’est pas aussi candide et sincère que toi. Il ne va pas te tendre de perche, il va essayer de s’insinuer dans ta vie pour faire en sorte qu’il devienne à tes yeux une évidence. Certes, il y aurait fort à faire. Tu as la particularité de ne pas voir que l’on s’intéresse à toi quand tu n’es pas a priori intéressée. Néanmoins en réalité il s’agit d’un système de défense dû à ta sensibilité.

Tu fais inconsciemment en sorte de placer des barrières là où tu pourrais être blessée. Alors si en apparence tu parais très candide, la réalité spirituelle et énergétique est toute autre.

Tu disposes d’un scan redoutable que tu ne maîtrises absolument pas. Ce n’est pas pour rien que tu es célibataire. Aujourd’hui je suis venu te dire que cet homme n’est pas pour toi mais, c’était surtout pour t’éviter un vilain rêve à venir, que tu n’aurais pas apprécié. »

Pourquoi ce même scan ne me permet-il pas de rencontrer quelqu’un avec qui je m’entendrai bien ? Non posons plutôt la vraie question, pourquoi un tel mécanisme de défense ? Il m’est arrivé quelque chose, dont je ne me souviens pas ?

« Rien d’insurmontable. »

Vraiment ?

« Oui. »

Alors pourquoi ?

« En réalité, la bonne question est plutôt, pourquoi pas ? »

Tu plaisantes ?

« Non. »

Depuis le début vous me dîtes que j’ai tort de m’en faire, qu’il n’y a aucun problème, que je trouverai quelqu’un avec qui je m’entendrai bien.

« C’est vrai. »

Je vois les choses un peu différemment.

« C’est dommage, tu vois des difficultés là où il n’y en a pas. »

Vraiment ?

« Tu verras. »

Quand je serai vieille et que je ne pourrais plus avoir d’enfant ?

« C’est ce que tu penses ? »

Oui.

« Tu te trompes. Fais confiance à ton scan. »

Tu as dit que c’était un mécanisme de défense.

« Oui, particulièrement efficace. Mais à l’inverse, enfin tu verras. »

Dans combien de siècles d’après toi ?

« Tu verras. »

Lol !!!

Tu vois, je me suis déjà sentie seule, ce n’est plus ce que je ressens. Aujourd’hui j’ai davantage envie de partager des choses que de ne plus être seule. Et c’est comme ça depuis que Lauviah s’est méchamment éloigné.

« Méchamment ? »

Lol !!!!!!!!!

« C’est une bonne chose d’avoir envie de partager. »

Je ne vois pas en quoi. C’est comme si je sentais que ce serait bien s’il y avait quelqu’un qui comprenne tout ce que je dis et tout ce que je vis mais tout en sachant que cette personne n’est pas encore là. J’aimais mieux quand Lauviah était là.

Parce que si je me sentais seule, il réchauffait toujours mon cœur.

« Aujourd’hui tu te sens seule ? Tu as froid ? »

Non, c’est pas ça, j’ai juste l’impression que ce serait mieux si je pouvais vraiment partager et avoir quelqu’un qui puisse me répondre en face de moi. Tu comprends ?

« Tout cela est bien normal. Tu ne ressens pas le besoin que l’on comble tes propres failles mais au contraire que l’on t’accompagne. Nous ne pouvons qu’être satisfaits d’une telle évolution. »

Tu plaisantes ?

« Tu devrais être contente aussi. C’est un signe de maturité affective. »

Maturité affective…

C’est pour ça que je fais des rêves un peu bizarres en ce moment ?

« Non tu reçois des avertissements.C’est parce que ta situation matérielle va changer. Tu es simplement avertie. »

Oui mais, ils ne sont pas agréables.

« C’est parce que tout ne sera pas agréable à vivre. Les gens peuvent réagir d’une manière inattendue. »

Justement, j’ai bien compris cette partie-là. Ce qui m’échappe c’est la raison de ces réactions inattendues comme tu dis.

« La jalousie, cela t’a été expliqué dans tes rêves mais tu ne veux pas accepter le message. »

Tu me dis ça tranquillement, des rêves qui me disent que soudain les personnes que j’aime vont me détester !

« Ils te disent que souvent, lorsqu’il vous arrive quelque chose qu’ils ne comprennent pas, il réagissent d’une manière qui vous blesse. Comme lorsque tu as été expulsée de ton appartement. Tu t’en souviens ? »

Parfaitement, je ne vais pas revivre quelque chose de similaire ?

« Si, mais dans l’autre sens. Nous t’avons dit que tu récupèreras tout ce qu tu as perdu. Tu verras. »

Je ne cherche pas spécialement à récupérer quoi que ce soit, je veux juste être tranquille.

« Celui qui donne reçoit. Toujours. Tu te souviendras de la phrase, cent jours pour le voleur, un jour pour le propriétaire. »

Je sais ce que j’ai perdu, au-delà de tout ce qui est matériel.

« Bien, es-tu haineuse ou revancharde ? »

Ni l’un ni l’autre, j’ai laissé aller il y a longtemps, je ne veux pas récupérer quoi que ce soit, je cherche la paix pour moi. En moi elle est déjà là, je voudrais l’établir autour de moi.

« C’est bientôt l’heure d’une nouvelle bataille. Que tu devras gagner par la douceur et l’intelligence. Avec tes qualités humaines avant tout. Certaines guerres valent la peine d’être livrées, si vous ne faîtes qu’être vous-mêmes.

Tu ne comprends pas ces paroles, elles ne t’appellent pas à la violence. Laisse venir et sois contente quand tu as des raisons de te réjouir.   Quand tu n’en as pas, trouves-en. Sois ton propre rayon de soleil.

Tu sais, les deux faces d’une même pièce ne représente toujours qu’une seule et même pièce. »

Pourquoi ai-je l’impression que tu vas t’arrêter sur ça ?

« Je t’aime, passe une bonne soirée. »

Ah Elémiah, merci à toi.

Bonne journée à tous ;)

Et revenir

Et revenir dans Anges 1308231229048035711487099

Bonjour à tous,

« A certains moments de votre vie, vous devez voyager, partir loin, pour vous réaliser. Dans ces moments-là vous êtes seuls, jusqu’à ce que vous trouviez le moyen de revenir vers les autres.

Il n’est pas possible de voyager sans quelques bagages dont vous vous délesterez ici et là. Toutefois, vivre c’est aussi voir du pays. »

Elémiah pour Sylvie.

Bonne journée à tous ;)

Définir l’objectif

Définir l'objectif 1308220427518035711484359

Bonjour à tous,

« Bien, tu as apprécié ta discussion avec Véhiriah hier soir. », me dit Raphael.

Oui.

« Être lié à la Lumière ne signifie pas que vous êtes nécessairement des humanistes dans l’âme. Te souviens-tu de ce reportage sur cette jeune femme autiste qui avait su dépasser son handicap et qui avait appris à communiquer et même à vivre comme tout le monde, même si en faisant en sorte que le monde lui ressemble davantage ?

Elle a su apporter quelque chose d’utile, montrer une nouvelle voie. Pourtant, cette femme le reconnait elle-même, elle n’entend rien à la vanité, au besoin de paraître, elle ne voit pas le futile.

Elle n’en est pas capable. Elle a appris à parler sa langue maternelle comme vous apprenez les langues étrangères, mot par mot. Et pas à l’âge habituel. Elle a dû apprendre à interagir avec autrui. Toutefois son brillant esprit lui a permis de concevoir, une chose étonnante pour toi, des abattoirs.

Elle s’intéresse aux animaux, elle a conçu un système qui permet de les tuer sans les faire souffrir. Tu avais été touchée par ce reportage en te demandant comment une personne qui disait aimer les animaux avait pu aider à concevoir des abattoirs. »

Effectivement, je trouvais cela incompatible en fait. Seulement dans le reportage il était expliqué que grâce à elle, les animaux étaient en réalité mieux traités.

Ce qui m’a interpellée surtout, au-delà de cette histoire d’abattoir, c’est ce qu’elle a dit au sujet des « personnes comme elle ». Elle disait, à la préhistoire au coin du feu, ce ne sont pas ceux qui discutaient qui ont conçu des outils, ce sont des personnes comme elle. Ce n’est pas celui qui riait avec les autres qui s’intéressait aux pierres les entourant et qui imaginait les outils qu’ils pourraient en tirer. Ceux qui socialisent, s’intéressent à leurs amis, leur famille (rappelons qu’elle est autiste), leurs carrières, ceux-là sont trop pris par le monde pour s’intéresser au pourquoi du comment.

Elle, elle ne s’intéresse pas aux gens en fait. Elle a appris à vivre avec nous autres. Toutefois j’ai trouvé son point de vue assez pertinent et en même temps…

« Elle a raison. »

Entièrement ?

« Comprends comme tu le peux à l’heure actuelle, mais il faut un esprit différent pour faire des choses différentes. »

Moi je n’aurais jamais pu concevoir des abattoirs.

« Toi non, elle si. Tu vois la mort, elle a vu la vie, le cœur. Tu manges de la viande Sylvie, tu sais donc à quoi servent les abattoirs. »

Je ne te dis pas non…

« Vous êtes nombreux à manger de la viande, et vous élevez même des animaux dans ce but. Il faut oser tenir la logique jusqu’au bout. Elle a pensé, nous nourrir oui, mais pas nécessairement en faisant souffrir. D’où les abattoirs. »

Évidemment présenté comme ça…

« Il faut un esprit différent pour faire des choses différentes. »

Comment sait-on que l’on fait des choses différentes ? Je veux dire sur le moment, pas après coup. Et pourquoi certains ont-ils un esprit différent comme tu dis ? D’ailleurs, un esprit différent, de quoi ?

« Eh bien, pourquoi n’aimes-tu pas les mathématiques ? »

Je n’aime pas ce que je ne comprends pas. Et je suis nulle en maths. J’avais horreur de ça, une vraie punition. Parfois je comprenais certaines choses mais malheureusement, c’était toujours « au milieu ». Par exemple je n’ai jamais su résoudre une équation simple. Par contre, un jour j’ai compris comment résoudre les équations à deux inconnues et j’ai tout de suite adoré. Mais ensuite il a fallu revenir aux équations simples et alors j’ai été de nouveau larguée et j’ai laissé tomber.

Je déteste les maths.

« Et la biologie ? »

J’aimais tout ce qui avait trait au corps humain. Et c’est tout.

« Et la physique ? »

J’aimais la chimie quand on manipulait des pipettes. C’était sympa et intéressant. Mais quand on a commencé à parler de molécules avec ces boules et ces bâtons qui ne m’évoquaient rien du tout, j’ai décroché.

« Les cours d’anglais étaient plus intéressants ? »

Beaucoup plus à mon sens. Au moins on faisait quelque chose de concret. En maths, on abordait un univers qui me semblait loin de moi. Quand on me parlait de la couche terrestre aussi, je n’y trouvais aucun intérêt.

Tu vois, il y a des tas de choses qui aujourd’hui que je suis adulte m’intéressent. Toutefois je pense sincèrement que ce n’est pas grâce à l’école qui n’est en rien conçu pour que les enfants prennent goût à ce qui leur est présenté.

« Tu n’aimes pas le journal télévisé. »

Je ne comprends pas ce qu’il y a de si passionnant. Il y a d’autres façons de se tenir au courant de l’actualité. Et puis je DÉTESTE le fait qu’à la télé, on mette l’accent sur des choses qui ne me touchent pas au lieu de parler des choses que je trouve importante. Donc, je reste logique, j’évite de regarder.

« Et qu’est-ce qui ne te touche pas ? »

Je ne comprends pas cette passion pour les moindres petites phrases des politiciens. Moi je m’intéresse plutôt à leurs actions. Je me fiche de savoir que Untel à tacler Tel Autre. Ou que certains passent leurs vacances à passer de la pommade à une partie de la population.

J’aimerais mieux qu’on vienne m’expliquer pourquoi tant de choses augmentent au mois de juillet par exemple. Voilà ce que je trouverais intéressant.

Et les faits divers me saoulent. Or si tu retires ces deux éléments du journal…

Le journal télévisé en fait me rappelle l’école. A l’école on n’a pas le droit de trier. Pour moi le journal c’est pareil. On te dit voilà. Je préfère aller chercher à droite à gauche plutôt que de saisir un plateau plein de choses indigestes.

« Tu détournes les yeux quand tu vois un accident sur la route. »

Je n’aime pas le sang. Je me sens mal quand je vois quelqu’un en sang, je n’aime pas voir des blessés. 

« Tu n’as pas voulu regarder la vidéo de cet homme qui a tué son petit ami sur internet. »

Qu’est-ce que cela aurait pu m’apporter ? Je n’ai pas besoin de voir ce genre de choses. La mort ne me fascine pas tu sais, le sang et la souffrance non plus.

« Un esprit différent c’est une personne différente. Comme cette femme autiste. Mais pas parce qu’elle est autiste. Tu l’as compris non ? Elle a conçu des abattoirs pour réduire la souffrance des animaux. Tu comprends ? »

Je crois oui.

« Il y a des tas de personnes différentes. Des personnes qui ont une vision en tête et qui se laissent porter par elle. Des personnes qui ressentent les choses d’une manière éclairante pour elles et qui voient donc le monde d’une manière un peu particulière. »

Je comprends ça !

« Pourquoi as-tu été cherché sur internet des informations sur les médicaments de ton traitement actuel ? »

Parce que je déteste quand le médecin ne me dit pas pourquoi il me prescrit ceci ou cela. J’aime bien savoir et ainsi je comprends.

« Pourquoi tu ne fais pas juste confiance ? »

La confiance se mérite. Je n’ai pas confiance parce que quelqu’un est médecin. J’ai confiance parce que je comprends pourquoi je dois suivre un traitement. J’ai le droit de savoir après tout.

« Quand tu penses à ta propre façon de voir le monde, ta manière de penser, tout te semble normal n’est-ce pas ? »

Bien sûr. Je vois le monde comme il est. Mais évidemment avec mon propre regard. Je sais bien que nous avons chacun le nôtre.

« C’est là où tu te trompes. Rares sont ceux qui peuvent réellement voir ce qui est. Vous voyez ce que vous pouvez.

Néanmoins pour répondre à une de tes questions, vous savez que vous faîtes des choses différentes quand vous vous rendez compte que vous êtes le seul à les faire. Ou plutôt le premier.

Et par la suite vous vous rendez compte que vous avez un esprit différent quand vous réalisez que ce vous avez fait vous semblait pourtant naturel. »

Naturel et normal.

« Oui. »

Mais quel rapport avec cette histoire d’objectif ?

« Beaucoup de médiums disposent du don de connaissance, pourquoi ne parviennent-ils forcément pas à le rendre accessible à tous ? »

Je me pose la même question, mais je crois que c’est davantage lié à la personne qu’au médium en fait…

Je crois que la médiumnité n’est qu’un outil et que ce sont nos qualités humaines qui permettent le développement de nos facultés de telle ou telle manière.

Je crois que ce qui compte vraiment c’est qui nous sommes. Je crois que les facultés spirituelles sont d’abord au service du médium qui peut les mettre au service d’autrui. C’est pour cela que j’ai développé le don de connaissance, j’en avais besoin.

Je ne connaissais rien à l’ésotérisme moi. La spiritualité restait proche de l’église à mes yeux. Mais un jour j’ai eu besoin de recevoir un vrai enseignement et j’ai eu envie de créer ce blog.

Et alors vous êtes venus me guider ici aussi et m’avez aidé à comprendre qui je suis. D’abord pour moi-même. Et ensuite j’ai vu que cet enseignement pouvait aussi servir à d’autres. Parce qu’ici on trouve un enseignement différent.

Je vois. Pour moi j’ai un esprit normal, tu comprends ?

« Heureusement ma belle enfant. Tu es normale. »

Lol.

« La majorité des personnes qui ont l’esprit d’un chercheur ont en fait un esprit différent. C’est même souvent une de vos caractéristiques. Vous cherchez parce que vous sentez ou voyez ce qui pourrait être. De ce fait vous n’acceptez pas ce qui est. Du moins, vous savez que mieux existe et vous vous efforcez de faire apparaître ce mieux.

Partant de là le but en réalité est simple, c’est développer sa vision. C’est concevoir un abattoir.

Et vu que tu ne t’en rendais absolument pas compte, puisque pour toi tout est juste normal, il fallait que nous te disions que c’est ce que tu fais. Tu développes ta vision au travers ce blog et les concepts que tu défends. Dans ton cœur tu sais certaines choses, tu te bats pour les faire valoir.

Alors comment développer ta vision ? En croyant toujours en toi. Il faut une foi inébranlable pour défendre ses idées. »

C’est sûr lol, merci Raphael. Parce que tu vois, moi je sais avec certitude que chacun peut recevoir son enseignement personnalisé. Mais il faut créer le pont. Et moi je le vois. C’est ça ma vision. 

Bonne journée à tous ;)

1234

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause