Archive pour octobre, 2016

Saison des pluies

Saison des pluies  16103012301717181814593530

Bonjour à tous,

Cette semaine je vous emmène au jardin. 

« Ce que tu aimes ce sont les jardins fleuris. », me dit Gabriel.

Oui.

« Ce qui n’est pas difficile à obtenir sous le climat tropical des Antilles. »

Effectivement. Surtout avec une saison sèche qui ressemble à la saison des pluies…

« Actuellement c’est quelle période de l’année ? »

La saison des pluies.

« Laquelle préfères-tu ? »

Je m’en fiche. Ici, peu m’importe la période. J’aime le climat de toute manière.

« Alors que tu n’aimais ni l’automne ni l’hiver. »

Je n’aime pas le froid. 

« Il suffit de se couvrir. Seulement tu avais pris des habitudes de Marseillaise. Les gens ne se couvrent pas suffisamment à Marseille. Du coup ils sont surpris les quelques fois où il fait très froid. Et pour eux très froid c’est en-dessous de 10°C. »

Lol, c’est vrai, je m’en souviens bien. On dit qu’en fait il porter des couches de vêtements.

« Ce que tu ne faisais pas. »

Non. Mais à Marseille le souci l’hiver c’est le mistral. Parfois le fond de l’air est bon, souvent même. C’est le vent qui fait qu’on dirait qu’il fait -10.

Du coup on se dit je vais mettre mon écharpe et mes gants. Et c’est tout. Pour le reste on s’habille normalement.

« Il y a des gens qui s’inquiètent quand le vent atteint exceptionnellement 90 km/h dans certaines régions. »

Des gens qui gagneraient à aller faire un petit séjour dans le sud de la France. Après quinze jours de mistral ils s’inquièteront nettement moins souvent.

J’ai même vu des gens plonger, en plein hiver, dans la méditerranée démontée par le vent. J’avoue que je ne le ferais pas.

Mais c’est beau une mer démontée, je voudrais pouvoir en prendre quelques photos.

« Retourne à Marseille. »

Je l’envisage pour l’été prochain.

« A moins qu’on ne te propose un beau voyage. »

Je ne sais pas si j’accepterai cette fois. Je réfléchis.

« Tu réfléchis à beaucoup de choses en ce moment. Écoute, le plus simple dans la vie c’est de se diriger vers ce qui te fait le plus envie. 

Même si tu es gênée par ceci ou cela, reste sur ce qui te fait envie et suis le chemin. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)

Ce qui est bon pour soi

Ce qui est bon pour soi 16103001292017181814592960

Bonjour à tous,

« Tu as compris mon message ? », me demande Lauviah.

Pourquoi ne pas avoir fait comme Elédahiel qui me dit, tel homme n’est pas pour toi. Tu n’avais qu’à me dire que cette voiture n’était pas pour moi ! C’est quoi cette série de rêves bizarres que tu m’as envoyés !!!

« Ils étaient en grande partie évacuateurs, d’où le côté bizarre. Assume tes envies, sois consciente de tes choix. »

Bon, je sais ce qui me faisait tiquer sur ce modèle, je vois que tu me conseilles d’en tenir compte. Le souci c’est que je ne sais plus laquelle choisir. 

« Tu te souviens de la Ferrari qui a failli te renverser l’autre jour ? Est-ce qu’elle te plait ? »

Non, je suis plus Lamborghini…

« C’était une question sérieuse. »

Voici une réponse sérieuse, je ne cherche pas une voiture de sport. Encore moins une qui soit à ce point au-dessus de mes moyens.

« Tu vas retourner chez Audi et regarder les modèles autres que l’A1. Nous savons que tu n’as pas retenu ce modèle en raison de la faiblesse des équipements. Mais tu n’avais pas regardé les autres. Non, il n’y a pas que des berlines estampillées père de famille de 50 ans.

Ensuite, tu retourneras chez les concessionnaires où tu as vu des modèles intéressants. »

En fait j’aime bien la Juke bleue.

« C’est la couleur seule qui te plait. Tu ne devrais pas t’arrêter à cela.

Ma mère aime bien la Toyota.

« Pas toi, or c’est toi qui achètes et tu as déjà dit à ta mère qu’elle ne te plait pas. Retourne chez Audi, regarde les différents modèles, même les berlines et ensuite, tu verras que tu auras une idée plus claire de ce que tu veux.

A ce moment-là, rappelle-toi que tu n’as pas d’enfant, que tu as le droit de vivre ta vie et fais-toi plaisir. »

Mon frère a dit que si j’achetais une mini Cooper il me roulerait dessus avec sa voiture qu’il me trancherait la gorge et qu’ensuite il boirait mon sang.

« Chamaillerie de frère et sœur. Tu lui as répondu que tu allais revenir le voir avec une photo du modèle que tu as choisi et le proforma. »

Je vais me gêner.

« Chamaillerie de frère et sœur. Inutile de s’étendre, vous savez l’un comme l’autre à quoi vous en tenir. D’ailleurs ta mère n’a pas levé la tête en vous entendant. En revanche elle a esquissé un sourire. »

Lol, j’aime bien titiller mon petit frère…

« As-tu envie de ce modèle ? »

Non, il peut l’avoir. Je ne l’achèterai pas avant lui. Je passerai juste prendre une petite photo…

« Ton frère est la dernière personne qui t’adresserait un commentaire négatif sur ton envie de changer de véhicule. Tu sais déjà qui ne te soutient pas.

Ne t’inquiète pas. Fais-toi plaisir, c’est tout.

Tu apprendras que nul autre que toi ne sais ce qui est bon pour toi. Tu l’apprendras et tu t’en souviendras. Reste à voir de quelle façon tu souhaites l’apprendre. »

Merc i à toi.

Bonne journée à tous ;)  

Un aboutissement

Un aboutissement 16102903461217181814590314

Bonjour à tous,

« Pas si simple de trouver une nouvelle voiture, ma douce enfant ? », me demande Lauviah.

Ce matin j’étais sure d’avoir arrêté mon choix. Mais quand je suis retournée chez le concessionnaire et qu’il m’a annoncé revenir sur les conditions sur lesquelles nous nous étions pourtant entendus, je n’ai pas apprécié.

Je suis allée ailleurs.

« Où tu pensais avoir trouvé chaussure à ton pied. »

Mais ma mère m’a dit vouloir la voir. On est retourné ensemble chez le concessionnaire et elle a dit, ce n’est pas pour toi, cette voiture ne te ressemble pas.

Je ne sais pas pourquoi je l’ai écoutée. Peut-être parce que plus d’une fois ses conseils sont tombés à point nommé. Je lui ai demandé avec quelle voiture elle me verrait, on est allée un peu plus loin et le vendeur nous a proposé cette voiture dans laquelle je ne me suis absolument pas reconnue. Je ne me voyais pas l’acheter.

Ma mère l’a vite compris, elle m’a dit la trouver élégante mais comprendre qu’elle ne me plaisait pas.

J’étais contrariée. Et elle a dit, allons voir tel autre concessionnaire. C’est sans conviction que j’ai répondu, pourquoi pas.

« Au final vous avez toutes les deux appréciées la Jeep Renegade. »

Elle est toute mignonne ! Si j’avais eu envie d’un 4×4, je l’aurais considérée. Même ma mère qui déteste ce type de véhicules, l’a trouvée jolie.  

« Vous aimez bien la Juke aussi. »

J’aime le bleu du modèle d’exposition. Et pourtant je n’aime pas les voitures bleues. Ni le bleu qui est une couleur difficile. Pour moi.

« Tu as vite l’impression qu’il y a trop de bleu. »

Exactement.

« Tu détestes la Renault Talisman. »

Quelle horrible mocheté !!! A-t’on seulement idée ? Et c’est ça qui remplace la Laguna ?

Ah je ne comprends pas, elle est moche, a cet horrible côté rétro qui me fait penser aux voitures des années 70-80 et puis certains coloris, mais c’est juste pas possible !

C’est pour quel type de clientèle ?

« Si tu avais le choix entre la Jeep Renegade et la Renault Talisman ? »

Tu plaisantes ? Comme s’il était possible d’hésiter !

« L’une est toute en rondeurs, l’autre ressemble davantage à une berline familiale. Et tu n’aimes pas les berlines. »

C’est vrai.

« Tu ne comprenais pas pourquoi tant de collègues choisissaient des SUV, tu te souviens ? »

C’est à dire qu’il n’y a pas un tel choix en fin de compte…

Lol !!!

« Et en fashionista tu as fait le choix d’une voiture qui plait aux femmes. »

C’est vrai !!! En fait je tiens compte de l’aspect esthétique. Je m’en suis bien rendue compte.

« La Renegade aussi a ce côté joli que tu aimes. Toi tu sais faire la distinction entre beau, joli, mignon et quelconque.

Certains véhicules doivent leur succès à des personnes, majoritairement des femmes, comme toi. Telle la Suzuki Swift. Ou l’Audi A1.

Toi tu ne regardes pas d’abord la vitesse. Tu regardes après. Cette voiture qui ne t’a pas plu, que tu trouvais trop masculine et trop carrée, elle avait des qualités.

Tu le sais mais ne te voyais pas avec.

Nous voulons que tu sois heureuse et que tu te sentes bien. Tout comme ta mère, qui t’ayant vu évoluer ces derniers mois a compris pourquoi tu voulais une nouvelle voiture.

C’est comme un aboutissement après avoir consacré autant de temps à découvrir qui tu étais puis à tenter de faire correspondre la femme que tu étais devenue à l’intérieur avec la femme que tu es à l’extérieur.

C’est pour cette raison que tu t’es mise au sport, que tu as acheté des vêtements, des bijoux, que tu as pris le temps de rechercher la coiffure idéale et le parfum parfait.

Tu aimes bien Rêve de Van Cleef apparemment. Bien plus que Guilty finalement. Et tu aimes porter du vernis à ongles clair sur les mains.   

Tu ressens le besoin de voir à l’extérieur le résultat des efforts fournis à l’intérieur.

Quel heureux hasard, ta banque d’étudiante serait ravie de financer ton nouveau véhicule à un taux que tu ne trouveras pas en Martinique.

Ta chargée de clientèle t’avait avoué que son salaire était moins élevé que le tien malgré 14 ans d’ancienneté. » 

J’ai su que dans certaines banques, la situation était un peu compliquée. Des NAO décevantes, peu d’avantages concrets, un comité d’entreprise qui n’a pas de moyens…

Et pas en Martinique, dans des banques outre-Atlantique.

Quand je dis aux collègues de Nantes à noël au téléphone, on a reçu le second panier de cadeaux, ils me répondent, le second !!!

Ou quand je dis, on a reçu les agendas, ils me répondent, au pluriel !!!

« Tu n’achètes jamais de champagne à noël et tes parents non plus. Par contre il t’est arrivé d’en ramener quatre à la maison. »

Oui, mais c’est un peu exceptionnel…

« Tu sais pourquoi tu as soudain eu envie d’une voiture neuve. Tu sembles avoir trouvé un véhicule qui te plait. Tu es contente ? »

Oui. 

« Tu vas avoir besoin d’un nouveau logement. Bientôt. Tu sauras quand. Avant ta maman attend quelque chose. »

Qu’est-ce qu’elle attend ?

« Tu verras. Tu le sauras quand elle aura eu ce qu’elle veut et elle aura ce qu’elle veut. Elle attend quelque chose pour chacun de vous. 

Ce n’est pas encore le moment de déménager mais ce moment viendra, tu verras. »

Merci Lauviah.

Bonne journée à tous ;)

 

Talents particuliers

Talents particuliers 16102704031017181814586088

Bonjour à tous,

J’ai envie de dessiner, Elédahiel.

« Dessine. »

Oui mais, dès que je prends un crayon je vois un truc super moche apparaitre sur le papier.

« Tu voudrais dessiner comme ton frère. »

C’est ça.

« Tu n’es pas ton frère. »

Je sais bien.

« Tu peux juste suivre ton envie, pour le plaisir. Cela ne te coûtera rien. Dessine parce que tu en as envie. »

Cela faisait vraiment longtemps que je n’avais pas eu envie de dessiner vraiment. Je vais acheter des crayons de couleurs !

« Ce n’est pas nécessaire. »

Mais si, j’adore les belles boites de crayons de couleurs et je n’en ai plus.

« Ce que tu aimes ce sont les couleurs qui forment comme un bel arc-en-ciel. Tu peux utiliser les feutres que ton frère t’avait offert. Aligne-les. Tu auras ton arc-en-ciel.

Et prends un simple crayon pour dessiner. »

Tu me gâches mon plaisir.

« Tu mettras cet argent dans un vêtement. »

Ok.

« Donc tu aimes dessiner des cartes ? »

J’ai un peu de mal avec la précision. Beaucoup en fait.

« Il suffit de t’entrainer. Comme quand tu étais enfant et que vous aviez dû dessiner la carte du Luxembourg, tu t’en souviens ? Tu avais finalement réussi. »

Je me demande pourquoi on ne nous avait pas demandé de dessiner la France…

Mais je me souviens oui. Je me demande si le Luxembourg serait joli avec des crayons de couleurs.

« Tu as des feutres. »

Je veux des crayons de couleurs.

« Pourquoi es-tu énervée ? »

Je ne le suis pas.

« Si. »

Pourquoi mon beau-frère ne veut-il jamais garder le petit quand ma sœur n’est pas là ?

« Pour dessiner une carte avec précision, il faut prendre son temps. Tu peux utiliser du papier calque également seulement si tu n’en utilises pas, tu t’obligeras à faire plus d’efforts et au final tu seras bien plus satisfaite que si tu choisis l’apparente facilité.

En outre plus tu t’entraineras plus il deviendra aisé pour toi de te libérer de l’aspect purement géographique pour aller vers des réalisations plus artistiques. Telles celles que tu as en tête.

Ce n’est pas parce que tu n’es pas en mesure de les réaliser aujourd’hui que cela ne sera pas le cas demain. Demain tout est possible, souviens-t’en. Il suffit de vouloir. Tu as l’imagination et l’inspiration qu’il faut.

Tu sais combien il peut être difficile de s’extraire d’un milieu social donné. Il faut un ou plusieurs talents particuliers pour y parvenir. Une forte capacité de résilience peut être ce talent particulier. Une évidente facilité sur le plan artistique également.

Ton frère, ta sœur et toi êtes bien lotis.  

Des trois tu étais la plus douée pour les études. Ton frère venant juste derrière. A la différence de toi il était moins fainéant. Il a toutefois dû surmonter ses propres difficultés à l’adolescence.

Son charisme et ses capacités d’orateur lui ont sauvé la mise d’une manière décisive à la fin de sa seconde. Ils les avaient découvertes dans l’année.

Ces mêmes dons du ciel lui ont permis de retourner une situation particulièrement compliquée durant son stage long à la fin de ses études.

Depuis il a pris conscience de la chance qu’il a de savoir s’exprimer avec une telle aisance en public. Il sait captiver un auditoire. Il a pu compter sur une telle qualité pour imposer le respect à ses jeunes élèves. Et à ses collègues.

Toutefois il sent qu’il ne s’épanouit pas pleinement dans son métier. Il cherche, se demande de quel côté creuser, sent que la créativité l’appelle…

En même temps, il sait ce qu’il peut apporter en tant qu’enseignant et trouve de la gratification dans le fait de donner des cours privés d’arts martiaux à de jeunes élèves en manque de confiance en soi.

Il obtient d’ailleurs de très bons résultats à ce niveau, les parents se passent son nom.

Lui-même autrefois un adolescent peu sûr de lui, le tae kwon do et les encouragements de ta mère l’avaient grandement aidé. 

Devenu ceinture noire, il songe à sa prochaine dan et n’envisage pas d’arrêter.

Un homme aussi coquet que ses deux sœurs, qui aime autant la mode que son aînée, mais qui lui, ne sait pas encore de quelle manière faire face à ses propres questionnements existentiels.  

Mère très protectrice d’un petit garçon paraissant déjà avoir trois ans alors qu’il n’en a pas deux, amoureuse d’un gentil garçon semblant tombé du ciel après tous les crapauds qu’elle avait connu, ta sœur avance dans la vie sans l’assurance dont elle est pourtant capable de faire montre.

Ayant maintes fois prouvé sa force et sa détermination, elle a pourtant besoin d’être encouragée. Sauf quand elle est piquée au vif. Rien ne l’arrête plus.

Intelligente, douce et gentille quand elle aime, elle se révèle impitoyable lorsqu’elle tourne le dos. Ayant longtemps manqué de confiance en elle, elle a appris et connait ses points forts et ses points faibles.

Une femme lucide, qui ne se trompe pas souvent sur les gens et la vie, elle est capable de gérer n’importe quoi.

Elle souhaite changer de vie elle aussi. En même temps elle a peur de ne pas en avoir les moyens. Son fiancé l’encourage. Il sait ce dont elle est capable.

De vous trois elle était de loin la plus courageuse dans les études et la plus acharnée.

Enfant ayant montrée des signes de précocité, elle n’a pas pu bénéficier du suivi dont elle aurait eu besoin pour ne pas s’ennuyer mortellement dans les petites classes.

En outre, contrairement à ton frère et toi, bien qu’ayant fréquentée le même établissement, elle n’est pas souvent tombée sur de gentils instituteurs compréhensifs. »

Maman était consciente de cela, elle a voulu la changer d’école. Ma sœur aurait été mieux dans une de ces écoles où on laisse les enfants s’épanouir en favorisant un apprentissage plus intuitif.

Seulement quand j’étais enfant mes parents étaient divorcés (je ne souhaite pas m’étendre sur mes parents, merci de ne pas poser de questions), ma mère ne conduisait pas et son travail était situé bien trop loin de cet établissement.

En plus c’est vrai qu’elle tombait toujours sur le pire prof du CE2 ou du CM1…

Mon frère et moi n’avons pas eu ces professeurs là. Mais de toute façon en primaire nous avions de bonnes notes tous les deux. 

« Ton frère et toi étiez des élèves sans histoire. Lui ayant de meilleures notes que toi car aimant davantage d’école. Pour toi dès le départ c’était la corvée.

Une corvée facile cependant, dans beaucoup de matières tu avais un minimum d’efforts à faire. Si bien que tu as pu tranquillement laisser tomber celles où tu aurais dû en faire sans que cela ne t’empêche ni d’avoir ton bac ni d’obtenir une maitrise en droit ni de trouver un emploi.

Tu t’es juste débrouillée pour éviter ce qui ne te plaisait pas. Ou qui aurait demandé des efforts.

Tu étais la plus douée, pas la plus courageuse. Tu n’en avais pas besoin non plus.

Encore aujourd’hui, cette aisance dans l’apprentissage est un don du ciel. Celui qui t’a permis de comprendre qu’en prenant le temps et en faisant les efforts suffisants, tu peux réaliser n’importe quoi.

Ton patron l’a vu également et t’en a félicité. Il t’a confié un double poste, tu ne connaissais pas le monde de la banque, aujourd’hui il voit que tu as su répondre aux attentes placées sur toi.

C’est à la fac que tu as pris conscience que ton incapacité à te montrer studieuse d’une manière régulière pouvait être compenser par ta facilité à assimiler vite et bien.

Ce qui ne t’a pas encouragée à te montrer studieuse justement. Pour quoi faire ? Tu te savais capable d’apprendre la totalité des cours en deux semaines.

Ma belle enfant qui n’étudiait qu’au moment des examens. Et que dire de la fois où tu as obtenu 12/20 en ayant manqué tout le semestre et en ayant relu le cours la veille ?

La seule de la famille qui soit capable de retenir un texte en le lisant. 

Seulement comme ta sœur, tu t’ennuies vite en cours. L’école, les leçons sont de vraies corvées. Même les cours de musique ou de dessin, d’arts numériques étaient difficiles à suivre car tu n’aimes pas être astreinte à une tâche répétitive ou devoir suivre des consignes.

Comme ton frère la créativité t’appelle et l’inspiration fait que tu aimerais réaliser un tas de choses.

Vous avez de la chance tous les trois, vous avez des talents particuliers.

La vie et la société amènent souvent vos flammes intérieures à brûler avec de moins en moins d’intensité. Tu vois celle de ta sœur suivre cette triste inclinaison.

Tu n’apprécies pas cela. Et tu es contente qu’il y ait du monde pour l’encourager.

Tu vois celle de ton frère résister. Heureusement qu’il est devenu un enseignant à sa manière. Nous ne dirons rien de plus à son sujet.

Tu ne veux pas voir faiblir la tienne. Seulement elle ne faiblit pas, c’est pourquoi tu as envie de dessiner ce matin.

Entretiens cette flamme, trouve le courage de faire les efforts nécessaires pour apprendre patiemment ce qui aujourd’hui n’est pas facile.

Ne cherche pas comment contourner. Tu y arrives toujours c’est vrai. Tu sais trouver un chemin. Mais pour une fois, prends la débroussailleuse et fais le travail.

Tu verras que plus tard tu seras contente et fière.

Le chemin est là sous tes pieds, prends le temps de le rendre praticable.

Ton beau-frère aussi aimerait changer de vie. Ces frustrations-là regardent chacun. Nous savons qu’il y a beaucoup de personnes autour de toi qui sont gênées par leurs insatisfactions.

Reste concentrée sur ce qu’il y a devant toi, tu peux le faire ? Essaye, fais-le juste pour toi. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)

Nouvelle voiture ?

Nouvelle voiture ? 16102703045917181814585422

Bonjour à tous,

« Les vacances se passent bien ? », me demande Elédahiel.

Oui.

« Tu en profites même pour regarder de nouvelles voitures. »

Je regarde, je voudrais changer la mienne. Je vais voir.

« Tous les commerciaux te parlent de ce gris foncé qui ne semble pas t’intéresser. »

A la limite je préfère le gris clair. Ou le noir. Je ne choisirais pas gris anthracite. C’est une couleur que j’aime mais sur les parkings je ne vois que des voitures grises et blanches majoritairement.

Je ne veux pas d’une voiture gris anthracite.

« Chocolat est une couleur de plus en plus répandue également. Ou beige comme sur les SUV de tes collègues. »

Les SUV, un genre très populaire.

« Ce n’est pas ce que tu recherches. »

Je n’ai pas besoin d’un SUV. 

« Apparemment il n’est pas utile d’en avoir besoin. »

Je n’en veux pas. Ce n’est pas ce que je recherche.

« La Volskwagen d’hier était confortable ? »

Oui, j’ai bien aimé. L’intérieur. Je ne me fais pas à l’austérité du design extérieur. Je ne me retrouve pas dedans.

« L’Audi était plus jolie. »

C’est la voiture qui m’a conduite chez les concessionnaires. Je voulais la voir de plus près, connaître son prix…

Il n’y a plus le coloris qui m’intéresse. C’est drôle, il y a un mois je ne regardais pas les voitures.

Puis j’ai soudain été attirée par cette Audi.

« Mais tu ne vas pas l’acheter car ce n’est pas le modèle qu’il te faut. »

Oui, c’est ce que j’ai entendu hier. Ca ne me dérange pas, en essayant d’autres modèles moins chers et mieux équipés, j’ai réalisé qu’il y avait pléthore d’autres choix.

« Tu es passée bien vite devant Mitsubishi. »

Il n’y a pas que des SUV et des 4×4 chez Mitsubishi ? Il m’a semblé ne voir que ça. Elles sont très belles ceci dit, mais ce n’est pas ce que je recherche.

« Tes parents t’ont conseillé de passer chez Suzuki. »

Je vais y aller. Je ne suis pas pressée en vérité. Je n’ai pas arrêté de choix.

« Mais il y a un modèle qui t’intéresse. »

Oui. Seulement ce matin au réveil, on me disait que l’envie d’une nouvelle voiture avait une forte valeur symbolique. Alors je me demande quel changement je souhaite vraiment.

« Parfois il suffit de laisser vos envies vous porter en faisant confiance à la vie. Va voir quelques modèles de plus. Tu sais déjà ce que tu veux, ce qui fait que tu souhaites changer de voiture.

Et puis tu sais quelles couleurs tu préfères aussi.

Tu verras que tu sauras quel choix arrêté. N’achète pas l’Audi. La Volskwagen ne te plait pas.

Ce n’est pas grave. Prends le temps de regarder et de comparer. »

Merci Elédahiel.

Bonne journée à tous ;)  

La clé de tout

La clé de tout dans Anges 16102612381017181814583082

« Dans l’ouverture du cœur se trouve la clé de tout. », Elédahiel pour Sylvie.

Bonne journée à tous ;)  

Imposer sa volonté

Imposer sa volonté 16102512531817181814580346

Bonjour à tous,

« Une douce journée ? », me demande Elémiah.

Oui.

« Au cours de laquelle tu as finalement décidé d’ouvrir un compte instagram. Tu pourras publier tes jolies photos. Il suffit d’être soi-même pour réussir sa vie, il n’est pas utile d’imiter X ou Y.

Beaucoup de blogueurs créent des newsletters par exemple. Tu n’en vois pas l’intérêt. Cela ne te correspond pas voilà pourquoi. 

De la même manière, tu peux publier ce qui te touche sur instagram. Personne ne te demande de te mettre à créer des smoothie bowls. »

Je n’ai même pas envie d’essayer d’en faire. Est-ce que c’est bon au moins ? Tu sais que je ne supporte pas le mélange de certaines textures. Je n’aime pas l’idée d’une texture crémeuse avec plein de morceaux de fruits.

Les yaourts avec des morceaux de fruits me faisaient vomir quand j’étais enfant.

« Les yaourts te donnent envie de vomir même nature. » 

Je déteste ce type de texture. J’aime les smoothies bien liquides. 

« Tu ne supportais pas les entremets, les crèmes…

Mais tu es intolérante au lactose. Peut-être est-ce lié. Tu as moins de mal avec les crèmes faites à partir de lait végétal. Sauf soja bien sûr. »

C’est vrai.

« Tu n’as accepté de t’abonner qu’au compte du National Geographic. Ceux de Beyoncé et Taylor Swift ne t’intéressaient pas ? »

Tu oublies Kim Kardashian. Non sérieusement, je ne lis même plus les potins de stars alors leurs comptes insta…

« Nul besoin de cela pour donner un semblant de sens à ta vie ? Ne me réponds pas.

C’est le plus difficile en réalité, voir un sens profond dans tout ce que vous faites. Nous savons qu’écrire pour toi a du sens.

Prendre des photos aussi. Ce matin tu as dit quelque chose tandis que tu te demandais si tu allais pouvoir prendre plus de deux ou trois clichés à cet endroit que tu trouvais tous sauf charmant.

Tu as dit, il faut parfois apporter la magie. »

Je n’étais pas retournée à cet endroit depuis des lustres. Je me souvenais vaguement d’une plage de pêcheurs et je sais qu’elles ne sont pas aussi belles que les plages sauvages que je préfère.

Mais entre la pluie qui avait laissé d’énormes flaques boueuses et les nacelles des pêcheurs ici et là sans parler des cabanes disgracieuses…

 En outre la pluie venait de cesser, le ciel n’était ni bleu ni blanc ni gris…

Je voulais m’en aller. Au départ, franchement, je voulais repartir.

J’étais là ceci dit, j’ai regardé au travers l’objectif et j’ai finalement vu ce que j’étais venu chercher. C’est dans les détails que j’ai trouvé la beauté.

C’est ce qui me plait, je m’en suis rendue compte. J’aime capturer la beauté, même aussi artificiellement que via un objectif.   

Ou bien un moment de grâce, une phrase sans mot, quelque chose d’intense comme quand je photographie mes proches parfois. Il y a une photo de mon neveu que j’adore. Il a cet air tandis qu’il avance vers moi, on dirait qu’il me dit, vas-y, prends ta photo !

Il est comme sa mère, il aime poser lol.

J’aime bien aussi les clichés qui racontent une histoire. Ou qui mettent en évidence quelque chose.

J’aime le fait qu’il soit possible de s’exprimer de différentes manières. Mais surtout j’aime qu’il soit possible de voir et de montrer différentes facettes d’un même lieu, d’un même évènement en fonction de la façon dont on pose son propre regard sur un lieu ou un évènement.

C’est exactement comme le fait d’être médium. Il y a ce que l’on voit avec les yeux, ce que l’on comprend avec sa tête et grâce à nos expériences vécues, il y a ce que l’on sent à un autre niveau et enfin, il y a ce qui nous permet de lier le tout afin d’en tirer une information intéressante, notre propre cœur.

Rien de ce qui se trouve autour de nous ne s’exprime qu’en une seule dimension. Tout s’exprime en cinquante mille dimensions.

Je trouve formidable que nous disposions de tant d’outils qui nous permettent de retranscrire ce que nous percevons ou ce qui nous touche de façon à pouvoir partager avec autrui.

C’et là la vraie beauté. C’est cela qui m’intéresse et qui me donne envie d’écrire et de prendre des photos.

Ce n’est pas une démarche purement esthétique que je poursuis. 

Les photos et les mots sont importants ensemble parce qu’ils donnent une autre idée de la multidimensionnalité.

Comme les couleurs de mes textes. Qui sont choisis indépendamment de l’image dans 99% des cas.

C’est un tout très important, tu comprends ?

« Cela fait longtemps que nous attirons ton attention sur ce choix justement. Nous t’avions fait remarquer que tu n’avais pas pris un tel parti esthétique de manière anodine. Aujourd’hui tu le réalises.

Tu es une artiste. Qui a pris le temps de se découvrir. Et nous pouvons te le dire à présent, c’est la raison pour laquelle nous ne t’encourageons pas du tout à persévérer dans le développement personnel de manière professionnelle.

Ce serait dommage. Car ce n’est pas ta voie.

Maintenant tu peux comprendre pourquoi nous te demandions si tu ne voulais pas peindre ou dessiner. Tu ne t’exprimes pas ainsi, c’est vrai.

Mais tu lis les émotions aussi bien que les énergies. Veux-tu devenir photographe ? Et voir de quelle manière tu pourrais remplacer les mots par des images ? »

Ca j’aimerais bien oui.

« Tu as compris ce que signifie, imposer sa volonté ? »

S’imposer par le travail. Démontrer que l’on avait raison de par la qualité de son travail.

« Exactement. Tes parents voulaient que tu fermes ce blog. Il y aura eu trois millions de visites à son prochain anniversaire. 

Aujourd’hui tu sais que tu serais à l’aise avec l’idée de devenir photographe. Parce que tu prends déjà des photos.

Demain tu pourrais découvrir autre chose, qui sait ?

Il y a tant d’outils à votre disposition. Ce qui importe c’est ce qui te motive. Restons-là aujourd’hui, passe une belle soirée. »

Merci Elémiah.

Bonne journée à tous ;)   

 

Pas de problème sans solution

Pas de problème sans solution  16102404144817181814577882

Bonjour à tous,

J’ai décidé de faire un régime.

« Vraiment ? », me demande Elédahiel.

Oui.

« Pourquoi donc ? »

Parce que j’ai pris du poids.

« Vraiment ? »

Oui.

« Beaucoup ? »

Oui.

« N’as-tu pas acheté des vêtements en taille S récemment ? »

Dans cette marque les tailles ne sont pas fiables.

« Tu ne rentres plus dans ton 38 ? »

Si. Mais j’ai quand même grossi.

« Comment peux-tu en être si sure, tu ne te pèses jamais. »

Je le vois.

« Tu le vois ? »

Oui.

« Bon. Mais tu n’as jamais suivi de régime amaigrissant. »

Il y a un début à tout.

« Ce n’est pas amusant les régimes, il faut manger des légumes sans sauce. Plein de légumes. Sans frites de temps en temps.

C’est contraignant. Tu as horreur des contraintes. »

Je veux perdre mes kilos !

« Reprends la marche. Cela suffira. »

C’est la motivation qui m’a soudain fait défaut après avoir été malade pendant quelques semaines.

« Et tu comptes consulter pour tes difficultés respiratoires ? »

J’ai juste le nez bouché.

« Depuis des semaines. Par moments tu as l’impression de mal respirer. »

J’espérais que cela passerait car j’avais consulté mais je constate que ce n’est pas le cas… 

« Et tu n’as plus de problème avec la climatisation au travail ? D’autres collègues en ont toujours. »

J’y ai pensé évidemment. Je ne sais pas si c’est le problème où s’il est ailleurs. J’espère que le médecin pourra m’éclairer cette fois. J’avais pris les antibiotiques l’autre fois mais à l’issue certains symptômes étaient toujours là.

« Peut-être est-ce plus urgent qu’un inutile régime. Tu iras dans la semaine. Ok ? »

Ok.

« Si tu avais de véritables problèmes de poids nous t’aurions encouragée dans tes efforts. Tu le sais ? »

Je le sais.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? »

C’est comme si tout à coup il y avait plus d’énergies lourdes que d’énergies nourricières autour de moi. Comme si je n’arrivais plus à trouver ce dont j’ai besoin pour avancer.

Et cela me pose problème.

« Ce n’est pas une impression. »

Cela bouleverse mon ancrage, Elédahiel. Me donne l’impression que je dois changer de place…

« Ce n’est pas une impression. »

Comment changer de place ? Au moins un régime ça permet de mobiliser ses énergies dans une direction donnée.

« Ceci, est une impression. »

Lol.

« Tu as regardé les formations en audiovisuel ? »

Je n’ai pas encore trouvé ce que je recherche.

« Non ? »

Non.

« Que recherches-tu ? »

La même chose que pour la peinture par exemple, un cours hebdomadaire à titre de loisir.

« Comme si tu t’inscrivais pour suivre des cours de piano. »

Voilà.

« Pour savoir si cela te plairait. »

Oui.

« Quelque chose qui ne te coûterait pas une fortune et qui ne remettrait pas en cause toute ta vie. »

Il y a de ça !

« Il y a des choses intéressantes dans cette direction-là ? Est-ce que tu y vois autre chose que frustration et impatience ?

Tu n’as pas l’argent pour déménager et changer de vie ? »

Non, je ne l’ai pas. Et je ne l’emprunterai pas.

« Tu ne souhaites pas t’endetter. »

Voilà.

« Parce que tu es une adulte et que tu sais que les conséquences de vos actes peuvent être graves. En outre tu es juriste.

Et tu sais quel genre d’ennuis tu pourrais avoir. Nous comprenons ton point de vue.

Ce serait tellement plus simple si tu pouvais juste changer de vie grâce à une simple opportunité.

Ou si tu étais à la place de ces très nombreuses personnes qui témoignent en disant, un jour j’ai voulu faire autre chose alors j’ai tout plaqué et j’ai recommencé à 0, avec un grand sourire.

Comme si c’était facile de tout plaquer, de recommencer à 0.

Sans argent ni soutien d’aucune sorte, cela parait nettement moins aisé, n’est-ce pas ?

Tu ne rêves pas de reprendre des études, si ? »

Bien sûr que non. Je préfère travailler. J’ai déjà fait des études.

« Mais pour passer de la comptabilité à la boulangerie il faut étudier non ? »

Bien sûr que si !

« En général s’il faut, tu fais. »

C’est vrai.

« Tu es une femme pleine de courage, tu ne recules pas devant le travail. Mais les études, ce n’est pas gratuit. Il te faut garder ton travail et alors où trouver le temps ?

Toi qui es si sensible que tu attrapes le premier virus qui passe quand tu es physiquement fatiguée. Il est vraiment rare que tu sois sérieusement malade. Mais tu as plein de petits ennuis de santé quand tu es fatiguée. 

Non, tu ne peux pas te lancer comme ça dans tout autre chose sans filet. Et tu ne vois pas de filet.

Le courage c’est une chose, mais que faire devant les apparentes limites de la volonté ?

Mettre à plat les envies, les possibilités, les obstacles et prendre le temps de voir de quelle façon imposer sa volonté.

Tu sais faire des caprices. Te montrer compréhensive, patiente, organisée, ordonnée, utiliser ce qui se trouve à ta portée.

Mais tu n’as pas souvent eu l’occasion d’imposer. Tu vas l’avoir peut-être. »

Ou la trouver ? Il y a une option, mon frère a fait financer une formation similaire par son employeur. Toutefois, lui avait pu démontrer un lien direct avec son travail…

Qu’est-ce que je vais dire au mien ? 

« Rien, ce n’est pas le bon chemin. Tout simplement parce qu’il ne se dressera pas sur ta route. D’autres le feront. »

Pour l’instant, j’en suis encore à me demander si ça me plairait !

« Non ma douce enfant, tu en es à te dire que tu comprends ton parcours et que devant tant de cohérence, tu ne peux pas ne pas accepter une évolution matérielle nécessaire. 

C’est pour cette raison qu’il y a beaucoup moins d’énergies nourricières autour de toi.

Et tu prends peur alors tu tentes de te raccrocher à quelque chose de connu. Oui tu as pris du poids. Non, pas au point de t’inquiéter. Tu reperdras ces quelques kilos, tu restes dans ta petite fourchette habituelle.

Ecoute, détends-toi, profite des vacances. Il n’y a pas de problème qui reste sans solution. »

Merci à toi.

Au fait cette semaine on se promène à Saint-Pierre.

Bonne journée à tous ;)

 

Et si jamais…

Et si jamais... 16102305225517181814575000

Bonjour,

« Alors ma douce enfant, tu as trouvé le moyen de te calmer, tu as été prendre quelques photos. Comment les trouves-tu ? »

Ce ne sont pas les plus belles que j’ai prises je dirais. La lumière avait changé, il y avait davantage de détritus que je ne l’aurais voulu dans ce coin, bref, l’endroit ne m’a pas transporté.

Mais je sais que quand il fait beau, le cadre est magnifique. C’est toujours quand je n’ai pas mon appareil à portée de mains qu’il fait beau là. Le jour où je le prends, le ciel se couvre et je remarque tous les détritus laissés par les trop nombreux promeneurs.

« Tu les as regardées ? »

Oui, certaines me plaisent vraiment mais bon le vrai souci c’est que je voulais un coucher de soleil sur la mer et avec tous ces nuages, je ne l’ai pas. 

« Tu t’arrêtes sur ce que tu n’as pas. Certaines te plaisent vraiment dis-tu. C’est cela qui devrait compter.

Tu aimes ta dernière peinture ? »

Non, elle ne fait que me conforter dans l’idée que je suis nulle avec un pinceau. Pourtant j’avais une jolie idée en tête. Mes mains ne sont vraiment pas coopératives…

« Tu aimes les petits dessins que tu as fait dans le carnet ? »

C’était pour calmer mes nerfs. Cela ne marchait pas alors j’ai utilisé ma dernière toile et gâché un peu de peinture. Je n’arrivais pas à écrire, je ne sais pourquoi.

« Donc tu t’es dit que tu allais prendre quelques photos. »

Voilà, ce qui s’avère avoir été la meilleure option.

« Mais l’image seule ne te suffit pas. Explique-moi pourquoi. »

Parce que j’ai besoin de mots pour m’exprimer. Et que j’en aurai toujours besoin.

L’idéal, c’est de pouvoir réunir les mots et l’image. Le texte et l’image.

« Comme au cinéma ou dans le monde de l’audiovisuel. »

Voilà.

« Si tu avais dix-huit ans à nouveau aujourd’hui, tu penses que tu ne referais pas du droit ? »

Je sais que je ne referais pas du droit.

Je suis une bonne juriste. Mais ce n’est pas ma passion. C’est ce que j’ai appris à faire.

« Tu aimes bien le droit ? »

Oui. Et je pense que c’est nécessaire. Les normes objectives paraissent parfois injustes. Seulement elles ont le mérite d’offrir un cadre clair.

Les gens sont choqués quand ils découvrent que les impôts, lassés d’attendre un règlement spontané, émettent un ATD. C’est injuste etc…

Mais personne ne pleure quand on explique que les détenus vivent dans la promiscuité et se plaignent du manque de confort.

Au contraire on entend, heureusement qu’ils manquent de confort, ils sont en prison !

Pour beaucoup, l’administration fiscale est sans cœur pour ne pas tenir compte des difficultés qui font que les impôts n’ont pu être réglés à temps.

Par contre ces mêmes personnes pensent souvent que de toute façon les détenus n’ont que ce qu’ils méritent.

Les normes objectives permettent de passer outre un certain nombre de considérations subjectives. Lesquelles changent selon le point de vue des uns et des autres.

« Il ne t’arrive jamais de trouver qu’une situation est injuste ? »

Si. Au travail parfois je lis certains jugements et je me dis que le juge et son interprétation de la norme objective justement, ne font pas nos affaires !

Mais c’est le jeu. Chacun utilise les cartes qu’il a en main. Je le fais aussi. Si je gagne tant mieux, si je perds je perds.

Cela ne m’empêche jamais de jouer.  

« Avec les clients tu joues aussi ? »

Non. Si je peux trouver une solution avec eux ou répondre à leurs interrogations, je le fais.

S’il n’y a rien à faire, je lance une procédure. 

« Il n’y a qu’au travail que tu trouves certaines situations injustes ? »

Non, mais justement, j’ai compris que l’on a le choix souvent entre se poser en victime et chercher une solution. Ou une raison d’accepter un temps ou tout le temps certaines situations.

« Tu commences à capter l’étendue des nuances de gris, c’est bien. 

Que ferais-tu si tu n’étudiais pas le droit ? »

Mon autre choix c’était l’anglais. Je ferais sûrement des études de langue.

Dans un premier temps. Puis je chercherai quelle branche m’attire vraiment et je tenterais une école.

Comme ma cousine qui a lâché la comptabilité pour la conception de sites webs. Avec succès.

« Ta cousine avait été soutenue par ses parents ? »

Oui.

« Tes parents savaient que l’anglais t’intéressaient ? »

Oui. Ils m’ont dit tout le monde fait ça et ça ne mène à rien. Ils savaient que je pensais aussi au droit, ils m’ont dit que le droit était une meilleure option. 

Ils n’étaient pas mal intentionnés.

« Personne n’a dit cela. »

Ils voulaient que je mette le plus de chance possible de mon côté.

« Et quand tu t’es ouvertement intéressée à des domaines plus créatifs, est-ce qu’ils t’ont soutenue ? »

Ma mère m’a aidé à payer le synthé quand j’ai pris des cours de piano. Quelque chose de créatif comme loisir, pourquoi pas.

Ils ne m’ont jamais encouragée à tenter professionnellement par contre.

« Et que disaient-ils ? »

Que je n’étais pas une artiste ou je l’aurais su depuis longtemps. Que je devais accepter la réalité du monde dans lequel je vivais et vite trouver un travail.

« Reprendre des études aujourd’hui te serait difficile, il faudrait beaucoup de volonté pour assumer cela en plus du travail à temps plein. »

C’est clair. Et je t’avoue que je ne l’ai pas. Or je n’ai pas les moyens de ne plus travailler à temps plein. Et tu n’as pas besoin de me rappeler que personne ne me soutiendra dans une direction aussi hasardeuse que des études artistiques par exemple.

Si je disais que je voulais devenir avocate, j’aurais tout le monde derrière moi.

Mais pour autre chose, il faudrait que je puisse ne rien demander à qui que ce soit. Ca fait longtemps que je fais face à ce problème-là en vérité.

Je rêve d’une situation où j’aurais complètement le dessus. Au lieu de devoir composer avec des contraintes impossibles à contourner.

« Tes clients aussi doivent en rêver. »

Justement, je sais ce qu’ils ressentent et je connais la frustration de celui qui est obligé de faire passer un point de vue extérieur avant le sien.

Je n’écrase pas les clients.

« C’est vrai. Tu te montres juste. »

Je suis capable de me montrer juste dans d’autres situations également. Je voudrais en avoir l’occasion.

« Non, tu voudrais que l’on se montre aussi juste envers toi à l’occasion. Et tu ne peux que constater que ce n’est pas toujours le cas. D’où le fait que tu te sois énervée aujourd’hui.

Tu voudrais devenir photographe ? »

Je ne sais pas. Je me suis posée la question. J’adore prendre des photos. Mais, c’est comme s’il manquait une dimension sans les mots.

Et quand j’écris, j’ai des images en tête avec des couleurs, des voix  etc…

Or cette vision que j’ai, je ne peux pas la rendre à l’écrit parce que j’ai une sainte horreur des longues descriptions. Je préfère les images !

« Ton frère a songé à faire une école de cinéma. Ta mère l’encourageait. Puis il a eu peur pour son avenir et a choisi une autre voie. 

Aujourd’hui il a accepté le fait que cette autre voie n’était pas forcément sa vocation et il est toujours aussi attiré par les univers artistiques. »

Mon frère est l’artiste de la famille. C’est lui qui depuis tout petit dessine merveilleusement.

« Pour toi l’art est un moyen d’expression ? »

Oui. C’est comme une manière plus grande et plus juste de faire part de sa vision du monde aux autres.

« C’est là ta définition ? »

Oui.

« C’est ce que tu avais répondu à ta mère quand elle t’avait dit que tu n’étais pas une artiste ? »

Non, c’est ce que j’ai compris en m’explorant. J’aime écrire ici, en cinquante mille couleurs et en ajoutant des illustrations. Par exemple.

Je ne me suis inscrite qu’à des ateliers artistiques ces dernières années. En ayant le sentiment à chaque fois que ce n’était pas « celui-là ».

J’en conclus que « celui-là » doit exister.

Quand je ne postais des photos qu’ici, j’étais contente. Mais depuis quelques jours que j’en mets sur facebook, je réalise que je suis frustrée. Parce qu’il n’y a pas de mot.

Et quand je me demande ce que je pourrais écrire, je réalise que je préfèrerais que ce soit des vidéos.

Je n’ai même pas de caméscope.

« Il est possible de prendre des cours d’audiovisuel. Renseigne-toi. »

Le cinéma, comme mon frère ?

« Nous t’avions dit que vous vous ressembliez. Prends des cours d’anglais dès que tu seras motivée. Tu verras que cela te sera bénéfique.

Ton frère non plus n’a pas l’air de vouloir s’en tenir au dessin. Comme toi avec la photo, il semble que le dessin ne soit que le portail de la résidence. Tu ne veux pas explorer la maison ?

Elle pourrait te plaire. »

Je vois, je peux toujours prendre quelques cours d’audiovisuel, cela ne me fera pas de mal.

« Exactement. Rien n’est jamais inutile. »

Je suis d’accord. Merci Elémiah.

Bonne journée à tous ;)  

Digestion difficile

Digestion difficile 16102112284117181814570726

Bonjour à tous,

« Les gens apprécient tes photos sur Facebook. », me dit Elémiah.

Oui. C’est cool.

« Et puis tu aimes poster des choses différentes de ce que tu lis bien souvent. Beaucoup de nouvelles dures. Un de tes contacts aime particulièrement relater et commenter les mauvaises nouvelles. »

Il n’y a pas que lui. Je pense que les gens font cela pour avoir de quoi échanger.  

« Tu ne commentes jamais ce genre de choses. Alors que tu mets des choses gentilles quand une amie ou une cousine poste une photo d’elle. »

Je préfère ce qui est agréable. Les nouvelles, je les lis dans les journaux en ligne. Comme je l’ai déjà dit, je ne suis pas une grande adepte des réseaux sociaux en vérité.

Seulement j’aime bien poster une jolie photo par jour. Et je vois que d’autres trouvent cela sympa aussi alors je suis contente.

« Tu n’as plus qu’à créer ton compte Instagram. »

Seigneur, pour poster mes tenues du jour ?

« Non, tu n’es pas une poupée. Tu t’habilles pour toi, pas pour les autres. A moins que tu n’aies envie de le faire ? »

Non.

« Il est possible de poster autre chose que des tenues sur ce média. Peut-être qu’un jour tu auras une nouvelle idée amusante et que tu souhaiteras tester.

Qui sait ? »

Je ne suis pas sure de vouloir repartir en voyage Elémiah. En tout cas, pas celui qu’on m’a proposé.

« Dis-moi. »

Je me demande si je ne souhaite pas plutôt organiser quelque chose moi-même et partir seule. J’y pense depuis hier, je ne suis vraiment pas sure de vouloir partir. Comme on me le propose.

« Tu n’y es pas obligée. Tu peux te désister. Pourquoi préfères-tu partir dans d’autres conditions ? »

Notamment parce que j’ai en tête nombre de choses qui m’ont contrariée lors de la dernière croisière. Je ne veux pas revivre certaines situations. 

« Tu préfères depuis longtemps être seule que mal accompagnée. L’environnement ne sera pas exactement le même ceci dit. »

Je sais, mais je n’aime pas non plus le fait que chacun regarde chacun…

« Tu es capable de faire abstraction de tout cela et de t’amuser quand même. »

En situation je suis capable d’endurer beaucoup de choses. Mais on a vu de quelle manière je gère le contrecoup.

Je rentre malade ou je tombe malade peu après ou je digère encore moins bien que d’habitude pendant des semaines et des semaines…

Je ne suis pas obligée de faire d’énormes efforts pour supporter une situation qui ne me convient pas. Pas en vacances en tout cas.

Je préfère être bien tout le temps. Et ne pas rentrer malade.

« D’accord. Tu ne rentreras pas malade. Vas-y. »

Tu m’as écoutée ?

« Je suis là pour toi. Tu ne rentreras pas malade. Et tu digèreras bien si tu suis ton régime. Pars, vas-y.

Voilà ce que tu vas faire, mets de l’argent de côté pour pouvoir bien profiter et acheter ce que tu veux ou sortir comme tu voudras. 

Et chaque jour, tu publieras une photo sur ton nouveau compte Instagram. Et cette frivolité apparente, dont tu apprendras qu’elle est nécessaire tant que la paix intérieure ne trouve pas d’écho à l’extérieur, te permettra de réaliser que tu as le droit d’être juste toi-même, peu importe ce qu’en disent ou pensent les autres.

Même si cela les ennuie que tu manges sans gluten ou qu’ils sont gênés de voir que tu refuses de boire avec eux.

Ou qu’ils regardent ton Ipad et ta nouvelle montre.

Tu ne peux pas vivre dans un cocon ou fuir toutes les expériences générant des énergies mitigées.

Par contre, nous pouvons t’aider à gérer ces énergies au mieux. 

Pars et profites du voyage comme tu le souhaiteras. »

En fait j’étais contente de pouvoir faire une nouvelle croisière…

« Oui, tu penses aux photos, aux excursions et au shopping ainsi qu’au spa du bateau. Fais-toi plaisir. »

Merci Elémiah.

Bonne journée à tous ;)

1234

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause