Accueil Spiritualité Une bonne année

Une bonne année

2

Une bonne année 14091502101317181812522818

Bonjour à tous,

« Une de tes cousines est enceinte. », me dit Sammael.

Oui, la nouvelle vient de tomber, je suis contente pour elle, elle se languissait la pauvre. Tout le monde lui disait que ça viendrait. Je me demande si ce sera une fille ou un garçon.

« Ta sœur attend un garçon. »

Oui, mon neveu !!!

« 2014 semble être une bonne année pour ta famille. Chacun voit ses rêves se réaliser petit à petit. Et même ta tante se remet des séquelles du chikungunya malgré son cancer. »

C’est ce que je disais à ma mère oui.

« C’est l’année où tu as pu changer d’entreprise. »

Je ne l’oublie pas !

« 2014 semble être une bonne année pour ta famille. Peut-être vivez-vous la fin d’un cycle. Peut-être que d’ici la fin de l’année il y aura encore d’autres changements heureux pour les uns et les autres. Des changements qui prépareront le terrain au départ d’un cycle différent pour chacun, en fonction de ce qui a été effectué au cours de celui qui s’achève. 2015 sera certainement une année très intéressante de ce point de vue. L’année des nouveaux commencements.

Ta cousine refuse de repousser la date de ses noces malgré son mariage alors ? »

Elle ne veut pas entendre parler de cette possibilité.

« Elle ne portera pas la robe de ses rêves. »

Elle veut le bébé depuis tellement longtemps. Pour elle cette année est l’amorce de la concrétisation de ses désirs personnels. Elle est contente.

« Son père aussi est content. Elle est la seule enfant qui vive près de lui. Il pourra voir grandir le bébé de sa fille. »

Oui.

« En fait elles seront trois à être tombées enceintes cette année. »

Oui, finalement. Quand j’étais petite j’aimais jouer avec mes cousins, on avait des âges proches, je trouve que c’est vraiment super qu’elles soient enceintes en même temps.

« Dans ta famille il n’y a pas eu de jeune adolescente enceinte. »

Non, heureusement lol !

« Et tout le monde aujourd’hui se réjouit. 2014 restera pour vous une belle année. Du moins, il reste quelques mois avant 2015. Il peut arriver encore des tas de choses.

 Et quand on regarde bien, les bonnes choses de cette année sont-elles arrivées par hasard ? Entièrement par hasard ? Peut-être que finalement, les efforts amènent toujours un aboutissement. Peut-être. 

Au fond, il y a un temps pour détruire, un temps pour poser les bases et un temps pour reconstruire. Parfois quand on vous dit que c’est l’heure de détruire, vous n’êtes pas contents. Vous avez peur de ce que vous pouvez perdre tout en ne sachant pas ce que vous pourriez gagner. Il arrive même qu’après avoir tout perdu, vous n’ayez rien à gagner pendant un bon moment. Vous devez alors fournir beaucoup d’efforts pour de maigres résultats insatisfaisants. Vous vous demandez ce que vous faîtes mal. D’autres à côté ont l’air de si bien réussir tout ce qu’ils veulent…

Et puis un jour, la roue tourne, inexplicablement croyez-vous. Le hasard n’existe pas. Les efforts finissent toujours par payer sur le plan spirituel, d’une façon ou d’une autre.

Finalement tu ne t’es inscrite dans aucun atelier cette année ? »

Je n’ai rien trouvé qui m’attire vraiment. Ou alors les horaires n’étaient pas compatibles avec les miens.

« Peut-être cette année te faut-il tenter autre chose. »

Oui pourquoi pas. Je vais voir.

« Oui, quelque chose de réaliste. Et où il n’y aura pas de professeur lubrique qui te proposera de venir étudier au cours du vendredi soir alors qu’il n’y a pas de cours le vendredi soir. Nous comprenons que tu n’aies pas voulu continuer le steel pan. Ce n’était pas honnête de t’attirer dans un tel piège. Le hasard a voulu que ce soir là, une élève de deuxième année ait envie de s’entraîner. Elle est arrivée juste au moment où le prof commençait à se montrer trop amical. »

Je ne souhaitais pas aborder cet épisode mais puisque tu le fais, j’en profite pour dire que cette histoire est derrière moi. Et je croyais qu’il me proposait simplement de participer à un cours de plus dans la semaine. J’étais loin d’imaginer qu’il avait prévu qu’on soit seuls. Mais comme je l’ai dit, c’est derrière moi.

« Tu n’as pas poursuivi en arts numériques non plus. Changement de travail, changement d’horaires et de rythme. Tu aurais repris cette année ? »

Oui, avec plaisir, si les horaires des cours me l’avaient permis. Mais avec mon travail, je ne peux pas cette année non plus. C’est dommage les cours de 18h sont réservés au deuxième année. Alors qu’il ne devait pas y avoir de deuxième année…

Si elle se décide à donner de vrais cours, je suis intéressée. Dans une école ça coûte une fortune. En plus tout le matériel est fourni.

« Le cours de yoga ne t’attirait pas ? »

Non.

« Pour en terminer avec cette histoire qui est derrière toi, tu n’avais pas vu qu’il te faisait des avances ? »

J’étais loin d’imaginer que l’on puisse finir par se retrouver seuls. Je croyais qu’il me proposait d’assister à un autre cours car il nous avait répété maintes fois que nous pouvions le faire. Je savais qu’il y avait un cours pour débutant le jeudi. Je lui ai dit, je viens jeudi. Il m’a répondu, il y a un autre cours vendredi.

Comment pouvais-je deviner qu’il pensait qu’on serait seuls ? Il m’avait dit qu’il y aurait un cours.  

« Ce collègue comptable, celui qui est en couple mais qui voudrait quand même avoir une histoire avec toi, c’est le même genre de personne. »

Merci à toi.

« A la différence qu’il se croit plus irrésistible et qu’il est plus patient. »

Ok. J’entends ce que tu me dis.

« Tu sais ce que faisaient les princesses à l’origine dans les contes de fées quand elles croisaient un crapaud ? »

Oui, elles le fracassaient au sol ou contre mur. Et alors il se transformait en prince. Pour autant, elles ne courraient pas l’aider à se relever.

« Tout à fait, parce qu’il n’y a pas de prince intéressant qui porte les habits d’un crapaud. Les gens bien se montrent tels qu’ils sont. Ce comptable, il est vraiment très patient. »

Je peux gérer une telle situation.

« Comme tu as géré le cours de steel pan, petite fille ? Ne laisse pas une telle situation se reproduire. Il pourrait ne pas y avoir toujours une autre élève.

En revanche, l’excellente nouvelle c’est qu’il y a aussi de vrais princes. »

Tu passes du coq à l’âne…

« La vie est-elle linéaire ? Même les années où vous pouvez retenir de bonnes choses, il se passe aussi de moins bonnes choses pour vous.

Ce qui est intéressant c’est de savoir retenir les bons enseignements. Demain se prépare aujourd’hui. Tu connais cette phrase, elle est très juste.

Tu sais ce qui serait bien ? Ce serait que tu regardes pourquoi 2014 semble être une bonne année pour ta famille et toi. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)  

  • Ni Ombre ni Lumière

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie et je vous souhaite la bienvenue sur ce blog. Je…
  • De cœur à cœur

    Bonjour à tous, « Revenir sur un choix d’avant-incarnation n’est pa…
  • Pas de difficulté, pas de souci

    Bonjour à tous, « C’est la première fois que tu rechignes autant à faire …
  • Les autres yeux

    Bonjour à tous, Mes autres yeux changent de couleur Elédahiel. « Oui, tu imagin…
Charger d'autres articles liés
  • De cœur à cœur

    Bonjour à tous, « Revenir sur un choix d’avant-incarnation n’est pa…
  • Pas de difficulté, pas de souci

    Bonjour à tous, « C’est la première fois que tu rechignes autant à faire …
  • Les autres yeux

    Bonjour à tous, Mes autres yeux changent de couleur Elédahiel. « Oui, tu imagin…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • De cœur à cœur

    Bonjour à tous, « Revenir sur un choix d’avant-incarnation n’est pa…
  • Pas de difficulté, pas de souci

    Bonjour à tous, « C’est la première fois que tu rechignes autant à faire …
  • Les autres yeux

    Bonjour à tous, Mes autres yeux changent de couleur Elédahiel. « Oui, tu imagin…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

2 Commentaires

  1. crystallia

    17 septembre, 2014 à 2:06

    Bonjour,

    Pour le coup, j’y suis remontée sur mon arc-en-ciel et je réfléchirai avant d’en redescendre !

    Bise ;)

    Répondre

  2. Arc

    15 septembre, 2014 à 19:31

    Bonjour !

    Quel paradoxe ! Être autant empathe, avec une télépathie spontanée qui se développe de plus en plus, un scan bien affuté ; et tomber itérativement dans le même genre de traquenard. C’est intriguant tout de même. Sommes-nous trop gentilles ? (Alors qu’à d’autres moments on nous reproche, non à tort, d’être un peu trop dures.) Enfin, pour ma part, je crois que je préfère garder un petit pourcentage de myopie ! Je préfère rester sur mon arc-en-ciel !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Plus grande joie

« Il n’est plus grande joie que la contemplation de soi, dans l’Amo…