Accueil Spiritualité Simple génoise

Simple génoise

11

Simple génoise 14102901472417181812653670

Bonjour à tous,

Revenons à nos gourmandises. Fraisier ou gâteau au chocolat ? Encore que, sont-ce réellement les seules choix pour un gâteau d’anniversaire ? Ici les gens aiment bien le tourment d’amour, un gâteau à la crème et à la noix de coco. Et quel nom !

Vous croyez que le divinement bon existe ? Ou le passionnément délicieux ? 

On peut le penser, à l’occasion. Mais aucun de ces choix n’a le goût du tous les jours pareil. Auriez-vous envie d’un gâteau qui s’appellerait, Tous les jours pareil ?

La majorité d’entre nous, l’écrasante majorité même, cherchons au travers nos relations cet élément qui fera décoller nos petits pieds du sol.

Parmi cette écrasante majorité, beaucoup pensent que c’est au travers des relations à dimension sexuelle que nous avons le plus de chance de trouver cela.

Me croirez-vous, nous sommes une écrasante majorité à nous tromper. Personnellement, je ne pense pas que je pourrais avoir envie de me damner devant, Tous les jours pareil. Reconnaissons-le, malgré son nom tourment d’amour fait quand même plus rêver. Car quand c’est plat c’est nul, c’est bien connu.

 Nos relations humaines, amoureuses ou non, sont toutes plus ou moins profondément marquées par ce désir d’être transportées d’une façon ou d’une autre.

C’est pourquoi je vous disais hier que nos choix sont en réalité davantage ceux de notre tête que ceux de notre cœur. Autrement dit ils sont souvent ceux de notre ego. Toutefois ce n’est pas nécessairement un tort. Une mauvaise chose.

Nous sommes une écrasante majorité à ignorer qui nous sommes vraiment et ce dont nous sommes capables.

Jusque là j’ai pris un ton très léger pour aborder en fait une dure réalité, la majorité de nos liens d’âmes sont telles des chaînes à nos pieds.

Revenons sur le gâteau qui s’appellerait Tous les jours pareil. Vous n’en voudriez pas si vous le voyiez en vitrine. Il ne serait pas décoré de sucre glace ou couvert de crème aux couleurs appétissantes. Il ne serait pas enrobé de chocolat.

Il serait une génoise, toute simple, sans la moindre fioriture. 

Le repèreriez-vous au milieu de fraisier, framboisier, forêt noire, tourment d’amour et tarte aux fruits ? 

Pourquoi se contenter de la génoise quand une montagne de petits choux couvert de morceaux de sucre vous fait de l’œil ?

Peut-être savez-vous que le gâteau de Savoie par exemple, n’est pas trop éloigné de la génoise et qu’il est  pourtant délicieux. Une fois. Mais tous les jours ? Année après année ?

Les liens d’âmes, les nôtres, sont le reflet de notre maturité spirituelle. Voilà la cruelle réalité. Pourquoi cruelle ? Eh bien, parce que justement tant de gâteaux sont tentants. Tant de gâteaux promettent tant de choses.

Un jour on a envie de fruits, le lendemain de chocolat, pourquoi se priver ?

Mince alors je recommence à fatiguer…

Bon, je finirai dans la semaine. 

Bonne journée à tous ;)

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • Déconstruire et construire

    Bonjour à tous, Ah quelle semaine on vient de passer Chouchou et moi ! On a fait le carrel…
  • Sentir sa présence

    Bonjour à tous, C’est dans les moments de perte, de deuil que l’on saisit clairement l’int…
  • Notre Capricieux

    Bonjour à tous, Cette semaine nous avons perdu notre merveilleux, notre adorable, notre ma…
Charger d'autres articles liés
  • Déconstruire et construire

    Bonjour à tous, Ah quelle semaine on vient de passer Chouchou et moi ! On a fait le carrel…
  • Sentir sa présence

    Bonjour à tous, C’est dans les moments de perte, de deuil que l’on saisit clairement l’int…
  • Notre Capricieux

    Bonjour à tous, Cette semaine nous avons perdu notre merveilleux, notre adorable, notre ma…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Déconstruire et construire

    Bonjour à tous, Ah quelle semaine on vient de passer Chouchou et moi ! On a fait le carrel…
  • Sentir sa présence

    Bonjour à tous, C’est dans les moments de perte, de deuil que l’on saisit clairement l’int…
  • Sous un arbre, derrière l’église

    Bonjour à tous, A mon grand désarroi, je ne peux que constater qu’un ou une de mes chers c…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

11 Commentaires

  1. Bluebird

    10 décembre, 2014 à 20:35

    Merci Sylvie !
    (Il y a un lien pour moi avec l’histoire de la fleur noire)

    Je ne sais pas si je pourrais l’être.
    Aujourd’hui, je réalise que ce qui me fait vibrer dans toutes les rencontres d’âmes ( et qui donne autant l’émotions, de désir, de manque), c’est en fait caché « à l’intérieur de moi » et réveilé par l’Autre. Comme si la connection des « flammes subtiles » qui chantent ensemble me permet d’accéder à quelque chose en moi qui resterait éteint sinon.

    Du coup,je me sens beaucoup plus solide, moins vulnérable et en paix avec des relations passées douloureuses). Maintenant, je peux dire « non merci » à une belle relation d’âme alléchante qui passe à ma portée (autrement dit, un trop beau gateau au chocolat, mais qui me donnerait mal au foi(e?) :) .

    Mais tu as raison, ce n’est pas pareil que d’être son propre pain quotidien, toujours savoureux, toujours unique et suffisant. Ce n’est pas le cas pour moi, pour l’instant.

    Bises ;)

    • crystallia

      12 décembre, 2014 à 3:07

      Qui dit que cela n’évoluera pas ?

      Bise ;)

  2. crystallia

    10 décembre, 2014 à 10:06

    Bonjour,

    Pourrais-tu l’être ? Ce n’est pas le cas de tout le monde. Il faut simplement respecter qui tu es.

    Bise ;)

  3. Bluebird

    10 décembre, 2014 à 4:28

    Bonjour Sylvie,

    Est-ce que le but c’est de devenir soi-même son propre « pain quotidien », de sorte qu’on n’a plus besoin de gouter tous ces gateaux irrésistibles…Et qu’on devient libre ?

    Quelque chose dans ce « gout » là ? ;)

    Lara

  4. Bluebird

    30 octobre, 2014 à 9:01

    Bonjour Cécile,

    « Sans compter que parfois nous sommes amené(e)s à être ce pain de tous les jours pour l’autre »

    Cela me parle tellement ! Je me suis demandée, moi aussi, à la lecture de Sylvie, quel genre de gâteau je pouvais bien être pour chacune des relations importantes de ma vie.
    J’aimerais être ce pain de tout les jours. Je crois que c’est ce qui me rendrais heureuse : être choisie et aimée pour cela :) .

    Bonne journée !

  5. Cécile

    30 octobre, 2014 à 7:34

    Bonjour,
    « La joie d’avoir fait ce choix. Au moins dans cette vie-ci. »
    J’aime beaucoup cette phrase. Elle ouvre vers beaucoup de découvertes…
    Même avec le gâteau ou le pain de tous les jours !!
    Sans compter que parfois nous sommes amené(e)s à être ce pain de tous les jours pour l’autre ;-) !!
    Bonne journée à tous et merci !

  6. Bluebird

    29 octobre, 2014 à 22:14

    Bonsoir Sylvie, bonsoir à tou.te.s,

    Hum….de la génoise tous les jours ? Je ne sais pas si je pourrai.
    Par contre, du simple pain, oui. Du bon pain frais, tous les jours, quel régal ! En fait, il y a des jours où je n’ai pas du tout envie de gateaux, mais je savoure le pain.

    J’ai découvert que le nombre de « gâteaux » possibles était bien au-delà de ce que je croyais. Comme si la vie m’apportait un plateau garni à chaque carrefour.
    Mais non. En fait, je n’en ai plus envie. J’ai envie d’explorer en détails, avec toutes mes papilles, un seul gâteau. En profondeur. Et dans le temps…pour en gouter toutes les nuances. Pour lui donner toute mon attention, ma pleine conscience, et voir si ça ne change pas un peu le gout tous les jours :) Je crois bien que c’est possible Eve.

    J’ai peut-être choisi ce gateau au hasard? Est-ce le meilleur ? Ai-je tord ? Je ne sais pas. Et ça m’est égal. Ce qui compte pour moi, c’est la joie d’avoir fait ce choix. Au moins dans cette vie-ci.

    Bonne journée gourmande ;-)

    Bluebird

    PS : Moi aussi,j’apprécie beaucoup ces articles que tu écris directement avec ton canal….merci du partage !!

  7. Emilie

    29 octobre, 2014 à 21:52

    Bonjour Sylvie,

    Tous les gâteaux ont quelque chose de bon et tout le monde a des liens et des souvenirs particuliers, liés au bonheur de savourer le très bon gâteau que l’on vous offre ou que l’on a amoureusement cuisiné et partagé avec ses amis.
    Le seul soucis ce sont les liens de dépendance qui génèrent des addictions, des frustrations, des manques à combler, des insatisfaction quand la douceur du gâteau ne suffit plus à soulager le poids de tous les boulets que nous avons accroché à ses liens, pour qu’ils deviennent des chaînes.
    Des chaînes, que l’on ne risque pas de perdre car on tient à pouvoir compter sur son gâteau.
    J’ai une meilleure amie depuis l’enfance – une amie de coeur avec laquelle j’ai grandi et partagé toute ma vie ou presque. Un jour je l’ai appelé à l’aide car j’avais besoin de son appui pour faire face à un problème (qui n’était pas matériel). Elle a refusé mon boulet et m’a laissé en plant. J’ai pris de la distance mais le jour où j’étais seule avec ma fille aux urgences de l’hôpital, elle m’attendait à la sortie. Elle m’a soutenue sans que je ne demande rien et le jour où elle s’est retrouvée elle même à l’hôpital, je suis arrivée dans les heures qui ont suivi (c’est moi qui avais appelé pour avoir de ses nouvelles, pile au bon moment). Ce lien là n’est pas une chaîne, nous n’y accrochons pas de boulets.
    Je me suis parfois enchaînée volontairement en prenant mes propres boulets plus ceux des autres pour consolider le lien auquel je tenais. On peut rompre le lien mais s’il reste un boulet, on est comme un forçat qui traine ses chaînes aux pieds. Je crois sincèrement que tous les gâteaux pourraient être bons et tous les liens pleins de chaleur et douceur; j’y crois dans l’absolu comme dans la chanson « quand on a que l’amour » de Jacques Brel : « quand on a que l’amour, à s’offrir en partage … ».

  8. Nicolas

    29 octobre, 2014 à 20:27

    Bonjour eve : )

    Je trouve votre message très doux, très léger, interessant et très agréable. Merci pour vos écris et le partage de votre expérience de vie.

  9. Marine

    29 octobre, 2014 à 7:20

    Bonjour Eve,
    Je le trouve très beau ton témoignage.
    Je constate le même phénomène que toi concernant mes relations amicales ; à chaque changement de direction dans ma vie, elles changent. Comme ça, simplement. Parce que je n’ai pas envie de m’encombrer de relations avec lesquelles je finis par ne plus avoir d’affinités…

    Pour nos relations amoureuses, je pense qu’au fond nous attendons d’elles quelque chose qu’elles ne peuvent pas nous donner. Nous leur demandons de combler un manque. C’est nous que nous aimons quand nous tombons amoureux, nous bien plus que l’autre. Nous aimons ce que l’autre comble chez nous (que ce soit réel ou illusoire, le sentiment amoureux est un miroir aux alouettes ), bien plus que nous l’aimons lui.

    Pour ma part, véritable coeur d’artichaud j’ai été ; j’ai ouvert il y a peu les yeux sur une relation, une très vielle relation (âme jumelle peut être, en tout cas je le crois), et toutes ces envies se sont envolées comme par enchantement. Moi qui était si facilement troublée par un regard, un sourire, avec l’envie de goûter (!!!) (quitte à ne plus en vouloir après avoir goûté ), je constate que je ne ressens plus du tout ces appétits….

  10. Eve

    29 octobre, 2014 à 5:52

    Bonjour Sylvie,

    Je n’ai pas de vérité mais je voudrai juste échanger sur les liens d’âmes et les relations humaines (amoureuses ou non)et avoir vos avis et vos expériences

    Pour mes relations amicales, j’observe qu’au bout de quelques années, elles changent. Je ne me sens pas coupable, au contraire, je garde de très bons souvenirs des moments partagés mais au bout d’un moment…les personnes changent et moi aussi. Cela se fait tout simplement, les gens et moi nous nous éloignons. Peut-être que ce que nous devions apprendre ensemble est appris, su, acquis. Je rencontre, alors, d’autres personnes et à chaque fois, il y a un échange et un partage… même si je ne m’en rends pas compte sur le moment. « Comme tu l’as écrit, nos relations sont le reflet de notre maturité spirituelle. »

    Pour ce qui est des relations amoureuses…est-ce que l’hésitation (face à tous ces gâteaux) ne viendrait pas du fait qu’on ne se connaisse pas vraiment?
    Il y a peu de temps, je me suis rendue compte que je devais apprendre à M’aimer avant de pouvoir aimer quelqu’un d’autre. Et du coup, je me suis demandée ce que j’avais pu vivre lors de mes précédentes relations… si ce n’était pas vraiment de « l’amour »!!!
    Je crois que c’était de la « passion » et non de « l’amour ». L’amour est éternel, ne fait pas souffrir, ne connaît ni le temps, ni la distance…contrairement à la passion.
    Peut-être que finalement, notre égo nous aide à nous relever lorsqu’il y a trop de souffrance mais qu’au bout du compte, ce sera toujours notre coeur qui nous aidera à choisir le gâteau qui nous conviendra le mieux… et du coup, si tout est possible, peut-être que la simple génoise, sans en changer, aura chaque jour un goût différent mais toujours aussi délicieux!!!
    Belle journée à toi. Eve

Consulter aussi

Un air de vacances

Bonjour à tous, Ce que j’apprécie le plus aux Antilles c’est cette facilité av…