Accueil Spiritualité Et la colère qui reste

Et la colère qui reste

15

Et la colère qui reste  16061101205617181814301550

Bonjour à tous,

« On finit ? », me demande Elédahiel.

Ce sera le dernier article sur ce thème ? 

« Oui. »

Ok, on finit.

« Tu lui en as beaucoup voulu, après ce qu’il t’avait fait. Et quand tu as su qu’il était mort, tu étais encore plus en colère. Tu lui en voulais au point de vouloir te venger. Tout à coup c’est toi qui te sentais impuissante et tu ne le supportais pas. Peu après tu as découvert ta grossesse et tu as compris que tu te trouvais dans une situation inextricable.

Tu te souviens que Lauviah avait sacrifié sa dernière vie parce que tu avais aidé des femmes à avorter ? »

Oui, je m’en souviens.

« Il voulait que toi tu vives. Il s’était dénoncé à ta place et ceux qui savaient avaient gardé le silence. Pour respecter son choix. »

Je m’en souviens.

« Vous étiez mariés dans cette vie-là et c’est lui qui s’occupait de toi. Seulement, tu avais entendu un appel et tu l’avais suivi. Tu voulais que les femmes puissent être plus libres, notamment libres de choisir leur vie. Il avait essayé de te mettre en garde. Tu n’as jamais pu lui mentir. C’est ta grande particularité, tu es une piètre menteuse. Surtout quand tu es amoureuse. Il a donc su ce que tu faisais et t’a demandé d’arrêter. Tu ne l’as pas écoutée et après quelques années, tu étais sur le point d’être arrêtée. Ce qui lui a permis de comprendre que tu étais le seul lien qui le retenait encore à l’incarnation. La seule chose qu’il pouvait encore faire pour toi dans sa position c’était se dénoncer à ta place. 

Il a été condamné à mort. Peu importe où et exactement quand. Toutefois c’était il y a longtemps, bien loin de l’endroit où tu vis actuellement.

Il est resté près de toi. Mais il est devenu ton gardien préféré. N’est-ce pas ? »

Oui.

« Tu souris enfin.  Le lien entre vous ne s’est jamais brisé. Il s’est sacrifié, au sens noble du terme et tu as accepté son geste, parce que tu l’as compris. Au départ pourtant, tu ne souhaitais pas qu’il parte à ta place, tu voulais faire face. Et puis il y a eu le vide en toi après son départ, suivi d’une intervention de la Source sur laquelle nous reviendrons bien plus tard. Tu as pu finir cette vie d’une jolie manière. En aidant les femmes autrement. Pour respecter le sacrifice de Lauviah.

Vous aviez la même reliance, des objectifs et un niveau spirituels similaires. Votre parcours commun n’a pas connu beaucoup d’embûches. Cependant, je t’avoue aujourd’hui qu’il a été relativement court en vérité.

S’il était resté, vous auriez finis par vous incarner en frère et sœur et non plus en amants. Il y avait peu d’enjeux entre vous. D’où le dénouement rapide, chacun de vous ayant facilement accepté la place dans laquelle il se sent le mieux. Tu es un Ange terrestre, il est retourné dans sa dimension d’origine. 

Et tu as noué des liens avec d’autres âmes. Il s’est avéré que l’une d’elle résonnait parfaitement avec toi. Par contre elle ne te ressemblait pas, vous vous complétiez sur certains points mais surtout, vous étiez suffisamment différents pour qu’il y ait de véritables enjeux entre vous.

Une âme forte, un niveau spirituel égal au tien et une reliance totalement opposée. Dans l’astral vous vous accordez parfaitement. En incarnation, vos ego vous ont toujours mis en difficulté. Tout simplement parce que vos objectifs de vie sont différents.

Néanmoins, il y a un moyen simple de dépasser ce type de difficulté. Vous le savez tous. Seulement dans cette précédente vie commune, vous n’avez pas su vous parler. Les âmes fortes deviennent souvent des personnes dotées d’un fort tempérament en incarnation.

Tu lui en as voulu après ce qu’il t’avait fait, beaucoup. Il fallait trouver le moyen de dépasser  cette colère et cette envie de vengeance.  Tu te souviens de ce message que tu as lu à Grenade et qui t’avait touchée ? »

Success is the greatest revenge.

« A quoi as-tu pensé en le voyant ? »

A mon ancien boulot et a tout ce que j’ai fait depuis que je l’ai quitté.

« Voilà. Je n’ai pas besoin d’en dire plus, tu as compris. Et je vois que tu te sens mieux. »

Oui, effectivement.

« Une sorte de paix s’élève enfin, c’était le but de cette série d’articles. L’idée n’était pas de te mettre mal à l’aise. C’était de te permettre de dépasser un problème. Pour que tu puisses aller de l’avant. »

Je comprends.

« La vérité est que pour nettoyer une salle de bain, il faut des efforts concrets. De votre part. Tu as réalisé ces efforts. Quelle est cette photo ? »

Coucher de soleil au large de Venise.

« Passe une belle journée, Sylvie. »

Merci à toi.

Bise à tous ;)

 

  • Ni Ombre ni Lumière

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie et je vous souhaite la bienvenue sur ce blog. Je…
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
Charger d'autres articles liés
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
  • Ce dont je suis capable

    Bonjour à tous, « Alors tu vas participer à ce concours photos ? », …
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

15 Commentaires

  1. crystallia

    16 juin, 2016 à 2:04

    Coucou,

    Je ne connais pas les röstis. J’ai vu des recettes sur le net, ça a l’air bon.

    Et je me sens bien mieux oui. Je suis contente !

    Bise ;)

  2. Arc

    15 juin, 2016 à 23:30

    Bonsoir,

    Au printemps, plus tard.. Lorsqu’il fait chaud et qu’il y a ces très hauts nuages en forme d’…

    Cela me fait penser à ce rêve que j’avais fait, ou je devais passer un examen – pratique et théorique, comme pour le permis de conduire, hihi – d’alchimie. Cela se passait dans des tours, et pour la pratique, il y avait entre autre un homme avec à la place de la tête une enclume.

    Tu reprends du poil de la bête, isn’t it ?

    On a chacun des qualités particulières à cultiver. Moi ce n’est pas la douceur. Parfois je cache ma douceur comme une tare. Et parfois j’ai pas envie d’être douce, et c’est ok. Et d’autres fois je suis juste abrupte car fatiguée.

    Parfois, je suis vraiment très fatiguée. Parce que je ne suis pas un « guerrier de la lumière », moi. Moi moi moi moi moi… hihi.

    En fait, je n’aime pas cette expression. Pour moi, la Source n’a pas besoin de défenseurs.

    Glace le matin ? Soyons fous ! (Ici en ce moment ce serait plutôt un temps à manger des röstis en matinée.)

    Douce nuit ;)

  3. crystallia

    15 juin, 2016 à 2:51

    Bonjour Arc,

    Une glace au melon par exemple, sous le soleil pas brûlant du matin, au milieu d’un joli paysage agréable…

    J’imagine très bien ta joie te renvoyant à ton cœur d’enfant l’espace d’un instant.

    Alors la grêle c’est plutôt au printemps ?

    Je me souviens d’une grêle d’été ceci dit, j’étais encore enfant. Je ne l’ai pas vue tombée, j’ai juste vu les nombreux trous dans les volets de tous les voisins quand nous sommes rentrés de vacances.

    C’était impressionnant et les descriptions des uns et des autres l’étaient tout autant.

    La douceur se cultive, je l’ai appris et donc le sais.

    Il faut toutefois que je le garde en tête parce que par moment, je l’oublie bien vite.

    Bise ;)

  4. Arc

    14 juin, 2016 à 15:34

    Moi c’est la douceur qui m’est naturelle. Après, dans l’incarnation nous sommes sans cesse amenés à nous positionner face à des énergies diverses et mouvantes. C’est astringent, certes…

    Et la grèle c’est en principe pas l’hiver, car pour qu’il grèle justement il faut qu’il fasse un peu chaud. Ceci dit, je me suis méprise : elle ne naît évidemment pas du choc du feu et de la glace.. mais d’un contraste chaud/froid, et du mariage des quatre élément : feu, eau, air et terre.

    Pff.. depuis quelques années, j’aimerais attraper de la grèle pour faire des expériences, mais les très rares fois ou ce phénomène s’est présenté, le temps que j’explose un petit coup comme un enfant ayant reçu la visite du père noël, et coure chercher une bassine pour la tendre sur le balcon, j’eus à peine le temps de récolter quelques petits œufs qui, une fois rendus devant mon frigidaire, avaient presque complètement fondu. Niargh !

    D’où ma joie ce printemps lorsque la grèle nous surprit mon père et moi, couronnant un petit voyage que nous nous sommes accordés. Et bien accordés nous fûmes. Après un voyage contrasté le matin, nous découvrîmes une ville et ses allégories (dont j’avais rêvé peu avant) sous les rayons chaleureux du soleil. Puis, grâce à la grêle, magique sur ces vieilles ruelles pavées, nous découvrirent des façades cachées aux inscriptions énigmatiques. Sur un fond d’orgue sombre et terrible que mugissait la cathédrale. Sacrée journée, parfaitement équilibrée.

    Moi je dis, rien de tel qu’une bonne glace sous un doux soleil ;)

    (Après un léger gommage : j’adore exposer ma peau à l’air et au soleil après un léger gommage, les cheveux au vent, partant sobrement… il est des moment le moindre sac, le moindre élastique à cheveux ou de culotte me sont tels une entrave. Même le porté d’un vernis à ongle m’est insupportable.)

  5. crystallia

    14 juin, 2016 à 2:18

    Bonsoir,

    La dernière fois que j’ai vu tomber de la grêle, j’allais encore à l’école primaire je crois. Je trouve cela impressionnant.

    En Martinique il ne grêle pas. Et il fait chaud le plus souvent. J’aime le temps ici, il me convient bien. Je n’aime pas le froid et l’hiver.

    J’aime sentir le soleil sur ma peau nue, c’est même ce qui me plait quand il fait beau. Alors même que je suis sujette aux coups de soleil, je ne peux donc jamais m’exposer beaucoup ou longtemps.

    Je préfère pourtant les coups de soleil aux coups de froid. Ceux-là je les trouve trop brutaux, comme dans la vie relationnelle.

    Pour moi aussi le meilleur cadre reste en fait la douceur.

    Bise ;)

Consulter aussi

Le calme

« Le calme s’apprend et s’apprécie en fonction de votre approche de…