Accueil Vie magique Retour sur la fleur noire

Retour sur la fleur noire

20

Retour sur la fleur noire dans Vie magique 14120606395317181812772279

Bonjour à tous,

Je souhaite revenir un peu sur l’exercice de la semaine dernière, la fleur noire. Ainsi que je l’avais dit, il n’y avait ni bonne ni mauvaise réponse. Votre ressenti était juste en raison du but même de l’exercice qui était de vous aider à prendre conscience de la façon dont vous percevez votre propre évolution.

Et justement, j’ai vu beaucoup de souffrance au-delà des mots et de l’inconfort exprimés par certains.

Je vous propose un nouvel exercice. Je vous avais dit que vous pouviez visualiser les fleurs que vous vouliez en piochant parmi les fleurs de différentes couleurs que je vous proposais.

Eh bien, aujourd’hui je vous propose de planter une unique fleur dans un pot que vous placerez quelque part dans la chambre de votre choix. Cette fleur doit être noire.

La chambre peut ressembler à ce que vous voulez.

Dernière contrainte, l’exercice ne sera achevé et réussi que lorsque vous serez parvenus à vous sentir bien dans cette pièce.

Il s’agit d’un exercice de guérison ayant pour but de vous aider à faire le lien entre vos réalité intérieure et extérieure.

Bonne journée à tous ;)  

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres articles liés
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Et le beau temps !

    Bonjour à vous, Je suis enfin guérie ! Franchement, je n’aime pas ces grippes dures …
  • Une nette préférence

    Bonjour à tous, « Tu sembles avoir une nette préférence pour la magie lumineuse…
  • Vigilance

    Bonjour à tous, Aujourd’hui, je ne vais pas m’étendre sur ma semaine. Je revie…
Charger d'autres écrits dans Vie magique

20 Commentaires

  1. Johan

    2 décembre, 2019 à 18:53

    Salut,

    Bon tu as dit une fois que tu n’aime pas qu’on revienne trop sur tes anciens articles mais bon je suis tout fier d’avoir réussi l’exercice. Ca passe non? :) . En plus le paon de l’illustration m’invite au « show of » (ça c’est pour nourrir ton anglophilie, cadeau :p).

    J’imagine une chambre. Elle est plaisamment simple. Elle me fait penser à un mélange de la chambre de Vincent van Gogh à Arles (c’est une peinture) et la chambre des invités de chez le papi mami classique (pour moi). Je vois la scène comme à travers des coups de peinture, ça fait dessin animé, ça fait clip de la chanson « Take On Me » de a-ha. En plein jour, un monstre d’ombre sort de sous le lit toutes dents dehors. Il n’est qu’une bouche avec un corps négligeable. Il me gobe alors que je suis assis à la table où la fleur noire est installée. Ca ne fait pas peur, la scène est clownesque. Il tourne autour de la table en rebondissant de manière grotesque. J’existe encore car je suis aspiré par une porte de la pièce que donne sur une cave (dans un style de maison américaine). La scène n’a plus de filtre, la vision est normale. La cave est plongé dans le noir. Dans cette obscurité plusieurs fleurs de différentes couleurs se font voir et c’est bien joli. J’en prend une à la couleur vivante qui semble hésiter entre le jaune et le blanc. En tout cas elle est incandescente et éclaire très bien (ça me fait penser à l’Hermite du tarot). Je suis de nouveau aspiré, par un tourbillon ascendant cette fois et me voilà dans un ciel bleu que je ne peux que supposer infini car la scène est en cadrage serré sur moi.

    Voilà, bisous le monde :)

    • crystallia

      6 décembre, 2019 à 1:42

      Salut Johan,

      J’aime bien ta réponse je dois dire.

      Même si je suis dubitative sur un point, ta vision te fait penser à l’Hermite ?

      C’est une carte particulière, non ?

      Bise ;)

    • Johan

      6 décembre, 2019 à 17:30

      Cool. Oui j’ai parlé de l’Hermite comme ça, comme une première impression et jet de réflexion. La lanterne dans la nuit. Pour moi l’Hermite est le chercheur et aussi le trouveur, celui qui rayonne sa vérité depuis son intérieur (la nuit) vers son extérieur.
      J’ai compris la morphologie et l’attitude du monstre, c’est un chain chomp ahah (je regarde beaucoup de vidéos de youtubers qui jouent à mario maker :p ).
      Elles sont belles les fleurs dans la cave… Elles émanent leurs propres lumières et dans le noir c’est bien charmant.
      Est-ce que c’est comme ça dans l’astral? Je demande ça car cette matière, qui émane sa propre lumière comme une aquarelle en surbrillance, je l’avais déjà vu une fois.
      A 18 ans j’ai fais mon premier rêve spirituel. A cette époque je voulais faire Paris Oulan-Bator (capital de la Mongolie) à pied. J’ai un lien avec la Mongolie, elle figure d’ailleurs avec ses paysages simples et puissants à perte de vue, ma soif d’essentialité. Le soir de mon rêve je dormais sur un bateau entouré de nature (je précise ça car je pense que tu l’as déjà compris j’aime beaucoup la nature, c’est une belle atmosphère pour ouvrir une porte). Dans mon rêve, je suis dans la steppe mongole avec un aigle de chasse apprivoisé à mon bras. Il est muselé, il n’y a pas de proie à chasser, et pourtant je le sent terriblement dangereux pour moi. Je suis terrifié, je veux qu’il quitte mon bras mais si je bouge je vais l’énerver et il va me crever les yeux. Je suis coincé et l’absence de solution fait tellement monter ma peur que je me réveille en sursaut. Et là, dans le noir, réellement réveillé, je vois se matérialiser par touche comme peint par un peintre invisible, un être; c’était tout à fait incroyable pour moi. La forme de son corps ressemble à celle de Totoro (dans l’anime mon voisin Totoro) sauf qu’il est fait de copeaux de bois d’un marron clair. Il brille comme les fleurs de ma cave. Ses yeux sont rouges, il ne regarde pas dans ma direction, il m’ignore totalement. Je suis ahuri et j’ai peur, je ferme les yeux et les ouvrent comme pour me pincer, il a disparu.
      La fleur noire me plait et si elle est le défi je comprends pourquoi. La fleur incandescente je veux qu’elle soit mon cœur qui brule d’amour :)

  2. Arc

    14 décembre, 2014 à 21:53

    Ouille, ça cogite.
    Retour sur la fleur noire.
    J’avoue que j’en suis un peu perturbée.
    Soit dit en passant, qui ne le serait pas à l’approche d’un trou noir.
    Mon côté optimiste se dit : « hey, accepte ! Tu verras la vie sous un regard nouveau. Tu seras renouvellée, rien ne sera plus comme avant… »
    Ah ça c’est sur, si on considère qu’un trou noir c’est la mort, il va y avoir du changement.
    Santa Madoune, cette fleur noire… mais cette fleure noire.

    Je vais mourir ? Après avoir échoué ? (et régresser de manière spectaculaire..)
    Mais c’est horrible.
    (J’ai rêvé il y a plusieurs mois qu’on me disait que j’avais raté mon initiation…)
    Essayé, pas pu ?

    Petite cueillette d’informations tout public sur le sujet :
    Les trous noirs galactiques se trouvent être le cœur des galaxies. Ouaip.
    Les trous noirs stellaires naissent suite à l’implosion d’étoiles massives. (Ce sont en fait des étoiles mortes, vous l’aurez compris.)
    « Implosion »… le mot est lancé. Méfiance. Un auteur qui écrit dans le domaine des voyages de conscience m’avait dit il y a quelques années quelque chose comme : « Il y a beaucoup de lumière qui veut s’incarner en toi. Si tu continues comme ça tu vas imploser. »

    Tiens, il y a une année exactement, j’ai fait un rêve justement au cours duquel le soleil devenait noir et tombait du ciel…

    Schtroumpf, est-ce que cette méditation m’annonce que mon incarnation ne va pas se terminer en happy end ?

    Poursuivons. Nombre d’étoiles seraient en fait doubles, voir multiples. Les vraies binaires ont un centre gravitationnel commun (leur cœur se trouve donc en quelque sorte à l’extérieur d’elles-mêmes). Dans ce cas de figure, la compagne originelle de certaines étoiles peut être un trou noir. (Vous aurez compris que je met à plat ces informations grand public en ayant en tête, notamment, le dernier article de Sylvie sur les âmes particulières.)

    Ça me fait penser.. Une nuit, j’ai traversé le toit de mon immeuble, rejoignant un vaisseau et un être que je connaissais déjà dans ma petite enfance. Dans ses bras, je nous ai rêvés chez nous, contemplant l’étendue de nos terres dont le paysage de fin de journée me rappelait justement Tatooine, la planète aux deux soleils de Star Wars. Bref.

    Une étoile morte ? J’ai donc relu l’article sur les âmes mortes.
    Et si notre âme particulière est une âme morte, comment le reconnaît-on ?
    Je pense à ton article de cette semaine dans lequel tu parles de ces personnes qui n’ont pas leur âme particulière pour les soutenir.
    Pourtant me concernant, je suis choyée. Mon réveil (bien que toute ma vie ait été ravagée depuis maintenant en fait dix ans), se passe quand-même de manière assez douce. Je veux dire, je n’ai pas vécu de montée de kundalini foudroyante qui m’aurait conduite à l’hôpital psychiatrique. Bien que fragile, je demeure forte.
    Bien que forte, je demeure fragile.

    Mon épreuve spirituelle est un soleil mort ? Est-ce que je fonce dans le mur ?
    Pourquoi cette fleur-trou noir ?

    Ah, l’imagination lorsqu’on manque foncièrement de confiance en soi, n’est pas toujours une bonne copine.

    Les trous noirs seraient des endroits ou les lois de la physique ne s’appliquent plus. Les lois de notre espace-temps… Sauf qu’on n’en ressortirait plus. A moins qu’il ne s’agisse de trous de ver. Mais ça, c’est une autre histoire. Et au moment de la méditation, je ne connaissais pas. Je préférerais que ce soit ça !

    Affaire à suivre (le jardin, la fleur noire, ta carte de grande coquine que tu garde dans ta manche, et le reste…)

    Bise ;-)

  3. Arc

    13 décembre, 2014 à 7:19

    La rose de Noël

    Il y avait une fois une petite plante qui vivait dans un pré, près d’un bois. Elle était toujours triste. Lorsque Dieu l’avait créée, il ne lui avait pas donné de nom, et jamais elle ne portait de fleurs. Parfois, en été, elle se tendait vers le soleil avec tant de force qu’elle croyait tout à coup qu’elle se transformait en fleir ! Mais, le soir venu, elle voyait que rien n’était changé et redevenait triste car elle pensait qu’elle n’aurait jamais de fleurs et de fruits comme les autres plantes.
    Près d’elle vécut longtemps un petit caillou, tout rond et tout lisse. Un jour il lui demanda :
    - « Pourquoi es-tu toujours triste ? Ne peux-tu te réjouir comme moi quand le soleil me fait briller ou quand la pluie change mes couleurs ? »
    - « Non, dit la petite plante, je ne suis pas un caillou, tu ne peux pas me comprendre. Je suis triste parce que je n’ai jamais de fleur et que personne ne m’a donné de nom. »
    - « St tu veux bien, dit le caillou, je vais devenir ton ami pour mieux te comprendre. »
    - « Oui, je veux bien, dit la plante ».
    Mais voilà que le petit caillou s’est mis à aimer la petite plante tant et tant qu’à son tour il devint tout triste parce qu’elle n’avait ni fleur ni nom !
    Un jour, il y eut une grande pluie. C’était l’automne. L’eau se mit à ruisseler de toutes parts et le petit caillou fut entraîné plus loin. Il roula, roula longtemps sur la pente puis tout à coup il glissa dans un trou qui descendait jusqu’au fond de la terre. Le petit caillou fut d’abord un peu étourdi… puis lentement il regarda autour de lui, et vit qu’il était arrivé au milieu d’une tribu de nains. Puis il pensa à son amie la plante, là haut, et il devint triste… Un petit nain rouge qui était toujours joyeux le remarqua et lui demanda :
    - « Pourquoi es-tu toujours triste petit caillou ? »
    - « Je pleure parce que ma petite plante pleure. »
    - « Et pourquoi pleure-t-elle ? »
    - « Parce qu’elle ne porte jamais de fleur et que personne ne lui a donné de nom. »
    - « Ah, je comprend, dit le nain joyeux », et il devint triste lui aussi, triste pour le petit caillou et triste pour la petite plante. Souvent, lorsqu’il partait se promener dans la forêt, il s’asseyait soudain sur une pierre ou sur un pros champignon, et il pleurait.
    Un vieil homme qui vivait dans cette forêt s’approcha un jour de lui. C’était un ermite, un saint homme. Il avait des yeux pour voir les nains, les elfes et les gnomes.
    -  » Qu’as-tu à pleurer ainsi, mon petit bonhomme ? », dit-il au nain rouge.
    -  » Je pleure à cause de mon ami le caillou rond. »
    -  » Qu’est-il arrivé à ton ami ? »
    -  » Il est triste parce que son amie la plante n’a ni fleur ni nom. »
    - « Eh bien, dit l’ermite, puisque tu pleures à cause de cette petite plante, je vais essayer de l’aider. Je vais aller tout en haut de la montagne, pour être plus près du ciel, et je vais parler à Dieu et à ses anges. Reviens me voir demain. »
    Le lendemain l’ermite accueillit le nain avec un grand sourire.
    -  » Cours vite chez ton ami le caillou lui annoncer la bonne nouvelle : Dieu a réservé à sa petite amie une joie qu’aucune plante n’a jamais eue. Elle fleurira au plus profond de l’hiver, quand aucune plante n’aura plus ni feuilles ni fleurs. Elle aura part à un grand mystère. »
    Le nain remercia l’ermite et couru aussi vite qu’il pouvait, chercher le caillou dans son trou. Tous deux remontèrent ensuite la pente à la recherche de la petite plante. Ils la trouvèrent, et décidèrent de rester auprès d’elle. Le caillou l’aimait de toutes ses forces, et le nain rouge la soignait, l’arrosait, aérait la terre autour d’elle. Peu à peu ses boutons se formèrent.
    Et voici que la plus longue nuit de l’hiver arriva : une étoile merveilleuse et inconnue apparut dans le ciel. Elle toucha la petite plante de ses rayons et de belles fleurs blanches s’ouvrirent.
    -  » Je veux aller vers cette étoile », dit-elle.
    Le nain rouge la prit. Il prit aussi le caillou rond et lisse, et se dirigea vers l’étoile.
    Ils arrivèrent ainsi tous trois devant la crèche où l’enfant Jésus venait de naître et restèrent en admiration.
    Marie tendit sa main vers la fleur et dit : – « Viens près de moi, petite Rose de Noël ! »

    • crystallia

      13 décembre, 2014 à 21:41

      Bonjour Arc,

      Merci pour cette très jolie histoire.

      Bise ;)

  4. crystallia

    12 décembre, 2014 à 3:04

    Bonjour,

    Une fois de plus il ne pouvait y avoir de mauvaise réponse.

    Tous vos résultats correspondent à une réalité à la fois spirituelle et matérielle.

    Alors bonne continuation, pour la suite, à tous ceux qui sot satisfaits de leur résultat.

    Car je garde une carte dans ma manche, il y a une dernière petite méditation sur le même thème.

    Une toute petite. Promis.

    Bise ;)

  5. Jenny

    11 décembre, 2014 à 23:17

    Coucou Sylvie,

    Un petit retour sur ton exercice :-) J’ai mis un peu de temps à trouver ma chambre. J’avais sans arrêt la bougeotte, il fallait que je rajoute des éléments de décoration tout le temps. Et puis j’ai réussis et ma fleur noire qui était une jonquille et me pointait de façon fort peu agréable est devenue un tournesol beaucoup plus agréable :-)

    Merci :-)

  6. Arc

    10 décembre, 2014 à 23:32

    Bonjour,

    Oh.. ce n’est pas Le retour du grand blond (avec une chaussure noire), c’est le retour de la fleur noire. Un chouilla moins comique. Quoi que. Quand on est lancé. Hier soir, je regardais la liste des articles commentés, et c’était reparti (imaginant Indiana Jones attaché sur sa chaise, Elsa lui mordillant l’oreille) : « Ach so, nous avons les moyens de faire parler les couleurs zubtiles… » Ah là là.

    Cela réjouira ma fois peut-être sordidement certains… La nuit passée, j’ai fait un abominable cauchemar. J’ai la grippe, et je somnolais dans mon lit, nauséeuse à force de tousser et de sentir du mucus s’écouler via mon arrière-nez dans mon estomac. Et j’ai eu envie de refaire la méditation de la fleur noire.
    Cette méditation, j’avais déjà pris plaisir à la faire quelques fois, bien que je n’avais pas jugé utile de raconter ici. En fait, la première fois, j’avais constaté un peu méfiante que la fleur noire m’attirait. Je la trouvais belle… (Avant même de consulter l’article, la fée qui l’illustre m’avait interloquée par notre petit air de ressemblance. Bref.) M’attendant à une probable boutade de Sylvie, j’avais cela dit ensuite orienté mon attention plutôt sur le reste du jardin… Je fus donc quelque peu surprise lorsque je découvris qu’elle symbolisait l’épreuve spirituelle. Comme si ce n’était pas « normal » que je me sois sentie attirée, et de ne pas avoir ressenti de mal être devant cette fleur ; moi qui depuis mon « éveil » passe par moment par des affres incommensurables.
    J’étais donc malade, au milieu de la nuit.. bzbzbzbzbz (j’avance le film jusqu’au moment où je me retrouve devant la dite fleur). Cette fois-ci, elle faisait un peu penser à une passiflore. Mais je m’aperçus que son centre était un œil. Je m’approchai, intriguée et désireuse d’entrer en contact avec elle. Je vis alors que sa pupille était en fait un trou noir. Un trou noir astrophysique. Ça m’a fait très très bizarre. Comme si, si je me laissais happer, tout allait basculer.
    Voilà pour la petite histoire. (Eh non, au fait, pas fait de cauchemar au sujet de ce jardin. Sourire…)

    Hasta la vista

  7. Camille

    10 décembre, 2014 à 19:49

    Coucou,

    Pour ma part, c’était particulier.
    Ma fleur noire est sous une cloche, même que dans la belle et la bête.
    Tout autour, il fait noir, et je regarde la plante, là, à travers le verre.
    Elle ne perd pas ses pétales comme dans le film, mais le fond brille simplement.

    Bises

Consulter aussi

Fin du mois

    Bonjour à tous, C’est le rush en ce moment au boulot parce que c’est la fi…