Accueil Spiritualité Trier du courrier toute la journée

Trier du courrier toute la journée

15

Trier du courrier toute la journée 14070802574917181812373151

Bonjour à tous,

Qu’est-ce que j’étais en forme ce matin au réveil, j’aurais pu courir un marathon. Bon d’accord, je ne cours pas et n’en ai pas envie. Mais j’étais en super forme. A 3h07 quand j’ai ouvert les yeux. Maudit soit le décalage horaire. 

J’ai repris le chemin du bureau aujourd’hui comme prévu et mes collègues m’ont demandé comment les choses s’étaient passées. J’ai répondu et ai fini par parler de cette femme dont la seule tâche consiste à réceptionner puis trier le courrier. Toute la journée.

J’ai été surprise de la réaction de mes collègues ensuite. Il est évident qu’elle est bien mieux à ce poste qu’au chômage d’un point de vue purement matériel. Néanmoins à sa place je sais que je pèterais un câble. Et mes collègues se sont montrés surpris de ma propre réaction.

Ils m’ont ressorti ce même vieux discours avec lequel mes parents m’ont élevé. Le travail c’est le travail. Même répétitif, rébarbatif, ça reste le travail. On fait parce qu’on doit, c’est normal.

Et ensuite de me faire savoir que la majorité des personnes qui travaillent à la direction sont passées par des agences et se sont retrouvés à l’accueil au début de leur carrière. Ce travail n’est pas passionnant néanmoins il permet de connaître les produits et d’apprendre le métier bla bla bla…

En outre peut-être que certains apprécient le type de responsabilités qui leur sont confiés et si ça se trouve cela leur suffit.

Il est vrai que moi les produits, je ne les connais pas encore tous. J’apprends en fonction des besoins, quand j’arrive sur un dossier et que je vois un prêt un peu particulier, je vais dans la base pour voir de quoi il est question. J’ai achevé toutes les formations en ligne que l’on m’avait imposées. Contrairement à mes collègues qui se sont faits reprendre.

Mais moi je ressens une soif intellectuelle assez difficile à combler autrement que par l’exercice constant de ma propre créativité. Ça ne m’a pas ennuyé de faire ses formations. Cela ne m’ennuie pas non plus de faire des recherches dans la base de données. 

Apprendre est toujours intéressant à mes yeux.

Par contre, trier du courrier toute la journée représente un enjeu intellectuel si faible que je sais que je le supporterais aussi mal que mon ancien boulot. Et ce qui m’a surprise ce matin, c’est de constater que j’étais la seule à penser ainsi.

Je trouve que l’ennui intellectuel est une chose terrible. En même temps il nous pousse à faire preuve de créativité justement, pour combler les manques autrement. Du moins je croyais que c’était là le schéma universel face à l’ennui. Mais en fait non.

Pour beaucoup de personnes, les dérivatifs ne peuvent venir que de l’extérieur ou des tiers. Cela est encore plus terrible à mes yeux.

En fait je vois une sorte de renoncement de soi dans le fait de ne pas cultiver la curiosité intellectuelle. Un vilain renoncement.

Dire qu’il est normal de s’ennuyer au travail est terrifiant à mes oreilles car je n’ai toujours pas renoncé à trouver le travail qui me convient vraiment et je préfère essayer encore plein de choses plutôt que me dire, c’est fini je laisse tomber.

La réaction de mes collègues ce matin me fait penser à cette femme que j’avais entendu dire à une conférence sur l’intolérance au gluten que les pâtes sans gluten n’étaient pas bonnes au goût mais comme elles étaient bonnes pour la santé, il fallait manger quand même.

Je ne peux pas manger des choses que je ne trouve pas bonnes. Il faut que la nourriture me plaise. Bon pour la santé, ça ne me suffit pas. Et je trouve incroyable que l’on puisse se forcer à manger des pâtes sans gluten alors qu’il y a tant d’autres plats intéressants.

Je n’aime pas faire parce que c’est normal. J’aime bien quand les choses prennent sens pour moi. Celui qui me fera avaler un plat de brocolis n’est pas né par exemple, j’ai horreur de ça. Et je souhaite de tout mon cœur de ne jamais avoir à trier du courrier toute la journée.

Déjà que je m’ennuie quand je ne trouve pas de problème à résoudre dans mes dossiers.

Non vraiment, c’est drôle mais il n’y a que le fait d’exercer ma créativité qui me comble intellectuellement. 

Et créativité au sens large. J’aime écrire en étant inspirée par exemple. En fait j’aime tout ce qui me vient par inspiration.

Je prie pour ne plus jamais avoir à « trier du courrier toute la journée » parce que j’ai déjà donné, à ma manière et franchement, j’ai eu ma dose. Je suis contente d’être parvenue à m’évader à ma façon mais aujourd’hui, je voudrais bien pouvoir être créative dans un tout autre contexte.

« Tu as fini l’histoire que t’a demandé Yahetel ? », me demande Roéchel.

Toujours pas, elle avance.

« Elle devient longue. »

Oui, tant mieux, ça me plait de l’écrire.

« Eh bien écris, petite Sylvie. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)  

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • Déconstruire et construire

    Bonjour à tous, Ah quelle semaine on vient de passer Chouchou et moi ! On a fait le carrel…
  • Sentir sa présence

    Bonjour à tous, C’est dans les moments de perte, de deuil que l’on saisit clairement l’int…
  • Notre Capricieux

    Bonjour à tous, Cette semaine nous avons perdu notre merveilleux, notre adorable, notre ma…
Charger d'autres articles liés
  • Déconstruire et construire

    Bonjour à tous, Ah quelle semaine on vient de passer Chouchou et moi ! On a fait le carrel…
  • Sentir sa présence

    Bonjour à tous, C’est dans les moments de perte, de deuil que l’on saisit clairement l’int…
  • Notre Capricieux

    Bonjour à tous, Cette semaine nous avons perdu notre merveilleux, notre adorable, notre ma…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Déconstruire et construire

    Bonjour à tous, Ah quelle semaine on vient de passer Chouchou et moi ! On a fait le carrel…
  • Sentir sa présence

    Bonjour à tous, C’est dans les moments de perte, de deuil que l’on saisit clairement l’int…
  • Sous un arbre, derrière l’église

    Bonjour à tous, A mon grand désarroi, je ne peux que constater qu’un ou une de mes chers c…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

15 Commentaires

  1. Carene

    9 juillet, 2014 à 13:45

    Bonjour à tous,
    il me semble que ce dont il est question dans vos divers commentaires correspond à la pyramide des besoins. Une fois qu’on a rempli les conditions permettant de pourvoir aux besoins d’une marche, on passe à la suivante…
    Qu’en dites vous ?
    Bises et belle journée !!

    • crystallia

      11 juillet, 2014 à 2:19

      Bonjour,

      J’aime bien l’image de la pyramide des besoins, je ne connaissais pas.

      Bise ;)

  2. crystallia

    9 juillet, 2014 à 10:56

    Bonjour,

    Moi aussi je travaille d’abord parce que je dois. Je sais bien qu’un boulot c’est mieux que rien du tout. Je sais aussi que l’état d’esprit est pour beaucoup dans notre appréhension d’une situation quelle qu’elle soit.

    Mais justement,c’est du mien dont je parlais ici.

    Au jour d’aujourd’hui je n’ai plus envie de trier du courrier.

    Je pense que l’état d’esprit évolue beaucoup en fonction des étapes que l’on traverse.

    Bise ;)

  3. mary

    9 juillet, 2014 à 5:46

    Bonjour, « trier du courrier toute la journée : c’est un job comme un autre car malheureusement, tout le monde n’a pas la possibilité de trouver « autre chose » de plus « passionnant » pour reprendre votre terme, je vous souhaite de ne pas être obligée, un jour ou l’autre, car personne ne sait à l’avance ce que sera fait le lendemain, de faire un travail rébarbatif, il y a beaucoup d’autres possibilités de « s’évader » intellectuellement et un jour ou l’autre il faut poser ses valises dans une entreprise pour subvenir à ses besoins alimentaires et autres. Ne jamais « dénigrer » car c’est le meilleur moyen « d’attirer » ce genre de job…

  4. Braddy

    8 juillet, 2014 à 13:37

    Bonjour Sylvie,
    J’ai toujours considéré que le plus important n’était pas la nature de la tâche, mais le choix qu’on avait pour la faire.
    Mon quotidien professionnel est incertain, avec des décisions qui n’auront d’effet que dans longtemps, s’il y a un effet, et des problèmes à résoudre qui n’étaient pas les miens à l’origine…
    J’avoue que ça me ferait énormément plaisir d’avoir à trier des lettres pendant un jour ou deux. Une action = un résultat concret. Qu’est-ce que ça doit être reposant ! Et valorisant ! Le travail prend un sens immédiat et mesurable.
    Mais ça serait un choix de ma part. Je ne le subirais donc pas. Et cet état d’esprit change tout, alors que la tâche reste la même.

  5. Marine

    8 juillet, 2014 à 12:19

    Coucou atellys,

    Bravo pour ton choix ! mais je le comprends, moi aussi j’aime apprendre, j’aime être stimulée, j’aime les défis.
    Sauf que je suis à un âge et dans une situation où moins de portes sont ouvertes, même pour une formation. Enfin il y en aurait, mais on m’a expliqué que j’étais déjà trop diplômée par rapport au nombre d’année passées sans travailler, alors avec un truc de plus je coûterais trop cher.
    Chère ou pas, du boulot j’en ai pas.
    J’ai donc fini par me dire peu importe, je voudrais du boulot.
    Mais sans doute que je me trompe…je ne sais plus en fait. A mon avis je n’ai pas encore trouvé ma voie…

  6. atellys

    8 juillet, 2014 à 11:55

    Coucou Yylvie

    Sache que tu n’es pas la seule à penser ainsi. Je trouve moi aussi qu’il n’ y a rien de pire que d’avoir cette désagréable sensation de sentir ses neurones se désagréger. Vraiment. Jadis, ( il n’y a pas si longtemps), j’occupais un poste dans lequel j’étais certes pas si mal payée pour ce que je faisais et que je trouvais valorisant au début. Sauf que passé la première année et l’exicitation du début , l’ennui n’a pas tardé à montrer le bout de son nez. C’est terrible l’ennui, ça rabougri le cerveau et au lieu de nous pousser. J’aime apprendre. Découvrir de nouvelles choses alors même si j’acceptais àl’époque qu’un travail soit répétitif , je n’apprenais plus. Pire j’avais l’impression de devenir un espèce de robot exécutant mécaniquement des tâches or j’ai besoin de savoir pourquoi je me lève le matin.
    J’ai donc effectué un virage à 180 ° et à 28 ans, j’ai pris une décision.Et tu sais le plus drôle c’est justement de se retrouver confronter aux personnes qui ont peur pour toi, qui redoutent les prises de risque que tu prends parce qu’ils préfèrent rester dans un confort relatif même si ce dernier ne leur convient pas. Bon gré, mal gré disent-elles, mais moi, je fonctionne pas comme ça.
    J’ai repris le chemin de l’école pour trois d’études et changer de métier. Aujourd’hui j’en ai 30 et même si ce n’est pas facile tous les jours, je suis bien contente de m’être écoutée sur ce point. Il me reste une année à effectuer à présent. Qu’est ce que trois ans si cela peut permettre mon épanouissement ?. Je gagnerai la même chose que ce que je gagnais auparavant voire moins , avec beaucoup moins d’avantages financier. Cependant, lorsque je me lèverai le matin, je saurai qu’aucune journée ne ressemblera à aucune autre. Et rien que pour cela cela vaut le coup. Alors ce n’est du tout une hérésie que de pas vouloir exercer un métier dans lequel on n’est pas stimulé intellectuellement. Se contenter du peu pour soi lorsque l’on peut avoir mieux voilà ce qui pour moi relève du non-sens.
    Bises à toi.

  7. Tmho

    8 juillet, 2014 à 10:51

    Bonjour Sylvie :)

    je suis contente que quelqu’un pense comme moi! c’est parfois dur de l’assumer cela dit, quand on travaille comme toi ou qu’on ne travaille pas aussi…

    @Marine: je suis comme toi, pas d’emploi mais souhaitant ne plus faire ce que je n’aime pas. Je me suis aperçue en disant « non » à tout ce qu’on m’avait enseigné que je n’avais aucune idée de ce que je souhaitais professionnellement et que le changement n’allait pas s’opérer si je ne savais pas ce que je voulais. C’est ce que je m’attelle à faire. Continue de croire en tes rêves ;)

    Merci pour cet article qui remue les méninges comme d’habitude!
    Bises!

  8. crystallia

    8 juillet, 2014 à 10:21

    Salut,

    Je suis le genre qui aime voir les portes s’ouvrir en même temps donc tout est toujours possible !

    Bise ;)

  9. miss X

    8 juillet, 2014 à 8:07

    Coucou

    Je me dis que tu as 34 ans , et que j’espère que j’aurai toujours pas le même problème que toi à cet âge. Lol. désolée..
    mais c’est dur à lire.
    Pourquoi arriver à voir de manière..
    j’en ai marre , à quoi sa sert..pff
    à plus tard, courage pour ne pas dormir. ;)

  10. Marine

    8 juillet, 2014 à 5:18

    Bonjour Crystallia,
    Je trouve une certaine noblesse à accepter un travail inintéressant, je me dis que forcément, l’effectuer a un sens.
    J’ai éprouvé en lisant ton article un certain regret : j’envie ton enthousiasme !!
    Moi aussi j’ai rêvé à un poste passionnant, moi aussi j’ai besoin de stimulation intellectuelle. Mais sans travail depuis maintenant des années, j’ai juste le sentiment de ne pas exister, et du classement de courrier…et bien je prendrai.
    En fait j’ai beaucoup changé, et le constater me serre les tripes….

Consulter aussi

Bon lundi !

Bonjour à tous, J’ai passé un excellent weekend, qui je l’espère m’aura …