Accueil Spiritualité Carrefours de la conscience

Carrefours de la conscience

9

Carrefours de la conscience 15032203014117181813094033

Bonjour à tous,

Je viens de lire le témoignage d’une jeune femme expliquant de quelle manière elle en était arrivée à voir éclore la foi en elle. Un très beau témoignage, qui m’a touchée.

Aucune ressemblance avec ma propre histoire, c’est l’envie de croire et de trouver la paix qui l’a conduite à être entendue et recevoir l’aide dont elle avait besoin.

Avant cela toutefois, des années avant, nombre de petits cailloux blancs avaient été disposés sur son chemin. C’est après coup qu’elle a pu les repérer justement.

C’est toujours après coup.

Enfant, je m’ennuyais à l’église. Je l’ai déjà dit. Je n’étais pas touchée par ce que l’on me disait. Je ne pouvais pas croire à ce que l’on me disait de croire tant certaines choses me semblaient incohérentes.

Par exemple à la lumière de ce qui m’était enseigné il me semblait évident que Dieu n’aimait pas les femmes. Or je suis de sexe féminin.

C’était les hommes les héros, ceux qui faisaient le bien ou guidaient les gens. Les femmes avaient majoritairement le mauvais rôle et quand ce n’était pas le cas elles étaient toujours soumises à un homme, même si volontairement.  

Je ne comprenais pas non plus pourquoi il fallait respecter telle ou telle fête, pourquoi il y avait des personnes plus importantes que d’autres à l’intérieur de l’église ou encore pourquoi il fallait donner de l’argent. Même si étant enfant je ne donnais rien.

Je n’aimais pas l’église. J’ai refusé d’assister aux cours pour enfants ou pour adolescents ou de rejoindre les groupes de jeunes alors qu’ils faisaient des sorties sympas.

La bonne nouvelle c’est que ma mère ne m’y a jamais obligé. Elle nous laissait le choix. Mes parents nous ont chacun enseigné leur propre conviction. Ma mère nous a toujours dit que Dieu existait. Mon père nous a toujours soutenu l’inverse.

Elle nous a emmené à l’église avec elle. Nous a enseigné sa foi. 

Mon père nous disait que Dieu était une invention des hommes. Que les réponses ne se trouvaient pas dans le ciel mais bien sur la Terre et que seule l’instruction nous permettrait d’y voir clair.

Mes deux parents m’ont toujours poussée à étudier, à être curieuse, à apprendre. Pour réussir dans la vie évidemment mais aussi parce que nous ne sommes pas tous obligés d’être des moutons. Ils voulaient nous voir réfléchir.

Ils m’ont montré au moins deux chemins distincts, qui se rejoignaient au carrefour de la conscience finalement. Probablement là où ils se sont connus eux-mêmes.

Ni mon frère, ni ma sœur ni moi, n’avons réellement fait le choix de suivre l’un de ces deux chemins. Mes parents ont des convictions politiques très fortes par exemple. Lesquelles ont eu une incidence sur l’évolution de leurs convictions spirituelles si bien qu’aujourd’hui ils se retrouvent finalement dans une foi qui leur correspond à tous deux.

Ce qui constitue un troisième chemin. Sur lequel pour ma part je ne souhaite pas m’engager car aujourd’hui que je suis devenue adulte, que je me sens adulte également, je me sens suffisamment forte et confiante pour pouvoir marcher sur un chemin qui est celui qui s’est dévoilé grâce à l’émergence de ma médiumnité.   

Cela ne m’empêche nullement de comprendre la foi de mes parents telle qu’elle est désormais. Ni celle de quiconque. Au contraire c’est une joie sans cesse renouvelée de découvrir de quelle manière la spiritualité a pu transformer la vie d’autrui. Et de quelle manière au quotidien elle éclaire la vie d’autrui.

Quand elle l’éclaire. Vous aurez remarqué que je m’attarde peu, voire pas du tout sur les cas hélas nombreux où la spiritualité, loin d’ouvrir le cœur et l’esprit, a placé un voile sur la conscience profonde des gens.

De mon propre point de vue, c’est un voile que l’on tentait de me donner à l’église. La jeune femme dont je vous parlais au début de cet article y a pour sa part trouver ce dont son cœur avait besoin.

Chaque Être son parcours, des issues si différentes ne me choquent pas.

Ce qui m’attriste en revanche c’est de voir des individus qui par peur de ce vide à l’intérieur, de ce Soi que l’on doit apprendre à connaître en devenant adulte, font le choix de lui tourner le dos de manière définitive. Et qui par extension font également le choix délibérer de poser un voile sur leur conscience.

La spiritualité qui élève est celle qui nous pousse sans cesse à nous remettre en question. Ce n’est pas la voie confortable des règles à suivre docilement.

Je demeure persuadée qu’il n’y a pas de route vers le paradis. Je demeure persuadée qu’il n’y a qu’une route vers la réalisation de soi. Et elle n’est ni courte, ni claire.

Par contre, avec le recul on peut la trouver belle. Parce que finalement c’est la route de notre vie.

Et en fait, avec le recul, on peut s’apercevoir aussi que des carrefours de la conscience, il y en a plein un peu partout.

Bonne journée à tous ;)

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • En prenant une décision

    Bonjour à tous, Joli mois de janvier, j’ai enfin pu m’inscrire à ma formation.…
  • Notre propre film

    Bonjour à tous, Il fait beau, il fait chaud et je me passionne pour une nouvelle série, Ka…
  • Bonne année 2023

    Bonjour à tous, Tout d’abord, je vous souhaite à tous une très belle année 2023. Qu&…
Charger d'autres articles liés
  • En prenant une décision

    Bonjour à tous, Joli mois de janvier, j’ai enfin pu m’inscrire à ma formation.…
  • Notre propre film

    Bonjour à tous, Il fait beau, il fait chaud et je me passionne pour une nouvelle série, Ka…
  • Bonne année 2023

    Bonjour à tous, Tout d’abord, je vous souhaite à tous une très belle année 2023. Qu&…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • En prenant une décision

    Bonjour à tous, Joli mois de janvier, j’ai enfin pu m’inscrire à ma formation.…
  • Notre propre film

    Bonjour à tous, Il fait beau, il fait chaud et je me passionne pour une nouvelle série, Ka…
  • Bonne année 2023

    Bonjour à tous, Tout d’abord, je vous souhaite à tous une très belle année 2023. Qu&…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

9 Commentaires

  1. Dana

    27 mars, 2015 à 19:32

    Bonsoir,
    Il ne faut jamais oublier que le voile n’est que question de choix et qu’il n’est ni dommage , ni triste que d’autre le fasse.
    Il faut comme une mère, sourire et toujours croire en eux, car ce n’est qu’un bout de tissu qui peux se retirer à l’aide du vent.
    Bonne soirée

  2. liliane

    25 mars, 2015 à 14:55

    Coucou Sylvie merci il était très joyeux cet anniversaire. :D

    Bises

  3. crystallia

    23 mars, 2015 à 23:48

    Bonsoir,

    Joyeux anniversaire à toi Liliane.

    Et merci à toutes pour vos retours.

    Bise ;)

  4. liliane

    23 mars, 2015 à 21:09

    Loool pas « ma » patience, « la » patience

  5. Liliane

    23 mars, 2015 à 21:06

    Coucou ,
    merci Eve, ma journée a été superbe et j’ai rempli mes yeux d’encore plus de beauté! Personne de mauvais poil le jour de mon anniversaire ni à celui de quiconque!!! :) (Dis-je entre ivre de joie et compatissante). Emilie (Jolie) je ne me permettrai pas de sous-estimer ce que tu vis mais Souffle, au propre comme au figuré accroches toi à ce qui te fait vibrer et je pense que tant que tu y resteras accrochée tu pourras toujours faire la part des choses. Tous les chemins mènent à Rome , peut importe ce que tu décideras de suivre tant que ça reste en accord avec ton moi profond fonce, mais n’oublie pas que Paris ne s’est pas en un jour, soit patiente, il y’ aura de la rébellion mais tu y viendras à bout avec ma patience. :)

  6. Emilie

    23 mars, 2015 à 19:59

    Bonjour,
    Ma conscience est restée longtemps voilée – c’était la route choisie par mon père et celle à laquelle ma mère s’est soumise : la route du secret de famille qui jette une chape de plomb sur vos ressentis et brouille les pistes.
    J’ai réalisé que je connaissais l’histoire mais n’avais pas eu le droit d’en parler ni de poser de questions. Quand j’ai découvert l’étendue du marasme, j’ai pu commencer à compatir, pardonner et oser me dire que j’avais le droit de regarder la vérité en face. C’était à la mort de mon père et j’avais déjà pas mal roulé ma bosse. A partir de ce moment là, les carrefours se sont succédés et j’ai du apprendre à discerner la réalité de l’illusion. Encore maintenant je redoute d’être aveuglée par mes illusions ou quelque réalité truquée. Le 13 janvier c’était mon anniversaire, le jour où tu as posté l’article sur « L’or et le feu »; je doutais, c’était téléphoné et surement truqué pour que je plonge dedans bercée par la confiance. A chaque carrefour j’essaie de voir comment je peux succomber en me laissant abuser par ma confiance idiote. Une erreur d’interprétation comme on dit (tient je suis encore fâchée de m’être faite engueulée parce que je voulais des éclaircissements). C’est facile de dire « vois – vois » quand tu ne vois rien, n’entends rien et dois traduire tous les ressentis. Bref, je suis de mauvais poils mais cela va passer.

  7. Eve

    23 mars, 2015 à 16:30

    Bonjour Sylvie,

    Depuis peu, une nouvelle loi (dans la religion) autorise une religieuse à annuler ses vœux. En fait, la religion chrétienne a reconnu que le choix d’aujourd’hui d’une religieuse peut être différent demain. Comme quoi, il n’y a rien de définitif…. Parfois, quand on a besoin de spiritualité, on cherche des personnes qui peuvent comprendre et partager ce besoin et certaines personnes voient la religion comme La Voie alors que ce n’est juste qu’une oasis. Oui, j’suis aussi d’accord pour les nombreux carrefours de la conscience mais pas pour dire que les choix sont définitifs.
    Et là, je me demande si on fait vraiment des choix si tout a été choisi et accepté avant la naissance.
    Bises et joyeux anniversaire Liliane…
    Eve

  8. Liliane

    23 mars, 2015 à 13:29

    Coucou Sylvie,

    C’est le jour de mon anniversaire et cet article est un merveilleux cadeau! Franchement!!!(mince mon mascara :) )Je suis bouleversée déjà par l’image que tu as choisi pour l’illustrer. Quand je les vu je me suis dis c’est moi ça, c’est l’image que j’ai ressenti ce me levant ce matin: j’ai retrouvé mon équilibre. Et puis en lisant le texte j’ai vu que ma compréhension allait au-delà de ça et qu’il faisait écho à tout ce que j’ai connu. Il est très mal vu d’où je viens de dire que l’enfer n’existe pas encore moins le paradis, que seule la réalisation de soi nous donne la béatitude, il faut Etre et puis c’est tout. Et aujourd’hui j’ai réalisé qu’il faut permettre à tout le monde de trouver sa voie parce que de toutes évidences on se croisera bien à un carrefour.
    Je ne veux plus accepter des choses parce que c’est jugé correcte par les « connaisseurs ». Chez nous on dit tu es né seul tu vas mourir seul loool. J’ai fait le catéchisme quand j’étais plus jeune et même été dans les groupe de la paroisse mais je voyais bien que ma relation avec Dieu était plus comme celle d’un père et sa fille. Je ne faisais pas de cérémonie pour demander, mes prières étaient tout sauf conventionnelles :) et les réponses étaient quasi immédiates, rien ne me limitait ma curiosité.
    En pensant justement que je devais faire comme les autres et surtout après avoir cru que par quelques actes je L’aurai offensé, j’ai changé et les choses ont changé. Mais cette nuit j’ai vraiment ressenti comme un retour à la maison, et des bras m’attendaient pour m’enlacer. Quel Amour j’ai ressenti. Ma chambre était pleine, je sentais vraiment qu’il y avait du monde et qu’ils venaient me souhaiter un joyeux anniversaire :) le plus génial c’est que je sais que j’étais avec eux dans mes rêves, il ne m’est juste resté que l’impression d’avoir retrouvé ma place auprès des miens, impression qui m’est encore confirmé par ton bel article!

    Le pavé:) Merci Sylvie!!!

  9. Carène

    23 mars, 2015 à 13:25

    Bonjour
    j’aime beaucoup cet article.

    L’ouverture d’esprit dont tes parents font preuve est belle. Pour moi, réussir dans son rôle de parent est d’arriver à donner des racines et des ailes à ses enfants. C’est ce qu’il me semble que tes parents font. Etre qui ils sont avec conviction tout en vous laissant le choix d’être qui vous êtes.

    Même dans leur couple, ce n’est pas fréquent d’avoir 2 personnes avec des convictions opposées et qui se respectent malgré tout.

    Pour ce qui est des carrefours de la conscience, je constate en effet que certaines croyances sont présentes un temps pour nous permettre d’avancer et demandent à être changées quand elles deviennent limitantes. Il ne t’a pas échappé que j’étais moi-même à un de ces carrefours…

    Bref ! Tout ça pour dire que ton article me parle énormément.

    Bises et belle journée !!! ;)

Consulter aussi

Les moments joyeux

Bonjour à tous, « Tu as réfléchi à ce que tu veux pour ton anniversaire ? …