Archive pour septembre, 2015

Chaque petite surprise

Chaque petite surprise dans Anges 15092609242517181813612113

« Ce qu’il y a de beau dans la vie, ce sont les mille petites surprises qui rendent chaque journée différente de celle de la veille.

Ce qu’il y a de beau dans ta vie, ce sont les mille sourires que tu adresses chaque jour à ton âme quand tu prends plaisir à découvrir chaque petite surprise. » 

Un message d’Elémiah.

PS : photo prise au Morne des Esses, Sainte Marie

Et tous les jours qui ont suivi

Et tous les jours qui ont suivi dans Mes poèmes 15092609055617181813612098

Il a fallu se relever ce jour-là,

Et tous les jours qui ont suivi,

Il a fallu trouver l’espoir, la volonté, la force,

Le courage même,

Tout en sachant que rien, nulle part, ne nous attendait.

Il nous faut continuer d’avancer,

Malgré le peu que nos efforts, nombreux, nous ont apporté.

Je souris, il pleut encore aujourd’hui,

Il fera beau demain j’espère, pour le plaisir de voir le soleil.

La lueur

La lueur dans Mes poèmes 15092608380517181813612052

La première fois que je l’ai vue au-dessus de toi,

Je n’ai pas compris, j’ai juste cru qu’on venait te saluer,

Encore que, en général ils ne se présentent pas ainsi,

Je le savais mais que pouvais-je croire d’autre ?

Tu étais là, à côté de moi, tu te battais,

Longtemps j’ai voulu croire que tu te remettrais puis,

Un midi, tandis que tu souriais faiblement,

Plus faiblement que d’habitude, je l’ai vue s’élargir au-dessus de toi,

Alors j’ai su, j’ai vu ton regard lisant le mien et j’ai vu la peur dans tes yeux,

Ils sont venus me voir finalement, ils sont venus pour moi,

Tandis que je priais pour toi, suppliant que l’on t épargne,

Ils m’ont demandé de t’accompagner, de te guider pour que tu n’aies plus peur,

J’ai envie de pleurer toutes les larmes de mon corps mais je les sens encore là,

Pour moi, alors que je ne vis plus que pour toi, pour tes derniers instants.

A présent je la vois qui t’enveloppe presque entière, cette sorte de lueur blanche,

Je sais que tu t’interroges, qu’est-ce qui t’attend après…

Je ne vois que de la Lumière devant toi, je vois l’amour que j’ai pour toi et qui te portera,

Va, va sans crainte, d’une manière ou d’une autre nous serons toujours là l’un pour l’autre.  

En toutes circonstances

En toutes circonstances 15092607414617181813611887

Bonjour à tous,

« Donc tu as peur de revenir malade des croisières. », me dit Elémiah.

Oui, comme la dernière fois.

« Tu étais bien en revenant de Saine Lucie. »

J’ai passé des heures à me laisser porter sur la coque du bateau tandis que le merveilleux paysage défilait. Je ne vois pas comment j’aurais pu être mieux.

« Mais tu n’étais pas seule pourtant. Tu as fait en sorte d’être bien en fonction des circonstances. C’est là la bonne direction. 

Quand tu repartiras en croisière, tu chercheras comment être bien dans cet univers entièrement artificiel. D’une part, tu fais bien de choisir une cabine avec balcon. Tu aimais te poser un moment en revenant de tes excursions, tu pourras le faire, sur le balcon. Ce sera agréable.

Et n’oublie pas de prendre un abonnement au spa. C’est onéreux mais cela te fera plus de bien que de passer et repasser dans les boutiques en achetant pour évacuer le stress d’être enfermée dans un endroit entièrement artificiel.

Au spa tu seras dans l’eau et cela te fera du bien. Il y a une salle de sport également. Ce sera toujours mieux que ces longues heures passer à avaler plein de petits apéritifs devant des cocktails trop sucrés entre deux animations.

Tu as déjà compris que le but est d’amener les voyageurs à consommer par conséquent, vous devez composer avec des moments où les seules activités qui vous sont proposés sont payantes.

Paye intelligemment. Prévois un budget pour le spa et la salle de sport. Limite les cocktails trop sucrés et privilégie les bouteilles d’eau. Évite le snack qui n’est pas sans gluten, va au restaurant. 

Assiste aux spectacles au lieu de traîner au bar avant le dîner. Passe moins de temps dans les boutiques. Va chez le coiffeur et va te faire faire les ongles. Privilégie le plaisir immédiat sur le bateau. On vous encourage à penser au plaisir de ramener ceci ou cela, de montrer aux autres…

Ne tombe pas dans ce piège une seconde fois.  Préfère te faire faire une pédicure plutôt que d’acheter pour montrer ou pour faire comme les autres.

Chacun s’observe, nul ne veut être à la traîne. Éloigne-toi de ce type d’énergies. Amène un livre. Et lance-toi le défi de l’avoir achevé à la fin de la croisière. A la fin de chaque croisière.

La dernière fois tu n’as pas su te poser. Apprends à être bien en toutes circonstances. Fais en sorte de pouvoir te poser quand tu en ressens le besoin.

Comprends que la vie à bord doit être aussi plaisante que les excursions. Et à ce sujet, prends le temps de te renseigner un peu plus. Tu sais déjà que payer un chauffeur de taxi à plusieurs peut s’avérer intéressant à plusieurs niveaux. »

J’avoue que j’apprécie beaucoup le fait de pouvoir être dans un nouvel endroit tous les jours. C’est l’avantage indéniable de la croisière.

« Le plaisir réside dans la totalité de l’expérience. Ne pense pas, heureusement qu’on peut descendre tous les jours, dis-toi, quel bonheur de pouvoir être ici, à cet instant. Comme quand tu admirais ce coucher de soleil sur la route vers Québec. »

Je comprends. Merci Elémiah.

Bonne journée à tous ;)

PS : photo prise à Sainte Marie

Couleur nuit

Couleur nuit 15092612372217181813611175

Bonjour à tous,

« Sais-tu de quelle couleur est le ciel ce soir ? », me demande Elémiah.

Couleur nuit.

« Pourquoi remarques-tu la lune en ce moment ? »

Je ne sais pas, elle accroche mon regard.

« Qu’as-tu décidé pour Miami ? »

C’est une idée, en novembre il n’y fait pas trop froid.

« Tu veux profiter du black friday. »

Tant qu’à faire. Mais bon, ce serait dans un an.

« Demain se prépare aujourd’hui dites-vous. »

Je sais juste que je ne compte pas partir en juillet-aout. Comme je vois que mes collègues songent déjà à la période de congés qui les intéressent…

Je sais pourquoi ils s’y prennent si tôt.

Ça ne me dérange pas mais du coup, je me demande ce que je veux et je pense après juillet-aout. On verra.

Moi j’habite la Caraïbe. Passer juillet-aout ici ce n’est pas la mort. Du coup peu importe la période ensuite, je ne compte pas faire un voyage onéreux, je voudrais passer 15 jours dans un endroit sympa. Du moment qu’il n’y fait pas trop froid.

« Sais-tu pourquoi nous t’encourageons à te projeter dans des situations nouvelles mais agréables ? »

Oui, pour m’aider à ré-ouvrir mes points d’ancrage énergétiques situés sous le chakra racine.

« Pour cela il faut tenir compte de la personne que tu es. Nous pouvons t’apprendre la guérison au travers les points d’ancrage énergétiques. Ou du moins te rappeler que tu sais faire. »

La méthode que je vois demande d’allier voyance et lecture énergétique.

« Oui et ? »

J’ai promis à la Source que je ne travaillerai plus en tant que médium.

« Si tu avais besoin de remplir ton frigo, serais-tu toujours si catégorique ? Tiendrais-tu ta promesse ? »

Non je ne pense pas. Je voudrais manger.

« C’est une réponse honnête. Sache ceci, toutes les portes s’ouvrent devant celui qui accepte la portée de ses actions. Petite fille.

Cette promesse était pour te protéger. Mais tes capacités ne t’ont jamais été reprises. Elles demeurent tiennes, tu peux t’en servir comme tu l’entends.

La seconde croisière te plaira. Financièrement tu ne pourras pas programmer de voyage supplémentaire cette année. Mais les deux voyages auront lieu l’an prochain. Tu pourras les payer.

Réfléchis pour la proposition que nous t’avons faite. Pense amusement. Nous ne te demandons rien en échange. Fais les choses pour toi et parce que tu en as envie. »

Merci Elémiah.

Bonne journée à tous.

PS : photo prise à Schoelcher

Est-il célibataire ?

Est-il célibataire ? dans Amour physique 15092512404117181813607796

Bonjour à tous,

« Alors, tu veux savoir si ce charmant jeune homme qui cherche à savoir si tu es mariée est lui-même célibataire. », me demande Lauviah.

Oui voilà. Pourquoi vous ne voulez pas me répondre ?

« Comment est-il ? »

Je l’ai juste croisé pour l’instant. Mais il est mignon et il a l’air sympa.

« Hier je t’ai demandé si tu avais des vues sur quelqu’un et tu m’as répondu non. »

C’est vrai mais hier je ne savais pas qu’il s’intéressait à moi. Alors comme je le trouve sympa, je me dis que je pourrais prendre le temps de discuter avec lui s’il est aussi célibataire. Pour voir si on s’entend.

« Il est jeune, sportif, possède lui aussi un charmant sourire. Tu pourrais aller lui demander s’il est célibataire. »

Je te rappelle qu’aucun homme ne m’a jamais dit être en couple. Je ne rencontre que des célibataires officiels. Alors je préfère vous demander à vous. Est-ce qu’il a quelqu’un ?

« Tu es plus souvent abordée par des célibataires ou des hommes en couple ? »

Des hommes en couple. Regarde ce matin, le collègue me relance alors qu’il y a quelques mois, tombant sur lui dans un magasin, je l’ai aidé à choisir un sac pour sa copine. Copine dont au départ il ne me parlait pas. 

Mais c’est bon j’ai fini par comprendre. Quand un homme parle à reculons de son couple, c’est qu’il est très très très loin d’envisager une séparation !

Bref, je n’ai pas encore entendu Eledahiel me dire « il n’est pas pour toi ». Alors je me dis que peut-être je suis tombée sur un vrai célibataire.

« Il n’est pas nécessaire qu’Eledahiel se manifeste puisque cette personne ne t’attire pas. Tu vois, nous préférions quand tu es venue nous dire, il y a quelqu’un que j’aime bien. »

Oui mais de ce côté-là c’est mort.

« Eh bien sache que la prochaine fois que tu viendras nous dire, il y a quelqu’un que j’aime bien, nous répondrons à toutes tes questions. »

Lol, merci Lauviah.

Bonne journée à tous ;)

PS : photo prise à Québec

Comme une plume…

Comme une plume... 15092402001017181813605169

Bonjour à tous,

Je me sens légère comme une plume…

« Tu vas faire l’autre croisière ? », me demande Lauviah.

Je suis raide, fauchée comme les blés. Je ne peux pas.

« Tu n’as pas l’air trop triste. »

Je serai triste le jour où je n’aurai plus de quoi remplir le frigo. Mais pour un voyage ce serait dommage.

« Et puis il n’y a pas que les vacances dans la vie. »

Comme tu dis.

« Il y a des personnes qui n’ont pas pu partir cette année. »

Je sais.

« Toi aussi, il est arrivé que tu ne puisses pas partir. »

Eh oui, pas les sous ! Ça règle la question.

« Est-il si facile de s’arrêter à un manque d’argent ? »

Que te dire, avec la foi c’est plus facile. D’après ma propre expérience. Pour autant que je sache, le manque d’argent peut ne pas être un problème du moment qu’on est en paix.

« Donc on peut être en paix dans les moments durs ? »

C’est possible. Je l’ai vécu. Du moment qu’on est en phase avec soi-même, tout est plus simple.

Pour prendre un exemple simple et concret, j’avais vu un film où l’héroïne et sa meilleure amie se faisaient avoir par un dealer à Bangkok et se retrouvaient en prison, avec une lourde peine.

A la fin, alors que tout espoir semble perdu pour elle, devant le désarroi de sa meilleure amie, l’héroïne s’accuse du crime et déclare son amie innocente. Le juge sait qu’elle ment mais il donne foi à ses aveux.

La vérité est qu’aucune des deux n’était coupable mais l’une d’elles peut partir tandis que celle qui s’est dénoncée doit assumer les deux lourdes peines. Et pourtant elle se sent en paix. Parce qu’elle sait pourquoi elle s’est dénoncée.

La vérité c’est qu’on peut se contenter de regarder du côté du destin qui s’acharne ou alors, on se rappelle qu’on a fait des choix ou alors qu’on a des choix à faire.

Dans la foi on est obligé de voir cela et tant que l’on refuse de l’accepter, on tourne en rond sans trouver de solution.

« Comment pourrais-tu faire la seconde croisière ? »

Peut-être qu’en cessant d’acheter à manger…

Non ?

« Sérieusement. »

J’attends des primes mais je ne veux pas m’avancer. On verra, j’aurais peut-être l’occasion de faire une autre voyage à la place, à une autre période.

« D’autres autour de toi vivent mal le fait de ne pas pouvoir profiter joyeusement des biens et outils de consommation, nombreux, qu’il y a autour de vous. »

J’ai vu ça. C’est un leurre de croire que le salut viendra forcément avec plus d’argent en vérité. Quand on est mal on est mal.

Et le vide à l’intérieur parait encore plus grand quand a priori on a tout ce dont on a besoin à l’extérieur.

« A ce moment-là en général vous cherchez quelqu’un ou quelqu’un d’autre. Ou quelque chose d’autre. »

Si je me fie à mon expérience, on ne peut pas fuir le vide. Il est comme le monstre sous le lit ou dans le placard. On sait qu’il est là.

Un jour il faut le remplacer par autre chose. Je n’ai trouvé qu’un unique remède, la paix intérieure. Mais il faut aller la chercher, elle n’apparait pas seule. Ce qui vient facilement par contre c’est le découragement, l’aigreur, la colère, le ressentiment, l’envie, la jalousie.

J’aimerais pouvoir dire que je n’ai fait qu’entendre parler de tels sentiments. J’aimerais.

Je pense que c’est la frustration qui pour soi-même est le plus difficile à vivre.

Mais tu vois, pour ma part j’ai trouvé la foi dans ma nuit de l’âme. Et celle-ci n’en a pas été moins longue pour autant. Elle a été moins douloureuse, ce qui n’est pas la même chose.

Avant cette période, j’étais insouciante moi. Je me souviens qu’un jour, une espèce de gourou que ma mère avait connu grâce à des tiers (elle n’a jamais adhéré à son groupe) m’avait demandé de lui raconter mes problèmes. Ce qui m’avait plongé dans l’embarras, je n’en avais pas à l’époque.

Aujourd’hui certains me demandent comment trouver la foi dans la difficulté. En ce qui me concerne, c’est de l’aide que j’avais demandé.

J’entends déjà certains se dire, c’est facile avec ses guides…

Je rappelle que j’ai passé une nuit dans un centre pour sans-abris après avoir été expulsée de mon appartement. Et j’étais seule devant mes parents quand ils m’ont demandé des explications. Vu que j’étais fauchée en plus d’être à la rue, je ne pouvais pas les envoyer balader. 

Non tout n’était pas facile pour moi. J’avais demandé de l’aide bien avant cela. Je l’ai reçu, mais pas comme je l’aurais voulu.

Parfois on me demande comment j’ai pu laisser cette situation dramatique arriver. Parce que j’ai cru. J’avais reçu un message, pas de mes guides, me disant que je m’en sortirai au final.

Quand j’ai reçu le montant de la dette que j’avais à payer, j’ai paniqué. Mais le jour même on m’a dit, vous avez été expulsé, c’est fini. C’est ce qui a été décidé ici. 

Et le mois d’après je trouvais un travail.

La chose comique, je l’ai su après l’expulsion, est que si j’étais partie avant, il m’aurait été demandé de payer. 

C’est finalement la perte de confiance de mes proches que j’ai dû payer par contre. Jusqu’à ce que je m’aperçoive que ceux qui m’ont pardonné n’attendent rien de moi. Les rares autres voudront toujours que je donne ce que je n’ai pas.

Et je n’ai pas le temps pour ça. 

« Tu préfères prendre le temps d’aller à Venise ou de visionner des films sur ton Ipad pendant les pannes de courant. »

Lol, en fait elle n’a pas duré mais le film était sympa alors j’ai regardé jusqu’au bout. Mon frère avait raison, l’histoire m’a plu.

« Comme tu aimes vivre en Martinique, où tu te sens chez toi. Tu te souviens qu’à Marseille tu te demandais où tu pourrais te sentir chez toi ? »

Je me souviens.

« Tu crois aux fins de contes de fée de dessins animés ? »

Ce ne sont pas ces fins-là que je vis. Les miennes sont bien plus contrastées que chez Disney. En fait pour moi l’histoire commence à « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. » 

« Et tu crois aux histoires d’amour de contes de fée ? »

Non, je n’y crois pas trop ! 

« Comment va ton ami aux tablettes de chocolat ? »

Je pense qu’il va bien, il est à New York avec sa copine.

« Toujours pas de regret ? »

Vois la situation, je me dis au contraire que j’ai évité une belle épine.

« Et tu n’as personne d’autre en vue ? »

Ça viendra. Je constate qu’il y a plein d’hommes partout.

« Évite celui qui a cherché à te cacher qu’il était en couple. »

Celui-là est aux oubliettes depuis longtemps.

« De toute façon tu ne cherches pas réellement quelqu’un. »

C’est vrai. 

« A quoi penses-tu en ce moment ? »

Plutôt à profiter de ce qui se présente, des choses sympa qui se présentent. Alors s’il y a un homme pourquoi pas mais s’il n’y en a pas, ce n’est pas grave.

Je vais à Venise quand même après tout.

« Tout à fait. Tu vas à Venise quand même. Mais c’est encore loin. Non ? »

Oui, ce qui me laisse le temps de faire d’autres choses sympa.

« Je voudrais que nous méditions ensemble. »

Ok, tout à l’heure.

« Oui, tout à l’heure. Passe une bonne soirée. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)

PS : photo prise à Québec devant le château Frontenac 

La prochaine fois

La prochaine fois  15092302481017181813602816

Bonjour à tous,

« Tu penses que ton père et ton frère obtiendront leur seconde dan cette année ? », me demande Gabriel.

J’espère pour eux. Ils étaient pressés d’obtenir la ceinture noire mais maintenant que c’est fait, leurs objectifs ont changé. Les ceintures noires ne payent pas les cours mais il leur est demandé de s’investir autrement.

Mon père enseigne maintenant. Il aime transmettre ses connaissances et son amour du Jujitsu. Mon frère pour sa part est devenu arbitre et c’est cela qui lui plait. Il poursuit le tae kwon do mais d’abord pour lui-même.

« Les arts martiaux ne t’intéressent pas ? »

Aucun sport de combat ne m’intéresse. Je n’aime ni prendre ni donner des coups.

« Il y a autre chose derrière. En enseignant le tae kwon do au fils d’une amie qui le sollicitait parce que l’enfant était harcelé par ses camarades, ton frère lui a permis de prendre confiance en lui-même. L’amie voit combien son fils a changé et elle était ravie qu’il demande à poursuivre ses cours particuliers cette année alors que désormais il est inscrit dans un club. »

Je sais, je ne suis pas surprise. D’une part, mon frère est un excellent pédagogue. Les jeunes et les enfants l’apprécient.

D’autre part il sait communiquer ses passions. Il est capable de captiver une audience depuis le lycée.

Il a su accompagner cet enfant et l’aider à comprendre qu’il ne devait pas se poser en victime de la vie. Il l’a encouragé à s’inscrire en club également pour qu’il rencontre des enfants différents et se fasse de nouveaux amis, loin de l’école.

En outre je le reconnais, le sport est idéal pour développer des qualités morales. Je m’en rends compte avec la gym.

« Le sport peut vous apporter beaucoup. C’est la raison pour laquelle ton père souhaite que tu t’inscrives dans son club. »

Avec lui je ne suis jamais assez ceci ou cela…

« Et ta mère te couve comme si tu étais encore son bébé. »

Moi j’étais prête à partir, vous m’avez dit attends. Et j’ai fait plein de rêves allant dans le même sens. Les taux d’intérêts de ma banque ont baissé, c’est le bon moment pour acheter. Moi je suis prête. Je prends rendez-vous avec le conseiller dès qu’il rentre de ses congés.

« Combien de personnes te disent régulièrement au travail, toi, tu sembles toujours en joie ? »

Beaucoup me disent ça, j’avoue que j’ai du mal à comprendre.

« Tu sembles ne pas avoir de lourds paquets à porter. »

Ils sont là mes paquets. Mais je reconnais que j’ai moins de problèmes depuis que j’ai changé de travail. En outre, je vois la vie différemment aussi.

Je suis le conseil que vous m’avez donné, saisis chaque occasion de passer un bon moment. Du moins j’essaie, parfois il y a trop d’occasions en même temps.

« Tu n’es pas une personne malheureuse, n’est-ce pas Sylvie ? »

Non, je ne le suis pas. En fait moi j’aime bien ma vie. De l’extérieur je peux comprendre qu’on en doute. Je n’ai pas de maison, pas de copain, un boulot qui clairement n’est pas ma vocation.

Et pourtant j’aime bien ma vie. Parce que moi je m’amuse bien, je mange bien malgré mes 5 intolérances alimentaires, et je ne suis pas seule au monde non plus. En outre je me sens bien dans ma foi et j’ai un blog qui me plait et qui est suivi.

« Sais-tu pourquoi tu as reçu ce message, attends avant de déménager ? »

Non je ne sais pas, mais mon âme a l’air du même avis que vous. Quel est le problème au juste ? Vivre seule ne m’effraie pas.

« Tu pourrais avoir le dressing dont tu rêves pour ranger tes sacs. »

J’ai déjà fait des recherches, je sais que je veux une pièce vraiment girly !

« Et une grande cuisine. »

Ce sera une cuisine ouverte, je sais déjà comment je vais réaménager le rez-de-chaussée. Je vais créer un grand espace et les murs seront blancs.

« Attends encore un peu. »

Les taux d’intérêts vont continuer à baisser ?

« Il n’y a pas que l’argent dans la vie, ma douce Sylvie. »

Pourquoi tu me dis ça ?

« Que voudrais-tu faire, à l’exclusion d’avoir ta maison ? »

Continuer de voyager. J’adore voyager. Prendre des cours de piano aussi. Je réalise que j’aimerais bien reprendre juste pour le plaisir. Je n’ai pu m’inscrire qu’en dessin cette année.

« Continue de voyager. C’est une belle idée. Note, tu ne m’as pas répondu rencontrer quelqu’un. »

C’est vrai…

« Parce que ce n’est pas essentiel à tes yeux pour ton équilibre. Cela indique une chose précise, plutôt positive, sur laquelle nous reviendrons ultérieurement.

Tu vas aller à la salle de gym demain ? »

Oui !

« Tu es contente de retrouver bientôt ton poids idéal ? Tu as presque perdu tous tes kilos en trop. Du moins ceux que tu penses avoir en trop. Nous souhaitons toujours que tu gardes à l’esprit que l’essentiel est que tu sois bien dans ta vie. »

Je ne suis pas une acharnée, je pense que cela se voit. Je ne rentrerai pas dans du 36. Seulement je veux pouvoir continuer à porter du 38 longtemps !

« 40, 42… »

Non, non, non !!! 38 !

« Apparemment tu n’étais pas moins belle avec 4 kilos de plus. Ils n’affectaient pas non plus ta santé. »

Ce que je ne comprends pas c’est à quel moment j’ai pu prendre ces kilos. Et j’étais encore plus effrayée de me rendre compte que je n’en savais rien. J’ai décidé de les perdre. Sans pour autant être décidée à suivre un régime.

Je ne voulais pas et ne veux toujours pas, m’affamer. Et je reconnais que je prends plaisir à aller au sport surtout parce que je constate que cela me fait du bien mentalement. Je ne pense pas que je deviendrai la reine du fitness. Surtout que je fuis dès qu’il y a un cours « intense ». En fait j’aime surtout le tapis.

« Pas la reine du sport, pas de régime strict. Tu as poursuivi des études juridiques avec le même type d’état d’esprit. »

C’est le résultat qui importe, j’ai eu mes diplômes et je perds effectivement du poids !

« Et d’ici quelques mois tu vogueras sur la Méditerranée. »

J’y vais dans l’esprit de profiter d’une vie facile et sans contrainte pendant quelques jours. Plus que pour découvrir vraiment les différents pays car les escales seront courtes. Aussi je songe à aller profiter du spa, de l’institut de beauté et peut-être même de la salle de sport pourquoi pas ? On verra. Même si je songe également aux excursions et aux photos que je ferai.

« Ta vision de la spiritualité est à l’identique en vérité. En apparence, moins il y a de contraintes mieux tu te portes. Dans les faits, seule au départ tu t’es battue pour comprendre les rêves étranges que tu faisais puis pour comprendre pourquoi tu recevais des messages ou que tu vivais toutes sortes de manifestations bizarres à tes yeux. Tu ne savais pas que tu vivais l’éveil de la kundalini.

En outre tu n’avais pas besoin de ça, tu devais finir tes études etc…

En fait c’est simple, quand tu dois faire, tu fais. C’est ainsi que tu réagis toujours. Même si tu finis par faire à ta manière. C’est l’enseignement que la petite fille gâtée que tu étais a tiré de sa nuit de l’âme, il faut faire avec ce que l’on a. Tu te souviens de la fois où tu voulais un manuel pour tes cartes mais que tu n’avais pas de quoi l’acheter ? Un livre à 14 euros. »

Je me souviens. Alors vous m’avez aidé à écrire le descriptif de chaque carte en m’aidant à canaliser mes énergies pour que je puisse capter les informations dont j’avais besoin. C’était la première fois que j’allais vraiment chercher des infos.

Je doutais d’y arriver. Mais j’y suis arrivée.

« Tu es arrivée à faire beaucoup de choses que tu n’as jamais pu partager avec tes proches. Cela a nourri ta force intérieure. 

Imagine que du jour au lendemain, tes proches réalisent ce dont tu es capable. »

Ils seraient effrayés. 

« Ou pas. Ils ont déjà été effrayés. Peut-être que la prochaine fois ils seront plutôt impressionnés. »

Tu crois lol ?

« Passe une belle soirée. »

Merci Gabriel.

Bonne journée à tous ;)

Quelque chose d’agréable

Quelque chose d'agréable 15092202240617181813600518

Bonjour à tous,

La journée de dimanche à Sainte Marie était tellement belle, j’ai eu peine à croire qu’il ait pu pleuvoir des cordes ailleurs. Mais aujourd’hui certains collègues ont affirmé avoir passé un weekend banal en raison de la pluie.

C’est dommage, ils auraient dû oser prendre leur voiture. On devrait toujours prendre le risque de faire quelque chose d’agréable.

Bon mardi à tous. ;)

 

Aboutissement ?

Aboutissement ? 15092011232317181813597714

Bonjour à tous,

« Alors tu comptes acheter la paire de boucles d’oreilles ? », me demande Gabriel.

Pas dans cette présente existence. Il faut que je paye le voyage à Venise d’abord vu que je me suis inscrite. Et noël approche. Etc, etc…

« Et surtout elles sont atrocement chères, de ton point de vue. »

Il faut que j’arrête de regarder des bijoux de toute façon. Cette phase va durer longtemps tu crois ? Quand je pense que je n’achetais que des bijoux fantaisie…

Et cela me convenait très bien !

« Tu n’as pas de boucles d’oreilles en diamant. Celles-ci t’iraient bien sûrement. »

Elles iraient bien à n’importe qui. Dès que Crésus passera, il les achètera.

« Il vaut mieux mettre de côté pour la voiture, les voyages déjà prévus, garder pour le quotidien… »

Exactement. 

« Tes parents seraient certainement plus rassurés de savoir que tu achètes des boucles d’oreilles onéreuses plutôt que de te voir partir en auto-tour en Nouvelle-Zélande. »

La bonne nouvelle c’est que mon frère parle de partir seul en Chine. Je suis sure qu’ils seront juste un peu surpris.

« Ils se diront que vous êtes deux misérables de leur infliger cela. Comme quand tu es partie à la Barbade 4 jours sans donner de nouvelle parce que ton téléphone s’était bloqué. »

C’est tout près la Barbade, je me demande bien pourquoi ils s’inquiètent à chaque fois ! Deux misérables tu dis, le pire c’est que cela leur ressemble bien…

Bon, de toute façon je n’ai pas encore écarté l’idée du voyage organisé. Car il parait que les routes ne sont pas fameuses en Nouvelle-Zélande, c’est ce que je lis sur tous les guides. J’espère que mon père ne lira pas ça. Jamais.

Mes parents vont être morts d’inquiétude si je pars en auto-tour…

Mais pourquoi tu m’a fait penser à ça !

« Il faut y penser. Tu n’as pas l’âge de ton neveu, tu ne peux pas faire preuve d’une totale inconséquence.

Il faut penser à cela. »

Bon, je ne suis pas opposée à un voyage organisé. Là, ils seront rassurés.

« Et toi ? Tu rêvais de nature et de retour à soi. Voyage organisé, ce n’est pas l’idéal. »

Après m’avoir tannée pour que j’ose me donner les moyens de faire d’un rêve une réalité concrète, voilà le discours que tu me dispenses ?

« Il est important que chacun de tes rêves soient un projet que tu sais pouvoir réaliser à moyen terme. Entends, à moyen terme, pas à long terme.

Tu as pris conscience de ta capacité à te focaliser sur un objectif précis. Que peut-il y avoir au-delà de la Nouvelle-Zélande ? Une jeune femme qui souhaite se voir atteindre des objectifs matériels intéressants.

Nous t’encourageons parce qu’il ne s’agit pas là d’une ambition matérielle mal dirigée. Au contraire.

Alors, plutôt que de fustiger cet intérêt soudain pour les bijoux, regardons ensemble ce qu’ils peuvent représenter. Et arrêtons-nous au plus basique. S’offrir des bijoux est une forme de gratification.

En quoi est-ce une mauvaise chose ? N’est-ce pas là une bonne manière au contraire de reconnaître et approuver son propre parcours ?

Aussi bien spirituel que matériel. Tu te souviens de la raison pour laquelle tu as acheté la première bague il y a quelques mois ? »

Je me souviens. Elle me rappelait qui je suis.

« Et que pensais-tu devant ces boucles d’oreilles ? »

Que ce serait un aboutissement. Je ne sais pas pourquoi…

« Tu te souviens des paroles de ton amie ? Des paroles de plusieurs personnes à ton sujet ? Nous n’allons pas nous étendre, toi tu te souviens.

Tu as toujours su que tu ne t’étais pas trompée en chemin. Voilà pourquoi, tu vois cet aboutissement.

Cela fait quelques semaines que nous abordons un sujet très complexe et nous savons que tu ne comprends pas tout. Il est plus facile pour toi d’avoir des images devant les yeux alors nous t’avons rappelé que ton voyage de rêve était la Nouvelle-Zélande.

Mais, il y a un vrai chemin sous tes pieds là maintenant, même si tu ne vois pas encore où il te mène.

Tu n’as pas besoin d’aller là-bas. Par contre, tu vas avoir besoin de matérialiser cet aboutissement. Même si tu ne saisis pas encore vraiment pourquoi.

Puisque tu poses la question, cette phase bijoux va durer encore un moment. Jusqu’à ce que tu aies acheté ce qu’il te faut. Car ce n’est pas une envie futile.

Ne t’inquiète pas. Tu verras que tu sauras quand acheter le collier puis les boucles d’oreilles. »

Tu as raison je ne crois pas que je comprenne tout…

Cela viendra.

Merci Gabriel. 

Bonne journée à tous ;)

PS : photo prise à Sainte Marie

1234

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause