Archive pour novembre, 2014

Beau, accueillant et apaisant

Beau, accueillant et apaisant 14113012242217181812752468

Bonjour à tous,

Un dimanche ensoleillé est une invitation à la détente.

Il y a quelques temps j’ai acheté la Barbie de cette année (j’étais obligée elle hurlait mon nom dans le magasin !). Je ne savais vraiment pas où je pourrais la mettre. Mais ma mère l’a immédiatement rangée sur la coiffeuse et on dirait tout simplement sa place naturelle. Elle est juste parfaite avec les deux autres. La quatrième poupée est au-dessus de mon lit.

Il faut savoir que comme les chats, je ne supporte pas le fait de ne plus avoir suffisamment d’espace. Quand il y a trop d’objets un peu partout dans une pièce, sur mon bureau, une table, je me sens mal et si je ne peux pas ranger comme par enchantement, je deviens super maladroite et je casse des choses stupidement.

Ayant bien compris la raison de cela, je veille à tenir compte des premiers symptômes de claustrophobie, on va dire ça et quand je sens qu’un espace est trop chargé, je fais ce qu’il faut pour arranger les choses.

En ce moment c’est la table de ma chambre, depuis que j’y ai apporté certains éléments de décoration, qui doit rester toujours propre et dégagée. Et je ne supporte plus du tout de laisser traîner un magazine sur le canapé. D’ailleurs le canapé aussi doit rester dégagé.

Plus l’espace de départ est petit, plus ce phénomène prend de l’ampleur. Et c’est encore pire quand j’ai pris la peine d’aménager un coin spécial. Comme avec la table. J’ai pris mon temps pour y créer un espace que je trouve à la fois beau, apaisant et accueillant. Et j’observe qu’il doit demeurer tel que je l’ai conçu.

De la même façon, au travail je ne suis jamais celle qui a le bureau le plus encombré. Je vois certains collègues, et les montagnes de dossiers qui s’accumulent devant eux. Je ne peux pas travailler comme ça. Je n’ai jamais pu.

Je pèterais un câble.

Ce qui me détend réellement c’est le calme et la douceur d’un espace dans lequel je me sens bien, que je trouve justement beau, accueillant et apaisant.

Je suis très attachée au beau. Autour de moi j’entends. Le beau est un élément indispensable dans la création d’une ambiance. Peu m’importe que certains trouvent cela superficiel.

J’aime la nature aussi parce que je la trouve belle. Alors que mon teint vire vraiment au terne dans un espace tout gris, comme ces forêts d’immeubles dans certaines banlieues en région parisienne. Non je n’exagère pas.

En outre le beau pour moi ne peut être qu’harmonieux. Il ne peut jamais être violent ou tranchant car ce qui est beau génère le calme en moi. Pour autant il peut interpeler, étonné.  Pour moi c’est ce qui est normal en fait.

La chose comique est que quand je replonge dans les énergies de ma dimension d’origine, c’est dans du beau, du calme et de l’agréable que je me retrouve justement.

Je pense qu’il n’y a pas de mystère, c’est probablement cette ambiance précise que j’aime reproduire.

Aussi, pour cette belle journée de détente ensoleillée, je vais tâcher de profiter d’un bel espace et passer ainsi de bons moments.

Je vous souhaite de même.

Bon dimanche à tous ;)  

La jolie jeune fille

La jolie jeune fille 14112902223717181812748224

Bonjour à tous,

Il y a cette collègue adorable avec laquelle je discute parfois et qui se montre toujours gentille et souriante. Depuis le départ elle se montre gentille et souriante, je l’aime bien d’ailleurs. Mais figurez-vous que je n’ose pas lui demander son nom. Je veux dire, j’ai dû le savoir mais j’ai oublié. Et je ne me vois pas le lui demander aujourd’hui.

Du coup, ce matin en voulant parler d’elle à un autre collègue je lui ai dit, mince son nom m’échappe, tu sais la jolie jeune fille aux cheveux très longs qui travaille en face. Il m’a « rappelé » son prénom. Avant de me faire part de son étonnement quant au fait que je l’ai désignée ainsi.

J’ai été étonnée à mon tour, je défie quiconque de me dire qu’elle est moche. Il me répond que je dis cela parce qu’elle a les cheveux longs. Je lui rappelle que je n’ai pas grandi en Martinique et que je n’ai donc pas pris l’habitude d’évaluer la beauté d’une personne en fonction de certains critères en usage ici. Je vais vous dire une chose je n’arrive même pas à voir de quelle origine elle peut être. Et je m’en fous. 

Mes parents, eux, sont capables de dire en voyant quelqu’un dans la rue, ce n’est pas un Martiniquais. Je ne sais pas comment ils font cela. Mais je sais qu’il ne sont pas seuls à avoir un tel coup d’œil.

Pendant l’esclavage, une des façons pour les maître de garder le contrôle sur les esclaves étaient d’établir des distinctions discriminantes entre eux. Et les esclaves les plus clairs de peau, ceux qui du fait des multiples viols (appelons un chat un chat), portaient la marque évidente d’un métissage, étaient les mieux considérés.

Figurez-vous que cette distinction-là est restée. Il existe toute une variété de mots pour définir les nuances de la peau noire aux Antilles. Vous allez rire, je ne les connais pas toutes. De la même manière que je ne parle pas créole…

Il n’y a pas que la peau qui importe, les cheveux également. En Martinique comme en Guadeloupe, de beaux cheveux pour beaucoup de personnes, ce sont des cheveux qui ne sont pas crépus. D’où la réflexion de mon collègue.    

Quand j’ai dit la jolie jeune fille aux longs cheveux, il a compris que je faisais partie de ces personnes pour qui la beauté d’une femme s’évalue en fonction de ces fameux critères qui persistent.

Il faut savoir que c’est un sujet très complexe tant il a été difficile pour les Antillais de se trouver une identité. Je veux dire après la fin de l’esclavage. Et en réalité, nous n’avons pas une identité mais plusieurs encore aujourd’hui. Il n’y a pas que des descendants de maîtres et des descendants d’esclaves aux Antilles, il y a des personnes qui sont descendants de maîtres et d’esclaves tout à la fois et des Indiens aujourd’hui disparus et de toutes ces personnes qui sont arrivées après l’esclavage pour remplacer les esclaves justement dans les habitations (domaines des propriétaires terriens). 

En outre pour asservir un groupe il faut le couper de sa culture d’origine, lui en imposer une autre, une nouvelle religion tandis qu’à l’intérieur dudit groupe, certains font tout pour conserver ce qui leur reste d’avant quitte à composer avec ce qui est désormais.

C’est l’ensemble de cela qui constitue l’héritage des Antillais aujourd’hui. Et encore maintenant c’est un héritage douloureux. Je pense que c’est la raison pour laquelle au moins en partie, ces fameuses distinctions persistent.

Pour ma part j’ai grandi en région parisienne. On était ou noir, ou blanc, ou arabe, ou asiatique. Les distinctions je les ai connues en arrivant ici à 16 ans et je suis tombée des nues devant l’importance que certains leur accordaient.

Ensuite je suis allée vivre à Marseille. Ou tout était mieux que d’être Arabe. Qu’il n’y ait pas de malentendu, ce n’est pas là ma propre façon de penser, mais un constat.

Je me souviens par exemple de la raison pour laquelle certains me disaient préférer Aix en Provence à Marseille. Et ne souhaitant blesser personne je vais la garder  pour moi.

La collègue dont je parlais est toute jolie je le maintiens. Mais parce que les traits de son visage sont gracieux. Et c’est ce que je sous-entendais en l’appelant, la jolie jeune fille. Je ne me pose plus la question de ma propre identité. Je me trouve belle parce que je m’aime. Pour l’instant ça me suffit et je constate que c’est ce qui m’a permis d’accepter l’héritage dû à mes propres origines tout en laissant aller la douleur collective.

Vous savez, j’ai pris conscience d’une chose et je suis prête à vous croire sur parole si vous me dîtes ne pas être concerné par cela. Mais vis-à-vis des autres, de personnes qui ont au moins en partie une culture différente comme des origines ou une religion différente, nous sommes une large majorité à buter sur ce que nous allons appeler des détails.

Et ces détails, en réalité, sont rarement insignifiants. Nous leur accordons une certaine importance. Pour quelle raison, je ne sais pas. Je veux dire, pour quelle raison profonde, pourquoi restons-nous sur certains détails ? L’ego et la pensée de masse n’expliquent pas tout. Avec de l’amour ou de la volonté, voire les deux, il est possible de les dépasser. Toutefois c’est drôle, « on » me répond que c’est là l’une des choses les plus difficiles avec lesquelles nous devions composer. Et que c’est la principale raison qui explique que la cupidité l’emporte toujours sur les besoins humains.

Dernière chose qui me vient, il faut accepter les différences évidentes et moins évidentes de l’autre pour pouvoir l’aimer vraiment et parvenir à dépasser les apparences. Alors on réalise qu’il est notre semblable et que chacun complétant l’autre, nous formons un vrai Tout.

Ce n’est pas grave si l’on bute sur des détails tant que l’on parvient à rester suffisamment curieux pour avoir envie de découvrir l’autre quand même.

Ce sera le mot de la fin. 

Bonne journée à tous ;)

Le vaste présent

Le vaste présent 14112711513017181812745632

Bonjour à tous,

Je retourne en Guadeloupe. Pour quelques jours. Parce qu’il fallait que j’y retourne, c’était ce que je sentais. J’ai eu du mal à « redescendre » j’en ai déjà parlé.

Du coup j’ai pris un billet avant que mon boss ne valide mes congés. Oui, vous avez bien lu. Heureusement qu’il l’a fait. De toutes façons, j’étais sure que ça irait.

J’ai pris une grande décision aujourd’hui, j’ai souscrit plusieurs produits d’épargne. J’avais pris rendez-vous avec le conseiller des salariés et voilà.

En fait, j’y songeais mais ne faisais rien. Puis il y a deux jours je me suis réveillée avec l’idée en tête de sauter le pas, alors je l’ai fait.

Spontanéité. Et inspiration aussi, je le reconnais. Maintenant je suis contente de savoir que j’ai finalement mon livret « impôts ». Ce qui veut dire que je vais pouvoir payer les autres réparations de la voiture avec le quatorzième mois. Et partir en vacances après la croisière.  Quelques mois après la croisière.

C’est important pour moi d’avoir pu rendre toutes ces basses considérations matérielles claires. J’ai même pris une assurance-vie pour la retraite. Mais bien entendu je disposais déjà d’un plan épargne retraite. Arrêtez de rire. Moi je n’ai pas commencé à travailler à 18 ans et je n’ai pas envie de me retrouver avec le minimum vieillesse le moment venu.

Bien sûr, le bon sens fait que j’ai limité le montant de cette épargne mensuelle à une somme qui ne soit pas handicapante pour moi. Et naturellement j’en ai profité pour souscrire enfin, un PEL.

Je n’ai pas oublié que je veux une maison à moi. Seulement, je ne sens pas du tout que ce soit le moment, pas du tout, du tout. Par contre, plus ça va et plus je ressens l’envie de faire comme quand j’ai choisi d’aller en Guadeloupe, vivre l’instant présent.

Cela s’est étrangement renforcé depuis que j’ai fait ce qu’il fallait pour mon épargne. Parce que c’est drôle, c’est vraiment le sentiment que j’ai, celui d’avoir fait ce qu’il fallait. Et que donc maintenant je peux juste profiter de l’instant, des instants, du vaste présent.

Et justement, c’est la semaine du Black Friday !!! J’ai repéré deux-trois choses…

Bonne journée à tous ;)  

Liste de noël 2014

Liste de noël 2014 14112610455917181812743306

Bonjour à tous,

Nous sommes déjà fin novembre, il est largement temps de songer à ma liste de noël. Ce faisant je n’oublie pas que mon vœu le plus cher de l’an dernier s’est réalisé, j’ai enfin pu quitter cette boîte dans laquelle je me sentais tellement mal. En plus, mes guides me l’ont encore fait remarquer récemment, j’ai quitté un CDI pour un autre CDI. Je vous avoue que cela était important pour moi, je ne voulais pas quitter un CDI pour un CDD de crainte de me retrouver au chômage à l’issue et ce en ayant renoncer à mes droits en démissionnant de mon CDI justement.

Ce n’est qu’il y a peu, en partant en Guadeloupe sans vraie préparation, que je me suis rappelée qu’en lâchant prise parfois, de belles propositions peuvent nous être soumises.

Néanmoins, en regardant tout mon parcours, je comprends également pourquoi on fait certaines choses à certains moments et non pas avant.

Revenons à ma liste.

L’an dernier lors d’un repas de famille, ma tante nous avait fait écrire sur des bouts de papier nos vœux les plus chers pour la nouvelle année. Force est de constater que nous sommes une majorité à avoir vu se réaliser nos souhaits.

Je pense que cela est dû au fait que chacun était seul avec son souhait et son papier et ainsi chacun a pu s’ouvrir sur ce qui lui tenait vraiment à cœur. Je l’ai déjà répété maintes fois, devant la sincérité d’une demande, le niveau spirituel n’a plus aucune importance, nous sommes toujours entendus. 

Et si nous ne sommes pas forcément exaucés de la manière qui nous intéresse, il y a toujours une réponse.

Aussi, plutôt que de m’étaler sur les biens matériels qui pourraient me faire envie (j’ai repéré une robe notamment…), je vous propose de rédiger votre propre liste, chez vous, au calme et dans l’intimité. Vous verrez qu’elle ne sera sûrement pas longue.

Je ferai de même de mon côté, sur ce qui me tient réellement à cœur et je vous souhaite à tous de belles compréhensions et réalisations.

Bonne journée à tous ;)

La beauté du ciel

La beauté du ciel dans Méditation 14112411530317181812736834

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je vous propose de nous attarder un instant sur la beauté simple d’un ciel qui nous touche.

Pourquoi nous touche-t-il, nous rappelle-t-il des souvenirs ? Peu importe, observons ce ciel.

Et voyons le petit à petit devenir rose puis jaune. D’un jaune doré doux, pas aveuglant.

Si vous n’y parvenez pas, revenez au ciel de départ, ce n’est pas grave, vous réessayerez quand vous voudrez.

Pour les autres, ce même ciel devient soudain blanc, puis disparait tandis que vous plongez dans l’immensité de l’infini.

Vous êtes portés par des énergies agréables mais vivifiantes. Vous vous sentez bien.

Quand vous le souhaiterez, pensez à cet objectif qui vous tient à cœur et faîtes un vœu.    

Ensuite, sentez-vous redescendre doucement sur terre.

Bonne journée à tous ;)

Dix choses qui font du bien

Dix choses qui font du bien 14112307292617181812732672

Bonjour à tous,

Non je ne compte pas m’étendre sur ma nouvelle paire de chaussures (magnifique), les confiseries de ma mère (délicieuses), ce restaurant chinois à côté de mon travail (une tuerie) ou encore la perspective de retourner en Guadeloupe (trop contente !).

C’est un article sérieux que je vous propose aujourd’hui. Dix choses qui nous font du bien. A un niveau spirituel. 

- Le pardon

Je pense que ce qui importe, ce n’est pas de se convaincre qu’il faut apprendre à pardonner aux autres ou encore à soi-même. Je pense que ce qui importe est de se dire, peut-être.

Oui, apprendre à se dire, pas aujourd’hui c’est sûr mais peut-être un jour…

Laisser une porte ouverte, c’est ce qui peut permettre à certaines énergies, venant directement de notre âme, de nous amener à voir le chemin qui convient.

- La compassion

J’ai appris, à mes dépens il faut le reconnaître, qu’aimer c’est aussi savoir ouvrir son cœur à l’indulgence. Être compatissant ce n’est pas juste être capable de faire preuve de bonté. C’est se donner une chance d’apprécier ce qui est et ce qui arrive, sous la forme qui nous est soumise.

- L’Amour de soi

L’enfant qui apprend à marcher, tombe. Toujours. Vous avez le choix quand votre enfant tombe devant vous. Vous pouvez vous précipiter avec une vive inquiétude ou alors, vous pouvez prendre une seconde pour regarder si l’enfant s’est fait mal ou non et s’il n’a rien, continuer à l’encourager pour qu’il se relève tout seul. Vous pouvez également rester là à sourire sans rien dire, tout en le regardant.

Vous pouvez aussi faire semblant de ne pas avoir vu sa chute. 

Vous pouvez faire tout ce qui vous semble être le plus juste. 

Faîtes toujours au plus juste pour vous aussi. De toute façon si vous tombez, vous vous relèverez. Après avoir pris le temps de regarder si vous n’étiez pas blessé.

- La foi

Peu importe en qui ou quoi vous avez réellement foi tant que cette foi est une lampe qui éclaire devant, derrière et sur les côtés.

Parce qu’alors vous saurez que ce qui importe, c’est la connaissance de l’endroit où vous vous trouvez.

La foi n’obscurcit pas, elle ouvre la conscience.

- Donner

Il ne s’agit pas de bien faire. Il s’agit de reconnaître l’autre et ses besoins. Ce qui est un signe d’acceptation et donc une marque d’Amour.

- Recevoir

Pour vivre en ce monde il est important de se rendre compte à un moment ou un autre que ce n’est pas par hasard que la majorité d’entre nous accepte de vivre en communauté. Nous avons besoin les uns des autres.

- La matérialité

Nous autres qui sommes incarnés avons besoin de manger, boire, dormir et nous reproduire. Au bas mot. Il ne tient qu’à nous d’y voir autant d’occasion de construire le monde qui nous conviendra personnellement. Et donc de réaliser que c’est à nous de trouver notre place. Personne n’est là pour nous la donner mais, ce n’est pas un problème. 

- Le travail

Le travail est nécessaire à l’accomplissement et à la réalisation de soi. J’ai pu observer que les personnes liées à l’Ombre sont celles qui comprennent le mieux cela. Je ne saurais dire pourquoi, peut-être sont-elles plus terre à terre.

Le travail en réalité, peut être un formidable outil spirituel. Seulement il faut prendre conscience le plus tôt possible de son propre potentiel pour avoir une chance de s’épanouir par ce biais.

- Le repos contemplatif

Nous n’aimons pas les moments de repos complets. Même lorsque nous nous disons au repos nous aimons être en réalité actifs. Pourtant, la capacité à rester dans la contemplation, que nous possédons tous, doit être cultivée car de cette manière il nous est possible de laisser aller des énergies et d’en accueillir de nouvelles. Juste en nous posant quelques minutes chaque jours.

- La joie

Rire, apprécier, profiter, il est important que dans chaque journée, nous puissions expérimenter tout cela. La joie est ce qui permet à chacun d’accepter même les lourdeurs de la vie.

Voyons à présent cinq petites choses dont nous devons apprendre à nous défaire.

- L’anxiété

L’enfant qui apprend à marcher tombe toujours. Et cela est normal. Il vaut mieux tâcher de se rappeler que lorsqu’on est à terre, on ne peut que se relever.

- Le besoin de contrôle

Seul l’Amour de soi peut nous amener à dépasser ce besoin. Et donc à accepter d’être aimé par des tiers.

-  La quête perpétuelle

Il n’y a pas d’ailleurs meilleur ou prometteur. Il n’y a que l’ici et maintenant. Pleurez si vous estimez que votre ici et maintenant est une cruelle injustice. Puis souvenez-vous que le monde ne se résume pas à ce que vous voyez. 

- L’image de Dieu

Une homme, une femme, les deux, bon, sévère, un gentil guide, peu importe. Peu importe. Apprenez à discerner votre propre chemin et la seule image que vous verrez sera la projection de ce que vous dégagerez de positif. Et ce sera bien suffisant.

- L’idée du mal

Un bâton dans vos roues. Mais c’est à vous de comprendre pourquoi.

Pour finir, avant d’aller regarder Dance moms, souvenons-nous que…

Bonne journée à tous ;)  

De la joie, de la joie, de la joie…

De la joie, de la joie, de la joie... dans Energies 14112303103517181812730668

Bonjour à tous,

Je vais retourner passer quelques jours en Guadeloupe ! Je suis contente. Je repars en décembre. Normalement mon neveu ne devrait pas naître à cette période précise. Je l’espère en tout cas car j’ai déjà promis à ma sœur que je ferai les photos de naissance.

J’ai hâte, je suis contente. J’aime vraiment bien la Guadeloupe, je ne saurais dire pourquoi. C’est un ensemble de choses je pense…

Par contre s’il pouvait ne pas y avoir de turbulence au cours du vol, je pense que j’apprécierai aussi. Au retour le ciel était parfaitement dégagé et j’ai adoré observé l’ile de la Dominique depuis le ciel tandis que nous volions au-dessus. Quand je vous dis qu’il faut toujours choisir le hublot !

Ah la la, j’ai vraiment eu beaucoup de mal à « redescendre » cette fois, j’en avais parlé. C’est comme si en me rendant là-bas j’avais ouvert une porte que je ne parviens pas à refermer. Une partie de moi est restée en Guadeloupe. C’est bizarre, non ?

Et en même temps ça me fait plaisir. C’est ce qui explique que même après avoir repris le travail, je ne sois pas redescendue tout de suite.

Justement le travail, on s’absente quelques jours et quand on revient on trouve l’Everest sur son bureau. Au moins ceci dit, je ne m’ennuie pas. Car il y a des périodes où j’ai nettement moins à faire et alors je m’ennuie.

C’est difficile de trouver l’activité qui nous stimulera intellectuellement et émotionnellement. Oui parce que j’ai remarqué que le fait de devoir user de mon empathie, de ma compassion, me permet de mieux comprendre et gérer ma sensibilité.

En tant qu’hypersensible, j’avais tendance à vouloir fuir ce type de stimuli. Alors qu’au contraire c’est ce dont j’ai besoin.

Tout comme j’ai besoin d’accepter ce que je capte et ce que je ressens. L’un étant souvent responsable de l’autre.

Pour l’instant, je ressens que j’ai envie de passer de bons moments, juste pour le plaisir. Et tant pis si ce n’est pas constructif.

La vérité est qu’il me semble que je suis en train de défaire quelque chose, même si je ne sais pas trop quoi. On dirait que les murs s’écartent et que de nouvelles énergies emplissent l’espace. Des énergies roses et mauves.

Enfin, j’aurais le temps de comprendre de quoi il s’agit car je n’ai pas l’intention de me creuser la tête. Je pourrais demander, seulement je sais que je peux aussi me contenter d’aller en Guadeloupe et de revenir à temps pour photographier les premiers instants de mon neveu.

Et en fait, je préfère la dernière option.

Bonne journée à tous ;)  

Ni chaud ni froid

Ni chaud ni froid 14112111272717181812726288

Bonjour à tous,

Il fait froid. Bon d’accord, un froid caribéen. Il fait  froid quand même. Vivement qu’il fasse beau et chaud à nouveau, comme j’aime. Moi j’aime la chaleur du soleil et le bleu du ciel. Un ciel blanc toute la journée, ce n’est pas le plus agréable je trouve.

C’était ce que j’aimais à Marseille, il y a un tel vent que l’on voit peu de jours tout blanc. Ou gris.

Ici en Martinique il n’y a rien de comparable au mistral. Par contre, du moment qu’il y a du soleil, il fait chaud. Nous ne connaissons pas de journées ensoleillées mais fraîches. 

Aujourd’hui que le ciel est d’un blanc laiteux donc, il fait froid. Vous savez qu’en réalité le froid n’existe pas et qu’il n’est rien d’autre que l’absence de chaleur ?

Parvenez-vous à le croire ? Ou à le sentir ?

Et pouvez-vous quand même sentir la chaleur au-delà du froid apparent ?

Ici un manteau serait superflu. Tandis que je vous parle et que je me plains du froid, je porte un haut sans manche et je suis pieds nus. J’avais bien précisé, un froid caribéen. Soit 23°C aujourd’hui au lieu de 31°C hier.

Ici je suis habituée à ce qu’il fasse chaud. Ce qui est normal c’est d’avoir chaud. Et vu que je préfère la chaleur, cela me convient.

A l’extérieur, autour de nous, il est facile de dire que l’on préfère avoir chaud ou froid.

Toutefois à l’intérieur comme à l’extérieur, le froid n’existe pas. Pourtant, il peut faire très chaud dehors et très froid à l’intérieur.

Je ne vous parle pas spécialement de moi. Je l’ai fait maintes fois. Mais quelque chose me dit que certains parmi vous comprendront cet article mieux que moi.

Sachez simplement que là où il n’est pas possible de porter de manteau, le froid n’est qu’une illusion. Ayez toujours conscience qu’il n’existe pas.

Bonne journée à tous ;)

Souvenirs, souvenirs…

Souvenirs, souvenirs... 14112101244817181812723321

Bonjour à tous,

Il arrive que des souvenirs des vies antérieures nous reviennent et éclairent notre monde d’une toute nouvelle Lumière…

J’ai décidé qu’il était temps que je me défasse de cette peur de manquer qui m’empêche d’avoir confiance dans la vie.

J’ai acheté un cadeau pour mon neveu ce soir (mon neveu !!!) et un cadeau pour moi. Il sera bientôt parmi nous alors il aura besoin d’une peluche. J’en avais besoin aussi. Parce que j’adore les peluches toutes douces.

Et puis certains souvenirs nous rappellent que la douceur c’est bien aussi. Ils nous permettent de comprendre qu’il n’est jamais trop tard pour pardonner ce qui a été compris justement.

Ils nous amènent à réaliser que notre chemin n’est pas le fruit du hasard mais bien une lente et minutieuse construction. L’occasion aussi de me rappeler de cette affreuse cicatrice suintante dans ma salle de bain figée dans la crasse.

Quand on ne parvient pas à se remettre d’un choc dans la vie au cours de laquelle il s’est produit, d’une manière ou d’une autre, il faudra le faire plus tard.

Et plus tard c’est comme ce qui doit arriver, ça arrive toujours !

Tant mieux finalement.

Bonne journée à tous ;)

L’argent

L'argent 14111911480217181812720563

Bonjour à tous,

J’ai récupéré ma voiture. Le garagiste en a profité pour me rappeler que c’est toutes les deux semaines, à la main et non pas au rouleau,  qu’on lave un véhicule. Et non pas une fois l’an. Ou encore au rouleau car cela use la peinture. 

Voyons les choses du bon côté, il m’a franchement fait rigoler. Je sais, j’aurais pu avoir honte. Seulement il n’a dit que des choses vraies. Et puis maintenant elle est super propre. Alors je suis contente.

Sinon, le devis est moins terrible que ce à quoi je m’attendais. Pour autant, je ne sais pas encore de quelle façon je vais payer, il y a plusieurs options. Je pourrais utiliser le 14ème mois en décembre prochain. Seulement je voulais garder cet argent pour mes impôts. Je vais voir.

Quoiqu’il en soit je ne souhaite pas me faire surprendre avec le fisc comme certains collègues. Cette année j’ai entendu beaucoup de plaintes, notamment au sujet de la taxe d’habitation et je peux vous dire que je sais à quoi ressemble un avis à tiers détenteur, j’en vois de temps en temps pour mes clients. Je ne veux pas être convoquée par le DRH pour un ATD à mon nom ! Là j’aurais honte. 

Pourtant quand c’est un client qui est concerné, s’il appelle, je lui dis que je comprends que ce genre de choses puisse arriver. J’entends souvent, Madame je ne sais pas comment je vais payer mes impôts.

Je n’ai qu’à regarder le fonctionnement des comptes pour constater que les craintes sont bien justifiées.

Je ne veux pas que cela m’arrive !

Je vais voir ce que je fais pour la voiture. Et au passage je vais essayer de commencer à me défaire de cette peur de manquer qui ne me quitte plus depuis que j’ai été expulsée. C’est stupide, ma situation n’est plus la même, tout cela devrait être derrière moi. Mais j’avoue que j’ai besoin qu’il reste une certaine somme sur mon compte chaque mois pour que je me sente en sécurité.

Et je fais en sorte qu’il reste cette somme-là. Alors que mes guides ont déjà essayé de m’encourager à la creuser un peu afin que je vois que le ciel ne me tombe pas sur la tête.

Si bien que je considère qu’il faut que je me débrouille pour qu’après le paiement de mes impôts, il reste cette fameuse somme sur mon compte.

Objectivement comme je vis chez mes parents, j’ai peu de vraies raisons de dépenser de l’argent. Je dépense donc essentiellement pour me faire plaisir et j’ai compris qu’il y avait aussi une raison spirituelle à cela. Je développerai une autre fois.

Seulement je fais attention à ne pas trop me faire plaisir justement et vous allez rire, j’ai compris aussi que de cette manière j’entretiens un blocage.

Par exemple, quand chaque mois j’approche de mon palier, je me dis il ne faut plus que je dépense ! Eh bien étrangement, c’est toujours à cette période que je tombe à court de ceci ou de cela ou pire, qu’apparaissent de vraies raisons de faire des dépenses !

Le message est clair mais je continue de faire la sourde oreille. Bon, je vais essayer de creuser un petit peu en me faisant plaisir. Dès que j’aurai mis de côté pour les impôts et que j’aurai trouvé comment payer les réparations de la voiture.

Non je ne m’accroche pas à ce blocage, c’est juste qu’il faut garder un petit peu ! Un gros peu ?

Bonne journée à tous ;)  

1234

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause