Accueil Amour physique Le cœur et la raison

Le cœur et la raison

25

Le cœur et la raison dans Amour physique 16022105104517181813991552

Bonjour à tous,

« Certains hommes dans ton entourage pensent qu’il faut avoir de l’argent pour sortir avec toi. Et que tu dois être une peste ensorceleuse. », me dit Elémiah.

Je ne sais pas où ils ont pu prendre de telles idées. Et pourquoi une peste ?

« Ensorceleuse. »

Ok, ça je crois que je vois d’où ça peut venir…

« Tu crois ou tu es sure ? »

Disons que je suis sure.

« Donc tu vois en quoi tu peux être une peste ? »

Je préfère le mot capricieuse.

« Une capricieuse qui demande avec le sourire. Une ensorceleuse. »

Ce point-là ne me gène pas.

« Non ? »

Non. Je ne vais pas changer de personnalité.

« Très bonne réponse ma belle enfant. Mais au sujet du premier point soulevé ? »

Je ne comprends pas d’où vient cette idée. Ce n’est pas comme si quiconque pouvait apporter la preuve que je recherche un homme qui a de l’argent. C’est un mystère. Même ma mère pense que c’est sûrement ce qu’il me faudrait.

Je travaille, je ne demande rien à personne. Je ne me souviens pas avoir demandé de l’argent à qui que ce soit ces dernières années. Alors vraiment, je ne comprends pas.

Même quand j’étais totalement fauchée et que plusieurs hommes m’avaient laissé entendre que si je voulais ils pouvaient s’occuper de moi, j’ai perdu mon appartement plutôt je te rappelle.

Encore il y a quelques temps j’ai rencontré un type qui a laissé entendre ouvertement que cela ne le dérange pas de sortir avec une femme qui aime les beaux cadeaux.

Tu m’as vu demander à un homme de m’offrir un sac ? Une seule fois ?

Je ne comprends pas, ce n’est pas comme si une seule personne pouvait prouver que je me fais offrir des cadeaux.

Je ne suis pas une prostituée. Je ne sors pas avec des hommes parce qu’ils ont de l’argent.

« Tu as un côté princesse inaccessible pour certains. »

Pour les hommes qui ne m’intéressent pas. Je sais comment paraitre moins inaccessible quand un homme me plait.

« Tu crois en ton pouvoir de séduction. »

C’est normal, c’est une nécessité. Ou alors je n’aurais pas évolué depuis mes seize ans.

« Tu as également foi en la personne que tu es. »

Oui, c’est mieux. Comme ça je me sens bien avec moi-même. 

« Il est vrai que tu ne recherches pas un homme qui aurait de l’argent. Et que recherchent ces hommes-là ? »

C’est à moi que tu demandes ça ? Je ne sais pas.

« Tu en as croisé quelques uns. »

Apparemment, une femme avec laquelle s’entendre. C’était ce qu’ils recherchaient. Ils préféraient une femme qui travaille mais étaient prêts à se montrer généreux si on s’entendait bien.

« Ils ne recherchaient pas l’amour ? »

Ce n’est pas ce que j’ai entendu, plutôt quelqu’un avec qui s’entendre. Un peu comme dans ces histoires où les gens se mettent ensemble parce qu’ils ont chacun trouvé ce qu’ils voulaient.

« Ce type de relations ne te correspond pas. »

Je le sais parfaitement. 

  »Cela peut correspondre à d’autres. »

Je le sais aussi.

« Ta maman ne te voit pas dans ce type de relations. Par contre elle te voit bien avec un homme qui aurait de l’argent. Voire qui serait riche. »

Pourquoi ?

« Je ne vais pas répondre à ta question. Par contre, je voudrais te poser une question. Si lors de la croisière à Venise tu as l’occasion de t’offrir un superbe sac, tu l’achèteras ? »

Bien sûr. J’achète tout ce que j’ai les moyens de m’offrir du moment que ça me plait lol.

« A quoi reconnait-on un sac bien fini ? »

Aux finitions voyons. Tout doit être impeccable, aucun fil ne doit dépasser, toutes les coutures doivent être parfaitement droites.  En outre, tous les détails doivent être de qualité, on repère vite le sac bon marché devant des détails grossiers. Je n’ai jamais, jamais compris, que l’on puisse acheter un vêtement ou un sac qui présente des coutures approximatives par exemple. Le plastique qui sent le plastique ne donnera jamais l’illusion du cuir. Pour ma part d’ailleurs je fuis devant un sac ou des chaussures imitation cuir qui sentent le plastique.

Un sac bien fini est doublé, dans un textile de qualité. Un sac intéressant a des poches utilisables. Plusieurs. Les fermetures éclairs intérieures sont solides et présentent des détails qui se remarquent positivement.

Et les années passent, passent, le sac ne bouge pas. La doublure intérieure ne se déchire pas.

La qualité coûte plus cher, pas forcément très cher mais toujours plus cher. Seulement, on se retrouve. 

« Tu achètes aussi de jolis sacs pas chers. »

Oui, dès que bien-coupé-qui-ne-sent-pas-le-plastique apparait, je ne boude pas mon plaisir. Mais dans ces sacs là il y a moins de poches et moins de belles doublures intérieures.

« Ta préférence va donc aux belles pièces. »

Toujours, je le confesse sans difficulté.

« Le mieux c’est que tu attendes de trouver l’amour. »

C’est ce que je me dis aussi.

« Mais, ta maman a raison. Tu seras mieux avec un homme qui partage tes points de vue sur le plan matériel. Tu te rendras compte que c’est très important en réalité. Cette convergence est importante.

Tu as un esprit plus mature qu’il n’y parait. Tu réfléchis très vite sur certains points. C’est un trait commun aux personnes qui vibrent de la même manière que toi.

Vous n’aimez pas perdre votre temps dans certains domaines. 

Il arrive que l’amour naisse de la compréhension mutuelle. Il s’agit alors d’un choix conscient. C’est peu romantique, mais plus réaliste.

Chacun sait qu’il a face à lui ce qu’il veut. Pas ce qu’il espérait ou ce qu’il voudrait, ce qu’il veut. Et pour cette seule raison, vous rendez tout possible. Même là où il devrait normalement y avoir des barrières.

Il n’y a pas d’élan irrépressible ici. Simplement devant parfaitement-coupé-dans-un-cuir impeccable, il n’est pas nécessaire de tergiverser.

Le cœur et la raison se rejoignent sur la route qui mène non pas à la passion mais au calme du cœur. Peu attirante au premier abord pour les âmes qui ressentent encore le besoin de se griser, cette route est sure. Pas sans surprise, mais sure. Grâce au choix conscient.

Comprends que ce qui serait surprenant, ce serait d’être capable de faire le même choix à 35 ans qu’à 20.

Tu as réfléchi au sujet du cadeau de ton prochain anniversaire ? Tu veux le sac Chloé ? »

Très étrangement je n’arrive pas à programmer quoi que ce soit au-delà du voyage à Venise. Je verrai plus tard.

« Le sac Givenchy en rouge te plait bien finalement. »

J’ai l’impression que je ne pourrai m’offrir ni l’un ni l’autre. Toutes mes esquisses de projet personnels tombent à l’eau pour cette période…

« Tu verras. Le Givenchy en rouge t’irait bien. »

Honnêtement, je ne vois pas à qui ce sac n’irait pas. Merci Elémiah.

Bonne journée à tous ;)

 

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres articles liés
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits par crystallia
Charger d'autres écrits dans Amour physique

25 Commentaires

  1. Arc

    27 février, 2016 à 9:16

    Bonjour,

    Je ne crois pas avoir jamais été aiguillée par un besoin de me griser dans cette incarnation. Dans aucun domaine que ce soit. Cependant je connais l’ardeur, et apprécie les expériences vivifiantes. J’aime ce qui est profond et solide. La passion qui dévore, cela semble loin. Pourtant je n’imagine pas mes amours à venir comme plats ou ennuyeux. De loin pas.

    La encore, sur ces sujets-là globalement, il y a souvent eu de l’incompréhension avec mon entourage. Ne serais-ce qu’avec les copains et copines dans ma jeunesse.

    Hihi.. rien que le fait que je n’aime pas boire d’alcool, ça a l’air de poser un réel problème à certains (roulement d’yeux).

    Ainsi, tu te rends bientôt dans « ma ville ». J’espère bien que tu nous partageras tes photos. Tu peux même en mettre dix par article, hihi…

    Et… prévois un GROS budget shopping. Les italiens ont l’Art et le goût dans le sang.

    Signora…

  2. crystallia

    27 février, 2016 à 1:59

    Bonsoir,

    Liliane, là encore il s’agit souvent de facettes de nous-mêmes ou de mise en avant d’une situation, de la présence d’un guide.

    On voit rarement nos vrais proches.

    Carène, il y a deux sortes de passion. Mais le besoin de se griser conduit surtout à celle qui avilit.

    Celle qui sublime n’entraîne pas d’élan irrépressible et destructeur.

    Nathalie, ce que l’on dégage compte oui. Il faut croire en soi, cela sublime n’importe quelle tenue.

    Ève, bon weekend à toi également. C’est déjà samedi chez toi d’ailleurs, magie d’internet…

    Toi tu te trouves vraiment à l’autre bout du monde pour moi.

    Bise ;)

  3. Eve

    26 février, 2016 à 20:29

    Coucou :-)

    Merci Sylvie, bon week-end à tous et à toutes. Bises :-)

  4. Carène

    26 février, 2016 à 16:06

    Bonjour Sylvie,

    Tu ne peux t’imaginer à quel point ces propos me touchent en ce moment où il m’est prédit que j’aurai le choix en amour entre le calme du cœur et la passion. Un choix qui s’avère cornélien pour une femme de passions quel que peu fatiguée des montagnes russes que font vivre celles ci.

    « les âmes qui ressentent encore le besoin de se griser »… J’ai l’impression de faire partie de ces âmes… Je crois même que ce besoin est inscrit dans ma nature… à moins que ce soit un « joli » reste de blessures diverses ?!

    J’ai en mémoire l’idée que « Tout ce que nous ne comprenons pas par la sagesse, nous le comprenons par la douleur. » Je ne veux plus prendre le chemin de la douleur. Cette fois, j’aimerais que la raison et le cœur se rejoignent… Au vu de mes expériences, je me demande si la passion peut- être ce chemin ? Qu’en penses tu, toi ?

    Bises

  5. Arc

    26 février, 2016 à 14:58

    (Soupir)

    J’ajoute…

    (Pour prévenir tout malentendu)

    Sylvie, j’ai déjà vu plusieurs photos de toi : contrairement à ce que tes textes pourraient laisser entendre, pour moi tu n’entres pas dans la catégorie « fille à chichis ».

    Bon. Je vais me taire.

  6. Arc

    26 février, 2016 à 14:45

    Oh, je n’avais pas pris le temps de lire les autres commentaires, mais pour rebondir sur la question de l’apparence :

    Biensur qu’on peut être remarqué en étant habillé simplement. Et heureusement !

    Evidemment, il ne s’agit pas de se balader en haillons. Nos vêtements reflètent d’une certaine manière comment nous sommes. Ainsi, faire trop de chichis révèle pour moi une fragilité. Voilà ce que je constate.

    Un copain m’a dit une fois : « Toi, tu peux porter un simple pull blanc avec un jean, tout les hommes te regardent ». (N.b. avec un trait d’eye-liner ! ;) ) Je ne rapporte pas cela pour crâner. Il savait faire les compliments (sincères), les critiques crues aussi. C’est pour dire : ce qu’on dégage compte évidemment plus que le fait de porter des marques. Je n’en porte pas obligatoirement de la tête aux pieds tout les jours, pourtant je ne rencontre pas de soucis pour plaire aux hommes de bonne famille. (Soupir) …il y a des histoires de rencontres, d’alchimie de l’instant. Et puis après tout, heureusement qu’on peut faire l’économie de certaines…

    J’ai de la peine à recevoir les cadeaux privés. À moins qu’ils ne viennent d’une personne que j’aime.

    Et au sujet du temps, carrément : c’est le plus beau cadeau qui soit ! ;)

  7. Liliane

    26 février, 2016 à 14:04

    coucou,

    « …il est extrêmement rare de croiser un ami en rêve ou en vision. » Est-ce qu’il en est de même pour l’autorité (professionnelle, ancien collègue, ancien patron, nouveau collègue,religieux)? Est-ce que tu pourrais me dire comment en faire l’interprétation?

    Bise :)

  8. crystallia

    26 février, 2016 à 11:54

    Bonjour,

    Oui, nous avons tous de la valeur.

    Eve, il est extrêmement rare de croiser un ami en rêve ou en vision.

    Le plus souvent, c’est « autre chose » que l’on voit. Une part de nous, un guide, ça dépend du contexte.

    Bise ;)

  9. Arc

    26 février, 2016 à 10:10

    Bonjour,
    Au sujet des reliances.
    Je suis « ma voie » (du verbe être). Ainsi, réendosser une voie de l’Ombre aujourd’hui par exemple, je ne saurais l’imaginer. Ce serait me retourner sur moi-même à un point que ce serait m’annihiler. Il y a cependant des composantes qui ont fait partie de moi d’emblée en me réincarnant. Nous sommes habillés d’énergies avant d’être habillés de matière. Il y a ce que l’on sait, et ce qu’on ressent. Lorsque je n’étais pas capable d’accepter ce que « je savais », je sentais quand-même… Recevoir sans se poser de questions, c’est bien aussi.

    Pour ma part, je n’ai pas besoin de me donner l’illusion de pouvoir percer toutes les facettes de mon être. Lorsque j’ai besoin d’activer un certain type d’énergie, de quelque bord qu’elle soit, cela se fait spontanément si cela se doit. Comme ces signes « sortis de nulle part » que je peux avoir envie de tracer dans l’air à un moment donné. Comme…

    Je me sens multiple, et unie en même temps en mon cœur. Bien que mon assise et mon repos trouvent leur socle ailleurs, je ne culpabilise pas à aimer franchement certaines énergies sombres élevées, à m’en laisser griser parfois. C’est chouette à vivre. Contrairement au don de mise en lumière de l’être qui peut s’avérer pénible à porter au quotidien pour les réactions que ces remontées peuvent provoquer chez autrui. Sans compter la gestion de ma grande sensibilité évidemment.

    Je n’ai pas envie de me comparer aux autres. Ça me saoule. Plus jeune, moins jeune… Chacun sa vie, nous avons tous de la valeur.

  10. Eve

    26 février, 2016 à 4:24

    Bonjour Sylvie :-)

    Merci pour ta réponse :-)

    Je t’avoue que je ne comprends pas très bien que ce soit moi qui ai fait ce choix puisque c’est l’ami que je vois et c’est lui qui regarde à droite.

    Je te remercie pour tous ces partages :-)

    Bises

Consulter aussi

Un autre cas de figure ?

Bonjour à vous, « Ma belle Sylvie, tu sais parfois il faut savoir vous montrer courageux q…