Archive pour mars, 2016

Dur plancher des vaches

Dur plancher des vaches 16032702253817181814100262

Bonjour à tous,

« La Martinique reste une ile, Sylvie. Si la mer te manque, va à la plage. », me dit Elédahiel.

La mer ne me manque pas. C’est simplement le fait que ne plus la sentir aussi présente que sur le bateau me demande un effort d’adaptation. La variation d’énergies est plus marquée que je ne l’aurai cru.

« Parce que tu les sens davantage en ce moment. Il te faut accepter la situation. »

Je m’y efforce.

« Dans une certaine harmonie. Ce ne doit pas être une lutte. Tu sembles épuisée. Et tu dois travailler. »

Justement, ça tombe bien que tu sois là car j’allais te demander de l’aide.

« Pour ? »

Pour être moins fatiguée.

« Remplis une bassine d’eau tiède et trempe tes mains dedans, je t’aiderai. Tu vas aller voir Batman contre Superman ? »

Peut-être, je vais attendre de voir ce que d’autres en pensent.

« Tu as rencontré ton léopard des neiges. Tu as vu, c’est une femelle cette fois. »

Elle est belle. Et j’aime ses énergies.

« Elle t’accompagne depuis très longtemps. »

Je sais, je m’en suis rappelée quand je l’ai vu.

« Elle t’aidera à pratiquer la magie. Pour autrui. La prochaine fois que tu en auras besoin.

Les choses peuvent bien se passer dans cette existence-ci. Il suffit de savoir comment t’y prendre. »

Qu’est-ce que j’avais mal fait dans les autres ?

« Tu incitais les gens à se détourner des religions et à vivre une spiritualité qui les amènerait à suivre leur propre chemin spirituel et matériel. »

Ce n’est pas ce que je suis encore en train de faire ?

« Si mais tu sembles avoir choisi un lieu de vie où ce type d’incitation te causera moins d’ennui. A priori. Il y a des choses que toi tu ne mesures pas. Mais qui un jour, sauteront aux yeux d’autres personnes.

Tu es une femme par exemple. Certes en réalité tu n’aimes pas te mettre en avant. Alors nous écrivons avec toi. Pour qu’il soit plus facile pour toi de faire ce que tu es venue faire. En partie.

Je voulais te parler de ton idée de prendre des cours de photo. Ce n’est pas nécessaire. »

Mais si voyons, ainsi je pourrai prendre de plus beaux clichés.

« Tu prends des photos parce que tu aimes canaliser et libérer les énergies agréables. Un cours te semblera technique et ennuyeux, comme tous ceux que tu as pu prendre jusqu’à aujourd’hui. Si tu veux exercer une activité artistique, fais-le seule. C’est un conseil, tu t’épanouiras mieux de cette façon. »

Tu crois ? Mais peut-être qu’on ne va pas nous saouler avec des détails techniques.

« Si. D’autres trouveront cela intéressant, pas toi. Toi tu aimes faire ce que tu as envie de faire. Souviens-toi que tu avais refusé de dessiner des pommes en cours de dessin. »

Pourquoi veux-tu que je dessine des pommes peu inspirantes ? Je ne pensais pas que l’on commencerait par cela.

« Tout ce qui est explication technique et exercice imposé, t’ennuie. »

C’est vrai.

« Ce n’est pas grave, continue de faire ce que tu aimes. Juste ce que tu aimes. The Revenant ne t’intéresse pas ? »

Je ne sais pas, j’hésite. Ce qui m’intéresse en ce moment c’est l’Ipad pro. Qui est la dernière chose dont j’ai besoin.

« Tu as déjà un Ipad, que tu apprécies. Tu veux un modèle plus récent, pourquoi pas ? Va le voir en boutique. Tu sauras si tu as envie de l’acheter. »

Tu as raison, je vais aller voir. Juste voir.

« Tu te prépares aussi doucement pour la prochaine croisière. »

Oui, ça fait drôle finalement d’en enchainer deux. Même s’il reste du temps avant la prochaine.

« Le plus important c’est que tu vives ta vie, ce sera toujours, toujours, le plus important. Seulement comprends ce que signifie pour toi, vivre ta vie. »

Merci Eledahiel.

Bonne journée à tous ;)  

Quelques notes de jasmin

Quelques notes de jasmin dans Mes poèmes 16032701142117181814100194

Quelques notes de jasmin pour apaiser ton cœur,

Un jour comme celui-ci, où tu cours à perdre haleine,

Retourne-toi quand tu pourras,

Tu verras que rien ne te suit, si ce n’est les illusions que tu crées.

Vacances agréables

Vacances agréables dans Energies 16032701063317181814100173

Bonjour à tous,

Ces vacances ont vraiment été reposantes pour moi. Je me rends compte que je me sens bien plus calme qu’à mon départ.

C’était très agréable d’assister à de jolis spectacles tous les jours, de n’avoir quasiment aucune contrainte et de pouvoir passer des heures à profiter de ce qu’il y avait autour de moi.

Sans compter, le balcon. C’est merveilleux de pouvoir observer arrivées et départs depuis son propre balcon personnel. Sur lequel le vent qui sévit sur le pont supérieur ne nous atteint pas lol.

Cette fois j’ai tenté de d’apprécier les énergies de la mer, étant le seul élément naturel présent autour de moi quand nous naviguions.

Elles sont fortes et j’ai dû faire un réel effort. Je suis quand même tombée malade. J’ai été obligée de faire des siestes alors que je ne dors pas souvent la journée en tant normal.

Malgré tout je me suis sentie à ma place sur le bateau, pas en décalage. Je n’ai pas ressenti de soulagement à l’arrivée. Alors je suis contente.

La vie à bord, avec tout ce monde impossible à éviter, tout ce clinquant artificiel, demande un effort d’adaptation que j’ai eu envie de faire parce que j’appréciais la croisière. 

C’est sympa de se promener de cette manière et on ne voit pas passer la semaine.

On parle déjà de remettre ça l’année prochaine. Il se pourrait bien que je sois de nouveau de la partie !

Bonne journée à tous ;)  

Troisième voyage ?

Troisième voyage ? dans Energies 16032802101817181814102923

Bonjour à tous,

« Bonjour petite fille, ce n’est pas la forme. »

Effectivement Sammael, je suis malade. Tu peux m’aider à comprendre ?

« Lauviah a accepté de passer outre ton détournement énergétique pendant la croisière. Or, vous êtes un certain nombre à être tombé malade dans ton groupe. La personne qui partageait ta cabine, c’est elle qui t’a contaminée. Vous avez attrapé un petit rhume qui s’est aggravé parce que vous ne cessiez de prendre froid. »

J’ai voulu les aider, vous m’avez dit non.

« Ils ne t’avaient rien demandé. »

D’accord. J’ai des courbatures là maintenant. Et je me sens faible. J’allais bien quand je suis rentrée. Quel est le problème ?

« Comme s’il y avait un poids sur toi. »

Oui voilà !

« Et comment ça se passe au travail ? Avec les collègues ? »

Bien.

« Mais encore ? »

Tous les jours ils me disent des choses comme, ah c’est bien d’être chez papa-maman, on peut faire du shopping, ce n’est pas nous qui avons cette possibilité. Ou encore, ah c’est bien de ne pas avoir d’impôts locaux, comme ça on peut voyager.

Alors tu fais deux croisières, tu as raison, profite.

Ah ce n’est pas nous qui pouvons voyager, on devrait demander la même paye que Sylvie.

On a demandé que tu viennes parce qu’on en pouvait plus, on est toujours aussi débordé, profite pendant que c’est cool pour toi.

Tu as déjà fini les lettres administratives ? Ah c’est bien de n’avoir que dix dossiers à traiter. Pourquoi nous on en a autant ?

C’est le jour de la paye Sylvie, tu vas aller faire du shopping ? Ah, c’est bien d’être chez maman !

Sylvie qu’est-ce que tu attends pour partir de chez tes parents ? Tu ne comprends pas qu’ils ont sûrement envie d’être seuls !

Et tu repars en croisière après cette croisière-là ! Ah c’est bien quand on a rien à payer. Tu donnes quelque chose à tes parents au moins !

Sylvie tu n’as pas invité tes parents en croisière, alors que tu en as largement les moyens !

Sylvie, qu’est-ce que tu manges ce midi ? Tu ne sais pas, tu arrives et maman a déjà mis la table, tu n’as qu’à t’asseoir. Ah, c’est bien chez maman…

Untel, vous avez vu la bague de Sylvie ? Sylvie arrête de nous dire que tu es célibataire !

Alors Sylvie, tu n’as personne dans ta vie ? Elle se moque de nous, c’est pour pouvoir continuer à allumer tous les gars de la boite, tu as raison, profite, tu es jeune !

TOUS LES JOURS. Il y a toujours quelqu’un qui a une réflexion à faire.

Avant que je parte c’était, Sylvie ne ramène jamais de cadeau quand elle part en voyage, rien, pas même quelques chocolats !

J’ai acheté leur fichu chocolat. Mais ce qui me vient tout à coup c’est que je suis tombée malade pour ne pas avoir à aller travailler demain ?

« Oui. »

Et me priver du plaisir de leur dire que je me suis éclatée ?

« Tu veux aller à Cuba ? »

On m’a parlé de ce voyage il y a quelques jours. J’ai peur de passer des semaines à entendre, elle fait trois voyages !!!

Je n’en ai vraiment pas envie Sammael. En outre, je ne sais pas si j’en aurais les moyens dans un délai aussi court.

« Tu veux aller à Cuba depuis longtemps. Voilà l’opportunité. »

Il faut que j’achète de nouvelles lunettes.

« Tu as une excellente mutuelle. »

Je veux aller à Cuba c’est vrai. J’ai eu envie d’y aller dès qu’on m’en a parlé. Mais je ne veux pas entendre, ah c’est bien chez papa-maman…

Je me lève tous les jours pour gagner l’argent avec lequel je vis ma vie. Je ne vole personne. Au-delà des mots, j’en ai marre de ces énergies-là.

C’est dommage parce que, ce sont aussi des personnes sympas, avec lesquels j’aime bien rigoler. Toutefois, moi aussi j’ai été complètement fauchée. J’ai regardé tout le monde faire tout ce que moi j’aurais voulu faire, vraiment tout le monde autour de moi et je n’ai jamais réagi comme ça.

Aujourd’hui je suis contente de pouvoir me faire plaisir. Je l’ai dit, c’est pour cela que j’ai fait le choix de rester chez mes parents.

« Tu vis aujourd’hui en dégageant une certaine insouciance. Le genre d’insouciance que connaissent peu d’adultes de ton âge et de ton milieu social. Tu ne rencontres pas de problème minant. Tu as une certaine latitude d’action et de réaction. 

Et tu es une jolie jeune femme.

Tu ne vas pas pouvoir empêcher ce type de réflexions. Si tu en as assez tu peux nous en parler. Si tu ne veux pas écrire ici tu peux prendre un cahier. Parler te permettra toujours d’évacuer les énergies.

Ne les garde pas en toi. »

Les courbatures vont disparaitre ?

« Tu n’as pas de fièvre, tu as le sourire, tu as juste besoin d’un peu moins de dureté dans ta vie. Patience. Profite de la journée et si tu dois renoncer à Cuba, fais-le pour une raison autre que, je ne veux pas entendre elle fait trois voyages !!! »

Lol !!! Merci Sammael.

Bonne journée à tous ;)

Prends ton temps

Prends ton temps 16032705111217181814099742

Bonjour à tous,

« De retour du paradis, ma douce enfant ? », me demande Lauviah.

Oui, comme tu dis, du paradis.

« Celui des cocktails sucrés et des plats multiples. »

J’ai mangé comme dix…

Je me suis laissée happée par ces menus magnifiques. Et par le goût du mango colada zéro. C’est juste divinement bon.

« Nettement meilleur que le virgin mojito ou magic island ? »

Beurk, trop sucrés !

« Tu as choqué du monde en refusant de boire tes cocktails alcoolisés. »

J’ai voulu goûter, je me suis dit, peut-être que je vais aimer. Il n’y en a pas un qui m’ait plu au point de vouloir une troisième gorgée. Je les ai laissés.

J’aurais peut-être dû tester un mango colada normal.

« Et sans lait. »

Ah il y en avait, j’avoue que comme j’aimais, je n’ai pas eu envie de demander.

« Il n’y en avait pas dans le fruit smoothie. »

Délicieux aussi, même s’il n’y a jamais eu de fruits dedans. Tous les cocktails faits avec de vrais fruits étaient hors forfait.  

« Tu ne reviens pas honteusement chargés d’achats en tout genre cette fois. »

Non.

« Pourtant tu as dépensé presque autant d’argent que l’an dernier. »

Heureusement que j’avais épargné en prévision. Mais entre le forfait boisson plus cher qu’annoncé et le prix du forfait spa, sans compter qu’il fallait bien payer les chauffeurs de taxi, c’est allé très vite. Trop vite. En outre j’ai craqué sur cette bague dès le deuxième jour donc…

« Tu n’as pas acheté grand-chose pour toi. Si ce n’est ces portraits. Nous constatons que tu as eu envie de t’offrir ces photos. Parce que tu appréciais ton image dessus. Et tu as sciemment acheté aussi des photos sur lesquelles tu n’étais ni habillée ni maquillée.

Nous approuvons ces choix. Les photos sur lesquelles tu étais habillée te plaisent parce qu’elles te mettent en valeur. Les autres parce qu’elles montrent une part plus naturelle de toi, une part que tu affectionnes.

Tu as failli ne rien acheter d’autre ceci dit. »

Elles n’étaient pas données non plus. Seulement effectuer ces achats avait du sens pour moi. Je sais pourquoi j’ai préféré ces photos au sac blanc. 

« Pas d’excursions ? »

Pas le budget pour deux forfaits, des photos, une bague, des achats de souvenir pour mes proches et des excursions chaque jour. Cela m’est revenu moins cher de prendre un taxi avec les autres. Sauf la fois où on s’est clairement fait avoir.  

Quand je paye pour des prestations données, j’aime bien qu’elles soient fournies ou alors qu’on me donne une explication.  

« Tout s’était bien passé le jour où tu avais négocié toi-même. »

Oui, j’ai dit à la fille c’est tant et on veut voir tel endroit. Elle a eu l’air contrariée mais a accepté à la condition qu’on lui laisse une chance de trouver quelques tiers. On a trouvé pour elle, des amis à nous et c’était super. La conductrice et l’accompagnatrice se sont montrées avenantes et très professionnelles. Si bien que je leur ai donné un pourboire et que nos amis leur ont demandé leurs coordonnées, pour pouvoir refaire appel à elles.

Moi aussi, elles m’ont donné envie de revenir. Nous avons tous apprécié leur patience et leur gentillesse.

« Tu as donné un pourboire à des membres du personnel sur le bateau également. »

J’entends encore, après le calvaire qu’on vit ici…

On avait bien compris que le paradis, c’était pour nous, les vacanciers. Deux-trois indices ne manquaient pas d’indiquer que la vie devait être moins rose pour le personnel. 

Certains ne demandaient qu’à sympathiser. Après « le calvaire qu’on vit ici », j’ai entendu un autre membre du personnel me dire qu’il comptait les jours qui le séparait de la fin de la saison. Je sais ce que c’est que compter les jours quand on travaille.

Il nous a même été révélé que certains vivent mal le fait d’avoir dû laisser conjoint et enfants pour venir travailler sur le bateau.

Mais ce qui m’a le plus touchée c’est la gratitude du serveur qui s’occupait de notre table le soir. On lui a tous laissé un pourboire. Toujours souriant, très patient, il se montrait toujours disponible et à l’écoute alors qu’il ne comprenait pas le français et que les menus et nos commandes étaient exprimés en français. 

Mais on l’a su tard. Il nous disait toujours bonjour et non pas hello ou good morning comme certains. Il répétait les plats qu’on lui demandait, toujours avec le sourire. Il venait vérifier que tout allait bien plus que les autres serveurs du midi par exemple. Et quand on avait un souci, il cherchait la solution. Alors qu’il ne comprenait pas le français. Et contrairement à certains, il ne nous a jamais dit avec un air froissé, speak english. 

En fait j’ai su qu’il ne parlait pas couramment français le jour où il a demandé à un collègue de l’accompagner pour me présenter des excuses parce qu’il croyait s’être trompé dans ma commande. Alors que non, j’avais demandé un accompagnement différent de ce qui figurait, croyant qu’il était possible de l’avoir et il ne m’avait pas averti que non. 

Je lui ai expliqué que ce n’était pas un problème. En anglais. Pourquoi est-ce qu’il ne l’avait pas dit plus tôt ? Il ne connaissait que quelques phrases en français et était en fait loin de pouvoir suivre une conversation.

Quand on lui a remis les pourboires c’est en français qu’il a tenu à nous remercier. Pour la première fois il nous a serré la main à chacun. Ce jour-là et le suivant.

Je me souviens de la familiarité voire de la grossièreté avec laquelle certaines personnes s’adressaient aux serveurs. Je n’ai pas compris la première fois que j’ai entendu, eh oh mademoiselle, viens là !

Quant à tous ceux qui les tutoyaient directement ou qui ne voyaient pas la nécessité de se donner la peine de prononcer correctement leurs « prénoms compliqués ». 

Je ne vais pas vous dire que je ne butais pas sur certains noms moi-même. J’avoue que beaucoup m’étaient encore inconnus avant la croisière. Toutefois, eh oh viens là, je ne l’ai jamais dit.

Et comme eux, ne peuvent pas faire de reproches aux clients, ils encaissent absolument tout.

« Et la hiérarchie ? »

Elle était bien présente au restaurant. Des gars en costume qui avait l’œil partout. J’ai été davantage choquée par la nouvelle politique commerciale agressive que par cette présence.

Les serveurs doivent contribuer au chiffre maintenant. L’an dernier ils se contentaient de servir les plats. Ils ne nous proposaient pas cinquante fois par repas de commander tel ou tel plat payant. Rappelons que sur une croisière la nourriture est incluse dans le prix du billet. 

« Il y a des membres du personnel à qui tu n’as pas souhaité laisser de pourboire. »

Je l’admets. Je sais pourquoi. Ceux que j’ai le plus apprécié étaient au nombre de trois. Il n’y a que deux jeunes femmes qui ne m’ont même pas donné envie de répondre positivement au petit questionnaire de satisfaction qu’il y avait sur la table.  Pour autant, plutôt que de les saquer, je n’ai pas rempli.

« Elles ne parlaient pas français et ne souhaitaient pas faire d’effort. »

J’avais bien compris. Mais quand j’ai expliqué en anglais que je voulais qu’on me refasse un cocktail, je reconnais ne pas avoir compris que l’on me réponde, non, choisissez autre chose.

« Pourquoi n’était-il pas bon ? »

Je n’en sais rien, le barman s’était trompé ! Le suivant était bien meilleur.

« Toi, tu n’hésites pas à renvoyer un plat que tu n’aimes pas. »

Tu crois que mon chef hésite quand il estime que j’ai mal fait quelque chose ? Ou qu’il n’est pas satisfait d’une de mes propositions ?

Ou tu crois que mes clients hésitent quand ils viennent faire des réclamations ?

Alors pourquoi est-ce que moi je devrais hésiter ? Je ne vais pas consommer quelque chose que je n’aime pas. Je le dis, c’est mieux. Je le dis en restant polie mais je le dis.

« Tu n’hésites pas non plus quand il faut négocier avec un chauffeur de taxi. »

C’est le dernier moment où il faut hésiter ! Tu te rends compte que l’un d’entre eux m’avait demandé 100 dollars US pour le tour de la ville ? Je veux bien payer, pas n’importe quoi toutefois.

« Certaines personnes n’ont pas envie de sympathiser avec le serveur. »

Certains sont tellement hauts, ils n’ont pas besoin de ça je suppose.

« Alors que le serveur, lui, est tellement bas. »

Grâce à ces « petites gens » on apprend qu’il vaut mieux choisir telle ou telle option etc…

On ne sait pas toujours au départ de qui on pourrait avoir besoin par la suite. C’est dommage de commencer par mépriser.

« L’envers du paradis était donc bien visible ? »

Le personnel n’a pas accès à internet, on leur met la pression, ils sont plusieurs par cabines et pour les vacanciers, une politique commerciale agressive et incitative amène à découvrir de jour en jour des surprises toujours moins agréables.

On t’invite par exemple à payer un forfait all inclusive qui s’avère ne pas l’être. Le kir royal est réalisé avec du champagne en option payante uniquement. Alors que le kir royal est censé être fait avec du champagne. Tout le temps.

J’ai vu ce qu’il fallait voir Lauviah. A quai également. Tu sais, je suis toujours ravie d’arriver quelque part, de voir et de découvrir plein de choses, mais justement, je vois plein de choses.

« La lucidité n’est jamais une mauvais chose. Tu comprends ? Le fait d’être lucide sur un point ne doit pas être un obstacle pour toi, t’empêcher de jouir de la vie. Cela doit être un tremplin au contraire.

Quand tu t’es réveillée l’autre matin et que tu as compris que tu allais avoir une grippe carabinée, tu nous as appelée à l’aide car tu ne voulais pas que la maladie ruine tes vacances. »

J’avais pris froid. Comme beaucoup d’autres et j’ai vu combien le coup de froid les avait touchés. J’avais des médicaments mais je voulais pouvoir profiter.

« Alors tu nous as demandé de l’aide pour pouvoir finir tes vacances. »

Oui. Vous avez répondu, prends tes médicaments. Je l’ai fait. Et je me suis remise plus vite que tous les autres. Dès le lendemain j’étais mieux en fait.

« Tu savais que tu pouvais te tourner vers nous. »

Oui.

« Pourquoi est-ce que tu ne veux pas faire pour les autres ? »

Il faut qu’ils me sollicitent. Je ne peux pas sinon.

« Tu pourrais donner des consultations à nouveau. »

Je connais deux façons d’utiliser la magie. J’ai déjà évoqué la première. Dans la seconde il y a un prix à payer. J’ai utiliser la seconde méthode pour le coup. Je voulais me débarrasser d’un problème. Au temps pour moi, je voulais seulement pouvoir continuer de m’amuser.

Alors, qu’est-ce qui va se passer ? Je vais être plus malade que si j’avais laissé les choses se faire naturellement ?

« Non, il n’y a pas de raison. Je prends ton acte à ma charge, pas de paiement. »

Tu fais ça ?

« Je fais ça. Tu n’en fais qu’à ta tête de toute manière. Tu agis impulsivement, sans jamais te soucier des conséquences possibles sur le plan énergétique. »

Et vous me suggérez de faire des travaux ?

« As-tu déjà eu un retour négatif ? »

Un jour j’ai su, j’ai su que je pouvais aider les gens à régler leurs problèmes de différentes manières. Cependant dans les vies où je l’ai fait, ça s’est toujours mal fini pour moi. Jusqu’à la fois où tu as donné ta vie pour moi.

« Aujourd’hui je peux encore t’aider. Tu restes belle et impulsive et je m’occuperai de tes énergies.

Si tu veux rouvrir entièrement tous tes canaux du bas, il faut que tu reprennes tes consultations, c’est la vérité. Prends ton temps, prends tout ton temps.

Réfléchis-y de temps à autre. Mais réfléchis-y. »

Merci Lauviah.

Regarde devant

Regarde devant dans Anges 16031801504117181814068927

Bonjour à tous,

« Tes beaux ongles se sont cassés. », me dit Elémiah.

C’est ce que je constate.

« Ils repousseront. »

Je sais.

« Sache aussi que toute situation peut évoluer. Positivement aussi. Petite Sylvie.

Dans le ciel immense chacun a le droit et la place nécessaire pour s’exprimer.

Dans ton ciel de feu, chaque pensée ou action se heurte à la mutation en cours.

Tu voudrais pouvoir avancer, tu as l’impression de stagner.

Comprends que la stagnation n’existe pas.

Et regarde le ciel immense au-dessus des terres fertiles.

Regarde devant. »

Merci Elémiah.

Bonne journée à tous ;)

Les fruits du verger

Les fruits du verger 16031702490417181814066712

Bonjour à tous,

Voici le titre que j’avais envie d’écrire aujourd’hui, avant même l’article. Les fruits du verger. C’est joli non ? Certes, il n’y a pas de verger en Martinique. Toutefois il y a mes fruits préférés et la saison approche, youpi !

Je suis prise dans un nœud énergétique en ce moment et j’aimerais qu’il se dissolve d’un coup. 

« Tu préfèrerais ne rien sentir ? », me demande Eledahiel.

Je ne veux pas « mieux voir ». Je n’en ai pas besoin.

« Tu apprécies la sensation de mieux voir le paysage qui t’entoure, de mieux repérer les détails et que la beauté te saute aux yeux dans la nature qui t’entoure. Cela plait à la photographe que tu es n’est-ce pas ? »

C’est vrai, je trouve cela surprenant mais agréable et intéressant.

« Tu as repéré ces petites fleurs orangées sur l’arbre tout à l’heure. Tu voudrais aller les prendre en photo. Pourquoi, tu as vu qu’il y avait d’autres plantes tout à côté. »

Je ne les avais jamais remarquées avant aujourd’hui. 

C’est cela aussi « mieux voir ».

Tu ressembles à une maman quand tu t’exprimes comme ça.

« A ta maman ? »

Un peu. 

« Et comment est-elle, ta maman ? »

Peu importe.

« Peu importe ? »

Oui.

« Tu n’acceptes pas ce que tu vois chez les gens ? »

Je ne parlerai pas de ma mère. Ni de mon père. Ni d’aucun membre de ma famille.

« Ton neveu ? »

Tout adorable. Je suis contente qu’il soit là.

« Et que vois-tu en lui ? »

Je vois l’homme qu’il va devenir.

« Est-ce si désagréable ? »

Je vais te dire ce qui l’est, je vois que les gens ne sont pas heureux. Et je vois qu’ils marchent sur un chemin parallèle à celui qui leur conviendrait.

Je n’ai pas besoin de mieux voir Eledahiel. Je n’ai pas envie d’exercer la voyance.

« Et tu crois qu’en fermant les yeux tout va s’arrêter ? »

Je crois que je peux demander une mise en stand-by et je sais que j’en ai le droit.

« C’est vrai, est-ce ce que tu veux ? Tu peux me le dire. »

Non ce n’est pas ce que je veux. Je n’arrive pas à gérer c’est tout. Je ne vais pas chercher d’échappatoire.

« Tu comptes regarder la prochaine saison de Teen Wolf ? »

Peut-être.

« Tu ne suis pratiquement plus de série. Et tu n’as pas été transportée par X-Files. Adolescente tu adorais cette série. »

Oui comme tu dis, adolescente j’adorais cette série.

C’est comme avec les magazines féminins, je ne parviens plus à lire que ceux qui traient d’arts créatifs ou d’une vision du monde différente.

« Tu as l’air de bien aimer Flow. »

Oui, c’est sympa.

« Et Vital cuisine. »

J’adore.

« Mais tu ne lis plus Glamour, Biba, ce genre de magazines. »

Glamour je n’arrive plus, Biba, à l’occasion mais je m’en lasse vite.

« Et tu aimes bien la nouvelle tradition du livre du mois. Cela te donne envie de lire davantage. »

J’avais oublié combien j’aimais la lecture plaisir. 

« Sais-tu pourquoi Astaroth te l’a suggéré ? »

Non, mais j’aimerais savoir lequel d’entre vous m’envoie les impulsions qui font que je choisis tel ouvrage plutôt que tel autre ?

« Peu importe. Au final tu les apprécies car nous te suggérons des ouvrages qui correspondent à tes goûts. C’est ce qui compte. Qu’est-ce que tu préfères, drôle ou profond ? »

Ah, l’un n’empêche pas l’autre, j’ai pu le constater.

« Excellente réponse. S’ouvrir à des univers variés est une manière idéale d’apprendre à mieux voir, ma douce Sylvie. »

Je vois !!!

« Pour pouvoir cueillir les fruits du verger il faut avoir pris le temps de s’occuper des arbres.  

 Accepte ce qui se passe en toi Sylvie, ce sera toujours plus simple. Nous ne faisons que t’accompagner, ce n’est pas nous qui initions, c’est ton âme.

Accepte de mieux voir. »

Merci Eledahiel.

Bonne journée à tous ;)  

Petit poisson

Petit poisson 16031611090217181814066552

Bonjour à tous,

« Qu’est-ce qui est mieux, la préparation du voyage ou le voyage lui-même, ma belle Sylvie ? », me demande Roéchel.

C’est sympa aussi la préparation.

« Tu as encore acheté tes produits en format voyage. »

C’est ce que je préfère, remplir la trousse de toilette de plein de produits neufs !

« On ne trouve pas ce genre de produits sur le bateau ? »

Sur le bateau tout ce qui est nécessaire coûte ridiculement cher. A commencer par le forfait boisson complet.

« Tu as le choix. »

Un choix limité, je ne suis pas seule dans la cabine. Il fallait qu’on tombe d’accord. En l’occurrence cela n’a pas posé de problème ceci dit. Aucune de nous n’était prête à payer plus de 300 € pour le forfait boisson complet.  Adieu mini-bar !

En même temps, avec le forfait classique je peux avoir les boissons que je veux puisque je ne bois pas d’alcool. Elle en revanche n’aura pas de champagne et le vin sera au verre…

« Comptes-tu acheter des colliers ou bracelets au centimètre ? »

Je ne sais pas ce que je vais acheter ou pas. La seule chose que je sais c’est qu’il faut que je mange au restaurant tous les jours et que je fuis le snack si je ne veux pas être malade à cause de mes intolérances.

« Et tu comptes dormir plus de 4h par nuit ? »

Ce n’est pas gentil franchement. Quand il y a de l’ambiance c’est difficile d’aller se coucher même en sachant qu’on a réservé une excursion le lendemain.

Je vais essayer de passer plus de temps à me reposer. Que je le fais d’habitude pendant mes vacances. Mes collègues riaient encore l’autre jour en rappelant que je tombe souvent malade juste après les vacances.

Mais c’est du passé, ça n’arrivera plus !

« Et pour le forfait spa ? »

Seigneur, tu crois que le montant qui figure sur la brochure est correct ? Non parce que, c’est assez dissuasif je trouve ! Je croyais qu’il n’y avait qu’internet qui était plus cher que le forfait boisson complet.

« Tu sais bien qu’ils font des offres à l’embarquement. Souviens-toi de la manière dont tu avais été happée l’an dernier. »

Oui c’est vrai. On verra, ce serait un bon moyen de me détendre, j’y songe, j’ai entendu vos conseils. Ne pas se jeter sur les chips qui accompagnent systématiquement les boissons servies au bar, préférer le pont extérieur aux galeries quand il y a du monde au moment des promotions. Ne pas commander cocktail sucré sur cocktail sucré. Juste un par jour et boire beaucoup d’eau.

« Et préférer les excursions intéressantes aux achats impulsifs qui te laissent une sensation de vide. »

Pourquoi il y a cette sensation au lieu du plaisir de l’achat ?

« Il y a plaisir de l’achat devant l’article qui trouvera naturellement sa place dans la garde-robe ou qui fera plaisir à tes proches. Pas devant celui acheté rapidement parce qu’il y a du monde, que tu ne gères pas les énergies environnantes largement influencées par le contexte artificiel du bateau et que pour évacuer tu agis de manière impulsive. Avant d’aller passer des heures à avaler cocktail trop sucré sur cocktail trop sucré en regardant l’animation du soir avant d’aller danser parce de toute façon c’est comme ça, vous êtes là pour rester éveillés.

Tu croyais être tombée malade par hasard l’an dernier ?

Tu seras coincée sur le bateau et tu ne supportes pas d’être entourée à la fois d’eau et d’énergies pesantes. Ce sera un bon exercice pour toi, apprendre à prendre soin de toi dans un contexte a priori agréable mais qui ne l’est pas en réalité et donc ne te convient pas. »

Il y a une excursion qui prévoit une randonnée.

« N’oublie pas ton appareil photo. »

Tu plaisantes, il ira partout où j’irai ! Merci Roéchel.

Bonne journée à tous ;)  

Un jour…

Un jour... dans Amour physique 16031602054817181814064475

Bonjour à tous,

« Alors ma douce enfant, comment va ton ami aux tablettes de chocolat ? », me demande Eledahiel.

Il va bien.

« Son amie aussi ? »

Oui, les deux vont bien.

« Et tu es en bons termes avec les deux. »

Oui, c’était ce que je souhaitais. Surtout au regard du contexte.

« Ton cœur ne saigne toujours pas, mieux, tu souris à l’évocation de ce passage de ta vie, pas si lointain par ailleurs. Il fait définitivement parti des possibilités passées pour toi ? »

Je pense.

« Tu savais que tu ne ferais pas de nouvelles rencontres tout de suite. »

Je savais oui, c’était le moins agréable, renoncer à un gars qui me plaisait, contre rien en échange. Si ce n’est ce vide qui bien que connu ne me paraisse toujours pas familier. Cette sensation de glace permanente, c’est une obligation ?

Je ne trouve plus le manteau que Lauviah m’avait donné.

« Ah oui, il n’est pas sur tes épaules ? »

Non, il n’est plus là ! Heureusement que les Dragons sont là. Notamment la mienne, celui de Lauviah et Asherah.

Tu crois que j’ai égaré le manteau ? Du coup je sens le froid. Je ne le sentais que très rarement en vérité avant. Mais depuis quelques jours il se fait plus vif. Et je fais de drôles de rêves…

« Peut-être que le temps va se réchauffer. Ou que tu n’as plus besoin de manteau. Ou que de toute manière il n’y a déjà plus de glace au sol. Tu as vu, tu peux voir la terre maintenant. »

Tu parles, c’est sûrement la représentation spirituelle d’une vallée sèche, pareille à celles qu’on trouve en Antarctique !

« La terre semble fertile, tu devrais regarder. Tu préfères t’amuser avec le Dragon de Lauviah ? »

Je l’adore !

« Regarde la terre à tes pieds. »

Elle parait fertile. En fait je sais qu’il fait moins froid qu’au début. Mais sans le manteau, je sens plus le froid qu’au début justement.

« Il y a des personnes qui ont besoin de leur vie sentimentale pour découvrir qui ils sont et s’approcher de la forme la plus absolue de l’amour. Elles ne la trouveront pas ainsi à moins qu’elle ne tombent juste. C’est assez rare de tomber juste. Ton ami aux tablettes de chocolat, c’est ce qu’il recherche.

Pas toi. Tu te sais aimée. Et pourtant tu n’as pas d’amoureux. Tu sais que tu es aimée telle que tu es et tu as conscience que ce n’est pas par toutes tes connaissances.

L’idéal serait que tu rencontres une âme aussi vieille que toi à aimer sur Terre. Quelqu’un dont le totem principal serait aussi un félin.  

Les félins accompagnent ceux qui ne craignent pas l’obscurité parce qu’ils la connaissent. Pour autant, ils ne craignent pas non plus la Lumière car elle les nourrit.

Ils sont capables de vivre au Milieu sans être forcément du Milieu. 

Les félins accompagnent ceux qui ont compris et accepté que l’amour est aussi exigeant que généreux. Un paradoxe pour beaucoup. Qui ne sont pourtant pas capables de donner sans attendre en retour.

L’amour est aussi exigeant que généreux, cela ne te choque pas, tu l’as toujours su. D’où le désert glacé. Pas une punition, juste une réalité.

Le dernier totem de Lauviah était une panthère noire. C’est la sienne qu’il t’arrive de croiser parfois.

Ne t’en fais pas pour la perte de ton manteau. L’air se réchauffera à son tour, un jour. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)  

En écoutant « Got a long list of ex-lovers, they’ll tell you I’m insane… »

En écoutant

Bonjour à tous,

Je n’apprécie pas spécialement Taylor Swift.  Toutefois j’adore Blank space, allez comprendre. Et le clip de Bad Blood mais je n’aime pas la chanson, du coup je ne peux pas regarder le clip en boucle ce qui est une tragédie.

Pourquoi est-ce que parfois on apprécie tellement une chanson parmi tout le répertoire d’un artiste ? Puisqu’on en est aux confidences incongrues, j’aime beaucoup Criminal de Britney Spears. Alors que je ne suis pas fan non plus de Britney Spears.

J’aime beaucoup aussi  All about that bass de Meghan Trainor cependant là je sais d’où ça vient. Cette chanson passait en boucle à la salle de sport et il faut reconnaitre que c’est juste parfait quand on est sur les machines.

« Il y a des moments où la seule chose qui importe c’est que tu sois bien. Sache reconnaitre ces moments-là.

Tu en tireras de grands bénéfices. »

Je comprends, merci Roéchel.

Bonne journée à tous ;)

1234

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause