Archive pour mai, 2014

Ce canal

Ce canal dans Réponses 14053105242017181812279027

Bonjour à tous,

Plus d’une fois vous m’avez demandé s’il était possible d’évoluer hors de la Lumière, de l’Ombre ou du Milieu. La réponse est évidemment oui. Et non. Tout à la fois.

J’espère que nul ne va se méprendre sur mes paroles. Il est une vérité simple que je ne crains pas d’énoncer, nous sommes tous la Source ou Dieu ou le nom que vous voulez.

Pour autant, la Source, nous allons la désigner ainsi, est à la fois tout et au-delà de tout. C’est-à-dire au-delà de vous, de moi, de tout ce qui fait nos vies.

Visualisez une montagne. La partie éclairée par le soleil représente la voie lumineuse. La facette qui demeure dans l’obscurité représente l’Ombre. Les heures qui courent et qui éclairent alternativement une face puis une autre, représente le Milieu qui permet d’accéder à tout, à condition de trouver soi-même l’équilibre.

Le soleil, c’est la Source. Voilà un schéma très simple, c’est volontaire. 

Restons dans notre schéma. La Lumière et l’Ombre ne semblent pas fixe puisqu’en fonction des heures de la journée, la façade éclairée change. Il s’agit pourtant d’un leurre.

Alors qu’au Milieu il faut trouver ce dont on a besoin autour de soi, dans la Lumière ou l’Ombre, tout est toujours à disposition, de deux manières différentes. Dans la Lumière, tant que nous ne sommes pas prêts à recevoir quelque chose, la porte reste close. Ne s’ouvrent que celle qui nous permettrons d’agir et d’avancer dans la sagesse des leçons comprises. 

Dans l’Ombre, toutes les portes peuvent s’ouvrir quand on le souhaite, dès lors qu’on est capable de les ouvrir.

Vous l’aurez compris dans les deux cas, les occasions bien concrètes de ramer ne manquent pas. Il en est de même au Milieu où tout est là, à disposition. Seulement voilà, il faut être capable de déterminer ce qui convient le mieux à chaque moment. Et avec moins d’aide en apparence que dans l’Ombre ou la Lumière. Car tout est là, les portes sont ouvertes. Toutes les portes.

D’une manière générale, les personnes qui bénéficient des protections spirituelles les plus évidentes sont liées à la Lumière. Celles qui luttent le plus sont liées au Milieu et celles qui évoluent dans l’Ombre reçoivent de l’aide de leurs Veilleurs plus souvent qu’elles ne le pensent. Seulement à chaque fois que ceux-ci doivent intervenir, il s’avère que la vie offre une belle leçon à l’individu concerné…

Pourquoi ne sommes-nous pas tous traités de la même manière ? Parce que nous avons tous faits quelques choix, longtemps avant la présente incarnation. Sans trop m’avancer, je peux dire que nous avons choisi notre reliance et une partie des personnes que nous avons croisé ou croiserons au cours de notre vie.

Maintenant, existe-t-il un moyen de ne plus évoluer sur la montagne ? Bien sûr. Il suffit de le vouloir. Il suffit de réaliser que nous n’avons pas besoin de grimper pour sentir le soleil.

Il suffit de se dire que nous sommes prêts à nous installer dans la vallée. C’est tout.

Pourquoi ne le faisons-nous pas ? Ou plutôt, l’ai-je fait ? Eh bien, je garde ces deux réponses pour moi, pour l’instant. Reprenons plutôt le schéma.

L’ego est celui qui a besoin de repères. Il a besoin de se raccrocher continuellement à des détails qui lui permettent de se rappeler qui il est.

Autrement dit c’est l’ego qui a besoin de la montagne. Le soleil est là, toujours là. Mais l’ego a besoin d’un repère qui lui rappelle que lui aussi pourrait s’élever. Alors l’âme le lui donne. Elle lui permet de croire à la nécessité de grimper tout en suivant une ligne par elle acceptée, la reliance.

Plus l’ego s’élève, plus il s’affaiblit. Rappelons que notre exemple est une montagne. Plus on monte, plus l’air se raréfie. Le temps qu’il s’en rende compte, apparait la dure réalité, le libre-arbitre est un leurre, l’âme connaissant le vrai chemin, elle n’en a pas besoin. Dès qu’elle a repris le dessus, elle impose son désir de retourner à la Source.

Seulement voilà, elle reste limitée par l’incarnation et ne peut se défaire totalement de l’ego qui la protège en lui permettant d’agir en tant qu’individu.

Alors que faire ? Continuer vers le sommet en sachant qu’il n’y a rien de spécial à y trouver ou redescendre et gagner la vallée ?

Croyez-le ou non, nous sommes peu nombreux à choisir la vallée. Car la descente est plus difficile encore que la montée. L’ego se renforcera en redescendant. Seulement l’âme qui a pris le dessus une première fois ne faiblira plus.

Et elle gagnera le combat intérieur qui s’ensuivra. Néanmoins dans sa sagesse, elle tiendra compte de l’importance pour l’être incarné que nous sommes de continuer à se voir en tant qu’individu.

Ainsi, si clairement il serait dangereux pour nous de rejoindre la vallée, simplement parce que spirituellement nous n’y sommes pas prêts, nous restons sur la montagne.

Si nous pouvons entreprendre le voyage et vivre ainsi en ayant conscience de l’illusion que constitue notre libre-arbitre sans en souffrir, nous arpenterons la vallée.

Un nouveau choix nous sera proposé, conserver notre reliance et vivre en accord avec elle ou alors, nous en éloigner et nous éloigner de ce fait de la majorité de nos âmes liées. 

Personnellement j’ai choisi de conserver ma reliance. Le choix est fonction de la manière dont nous percevons l’Amour.

Les fameuses personnes qui ont pour couleur argent argent ou doré doré sont justement celles qui ont choisi de s’éloigner tout en continuant de s’incarner. Des personnes pour qui la compassion ou la volonté désintéressée (elles n’ont plus rien à prouver ou à gagner), sont plus intéressantes à vivre et à développer que l’Amour terrestre.

Car tant que l’Amour terrestre reste un enjeu pour nous, nous ne sommes pas capables de renoncer théoriquement à l’incarnation et donc à ce qui alimente le plus notre ego à savoir, le désir de nous réaliser en tant qu’individu.

Alors me direz-vous, il est des personnes qui ignorent clairement ce qu’est l’Amour. C’est faux, les individus égoïstes cherchent l’Amour pour eux-mêmes. Ceux qui regardent surtout leur intérêt, sans pour autant chercher à nuire aux autres, se figurent aussi l’Amour sous un angle personnel.

Il y a peu de personnes en vérité qui sont capables de voir et vivre au-delà de l’Ombre, du Milieu et de la Lumière.

En revanche, nous sommes tous capables de sentir que cette  possibilité existe et cela est normal. La Source ou le nom que vous voulez nous rappelle chaque jour, à sa manière, que cette possibilité existe, que nous pouvons quand nous le souhaitons redescendre dans la vallée et renoncer à nos reliances.

Toutefois elle ne nous pousse pas. Jamais.

Elle envoie des sourires, nous effleure la joue, la main. Elle nous dit que le jour où nous serons prêts pour cette vie-là, elle nous accueillera. Elle nous ouvrira cette porte plus grande qui est à la fois sombre et lumineuse tout en permettant de tout voir et tout accepter. Et surtout ce qu’il y a au-delà de ce qui est pour nous concevable.

Mes propres capacités de canal ne me permettent pas de vous décrire cet au-delà. Je ne suis pas cette personne compatissante à la volonté désintéressée. Je vois la vallée, je sens le soleil mais pour l’heure mes propres préoccupations m’empêchent de voir plus loin.

Je voulais quand même apporter une réponse (je dis bien, « une » et non pas « la ») car oui, il est possible de se rapprocher de la Source au-delà de toute reliance. Toutefois, il serait dommage de faire de cette possibilité un objectif à atteindre à toute prix. Elle attend chacun de nous, prenez votre temps.

Bonne journée à tous ;)  

 

Le bon chocolat

Le bon chocolat 14053112373417181812278895

Bonjour à tous,

Ce matin j’ai été chez le coiffeur. Il m’apparaissait évident qu’il fallait que je redonne un peu de fraîcheur à ma décoloration.

Arrivée sur place, je me suis rendue compte que l’urgence n’existait pas en réalité. Peu importe, je voulais que ce soit un peu plus étendu, sans être uniforme. J’ai interdit à la coiffeuse de décolorer mes racines. Juste les pointes, en estompant un peu plus haut que la première fois.

Autrement dit je conserve mon ombré. A l’identique. Je voulais un demi-ton plus clair mais ce n’est pas ce que j’ai obtenu. Ce qui au moment où je m’en suis aperçu était moins grave que ce qui m’a littéralement courroucée.

La coiffeuse me demande comment je souhaite les coiffer. J’ai les cheveux frisés. Je lui demande de ne pas faire de brushing, de les laisser sécher à l’air libre.

Elle me dit ok et soudain je la vois qui tire mes cheveux en arrière. Je lui explique que je ne me coiffe pas ainsi, je n’aime pas. Sans me dessiner une raie correcte, elle me fait une mèche sur le côté. Ensuite elle commence à tirer sur mes cheveux avec ses doigts, les ébouriffant, je m’affole.

Je lui dis franchement que je n’ai pas l’impression d’être coiffée. Elle avait complètement cassé mes boucles, elle avait tiré n’importe comment, je lui ai dit je ne suis pas contente. Je ne suis pas contente, je ne ressemble à rien, ce n’est pas coiffé. A quoi bon aller chez le coiffeur si c’est pour ne pas ressortir coiffée ? Voilà ce que je lui ai demandé. Elle m’a dit d’accord et elle a demandé à sa patronne de prendre le relais.

La première chose que cette personne tente de m’expliquer est que quand on procède à une décoloration les cheveux changent de texture et ne peuvent plus boucler comme avant.

Je ne l’ai pas pris, pas du tout. Je lui ai expliqué que la première fois que j’ai fait décaper mes cheveux, la coiffeuse n’avait eu aucune difficulté à me rendre mes boucles. Je lui ai demandé franchement si elle était en train de me dire qu’elle était incapable de me coiffer, auquel cas je préférais partir.

Elle m’a répondu pas du tout, elle est allée chercher de la mousse et quelques minutes après je me retrouvais avec ce que je voulais. On va dire ça.

C’est seulement alors que j’ai réalisé que la couleur obtenue ne correspondait pas tout à fait ce que j’aurais voulu. En plus elle n’a pas su estomper comme le coloriste que j’avais vu la première fois.

Je ne suis pas contente. Pourtant la couleur n’est pas ratée et elle me va. Les boucles sont, différentes de ce que j’aime, mais elles sont réussies aussi en fait.

Je me sens contrariée et je sais que le problème ne vient pas de mes cheveux. Ou de ma peau qui tire douloureusement malgré la biafine. Que j’applique depuis ce matin. C’est à cette fréquence que j’aurais dû appliquer la crème solaire hier.

Je sens qu’il me faut du chocolat. Mais je n’arrive plus à en trouver qui satisfasse à la fois mes goûts et mes intestins fragiles.

C’est malheureux un monde sans chocolat. Un monde austère comme la soupe de légumes, certes gouteuse mais peu gourmande.

Fichu monde sans chocolat. Quand on est absorbé par un problème, on ne voit que ça. A l’instant où on le résout, un autre tout aussi gros mais qui était moins urgent à l’époque, se manifeste.

Fichu monde sans chocolat. Me ferait presque regretter d’avoir été titularisée.  

Et j’ai déjà été chez le coiffeur…

Je pourrais me remettre en tête qu’il faut que je fasse du sport. 

Zut. Oui zut pour le coup, c’est bien.

Ça va mieux. Dommage que j’aie toujours faim ceci dit. La soupe de légumes, voilà, ça ne suffit pas. Zut.

« Jolie image. », me dit Sammiriah.

Oui, je l’aime bien aussi.

« Tu sais, le problème vient en fait de la qualité du chocolat. Ceux qui te correspondent sont chers et offrent une gamme limitée. Il est difficile de trouver amandes, noisettes et raisins sans trace de lactose ou gluten. Mais, il existe des tas de marque, peut-être moins connues. Ce qui compte, ce n’est pas forcément la quantité mais la qualité.

Et la qualité, parfois il faut prendre le temps de la trouver. Pour que tes intestins ne s’irritent pas et que tu puisses déguster tranquillement. Mais il ne faut pas avoir peur, tu trouveras. Il existe des tas de marques, plus ou moins connues.

Ce qui importe vraiment, c’est que tu aies conscience de ce que tu cherches. Un chocolat goûteux et de qualité. »

Merci Sammiriah. 

Bonne journée à tous ;)

Crème solaire

Crème solaire 14053001164917181812277330

Bonjour à tous,

« Vu que tu n’aimes pas mettre de crème, achète-toi un chapeau Sylvie. », me dit Roéchel.

J’en ai mis. Mais je ne vais pas passer toutes mes journées à en remettre !

« Achète un chapeau. »

Je ne trouve pas de chapeau qui me plaise.

« Tu préfères la biafine et la peau qui tire douloureusement ? Achète un chapeau. »

Je n’aime pas les chapeaux.

« Pourquoi réagis-tu ainsi ? Nous savons que tu aimes le soleil. Mais il faut prendre soin de toi. En plus il pourrait devenir dangereux de prendre des coups de soleil sur la tête. Achète un chapeau. Tu n’aimes pas la crème solaire, tu n’aimes pas en remettre plusieurs fois. Il faut trouver une autre solution. »

Ok, je vais essayer d’en trouver un.

« Et il faut remettre de la crème avant d’aller dans l’eau. »

Je déteste les traces blanches que ça laisse.

« Tu préfères monter sur le dos de tes collègues masculins dans la piscine. »

Ils sont gentils d’avoir accepté, c’était sympa !

« Et sourire au photographe engagé par les patrons. »

Il cherchait à nous prendre au dépourvu mais je l’ai vu !

« Et discuter avec les directeurs d’agence, sous l’œil du grand patron. »

Ils sont sympas, ils sont ouverts…

« Autant se faire remarquer positivement. »

Une fête d’entreprise ce n’est pas une fête, c’est l’occasion pour les uns et les autres de se voir évoluer dans un cadre moins formel. Et si beaucoup d’employés boivent comme des trous, j’ai remarqué que les directeurs et responsables de service ne le font pas. Il y a sans doute une raison.

Par contre ils n’hésitent pas à prendre cinq minutes pour discuter avec nous. C’est pour cette raison que certains collègues plus âgés ne voulaient pas venir. Et ceux qui étaient là me faisaient remarquer que j’avais eu raison de bien me conduire.

« Comment savais-tu qu’il fallait bien se conduire ? »

Je ne sors pas de l’école non plus Roéchel. Ça fait longtemps que je sais qu’une fête est l’occasion idéale pour tester les gens justement.  Ceux qui n’ont pas compris que ce n’est pas par hasard que l’alcool coule à flot et que l’on nous regarde danser et nous amuser de manière générale, sont un peu trop insouciants.  

Avant mon entretien d’embauche j’avais répondu à un test sur internet, à la demande du DRH. Il avait révélé que je n’avais pas du tout l’esprit d’équipe et que j’étais particulièrement individualiste.

Lorsqu’il m’a convoquée il y a quelques jours, mon chef de service m’a expliqué qu’en fait il m’attendait sur ce point. L’esprit d’équipe est très important dans la boîte. Il a dit qu’il était satisfait de voir finalement de quelle manière je me comportais au niveau relationnel.  

« Tu parles à tout le monde, tu souris, tu es gentille. Sans te forcer. Un directeur d’agence t’a dit franchement qu’il serait ravi que tu viennes travailler chez lui. C’est bien. 

Le résultat de ton test s’explique aisément quand on connait ton histoire personnelle. »

Comme tu dis lol.

« En revanche une personne s’est faite remarquer négativement. »

Eh oui, la jeune fille qui servait les boissons au bar, je croyais qu’il s’agissait d’une employée de l’hôtel. C’est dommage il parait qu’elle s’est laissé débordée et qu’elle est devenue agressive. Devant son directeur, le big boss, tous les responsables…

« Pourquoi es-tu venue ? »

Je viens d’arriver moi. J’ai besoin de donner une bonne image. J’irai à tous les évènements, je parlerai avec les gens… 

« La timidité ne t’étreint pas ? »

J’ai la chance de m’intéresser naturellement aux gens. Et de les aimer d’une manière générale. Je m’en suis rendue compte sur le tard, mais je suis sure que j’aurais pu être commerciale.

Car c’est drôle mais, l’empathie se révèle une super qualité dans les relations commerciales. Un véritable point fort. On comprend les gens, les attentes et on peut même anticiper les demandes. Et donc prévoir la bonne offre. 

« L’empathie, un atout ? »

Eh oui, finalement !

« C’est bien. Tu voudrais avoir une agence ? »

Non pas moi. Pas pour l’heure en tout cas. Tu sais je prends beaucoup de notes. Les directeurs d’agence sont les premiers arrivés et les derniers partis. Ils se doivent d’être à cheval sur les objectifs. Ils ont l’œil sur tout et sont rarement détendus en réalité.

Pour l’instant ce n’est pas la vie que je souhaite, j’entends que les contreparties ne me semblent pas encore assez attirantes. »

C’est une réponse sensée. De la part d’une personne qui peine à comprendre pourquoi il faut remettre régulièrement de la crème solaire. Tu vas encore peler. »

Tu crois ? Je vais remettre de la biafine !

« Je crois qu’au fond tu sais ce que tu fais. C’est bien. Mais achète un chapeau, trop d’assurance peut nuire petite fille. Garde cela en tête. »

Merci Roéchel.

Bonne journée à tous ;)  

 

Joyeux évènements

Joyeux évènements 14052912540117181812273892

Bonjour à tous,

C’est déjà le weekend !!! Comment ? Vous, vous travaillez vendredi ou samedi ? Sachez que je compatis. Si si. Bon pas tant que ça.

Parce que c’est le weekend !!! 

Dans un autre registre, ma sœur est enfin enceinte, depuis le temps qu’elle le voulait, c’est une super nouvelle. Je me demande si je vais avoir un neveu ou une nièce !!! 

Le plus important étant bien sûr qu’il ou elle arrive en bonne santé. Mais je pense à un petit garçon !!! Justement aujourd’hui j’ai un peu regardé les affaires de bébé dans les magasins, j’ai hâte de savoir afin de faire quelques achats pour aider ma sœur et son fiancé. 

Et il faut aussi que je réfléchisse à ce que je vais organiser pour l’enterrement de vie de jeune fille de ma cousine. Déjanté ou juste sympa ? Déjanté ! Ce sera mieux. Je vais voir si on peut faire une virée à plusieurs, le fiancé veut aller faire la fête à Ste Lucie, elle me dit préférer St Martin. D’ici un an on peut organiser ça.

Ma cousine aussi veut un enfant. Mais peut-être que son fiancé et elle feraient mieux d’attendre l’année prochaine, après le mariage. Non pas pour que l’enfant ne naisse pas dans le pêché mais plutôt parce que j’ai cru comprendre qu’ils avaient déjà beaucoup à penser et à faire avec le mariage…

« Que de joyeux évènements, c’est ainsi que vous vivez ce genre de choses n’est-ce pas ? », me demande Roéchel.

Oui, ce sont plutôt de bonnes occasions de se réjouir.

« Une bonne période pour certains oui. Ton année a bien commencé, tu as trouvé un nouveau travail en janvier et tu pars en formation fin juin. Tu es contente ? »

Oui.

« Tant mieux. Il n’y a pas que des évènements réjouissants ceci dit. »

Non, le cancer de ma tante s’annonce dur. Le chikungunya n’ayant rien arrangé, il a aggravé tous ses symptômes et l’a épuisé alors que le cancer l’affaiblissait déjà. Tu avais raison l’autre fois.

« Avoir raison ne m’intéresse pas. »  

Le plus jeune frère de ma mère aussi est malade. Gravement. Il a des problèmes cardiaques.

C’est sûr ce ne sont pas de bonnes nouvelles. Mais quand je fais la balance si je puis dire, les évènements heureux l’emportent à mes yeux. Ma tante et mon oncle sont là. Ils se battent et ils sont là.

Et ce qui compte pour moi c’est qu’ils aient envie d’être là.

« Si demain la souffrance physique est tel que ce n’est plus le cas ? »

Je pense pouvoir le comprendre. Pas forcément sans peine, mais je pense pouvoir comprendre.

« Très bien. Ta sœur commençait un peu à désespérer. » 

Je lui disais qu’il fallait qu’elle attende et qu’elle persévère. Je savais que ça finirait par arriver. Je n’étais pas aussi inquiète qu’elle.

« Il est si simple d’être sure pour autrui, petite fille. Penses-tu que tu auras un enfant bientôt ? Et avant de me répondre, songe au fait que ta sœur non plus n’y croyait pas. »

Ben alors je vais éviter de te répondre !

« Toujours une boutade, j’aimerais te voir te tenir face à toi sans dérobade mais je sais que ce jour viendra.

Pour l’heure je voudrais que tu nous dises ce que tu ferais si tu devais recroiser ton ancienne gérante. »

Je ne serais pas ravie, je ne souhaite pas la revoir. Je pense que, je passerais tout simplement.

« Moins de colère ? »

Beaucoup moins. Notamment parce que, les choses se passent nettement mieux à la banque. Je vois que je suis appréciée. Et je constate que cela me permet de relativiser beaucoup de choses.

« Très bien. Et donc, tu ne veux plus écouter les conseils que nous te donnons. »

Je n’ai pas dit ça, je veux juste déménager rapidement.

« Trop rapidement princesse. Qui sait, peut-être qu’il y a plus intéressant que de vivre seule, c’est tout ce que nous te disons. »

Je n’ai pas peur d’être seule. Je veux me sentir chez moi, pas chez mes parents. Tu comprends ? J’ai besoin d’avoir mon chez-moi.  

« Nous comprenons, seulement, il y a des choses plus intéressantes à vivre peut-être. »

Pour moi ce serait intéressant de retrouver une indépendance totale. De me prendre en main. Vous devriez m’encourager.

« Si tu avais vingt ans et peur de vivre ta vie, c’est ce que nous ferions. Tu es déjà une personne très indépendante dans ta tête.  Tu as un caractère fort. En réalité, vivre seule ne te serait pas aussi bénéfique que tu le penses. Nous te le disons aujourd’hui, doucement. Entends. Ou le message passera autrement. »

J’ai l’impression de saturer, j’ai besoin de me retrouver dans mon espace.

« Faut-il obligatoirement que tu y sois seule ? La vie te proposera peut-être d’autres options. Qui sait ? Il faut garder l’esprit ouvert. C’est tout ce que nous te demandons. »

De toute façon il faut encore que je réunisse l’argent pour tout acheter donc je ne pars pas tout de suite. 

« Va faire du shopping avec cet argent. Tu vois, peut-être que la vie vous propose ce dont vous avez besoin, au moment où vous êtes prêts à l’accueillir. Ce n’est pas parce que le voisin a une nouvelle voiture qu’il est temps pour toi d’en acheter une aussi. 

En outre petite fille, tu ignores la véritable solitude. Et peut-être que c’est bien ainsi. 

Nous t’encourageons quand quelque chose peut te faire du bien. Vivre seule, maintenant, ce n’est peut-être pas le plus intéressant pour toi. Même si X ou Y te dit qu’effectivement à ton âge…

Tu vois, la vie vous propose ce dont vous avez besoin au moment où vous êtes prêts à l’accueillir. 

Ne pars pas pour partir. Attends un peu. C’est le conseil que nous te donnons. »

Je voudrais juste être chez moi, c’est tout. Pas rompre avec ma famille. Cela n’a jamais été mon idée.

« Oui, mais peut-être qu’il y a plus intéressant que ce à quoi tu penses. »

On verra. Mais j’avoue que ma titularisation m’a fait penser que le moment arrivait enfin ! Pour continuer la série de joyeux évènements…

« Justement, il peut y en avoir de toutes sortes. Amuse-toi bien à ta journée détente demain. »

J’en ai bien l’intention. Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)

Je suis titulaire !!!

Je suis titulaire !!! dans Annonces 14052801033917181812271570

Bonjour à tous,

Ce matin mon chef de service m’a convoquée pour me dire qu’il avait demandé au DRH de me titulariser !!!

Je suis contente, contente, contente ! Car il avait aussi la possibilité de prolonger ma période d’essai.

Je suis contente !

« Dommage que le chikungunya ait gâché la fête dans l’après-midi. Tu vas aller te reposer maintenant. », me dit fermement Sammael.

Ceux d’entre vous qui connaissent ses énergies comprennent sûrement lol.

Je vous dis à plus tard.

Bonne journée à tous ;)

 

Deux enfants

Deux enfants dans Petites histoires 14052612544317181812266766

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je vais vous raconter une petite histoire.

Deux enfants jouaient sur le bas côté d’une route quand une voiture passa à toute allure.

- Elle était rouge, dit l’un des deux.

- Non bleue !, répliqua l’autre.

Il en fut ainsi durant de longues minutes jusqu’à ce que passe à nouveau une autre voiture.

- Elle était noire !

- Non blanche !

Ils campèrent chacun sur leur position respective jusqu’au passage d’un troisième véhicule, plus lent, jaune.

Ils éclatèrent de rire et se remirent à jouer.

Bonne journée à tous ;)

L’éclat des étoiles

L'éclat des étoiles dans Depuis l'entre-deux 14052505032417181812263902

 

Bonjour à tous,

Sur le plan onirique, un ciel étoilé est un rappel, sa vue indique que nous ne sommes pas seuls et que nous sommes soutenus.

Je vous propose aujourd’hui une petite méditation qui vise à nous relier à ces âmes ou entités qui nous veillent et nous aiment.

Fermer les yeux et visualiser un doux ciel étoilé. Pas un ciel froid, pas une pluie d’étoiles filantes.

S’il vous est difficile de visualiser un agréable paysage étoilé, je vous invite à ne visualiser qu’une seule étoile, vous représentant, jusqu’à ce que  ce que vous ayez envie d’ouvrir les yeux. Ensuite, allez donc boire une tasse de thé. Vous réessaierez une fois prochaine.

Quand vous vous trouverez face à la voûte céleste, osez formuler une demande, quelque chose qui vous tient à cœur. Si vous n’y parvenez pas, faites une prière. Une simple prière.

Si cela aussi est trop difficile, dites simplement merci et rouvrez les yeux. Ensuite, allez vous préparer un bon thé.

Lorsque vous aurez formuler votre demande, restez un instant à contempler le ciel, l’éclat des étoiles et voyez qui, lequel de vos guides ou de vos ancêtres se manifeste, à sa manière.

Quand vous le souhaiterez ensuite, rouvrez les yeux.

Bonne journée à tous ;)  

Descends du ciel

Descends du ciel dans Mes poèmes 14052504483717181812263901

Descends du ciel et passe me voir, une nuit, si tu trouves le temps,

Nous laissons toujours une veilleuse pour toi, sur le bord de ta fenêtre,

Ton sourire habite encore nos cœurs, ta Lumière a remplacé ta voix.

Descends du ciel et passe nous voir, une nuit, si tu trouves le temps,

Reviens donc danser avec moi, permets-moi de revoir tes yeux, ton sourire,

De sentir ta présence. 

Les bienfaits de la prière

Les bienfaits de la prière 14052404384717181812261708

Bonjour à tous,

Je voudrais ce soir que nous revenions ensemble sur les bienfaits de la prière. L’idée n’est pas de convaincre quiconque ou de donner une méthode précise.

Je l’ai déjà dit et reste convaincue que chacun en la matière sait ce qui lui convient. Certains aiment prier comme on le leur a appris. Pourquoi pas.

D’autres se sentent plus libres et s’expriment à leur manière. C’est mon cas. 

Je discutais avec un collègue il y a quelques semaines et il était choqué d’entendre que je croyais en un dieu mais que je n’avais pas de religion précise. Il m’a clairement reproché de vouloir les avantages sans les inconvénients. 

La religion est un cadre m’a-t-il dit. Comment croire en Dieu sans cadre, sans rien pour le définir ?

Lui-même m’a confié avoir choisi d’élever ses enfants dans la religion de ses parents pour les bienfaits de ce cadre justement. Et il n’a jamais voulu accepter l’idée que je ne ressente simplement pas le besoin d’avoir une religion.

Certes avec des guides spirituels qui répondent à toutes mes interrogations, je n’ai pas besoin d’un guide religieux. Je reconnais que je ne me suis pas confiée à ce point-là auprès de mon collègue. 

J’ai déjà dit à un collègue, devenu ami, que j’étais médium. Je l’avais dit à mon ancienne directrice également, mais je continue de choisir ceux à qui je me confie.

Sur le moment toutefois, j’ai été surprise qu’il ne veuille pas me croire quand je lui disais que je croyais sincèrement en un dieu. Pour moi, Dieu n’est pas la religion. Et il n’est pas nécessaire d’être médium pour sentir sa présence, ce que bon nombre d’entre vous pourraient sans mal confirmer.

Je lui ai demandé si lui-même avait la foi. Il m’a répondu que l’idée de l’existence de Dieu ne lui déplait pas. Mais il n’a pas la foi.

Moi je peux dire que je l’ai. Cette foi qui m’anime, cette foi sans cadre apparent est tel le pilier qui maintient tout en place. Celui qui me permettait de dormir la nuit quand je savais pourtant que j’allais être expulsée. Celui aussi qui m’a permis d’affronter l’une de mes plus grandes peurs, celle de décevoir, en disant à mon père que je ne souhaitais pas continuer à conduire avec lui tandis que je préparais mon permis.

Pour lui, c’était un moyen de passer du temps avec moi, il se sentait utile en tant que père. Je me sentais étouffée, je ne me voyais pas arriver.

C’est ce même pilier qui plus récemment m’a permis de ne pas péter un câble, au sens propre, tandis que je subissais ce harcèlement moral dans mon précédent travail.

Mais c’est également ce pilier qui me permet d’apprécier les petites synchronicités positives qui me rendent la vie plus agréable. Les petits clins d’œil aussi. J’aime quand j’ai envie d’aller faire un tour en sortant du travail parce qu’une idée soudaine m’est venue et que je découvre que la route est totalement dégagée (quand elle devrait être bouchée).

J’aime aussi quand j’arrive sur un parking bondé et que je fais une petite prière pour trouver une place, en découvrir une facile d’accès.

J’aime encore plus quand j’ai attendu le dernier jour pour aller déposer ma déclaration d’impôt, me voir suggérer une route pour découvrir ensuite qu’en fait, l’accès normal était bouché. (C’est malheureux toutes ces personnes peu sérieuses qui attendent la dernière minute…)  

Mais surtout j’aime quand je m’apprête à faire une bêtise et que je reçois un petit avertissement bien pratique.

Alors me direz-vous, tout cela est sans doute lié à ma médiumnité. Mais justement, quel plus exemple que la Divinité existe ? Je l’ai déjà dit, mais je vais me répéter, on ne peut pas être médium sans croire en la Source ou le nom que vous voulez. 

Chaque matin quand je reprends conscience, mes guides sont les premiers à me dire bonjour et ils m’aident même à me lever parfois (reconnaissons-le, il n’y a pas assez d’heures dans certaines nuits).

Pourquoi sont-ils là, auprès de moi, si ce n’est parce que je suis aimée ? 

Bien naturellement je ne suis pas la seule à l’être. Quiconque peut dire avoir rencontré Dieu, sait qu’il l’est également.

Alors, comment se fait cette rencontre, pourquoi apparait-Il/Elle à certains et pas à d’autres ?

Eh bien, je pense que pour chacun de nous, Il/Elle apparait sous la forme qui convient. J’ai vu la Déesse par exemple. Moi qui avait appris à l’église que Dieu était notre père à tous. 

Moi qui avait appris que tous les personnages marquants de la bible, ayant joué un rôle actif positif, étaient des hommes. 

J’ai rencontré la Déesse et elle m’a parlé. Ensuite seulement j’ai compris qu’Il/Elle était à la fois masculin et féminin. Moi je suis une femme, je suis une messagère quand même.

Parce que le sexe n’a pas d’importance. C’est une notion terrestre qui à l’échelle de l’âme n’a pas de sens.

Et à une échelle spirituelle, seul ce qui résonne comme une vérité prend du sens. C’est la raison pour laquelle j’affirme depuis des années que tout le monde sur Terre ne voit pas que la Lumière. 

Tout le monde n’aime pas de la même manière. Et cela est normal. La sagesse, la profondeur et la sincérité pourtant peuvent se retrouver en chacun. Mais pour nous comprendre les uns les autres, il faut accepter l’idée que tout le monde n’aime pas de la même manière.

Tout le monde ne perçoit pas la Source à l’identique et de la même façon que sur Terre certains vivent dans des endroits chauds alors que d’autres vivent dans des zones plus fraîches, tout le monde ne reçoit pas la même chose de la Source. Le même type d’énergies.

Pour cette raison, la prière ne parait pas apporter les mêmes bénéfices à tout le monde.

Dans mon cas, elle est source d’apaisement et me renvoie immanquablement au pilier qu’est ma foi. Mais je sais que pour d’autre elle est un rappel à soi, une manière de se fixer des objectifs. Elle peut aussi apparaître comme une marque de respect. Entre bien d’autres choses.

Le bénéfice personnel que nous tirons de nos prières est fonction de la foi que nous plaçons d’abord en nous-mêmes car seule la conviction permet et ce aussi bien sur la Terre qu’au Ciel si je puis dire.  

Toutefois, il est aussi fonction de cette capacité que nous devons avoir à réaliser que dans chacun de nos actes, nous sommes accompagnés. 

La prière, quoiqu’elle représente pour nous, est une manière de nous connecter à notre part sacrée.

Bonne journée à tous ;)

La force du vent

La force du vent dans Mes poèmes 14052103505917181812254466

La force du vent qui me pousse vers toi, vers moi, vers nous et vers soi tout à la fois…

Je vois des chevaux courir et je ressens chacun de leurs mouvements, comme s’ils étaient les miens,

Comme si je courais à leur place, dans cette plaine immense.

Il fait noir et jour à la fois à l’instant où je me lève, le soleil n’est ni haut ni bas,

Le ciel semble éteint mais quelque part, je vois son éclat pour la première fois,

Je sens les rayons apaisants de la lune, je bois l’eau de la rosée,

Je m’endors un instant et soudain, tout redevient blanc. 

1234

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause