Accueil Créations Ce que le feu est à la Terre…

Ce que le feu est à la Terre…

12

Ce que le feu est à la Terre... dans Créations 15101104380317181813650366

Bonjour à tous,

« Ton amie a acheté le matériel de dessin. », me dit Gabriel.

Oui, elle y est allée jeudi. J’ai hâte d’utiliser la gomme mie de pain !

« Tu as hâte de la malaxer, comme un anti-stress. »

Oui c’est vrai, je ne savais pas que ce genre de gomme existait, j’en aurais acheté une il y a longtemps lol !

« Tu ne suis pas les conseils du professeur ? Tu ne dessines pas ? »

Moi ? J’ai vu les superbes toiles des quatrième années +++. Ce n’est pas demain la veille que je pourrais réaliser cela. Je vais en cours de dessin pour le plaisir et pour passer de bons moments.

Je ne dessine pas à la maison, je ne dessine jamais. Il dit qu’il faut le faire, qu’il faut s’exercer. Je comprends, toutefois je verrai si j’en éprouve l’envie quand on aura vraiment commencé.

« Il a dit qu’il n’était pas nécessaire de savoir dessiner pour peindre. »

Objectivement Gabriel, je ne pense pas que mon talent spécial se trouve dans la peinture. Je ne le pense vraiment pas.

« Ce serait davantage le cas de ton frère ? »

Il adore tenir un crayon et est très doué pour le dessin.

« C’est vrai. Nous te l’avons dit, il lui manque la folie du génie. Il doit apprendre à concevoir des œuvres qui exprimeront  le regard qu’il porte sur le monde. Il n’y est pas encore. Pour l’instant, il fait de beaux dessins.

Il ne fait pas d’œuvres exceptionnelles. Comme toi avec tes photos. Elles sont jolies. Tu sais faire de jolis clichés.

Tes photos ceci dit, ne se distinguent en rien de celles de bon nombre d’amateurs et tous les cours du monde n’y changeront rien. Tu n’as pas l’œil du génie. 

Ta maman est capable de concevoir des vêtements. Mais là encore, elle reste dans ce qu’elle a vu, ce qu’elle connait.

Quand elle coud, elle fait comme toi avec le scrapbooking. Elle s’exprime dans un cadre limité. Le cadre étroit de ce qui est déjà connu.

Ce n’est pas avec les clichés de plages naturellement superbes que tu pourras exprimer qui tu es.

Ta maman, ton frère et toi disposez de certains talents tous liés à un sens esthétique très développé. Vous avez des cœurs d’artistes.  

Mais vous avez tous les trois une préférence nette pour l’expression intellectuelle directe plutôt que pour l’expression figurative.

Il peut être difficile de trouver sa véritable voie de réalisation. Mais il arrive aussi que vos parcours personnels vous y aident grandement.

Ton frère semble être né avec un crayon entre les mains. La vérité est que depuis petit il aime dessiner. D’où le fait qu’aujourd’hui il puisse reproduire ce qu’il veut.

Ta mère a tenu à ce que sa mère lui apprenne à coudre très tôt. La pratique a fait le reste.

Dans les deux cas, la passion a été et reste le moteur.

La passion est à l’homme ce que le feu est à la Terre.

Le feu peut provenir aussi bien de ses entrailles que de la chaleur du soleil.

Tu vois, c’est une bénédiction de pouvoir entretenir dans sa vie, par des actes matériels, la passion qui réside dans son cœur.

Ce n’est pas la photographie qui te passionne, elle est un moyen d’expression. Une façon pour toi d’exprimer le beau. Tu ne photographies que de jolis paysages. Et tu les choisis parce qu’ils sont jolis.

Ta mère, ton frère et toi avez un sens esthétique très développé et vous avez le même besoin d’exprimer le beau.

Ton frère le fait en réalisant des reproductions quasi parfaites. Ta mère en créant ou reproduisant des vêtements qui semblent sortir tout droit d’une boutique.

Un sens esthétique développé est le signe d’une ouverture spirituelle vers des zones énergétiques différentes de celles qui vous entourent habituellement.

Il s’agit d’une porte vers des dimensions plus élevées. Cela indique donc souvent un niveau spirituel un peu plus élevé que la moyenne.

Vous êtes nombreux à disposer de ce type de portes. Un grand sens de l’équité a un sens similaire par exemple.

En étant objectif envers vous-mêmes, vous vous donnez la chance de vous aimer pour ce que vous êtes. Ce que vous savez être.

Il manque à ta mère et à ton frère ce plus, cette ouverture supplémentaire qui leur permettrait de voir le talent évoluer vers le génie sans la folie destructrice. 

D’une manière ou d’une autre il faut avoir été appelé pour que le travail, l’implication, la compréhension puissent conduire à embrasser le génie avec gratitude.

Un chemin solitaire, dur et ingrat quelles que puissent être les circonstances extérieures car le cheminement intérieur est un voyage qui isole du reste du monde tant que vous ignorez ce qui compose votre monde.

Nous t’avons laissé beaucoup de temps. Nous savons pourquoi. Nous t’avons demandé d’écrire un nouvel ouvrage sur les rêves spirituels sachant que tu te heurterais à ta principale difficulté, accueillir ce qui n’a pas été expérimenté.

Il faut de la force, mentale et spirituelle, pour pouvoir écrire sur ce qui n’a pas été expérimenté. Savoir ce n’est pas connaître.

Il y a des articles que tu as eu du mal à écrire. Ils évoquaient une réalité trop éloignée de la tienne. Comme ceux qui traitent du Milieu.

En fait, il devrait être impossible d’écrire sur ce que tu n’as pas expérimenté. Ou qui ne te touche pas. Ou sur ce que tu n’as pas appris.

Tes lecteurs ne voient pas tout ça. Cependant comment connaître le goût d’un fruit que vous n’avez jamais mangé ?

A priori c’est impossible.

Pourtant tu sais faire cela. La limite à laquelle se heurtent ton frère et ta mère, tu ne la connais pas dans ton domaine de prédilection.

Nombre de personnes dans ton cas cherchent la limite, toute leur vie. Et la passion prend des allures de volcan déchaîné à mesure que les fumées opacifient le ciel et éloignent le soleil.

C’est cela qui est ta difficulté. Nous t’avons laissé le temps d’accepter l’idée qu’il n’y ait pas de limite. Sans cigarette, sans alcool, sans drogue mais avec une discipline de fer en réalité. Sans petit ami, sans repère extérieur, sans gratification concrète non plus.

Le chemin peut être dur, il n’est pas nécessaire qu’il soit violent. Pense ce que tu voudras aujourd’hui, avec un homme à tes côtés il t’aurait semblé violent. »

 Dans tous les autres domaines il y a des limites.

« Nous le savons. »

Comment aurais-je pu ne pas m’interroger ?

« Tu ne le pouvais pas. Tu ne savais même pas que tu avais hérité du don de ta grand-mère. En plus des tiens. »

Elle voyait l’avenir, n’est-ce pas ?

« Elle a tu ses capacités. Toute sa vie. Ou presque. Mais ce n’était pas l’avenir qu’elle voyait. Elle voyait dans le présent. Dans tous les présents. Elle devinait ce qui était tu, caché. Comme toi à l’occasion. »

Moi je vois des choses passées. Ou futures. Je sens les choses au présent mais je vois du passé et du futur. Sans maîtriser.

« Tu n’as jamais essayer de maîtriser. Nous ne t’y avons pas encouragé non plus. Tu n’en avais pas besoin. Tu ne vois pas au présent ? »

Non, je sens mais je ne vois pas.

« Qu’est-ce que tu aimes faire le plus ? »

Trouver des solutions à des problèmes. C’est cela qui me plait. 

« Et comment t’y prends-tu ? »

Ici sur le blog ou au travail ?

« Où es-tu le plus à l’aise ? »

Aujourd’hui ici car finalement j’aime qu’il n’y ait pas de cadre.

« C’est pour cette raison que nous t’avons laissé du temps. »

La vérité c’est que je ne peux pas faire les choses en trois secondes. Si je n’ai pas expérimenté il faut que j’assimile autrement. Ou alors je dois accuser le coup de ce que je découvre. C’est comique.

A priori c’est facile, les informations sont accessibles. Mais à mesure que j’écris je me dis, ah…..

Du coup je m’arrête. C’est plus facile de parler de ce que je connais.

« C’est la raison pour laquelle ce blog ressemble à un journal. Nous savons que tu ne saurais pas écrire autrement. Et c’est pourtant ce que nous te demandons de faire. 

Fais comme si tu t’adressais à tes lecteurs. Que tu voulais leur donner les moyens de comprendre par eux-mêmes leurs rêves spirituels. »

Comment je vais faire pour expliquer à mes proches que je peux parler de choses que je n’ai pas apprises ?

Ils ne croient pas à la médiumnité.

« Ils te croiront, toi. Dépasse tes propres limites. Celles qui sont dans ta tête. Ils te croiront parce qu’ils n’auront pas d’autre choix. »

Merci Gabriel.

Bonne journée à tous ;)

PS : photo prise au Carbet

 

  • Ni Ombre ni Lumière

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie et je vous souhaite la bienvenue sur ce blog. Je…
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
Charger d'autres articles liés
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Les cœurs de San Francisco

    Bonjour à tous, Je suis très contente que la série de cœurs vous ait plu cette semaine. Mo…
  • Déjà mûrs

    Bonjour à tous, « Donc tu as vu de quelle manière utiliser les crayons aquarell…
  • Art médiumnique

    Bonjour à tous, « Tu voulais en savoir plus sur le dessin médiumnique, tu es sa…
Charger d'autres écrits dans Créations

12 Commentaires

  1. crystallia

    7 novembre, 2015 à 18:00

    Ma chère,je ne suis pas sure de le côtoyer souvent non plus en fait…

    Je crois qu’il ne se révèle que quand on est prêt à l’assumer.

    Bise ;)

Consulter aussi

Le commencement de la « vraie » vie

Bonjour à tous, « Donc tu l’as déjà compris, il n’y a pas une voie …