Accueil Spiritualité Reine des abeilles

Reine des abeilles

16

Reine des abeilles 16062403534417181814330530

Bonjour à tous,

« Alors, ce mal de ventre inexplicable a disparu ? », me demande Elédahiel.

Ca va mieux.

« Et qu’est-ce qui n’allait pas ? »

Le médecin a dit que c’était à cause des fibromes.

« Elle a dit ça… »

Oui.

« Comment la trouves-tu ? »

Je l’aime bien, je retournerai la voir.

« Nous t’avons conseillé de changer de médecin. »

Tu vois, j’en ai tenu compte. Elle, je l’aime bien.

« Les deux autres se conduisaient mal envers toi. Tu leur as dit non ils n’ont pas voulu en tenir compte. Pourtant ils ne se sont jamais montrés violents. Seulement ils auraient dû tenir compte de tes refus.

Il valait mieux que tu changes de médecin. »

J’ai eu un bon contact avec cette dame et son cabinet est proche de chez moi et facile d’accès. Et elle ne prend pas sur rendez-vous, ce qui est un critère important à mes yeux. Je retournerai la voir quelques fois avant de prendre une décision.

« Le charmant jeune homme semble avoir compris que le vent a définitivement tourné. Sans heurt, sans cri, c’était ce que tu voulais. En gardant le sourire tu as su faire passer ton message. Son amie a compris également que tu n’étais pas une menace pour son couple.

Vous avez su faire preuve d’intelligence toutes les deux. De belle manière. Aucun esclandre, aucune explication mais tout ce qui devait est passé. C’est très bien.

Lui a eu davantage de mal à entendre le message mais, tu es restée sur ta ligne. D’ailleurs bien d’autres ont compris ton message. Sans que tu n’aies jamais besoin de te mettre à crier même symboliquement.

Alors maintenant dis-moi, que s’est-il passé quand tu es arrivée dans cette entreprise ? »

Justement j’en parlais à ma mère, je n’ai pas compris. Je me suis retrouvée à la place de cette fille qui dans les séries américaines sans savoir pourquoi attire tous les gars du jour au lendemain. Je ne sais pas pourquoi.

« Tu n’étais ni la plus jeune ni la plus belle. »

C’est ce que je sais justement, c’est pourquoi je ne comprends pas. Tu as vu les filles de l’autre étage ? Il n’y a quasiment que des bombes. 

« Pourquoi tu ne t’es pas laissée griser ? »

J’ai 35 ans moi. Je ne sors pas du ventre de ma mère. Alors dis-moi honnêtement, c’était dû à quoi, un pari ?

« Et les deux médecins, c’était dû à quoi ? »

Alors eux, je ne sais pas, peut-être le fait que j’ai le contact facile et que je discute facilement. 

« L’un des deux est marié depuis de nombreuses années. Il t’a proposé de te rencontrer discrètement tandis que tu ferais escale en Guadeloupe durant une de tes croisières. »

J’avais décliné. J’avais été surprise par sa proposition, je n’ai pas compris non plus…

« Tu penses que tes collègues ont fait un pari ? »

Ce serait une explication. Chaque jour mon attitude rappelle que je viens d’abord pour travailler et que je ne recherche pas d’aventure rapide sur le parking comme certaines…

« Tu as voulu imposer le respect de ta personne. »

C’est vrai.

« C’est la manière dont tu t’y es prise qui est intéressante. »

Je n’allais pas arriver avec un bazooka. Je côtoie ces personnes tous les jours tu vois.

Je voulais qu’ils acceptent mon point de vue sans que j’aie besoin d’élever la voix. Je suis contente d’être sur la bonne voie pour cela. Il y en a qui ne veulent pas comprendre mais moi je ne suis pas pressée.

« Tu continues de porter des jupes bien courtes. Et de t’accrocher à ton message. Beaucoup ont déjà compris. Toutefois il y a également ceux qui se disent que tu auras forcément un moment de faiblesse. D’autres non plus ne sont pas pressés. »

Je suis douée à ce jeu-là. Ils n’ont pas encore idée.

« Effectivement. Tu as une volonté de fer. Et tu ne veux pas de ce qu’ils te proposent.

Tu as réussi à renvoyer le charmant jeune homme dans ses pénates sans un mot. Alors qu’il te plaisait réellement. »

Tu sais déjà, noir ou blanc. Il n’avait rien d’autre que du gris à me proposer.

« Et qu’en est-il du jeune célibataire gentil ? Celui-là semble sincère. »

C’est la raison pour laquelle je préfère être claire avec lui. Il ne m’attire pas, je ne me vois pas sortir avec lui. Sans avoir besoin de lui rentrer dedans, je voulais qu’il comprenne mon point de vue. Et je sais que c’est le cas.

« Pourquoi crois-tu qu’ils ont fait un pari ? »

C’est quoi l’explication alors ? Tu l’as dit toi-même, je n’étais ni la plus belle ni la plus jeune. Soudain on aurait dit que j’étais la reine des abeilles, on ne voyait que moi. Alors qu’objectivement, nombre de mes collègues sont franchement belles, elles sont drôles, intelligentes…

Je le reconnais. 

« Et pas toi ? »

Lol, je ne dis pas que je suis le vilain petit canard. Mais, j’ai trouvé et trouve toujours étonnante une telle fascination. Quand certains me regardent j’ai l’impression d’être la huitième merveille du monde. Certains m’ont fait des déclarations aussi inattendues que démesurées.

Je reconnais que c’est flatteur et agréable. Seulement je ne me retrouve pas dans tout cela, je ne ressens pas les mêmes élans et donc je ne comprends pas. 

Je voudrais juste que l’on soit sincère avec moi. C’est tout.

« Certains ont été sincères, ils t’ont proposé de devenir leur maîtresse. Ou t’ont dit que s’ils étaient plus jeunes ils chercheraient à te séduire. Ou encore qu’ils te trouvaient belle et se sont arrêtés à cela pour diverses raisons.

Beaucoup ont été sincères. Comme les médecins. Seulement, tu n’étais pas sur la même longueur d’ondes. Alors nous sommes intervenus, pour t’aider à évacuer ces énergies qui t’auraient gênée.

Pour que tu restes sur ton nuage rose. Tu as fait le reste, brillamment, je voulais te le dire.

Sans changer, en restant toi-même tu as su te faire entendre. Du coup tu continues de fasciner certains. Tandis que d’autres se demandent quel genre d’hommes te fait craquer. »

Le genre qui ne se demande pas ce que j’ai envie d’entendre.

« Tu ressembles à une femme-enfant. De prime abord. Ta véritable personnalité ressort de mieux en mieux ceci dit. Ce n’est pas pour rien que nous revenons sur les mêmes sujets. Cela te permet de voir ta propre évolution.

Tu te souviens de ce dialogue à la parfumerie ? Tu as dit que tu n’appréciais pas le côté femme fragile d’un parfum. La vendeuse a répondu, plutôt femme de caractère ? Tu as répondu, oui voilà.

Va au bout de ton idée, cherche plutôt le parfum qui convient à une femme fatale. »

Tu me vois en femme fatale ?

« Tu te souviens de ce que te disaient les médecins ? Oui, tu t’en souviens. Mais cela te passait par dessus la tête. Tu te souviens de cet homme qui t’avait dit qu’il laisserait sa femme si tu voulais de lui ?

Plus tard, dans quelques temps, nous reviendrons sur le sujet, petite Sylvie.

C’est fini pour aujourd’hui. Passe une belle nuit. »

Merci à toi…

Bise à tous ;)  

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres articles liés
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

16 Commentaires

  1. Arc

    1 juillet, 2016 à 10:39

    Coucou !

    Oh, mais je commence à adorer tes histoires de Fleur ! J’attends la suite de ces aventures ;)

    Bise à Sylvie

  2. Fleur

    1 juillet, 2016 à 9:35

    Bonjour Sylvie,

    Merci !

    C’est vrai que c’était une drôle de surprise d’autant que juste avant j’ai « trouvé » un crapaud en soulevant une motte de terre attachée à une touffe d’herbe que je voulais enlever, du coup je l’ai re-caché dessous !

    Bises

  3. crystallia

    30 juin, 2016 à 11:49

    Elle est super mignonne Fleur, j’avais oublié de te le dire !

    Bise ;)

  4. Fleur

    28 juin, 2016 à 12:20

    une petite photo de ma p’tite chouette chevêche d’Athéna :

    http://surmonfildor.fr/wp-content/uploads/2016/06/IMG_2110.jpg

  5. Fleur

    28 juin, 2016 à 11:10

    Bonjour Sylvie,

    Oh c’est drôle que vous parliez d’oiseaux !

    Samedi j’ai trouvé un bébé chouette chevêche dans ma pelouse. Aucune idée d’où elle pouvait venir car j’habite en semi-ville et il n’y a pas de grands arbres à côté de mon terrain …
    je l’ai confiée à une vétérinaire qui est en contact avec une association spécialisée en oiseaux sauvages.

    (Pour la petite histoire, ma fille avait cassé une de ses chouettes la veille et elle en était très vexée !)

    Bises et Merci pour tout !

  6. crystallia

    28 juin, 2016 à 2:10

    Coucou,

    Ma dent est cariée ! Il faut que je fasse cette radio panoramique que m’a demandée le dentiste.

    Ceci dit je vais bien, je ne suis pas malade cette semaine, je croise les doigts lol !

    Les geais bleus, cela me rappelle le livre que j’ai lu ce mois-ci, l’héroïne en avait après les geais bleus parce qu’ils empêchaient les oiseaux plus petits de venir se nourrir dans ses mangeoires.

    J’ai bien aimé ce livre. J’ai hâte de choisir celui du mois prochain.

    Merci à vous.

    Bise ;)

Consulter aussi

Moralité différente

Bonjour à tous, « Pourquoi es-tu choquée, tu veux m’en parler ? &raq…