Archive pour novembre, 2015

Avec mon frère

Avec mon frère 15112909580017181813792009

Bonjour à tous,

« L’Inde est une destination qui vous plaira, à l’un comme à l’autre. », me dit Gabriel.

Oui, ou Dubaï par exemple.

« Par exemple. C’est une bonne idée de lui avoir proposé de partir à deux. Et vos parents seront rassurés. »

Lol. Lui aussi avait des vues sur la Nouvelle-Zélande. Mais ça nous reviendrait trop cher. 

« Oui et lui a eu des dépenses imprévues qu’il a dû assurer. Tu as eu raison de tenir ce discours très raisonnable et de lui dire en substance que les vacances étaient faites pour se vider l’esprit et non pas pour se mettre dans les difficultés.

Tu as eu raison de lui rappeler que si vous devez vous serrez la ceinture avant et après, c’est que le choix de la destination n’est pas le bon.

L’inde vous plaira. Ou la Chine. Il y a ce forfait pour Dubaï qui est déjà complet. Seulement il reste des options intéressantes.

Ce voyage en Afrique du Sud aussi vous plairait. Mais ma belle enfant, tu devrais te rappeler que les circuits tour du pays à un tel tarif sont vite complets. »

Mais pourquoi les gens ne vont pas sur les forfaits à 5000 € qui proposent des prestations similaires ? Ils sont énervants les gens à regarder les mêmes forfaits que moi !

Le forfait Dubaï était super, c’est dommage…

« Il y en a un autre, tout similaire à 4000 €. »

Oui, merci Gabriel, je l’ai vu en effet. Ils m’énervent les gens. Ce que je viens de dire d’ailleurs.

« Il faut savoir saisir une opportunité. Nous comprenons qu’il soit rageant de devoir payer 4000 € quand il eut été possible de payer 2000 €. 

Ton frère et toi aimez voyager. C’est une bonne idée de le faire ensemble. Vous semblez ouverts à un large choix de destination et vous êtes déjà accordés sur un tarif convenable pour vous deux.

Il est temps de chercher l’opportunité qui vous ravira l’un et l’autre. D’ici janvier vous devriez avoir réservé. L’Inde est une bonne idée. L’un de vous devrait se rapprocher d’une agence de voyage.

Tu vois, dès lors que la bonne idée est apparue, il faut creuser les fondations puis construire l’édifice.

Vous passerez de bons moments ensemble. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)  

Issue définitive

Issue définitive dans Vie magique 15112804254317181813785663

Bonjour à tous,

Il fait beau, il fait chaud, la mer est bleue et donc tout est parfait. Afin de célébrer ce beau dimanche je vous propose donc un petit exercice de relaxation.

Et pour être sûr que je ne confonde pas encore les exercices, on va demander à l’un de mes guides de nous en suggérer un.

« Qu’est-ce qui se passe ? »

Astaroth ? J’avoue que je ne pensais pas que ce serait toi qui viendrais.

« Aurais-tu perdu le nord ? »

Mais je ne sais pas pourquoi je n’arrête pas de proposer des exercices de relaxation qui ne sont pas des exercices de relaxation.

« Qu’est-ce qui te détend vraiment quand tu es stressée ? »

Parler avec vous.

« Eh bien d’accord. Dis à tes lecteurs de prendre une feuille, un crayon et de discuter avec qui ils voudront. »

Oui mais s’ils n’obtiennent pas de réponse, ce ne sera pas une discussion si personne ne vient à eux ?

« Alors ils n’ont qu’à dire ce qu’ils voudront et dessiner quelque chose ensuite. Par la suite la réponse viendra. »

Pourquoi faut-il dessiner ?

« Pour évacuer les énergies lourdes. »

Ah… C’est un exercice de relaxation ?

« Non, c’est de la magie du Milieu. »

De la magie du Milieu… Et elles vont où les énergies ? Parce que là je me méfie, dans l’ombre on évacue soi-même, dans la Lumière on nous aide mais au Milieu, ça peut rester en suspend si personne ne s’en occupe.  

« C’est vrai elles vont rester en suspend. Jusqu’à ce que vous soyez prêts à en faire quelque chose. »

Je vois, on passe par le Milieu mais pour finir par déployer de la volonté.

« Rien ne devrait vous gêner, il est temps de le comprendre. Les énergies lourdes sont avant tout des énergies disponibles. C’est à vous d’apprendre à les utiliser.

Prenons un exemple simple. Votre voisin oublie systématiquement d’acheter du sucre ou du riz ou autre. Chaque fois qu’il passe il en profite pour rester des heures, déversant tous ses malheurs sur vous et repartant en vous laissant chargé.

Ce n’est pas en faisant semblant de ne pas être à la maison que vous solutionnerez le problème. Il n’y a aucune issue dans la fuite.

Il faut que vous acceptiez d’établir des barrières claires. Ainsi les énergies qui vous plombaient auront été transmutés par vous-mêmes et vous serviront par la suite à construire des édifices durables.

Servez-vous de ces énergies qui vous plombent pour faire comprendre fermement mais sans méchanceté à votre voisin que vous ne pouvez pas être toujours disponible.

Il viendra ensuite moins souvent mais ne pourra vous accuser de rien, vous ne l’aurez pas rembarré violemment.

Il est nécessaire d’apprendre à extraire les matériaux solides de la boue.

Évacuer les tensions c’est bien, mais ensuite ? Devant un problème il faut chercher la solution. Et la solution ne peut être que l’issue définitive. »

Merci Astaroth.

Bonne journée à tous ;)  

Crésus

Crésus 15112710513017181813784529

Bonjour à tous,

« Tes rêves ont changé ma douce Sylvie. », me fait remarquer Elémiah.

J’ai beaucoup aimé le dernier. Je gagnais au loto !

« Tu ne vas pas gagner au loto. En outre il s’agissait d’un rêve spirituel. »

Je sais, j’avais compris.

« Il te parlait de ce qui n’est pas forcément clair et évident à vingt ans et qui peut le devenir par la suite. Ou pas. Nous t’avions dit qu’il y avait des avantages à commencer sa vie d’adulte par un éveil spirituel.

Tu ne peux que constater que nombre de tes connaissances et amis d’enfance d’université semblent plutôt bien lancés dans leur vie matérielle.

A priori, il y a de sérieux avantages aussi à faire comme tout le monde. »

En ce qui me concerne, rien n’était clair et évident à vingt ans. C’était l’âge de l’opacité. Je ne savais pas ce que je voulais faire de ma vie, je savais juste qu’il faudrait que je travaille. Un jour. A l’époque je faisais des études.

J’aimais la vie estudiantine. A la maison il y avait des problèmes. Mais personne autour de moi n’était obligé de le savoir.

Globalement c’est une période que je ne regrette pas.

« Tu as un esprit indépendant. Alors tu préfères le système de la fac au système scolaire. »

Je déteste le système scolaire. Qui ressemble au monde de l’entreprise. Dans le sens où il y a toujours quelqu’un à qui il faut rendre des comptes.

« Ta mère te dit souvent, avec amusement, que tu ressembles à la petite fille que tu étais. Elle a raison, tu ne changes pas. »

Je croyais que personne ne changeait.

« A la fac tu faisais littéralement tout ce que tu voulais. Nous savons que tu voudrais pouvoir vivre comme ça à nouveau et ce jusqu’à la fin de ta vie.

Beaucoup d’adultes y renoncent devant la difficulté que peut réclamer la mise en place d’une telle réalité. Petite Sylvie qui préfère voyager en dépensant des fortunes plutôt que de payer un logement et tous les frais afférents.

Mais est-ce vraiment cela, le choix de la facilité ?

Tu as fini ton livre de cuisine ? »

Bien sûr que non. Je n’ai qu’une vingtaine de recettes pour l’instant. Lauviah m’en a demandé cinquante. On est loin du compte !

« Tu pourras créer cinquante recettes ? »

Au départ je doutais, maintenant que je suis lancée, je sais que oui.

« Est-ce difficile ? »

Non, c’est un projet personnel agréable parce qu’il est facile à réaliser, créatif et en plus il satisfait ma gourmandise. C’était une super idée, je vous en remercie.

« C’est donc si facile d’élaborer des choses nouvelles ? »

J’ai cinq intolérances alimentaires moi. Je suis rodée maintenant. Il vaut mieux. Tu as vu le prix de certains produits au magasin bio ? Comment pourrais-je continuer à voyager en dépensant joyeusement si je devais mettre autant d’argent dans tous ces produits ?

La créativité est une grande qualité. La curiosité également.

« Cette version du gâteau à la carotte te plait. »

Jamais je n’aurais cru que ce serait aussi bon. J’avais peur, je voulais rester au plus près de la recette originale. Puis je me suis dit que j’allais plutôt suivre mon idée et j’ai bien fait.

« Tu te souviens de cette femme qui avait dit en parlant de certains plats sans gluten, c’est mauvais au goût mais c’est bon pour la santé alors on mange quand même ? »

Ce raisonnement dépasse mon entendement, je l’ai déjà dit.

« Il faut parfois apprendre à forcer les barrages du mental et du conditionnement. N’avais-tu jamais entendu avant, c’est bon pour la santé donc il faut manger quand même ? »

Si, je n’adhère pas. Je hais les choux de Bruxelles. La personne qui me fera goûter un plat à base de cet aliment que je pourrais avoir envie de manger n’est pas née, je le sais avec certitude.

Quand bien même demain on me dirait que c’est un super-aliment, je n’en mangerai toujours pas.

« D’autres fois le terrain est favorable pour que les barrières puissent tomber, une à une. Tu te souviens que ta maman t’obligeait à manger de la purée quand tu étais enfant, en disant que c’était bon pour la santé ? »

Jusqu’à aujourd’hui je déteste la purée.

« Exactement. Et jusqu’à aujourd’hui tu restes imperméable à l’argument bon pour la santé si vraiment quelque chose ne te plait pas. »

J’ai fait des efforts, je mange des carottes et des haricot verts maintenant. Et j’ai mangé des petits pois hier.

« Et des brocolis ? »

Beurk.

« Il faut en faire de la soupe. Fais de la soupe avec les aliments que tu ne peux pas manger seuls. »

Oui, je sais qu’on peut tout adapter en cuisine en fait.

« Exactement, tu le sais car tu l’as compris. Dans ta tête il n’y a pas de porte fermée devant toi. Tout te semble possible, si tu le veux.

Même cinquante recettes ce n’est pas dur. »

J’ai déjà quelques idées et je sais que d’autres viendront.

« Aurais-tu pu faire cela à vingt ans ? »

Je ne savais pas faire cuire un œuf à vingt ans. Je suis venue tard à la cuisine. Et de toute façon je ne savais rien faire d’autre que du shopping à vingt ans. Sérieusement. C’était mon activité préférée en dehors des cours.

Mes copines faisaient toutes du sport en salle, pour garder la ligne surtout, seulement je n’avais pas ce problème alors. Ce qui m’arrangeait vu que je n’aimais pas le sport.

Je mangeais mal hors de la maison, essentiellement tout ce que les médecins déconseillent. A côté de la fac il y avait tous les snacks et fast-foods du centre ville de Marseille. 

Mais surtout, sur le Vieux-Port il y avait Haägen-Dazs. J’aimais finir mes virées shopping par une glace, même l’hiver. 

« Et la spiritualité ? »

Quand j’avais vingt ans ? Ce doit être la période à laquelle j’ai réalisé que la bible avait été écrite et surtout compilée par des hommes et où j’ai compris que Dieu n’existait pas.

« Quand est-il revenu dans ta vie ? »

Il est d’abord revenu parce que j’avais besoin d’une béquille, je m’en suis rendue compte au bout de quelques jours. La science ne me suffisait pas, ma petite prière du soir me manquait. Oui parce que je priais tous les soirs depuis qu’à seize ans une de mes prières avait été exaucée. J’avais pu intégrer l’école que je voulais alors que j’avais de grandes chances d’être envoyée dans une autre. Mais je ne voulais surtout pas y aller, rien que le fait de la voir me faisait déprimer. J’ai prié parce que je ne voyais pas quoi faire d’autre alors que nombre de mes amis recevaient leur affectation pour cette école les uns après les autres…

Bref, cette petite prière me faisait du bien alors j’ai décidé que même si Dieu n’existait pas, j’avais le droit de conserver ma béquille.

« Et c’était suffisant ? »

J’avais d’autres choses à penser. Rapidement est venu la question du, que faire après la fac ? Mais bon, je n’étais pas fermée à tout à l’époque. Après avoir réalisé que la bible ne me parlait pas, j’ai regardé ailleurs. Notamment, je ne sais pour quelle raison, vers le bouddhisme. Seulement il n’y a pas eu de résonnance là non plus.

En lisant le rocher de Thanios, qui m’a un peu rappelé L’alchimiste, je me suis dit qu’il était possible d’avoir une autre spiritualité. Mais je n’ai pas creusé.

C’est après mon éveil que j’ai creusé. Quand j’ai cherché à comprendre pourquoi soudain je faisais des rêves prémonitoires et que je recevais des messages qui se réalisaient. J’avais des flashs au petit matin, dans la journée, quand j’ai commencé à méditer aussi, alors que je le faisais juste pour voir au départ…

Il y a des tas de choses que je ne comprenais pas et je n’obtenais pas de réponses satisfaisantes de tiers que je croisais sur des forums, à quelques exceptions près. Soi-disant que certaines choses n’arrivaient qu’après des années de travail.

Moi je ne trouve pas qu’il soit difficile de faire évoluer la médiumnité ou de sentir la Source. Je n’ai pas de mauvaise rencontre, aucune entité ne s’en prend jamais à moi et quand je cherche je trouve.

J’ai voulu comprendre ce qui se passait puis qui j’étais pour déterminer où je voulais aller. C’était tout ce que je voulais. J’avais besoin de me voir faire comme tout le monde. 

« Et cette béquille aujourd’hui ? »

Je n’ai plus de béquille par contre j’ai trouvé ma vraie foi, c’est mieux. Je n’ai plus besoin de chercher le courant spirituel qui me conviendra. Ma relation au Divin est suffisante pour moi. Je sais que la Source m’aime. Et que je l’aime aussi.

« Et cette direction claire que tu cherchais sur le plan matériel, tu l’as trouvée aussi ? »

Je ne crois pas non…

« Tu la cherches encore ? »

Pas vraiment…

« Cela ne semble pas être une souffrance. »

Une souffrance ? Pourquoi ? Moi je souhaite surtout passer de bons moments. En fait je crois que mes objectifs ont évolué un peu bizarrement.

« Mais encore ? »

Je cherche surtout à me faire plaisir. Le reste…

« Pas de plan de carrière ? »

Ouh la, je pense que ce sera dans ma prochaine vie. D’autant que j’ai compris deux ou trois choses en évoluant dans le monde merveilleux de l’entreprise commerciale.

Je pense qu’il faut prendre soin de soi-même.

« Tu fais nettement moins de shopping. »

J’ai besoin de sous pour voyager. Et pour des choses qui ont du sens pour moi.

« Tu vas acheter le collier ? »

Pas pour l’heure. Je réfléchis encore à la Nouvelle-Zélande. Je ne pourrais pas faire un autotour seule, je me fatigue au volant. Trois ou quatre heures d’affilée presque tous les jours, c’est trop lourd.

Le circuit est plus onéreux mais ce serait la meilleure option. En outre mes parents ne me maudiront pas pour toutes mes vies à venir en me sachant avec du monde dans un pays étranger. Je n’avais pas hâte de dire à papa que j’envisageais de traverser la Nouvelle-Zélande seule en voiture.   

Mais voilà pour moi un tel voyage, ce serait un investissement. Je réfléchis. Je n’ai pas encore renoncé à l’idée. Car il s’agit vraiment de mon voyage de rêve.

On verra. 

« D’autant que tu as déjà deux voyages prévus l’an prochain. »

On n’a qu’une vie. Enfin, tu comprends l’idée.

« Tu as aimé New York ? »

Oui !

« Et faire du shopping sur la cinquième avenue ? Avec des vendeuses sympas qui ont pris le temps de discuter avec toi et de t’offrir des réductions supplémentaires ? Et manger chez un vendeur de rue justement parce que tu avais peu de temps à la fin et que tu ne voulais pas le perdre en t’attablant ? Découvrir que sa viande était cuite à la perfection. Goûter un délicieux smoothie dans un snack healthy ensuite ? »

J’ai aimé tout ça !

« De l’extérieur on pourrait croire que tu ne songes pas à construire ta vie. Mais tu y songes et tu le fais. A ta manière. Pour toi sans plaisir il n’y a pas de voie viable.

Nous savons que si tu choisis d’aller en Nouvelle-Zélande tu trouveras le moyen d’aller. Et sans avoir l’impression d’avoir dû faire un effort. 

Tes collègues t’appellent Crésus. Ce qui te fait rire. Pour toi les choix peuvent résoudre beaucoup de situations difficiles.

Tu es une personne responsable. Chose qui ne paraissait pas évidente à tes vingt ans.

Tu veux une maison, tu veux voyager et tu veux des bijoux. Cela t’arrangerait bien de t’appeler Crésus. Seulement tu te dis qu’en faisant les choses une par une tu trouveras bien une solution.

Car tu trouves toujours une solution.

Le chocolat chaud était bon ce matin, Sylvie qui ne mange pas de lactose ? »

Délicieux. Il ne faut pas s’arrêter à de petits obstacles comme cette intolérance au lactose lol !

« Le manque d’argent est pour certains un obstacle de taille. »

Il n’y a qu’une seule solution en attendant de trouver une solution pérenne, il faut contourner l’obstacle. C’est tout. Il faut se renseigner sur tous les programmes sociaux dans sa commune, en fonction de sa situation etc…

Il faut faire toutes les démarches possibles. 

« Cela demande beaucoup d’énergies. »

La volonté est un super carburant pour l’énergie. Quand on est fauché, il vaut mieux en avoir. C’est comme ça que j’ai pu aller faire du shopping sur la cinquième avenue. Si j’entretenais des projets de voyage en continuant de vivre normalement, je ne pourrais profiter de rien.

Je n’ai finalement pas pu aller en Guadeloupe ce mois-ci, j’étais trop juste. Mais je me dis que c’est partie remise.

Et le fait de remettre ce voyage m’a permis d’équilibrer mon budget.

C’est ce que je disais, certains choix peuvent nous sauver de situations difficiles. Il arrive que le choix lui-même soit difficile. Mais il faut voir où se trouve son intérêt. 

« En outre tu iras en Guadeloupe au moment de ta prochaine croisière. »

Oui, je voulais faire un court séjour avant en fait.

« Tu as réussi à tout équilibrer finalement, la lumière, le milieu et l’ombre. A vingt ans un tel parcours spirituel ne se serait pas laissé deviner non plus.  

Bon, quand comptes-tu finir le livre de cuisine au juste ? »

Je ne sais pas. Je verrai bien !

« Amuse-toi bien. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)

Le sourire aux lèvres

Le sourire aux lèvres 15112203071317181813769769

Bonjour à tous,

L’autre jour en jouant avec Rayon de soleil je me suis cassée un ongle. Pas de drame on est bien d’accord. J’ai continué à jouer avec le bébé.

C’est amusant de le voir évoluer. De vois tous les efforts qu’il fait pour réaliser des gestes qui pour nous sont depuis longtemps de parfaites évidences.

Ma mère me dit, tu as été comme lui. Je me doute, mais je ne m’en souviens pas.

Parfois on a l’impression que les choses sont devenues faciles d’un coup et par conséquent on trouve injuste de devoir lutter en certaines circonstances.

Pourtant dès le départ on a lutté. Et c’est avec un grand sourire aux lèvres que je vois Rayon de soleil le faire.

Bonne journée à tous ;)  

Savoure

Savoure 15112202521417181813769749

Bonjour à tous,

« Tu as définitivement fais une croix sur le charmant jeune homme à ce qu’il semble. », me dit Lauviah.

Tu es là, oui c’est plus simple de me dire que cette porte là devait juste s’entrouvrir.

« Il y a tant d’autres charmants jeunes hommes. »

Tout à fait.

« Il ne te dirait pas non encore maintenant. »

Je sais. Et c’est peut-être ce qui rend la chose plus facile en vérité. Contrairement à ce que je pensais au départ.

« Tu as quelqu’un en vue ? »

Ça viendra. Avec moi ce n’est pas un changement d’une semaine sur l’autre comme chez certains. Je trouverai quelqu’un quand je trouverai quelqu’un.

« En attendant tu continues de perdre du poids. »

Lol, pourtant je cuisine plein de pâtisseries en ce moment. J’ai trouvé le régime idéal ! Si j’avais su plus tôt ! 

« Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait dîtes-vous avec sagesse. Sache ceci aujourd’hui, la vie est pleine de surprises. Savoure-les une à une. »

Merci Lauviah.

Bonne journée à tous ;)

Rendre à la terre

Rendre à la terre dans Vie magique 15112202320217181813769709

Bonjour à tous,

Il fait beau, il fait chaud et les oiseaux chantent gaiement. C’est le jour idéal pour se détendre et se relaxer.

Je vous propose donc un petit exercice de relaxation très simple.

Assis en tailleur sur une serviette de bain ou un tapis posé à même le sol, si possible dans votre jardin (je sais que vous ne vivez pas tous dans une zone géographique semblable à la mienne).

Fermez doucement les yeux et visualisez une boule dans laquelle vous placerez toutes vos contrariétés du moment.

Ceci fait, regardez cette boule s’enfoncer dans le sol devant vous et soyez conscients que ce vous rendez à la terre aujourd’hui, vous sera rendu demain d’une manière productive.

« C’est un exercice de relaxation ça ? », me demande Roéchel.

Non ? 

« Certaines personnes ne savent pas ce que rendre à la terre pour transmutation des énergies signifie ou implique. »

Je le fais moi, ça me fait toujours du bien.

« Oui, parce qu’Eledahiel s’occupe de la transmutation à ta place. Il faut dire à tes lecteurs de demander qu’elle soit faite à la Source par exemple, au cours d’une prière, tandis qu’ils regardent la boule s’enfoncer dans le sol. »

Bon, merci Roéchel.

Bonne journée à tous ;)

PS : sur la photo, La Romana en République dominicaine 

Foi en l’humanité

Foi en l'humanité 15112202134417181813769652

Bonjour à tous,

« Alors ton jeune cousin a perdu un ami le 13 novembre ? », me demande Roéchel.

Oui, un jeune homme de 19 ans. 

« Et comment va ton cousin ? »

Il va bien.

« Une de tes connaissances, une vieille amie, ne cesse de mettre des messages plein de rancœur sur facebook. »

Oui, j’ai vu.

« Une autre ne cesse de rappeler que des attentats, il y en a tous les jours, de différentes sortes et que finalement les gens réagissent surtout en fonction de ce qui les touche personnellement. »

Effectivement et je suis assez d’accord avec son point de vue.

« Assez d’accord ? »

Elle aussi elle pointe cela parce qu’elle se sent blessée. Moi je ne me sens pas blessée. J’ai de la compassion pour ceux qui pleurent aujourd’hui les proches disparus. 

Mais je ne me sens pas blessée. La politique c’est spécial. On nous présente souvent des éléments tronqués, quel que soit le thème.

Moi j’aimerais savoir ce qui fait que certains jeunes gens deviennent sensibles à certains discours. Rappelons qu’il ne peut pas y avoir de terrorisme sans argent ni adhésion.

Qui financent tous ces groupes, comment ? Pourquoi leur est-il si facile de recruter ? Il n’y a pas que des crétins avides de soumission qui les rejoignent. Je vois la façon dont on se moque actuellement du fameux logeur de Saint-Denis.

Ce n’est pas en tournant en ridicule une situation que le problème prend soudain moins de place.

Mais c’est souvent ainsi que bon nombre de problèmes politiques ou économiques sont traités. Ils sont tournés en dérision, minorés ou encore présentés comme des états de fait avec lesquels il faut juste composer. Ce qui est dommage mais nous permet de continuer à vivre sans nous poser trop de questions.

Je pense que le vrai terreau du terrorisme ne se trouve pas dans une religion quelconque. Je pense plutôt qu’il faut chercher dans nos sociétés. 

« Pourquoi tant de jeunes gens justement ? Ou jeunes filles ? »

C’est la bonne question. Bon nombre de personnes, souvent jeunes, pensent ne pas pouvoir trouver leur place dans ce monde. 

Il est évident que tous ceux qui ressentent un mal-être ne prennent pas cette direction. Mais je me souviens de ce documentaire dans lequel une jeune fille expliquait avoir rejoint le ku klux klan pour appartenir à un groupe.

Il est facile de séduire des personnes désœuvrées, en recherche d’elles-mêmes, avec le bon discours.

J’entends d’ici, ce sont des fainéants qui n’ont rien fait à l’école et ne veulent pas faire d’efforts. Ou mieux encore, le fameux, ils ne veulent pas s’intégrer.  Admettons, certains étaient sûrement sortis de l’école à bac -2 comme on dit élégamment. D’autres refusent peut-être encore et toujours de manger du porc.

Dans tous les cas, je pense que se focaliser sur Untel ou Untel est un bon moyen de ne pas se poser d’autres questions.

« Des questions que tu te poses ? »

Moi je me souviens de ce cours dans lequel on nous expliquait que la guerre pouvait avoir été perçu à certains moments comme un bon moyen de relancer l’économie. Seulement il s’agit d’une chose difficile à justifier. A moins qu’il n’y ait des circonstances évidentes.

« Cette idée ne te désole pas ? »

Les idées ne sont pas désolantes. Ce sont les attitudes qui me désolent. 

« D’où ta compassion pour ceux qui sont tristes. Mais qu’éprouves-tu pour ceux qui sont en colère ? »

Il n’existe pas de feu qui perdure sans être alimenté. Je n’éprouve rien de particulier pour ces personnes. Je leur souhaite de trouver le moyen d’allumer et d’alimenter bientôt un feu qui éclairera leurs pas.

« Dans quel cours a-t-on pu t’apprendre que la guerre permettait de relancer une économie ? »

Dans un cours d’économie justement. Et en droit international public. Il faut bien que quelqu’un aide les pays en ruine à tout reconstruire.

Évidemment il ne faut pas que la guerre ait lieu sur son propre territoire. Mais ailleurs, ce peut être bénéfique pour les autres belligérants. N’oublions pas qu’il faut pour qu’une politique tienne qu’il y ait adhésion de la population.

Les populations apprécient généralement que l’on aille apporter de l’aide ensuite à ceux que l’on a délivrés. 

« Délivrés de quel joug ? »

De celui de l’ancien ami. En politique…

« Pourquoi certains sont-il prêts à s’enflammer en présence des ennemis que l’on leur montre ? »

Parce que les braises couvaient en réalité. Ce n’est pas dur d’alimenter ce feu-là. Vois par exemple comme les ragots se propagent facilement quand les bonnes actions sont répétées une ou deux fois. 

« Comment éteindre ces braises ? »

En allumant et alimentant un autre feu, ailleurs.

« Allume-moi un feu, quel sera ton comburant ? »

La foi en l’humanité disons.

« Et quel sera le carburant ? »

La compassion.

« Tu n’as pas dit l’amour. »

Non, je te redis, la compassion.

« Passe une belle journée. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)  

Le gâteau râté

Le gâteau râté 15112201100517181813769529

Bonjour à tous,

Bon, l’essentiel est dans le titre. Le pire c’est qu’il est délicieux, seulement il est en miettes.

« Tu recommenceras voilà tout, inutile d’en faire un drame. Reprends l’idée puisqu’au goût le résultat est plaisant. Mais comme ta mère te l’a dit, rajoute du liant. », me dit Sammael.

Je voulais un gâteau sans œufs.

« Tu as mis trop de bananes. »

Bon, je vais revoir la recette.

« Oui, une prochaine fois. Ce n’est pas urgent, tu sais déjà que le résultat sera bon au goût. Ne te casse pas la tête, ce n’est pas parce que tu le refais dans 15 jours plutôt que demain qu’il y a un souci.

Fais la glace plutôt. »

Oui tu as raison. Et les pommes, il est temps que je dessine les pommes.

« Tu es décidée finalement ? »

Oui, je vais faire le dessin. Si je refuse de dessiner je n’ai plus de raison d’aller en cours or j’aime bien y aller.

« Quel est le vrai problème ? »

Quand je vois les dessins des autres élèves…

« Quand certains en te lisant ont pu récemment voir avec quelle aisance tu décryptes les rêves ils ont pu se dire, jamais je n’y arriverai.

Pourtant, tu es la première à savoir qu’avec de l’entraînement et de la méthode, tout le monde peut y parvenir.

Le dessin c’est la même chose. D’autres sont passionnés, dessinent depuis longtemps. Ou sont plus doués.

Peu importe. Le travail paie toujours. »

Merci Sammael.

Bonne journée à tous ;)  

Investir autrement

Investir autrement  15112202191717181813769085

Bonjour à tous,

Aujourd’hui Rayon de soleil était à la maison. Il n’a pas encore un an mais il parvient déjà à courir partout avec ses deux petites jambes. 

Il me fait rire, il est trop mignon. A cet âge il pleure nettement moins qu’au tout début, quand je le surnommais très justement, Ouin-Ouin. 

On dirait déjà un vrai petit garçon maintenant, le temps passe…

Je n’ai pas encore décidé quel cadeau lui offrir pour la fin de l’année mais je constate qu’il aime un certain type de jouets, cela me donne des idées.

J’y songe et en même temps je ne peux m’empêcher de penser à un article que j’ai lu récemment. Une blogueuse expliquait que son époux et elle avaient pris la décision d’adopter un style de vie minimaliste.

J’avoue que jusque là je n’avais entendu parler de cette notion qu’au travers les garde-robes minimalistes. Que je n’ai absolument jamais eu envie d’envisager pour moi-même.

A l’inverse totale de cette mouvance, ma propre manière de voir les choses est, pourquoi se contenter d’un unique sac quand on peut en avoir toute une collection ?

Bref, c’est de loin et avec la plus grande méfiance que je regardais d’autre réduire leur dressing à la portion congrue (deux pantalons, une robe, une veste, vous voyez l’idée).

Moi qui au contraire ai toujours l’impression qu’il me manque un sac ou une paire de chaussures…

Néanmoins je dois reconnaître que ses arguments au sujet des cadeaux de noël ont su me trouver.

Elle expliquait que son époux et elle songeait à s’offrir et à offrir à leur fils davantage d’expériences mémorables que de présents qui s’accumuleraient dans la maison.

Comme par exemple un beau voyage en famille au moment de noël. 

Pour être honnête, noël pour moi est le second moment de l’année où je me retrouve devant cette foule de paquets à ouvrir et rien ne semble plus plaisant que cet instant où nous offrons et recevons des présents.

Bien sûr chaque année nous nous demandons aussi à qui ma tante va offrir le cadeau le plus pourri mais c’est une autre histoire.

Pour en revenir au sujet, nous avions dans ma propre famille envisagé un temps l’idée d’une croisière en famille à noël. Et je dois dire que si en raison du coût, cela impliquait de recevoir moins de cadeaux que d’habitude, je serais ravie quand même.

Je me souviens de ce noël que nous avions passé en Suisse alors que j’avais 15 ans. Un très agréable souvenir encore aujourd’hui. 

Du coup je me dis que ce serait bien d’offrir de tels souvenirs à Rayon de soleil à mesure qu’il grandira. Mais pour nous également.

Aussi, bien que l’idée d’un mode de vie minimaliste ne me séduise pas dans son entier, je veux bien admettre que l’idée d’investir dans des éléments significatifs me séduit.

C’est la raison pour laquelle je me suis rendue dans une agence de voyage et que j’ai demandé combien me coûterait un circuit de trois semaines en Nouvelle-Zélande.

Je ne me suis pas évanouie en entendant la réponse. Car au fond beaucoup de possibilités résultent en fait de choix pesés.

A moi de voir ceux que je me sens capable d’assumer. J’ai gardé le catalogue, je me dis pourquoi pas. Je me dis que peut-être c’est avant tout une question de gestion.

Je ne veux pas faire de prêt pour payer des vacances. Soit je peux partir soit je ne peux pas.

J’attends janvier pour déterminer si un tel voyage ne serait pas un choix trop lourd à assumer et je prendrai ma décision à ce moment-là.

« Une attitude responsable, c’est bien. », me dit Gabriel.

Je ne t’ai même pas senti arriver.

« C’est une belle idée de vouloir t’offrir des expériences au lieu d’un nouveau Longchamp ou Furla ou Armani ou Ralph Lauren ou Calvin Klein. Entre autres. »

Je précise que j’ai acheté tous ces sacs dans des conditions telles qu’il eût été de la folie de ne pas céder à la tentation. Des promotions que vous n’imaginez pas…

« Sylvie, reine du shopping. »

Tu es dur. Et puis vous n’arrêtez pas de dire qu’il faut se faire plaisir.

« Tu as décidée de te faire plaisir différemment on dirait. »

Je dois reconnaitre que j’ai remarqué que le fait d’accumuler des objets ne me satisfait pas. Alors que quand j’achète ce dont j’ai vraiment envie, je me sens bien. Et c’est pareil avec les voyages. Vivre de belles expériences me fait du bien.

C’est pourquoi je trouve que le fait de faire moins de shopping et plus de voyage a du sens. 

« Il est possible de faire les deux, différemment. Les choix peuvent prendre en compte plusieurs critères. 

Mais clairement il apparait que tu as mûri. C’est bien. Nous entendons moins de plaintes et voyons plus de réflexions.

Laisse-nous t’aider. Il n’est pas nécessaire de se priver, il suffit d’établir des priorités. En prenant soin de consacrer chaque mois une petite somme à un ou plusieurs achats en apparence dénués de sens profond. Tu te rendras compte que cela est en fait indispensable et permet d’assumer ses choix plus facilement.

Tu as fini ton livre de cuisine ? »

Tu plaisantes, j’avance. Mais il est loin d’être fini.

« C’est un projet qui t’amuse. C’est bien. Qui sait ce qu’il en résultera. Tu verras bien. »

Merci Gabriel.

Bonne journée à tous ;)

Amour, justesse et volonté

Amour, justesse et volonté 15112101261717181813766446

Bonjour à tous,

« Finalement tu t’en sors bien ce mois-ci financièrement. », me fait remarquer Ariel.

Oui c’est drôle, je n’aurais pas cru ! 

« Tu savais que tu devais faire attention, tu as géré en conséquence. »

Oui, tant mieux ! 

« Tu t’en sors toujours bien quand il te manque quelque chose. Tu trouves toujours une parade, quoi qu’il puisse te manquer. Comme quand tu as écrit un livre d’interprétation pour tes cartes parce que tu n’avais pas les moyens d’en acheter un.

Il est important à certains moments de se poser et de faire des recoupements en regardant le passé et le présent. Cela permet de comprendre les choix d’avant incarnation et donc son propre chemin.

Cela permet de comprendre le pourquoi de certaines difficultés. Manifestement tu fais partie des personnes qui se découvrent dans le besoin.

Aujourd’hui il est temps d’opérer une transition en tenant compte de ce que ton parcours t’a appris.

Il est temps de reconnaître tes propres forces et de voir de quelle manière elles peuvent t’être utiles. Vous pouvez tous le faire.

Arrive un moment où l’enfant a largement reçu l’enseignement dont il avait besoin. Il lui faut alors mettre en pratique ce qu’il a compris.

Cela fait quelques temps que nous t’amenons doucement vers cette transition. Tu as besoin de t’accomplir au travers tous les aspects de la matérialité, c’est bien normal.

Sers-toi de ce que ton enseignement spirituel t’a apporté, comme tu as su te servir de tes diplômes pour trouver du travail.

La spiritualité sert à vivre dans votre monde et non pas simplement à élaborer des théories, tu le sais déjà.

Un modèle peut se décliner en fonction des besoins du moment. Tu sais aujourd’hui comment contourner ou déplacer un obstacle, c’était à l’évidence le cœur de ton enseignement. 

Tu sais comme les apparences peuvent être trompeuses et que finalement une faiblesse peut s’avérer une force.

Tu as les outils, bâtis la maison.

Souviens-toi que chaque brique doit être un juste mélange d’amour, de justesse et de volonté. Sans cet équilibre parfait, la maison ne tiendra pas et il faudra recommencer indéfiniment. 

Tu sais comment trouver cet équilibre. Aujourd’hui pour toi-même tu le sais. Pour preuve, tu as su faire en sorte de ne pas te laisser plomber par des dépenses imprévues. Sans jamais perdre ta bonne humeur ce mois-ci, nous l’avons bien remarqué.

Continue. »

Merci Ariel.

Bonne journée à tous ;)

123

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause