Archive pour octobre, 2013

La grippe oui mais bon…

La grippe oui mais bon... 1310301132218035711689187

Bonjour à tous,

Il arrive que nous pensions que nous pouvons plus ou moins tout avoir en mains. C’est alors que la dure réalité nous rattrape sous la forme d’une vilaine grippe qui refuse de passer gentiment.

Bon, la méchante s’est permise de m’imposer des pics de fièvre presque tous les soirs de la semaine en fin de compte. Mais loin de s’arrêter là elle me fait tousser au point que je peine à parler maintenant.

Ce soir toutefois je n’ai plus de fièvre et je suis de bonne humeur, la soirée me parait douce et je me dis que j’ai bien fait de me goinfrer comme je viens de le faire, je n’avais pas réalisé que j’avais si faim.

Je vais me reposer tranquillement et voir comment je me sens demain.  Si ça va tant mieux, sinon j’irai chez le médecin. Ne jamais se casser la tête la veille d’un weekend de trois jours, il y a mieux à faire.

Bonne journée à tous ;)  

Le prochain pas

Le prochain pas 1310291128018035711686514

Bonjour à tous,

Je sens que ce soir est le soir idéal pour faire des biscuits au chocolat. Ce genre d’intuition est rarement fausse. Très rarement. Le souci c’est que je ne suis pas certaine qu’il me reste du chocolat en tablette…

Allez savoir qui est à blâmer ici, je vous dirais bien mes parents, seulement, je ne suis pas entièrement certaine qu’ »on » ne les ait pas aidés…

Bref, inutile de chercher plus avant, nous avons aussi du chocolat en poudre. Je suis une femme pleine de ressources. Je trouverai la bonne solution chocolatée pour cette belle soirée.  

« Tu as repensé à ce qui t’est venu en tête au réveil ? », me demande Thor.

Sur la souffrance au travail ? J’y ai repensé.

« Beaucoup de personnes passent par ce que tu as toi-même traverser. Alors, aujourd’hui, peux-tu tirer quelque chose de cette expérience ? »

Toutes les clés pour nous en sortir sont en nous, c’est cela que j’ai vu. Parfois on ne rêve que d’une aide extérieure. Seulement, il faut être capable d’apprécier les outils dont on dispose vraiment.

J’aurais pété un câble, sérieusement. Si je n’avais pas su « élever ma pensée ». C’est joliment présenté n’est-ce pas ? Rassurez-vous, je n’oublie pas les très nombreux articles que j’ai pu écrire dans lesquels je ne montre clairement pas les meilleurs aspects de ma personne.   

J’ai vraiment beaucoup souffert au travail ou du fait du travail dans mon emploi actuel. J’ai souffert également de m’entendre si souvent dire, et oui c’est comme ça mais que veux-tu c’est la vie, va simplement ailleurs si tu n’en peux plus. Parce que partir pour partir, je ne peux pas. Une part de ma souffrance était liée à mon besoin de me réaliser, de m’épanouir.

Il est absolument évident que cela n’arrivera jamais dans mon emploi actuel. Les consultations m’ont été d’une grande aide à ce niveau, elles m’ont permis de constater bien concrètement que le travail peut être plus qu’une simple nécessité alimentaire.

Je veux dire, évidemment je le savais dans l’absolu. Je suis heureuse d’avoir pu le vivre. Combien sommes-nous à penser, le jour où je gagne au loto, je prends ma retraite ! Moi je le pensais, très sincèrement. Mais avec des guides qui me disaient, joue si tu veux, tu ne deviendras jamais riche ainsi, j’avais assez peu d’espoirs je dois dire…

Toutefois, les quelques fois où j’ai joué (non pas chaque semaine !) c’est ce mince espoir qui me poussait car, que veux-tu c’est la vie, c’est absolument terrible à entendre quand on est en souffrance. Terrible.

Personne ne songerait à dire à une femme battue, que veux-tu ma chérie c’est la vie. Eh bien, je pense sincèrement que de telles paroles sont inappropriées dans tous les cas de souffrance.

J’ai été victime de harcèlement moral. C’est encore le cas en vérité. J’ai pourtant fini par parvenir à dissocier ce qu’il me convient d’accepter de recevoir ou non, petit à petit.

Je ne blâmerai jamais ceux qui préfèrent reculer ou qui « choisissent » de rester victimes passives. Je ne le ferai pas parce que je comprends. C’est sûr ce n’est pas la solution mais je comprends.

Dans ma colère, ma grande colère, j’ai voulu porter plainte, j’ai voulu voir d’autres souffrir comme je souffrais moi-même et je ne comprenais pas pourquoi mes guides ne voulaient pas « reconnaître » ma colère, pas plus que mes proches.

J’ai compris aujourd’hui qu’elle est une mauvaise amie. Néanmoins longtemps je me suis demandée comment je pourrais sortir la tête de l’eau tout en restant là mais ça s’est fait. Ou du moins j’ai pu le faire. En « élevant ma pensée ». C’est joli comme formule non ? J’adore quand les gens présentent les choses ainsi, cela permet d’occulter une réalité très peu rose. Ne lui répétez pas mais, je suis heureuse que Sammael ait été là pour moi durant cette période.

Concrètement j’ai été obligée de me mettre en face de celle que je suis, d’admettre mes points forts et de contempler ce que je souhaite pour voir au-delà du bourbier. La bonne nouvelle est que cela a été bénéfique, l’autre nouvelle est qu’il faut désormais que j’en tienne compte.

Je ne prends toujours aucun plaisir à me rendre au bureau chaque matin et cela ne va pas changer. C’est à moi d’accepter l’idée que j’aimerais bien maintenant avoir une sorte de cabinet. Bon, je vais voir ce qui s’en rapprocherait le mieux…

« Essaye des biscuits à la vanille s’il n’y pas de chocolat en tablette. », me dit Thor.

Tu crois ?

« Nous croyons que le connu gagne parfois à être redécouvert, jeune Sylvie. »

Merci du conseil.

Bonne journée à tous ;)

STROMAE – FORMIDABLE

Image de prévisualisation YouTube

Bonjour à tous,

Il y a une chanson que j’adore en ce moment, c’est Formidable de Stromae. Et ce clip, c’est juste génial, le gars est si pathétique, du moins le parait. Mais en réalité, ce sont les gens autour de lui qu’il parvient à rendre pathétiques. Par contre comme c’est difficile d’obtenir de bons liens avec les clips, je vous propose une version audio + paroles.

Pourtant je ne suis pas une grande fan de cet artiste, mais cette chanson, m’a trouvée. Du coup, pas mal des derniers articles du blog ont été rédigés avec ce titre en toile de fond. Et c’est également le cas de celui-ci.

J’espère que vous aimez vous aussi.

Bonne journée à tous ;)

L’occasion de…

L'occasion de... 1310280338118035711680201

Bonjour à tous,

Une amie, qui rencontre des problèmes de santé sur lesquels je ne vais pas m’étaler, m’a demandée de lui apporter mon aide.

« Sans rentrer dans des détails inutiles, elle rencontre un problème qui d’un point de vue spirituel est proche de celui que tu as toi-même dû surmonter. », me rappelle Sammael. 

Une de mes tantes aussi souffre d’une affection mentale. Les médicaments sont de moins en moins efficaces. En plus l’hiver approche et elle a souvent des crises en hiver. Elle devrait venir vivre ici lol.

« Elle le voudrait. »

Je sais. J’ai eu le temps de revoir mon propre parcours, je suis tellement reconnaissante d’avoir pu m’en sortir de cette façon !

« Ce que tu as pu faire pour toi, tu peux le faire pour d’autres. »

Sammael, j’avoue quand même que pour le coup, je vois l’ampleur de la tâche. J’ai « regardé » rapidement, tandis que nous discutions et je vois l’ampleur de la tâche.

Et tout ce qui pourrait lui permettre de résister efficacement à la maladie, lui est inaccessible. Concrètement inaccessible.

« Maintes fois nous t’avons rappelé comment aborder une ascension. Il ne faut pas viser le sommet de la montagne mais le premier palier de la pyramide. C’est celui-là qui est ta portée immédiate.

Qu’as-tu vu si tu te concentres sur ce premier palier ? »

Une épaisse toile d’araignée qui la retient dans la zone dangereuse en permanence. Mais je ne vois pas l’araignée, un nœud qui se déplace ou qui peut prendre plusieurs formes donc.

« Les affections mentales sont un résultat. La conséquence d’une ou plusieurs causes qui se rejoignent en un centre qui ne vous est plus accessible. D’où leur côté permanent. Si vous ne pouvez plus atteindre l’origine du problème, vous ne pouvez pas guérir. »

Par là je ne passerai jamais. Elle va retourner toutes ses défenses contre moi et je ne vais pas me battre. Le premier palier ce n’est pas la toile ou même l’araignée…

C’est ce qui lui est inaccessible.

« Bravo, beaucoup auraient préféré combattre l’araignée. »

Pour quoi faire ? La jeune femme en question est trop forte et trop intelligente. Combattre l’araignée ce serait risquer une crise. Quand elle sera prête elle me rappellera. Je vais essayer de l’aider.

« Ce sera l’occasion d’utiliser l’énergie de guérison. »

Tout à fait !

« Mais il faudra que tu te battes, contre ses projections. Elle te verra en plus, elle rêvera de toi en train de te battre. »

Si je fais ça elle va mobiliser des défenses contre moi, la partie d’elle qui va s’opposer au processus de soin j’entends. Parce qu’il y en a toujours une en vérité, quelle que soit la maladie. Il y a une part de nous qui sait pourquoi on est malade et qui ne veut pas guérir. 

Je ne vais pas y aller au forcing !

« Il te suffira de lui parler, de lui expliquer chaque étape. Et la partie qui ne veut pas guérir, devra se soumettre, petit à petit, à l’autre. Et un jour c’est ton amie qui se battra, elle-même. Elle sortira elle-même du bourbier. C’est ce qui doit être, tu ne peux que l’aider. Lui montrer le chemin qu’elle n’est pas en mesure de voir, la guider. Comme nous t’avons guidée, mais la guérison dépendra d’elle. »

Je comprends.

« Comprend également que parfois, les portes s’ouvrent pour laisser entrer la Lumière. D’autres fois, pour laisser aller l’obscurité. Les miracles apparaissent lorsque vous parvenez à faire entrer la Lumière au moment où vous laissez aller l’obscurité.

Autrement dit, nous aimons bien ton nouveau blog. »

C’est un essai, je n’arrivais pas à organiser mes idées sur « papier ». Alors je me suis demandée comment m’y prendre et j’ai fait comme avec ce blog-ci. Mais je ne comptais pas le garder. Il est trop bleu…

Je vais probablement transférer les quelques articles que j’aurais écrit au final ici ou sur mon site.

« Vis ta vie princesse. Et crois en toi. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)

Une autre étape

Une autre étape dans Réponses 1310270314298035711677547

Bonjour à tous,

« Alors, tu vas cessé de torturer ta jolie tête ? », me demande Sammael.

J’avais besoin d’une petite réponse !

« L’as-tu obtenue ? »

Je crois.

« Qu’en fais-tu ? Tu nous as appelé il y a deux jours de cela, tu as demandé une faveur. Nous t’avons dit oui, mais nous t’avons demandé quelque chose le lendemain, tu t’en souviens ? »

Vous m’avez demandé de partager. Ce que j’ai reçu c’est cette réponse.

« Nous avons tenu notre parole, nous t’avons aidée. »

Je tiendrai la mienne et justement, j’ai voulu écrire un développement, noir sur blanc et je n’y suis pas parvenue. Je n’arrive plus à écrire depuis peu. Je sens pourtant un élan…

Ca me fait penser à mon journal intime. Je voulais tenir un journal pour parler de tout ce que je vivais avec vous et le reste mais, je n’ai pas pu. Ce n’était pas la bonne formule. Là encore, je voulais développer la réponse que j’ai obtenu en couchant tout sur le « papier » mais ça ne passe pas….

« Comment as-tu eu l’idée du blog ? »

Je ne m’en souviens pas. Ou plutôt si je sais, j’ai ressenti le besoin de m’ouvrir en fait. Mais pas sur un journal que personne ne pourrait lire. J’ai pris mon courage à deux mains pour créer le blog, je l’ai fait après avoir entendu pour la énième fois que je mentais et que ce que je disais vivre était le fruit de mon arrogance. Tout ça pour avoir dit que j’étais clairsentiente sur un forum et que je communiquais avec des Anges…   

Mais moi je n’entends pas avec des sons, je sens les mots et les phrases, les couleurs, tout, je sens. Alors je suis clairsentiente. Voilà. Enfin au départ c’était juste cela. Maintenant je vois et j’entends aussi. Pourtant le ressenti reste le plus évident chez moi.

Quant aux Anges, on me disait qu’il n’y avait pas de raison pour qu’ils viennent me voir moi en particulier. C’est certain il n’y a pas de raison, d’ailleurs, ils ne viennent pas voir que moi. Ils sont là, ceux qui peuvent communiquer avec eux le font.

Ce n’est pas le cas de tout le monde ? Est-ce de mon fait, je ne crois pas. Cela ne change rien à ce qui fait ma propre « réalité ».

« Alors finalement tu écris. »

Oui.

« Et tu dis ce que tu as envie de dire. »

Oui.

« Et ne peux-tu pas partager autrement qu’en écrivant ? Peut-être est-il temps de passer à une autre étape.  Peut-être as-tu suffisamment travailler seule dans ton coin et peut-être que cette réponse que tu as obtenue est davantage le résultat de ce que tu as appris qu’une réponse tombée du ciel. »

J’ai bien compris qu’il s’agissait de cela en fait. La fluidité, le panneau indicateur le plus évident et pourtant le plus difficile à repérer dans nos vies. Et c’est drôle mais cela m’est tombé dessus comme une révélation. Or la faveur que je demandais concernait le travail…

« Eh bien, vois-tu la théorie ? »

Oui. C’est cela que je voulais coucher noir sur blanc.

« Vois-tu la mise en pratique ? »

Justement oui, aussi. Et dans ma propre vie…

« Peu importe, comprends-tu l’idée que c’est ton travail antérieur qui t’a permis de faire cette synthèse en fin de compte ? »

La somme de diverses expériences oui.

« Alors je vais te poser la question, une fois, je n’attends qu’une seule réponse, tu ne pourrais pas partager autrement qu’en écrivant ? »

Pourquoi c’est toi et non pas Elémiah qui est venu ? Il m’aurait dit les choses différemment…

« Est-ce ta réponse, petite fille ? »

Je vois bien un autre moyen.

« Bon, une nouvelle fois prends ton courage à deux mains. Et va vers la Lumière. Tu comprends Sylvie ? »

Je comprends. Ne t’inquiète pas je comprends. Ca ne va pas rassurer mes parents, ils vont tenter de me décourager. Je le sais c’est ce qu’ils font quand ils ne sont pas d’accord avec nous, ils font tout pour nous décourager. Tu te souviens quand ma sœur avait voulu suivre son copain à l’étranger ?

Ils vont tout faire pour me décourager. Et moi j’habite ici, avec eux. Je n’ai pas d’endroit où aller me réfugier. Ca veut dire que je vais sortir du bureau pour essayer de concrétiser mes projets et les voir entrer et sortir de ma chambre pour essayer de me décourager.

C’est cela que je souhaitais éviter en fait. Tu comprends ? C’est dur. Etre seule je sais faire. Même si au loin, d’autres ne sont pas d’accord, je m’en fiche. Mais être là, à côté de personnes qui tentent de me décourager, au bureau, chez moi, c’est plus dur. Je me fatigue plus vite tu vois. Parce que cela m’oblige à me battre davantage.

« Tout le monde peut comprendre ce type de crainte. Certains sont encouragés par leur conjoint. »

Je n’ai pas de conjoint. Et je peux arriver sans encouragement, je sais déjà faire.  

« Tu aiderais ton conjoint ? »

Si je croyais en lui oui. Pas aveuglément, si je croyais en lui.

« Ce sont tes parents, dès lors qu’ils croiront en toi, ils te soutiendront. Leurs craintes ne sont pas différentes de celles que tu pourrais avoir si la situation était inversée. Quel parent sauterait de joie en entendant sa fille encore étudiante lui dire qu’elle veut tout quitter pour suivre un homme à l’autre bout du monde ?

Toi-même tu n’as pas encouragé ta sœur. Pourquoi ? »

Il était évident que ce n’était pas la bonne décision, zut…

« Donc, aujourd’hui comprends les craintes qu’ils ne manqueront pas d’avoir si tu as la mauvaise idée de démissionner maintenant. Néanmoins, si tu leur fais part d’un projet que tu mets en place doucement, en prenant le temps d’établir les choses, pourquoi chercheraient-ils à te décourager ? Ils savent que tu veux changer de vie, tu le leur as dit. Ta mère vient même de te proposer de t’inscrire dans une école de commerce. Ils approuvent ta volonté d’aller vers autre chose, tous les deux. »

Dans l’absolu il est clair que l’école de commerce est une option intéressante…

« Toutefois cela ne correspond pas à ce que tu veux. »

Voilà.

« Bon, il arrive que la détermination incarnée dans un acte simple soit plus éloquente que mille mots. Tu as beaucoup écrit, compris beaucoup de choses, tu as la sagesse et la douceur nécessaires, passe à autre chose. Rends les choses fluides. »

Merci à toi Sammael.

Bonne journée à tous ;)    

Pique-prête

Pique-prête 1310270324228035711675416

Bonjour à tous,

Mes guides m’ont demandé un peu plus tôt si je savais où j’avais pu laisser mon sac à main. Bien sûr que je le sais, en général je le range toutefois là maintenant il est posé sur une chaise dans le salon. Je suis sortie acheter des mouchoirs. Arrêtez de rire, je hais la grippe.

Ils m’ont demandé si je ne craignais pas que quelqu’un me vole quelque chose. On est dans la maison de mes parents, l’endroit où je vis et où j’ai toutes mes affaires. Si je ne me sentais pas en sécurité ici, où pourrais-je me sentir en sécurité ?

Ce ne sont pas mes parents qui vont me voler. Ils ne piquent que des choses que je leur pique aussi tel que du parfum pour ma mère ou du produit anti moustique pour mon père. C’est normal de se piquer ce genre de petites choses dans une famille, ça fait partie du jeu. Quand mon beau-frère vient il m’emprunte un film, dans le même temps il m’en prête, on se pique-prête des choses. 

« Ou des colliers en or. »

Pour le coup il s’agissait d’un malentendu. Quand maman a dit je te prête celui-ci, il y a maintenant plus d’années que je n’ai de doigts pour les compter, je suis bien persuadée d’avoir entendu distinctement, je te le donne.

Néanmoins nous avons pu faire la lumière sur toute cette histoire depuis longtemps, maman sait que ce collier m’appartient maintenant, il n’y a plus de malentendu. D’ailleurs je le porte actuellement, c’est mon joli collier.

« Ta mère te l’a effectivement donné, après coup. »

Avant, après, pourquoi nous attarder sur des détails…

Comme je le disais dans une famille, on se pique-prête des choses.

« Comme le t-shirt corail. »

Comment ce n’est pas le mien, tu es sûr ? En même temps, ce n’est pas maman elle-même qui l’a placé dans mon linge propre ? Peut-être qu’elle n’en veut plus ? Je veux bien l’aider à s’en défaire.  Si ça peut la soulager. Une fille doit aider sa mère. C’est normal.

« Comme elle t’aide à finir tes flacons de parfum. »

On se pique-prête des choses…

« Ou comme ton père t’aide à finir noix de cajou et chocolat. »

Là par contre je suis moins souvent d’accord ! La nourriture, c’est spécial. Surtout mon chocolat. Ca ne se fait pas de piquer le chocolat…

Après on s’étonne que je m’énerve !

« Ta mère t’emprunte tes sacs également. »

Ce qui ne m’ennuie pas.

« Ta mère entre dans ta chambre, ton père aussi. Ils touchent à tes affaires parfois. »

Ils ne fouillent pas, ni l’un ni l’autre. Ils respectent mes affaires et ils me respectent. Ils viennent quand ils ont besoin de quelque chose, sur la coiffeuse je laisse mes parfums et le produit anti moustique. Les sacs sont dans le placard, toujours au même endroit. Ils nettoient ma chambre également si je ne suis pas là, et ils m’apportent mon linge propre quand j’oublie de le récupérer. C’est-à-dire souvent. Mais je n’ai pas peur de mes parents. Ils me respectent et je les respecte.

Là maintenant mon sac du jour et tout son contenu sont dans le salon. Je ne m’inquiète pas pour autant. Il n’y a pas de voleur dans cette maison, on se pique-prête des choses. Mais nous avons confiance les uns dans les autres.

« Et si demain tu as besoin de vingt euros pour faire de l’essence mais que tu ne les as pas sur toi et que tu ne souhaites pas aller au distributeur, que feras-tu ? »

J’utiliserai ma carte bancaire.

« Si tu ne le souhaites pas, car tu ne peux pas. »

Si j’ai besoin d’argent que ferais-je ? On ne se pique-prête pas ce genre de choses, je demanderai. Je t’ai dit que je les respecte.

« Qu’est-ce qu’un manque de respect ? »

Fouiller, fouiller est un manque de respect. Pour moi cela revient à violer l’intimité. Je suis une personne introvertie, j’aime avoir mon jardin secret. Et j’aime qu’on le respecte.

J’aime mieux que l’on m’interroge plutôt que de fouiller dans mes affaires. Et puis quel superbe manque de confiance…

Je trouve que quand on est avec des gens qu’on aime on devrait se sentir en confiance. Même si je suis quelqu’un de naturellement méfiant lol.

« C’est faux, c’est l’inverse. Tu es quelqu’un de candide, qui fait naturellement confiance. Mais tu as été déçue trop souvent dans cette existence, tu es devenue méfiante. Enfant, tu pouvais parler à n’importe qui, de n’importe quoi et tu te sentais à l’aise. Partout, facilement.

Tu as déjà été déçue par des gens que tu as aimé ou aimes encore. Tu as appris à développer ton jardin secret. Les objets sur la coiffeuse ou les sacs dans le placard, ce sont des objets anodins à tes yeux. Tu piques-prêtes ce qui te semble anodin. Tu préserves ce à quoi tu tiens et qui n’est visible nulle part dans ta chambre. La seule façon de découvrir ce à quoi tu tiens, serait de fouiller.

Mais dès lors, tu entrerais dans une vraie colère, plus par déception que pour le fait d’avoir été découverte.

Si tu veux un conseil ma douce enfant, ne te donne pas l’occasion d’entrer dans de telles colères. Tu surmontes mal les déceptions. Rends visible ce qui doit l’être. Ce sera mieux pour toi. »

Merci Lauviah.

Bonne journée à tous ;)  

Normal

Normal dans Détente 1310260224588035711672804

Bonjour à tous,

Je crève de chaud. Alors qu’il y a encore un instant j’avais froid et j’étais enfermée dan un de mes deux gilets. Oui je n’ai que deux gilets. La bonne nouvelle c’est que les grippes ne durent pas. La mauvaise c’est qu’elles existent. Enfin, l’autre bonne nouvelle c’est qu’apparemment je n’aurais pas droit à la même que ma mère et mon frère. Et tous les collègues de mon frère. Et mon père.

Ah cette année c’est la méchante on dirait. Celle qui nous remet tous à notre place. Moi en tout cas, mes projets pour le weekend se résument à assurer le minimum. Autant parce que subitement l’idée de cocooner me plait que parce que de toute façon, je ne vais pas aller me baigner avec une grippe bien installée. 

Ce n’est pas grave, j’ai de nouveau le moral. Et je comprends que normal, c’est ce qui nous convient tout simplement.

Bon weekend à tous ;)

Ce qu’on s’avoue et le reste…

Ce qu'on s'avoue et le reste...  1310251231258035711670913

Bonjour à tous,

Je n’ai plus de fièvre du tout on dirait. Tant mieux, j’attends la fin de la toux maintenant lol.

La toux…

Je croyais que j’avais une baisse de moral mais ce n’est pas ça non. Un jour on se voit devant ce que l’on voudrait et que l’on n’a pas. Pourquoi ? Parce que c’est là et que tout ce qui est là a de l’importance, de l’influence, de la portée. Certains ont alors l’idée de tirer les cartes et de regarder si ce qu’ils désirent est proche. Moi en l’occurrence. Parfois on a de bonnes idées et d’autres fois…

Je voulais savoir si j’allais rencontrer quelqu’un prochainement. Au moins je sais. Je me disais déjà, décidément, quand j’ai eu envie de tirer une dernière carte alors je l’ai tirée. C’est vraiment dommage qu’elle ne soit pas sortie plus tôt, par exemple en résultat lol, mais c’était une très jolie carte.

Ne croyant pas à la fatalité, je me suis dit qu’il doit y avoir une raison à cette situation. Qui reconnaissons-le, se prolonge drôlement. Sauf que je me heurte au genre de réalité que je vois parfois chez d’autres en consultation, tout est normal.

Pourquoi est-ce normal ? Je croyais que normal c’était de rencontrer quelqu’un à 20 ans comme tout le monde. Enfin je schématise mais vous avez compris l’idée. Pourtant quand je regarde, je ne vois pas de problème.

Parfois quand je dis aux gens, tout est comme ce doit être actuellement, ils réagissent en étant déçus et découragés et je me retrouve à leur expliquer que notre ego et notre âme ne voient pas les mêmes priorités ni ne visent les mêmes objectifs.

C’est marrant, ça semble plus facile d’expliquer aux autres…

Enfin, mon sourire est revenu finalement, c’est la bonne nouvelle. Ca tombe bien parce que je n’ai aucune envie d’aller travailler aujourd’hui. Pas plus qu’hier en fait.

Je m’ennuie, j’ai l’impression que ce que je fais ne sert à rien, je ne supporte pas l’ambiance du bureau et ma télépathie est effectivement en train de se développer. Vous avez déjà eu l’occasion de capter « la noirceur » ? Je ne vois pas d’autre mot. Merci à mes gentils guides d’avoir minorer mon empathie. Je me serais pris une méchante claque autrement. 

C’est vrai que ça fait du bien de s’avouer les choses. La fin de ma grippe ? Je l’espère lol !

Bise à tous ;)

Baisse de moral

Baisse de moral 1310250425548035711670366

Bonjour à tous,

J’ai une baisse de moral ce soir, sans raison valable en plus, ça ne m’arrive pas très souvent en soirée, ça passera…

D’ailleurs c’est déjà en train de passer.

« Comment s’est passé ta journée ? », me demande Thor.

Je me suis levée avec de la fièvre et un sérieux mal de gorge. J’ai pensé, mince ! Mais la fièvre est tombée au cours de la journée et je me sens plutôt en forme, malgré le mal de gorge. Ce n’est pas celui de l’anémie, il est plus piquant on va dire…

« Et tu tousses. »

Oui.

« Mais tu n’as plus de fièvre et tu es en forme. Les choses évoluent bizarrement parfois, à votre échelle. Tu es davantage en forme ce soir que tu ne l’étais ce matin. A croire que tu as simplement pris froid. D’ailleurs tu as eu froid ces derniers jours, dans ta chaude région du monde. Tu n’as pas souvent froid pourtant, mais tu préfères la chaleur même torride à la fraîcheur.

Et où as-tu eu le plus froid ces derniers temps ? Dans ta propre chambre en pleine nuit. Tu vas te coucher avec le ventilateur et tu prends froid dans ton sommeil. Tu as beau le positionner au niveau le plus bas, tu prends toujours froid.

Pourtant en général, tu ne tombes pas malade. Même si souvent, tu prends froid à la gorge et à la poitrine. Le bas de ton corps reste toujours bien couvert.

Penses-tu avoir contracté la dengue ? »

J’espère que non, j’ai vu trop de gens vidés de leur force avec cette grippe stupide. Je pense que je vais me remettre.

« Bon, et pour le moral ? »

Aussi, je vais me remettre aussi.

« Demain est un autre jour ? »

Voilà.

« Et pourquoi en es-tu là ? A l’intérieur comme à l’extérieur ? »

Je crois que j’ai du mal à voir au-delà de certaines difficultés actuellement.

« Regardons ensemble, qui te sert de mentor ? »

Personne.

« Personne, très bien alors, qui est l’exemple qui te montre la voie ? »

Je ne suis pas d’exemple.

« Bon, qui incarne le modèle qui te sert à créer ton propre chemin ? »

Personne non plus.

« Qui t’inspire ? »

Des tas et des tas de gens. Des gens que je croise, que je connais, que je lis, des tas de gens. Aujourd’hui je lisais un article sur un blog de mode. La bloggeuse expliquait qu’elle avait choisi de conclure sa très classique tenue du jour par une superbe paire d’escarpins bleus flashy, faisant fi des règles en matière d’accessoires parce que de toute façon pour elle la mode était l’occasion d’exprimer sa  propre créativité. Dans la vie elle est avocate.

Quand j’ai vu la tenue au départ j’ai pensé, ah, jolies chaussures mais je n’aurais pas osé cela. Puis j’ai lu son explication et j’ai pensé elle a eu bien raison ! 

J’étais déjà admirative devant sa jupe jaune fluo…

Je me souviens aussi d’une fois où ma sœur et moi étions devenues deux affreuses chiffonnières bien remontées l’une contre l’autre quand avec une intelligence remarquable mon père était parvenu à nous calmer toutes les deux. D’une simple phrase, il nous a ramenées à nos états d’origine.   

Ce sont souvent Mr et Mme Toutlemonde qui m’inspirent.  Je me souviens de ce jour dans le métro où une femme devant moi peinait avec son caddie trop plein. Une autre est arrivée à sa hauteur et sans un mot a soulevé le caddie, aidant cette dame à descendre l’escalier, avant de s’en aller sans même attendre les remerciements.

Ce sont des actes et des pensées qui m’inspirent. Davantage que des figures.

« Cherches-tu à admirer les gens ? En as-tu besoin ? »

Non, quoique, c’est une question intéressante…

J’aime bien être inspirée maintenant que j’y pense. Etre touchée de cette façon particulière qui fait que je vais remarquer l’âme de l’autre en train de s’exprimer. J’apprécie toujours de déceler cette authenticité sans laquelle j’ai du mal à laisser les autres venir à moi.

« Penses-tu être la seule dans ce cas ? »

Encore une question intéressante, non je ne crois pas. Je pense que nous pouvons tous être touchés de cette manière et que même, nous le recherchons consciemment ou non.

« Qu’est-ce qu’une porte ouverte Sylvie ? »

C’est une bénédiction.

« L’authenticité est une porte ouverte. Pourquoi as-tu une baisse de moral ce soir ? »

Trop de portes fermées.

« Alors, tourne la tête, tu verras des portes ouvertes. »

Ca va mieux !  

« N’oublie jamais combien tu es aimée. Passe une belle nuit. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)  

Essai raté

Essai raté dans Energies 1310240338388035711667123

Bonjour à tous,

« Qu’est-ce qui ne va pas ? », me demande Raphael.

Je n’arrive pas, quand je pense au fait que je sens les symptômes de la grippe de ma mère et mon frère en moi, je vois l’Ange qui sourit et j’ai envie d’une tisane. Je bois la tisane et je réalise que l’Ange qui sourit va m’aider à ne pas développer la dengue comme ma mère et mon frère. Les pauvres, ils dégustent. C’est le mot.

Alors évidemment j’ai pensé, comment les soigner, eux ? Réponse, tu manques trop d’assurance, c’est nul !

Bon, si j’essaye de me concentrer, je vois qu’ils vont se remettre tous les deux et qu’il n’est pas utile d’intervenir, sauf pour les aider à tenir le coup. Alors je peux leur envoyer de l’énergie pour cela, alors je le fais !

« Ils ne sauront jamais ce que tu as fait pour eux. », me fait remarquer Gabriel.

Ce n’est pas grave.

« Tu risques d’apprendre durement ce qu’est l’équilibre si tu ne veux pas écouter. »

Ils ne me croiraient pas de toute façon. 

« Nous allons te dire une chose, pas par gentillesse ou pour te flatter mais parce que tu refuses de l’accepter. Tu as ce que vous appelez du génie, utilise-le. Tu te rendras un grand service et tu pourras rendre de grands services.

Tu as déjà compris que ce n’est pas par hasard que tu te trouves si « mal » entourée. »

Je n’arrive pas à mettre en pratique ce que je vois au sujet des « remèdes ». J’ai essayé tout à l’heure et c’est bizarre mais ça ne vient pas. En général quand j’ai besoin de quelque chose, le canal s’ouvre, mais pas là !

« C’est toi qui ne veux pas voir, il s’est ouvert pour ta mère et ton frère. Il ne s’ouvre pas pour toi, mais nous t’avions dit que cette énergie n’était pas pour toi, elle n’est plus pour toi. »

Ah….

Ok. Je comprends. Je sais comment dépasser cette peur.

« Il faut que tu organises le stage. »

J’ai déjà décidé de le faire, je dois voir quand et comment. Mais il n’y a pas que ça. Tu vois quand je me penche sur l’idée, je vois plein de déclinaisons, des chemins, et je vois même un chemin pour améliorer sa sexualité…  

Ou pour se détacher de ses anciennes morts, c’est spécial ça. On parle rarement de ce genre de problème car peu de gens en ont conscience. Pour résumer, les anciennes morts correspondent à la mémoire de toutes les fois où l’on est décédé avec un sentiment de culpabilité chevillé au cœur. Cela laisse de vilaines traces qui donnent l’impression que même les bons jours, le monde est gris. Eternellement gris.   

Gabriel, trop de choses arrivent d’un coup pour que je puisse dès à présent situer le cadre de ma reconversion. Elle sera progressive mais définitive je l’espère.

« Donc tu es décidée à dépasser ta peur. C’est une bonne chose. J’ai une mauvaise nouvelle à t’annoncer, tu aimes travailler seule n’est-ce pas ? »

Oui.

« Eh bien, il se pourrait pourtant que ce ne soit plus ton chemin. Mais est-ce vraiment une mauvaise nouvelle ? Peut-être est-il temps d’apprendre à coopérer dans le partage et la confiance. »

Pour l’heure je ne vois pas…

« Laisse venir les souvenirs, d’ici ce weekend tu seras fixée. Mais nous t’avons prévenu qu’il y aurait encore une chose. »

Oui justement, c’est quoi ?

« Passe une belle soirée. »

Ah la la, merci à vous.

Bise à tous ;)    

1234

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause