Accueil Amour physique Et les couleurs

Et les couleurs

10

Et les couleurs dans Amour physique 14030110454817181812026630

Bonjour à tous,

« Imagine que la passion qui sublime tout existe bel et bien. Imagine qu’il soit possible de vivre une compatibilité parfaite avec un tiers. Nous savons ce que tu en penses c’est pourquoi nous te demandons de l’imaginer.

Imagine que chacun puisse réellement trouver non pas une chacune, mais sa chacune. Imagine qu’il soit possible de faire évoluer la passion sans pour autant ne jamais perdre en intensité au niveau des sentiments.

Et maintenant, imagine que cela ne soit à la portée que de quelques personnes chanceuses. Celles qui voient le monde en couleurs. », me soumet Roéchel.

Continue.

« Imagine qu’il n’existe que le noir ou le blanc. Imagine que selon votre cœur, vous  voyez du noir ou du blanc. Imagine que parfois, cela ne semble pas vous suffire, pour diverses raisons et que par conséquent vous vous mettiez à voir toutes les nuances du noir au blanc.

Imagine pourtant, qu’au-delà du noir, du gris et du blanc, il existe une multitude de couleurs. Imagine maintenant que l’Amour idéal tel que vous vous le figurez, soit en réalité plein de couleurs. »

J’imagine, et je me dis que j’aimerais bien pouvoir contempler toutes ces belles couleurs.

« Imagine alors qu’en fait, toutes ces couleurs ne soient qu’une illusion. Pourquoi penses-tu, je suis larguée, depuis hier je suis larguée ? »

Mdr !!!

« Imagine simplement que l’Amour n’aie ni couleur, ni saveur, ni texture. Imagine que vous voyez les couleurs qui vous parlent, qui vous touche et qu’en fait, ce soit votre Amour qui crée toutes ces couleurs, belles et moins belles.

Imagine que les arcs-en-ciels vous ressemblent et sont fonction de votre propre cœur.  

Imagine que ce qui importe, c’est que vous soyez simplement capable d’accepter votre façon d’aimer et surtout la façon dont vous voulez être aimé. Pour trouver l’âme sœur comme vous dîtes, il vous faut savoir comment vous voulez être aimé.

Pour beaucoup cela est suffisant. Pour d’autres, il est indispensable en plus que l’autre accepte votre façon d’aimer. Et pour une poignée, ni l’un ni l’autre ne compte. Les choses semblent s’enchaîner avec facilité et douceur. Au départ. Ensuite, apparait la passion qui ravage tout ou qui sublime, selon votre capacité à accepter des sentiments intenses.

Quand le soleil brûle la peau, il est trop tard pour reculer mais encore fait-il l’accepter.

Pourquoi penses-tu encore, je ne comprends rien ? Tout ceci ne te parle pas ? Gare à la passion qui ravage tout.

C’est vous qui teintez l’Amour de vos propres couleurs. Petite fille qui aime le blanc. Penses-tu pouvoir aimer le noir ? Il y a une chose que tu sens et que nous allons te confirmer, le blanc ne va pas avec le blanc. Le noir va avec tout. Le gris seul accepte les nuances. 

En Amour, il faut que l’un des deux ait conscience du potentiel de la relation. C’est celui là qui la fera naître vraiment. L’autre suivra, au départ. Les deux ne s’accordent vraiment qu’après. Et les couleurs se créent. Le blanc ne va pas avec le blanc mais accepte toutes les couleurs franches. Le noir va avec tout mais préfère les couleurs différentes voire les teintes qui s’opposent car le noir recherche la complémentarité. Le gris cherche l’éclat de la passion qui sublime. Elle est le feu créateur.

De l’étincelle jaillit la Lumière qui fait ressortir l’Ombre. Et la non-couleur originelle réapparait.

Pourquoi penses-tu, mais de quoi parle-t-il exactement ?

Imagine qu’il soit possible de s’entendre avec quelqu’un que tu connais à peine simplement parce que cette personne est là devant toi. Imagine que ce soit toujours comme ça.

C’est trop difficile ? Alors c’est parfait.

Ce qui atteint les limites de ton imagination seul, pourra te toucher.  Et ce que tu ne peux imaginer tu vivras, en voyant le sol s’ouvrir sous tes pieds. Alors tu auras le choix, la passion qui ravage tout ou celle qui sublime. 

Vous êtes nombreux à avoir ce choix dans vos vies. Ce qui dépasse votre imagination vous fait peur. Pourtant… »

Comment choisit-on ?

« Évite de le faire avec ton mental. Il a peur de ce qui le dépasse. »

Lol, merci à toi.

Bonne journée à tous ;)

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • Déconstruire et construire

    Bonjour à tous, Ah quelle semaine on vient de passer Chouchou et moi ! On a fait le carrel…
  • Sentir sa présence

    Bonjour à tous, C’est dans les moments de perte, de deuil que l’on saisit clairement l’int…
  • Notre Capricieux

    Bonjour à tous, Cette semaine nous avons perdu notre merveilleux, notre adorable, notre ma…
Charger d'autres articles liés
  • Déconstruire et construire

    Bonjour à tous, Ah quelle semaine on vient de passer Chouchou et moi ! On a fait le carrel…
  • Sentir sa présence

    Bonjour à tous, C’est dans les moments de perte, de deuil que l’on saisit clairement l’int…
  • Notre Capricieux

    Bonjour à tous, Cette semaine nous avons perdu notre merveilleux, notre adorable, notre ma…
Charger d'autres écrits par crystallia
Charger d'autres écrits dans Amour physique

10 Commentaires

  1. Miss X

    18 décembre, 2014 à 16:10

    La passion qui ravage , seigneur , j’ai connu l’autre..lol
    Bise. ;) on gère , on gère , on apprends.
    Quand le sols ‘ouvre , sous nos pieds , comme il dit.
    Mais peut-être qu’il ne parle pas de ce à quoi je crois qu’il parle..

  2. AliaCristal

    15 juin, 2014 à 13:41

    Coucou ^^

    Des fois je me sens noir, des fois je me sens blanc, des fois je me sens transparent ^^
    loooool

    Bon voilà je vais opter pour le transparent qui vire souvent qui est changement ^^

    Bises

    • crystallia

      16 juin, 2014 à 1:34

      Coucou !

      Pourquoi pas transparent, oui !

      Bise ;)

  3. Cel

    9 mars, 2014 à 0:54

    Bonsoir,

    Je ne comprends pas « le choix » entre la passion qui ravage et celle qui sublime…
    Evidemment, je pense qu’en théorie tout le monde préfère ce qui sublime à ce qui ravage. Pourquoi ferait on le choix de la passion qui ravage ? Et plutôt, comment éviter ça ?
    Je ne le verrais pas comme un choix… mais comme une conséquence, d’une perte de soi et de ses volontés propres ??

    Roéchel m’intrigue…

    Bise,

    Cel

  4. Cel

    5 mars, 2014 à 23:03

    Bonsoir,

    Je trouve cet article très beau :)

    Bise,

    Cel

  5. Xavier

    3 mars, 2014 à 9:53

    Salut Sylvie,

    Je me trouve dans ce dilemme en ce moment, c’est paradoxale car vous m’avez répondu et éclairé, comme quoi mon égo, refuse l’inconnu.

    Bise

  6. crystallia

    3 mars, 2014 à 1:45

    Bonjour,

    Merci pour vos commentaires, ils m’apportent d’autres angles de réflexion.

    Bise à vous ;)

  7. lapriereducompositeur

    2 mars, 2014 à 17:36

    Moi je crois que c’est possible d’avoir cette chose parfaite. Du moins, je l’ai vécue un temps. Un temps très court.
    Le « parfait » dont je parle a des défauts, de très petits défauts qui peuvent légèrement secouer (après tout, il faut bien qu’on s’engueule de temps en temps, ça fait partie du chemin d’apprentissage ) mais qui au final n’ont pas vraiment d’importance.
    Puisque tout se marie à merveille. Ce qui était imparfait devient une partie d’un tout, ce qui est imparfait devient aimable, cela constitue aussi le tableau et on finit par se dire que c’est un peu « les traits du pinceau », ça donne du charme de voir la fibre qui est passée là et a laissé une trace perceptible.
    Quand on regarde le tableau dans son ensemble, on oublie ces détails, on voit l’ensemble et on se laisse émouvoir.

    Donc… je sais que ça existe.
    Je m’en souviens.

    Ce que je n’ai pas eu en revanche, c’est la partie durable, c’est cette capacité à la faire évoluer cette passion (qui ne doit pas trop être passionnée non plus, pas dans le sens « passion qui déchire » sinon ça ne le fait pas).
    Cependant j’ai cette certitude de ne pas perdre en intensité au niveau des sentiments, ça c’est effectivement une réalité très grande que je me prends dans la figure là.
    Et ce, malgré ma situation qui ne s’y prête pas franchement bien.

    L’ironie est peut être que tu parles de couleurs… et qu’elle et moi en parlions jadis justement.

    Je lui disais que je ne la voyais pas trop avec des couleurs pastels, que ça ne lui allait pas très bien car les couleurs n’étaient pas assez profondes. Je lui disais que les couleur franches, vives ou foncées, mais franches pour sûr, lui allaient mieux. (Elle n’osait pas trop.)

    Moi j’ai horreur des couleurs pastels. J’ai toujours détesté ça, je ne sais pas pourquoi. (Je sais bien que nos auras sont couleur pastels et sur une aura c’est très joli, mais pour le reste j’aime pas, le reste n’est pas transparent.)
    Elle est retournée à ses couleurs mièvres, du moins je le comprends ainsi. Mes couleurs sont trop vives probablement.
    Et moi, je fais des compromis. Je choisis des couleurs un peu moins violentes, moins profondes, mais je ne peux pas m’empêcher d’en ajouter quand même quelques unes qui me correspondent, plus sombres, mais profondes quand même. C’est ma nature.

    Tu sais c’est un peu ces couleurs comme quand le soir est tombé… elles sont là, mais elles sont toutes un peu noires. C’est quasiment monochrome,… mais pas tout à fait.

    Mais des arcs-en-ciel, des couleurs vives et immensément variées, j’ai eu ça. Et c’était somptueux. Et ça me manque. Ca me manquera toujours.
    Mais il faut bien vivre n’est-ce pas?

    Je t’embrasse

  8. Eylisa

    2 mars, 2014 à 12:02

    Wahou !
    Merci Sylvie car le gris m’avait laissée une tonne d’interrogations quant aux autres couleurs comme celles qui se déclinent dans la lumière et que l’on observe des arcs en ciel. Je voyais des photos en noirs et blancs avec du gris et me disais mais on peut mettre de la couleur – la couleur c’est si vivant.
    Encore merci même si cela semble encore compliqué à atteindre.

  9. Biche

    2 mars, 2014 à 9:36

    Bravo ! Tu te surpasses en ce moment !

Consulter aussi

Riz aux poivrons et pommes vertes

Bonjour à tous, L’an dernier à Québec nous étions allés manger dans une chaine de re…