Accueil Spiritualité Plus créatif

Plus créatif

11

Plus créatif 16072504090217181814392846

Bonjour à tous,

Dis-moi Elédahiel, je vais poser une drôle de question…

« Oui ? »

C’est possible de ressentir de la fatigue spirituelle ?

« Pourquoi cette question ? »

Pour savoir.

« Pourquoi cette question ? »

Je me demandais c’est tout. J’ai l’impression d’avoir beaucoup marché et je réalise que j’ai envie de me poser un peu maintenant.

« Ce sentiment est-il lié à une fatigue physique ? »

Non.

« Une fatigue psychologique ? »

Non, je ne suis pas déprimée.  Et je n’ai jamais fait de dépression. Je sais bien que nul n’est à l’abri. Mais je ne pense pas que ce soit le souci.

« Qu’entends-tu par envie de te poser ? »

Je crois que ce n’est pas pour rien que je n’ai pas posé de congés en fait. Je ressens l’envie de simplement profiter de chaque journée. Sans enjeu particulier mais sans forcément être en vacances. Je veux juste profiter de chaque journée.

« Qu’est-ce qui t’empêche de le faire ? »

Rien, si ce n’est que j’ai du mal à gérer les attentes des personnes qui m’entourent. Parce que parfois, je ne peux rien faire moi. Mais soit ces personnes viennent me voir soit je sens que ça ne va pas. 

Ma mère me tanne pour savoir ce que je perçois au sujet de la carrière de ma sœur. Mon frère veut changer de voie et son adorable copine galère énormément. Nous étions amies avant qu’elle ne sorte avec mon frère. Mon oncle est très malade mais son comportement fait fuir tous ceux qui voudraient l’aider. Et il me tanne pour que je prenne le même type de décisions que lui sur le plan professionnel. Chaque fois que je le vois. Du coup alors qu’il est malade, je ne vais plus le voir.

Et puis mes parents ont accepté de garder le bébé de ma sœur ce mois-ci mais c’est une telle tornade, ils sont tous les deux fatigués. Seulement en fait aucun des deux n’aime sa vie. Ce qui me saoule. Ce qu’on perçoit peut être plus lourd que ce qui est dit.

Le compagnon de ma sœur veut changer de vie, son patron lui en fait voir et il en a assez. Il tanne ma sœur pour qu’elle soit plus ambitieuse. Ma mère aussi. Toutefois ma sœur ne veut pas se lancer de défi de ce genre, elle ne croit pas assez en elle.

Quant à mon père il est du genre à freiner et refroidir les ardeurs de tout le monde dès qu’il s’agit de travail. Si on l’écoute il faut juste courber l’échine et attendre la retraite.

Moi je n’ai pas envie de pousser qui que ce soit dans la moindre direction. J’entends des plaintes, je sens les insatisfactions. Je sais quels conseils il faudrait donner. Mais je sais aussi qu’il y a une heure pour recevoir. Cette leçon m’a été difficile à apprendre mais c’est rentré. Il y a une heure pour recevoir et tant que celle-ci n’est pas arrivée, on ne peut accueillir.

Je vois trop de personnes dans mon entourage pour qui l’heure de recevoir tarde à arriver. De mon point de vue. De manière plus objective elle arrivera quand elle arrivera.

En attendant que faire quand les gens sont là avec leurs paquets douloureux et que l’on sent dès qu’ils s’approchent ?

Au travail devant les clients c’est facile. Je suis une négociatrice, j’amène les gens vers moi et ensuite je leur montre la direction qui m’intéresse. J’écoute tout ce qu’ils ont à dire mais je négocie de manière fermée. C’est ma solution qui est la bonne. C’est tout.

J’ai vu des gens se mettre à pleurer, quitter mon bureau en colère (pas la majorité de mes clients). Mais ces mêmes personnes sont revenues vers moi. Et c’est quand les gens admettent ma solution comme étant valable au moins pour moi, que je lâche du lest. Ce que je ne suis pas obligée de faire en réalité. Je le fais parce que je le peux. Et parce que je comprends les difficultés.

Un de mes clients me tanne pour obtenir un prêt. Je lui ai répondu maintes fois non. Je lui ai expliqué pourquoi je lui disais non. Seulement il a l’impression que ses besoins priment sur les intérêts de mon entreprise et il s’avère que mon boss et le directeur de l’agence voient les choses autrement. Je comprends tout à fait son problème. J’y vois une solution simple. Il ne veut pas en entendre parler.

J’ai déjà utilisé toute la latitude dont je disposais sur ce dossier. Je vais devoir faire la méchante. Ce n’est pas ce que je préfère. Mais ce client-là ne se rangera pas à mon avis. Pas de bonne grâce.

Je vais le laisser se croire une victime du système et se fatiguer. Il n’a pas les moyens de ses ambitions mais ne l’admet pas. 

Les rapports de force avec les clients, surtout les hommes bizarrement, j’ai l’habitude. Dernièrement il y en a un qui a essayé de me dire comment je devais travailler. Je lui ai rappelé qu’on obtient de meilleurs résultats avec l’amabilité qu’avec la grossièreté.

Et je ne comprendrai jamais les gens qui pensent qu’une demande peut être formulée en commençant ses phrases par « il faut que vous ».

Cependant le travail c’est une chose particulière. Je sais faire la part des choses. Je sais pourquoi je prends telle ou telle décision sur les dossiers. Seulement je sais aussi les conséquences qu’il peut y avoir derrière.

Du coup je préfère quand j’arrive à discuter avec le client, à trouver une solution avec lui. 

L’autre jour je discutais avec une collègue. Elle me disait que les gens marquaient toujours un temps d’arrêt quand elle leur expliquait que son travail consistait à pratiquer des saisies. On a rigolé. Que faire d’autre ? C’est son boulot.

Parfois j’ai la tête un peu chargée parce que quand je rentre chez moi, je ne trouve pas le calme. Ou alors je suis physiquement fatiguée parce que je me sentais d’humeur à beaucoup travailler. Ca arrive plus souvent que rarement en vérité. J’aime quand j’ai du travail. Je n’aime pas quand je n’ai pas grand-chose à faire. Et je ne peux même pas en parler avec les collègues parce qu’ils s’énerveraient.

Il arrive que je doive faire durer trois malheureuses tâches sur toute une journée. Je ne dis rien, je sais pourquoi. Mais je n’aime pas cette situation.

D’autres fois, je suis lassée de devoir faire le même genre de choses depuis deux ou trois jours et je n’arrive pas à me motiver.

Et donc dans tous ces cas de figure que je viens de citer, je puise dans mes ressources spirituelles. Parce que je ne sais pas vers quel autre puits me tourner.

Par moment ceci dit, on dirait que le puits a besoin d’être rempli… Alors qu’il est toujours plein.

J’ai besoin de me poser ça veut dire, j’ai envie de vivre autrement c’est ça ?

« C’est ça. Ce n’est pas une fatigue spirituelle, c’est bien psychologique. La déprime n’est pas le seul problème psychologique possible. En l’occurrence tu sais que tu n’es pas malheureuse. Tu réalises que tu as envie de plus de douceur dans ta vie. Et tu voudrais exercer un métier plus créatif seulement tu sais ne pas être formée pour cela.

Tu n’es pas mentalement fatiguée, juste taraudée par le besoin d’essayer de répondre à cette envie de plus de créativité dans ta vie. Ce qui est la raison pour laquelle les problèmes de tes proches semblent si présents. 

Tu n’as pas essayer de transmuter ce que tu reçois d’une façon créative ? Essaye. Fais le juste pour toi, sans enjeu. Ce sera ta façon de te poser. »

Merci Elédahiel. Je crois que je vais écrire de petites histoires.

« Par exemple. »

Bonne journée à tous ;)

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres articles liés
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

11 Commentaires

  1. crystallia

    2 août, 2016 à 11:00

    Bonjour Camille,

    Tant mieux si tu trouves de l’inspiration.

    Moi aussi j’ai déjà eu envie de lire un livre après que quelqu’un en ait parlé.

    D’autres fois, le plus souvent en fait, je vais à la librairie et je vais vers ce qui m’attire.

    Bise ;)

Consulter aussi

Fast fashion ?

Bonjour à tous, « Est-ce que tu rencontres un souci en ce moment ? Quelque chos…