Accueil Spiritualité Le bien-être

Le bien-être

8

Le bien-être  14090710533817181812507394

Bonjour à tous,

Même les sacs sont rangés, je suis fière de moi.

« Et les papiers ? »

Ce n’est pas sympa Sammael. Ce n’est pas sympa.

« Chaque chose en son temps. Dirons-nous. C’est bien d’avoir rangé la chambre et surtout d’avoir revu la déco. Le chapeau de carnaval est finalement très joli. »

C’est marrant, je n’aurais pas imaginé ça quand je l’ai acheté. Mais c’est vrai qu’il arrive que les objets a priori incongrus apportent un plus à la déco.

« Il y a beaucoup de pierres exposées. Tu te souviens du nom de chacune ? »

Non, oublié la plupart !

« Et c’est bien que tu aies gardé les Barbie. »

Ah les Barbie, dans ma famille TOUT LE MONDE trouve normal que je les ai. Je veux dire, ce sont de vraies Barbie. Celles de noël, des poupées de collection. Il y en a trois. Je ne joue pas avec pour ceux qui se posent la question mais elles s’accordent tellement bien à mon côté « girly ».

« Comme le tapis et la lampe roses. »

Aussi.

« Ou les papillons et les étoiles. »

Je n’aime pas les murs vides.

« Pourtant tu ne crains ni le vide ni le silence ni la solitude. »

Une chance lol !

« C’est une chance plus grande que tu ne le penses. »

Il faut être capable, l’apprendre s’il le faut, de créer autour de soi un cocon qui soit le prolongement du cocon intérieur. Je ne pourrais pas me reposer correctement dans une chambre qui ne soit pas ce cocon.

D’une manière plus large, la maison doit être ce cocon. Trop de personnes s’arrêtent sur le fait, essentiel certes, que le bien-être ne peut venir que de l’intérieur. C’est vrai bien sûr, mais ensuite ce qu’il y a à l’intérieur doit pouvoir trouver à s’exprimer sur notre plan matériel. J’ai toujours dit que c’était une bêtise de ne pas accorder d’importance à sa vie et son bien-être matériels.

Comment peut-on se dire serein intérieurement tout en vivant au milieu des immondices par flemme de faire le ménage par exemple ? Dans un tel cas de figure on aurait tendance à fuir sa propre maison. Que faut-il comprendre alors ? 

Ce qu’on vit ou ressent à l’intérieur doit pouvoir se traduire en actes.

« Donc tu es prête à amener la voiture au garage également ? »

Je crois oui.

« Tu sais pourquoi tu ne le faisais pas ? »

On aurait dit que cela représentait l’effort d’adaptation de trop. Comme un énième effort dont je ne me sentais pas capable. Pourquoi faire réparer une voiture que j’avais acheté parce que je n’avais pas trop le choix (je n’aime pas le modèle) ? On aurait dit une punition.

« Bon, eh bien laisse ce sentiment se dissiper encore un peu et à la fin du mois ou dans une semaine, si tu te sens réellement prête et sereine, tu iras. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)  

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres articles liés
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

8 Commentaires

  1. crystallia

    9 septembre, 2014 à 2:52

    Bonjour !

    « I’m a Barbie girl, in a Barbie world… », j’aimais beaucoup cette chanson. Mais une Barbie au chocolat, je suis jalouse.

    J’aime bien l’idée que chacune voit ce que lui apporte la projection de son propre univers et son entretien.

    Aujourd’hui ma maison intérieure est fermée. Je pense que ce n’est pas un hasard, qu’elle s’ouvrira à nouveau près ma transformation.

    Bise ;)

  2. Émilie

    8 septembre, 2014 à 21:54

    Autant pour moi ! Barbie (pas barbier) chocolat porte une robe du soir noisette mais on l’avait rhabille avec la robe bleue.

  3. Émilie

    8 septembre, 2014 à 21:16

    Hello,
    Alors je comprends mieux pourquoi dernièrement je pensais au château de Barbie, quand tu parlais de ta chambre. C’est un château rose et mauve avec un lit baldaquin, une coiffeuse … ma fille a bénéficié pendant quelques années de ma petite faiblesse pour Barbie. Alléluia, j’ai retrouvé au fond d’un tiroir les bijoux que je croyais avoir perdus.
    Tu sais que Barbier chocolat existe ; robe du soir en lamé bleue, cheveux couleur chocolat -la poupée sent le chocolat.

  4. Arc

    8 septembre, 2014 à 19:48

    Bonjour,

    Je suis aussi en grande période transformation / rénovation à la maison depuis quelques temps. L’espace qui a reçu le plus gros tri récemment, c’est mon balcon. La cuisine avait échoppé auparavant. J’ai aussi redonné un coup de ponçage / cirage à mes principaux meubles et accessoire. Des rayonnages de livres ont disparu au profit de mes pots bruns obscurs de sorcière (resterait une imprimante toner à acheter pour faire de superbes étiquettes mais bon, il y a plus urgent). J’aurais bien envie de refaire la peinture (bien que chaque pièce ait sa teinte, fraîche). Mais je ne veux pas investir dans les murs car je veux partir. Je sais bien que ce n’est pas anodin. Chaque fois que je change la couleur des murs, il se produit des changements bien visibles dans ma vie. Quand j’arrive à prendre un peu de temps pour moi, j’aime bien concevoir un objet, une œuvre, quelque chose que je pourrai emporter dans mon nouvel espace.

    Je pense qu’il y a une différence entre sa maison intérieure telle qu’elle apparaît, par exemple, dans nos rêves ; et celle qu’on crée, qu’on mentalise volontairement, pour l’exposer à d’autres. La maison qui m’apparaît spontanément dans mes rêves depuis que je suis enfant probablement est aussi un château avec des passages et des pièces secrètes. Il y a un élément qui se glisse de manière récurrente dès que l’occasion s’y prête, c’est la douche ou baignoire de luxe multi buses, le genre de modèle super extra cher qui m’a toujours fait fantasmer (depuis la première fois que j’en ai vu à une exposition habitat et jardin lorsque j’étais ado). Une nouveauté depuis quelques temps aussi, c’est la pièce plein pied, baies vitrées, qui donne sur mon jardin privé, avec piscine. A côté de la piscine il y a quelques mois, j’avais ma clairière de sorcière, ou personne n’aurait pu me surprendre. Et ça, j’aimerait tellement que ça se concrétise ! Mais tellement ! Mille fois plus que la piscine. La piscine, c’est surtout symbolique je pense, car ça ne m’importe pas beaucoup.

    Je suis aussi une grande adepte de Barbies. Je me plongeais dans des aventures faramineuses, dont je construisais les décors (et créais des vêtements adaptés : Egypte, peuple d’Abraham, expéditions périlleuses courant XXème, campus, vampires…). Qu’est-ce que je pouvais m’ennuyer avec ces camarades pour lesquelles jouer à la Barbie, c’était la coiffer et lui changer ses robes. Je faisais même les bruitages, sur cassette parfois, et des accessoires très utiles, par exemple vomi de tomates, ou vomi d’épinards. J’aimais beaucoup les petits légos aussi. Je ne vous dis pas ce que je construisais ! Hihi Autant vous dire que je suivais rarement les indications des modèles, et que mes inventions n’avaient rien de niais, lisse ou cliché ! Des trappes cachées sous des plumes avec au fond de la slim glue, et des piques qui transperçaient les murs de mes châteaux ! Hahahah Mais mon imagination trop fertile n’était pas du goût de mes parents, et de mon côté par contre, les Barbies étaient vues comme une sorte d’ânerie dont il fallait absolument me sevrer. Un beau jour, drame, elles ont donc disparu. DRAME. Heureusement, vu leur coût, ma mère les a simplement maintenues sous scellé au galetas où elle savait que je n’aurait jamais été les chercher à cause des araignées. Je vous passe la suite, car il y en a une… mais sachez qu’elles sont photographiées (en groupe, quand-même), et rapatriées dans ma cave. Oui dans ma cave, car deux gros cartons, ça prend quand même de la place, et plus aucun enfant ne vient en vacances chez moi. Bouhouhou.

    Bon. Sur ce, bonne soirée.

  5. Josée

    8 septembre, 2014 à 19:12

    Merci à toi Crystallia,

    Je n’avais pas vue que tu m’avais répondu! :) …oui, il me faut du gros gros courage! lol!
    Puisque la dé bordéliser n’est pas ma première nature!
    Bon, go! J’arrête de procrastiné!

    amicalement,
    Josée

  6. Josée

    8 septembre, 2014 à 18:53

    Bonjour Crystallia,

    Quand tu dis :

    «Comment peut-on se dire serein intérieurement tout en vivant au milieu des immondices par flemme de faire le ménage par exemple ? Dans un tel cas de figure on aurait tendance à fuir sa propre maison. Que faut-il comprendre alors ?» 

    Il y a toutes sortes de raisons pour que les gens ne fassent pas leur ménage. Quand j’étais jeune il y avait deux vieilles dames (sœurs) qui vivaient en face de chez nous. Elles avaient accumulé des journaux partout dans leur maison (c’était hallucinant)…il y avait à peine un petit corridor pour passer dans toute la maison (impossible de faire du vrai ménage). Beaucoup de gens du village avaient des préjugés en ce qui les concernait. C’était malheureux! Parce que ces deux vieilles dames quand on apprenait à les connaître, on s’apercevait qu’elles étaient très charmantes et très sereines! Pourquoi accumulait-elle tant de journaux? Ça fait certainement partie de leur passé mêler au présent! Mais j’avoue, qu’étant jeune enfant à cette époque, j’ai jamais osé demander …par timidité mais surtout par respect, je crois. Je les aimais beaucoup!

    Beaucoup de gens d’ailleurs qui ont vécu «du manque» de la guère on se sentiment de sécurité lorsqu’il accumule autour d’eux. C’est le contraire ici, s’il y avait pas autant de chose autour d’eux,…je crois qu’ils ne seraient pas si sereins. Ils sont vite dépassés et vivent dans un environnement peu adéquat pour d’autres.
    Il y a également, les héritiers de ces gens. Cette pensée dans l’accumulation des choses se transmet à leurs enfants.

    J’ai été inspectrice de maison pendant plus d’une année. J’en ai vu des choses. Les modes de vie sont différents pour chacun. Les priorités sont également différentes.
    Je ne crois pas être la détentrice de la vérité absolue…lol! …loin delà!
    Mais je pense que la «sérénité» à plutôt avoir avec être «capable de s’assumer».
    Être en accord avec soi ou pas!

    Je comprends parfaitement la position que tu défends, ici, dans la phrase plus haut. Mon conjoint est comme ça. Pour lui,…chaque chose doit être à sa place….ce qui est également en prolongement de sa pensée. Moi tu vois, c’est le contraire… même c’est souvent dans le chaos que s’ordonne ma pensée. C’est ma façon de créer. lol! …difficile à croire! Mais moi c’est souvent comme ça. Je m’assume complètement. Par contre, j’assume également que nous sommes en couple. Alors, je fais le compromis de me dé bordéliser.

    Ce n’était qu’un autre point de vue! Allez up! La phase 2 de mon ménage m’attend!!

    Amicalement,
    Josée

  7. crystallia

    8 septembre, 2014 à 18:41

    Bonjour,

    Courage pour la phase 2 !

    Bise ;)

  8. Josée

    8 septembre, 2014 à 17:02

    :) Je riais hier parce que j’étais moi aussi dans ma phase «ménage»! Mdr! Aujourd’hui j’entame la phase 2,… ;)

Consulter aussi

Il faut qu’il pleuve aussi

Bonjour à tous, Il fait beau, il fait chaud, dans nos cœurs… « Il faut qu…