Accueil Spiritualité Les champs des voisins

Les champs des voisins

20

Les champs des voisins 14041403185717181812147629

Bonjour à tous,

Nous avons appris cette semaine que ma tante avait un second cancer, à l’autre sein. La bonne nouvelle est que les médecins se sont donc décidés à lui donner de véritables anti-douleurs, ce qui la soulage. Mais c’est évidemment la seule bonne nouvelle.

Je sais qu’elle appréhendait d’annoncer la nouvelle à sa fille. Je vais être honnête, je n’ose prendre mon téléphone pour vérifier si elle l’a fait et surtout si ma cousine a déjà besoin de soutien. Ma propre mère n’osait pas annoncer la nouvelle à ma sœur, trop sensible et qui fond en larmes dès qu’on lui apprend une mauvaise nouvelle.

« Ta sœur est très sensible, très émotive aussi. Et il lui est facile de laisser aller ses émotions. »

Elle est pessimiste, ne sait voir le verre qu’à moitié vide, anticipe toujours les pires scénarios et aime qu’on la plaigne. Heureusement, elle fait partie des gens à côté de qui il y a toujours quelqu’un pour aider. 

Ma sœur est une personne qui ne sera jamais seule. Il y a toujours quelqu’un pour l’aider et je suis sure que ce sera toujours le cas. 

« C’est vrai. Tu as appris à observer les schémas de vie. Tu sais que si demain elle doit s’éveiller, c’est toi qui devras l’aider? »

Je l’ai aidée à faire ses devoirs quand elle était en BTS. 

« Et quand toi tu allais à la fac, personne ne pouvait t’aider à faire tes TD. Aujourd’hui tu veux que quelqu’un t’aide ? »

Je n’ai pas besoin d’aide. Quand je n’arrive pas c’est que je n’ai pas pris le bon chemin. Je n’observe pas que les schémas des autres.

« Qu’est-ce qui ressort du tien ? »

Moi je croise des gens qui cherchent toujours à me pousser. Toujours. A un moment où un autre, les gens avec qui je me lie m’encouragent à voir loin et à aller de l’avant. Toujours. Ma sœur trouvent des gens qui acceptent de faire des choses à sa place. Moi je croise des gens qui me poussent à faire les choses par moi-même.

Ma sœur est intelligente et donc tout à fait capable de faire les choses par elle-même. Mais elle n’en a pas forcément envie et dans de tels cas, comme par enchantement arrive quelqu’un qui fait tout à sa place. J’ai moi-même été cette personne bien souvent lol.

Moi, quand la fainéantise me prend, si jamais on fait les choses à ma place, on me le répète encore et encore et encore…

Je préfère encore quand on cherche à me pousser.

« C’est une bonne analyse. Tu voudrais être à la place de ta sœur ? »

Non, je voudrais comprendre. C’est pour cette raison que j’observe, je voudrais comprendre pourquoi moi je suis dans ce schéma-là. Suis-je trop fainéante ?

« Tu le saurais. Peut-être as-tu besoin d’être encouragée. Tout simplement. Et que certaines personnes le sentent. Ce n’est pas plus mal, vous avez toujours ce dont vous avez besoin, d’une façon ou d’une autre. »

Merci Gabriel.

« Tu sais, il y a différentes façons d’aider une personne. On peut l’encourager, lui donner un coup de main concret, faire en sorte que des tiers l’aident…

Peu importe la méthode, ce qui compte c’est le résultat. Beaucoup de gens cherchent davantage à te pousser qu’à t’encourager. Comme l’une de tes collègues. Comme le faisait la directrice. Comme ta propre mère. Crois en toi autant que ces personnes semblent croire en toi. Et elles n’auront plus envie de te pousser, elles se contenteront de t’encourager. »

Parfois je me demande si les gens ne se trompent pas à mon sujet. S’ils n’ont pas trop d’attente. Je sais ce que cela signifie, il faut que j’aie plus confiance en moi. J’y travaille. Mais tu sais souvent, je laboure le champ, je sème et ensuite, je ne sais plus trop comment me situer jusqu’à ce que le blé paraisse enfin. Je n’arrive pas encore à me dire, j’ai fait ce qu’il faut, la nature fera le reste. Parce que parfois, le blé met vraiment du temps à pousser. Il peut mettre des années.

Alors moi j’ai eu le temps d’imaginer toutes sortes de scénarios et de me pencher sur d’autres champs également. Mais je ne peux pas labourer plus d’un champ à la fois et tandis que j’attends le moment de la récolte, qui tarde par exemple, je n’ai rien à emmener au moulin. Tout est là dans la terre et moi je reste là à attendre que ça pousse. Du coup je m’inquiète mais ça ne change rien. Et puisque je n’ai pas de récolte, il faut que je quitte mes champs et que je trouve un autre moyen de vivre en attendant.

Je regarde les champs des voisins, je vois que certains sont déjà prêts à vendre leur farine…

Je soupire et je me dis, vivement ma récolte aussi. Tu vois. De temps en temps quand même, je trouve des trucs sympas à faire et j’oublie mon attente. Mais il suffit que je repasse voir mes champs et mes espoir et mes attentes se mélangent. 

Parfois j’aimerais que les choses que je veux arrivent plus vite. Et trouver le moyen de faire en sorte que les choses arrivent plus vite. 

« Tu ne peux pas commander au soleil et à la pluie. Il faut laisser la nature faire son œuvre, le blé pousse à son rythme. C’est également cela la foi. Quand tu sais que tu as fait ce qu’il faut, sache laisser l’univers faire sa part. »

Je sais que tu as raison. Je voudrais savoir si ma tante va guérir, si ma sœur est enceinte et si je vais obtenir une augmentation à l’issue de ma période d’essai. Je voudrais savoir plein d’autres choses aussi. Pour savoir où il faut que je fasse des efforts et où je peux laisser tomber. 

Et si j’arriverai à prendre une belle photo de la pleine lune ce mois-ci.

« Si ce n’est pas ce mois-ci ce sera le mois prochain. C’est tout. »

Je voudrais poser un jour de RTT le jour de mon anniversaire.

« Tu n’as pas droit à des congés, mais tu verras si tu peux. Tu sais, personne n’aime la période durant laquelle il faut attendre la récolte. En outre, les champs des voisins paraissent toujours plus intéressants durant cette période. Mais ceux que tu vois avec des sacs de farine ont parfois attendu plus longtemps que tu ne le feras jamais.

Continue de t’occuper de tes propres champs. De passer les voir de temps en temps. Observe la pousse du blé. Tu auras ta maison. Nous savons combien tu tiens à déménager. Entre autres choses.

Tu regardes les voisins, dis-toi que tout le monde vit avec un champ en jachère. Pour certains, c’est le champ de la spiritualité. Pour d’autres le champ de la réussite matérielle. Peu importe duquel il s’agit, arrive toujours un moment où le champ laissé en jachère est prêt à être cultivé. Et ce jour-là, un autre champ est mis au repos, quelques temps.

Tu l’as dis toi-même, tu ne peux pas t’occuper de tous en même temps et cela est bien normal. Sois honnête, tu as déjà pu procéder à quelques récoltes sur l’un de tes champs au moins. »

Il y en a un sur lequel j’enchaîne les récoltes ! Mais sur le deuxième la pousse est plus lente. Et le troisième est toujours au repos.  

« Seuls le premier et le deuxième présentent un réel intérêt alors pour l’instant. Si l’autre est toujours  au repos, c’est que ce n’est pas le moment de s’en préoccuper. »

Je comprends.

« Comprends également que les champs des voisins sont les champs des voisins. Les parcelles cultivables varient d’une personne à l’autre, le rendement aussi. Tout comme les terres laissées en jachère. Ce qui importe c’est qu’au final tous les champs aient pu être cultivés. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres articles liés
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

20 Commentaires

  1. Saïda

    15 avril, 2014 à 19:04

    Bonjour Sylvie,

    Bonjour Miss X,

    Pour MISS X : On dit qu’on apprend de ses erreurs, moi perso, je n’y crois pas trop en théorie. En pratique, bien ! C’est vrai, la période estudiantine est dure, moi aussi je suis passée par là, quand je poursuivais mes études supérieures. J’ai été enfin heureuse d’avoir terminé mon cycle d’études et obtenu mes diplômes. Après la barde de diplômes, il y a encore à « se vendre » pour rentrer dans le circuit du travail. Chaque épisode a son lot d’évolution, de satisfaction, ou de désolation. On connait tous des périodes de désenchantements, les uns sont déçus côté coeur,les autres côté finance ou professionnel et puis il y a ceux qui en bavent au niveau de leur santé. Sans oublier, ceux qui en prennent plein la tronche, car ils sont désenchantés à tous les niveaux et j’en connais … quelques-uns ! Franchement, le mieux c’est que tu gardes dans ton viseur, l’objectif à atteindre. Poursuis tes études et cultive ta motivation, c’est la seule véritable reine au service de tes désirs. Je comprends, en France, le système est élitiste, tu sens que tu dois bosser 3 fois plus que les autres étudiants … N’hésite pas à t’adresser (pour le soutien moral et plus)à un groupe d’entraides ou des associations pour la solidarité étudiante en France ou bien http://www.etudiantsetdeveloppement.org/. Je te souhaite le meilleur dans tous les cas !

  2. miss x

    15 avril, 2014 à 15:40

    les choses que j’accepte pas , les choses que je considère comme des erreurs..par exemple , toutes ces choses , m’empêchent d’avancer. Mais en dehors de ceci.. il y a vraiment quelque chose qui me tue. (et en plus j’avais complétement zappé que j’avais plus de batterie , j’avais tout écrit et donc..a s’est éteint , j’adore mon manque d’intelligence.. muhaha..enfin.. ;) j’avais oublié qu’il fallait que je le charge. je suis dégoutée , lol.)
    j’ai eu le mérite de m’apercevoir que je n’acceptais pas , ce que je trouve avoir mal fait , et du coup , je bétonne , je suis incapable de laisser aller. J’en suis incapable , par exemple , d’accepter pour le moment de réécrire malgrès que j’en ai envie..tout ce que j’avais dis avant que mon téléphone bug , parce que je suis juste totalement trop dégoutée.Hahaha!enfin bon , là , si quelqu’un à une idée , à propos de l’acceptation de soi (qui relève de la faille.. pour moi , j’ai bien mon idée pour laquelle je n’accepte pas ce genre de choses , moi qui ai voulu avoir une image tellement « invincible » avec une cuirasse..j’ai laissé tombé , mais au fond ,y’en a bien qui reste de ce mécanisme à la …cacahuète ^_^.)!)!) ).
    acepter tout ce qui touche à mes limites , à une faille , à une humanité immodelable malgrè tout , à ma propre limite , ..enfin , c’est vraiment , vraiment , incroyablement présent , j’aurai pas cru que j’en …incroyable , je peux même pas en parler.)dinguement , c’est..
    aaaaaaaaaaiiiiiiiiiiie. j’en suis cinglée.bref. bises , et bonne journée merci beaucoup à vous deux , vraiment. bon , ok , je sus vilaine , à vous deux simplement parce que je vous réponds , mais en réalité à tout ceux qui m’ont parlé succesivement :) )) , merci beaucoup! parce que j’avance , enfiiiiiiiin!! yay! bise :)

  3. miss x

    15 avril, 2014 à 12:33

    Bonjour,
    quand s’en va la colère,il reste la douleur,celle là dont je ne sais pas quoi faire. Peut-être que le pire Dns l’ histoire, c’est de ne pas croire qu’on peut réussir à savoir quoi faire. Le plus dur, dans une sourde douleur , c’est de ne pas savoir de quelle manière la faire partir. Par contre par rapport à la peur, tout le monde n’a pas le coeur assez fort pour faire ce que tu as pu faire, au sens littéraire bien sur. Je ne suis pas sure d’apercevoir un quelque conque équilibre dans la nature, je n’y crois pas , ça c’est sûr. Je suis toujours pas d’accord avec le fait qu’on soit équipés de la même manière « comme les autres » t’en a qui je snt lieux que d’ autres, rien que par l’ éducation. (sens large = milieu dans lequel tu as baigné et qui correspond bien sur , aux valeurs de la société dans laquelle tu vis. ) ça par contre, c’est sur. Et je ne vois pas de dieu ou de nature qui restaure d’équilibre, ça c’est humain. Et rien d’autre. Je veux m’ en sortir, mais mon parcours d’ études me semble 1. Impossible a réussir. 2. Une incroyable douleur solitaire me brise le coeur à chaque fois que j’y pense. J’ aurai personne autour. Et personne pour m’ y soutenir. Personne pour me soutenir dans cet univers, oui oui, c’est très bien de dire « fais des études, on est de tout cieur avec toi » (des conneries parce que jamais personne ne va me le dire, ni ma mère ou mon père) bref, j’ en ai marre. Mes amies? Haha , laissez moi rire, ont trop de trucs à faire. Le seul espoiir, c’est de rencontrer des personnes avec qui je vais m’ entendre a l’ endroit où je ferais des études, ça j’ y crois par contre. Mais j’ai peur de pas réussir, la bourse suffit pas Sylvie, je serai obligée de travailler à côté. Bref, je suis ds la merde. Car j’ai peur de pas pouvoir faire les deux en même temps, rien qu’à dire que cette sal* de nature m’ a faite avec le BESOIN de dormir 10 heures (quand je dis 10 heures, c’est 10heures) alors imagine le soir déjà je me couche las tard si je veux pouvoir me réveiller vers 6-7heures. Et les transports? Paas super, mais je recommence plus de voyages scolaires, c’est sûr. Le train et ke métro tout les jours, je peux pas faire. Il me faut un logement universitaire (c’est pas de la phobie sociale hein!) c’est juste que le temps de trajet , c’est du temps pour reviseen moins. Et ça c’est mort. Je vais pas pouvoir suivre. Alors, concernant la nature, qu’ elle a se faire v* , oausi, peut-être qu’il. Y a un équilibre, mais pas dans ce système humain de m@* . Je veux me barrer ailleurs. Je veux devenir professeur , 1 (première emmerde..) et partir en Afrique ou ailleurs. Je veux plus revoir la France. Qu’ils aiment se faire voir d’ailleurs..jamais vu pire magistrature. Des heures, et sans parler du caractère de certains qui font peur. Mais ça, ça sera peut-être pas pire ailleurs. J’ en ai vraiment marre de pas pouvoir vivre comme je veux vivre. Bref, bbb de bb ,parce que la censure , c’est meilleur que d’ être vulgaire. Plus personne va me lire, après. Mdr! Je veux régir. MA vie. Et , je peux pas le faire. Le soumettre à leurs horaires de m. Et leurs lois de m* avec leurs dollards et bref..encore et encore. J’ai plus rien à dire. Je vais voir plus tard si vous avez encore des trucs à dire mais je vais partir à table. Mais je pense sue tu as quand même raison Saïda, la peur, c’est tout de même toujours de l’ intérieur, et certaines ne devraient pas avoir lieu d’ être. Pareil pour cette histoire de monstre. Je me connaitrais plus tard.par contre je ne suis pas sure de totalement comprendre ce que tu as pus dire (Sylvie), je verrais plus tard. Je vais couper court. À plus tard;) biz

  4. crystallia

    15 avril, 2014 à 12:02

    Mélissa,

    Le monstre comme tu dis, je l’ai connu aussi. C’était peu avant mon éveil. Je regardais en moi et je ne voyais que des choses qui m’inspiraient la peur.

    Parce que je ne me connaissais pas. Les monstres ne font peur que parce qu’ils nous renvoient à ce qu’on ne veut pas voir.

    Je dois aller travailler. A plus tard.

    Bise ;)

  5. Saïda

    15 avril, 2014 à 11:06

    Bonjour Sylvie,

    Bonjour Miss X,
    Ma réponse s’adresse à Miss X : ce monstre représente l’ampleur de tes peurs. Il est difficile d’y remédier. Moi, même je suis une grande anxieuse, parfois, je perds même mes moyens… j’imagine tous les scénarios catastrophes possibles et imaginables quand je dois faire face à une situation complexe, de peur. Du coup, plus je pense que le ciel va me tomber sur la tête, plus j’y vois clair et tout se passe bien au final. J’ai appris à relativiser par rapport à mes peurs. Je vais raconter une anecdote qui m’aide beaucoup lorsque la peur m’envahit : il y a 6 ans, j’ai fait un death ride. Il s’agit de sauter du sommet d’un monument, comme un téléphérique mais en vertical, pour arriver tout en bas. J’ai eu une de ces trouilles quand je suis montée au sommet et que les techniciens m’attachaient les harnais de sécurité, la beauté du panorama 360°c n’a pas suffit à me faire oublier le vide que je voyais devant moi, en dessous de moi, … Néanmoins, j’avais envie de sauter, il était hors de question de faire marche arrière. Un des techniciens s’est aperçu de ma peur, car je tremblais(mdr quand j’y repense) muette comme une carpe, et il m’a dit une phrase magique : « la peur ce n’est rien, c’est quelque chose qui n’existe que dans ta tête, ton imagination. Si, moi je peux sauter, tu peux le faire, il n’y a pas d’obstacles. Tu es équipée comme tout le monde pour ta sécurité, collée à la même enseigne … . » Sa phrase m’a donnée du courage et j’ai sauté ! le saut m’a tellement plue que j’ai désiré recommencer.
    La prochaine étape pour moi sera un saut en parachute …:-)

  6. miss x

    15 avril, 2014 à 7:50

    Bonjour ,
    Sylvie, merci de répondre,
    je t’ avoue que j’ai horreur de ce que j’ai pus voir , c’est vraiment pas mon genre..mdr!Je trouve ça bizarre , que puis-je donc y faire?
    Saïda ,
    je ne connais pas Louis de Funès, mais je comprends ce que tu fais, je me suis fais plaisir ces derniers jours, et comme toujours d’ailleurs, car je ne peux pas tenir sans plaisir , ça sert à me détendre. Je ne regarde pas de film, mais j’adore regarder (il y a quelques jours, j’ai fini donc de le voir) un walktrough d’une licence de jeu vidéo que j’ adore, sucker punch. C’était leur dernière perle : Infamous , Second Son. Juste un peu trop court, mais j’ adore. J’ aimerais être quelqu’un d’autre (rien a voir avec ce que j’ai pu dire sur le jeu vidéo) , être ce que je serai dans mon idéal , mais j’ai compris que la réalité, c’est peut-être dur, mais au moins, c’est quelque chose de toujours réalisable. Alors que ce que je désire parfois être, n’est peut-être qu’ une chimère qui ignore, la loi de mon corps , par exemple. Où ma nature, tout court. Cet idéal ne sert que de moteur, rien d’autre, un but à atteindre, parmi d’autres, et on bride autour, de manière à se/construire. Ce qui est dur, c’est de l’ admettre. Je précise que je n’ai aucun délire du genre devenir comme un des personnages de ce jeu vidéo. Mdr, c’est peut-être quand même aussi dur, et chimérique. J’ espère que je vais plus avoir ma mère toujours quelque part, encore, tout les jours, je me réveille, et j’ai peur. Peur de ma mère, c’est dur à croire? Je veux plus le vivre. C’est vraiment dur, très dur de s’ en defaire, et ça, c’est qui m’ enterre un peu chaque jour qu’ il peut être, et malgré tout mes efforts, je n’arrive pas à le faire partir, ce pouvoir de peur. Je veux du secours, et malgré mes prières, j’ai juste à me battre, et rie, d’autre. Ça me rends chèvre. J’ai toujours juste à me battre, ça ne me sert qu’a tenir, mais aucune prière ne m’ apporte un secours qui sera une aide MATÉRIELLE que je vois de plus en plus nécessaire, car avoir besoin de secours, pour pouvoir agir sur le plan matériel, et bouger les choses. C’est, nécessaire.je desespere. Et pour me répondre, je n’arrive ni à les entendre , ni à les comprendre. Mes rêves ne servent à rien. Ma seule manière de me/comprendre. Ne sert à rien. Pour , encore, faut le comprendre le rêve. Et tu n’ imagine pad l’ envergure des barrières qui me sépare de comprendre, d’abord parce que j’ai peur. Peur de voir. Peur de voir ce que je peux être, si je regarde à l’ intérieur,je supporterai pas de vivre avec le mnstre , que peut-être,je peux peut-être y voir. Le seul univers, qu’il y a à l’ intérieur est celui avec qui je dois vivre. Je me glisse d’entre les doigts. J’ ai peur de mon ombre. C’est vraiment,vraiment dur. Je ne peux donc rien où presque faire,pour réussir. Imagine l’ ampleur du cauchemar. Pourquoi j’ai peur d’être un monstre? Va savoir. Trop dur, de comprendre, il faudrait du temps , pour lefaire. Mais le pire, c’estde quelle manière réfléchir, pour résoudre toutes ces peurs , c’est ça, bordel, qui l’est nécessaire, pour les résoudre. Je prie le seigneur de faire le nécessaire, ..de manière claire!! Au

    au revoir..à plus tard.
    et peut-être que tout cela sera plus que vilain cauchemar un jour.

  7. Saïda

    15 avril, 2014 à 3:52

    Bonsoir Sylvie,

    Ce message s’adresse à MISS X. Miss X, je comprends ta colère, ta douleur et tes mécontentements (après la lecture de tes commentaires) ! Chaque jour que Dieu, ou que la Nature fait, offre une multitude d’opportunités… une raison à chacun de nous (peu importe la distance géographique) de nous mettre en colère ou au contraire de nous réjouir. C’est la polarité de la vie ! Donc, lorsque tu es en colère, comme moi parfois (souvent en ce moment!), rassure-toi la roue tourne ! Quand je suis en colère, je regarde un bon film comique (de préférence avec Louis de Funès). Il faut se créer les opportunités de se réjouir, sinon on ne vit plus, on pourrit, on périt :-)

  8. crystallia

    14 avril, 2014 à 23:30

    Bonsoir Melissa,

    Je trouve que Jen est charmante et souvent adorable http://skirttherulesblog.com
    Je rêve de disposer des moyens financiers de Caitlin et de posséder la même collection de Valentino shoes http://www.alittledashofdarling.com
    J’admire Cori pour son courage et sa ténacité et je veux sa jupe en tulle http://dresscorilynn.com/blog/
    Je reste scotchée par les prises de risques de cette jolie demoiselle http://www.eyelikefashion.com
    Et je découvre mais j’aime déjà la personnalité de Laurie http://lorallure.blogspot.fr et Laurie parle aussi français.

    Je ne suis vraiment pas certaine que ces styles puissent te parler. Je ne connais pas tes gouts ceci dit. Mais ce dont je suis sure, c’est qu’il n’existe pas d’impasse.

    Aujourd’hui je porte une robe rose. Plus courte et moulante que ce que je porte habituellement. Ça m’a fait un peu bizarre de la porter au travail. Mais ça s’est bien passé.

    Depuis que j’ai changé de boulot, beaucoup de choses à l’extérieur vont mieux pour moi, chaque jour n’est plus un combat dans un combat.

    C’est dur ça, un combat dans un combat. On a l’impression qu’il n’y aura jamais de fin.

    Et pourtant. Moi je n’ai pas eu de difficulté à financer mes études. La situation particulière de mes parents m’a permis de bénéficier de la bourse alors que nous n’étions pas sans le sou. Nous n’étions pas riches non plus hein ! Mais bon.

    J’ai eu l’occasion, par la suite, de devoir m’accrocher à des bouts de ficelle. Alors accroche-toi aussi.

    Et quand ça devient trop dur, tu peux venir péter un câble ici.

    Bise ;)

  9. Miss X

    14 avril, 2014 à 22:28

    Mdrrr^^ , à vous lire ça me fait rire. xD , quel bonheur.^^ j’ai eu peur de revnir après tout ce que j’ai pu écrire..mdr. Bref , oui , ce soir , (un peu tard ..là d’ailleurs) , mais fallait le dire quelque part..mais parfois c’est dur de se dire..bah , on va voir…on verra l’avenir , faut y croire. on verra ce que l’avenir à à m’offrir (le plus dur , c’est de croire , de se dire , que l’avenir on y est pas encore..bref , de voir et se faire peut-être décevoir.) Bref , moi je l’adore « aller me mourir » xD , moi aussi je t’adore shaka ;)
    @manu toi aussi par ailleurs , à plus tard. Je vais dormir. Bonne soirée
    ps: je savais pas que ça existait « craquer son slip ». xD
    mdr^^..haa , nous deux j’te jure..

  10. shaka

    14 avril, 2014 à 21:50

    Ps : ah bah je me disais bien que c’était tellement pas si incongru que ça devait forcément exister dans le dico. Se mourir. Cool!

Consulter aussi

Chaque matin le jour se lève

  Bonjour à tous, Voici un petit exercice proposé par Sammael. On va l’appeler chaqu…