Archive pour février, 2016

Ni drame ni complication

Ni drame ni complication 16022703214517181814010850

Bonjour à tous,

« Alors, la collègue à qui appartient la bouilloire, qui possède également un thermos, s’intéresse au tien. Et à la marque de ton thé. »

Tu avais raison Eledahiel. Comme toujours. 

« Sais-tu quel thé elle boit ? »

Non.

« Non, tu ne sais pas. De quelle couleur est son thermos ? »

Je ne sais pas non plus.

« Mais elle, sait quel sac tu utilises. »

Heureusement que j’avais ce vieux sac fourre-tout…

« Et non pas un Lancel neuf. »

Moi je ne pensais pas à mal. J’avais besoin d’un sac pour ranger mes affaires. Parce que contrairement à elle par exemple, je n’aime pas que les placards de mon bureau servent de garde-manger.

« La semaine prochaine tu vas acheter quel thé ? »

Peut-être sauge, c’est bon. Sinon j’ai repéré vanille, cannelle et caramel.

« Disons sauge. »

Lauviah non plus ne m’a pas encouragée à prendre vanille, cannelle et caramel.

« Amène des biscuits. Comme tu fais déjà pour le goûter, dans ta petite boite. »

Même ma petite boite amuse les collègues. Elles mettent leur gouter dans du papier. Elles voudraient des boites aussi maintenant…

« Beaucoup de gens n’imaginent pas combien tu peux être organisée. Certains blogueurs travaillent la nuit pour créer leur contenu. Petite Sylvie qui a tout ce qu’il faut dans son sac pour prendre le thé confortablement.

Toi tu programmes tes articles maintenant. Le blogging a aidé la médium que tu es. A plusieurs niveaux. Il s’agit de pouvoir écrire des articles intéressants. Tous les blogueurs le savent, c’est là que se situe la difficulté.

Il n’y a pas de blogueur à succès qui ne soit pas organisé ou qui n’ait pas appris à s’organiser. Ce n’est pas possible.

La vérité est que tenir un blog journalier est un travail. 

Quand les collègues te voient ouvrir ton sac, ils pensent peut-être que de toute manière tu n’as rien d’autres à penser. Alors que c’est l’inverse, il fallait penser à se faciliter la vie de cette façon. Tout sur soi, tout avec soi.

Comme quand tu es la seule personne à sortir un parapluie de ton sac au départ d’une averse ou que tu es la seule à avoir songer à apporter ton fil dentaire en vacances. Par contre tu n’amènes jamais de savon. »

Il y en a dans tous les hôtels. Je n’amène pas de serviette non plus. En revanche, je n’oublie plus mes bouchons d’oreilles pour l’avion et j’ai acquis un oreiller de voyage. Autour de moi tout le monde rit toujours en me voyant me préparer.

Mais laisse-moi te dire que j’entends nettement moins de rire quand je suis la seule à avoir songer à apporter ceci ou cela.  

« Comme la crème pour les mains au bureau. »

Tout le monde se plaignait d’avoir les mains sèches à cause de la clim, mais il y a une solution simple !

« Nous avons déjà parlé du fait que tu es organisée. A quoi cela sert-il d’être organisée ? »

Cela laisse de la place à l’impulsivité. On peut plus facilement agir sur un coup de tête quand on sait ce que l’on a de côté.

C’est comme avec le blogging. C’est un choix. Personne ne nous force. Mais il y a le travail, la vie et les journées ne sont pas élastiques. Certains soirs la fatigue est là aussi.

Il faut s’imposer une certaine discipline. C’est l’autre manière de déployer sa volonté je dirais. Il ne s’agit pas d’obtenir quelque chose mais plutôt de faire en sorte que les choses se déroulent comme on le souhaite.

« Cette discipline, est-elle difficile à tenir ? »

Il faut savoir pourquoi on tient un blog par exemple. Le jour où c’est le flou, on n’y arrive plus.

Il faut savoir pourquoi certaines choses nous tiennent à cœur.  Moi par exemple, j’aime mon cocon. Alors j’aime avoir avec moi ce dont j’ai besoin. Voilà pourquoi j’ai mon sac à thé on va dire.

J’ai appris qu’il y a beaucoup de choses qu’il faut faire d’abord pour être bien, soi.

C’est ce qui sous-tend cette discipline en ce qui me concerne.

« L’envie d’être bien. »

Voilà.

« Ce qui explique que certains weekends le lit soit fait très tard. Ce qui compte c’est qu’il soit fait. »

Lol, c’est ça ! 

« C’est ce qui explique aussi que dimanche soir tu saches tout ce que tu porteras dans la semaine. »

Moi j’ai des horaires de bureau. Quand je rentre le soir, ce n’est pas pour me demander ce que je vais porter le lendemain. Encore moins le matin entre la douche et le petit déjeuner.

Si je peux éviter les pertes de temps, je le fais. Avec des horaires de bureau, il ne reste que des miettes à côté des heures de sommeil. Un peu le matin, un peu le soir et c’est tout.

Ce temps-là doit être optimisé. C’est ainsi que je vois les choses. Il arrive que le matin je n’ai pas envie de porter ce que j’avais prévu. Ce n’est pas grave, rappelons que l’organisation permet l’impulsivité.

J’ai toujours de quoi changer d’avis au dernier moment, sans drame ni complication.

« Le thé à la sauge est une bonne idée. Tu iras voir s’il en reste au magasin bio. »

Je passerai la semaine prochaine, merci à toi.

Bonne journée à tous ;)  

Bon dimanche !

Bon dimanche ! dans Détente 16022203410817181813994996

Bonjour à tous,

Il fait beau, il fait chaud et je vous souhaite un bon dimanche !

Bise à tous ;)

Les 3 questions

Les 3 questions 16022203341117181813994993

Bonjour à tous,

« Quelle belle journée n’est-ce pas ? », me demande Haniel.

Oui.

« Une page se tourne chaque jour pour vous mais de temps en temps, un chapitre se clôt, un autre débute.

Plus rarement encore, apparait la fin d’un livre.

On dirait que cette année marque un nouveau départ pour certains membres de ta famille et l’heure de la réflexion pour d’autres.

Il y a quelques années tu te demandais comment certaines personnes parvenaient à vivre comme elles le font financièrement. Aujourd’hui tu le sais. Tout est affaire de choix. »

J’entends bien. Il y a des choix que je pourrais faire aussi. Que j’aurais pu faire aussi. Mais encore tout à l’heure, mon tirage me conseillait d’attendre avant de déménager.  Il y a cette opportunité pourtant, dont on m’a parlé.

« Cet appartement est trop petit. Mal situé car trop loin de ton travail. Ta voiture a déjà quatre ans. L’endroit n’est pas suffisamment ressourçant pour toi. Tu es le genre de personnes qui s’épuise au milieu d’une foule. Autant d’embouteillage chaque jour te serait difficile. La vue sur la mer est belle. Mais il y a tout aussi joli et bien mieux situé pour toi. »

Oui, mais pas au même prix.

« Regarde toujours vers le haut, pas vers le bas. Quelle est la bonne question à te poser ? »

De quoi ai-je vraiment envie ?

« Toujours. C’est la première question. Ensuite, quelle est la seconde ? »

Qu’est-ce qui me conviendrait vraiment ?

« Tout à fait et en dernier lieu ? »

Est-ce le bon moment ?

« Tu as mis plus de temps à trouver la réponse. Tu peux remercier Elédahiel. »

Lol.

« De quoi as-tu envie ? »

Je veux être chez moi.

« Qu’est-ce qui te conviendrait ? »

Une maison avec un jardin. 

« Et une piscine parce que tu as besoin d’eau. Et de cette manière tu n’as plus besoin de vue sur la mer. »

Je préfère pas de piscine et une vue sur la mer.

« Tu ne sens pas le besoin d’eau ? »

Si.

« Et de verdure ? »

Aussi.

« Donc un jardin avec piscine. Est-ce le bon moment ? »

Non. Je ne suis pas encore prête à m’endetter à ce point. 

« Tu préfères voyager encore un peu. Ou alors tu réalises que tu refuses tout simplement de devoir choisir. »

C’est plutôt le second choix.

« Admettons, c’est la raison pour laquelle tu voudrais mieux gagner ta vie. Afin qu’arrive plus vite le bon moment. Tu ne te dis pas que ce monde est injuste, tu te demandes comment obtenir ce que tu veux. Qu’est-ce que tu pourrais mettre en place de manière concrète.

Autour de toi d’autres ont fait des choix différents, incapables de se dire qu’il valait mieux attendre d’avoir pu faire évoluer la situation.

C’est un choix qui est même plutôt courant. »

Je pars du principe que c’est à chacun de savoir ce qui lui convient. Sur le plan matériel, je sais qu’attendre ne m’apporte quasiment rien. Je regardais un collègue se démener pour trouver un travail à sa fille étudiante pour les vacances. Chez moi ce n’était pas comme ça, je n’avais pas de parent qui pouvait me trouver du travail. Ils me disaient plutôt de me débrouiller. J’entendais ce même collègue rassurer sa fille qui avouait craindre de découvrir le monde de l’entreprise. Chez moi, là encore c’était un autre son de cloche. Je m’en souviens.

Je pourrais passer vingt ans à attendre tranquillement que les choses s’arrangent ou avancent sans jamais constater la moindre amélioration. Je fais plutôt partie des gens qui ont intérêt à être entreprenant.

« Comment ça se passe avec le chocolat ? »

J’ai décidé de me cantonner à certaines marques parce que, cela n’allait pas justement. Et comme Dieu m’aime, je ne peux pas être intolérante aussi au chocolat. Je savais qu’il fallait juste que je fasse plus attention à la liste des ingrédients. 

« Et si tu étais intolérante au chocolat ? »

Je ferais sans.

« Oui, tu ferais sans. Le choix intéressant peut être le choix le plus difficile. Le déni peut paraitre plus simple. Tu le sais aussi puisqu’il t’a fallu un bon mois pour accepter de stopper le gluten.

Ce n’est pas le bon moment pour déménager. Pars tranquillement en vacances. Il faut aussi savoir vous faire confiance. »

Merci Haniel.

Bonne journée à tous ;)

Le partage

Le partage 16022212290117181813994467

« Il est toujours plus sain de partager ses victoires, de faire profiter du fruit de ses efforts, que de se retrouver seul devant le festin.

Souviens-t’en toujours. Sans te soucier du fait que la sagesse en revanche, ne se partage pas si aisément. »

Roéchel pour Sylvie.

 

Le cœur et la raison

Le cœur et la raison dans Amour physique 16022105104517181813991552

Bonjour à tous,

« Certains hommes dans ton entourage pensent qu’il faut avoir de l’argent pour sortir avec toi. Et que tu dois être une peste ensorceleuse. », me dit Elémiah.

Je ne sais pas où ils ont pu prendre de telles idées. Et pourquoi une peste ?

« Ensorceleuse. »

Ok, ça je crois que je vois d’où ça peut venir…

« Tu crois ou tu es sure ? »

Disons que je suis sure.

« Donc tu vois en quoi tu peux être une peste ? »

Je préfère le mot capricieuse.

« Une capricieuse qui demande avec le sourire. Une ensorceleuse. »

Ce point-là ne me gène pas.

« Non ? »

Non. Je ne vais pas changer de personnalité.

« Très bonne réponse ma belle enfant. Mais au sujet du premier point soulevé ? »

Je ne comprends pas d’où vient cette idée. Ce n’est pas comme si quiconque pouvait apporter la preuve que je recherche un homme qui a de l’argent. C’est un mystère. Même ma mère pense que c’est sûrement ce qu’il me faudrait.

Je travaille, je ne demande rien à personne. Je ne me souviens pas avoir demandé de l’argent à qui que ce soit ces dernières années. Alors vraiment, je ne comprends pas.

Même quand j’étais totalement fauchée et que plusieurs hommes m’avaient laissé entendre que si je voulais ils pouvaient s’occuper de moi, j’ai perdu mon appartement plutôt je te rappelle.

Encore il y a quelques temps j’ai rencontré un type qui a laissé entendre ouvertement que cela ne le dérange pas de sortir avec une femme qui aime les beaux cadeaux.

Tu m’as vu demander à un homme de m’offrir un sac ? Une seule fois ?

Je ne comprends pas, ce n’est pas comme si une seule personne pouvait prouver que je me fais offrir des cadeaux.

Je ne suis pas une prostituée. Je ne sors pas avec des hommes parce qu’ils ont de l’argent.

« Tu as un côté princesse inaccessible pour certains. »

Pour les hommes qui ne m’intéressent pas. Je sais comment paraitre moins inaccessible quand un homme me plait.

« Tu crois en ton pouvoir de séduction. »

C’est normal, c’est une nécessité. Ou alors je n’aurais pas évolué depuis mes seize ans.

« Tu as également foi en la personne que tu es. »

Oui, c’est mieux. Comme ça je me sens bien avec moi-même. 

« Il est vrai que tu ne recherches pas un homme qui aurait de l’argent. Et que recherchent ces hommes-là ? »

C’est à moi que tu demandes ça ? Je ne sais pas.

« Tu en as croisé quelques uns. »

Apparemment, une femme avec laquelle s’entendre. C’était ce qu’ils recherchaient. Ils préféraient une femme qui travaille mais étaient prêts à se montrer généreux si on s’entendait bien.

« Ils ne recherchaient pas l’amour ? »

Ce n’est pas ce que j’ai entendu, plutôt quelqu’un avec qui s’entendre. Un peu comme dans ces histoires où les gens se mettent ensemble parce qu’ils ont chacun trouvé ce qu’ils voulaient.

« Ce type de relations ne te correspond pas. »

Je le sais parfaitement. 

  »Cela peut correspondre à d’autres. »

Je le sais aussi.

« Ta maman ne te voit pas dans ce type de relations. Par contre elle te voit bien avec un homme qui aurait de l’argent. Voire qui serait riche. »

Pourquoi ?

« Je ne vais pas répondre à ta question. Par contre, je voudrais te poser une question. Si lors de la croisière à Venise tu as l’occasion de t’offrir un superbe sac, tu l’achèteras ? »

Bien sûr. J’achète tout ce que j’ai les moyens de m’offrir du moment que ça me plait lol.

« A quoi reconnait-on un sac bien fini ? »

Aux finitions voyons. Tout doit être impeccable, aucun fil ne doit dépasser, toutes les coutures doivent être parfaitement droites.  En outre, tous les détails doivent être de qualité, on repère vite le sac bon marché devant des détails grossiers. Je n’ai jamais, jamais compris, que l’on puisse acheter un vêtement ou un sac qui présente des coutures approximatives par exemple. Le plastique qui sent le plastique ne donnera jamais l’illusion du cuir. Pour ma part d’ailleurs je fuis devant un sac ou des chaussures imitation cuir qui sentent le plastique.

Un sac bien fini est doublé, dans un textile de qualité. Un sac intéressant a des poches utilisables. Plusieurs. Les fermetures éclairs intérieures sont solides et présentent des détails qui se remarquent positivement.

Et les années passent, passent, le sac ne bouge pas. La doublure intérieure ne se déchire pas.

La qualité coûte plus cher, pas forcément très cher mais toujours plus cher. Seulement, on se retrouve. 

« Tu achètes aussi de jolis sacs pas chers. »

Oui, dès que bien-coupé-qui-ne-sent-pas-le-plastique apparait, je ne boude pas mon plaisir. Mais dans ces sacs là il y a moins de poches et moins de belles doublures intérieures.

« Ta préférence va donc aux belles pièces. »

Toujours, je le confesse sans difficulté.

« Le mieux c’est que tu attendes de trouver l’amour. »

C’est ce que je me dis aussi.

« Mais, ta maman a raison. Tu seras mieux avec un homme qui partage tes points de vue sur le plan matériel. Tu te rendras compte que c’est très important en réalité. Cette convergence est importante.

Tu as un esprit plus mature qu’il n’y parait. Tu réfléchis très vite sur certains points. C’est un trait commun aux personnes qui vibrent de la même manière que toi.

Vous n’aimez pas perdre votre temps dans certains domaines. 

Il arrive que l’amour naisse de la compréhension mutuelle. Il s’agit alors d’un choix conscient. C’est peu romantique, mais plus réaliste.

Chacun sait qu’il a face à lui ce qu’il veut. Pas ce qu’il espérait ou ce qu’il voudrait, ce qu’il veut. Et pour cette seule raison, vous rendez tout possible. Même là où il devrait normalement y avoir des barrières.

Il n’y a pas d’élan irrépressible ici. Simplement devant parfaitement-coupé-dans-un-cuir impeccable, il n’est pas nécessaire de tergiverser.

Le cœur et la raison se rejoignent sur la route qui mène non pas à la passion mais au calme du cœur. Peu attirante au premier abord pour les âmes qui ressentent encore le besoin de se griser, cette route est sure. Pas sans surprise, mais sure. Grâce au choix conscient.

Comprends que ce qui serait surprenant, ce serait d’être capable de faire le même choix à 35 ans qu’à 20.

Tu as réfléchi au sujet du cadeau de ton prochain anniversaire ? Tu veux le sac Chloé ? »

Très étrangement je n’arrive pas à programmer quoi que ce soit au-delà du voyage à Venise. Je verrai plus tard.

« Le sac Givenchy en rouge te plait bien finalement. »

J’ai l’impression que je ne pourrai m’offrir ni l’un ni l’autre. Toutes mes esquisses de projet personnels tombent à l’eau pour cette période…

« Tu verras. Le Givenchy en rouge t’irait bien. »

Honnêtement, je ne vois pas à qui ce sac n’irait pas. Merci Elémiah.

Bonne journée à tous ;)

 

Une journée au soleil

Une journée au soleil dans Vie magique 16022009063317181813991102

Bonjour à tous,

Il fait beau, il fait chaud et aujourd’hui je vous propose un petit exercice de relaxation.

Installez-vous confortablement où vous le souhaiterez du moment que vous êtes à l’intérieur.

Visualisez des enfants qui jouent sous le soleil clément de la fin d’après-midi.

Vous êtes heureux de les voir jouer avec tant d’insouciance.

Votre cœur soudain est plus léger, l’espace se charge d’énergies positives, profitez-en pour faire un souhait.

Bon d’accord, c’est de la magie lumineuse. Mais si vous ne me dénoncez pas à Roéchel, je ne lui dirais rien non plus.

« En outre, apprendre à demander en sollicitant les bonnes énergies ne peut pas faire de mal. »

Merci Roéchel lol.

Bonne journée à tous ;)  

Le deuxième enfant

Le deuxième enfant 16022008512317181813991028

Bonjour à tous,

« Alors, tu ne comprends pas ton dernier rêve ? », me demande Elédahiel.

Je ne comprends pas les deux derniers !

« Celui dans lequel tu voyais brûler ton appareil photo t’a choquée. Nous savons que tu y tiens. Tu adores prendre des photos, c’est ton plaisir. Ton violon d’Ingres.

Tu as tenté de le sauver dans ton rêve mais en soufflant sur les petites flammes pour les éteindre, tu l’as juste fait brûler plus vite. »

Qu’est-ce que ça voulait dire ?

« C’est moi qui t’ai rappelé que tu pouvais interpréter tes rêves, tu t’en souviens ? »

Oui je me souviens. Parce que c’est toi qui es mon vrai guide.

« Je t’aide sur ton chemin. Quand tu en as besoin. Tu ne te souviens pas qui j’ai été pour toi, dans d’autres vies. Tu te souviens du lien qui te lie à Lauviah. Mais j’ai été ton Gardien, avant qu’il ne cesse de s’incarner. Je te suis depuis ta première incarnation. Je suis ton Ange Gardien. Le premier.

Avant que tu ne choisisses la Lumière. Et que tu acceptes de rester toujours un ange terrestre. Ce que vous appelez parfois des anges déchus. Ce sont ceux qui ont renoncé à quitter la dimension terrestre. Mais vous devez vouloir revenir, à chaque fois. Il/Elle peut vous libérer des contraintes de l’incarnation entre deux vies. Sauf si vous voulez revenir. Mais alors vous revenez avec tous vos bagages. Petite Sylvie.

Tu veux qu’on discute ? Le voile de l’oubli est si puissant. Et tu es si sensible. Sache simplement que je t’accompagnerai partout où tu iras. C’est une formule que tu peux comprendre. »

Tu es un Ange du Milieu.

« C’est vrai, je te l’ai dit, tu as fait le choix de la Lumière. Tous ceux qui souhaitaient connaitre la dimension terrestre passaient par le Milieu. Après, certains ont fait leur choix. Les nouvelles âmes se distinguent des vôtres notamment parce qu’elles n’ont pas besoin d’expérimenter chaque reliance. Elles connaissent déjà leur choix définitif. Tu comprends ce que je te dis, ou serait-ce déjà trop pour aujourd’hui ?

Tu veux savoir pourquoi ton appareil a brûlé, s’est enflammé ? Tu t’es souvenue du rêve où tu laissais voler ton bébé. Avant de retourner le chercher.

Si tu perdais ton appareil photo, tu serais furieuse et désemparée. Tu en voudrais un autre. Mais imaginons que tu n’aies pas les moyens d’en acheter un autre. Tu chercherais un autre moyen d’explorer ta créativité.

Tu ne veux pas essayer de faire un peu de voyance ? »

Je ne vois pas le rapport.

« Oui, je sais. Tu verras plus tard, si tu en as envie. Tu as le temps. Dans ton rêve tu regardais le monde au travers ton appareil. Mais tu peux voir sans instrument.

Tu pourrais essayer. Tu le feras quand cela t’amusera. Prends ton temps, attends d’en avoir envie. »

Donc le rêve de l’appareil brûlé disait que je devrais faire de la voyance ?

« Que tu as un réel don de voyance. Il s’agit d’un rêve spirituel. Tu as vu un appareil photo parce que tu pratiques réellement la photo. Quelqu’un qui peint aurait vu de la peinture dans ce cas de figure.

Le rêve dans lequel ton gentil mari te proposait de faire un deuxième enfant était plus complexe. D’autant que tu ne voyais jamais le premier enfant. Pourtant, que penses-tu de l’idée de faire de la voyance ?

Juste si tu en as envie ?

Tu verras. Ce n’est pas urgent. Tu verras.

Tu peux pratiquer sans instrument en plus. Par contre tu devrais essayer avec une feuille et un stylo. Pour voir. Tu es tellement sensible. Cela t’aide toujours d’écrire. 

Quand tu voudras tu essaieras. »

Merci Eledahiel.

Bonne journée à tous ;)

 

Histoire d’eau

Histoire d'eau 16022006483217181813990610

Bonjour à tous,

« Tu as pris ton thé aujourd’hui ? », me demande Elédahiel.

Pas encore, je vais le prendre tout à l’heure.

« C’est bien d’avoir décidé de t’organiser pour en boire au travail également. »

Oui et puis j’aime bien en fait, c’est agréable.

« Tu as remarqué que tes collègues se sont mises à apporter leur eau chaude elles aussi. »

Tu sais, je ne pensais pas à mal en venant avec la mienne. Je voyais les autres utiliser la bouilloire. Par convenance et parce que je n’aime pas demander en vérité, j’amène mon eau. Mais c’est tout.

Je n’ai jamais dit aux autres de cesser d’utiliser la bouilloire…

« Tu amènes ton eau, tes gobelets, tes serviettes, tes petites cuillers… »

J’aime que tout soit cosy. J’amène mes affaires pour que je dispose de tout ce dont j’ai besoin pour me sentir bien. Ainsi je n’ai pas à demander quoi que ce soit. Et donc je n’entends pas, Untel n’achète jamais de gobelet, Tel autre oublie de débrancher la bouilloire, ne la vide pas, Untel n’a jamais de petite cuiller heureusement que je suis là, ou autre réflexion de ce type.

Je ne voulais rien entendre du tout me concernant. Je viens pour travailler, pas pour faire des histoires. 

« Pourquoi n’amènes-tu pas une tasse ? »

Par fainéantise, je déteste la vaisselle.

« Et maintenant chaque personne amène son eau. »

Je ne sais pas pourquoi les autres ont cessé d’utiliser la bouilloire ! Je ne comprends pas. Je précise tout de même au cas où certains se poseraient la question que ce n’est pas de moi qu’émanent les réflexions que j’ai rapporté un peu plus haut.

« Et tu ne vas pas aux toilettes chercher du papier, tu sors de ton beau sac de jolies serviettes bien pliées. »

Je préfère.

« Tu n’envahis pas l’espace non plus, tous les jours tu amènes tout ton nécessaire dans ton sac Longchamp. »

C’est vous qui m’avez demandé de ne plus utiliser l’autre. J’avais acheté un sac exprès.

« Un sac que toutes tes collègues auraient remarqué. Ce Longchamp, tu l’as depuis plusieurs années, ce n’est pas un modèle récent.

Nous savons que tu détestes les sacs en plastique ou que tu trouves inélégant les sacs isothermes que semblent affectionner tes collègues. Nous savons pourquoi tu as pris la peine d’acheter un joli sac.

Nous sommes les seuls à savoir que tu ne l’as pas payé cher. Les autres se seraient arrêtés au fait qu’il s’agit d’un sac Lancel. »

Je pense qu’il est assez évident qu’il ne s’agit pas d’un modèle à 1 000 €.

« Il est surtout évident que ta mauvaise gestion des énergies et de l’empathie te pousse à mettre des barrières visuelles qui te poseraient problème si nous ne t’alertions pas de temps en temps.

Tes collègues sont jalouses. Elles ont cessé d’utiliser la bouilloire pour te montrer qu’elles aussi, elles peuvent amener leur eau chaude si elles le veulent. Une en particulier. Il y en a une qui est sincèrement bienveillante envers toi.

Mais une autre est envieuse et il y en a une qui est réellement jalouse. 

Tu sens tout cela. C’est pour cette raison en réalité que tu préfères amener toutes tes propres affaires, jusqu’à ton eau. »

Le sac Lancel était juste une bonne affaire.

« Et le Longchamp en cuir de l’autre jour ? »

Mon cerveau s’est déconnecté à l’instant où je l’ai vu. Le temps que tous les branchements soient remis en place, j’avais déjà composé le code de ma carte bancaire. Ah la la…

« Nous te disons de te faire plaisir. Tu pouvais acheter ce sac. Tu n’en achètes pas un tous les mois. De la même manière, l’idée de ranger ton eau, ton thé et toutes tes affaires dans un joli sac est bonne aussi.

Mais, les personnes jalouses sont des personnes dont il faut se méfier. Cette femme en particulier ne sera jamais ton amie. Souviens-t’en. 

Et souviens-toi que celles qui sont envieuses sont observatrices. Les gens parlent, se posent des questions. Une entreprise c’est comme un tout petit village. Tu ne pourras pas faire en sorte qu’on ne parle pas de toi. Seulement, tu peux faire en sorte qu’on ne parle pas que de toi.

Notamment en restant naturelle. 

« Donc tu me dis de ne rien changer ? »

Non, je te dis de ne jamais oublier que tu es médium. Il faut que tu acceptes les informations qui te parviennent. C’est tout, tu sauras comment réagir.

« J’ai l’air prétentieuse avec mes petites serviettes ? »

D’une manière générale tu sembles déconnectée de la réalité que connaisse tes collègues. Qui te rappellent à la moindre occasion-prétexte qu’eux-mêmes n’ont pas les moyens de s’offrir deux croisières.

Amène ton eau si tu veux. Mais pas dans un sac Lancel neuf. Garde-le pour le porter occasionnellement, comme sac à main, comme les autres sacs. »

Si j’étais riche, je ne travaillerais pas comme salariée. 

« Ils ne sont pas riches non plus. Et ont déjà dû faire nombre de concessions. »

Et pas moi ?

« Toi qui arrives chaque jour avec le sourire ? Qui a les moyens d’acheter des serviettes en papier au lieu d’aller aux toilettes ou au réfectoire, comme tout le monde ?

Qui porte de jolis vêtements et peut se permettre de venir travailler dans des souliers pailletés ? Qui voyage… »

S’il y a bien une chose que j’ai comprise c’est qu’il ne tient qu’à soi d’être heureux. 

« Mais les gens ne savent pas comment l’être pour beaucoup, c’est pour cette raison qu’ils t’envient. Et c’est parce que tu le sais que tu préfères amener ton eau.

Sois consciente, c’est ce que je te demande. Ou tu continueras de recevoir des avertissements. Sois consciente que c’est une chance de savoir comment être heureuse. Et que beaucoup ne le sauront jamais. »

Je vois. Le sac Lancel ira très bien avec ma robe blanche.

« Oui, tu seras belle comme d’habitude. Souris surtout. N’arrête jamais de sourire à ce monde. »

Merci Elédahiel.

Bonne journée à tous ;)

7 ans

7 ans dans Entités sombres 16022103315217181813992587

Bonjour à tous,

« Viens me voir. », me demande Roéchel.

Je suis là.

« Après 7 ans tu as besoin de mon aide. Pourquoi ? »

Je pense que 7 ans c’est parfait pour renouveler les énergies. C’est un joli chiffre, 7…

« Alors que les 7 prochaines années se passent comme tu le souhaites. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)  

Ce que je veux

Ce que je veux dans Entités sombres 16022103014717181813992538

Bonjour Roéchel,

Merci de renouveler les énergies de mon blog.

Je t’aime.

 

1234

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause