Accueil Spiritualité I see dead people

I see dead people

5

I see dead people 14122010340517181812810492

Bonjour à tous,

Je parlais avec ma mère tantôt de ceux qui ne sont plus là et qui pourtant nous restent chers. Nous avons évoqué ma grand-mère, sa cousine Myriam mais également ma grand-mère, qui est restée auprès de moi. Je lui ai dit que je voyais parfois ma grand-mère. Maman souhaite de plus en plus parler de ce qu’elle appelle mon sixième sens. D’ailleurs elle-même en a un aussi, me dit-elle. Je sais qu’elle voit n’importe quel couple, d’un coup d’œil. J’en ai déjà parlé, elle ne se trompe jamais.

Longtemps, très longtemps même, je lui ai fermé la porte. Je ne voulais pas parler avec elle. Parce que j’avais été blessée par sa réaction et ses propos après que je sois revenue vivre chez elle.

Je suis certaine que c’est pour ça que je suis encore là. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai reçu comme message, il faut réparer ce qui s’est cassé. Je vous ai déjà expliqué que je ne supporte pas d’être blessée. Je préfère fermer ma porte et passer à autre chose. Mais c’est ma mère, je ne peux pas et elle ne me laisserait pas faire non plus. Je sais que quelque part elle craint que je parte parce qu’elle craint que je ne vienne plus la voir.

Je me souviens qu’un jour elle m’a dit, toi, si tu gagnes au loto, tu disparais et on ne te verra plus jamais. J’étais tombée des nues en entendant cela. Je ne souhaite pas couper les ponts avec ma famille. Je souhaite m’éloigner physiquement de mes parents, oui. Je veux avoir un chez moi. Mais je ne souhaite pas couper les ponts. Je ne l’ai jamais voulu.

Je me rends compte seulement maintenant combien il peut être dur de ne pas vouloir ouvrir à quelqu’un qui désire sincèrement entrer et qui donc frappe et frappe encore à la porte. Et je me rends compte aussi qu’elle continue de frapper parce qu’elle est ma mère justement.

Dernièrement et pour la première fois depuis longtemps, je lui ai fait part de ce que je désire pour moi-même, et ce qui m’intéresse pour l’année à venir. Je lui ai expliqué que j’avais voulu partir, déménager et j’ai revu cette inquiétude dans son regard. Ensuite je lui ai expliqué que concrètement, je ne reçois que des messages, des signes, me disant que je suis trop pressée (allez-y riez, je comprendrai), que ce serait bien si je trouvais quelqu’un avant. Elle en a profité pour rebondir, quel genre d’homme tu cherches etc…

Dans l’absolu partir pour vivre seule ne m’ennuie pas. Mais c’est drôle, plus je travaille à rendre la chose concrète, plus je reçois des messages clairs me disant, c’est un mauvais choix.

Je pense que c’est un tout. Comment partir, avec quels paquets sur les bras, comment venir rendre visite ensuite, en ramenant quels paquets avec moi…

Il faut réparer. Je dois bien reconnaître que je suis celle qui ne souhaitait rien réparer du tout. Je suis celle qui craignait d’entendre à nouveau, allons voir un psychiatre, en répétant « I see dead people ».

Quand elle me tendait perches sur perches. 

J’avoue que longtemps j’ai voulu fuir. Elle continue d’entrer dans ma chambre comme dans un moulin. J’ai besoin d’avoir mon intimité. 

Mais je ne me ferme plus comme une huitre quand elle parle de mon sixième sens comme elle aime dire. Je pense que c’est la personne qui me voit le mieux dans mon entourage. Même si dans ma famille, je sais que tout le monde m’aime comme je suis. Avec mes caprices légendaires.

Je pense qu’il est important que je parte « proprement ». Et sans claquer de portes. Mais avec le sourire et l’envie de revenir.

On ne devrait jamais rien casser si vous voulez mon avis. Et en même temps, vivre c’est tomber, se relever et forcément cela ne peut pas toujours se passer sans heurts. Heureusement que l’on peut souvent réparer finalement.

Bonne journée à tous ;)  

  • Ni Ombre ni Lumière

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie et je vous souhaite la bienvenue sur ce blog. Je…
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
Charger d'autres articles liés
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
  • Ce dont je suis capable

    Bonjour à tous, « Alors tu vas participer à ce concours photos ? », …
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

5 Commentaires

  1. crystallia

    29 décembre, 2014 à 1:46

    Bonsoir,

    Mélissa, je te souhaite de pouvoir réparer ce qui doit d’ici quelques temps.

    Je m’aperçois que certaines expériences nous préparent à en appréhender d’autres…

    Merci à vous toutes.

    Bise ;)

  2. Miss X

    27 décembre, 2014 à 11:26

    Et puis , tu es optimiste. Même imagine que tu a réparé de c coé mais ue tu veuilles toujours ton intimité.
    l faut tetrouver le lieu de vie , alors là…
    à moins que tu rencontres quelqu’un dans la même foulée , coup de bol , etil a un lieu de vie , et ça va bien avec lui , ce qui ne t’empêche pas de chercher un lieu de vie à côté , mais (dans mon cas) il n’est pas exclu qu’a partir d’un moment je sente que j’aime bien cette personne , et tu commences à passer juste unenui , deux nuits , ça le gêne pas..la relation avance , dure dans le temps , et au moins de quelques mois , tu ailles chez lui. De toute manière ,vu que tu n’as pas clqué t porte , ta mère sera toujours là , et elle pourra t’acceuillir , si ça va mal. Je crois qu’on peut voir ça comme ça , si ça va pas mal.
    Dans mon cas j’ai pas dis qe ça sera la joie , mais toi , pourquoi pas.
    Les parents qui vous méprisent on connaît on dirait.
    Pf Lol quoi. ça donne pas envie.
    Quand je dis mépris , c’est très ouvert comme terme…
    Oh la haine. Je veux pas en parler lol , Bise ;) , bonne journée à toi! :)

  3. Miss X

    27 décembre, 2014 à 11:20

    LoL.
    Mon père prt n Ukraine , c’est dead pour réparer pour le moment , ça va aller mieux plus tard. Quand je pense que aucun de mes parents surtout pas lui ne partage mes convictions , t’imagine. Lol. Ma mère c’est l’état le moins pire , je suis d’accord.
    Bisou ;)

  4. Emilie

    27 décembre, 2014 à 11:19

    Bonjour Sylvie,
    « Mothers are all the same » m’avait dit Barbara, ma correspondante irlandaise, quand à 14 ans, j’avais commencé à rentrer en conflit avec ma propre mère. Les mamans ne dorment plus que d’un oeil quand elles ont un petit poussin dans un berceau; elles consacrent tellement d’énergie et de temps à veiller sur ce petit poussin, qu’elles détestent tout ce qui pourrait le faire souffrir. Voir souffrir son enfant et se sentir impuissante à le soulager ou le laisser prendre une route qui ressemble à un chemin impraticable à nos yeux, peut susciter une réaction de colère. Les mots dépassent la pensée quand les mamans cherchent à tous prix, les moyens de mettre leur poussin à l’abri.
    Ta mère doit être très contente que tu partent pour passer de belles vacances et elle t’aidera probablement à déménager si ce déménagement correspond à un projet de vie qui correspond à ton bonheur.
    Il y a aussi un moment où il faut montrer à sa maman que l’on est capable de s’occuper tout seul de son bonheur ou encore que l’on sait à quoi correspond notre bonheur.
    Il y a quand même des limites ! non mais c’est incroyable de rentrer dans une chambre comme dans un moulin; pourquoi tu ne demandes pas qu’elle frappe à la porte et attende d’avoir l’autorisation d’entrer …?

  5. Celine

    27 décembre, 2014 à 0:42

    Coucou Sylvie,

    D’après ma propre expérience, je suis partie de chez moi à 27 ans dans de très mauvaises conditions…j’aimais mes parents mais on ne se supportait plus…disputes et haine tous les jours. Une fois partie, je me suis aperçue que je ne me sentais pas bien du tout là où j’avais emménagé; de plus le peu de fois où je rendais visite à mes parents, me mettait dans un état dépressif…je me mettais à pleurer… Au bout d’un an et demi, mes relations se sont améliorées avec eux, et je commence seulement à m’habituer à mon appartement. Tout ça pour te dire que tu as raison; pars dans de bonnes conditions et non pour fuir quelqu’un…

Consulter aussi

Quand la source s’assèche

  Bonjour à tous, Imaginez une belle étendue d’eau. Vous venez d’arriver devan…