Accueil Réponses Combler les vides…

Combler les vides…

17

Combler les vides... dans Réponses 14071904555417181812396336

Bonjour à tous,

Samedi dernier j’étais au supermarché et je me disais que j’achèterais bien un nouveau jeu vidéo. Le lendemain, durant ma fête d’anniversaire (j’étais trop fatiguée pour le fêter quand je suis revenue de Nantes), le fils de mon beau-frère, seul petit garçon présent, s’ennuie un peu au bout d’un moment. Ma mère me demande de lui prêter ma précieuse console chérie (elle a de ces idées parfois !), pour ne pas passer pour la vilaine fille égoïste j’ai accepté (comme quand j’étais petite et que je prêtais mes jouets à contre-cœur, je sais je sais…).

Il a commencé à me demander un jeu, puis un autre. Et finalement Rayman que j’ai acheté il y a des années, en même temps que Zelda. Sauf que voilà, face à Zelda justement, il n’avait pas fait le poids. Je l’avais très vite mis de côté. Ce n’est que depuis samedi, quand l’enfant m’a demandé de l’aider que je me suis rappelée de la raison qui m’avait amenée à en faire l’acquisition. Et depuis je m’efforce de me limiter à un niveau par jour. Volonté, volonté, volonté !!!

La bonne nouvelle numéro 1 est que finalement je n’ai pas besoin d’un nouveau jeu. La bonne nouvelle numéro 2 est que ce n’est pas le seul jeu que j’avais laissé de côté. Vivement que je me repassionne pour les autres. Mais, quand j’aurai fini celui-là !

A certains moments on a le sentiment que l’on a besoin de nouveauté. Moi par exemple, cela fait quelques jours que je me dis que je referais bien ma garde-robe entièrement. Non je ne pense pas cela chaque semaine.

Mais justement, c’est un peu comme avec les envies de chaussures, en général quand j’ai envie de racheter plein de vêtements, c’est que c’est d’autre chose dont j’ai besoin. Nous avons tous nos codes personnels donc ce que je m’apprête à dire ne vaut que pour moi.  Quand je ressens de la lassitude devant ma propre garde-robe, c’est le signe d’une insatisfaction au niveau professionnel. Plus aucun vêtement ne m’intéresse plus parce que j’ai besoin d’une évolution à ce niveau.

Ce besoin de vêtements qui apparait me permet de ne pas avoir à appréhender une vérité dérangeante pour moi de manière trop abrupte. Toutefois, quand je commence à faire les magasins, comme par enchantement rien ne convient. Alors je me pose les bonnes questions, et vous l’aurez compris ce n’est pas par pur hasard que j’en suis arrivée à pouvoir déchiffrer mon code personnel.

Pourquoi prendre un tel chemin pour en arriver à parler de nos vides ? Tout simplement parce qu’ils n’existent pas. La sensation de vide résulte d’une incompréhension. C’est comme un câble qui serait débranché.  Si bien qu’en fait il n’y a pas de vide à combler mais des choses à comprendre.

On peut chercher à se remplir, on peut s’acheter plein de vêtements. Et accroître ainsi une insatisfaction indirecte que l’on comprendra encore moins. Ou alors on peut réaliser qu’on a déjà beaucoup de jeux vidéos.

Contrairement à mes guides je ne peux pas expliquer les concepts sans images concrètes. D’où le fait que j’aime bien prendre des exemples. Donc revenons sur le câble. Malheureusement il se trouve que pour le rebrancher, il faut retrouver la bonne prise. Parmi cinquante milliers.

L’ennui, le vide, l’exaspération, sont autant de signes clairs pour notre âme, qui nous indiquent ainsi que nos branchements sont soit trop usés soit erronés. La chose énervante étant que c’est à nous de déterminer quand ils sont usés ou quand ils sont erronés. Nous tout seul, sans aide. Et c’est là la principale difficulté en vérité.

Disons que vous êtes rendus au stade où vous parvenez à déchiffrer votre code personnel. Vous avez deux possibilités. Soit le message vous invite à faire quelques petits changements. Soit il vous indique clairement de prendre la porte.

Quand les branchements sont usés, il convient de prendre la porte. Avec les moyens dont vous disposez au moment où vous recevez le message. Je vais prendre un exemple bien clair et simple, le message peut-être de quitter la personne avec laquelle vous êtes depuis plusieurs années. Et que pour plusieurs raisons vous n’êtes pas spécialement pressé de quitter même si…

Le message peut être de quitter un travail. Votre implication dans une association. La seule vie que vous ayez mené jusque là et donc ce que vous connaissez.

Ce type de message ne passe pas, n’évolue pas, ne se tait jamais. Jamais. Il revient encore et encore sous différentes formes que vous finissez toutes par connaitre et reconnaitre. Cela fait des années qu’il m’est demandé de laisser tomber le droit. Le seul problème c’est cette histoire de branchements stupides. Figurez-vous que quand ils sont usés en fait, il faut trouver le moyen de les remplacer. Au départ.

Ce qui peut prendre du temps.  Parce que quitter, c’est juste une partie du message. La partie accessible. C’est comme avec un iceberg, le plus gros du message peut rester caché des siècles, peu importe.

Il faut comprendre que ce qui est caché, est ce qui est difficile à accepter. Aussi, la Source, Dieu ou le nom que vous voulez parce que c’est là qu’on est obligé d’admettre qu’Il/Elle existe, a fait en sorte qu’il nous soit impossible d’aller consciemment chercher des informations que nous ne sommes pas prêts à accueillir.

Elles sont distillées au compte-gouttes, sur de longues années, à mesure que nous nous ouvrons à nous-mêmes. 

Ce qui implique une chose bien désagréable concrètement. Reprenons le premier exemple, vous quittez X. Seulement voilà, le vide n’est pas comblé pour autant. Surprise !

Il reste à comprendre pourquoi X ne pouvait pas rester dans votre vie et pourquoi bien entendu le problème ne venait pas de lui ou elle. Ensuite, il faudra faire la paix avec vous-mêmes. Car vous serez bien fâchés. C’est normal. Ceci fait, le vide se remanifestera différemment. Mais vous le reconnaîtrez, vous saurez qu’il s’agit toujours du même, ce même vieil ami. 

La difficulté reste le message de départ qui est en fait incomplet. Le vrai message vous révèle l’objectif que vous poursuivez et donc la raison pour laquelle vous devez (oui devez et non pas pouvez) passer par un chemin précis.

Ce qui nous ramène à un point sur lequel je ne m’étendrai pas, la compréhension que le libre-arbitre est un leurre. Passons donc vite fait là dessus, et non je ne donnerai pas non plus d’explication suite à vos commentaires.

Dès lors que vous avez compris cela ceci dit, vous commencez à moins vous battre contre vous-mêmes, vous vous battez pour vous-mêmes. Alors, le message plus large, commence timidement à apparaitre. Jusqu’au jour où vous cesserez totalement de vous battre. Ce jour-là il s’étalera devant vos yeux. Mais ce ne sera plus important, vous l’aurez dépassé depuis longtemps.

La vie est mal faite ? Il faut voir. En attendant de comprendre que les vides ne sont pas des vides, on a le choix. Ou faire un beau voyage ou se trainer sur une route sans fin. Dans les faits, nous sommes une large majorité à alterner les deux. Que faire quand on se traine ? S’acheter des vêtements.

Bonne journée à tous ;)  

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • Déconstruire et construire

    Bonjour à tous, Ah quelle semaine on vient de passer Chouchou et moi ! On a fait le carrel…
  • Sentir sa présence

    Bonjour à tous, C’est dans les moments de perte, de deuil que l’on saisit clairement l’int…
  • Notre Capricieux

    Bonjour à tous, Cette semaine nous avons perdu notre merveilleux, notre adorable, notre ma…
Charger d'autres articles liés
  • Déconstruire et construire

    Bonjour à tous, Ah quelle semaine on vient de passer Chouchou et moi ! On a fait le carrel…
  • Sentir sa présence

    Bonjour à tous, C’est dans les moments de perte, de deuil que l’on saisit clairement l’int…
  • Notre Capricieux

    Bonjour à tous, Cette semaine nous avons perdu notre merveilleux, notre adorable, notre ma…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Ce que sont les travaux

    Bonjour à tous, Alors Fleur, tu voulais savoir ce que sont les travaux. Il s’agit pr…
  • Le temps d’agir

    Bonjour à tous, « Alors, comment est le ciel par chez toi aujourd’hui ?&n…
  • Portes de la vie

    Bonjour à tous, Je viens de recevoir la taxe d’habitation. Il y a des choses dont on se pa…
Charger d'autres écrits dans Réponses

17 Commentaires

  1. Clo

    20 juillet, 2014 à 12:52

    @ Miss X et Lara,

    j’ai beaucoup aimé vos partages qui font vraiment écho : « être » càd enlever et désapprendre tout ce qui fait partie intégrante de notre personnalité et qu’on a construit par couche depuis un certain nombre d’années est vraiment une entreprise ardue. Nos manques, nos limitations, nos peurs semblent faire barrage à ce que nous sommes vraiment. C’est un travail qui en plus semble interminable, comme si plus on enlevait des couches et plus on en trouvait….
    Régulièrement j’ai conscience de compenser « des vides » en mangeant pour me sentir remplie sans mettre le doigt sur mon manque exact car une personne extérieure dirait que vraiment je n’ai l’air de manquer de rien ….alors que me manque t’il en fait , moi-même je ne sais pas mais pourtant je sens bien que souvent je compense en mangeant ou en prenant une cigarette.
    Comment se fait t’il qu’on se comprenne et se connaisse si peu ? c’est effarant !! on marche en aveugle en partant d’une personnalité égotique qu’on ne connaît pas vers un être complet qu’on ne connaît pas plus : une expérience de OUF !! on aurait apparemment tous les outils pour faire ce cheminement mais c’est à nous de les trouver et ils varient souvent d’un individu à l’autre ! Contente que vous participiez avec moi à ce jeu vidéo « en live » dont on découvre les règles au fur et à mesure de notre avancée ….merci à SYLVIE pour ses « bonus » nombreux qui nous aident :)

    Clo

  2. Bluebird

    20 juillet, 2014 à 0:18

    Bonsoir Miss X,

    J’ai été touchée de te lire. Je vais essayer de te répondre.
    Je ne sais pas si j’ai complètement compris ton besoin et ton expérience, mais il y a pas mal d’écho avec la mienne en ce moment.J’ai moi aussi cherché des outils et des méthodes pour dépasser des fonctionnement addictifs qui m’empêchent d’ »être » (ce passage là de ton message me parle beaucoup).

    Si cela peut t’aider ou t’inspirer pour trouver tes propres méthodes, voila ce qui m’aide :

    1) pratiquer l’EFT (Emotional Freedom Technique..tu peux trouver facilement les protocoles gratuitement sur internet). Comment ça marche? Je crois que c’est utilisé en psy pour plein de trucs. Moi, on me l’a conseillée pour calmer le mental et l’émotionnel quand ça s’emballe trop fort et trop vite. Ca permet de revenir au corps et de calmer quelque chose de précis sans « l’analyser », et tu peux le faire en autonomie n’importe où :)

    Pour résumer : tu formules « ce qui te dérange chez toi » (ex : je ne tiens pas en place en ce moment »). Tu notes le problème sur une échelle de 1 à 10, et tu prononce en conscience, à haute voix, une phrase positive, du genre : « Même si je ne tiens pas en place en ce moment, je m’aime et je m’accepte totalement ».
    Et tu répètes ça à haute voix en suivant un protocole précis de « tapotements » avec tes doigts sur des points d’acuponcture (visage, torse, main) deux ou trois trucs avec les yeux. C’est tout simple et ça prend juste quelques minutes…Et à la fin, tu écoutes sincèrement en toi ce qui a changé. Tu notes sur une échelle de 1 à 10.Et tu recommences au moins 3 fois si besoin.

    Ca a l’air bête comme ça, mais c’est vraiment subtil et efficace ! Si tu peux lire le protocole en détails, le choix et la sincérité de la phrase « de retournement » compte beaucoup.Et aussi la répétition.

    BOn, mais ça demande la volonté et la persévérance de le faire. Et parfois,j’ai du mal. Je connais ça aussi…

    2) …faire du sport, ou juste bouger! Ce que tu fais spontannément, et c’est une super piste. Si ton corps en a besoin,pour ton équilibre, pourquoi ne pas l’écouter ? Si tu peux prendre une heure par jour pour te défouler physiquement, courir, danser, faire de la « gym » à fond sur de la musique…profites en, non ? Moi, j’ai du mal à « bouger »,c’est un effort terrible sur moi-même pour sortir du mental. Mais quand j’y suis, je sais que c’est salvateur et que ça fait redescendre l’énergie qui était coincée :) Je ne suis pas experte, mais il me semble que ça n’est pas mauvais que tu ressentes ce besoin. Pourquoi chercher à arrêter ça ? Est-ce que c’est parce que ça te pose soucis au quotidien ?

    ( Au passage, j’ai une amie dont la petite fille a été étiquetée « hyperactive »et « inapte à la scolarité » par la maitresse le premier jour d’école…Mon amie savais que sa fille était une enfant indigo (bon , à prendre ou à laisser…), bref. Elle a proposé à sa fille de faire tout un tas d’activités ludiques et sportives pour se défouler, avant et après l’école. A un rythme que beaucoup d’adulte auraient trouvé fou. Et ça a marché. L’enfant a réussi à trouver son équilibre…)

    3) Lacher le combat avec soi-même.
    Juste lacher prise ! Observer. Se dire  » ah tiens, je suis accro à internet jusqu’au bout de la nuit » ou  » je suis vraiment maniaque sur ça.. » etc. Et juste s’envoyer de l’amour et de la bienveillance pour tout les besoins non comblés qui sont derrière ( besoin d’être en contact, d’être entendue, comprise, besoin d’ordre, besoin de se sentir vivante, etc).
    Là, tu peux trouver sur les sites de Communication Non Violente (CNV) des petites listes super pratiques à lire rapidement pour apprendre à mieux ressentir et identifier en toi les besoins qui ne sont pas comblés.
    Et juste ça, ça relâche une énorme pression ! On arrête de créer de la résistance en soi en luttant. Au bout d’un moment , le changement devient plus facile.

    4) La méditation…
    je sais que c’est la suite. Mais je n’y suis pas encore arrivée :-)
    D’autres ici pourront certainement mieux témoigner…

    Voila. Je ne sais pas si ça pourra t’aider à fabriquer tes propres outils ?
    Tu sais, de mon coté j’ai 37 ans, et encore un long chemin à faire pour ré-apprendre à « être » au lieu de subir une multitude de fonctionnements réflexes ou défensifs qui me coupent de moi-même et créent des addictions ou des comportements que je ne supporte plus chez moi.
    Je trouve que tu es courageuse de regarder cela en face avec lucidité.
    Je te remercie de m’avoir aidée à mettre des mots sur tout ça par ton message…

    Bises ;-)

    Lara

  3. Miss X

    19 juillet, 2014 à 20:37

    « La bonne méthode , pour voir clair » ça t’inspire quelque chose?
    Hier, par exemple , j’ai pus m’apercevoir , que le nombre d’informationse ne me manquaient pas. Par contre , il faut réussir à faire le nécessaire : voir clair , pour en tirer un savoir qui nous permet d’agir.
    Comprends , sur nous-même.Je veux dire par là , parfois , il nous manque la méthode. Tu en as à proposer , (intellectuelles , à réaliser avec un crayon , un papier , une liste.)?
    J’ai lu une méthode de tableau , avec des croix , noter ce qui nous choque , ou non. Pour nous noter OBJECTIVEMENT le comportement qu’on a à l’égard de certains objets. Nos réactions, de ce genre, vois-tu.
    Mais on ne mets pas en oeuvre une méthode avant d’avoir l’objet.
    Le problème.
    Est qu’avec de l’observation , on peut tout faire.
    Cependant..c’est un long labeur , et à part , avoir , l’impresion de se perdre..
    j’aimerai avoir une méthode , au moins extérieure , pour voir si je peux l’appliquer.
    En somme une méthode « guide » , ou autre. Car à l’heure actuelle , la mienne est incomplète , et je peux toujours pourvoir avec le savoir de quelque d’autre.
    Qu’importe qui peut me la proposer , je ne parle pas qu’a Sylvie ;)
    Je n’arrive pas trop à mettre les pieds devant l’autre , car entends par là , il m’est très dur d’être calme.
    Le sport aide , car sans sport , je ne peux que courir aprtout.
    je suis intenable , autant qu’un enfant de quatres ans.
    Je t’assure , qu’avec même de la volonté , c’est TRES dur pour moi de tenir une journée , sans rien faire de mon corps , c’est à dire : délirer , sur de la musique , en dansant.
    Ce n’est pas une mince affaire.
    Mais ce genre de délire ne m’attire plus.
    C’est pour cela , (malheuresement) que hier , j’ai mis « combler le vide »
    car en faisant tomber les activités dont je ne veux plus. (malheuresement encore)
    il y a le plaisir que j’en tirai (au passé) et dont je ne tire plus , donc , si je m’y livre.. alors que je ne veux plus m’y livrer , mais je ne trouve rien qui puisse remplacer le temps que je consacrais à cette activité , à une activité que je veuille et qui me procure autant de plaisir.
    Je ne veux plus , de beaucoup de mes comportements , et pourtant , je n’aspirequ’a trouver un autre en moi.
    Mais je n’ai pas l’air d’y être , pas encore.
    Etre , c’est dur , pour de vrai. Alors qu’on croit que être , c’est pas dur , alors qu’en réalité.. à un certain niveau , d’être , quand on y est pas encore , on voit toute la discipline et toute l’exigence qu’on y met. Et pourtant , on arrive pas encore à être ce qui nous tire en avant.

    On « déesepère » parfois , se dire que malgrès la volonté (pourtant tellemnt puissante) on ne comprends pas qu’on retombe dans les même tourlents de notre propre corps par exemple..
    et pourtant , sans modifier totalement notre décor (car dans le moments de volonté qui défaille , quand on ne peut pas accéder à ce qui nous enivre , on est curé!!)
    j’ai fais ça , avec mon téléphone , maintenant je suis délivrée de moi même en réalité , pas du téléphone.
    Mais il m’a fallu perdre ce téléphone et ne pas avoir pu continuer mon comportement addictif , pour l’être.
    J’avais un réeel volonté derrière , qui n’a pas qu’agir sans avoir accès à la drogue que me procurait , ce minuscule apapreil.
    Je l’ai remplacé aussi par un livre.
    mais sans le remplacement , et le comportement ne change pas , et sans la perte allié je veuxdire aussi.
    Donc , je n’arrive pas à lacher les autres comportement , sans changer de décor.
    Malheuresement la culture qui m’entoure , me donne ce décor à libre loisir ,e t je craque.
    ne me parle pas de nicotine , ce n’est pas la cigarette que je tente d’abonner! Ce que je veux dire , c’est que je ne connais rien qui demande plus d’exigence que d’être. Rien qui demande plus de volonté.
    Rien qui ne demande plus de discipline personnelle. Que de se moduler , comme je le veut. J’ai survécu à cette année , grâce à ça , de toute manière.. c’était ça ou la mort , en réalité ce qu’on appelle le libre , oui , c’est très restreint , car quand on est intègre avec soi-même , on ne peut que s’écouter. Je ne parle pas d’appel mystique. Je parle de moral/d’éthique.
    C’est très dur , une année extrêmement dure pour moi vient de finir , l’épreuve continue encore.
    J’aimerais bien pouvoir être.
    Je n’arrive pas à appliquer , Sylvie , de manière plus performante que je le fait , ça trâine en longueur , et je me souffre , de cette longueur , et pourtant.
    je ne sais plus quoi faire.. donc , avec du recul après dis tout ça , je vais retourner à mes affaires , et peut-être que le recuk m’aidera , comme toujours.
    Cependant , j’aimerai bien que tu répondes , bien qu’éventuellement , ça ne me sera absolument d’aucun secour qui sait? (secour au sens le plus pur de salut. pas de secour comme secour.)
    Bisou ;)

  4. Carene

    19 juillet, 2014 à 14:08

    En fait, je pense qu’on a tous le même fonctionnement lorsqu’on ressent ce vide : prendre la fuite soit en s’étourdissant avec autre chose, soit en opérant des changements. Or, mon expérience m’a appris qu’il vaut mieux laisser tout en l’état (aussi inconfortable que ça puisse être parfois), prendre le temps de faire le calme en soit pour faire le tri entre ce qui nous apporte plénitude et sérénité, et ce qui nous procure de grandes insatisfactions car en total opposition avec les besoins de notre âme. Puis, garder les premiers et se débarrasser des seconds. Cela étant dit, il arrive que certaines situations ne soient que transitoires, c’est-à-dire une marche permettant d’accéder à notre destination finale.
    L’idée est donc de ne pas focaliser sur la destination finale et d’apprécier chaque marche. Ce n’est pas toujours évident mais ça se fait… Au départ, timidement puis à force de pratique cela devient naturel… :)
    Bon voyage à tous !!! ;)

  5. Clo

    19 juillet, 2014 à 13:41

    Bonjour ,

    J’aime beaucoup ce post qui me parle bien :)

    bises

    Clo

  6. Bluebird

    19 juillet, 2014 à 12:50

    Bonjour Sylvie…

    C’est dur là. Ca vient toucher très très fort en plein coeur.
    Tu décris mot pour mot exactement ce qui se passe pour mon compagnon. (Je devrais dire « ex- »compagnon,mais je n’arrive pas encore.)

    C’est exactement ça : un message intérieur en lui, qui monte depuis deux ans, qu’il ne voulait pas écouter, qu’il ne peut pas expliquer rationnellement, et qui lui dit « Pars ». Et il ne sait pas vers quoi, pourquoi, mais il sent que c’est vital pour lui. (Avec des signes clairs de sciatique quand il était tiraillé pour rester, et de liberté totale sans son corps depuis qu’il est parti).Maintenant, il est tout aussi perdu, et faché contre lui-même…mais le message est toujours là.

    Le problème, c’est que de mon coté, le câble est encore branché.
    (Ou alors, c’est que je n’arrive pas à entendre mes propres messages, à décoder mon propre langage ?)
    Que faire de l’amour que je ressens toujours si fort ? J’ai l’impression que ça saigne comme une hémorragie en moi. Ca fait toujours très mal…Est-ce qu’on peut « cicatriser » un cable débranché par l’autre ? Ou est-ce que je vais garder ce lien toute ma vie, et lui envoyer de l’amour, même à distance ?

    Par ailleurs, je viens de m’acheter plein de nouveaux vêtements. Une boulimie. Même si on n’a pas forcément tous les mêmes codes, ça m’interpelle !

    Bises

    Lara

  7. Feu-de-lumiere

    19 juillet, 2014 à 12:10

    « Il faut comprendre que ce qui est caché, est ce qui est difficile à accepter. Aussi, la Source, Dieu ou le nom que vous voulez parce que c’est là qu’on est obligé d’admettre qu’Il/Elle existe, a fait en sorte qu’il nous soit impossible d’aller consciemment chercher des informations que nous ne sommes pas prêts à accueillir. »

    Ce qui est caché est inconscient, comme tu le sais, d’où les rêves et leurs symboliques. Mais après je pense que la personne qui fait que nous ne sommes pas capable d’aller chercher certaines informations, c’est nous même et notre résistance psychique.. Nous voulons nous protéger de certaines choses et nous mettons donc en place certaines structures capables de bloquer ou masquer ce que ne nous ne sommes pas prêt à accueillir.

  8. Atellys

    19 juillet, 2014 à 12:04

    Coucou Sylvie

    Il me fait bien plaisir ton message d’aujourd’hui , je dois dire qu’il tombe à pic. ah le vide, ça me parle bien ça. J’ai beau savoir qu’il n’existe pas vraiment quand je ressens cette pointe d’insatisfaction mêlé à un désir de tout changer dans ma vie : études ( alors que je suis en pleine reconversion professionnelle si ce n’est pas un comble), appartement, coupe de cheveux lol. c’est qu’une chose ne va pas. L’ennui c’est que je le sens , sans parvenir à mettre le doigt de dessus c’est frustrant ça. Et ce depuis des années.
    Après est-ce que l’envie de changement est un leurre aussi qui masque une autre réalité sûrement….comme tu le dis si bien une fois le changement effectué on a à peine monter que la première marche. C’est un peu le cercle sans fin non ? enfin non si parvient à se remettre sur les bons rails. Là est le problème, vu que les informations sont distillées au compte goutte cela revient un peu à avancer en aveugle mais avec confiance tout un paradoxe tout cela.
    Tu sais, ton message me fait rendre compte que je ne suis pas toute seule à ramer finalement lol. Peut être que tout est juste et se fait au bon rythme.

    Bises à toi

  9. Carene

    19 juillet, 2014 à 11:13

    Bonjour,
    belles métaphores ! Suis en plein dedans depuis quelques années… et cette année est la première année où je baisse vraiment les armes et tache d’apprécier le voyage.
    Mister Ego essaie encore quelques fois de me faire croire au mythe du libre arbitre mais ça m’abandonne très vite lorsque je repense à toutes les belles claques que j’ai prises.
    Je ne sais pas si certains d’entre vous ont vu le film l’agence… Ce film m’a carrément parlé. La réplique qui m’a le plus touchée est : « Le grand patron a un plan, nous n’en voyons qu’une partie. »
    Du coup, maintenant quand j’ai un appel du pied de Mister Ego, je lui dis : « Reste tranquille l’ami, ya quelque chose de mieux qui m’est réservée. je n’sais pas encore quoi précisément mais j’suis sûre que ça vaut le coup. » Ah la foi ! quand on l’a recouvre, elle ne nous abandonne plus… ;)
    Bises et belle journée !!

  10. miss x

    19 juillet, 2014 à 9:45

    Coucou
    Très jolie image, ;)
    Bisous

Consulter aussi

Je suis une grande fille

    Je marche sur le toit comme sur un fil, Sonnée pourtant par tes dernières révélations.…