Accueil Spiritualité Talents particuliers

Talents particuliers

22

Talents particuliers 16102704031017181814586088

Bonjour à tous,

J’ai envie de dessiner, Elédahiel.

« Dessine. »

Oui mais, dès que je prends un crayon je vois un truc super moche apparaitre sur le papier.

« Tu voudrais dessiner comme ton frère. »

C’est ça.

« Tu n’es pas ton frère. »

Je sais bien.

« Tu peux juste suivre ton envie, pour le plaisir. Cela ne te coûtera rien. Dessine parce que tu en as envie. »

Cela faisait vraiment longtemps que je n’avais pas eu envie de dessiner vraiment. Je vais acheter des crayons de couleurs !

« Ce n’est pas nécessaire. »

Mais si, j’adore les belles boites de crayons de couleurs et je n’en ai plus.

« Ce que tu aimes ce sont les couleurs qui forment comme un bel arc-en-ciel. Tu peux utiliser les feutres que ton frère t’avait offert. Aligne-les. Tu auras ton arc-en-ciel.

Et prends un simple crayon pour dessiner. »

Tu me gâches mon plaisir.

« Tu mettras cet argent dans un vêtement. »

Ok.

« Donc tu aimes dessiner des cartes ? »

J’ai un peu de mal avec la précision. Beaucoup en fait.

« Il suffit de t’entrainer. Comme quand tu étais enfant et que vous aviez dû dessiner la carte du Luxembourg, tu t’en souviens ? Tu avais finalement réussi. »

Je me demande pourquoi on ne nous avait pas demandé de dessiner la France…

Mais je me souviens oui. Je me demande si le Luxembourg serait joli avec des crayons de couleurs.

« Tu as des feutres. »

Je veux des crayons de couleurs.

« Pourquoi es-tu énervée ? »

Je ne le suis pas.

« Si. »

Pourquoi mon beau-frère ne veut-il jamais garder le petit quand ma sœur n’est pas là ?

« Pour dessiner une carte avec précision, il faut prendre son temps. Tu peux utiliser du papier calque également seulement si tu n’en utilises pas, tu t’obligeras à faire plus d’efforts et au final tu seras bien plus satisfaite que si tu choisis l’apparente facilité.

En outre plus tu t’entraineras plus il deviendra aisé pour toi de te libérer de l’aspect purement géographique pour aller vers des réalisations plus artistiques. Telles celles que tu as en tête.

Ce n’est pas parce que tu n’es pas en mesure de les réaliser aujourd’hui que cela ne sera pas le cas demain. Demain tout est possible, souviens-t’en. Il suffit de vouloir. Tu as l’imagination et l’inspiration qu’il faut.

Tu sais combien il peut être difficile de s’extraire d’un milieu social donné. Il faut un ou plusieurs talents particuliers pour y parvenir. Une forte capacité de résilience peut être ce talent particulier. Une évidente facilité sur le plan artistique également.

Ton frère, ta sœur et toi êtes bien lotis.  

Des trois tu étais la plus douée pour les études. Ton frère venant juste derrière. A la différence de toi il était moins fainéant. Il a toutefois dû surmonter ses propres difficultés à l’adolescence.

Son charisme et ses capacités d’orateur lui ont sauvé la mise d’une manière décisive à la fin de sa seconde. Ils les avaient découvertes dans l’année.

Ces mêmes dons du ciel lui ont permis de retourner une situation particulièrement compliquée durant son stage long à la fin de ses études.

Depuis il a pris conscience de la chance qu’il a de savoir s’exprimer avec une telle aisance en public. Il sait captiver un auditoire. Il a pu compter sur une telle qualité pour imposer le respect à ses jeunes élèves. Et à ses collègues.

Toutefois il sent qu’il ne s’épanouit pas pleinement dans son métier. Il cherche, se demande de quel côté creuser, sent que la créativité l’appelle…

En même temps, il sait ce qu’il peut apporter en tant qu’enseignant et trouve de la gratification dans le fait de donner des cours privés d’arts martiaux à de jeunes élèves en manque de confiance en soi.

Il obtient d’ailleurs de très bons résultats à ce niveau, les parents se passent son nom.

Lui-même autrefois un adolescent peu sûr de lui, le tae kwon do et les encouragements de ta mère l’avaient grandement aidé. 

Devenu ceinture noire, il songe à sa prochaine dan et n’envisage pas d’arrêter.

Un homme aussi coquet que ses deux sœurs, qui aime autant la mode que son aînée, mais qui lui, ne sait pas encore de quelle manière faire face à ses propres questionnements existentiels.  

Mère très protectrice d’un petit garçon paraissant déjà avoir trois ans alors qu’il n’en a pas deux, amoureuse d’un gentil garçon semblant tombé du ciel après tous les crapauds qu’elle avait connu, ta sœur avance dans la vie sans l’assurance dont elle est pourtant capable de faire montre.

Ayant maintes fois prouvé sa force et sa détermination, elle a pourtant besoin d’être encouragée. Sauf quand elle est piquée au vif. Rien ne l’arrête plus.

Intelligente, douce et gentille quand elle aime, elle se révèle impitoyable lorsqu’elle tourne le dos. Ayant longtemps manqué de confiance en elle, elle a appris et connait ses points forts et ses points faibles.

Une femme lucide, qui ne se trompe pas souvent sur les gens et la vie, elle est capable de gérer n’importe quoi.

Elle souhaite changer de vie elle aussi. En même temps elle a peur de ne pas en avoir les moyens. Son fiancé l’encourage. Il sait ce dont elle est capable.

De vous trois elle était de loin la plus courageuse dans les études et la plus acharnée.

Enfant ayant montrée des signes de précocité, elle n’a pas pu bénéficier du suivi dont elle aurait eu besoin pour ne pas s’ennuyer mortellement dans les petites classes.

En outre, contrairement à ton frère et toi, bien qu’ayant fréquentée le même établissement, elle n’est pas souvent tombée sur de gentils instituteurs compréhensifs. »

Maman était consciente de cela, elle a voulu la changer d’école. Ma sœur aurait été mieux dans une de ces écoles où on laisse les enfants s’épanouir en favorisant un apprentissage plus intuitif.

Seulement quand j’étais enfant mes parents étaient divorcés (je ne souhaite pas m’étendre sur mes parents, merci de ne pas poser de questions), ma mère ne conduisait pas et son travail était situé bien trop loin de cet établissement.

En plus c’est vrai qu’elle tombait toujours sur le pire prof du CE2 ou du CM1…

Mon frère et moi n’avons pas eu ces professeurs là. Mais de toute façon en primaire nous avions de bonnes notes tous les deux. 

« Ton frère et toi étiez des élèves sans histoire. Lui ayant de meilleures notes que toi car aimant davantage d’école. Pour toi dès le départ c’était la corvée.

Une corvée facile cependant, dans beaucoup de matières tu avais un minimum d’efforts à faire. Si bien que tu as pu tranquillement laisser tomber celles où tu aurais dû en faire sans que cela ne t’empêche ni d’avoir ton bac ni d’obtenir une maitrise en droit ni de trouver un emploi.

Tu t’es juste débrouillée pour éviter ce qui ne te plaisait pas. Ou qui aurait demandé des efforts.

Tu étais la plus douée, pas la plus courageuse. Tu n’en avais pas besoin non plus.

Encore aujourd’hui, cette aisance dans l’apprentissage est un don du ciel. Celui qui t’a permis de comprendre qu’en prenant le temps et en faisant les efforts suffisants, tu peux réaliser n’importe quoi.

Ton patron l’a vu également et t’en a félicité. Il t’a confié un double poste, tu ne connaissais pas le monde de la banque, aujourd’hui il voit que tu as su répondre aux attentes placées sur toi.

C’est à la fac que tu as pris conscience que ton incapacité à te montrer studieuse d’une manière régulière pouvait être compenser par ta facilité à assimiler vite et bien.

Ce qui ne t’a pas encouragée à te montrer studieuse justement. Pour quoi faire ? Tu te savais capable d’apprendre la totalité des cours en deux semaines.

Ma belle enfant qui n’étudiait qu’au moment des examens. Et que dire de la fois où tu as obtenu 12/20 en ayant manqué tout le semestre et en ayant relu le cours la veille ?

La seule de la famille qui soit capable de retenir un texte en le lisant. 

Seulement comme ta sœur, tu t’ennuies vite en cours. L’école, les leçons sont de vraies corvées. Même les cours de musique ou de dessin, d’arts numériques étaient difficiles à suivre car tu n’aimes pas être astreinte à une tâche répétitive ou devoir suivre des consignes.

Comme ton frère la créativité t’appelle et l’inspiration fait que tu aimerais réaliser un tas de choses.

Vous avez de la chance tous les trois, vous avez des talents particuliers.

La vie et la société amènent souvent vos flammes intérieures à brûler avec de moins en moins d’intensité. Tu vois celle de ta sœur suivre cette triste inclinaison.

Tu n’apprécies pas cela. Et tu es contente qu’il y ait du monde pour l’encourager.

Tu vois celle de ton frère résister. Heureusement qu’il est devenu un enseignant à sa manière. Nous ne dirons rien de plus à son sujet.

Tu ne veux pas voir faiblir la tienne. Seulement elle ne faiblit pas, c’est pourquoi tu as envie de dessiner ce matin.

Entretiens cette flamme, trouve le courage de faire les efforts nécessaires pour apprendre patiemment ce qui aujourd’hui n’est pas facile.

Ne cherche pas comment contourner. Tu y arrives toujours c’est vrai. Tu sais trouver un chemin. Mais pour une fois, prends la débroussailleuse et fais le travail.

Tu verras que plus tard tu seras contente et fière.

Le chemin est là sous tes pieds, prends le temps de le rendre praticable.

Ton beau-frère aussi aimerait changer de vie. Ces frustrations-là regardent chacun. Nous savons qu’il y a beaucoup de personnes autour de toi qui sont gênées par leurs insatisfactions.

Reste concentrée sur ce qu’il y a devant toi, tu peux le faire ? Essaye, fais-le juste pour toi. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)

  • Ni Ombre ni Lumière

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie et je vous souhaite la bienvenue sur ce blog. Je…
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
Charger d'autres articles liés
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
  • Ce dont je suis capable

    Bonjour à tous, « Alors tu vas participer à ce concours photos ? », …
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

22 Commentaires

  1. Emilie

    1 novembre, 2016 à 13:46

    Coucou Sylvie,
    On m’avait dit que je pouvais dessiner des portes … j’ai pris le conseil au premier degré et j’ai dessiné quelques portes ouvertes mdr ! je n’avais pas compris qu’il était question de créer des ouvertures par moi même. Aujourd’hui j’ai vu le dessin que je devais faire pour rouvrir de manière abstraite le côté créatif au sens large.
    Le dessin ou le dessein ? les portes ou les ouvertures …
    Ce serait plus évident s’il étaient plus clairs la haut ! bon ok, c’est moi qui suit dur d’oreille.

  2. Cel

    1 novembre, 2016 à 10:39

    Coucou,

    Merci beaucoup Sylvie pour l’interprétation ! J’en étais loin (j’ai peut être tendance à prendre les messages de façon trop littérale)

    La question de l’orientation en France est un sacré sujet je trouve… Même en ayant la chance d’avoir des parents qui nous laissent choisir par nous même, c’est vrai que c’est parfois difficile de bien choisir quand on ne se connait pas encore très bien soi même.

    Bises

  3. crystallia

    1 novembre, 2016 à 2:03

    Bonsoir,

    Émilie, moi aussi je reçois comme message, laisse-toi aimer.

    Longtemps je n’ai pas compris. Puis on m’a rappelé qu’il était important que je m’aime d’abord suffisamment pour m’autoriser à être vraiment moi-même.

    On a tous besoin d’être aimé. On peut juste l’oublier à l’occasion, quand on ferme la porte vers Soi.

    C’est tellement agréable de trouver la force de la rouvrir.

    Merci pour ta réponse.

    Fleur, je crois que je l’ai enfin trouvée. Il ne me reste qu’à envoyer la proforma à la banque pour la simulation.

    Bise ;)

  4. Emilie

    31 octobre, 2016 à 13:31

    @ Fleur,
    Comme je comprends ! j’en ai passé des nuits à me demander ce que je pouvais faire de mieux pour encourager et donner confiance à mes enfants. Il faut savoir les écouter, entendre ce qu’ils ne disent pas pour ne pas nous inquiéter et puis parler et créer des occasions de le faire (quand ils vous envoient promener).
    Quand j’avais atterri en C (l’équivalent de S), j’étais affolée de sentir à quel point mon esprit était en train de changer comme si la logique prenait le pas sur l’inspiration intérieure et reformatait mon cerveau.

    @ Sylvie,
    J’ai appliqué la logique : comme on ne m’écoutait pas, je me suis appliqué à ne plus m’écouter et en fermant la porte, beaucoup d’autres ce sont également fermées. J’ai perdu la confiance de mes parents et j’ai serré les dents. Pour étouffer la colère, j’ai étouffé la voix en moi, j’ai ignoré jusqu’aux avertissements et appris à encaisser.
    Des années plus tard, mon père m’a confié qu’il regrettait de ne pas avoir réalisé dans quelle situation j’étais.
    J’ai tellement bien appris à encaisser … j’ai été très surprise un soir quand j’ai entendu « tu as passé ta vie à essayer de supporter ce que tu ne supportais pas! »
    Peut être que je n’avais plus besoin de me sentir aimée mais j’aimais toujours autant aimer; Le plus difficile reste de ne pas s’oublier et de se laisser aimer.

  5. Fleur

    31 octobre, 2016 à 11:43

    Bonjour Sylvie,

    Oui !
    Ce qui me chagrine le plus c’est que l’on fait croire à l’indépendance précoce (téléphone, gamins seuls à la maison …) et quand il faut que chacun fasse des choix sérieux pour Soi, aucune ouverture.
    Et il y a aussi le soucis de tous ces a priori ! Et surtout le fait qu’il faut choisir toujours vite sans de vraies discussions.
    En troisième j’avais demandé si on présentait aux élèves les différentes voies, les métiers …
    Et la réponse : non mais il n’y a que de bons élèves dans cette classe, de toute façon ils vont tous en seconde générale … Discussion clause !

    Par contre je pense qu’il y a maintenant des opportunités pour changer de voie.

    Hihihi, je reconnais que prendre du recul pour soi c’est dur, mais quand cela concerne ses enfants, encore plus dur. Ouais, ouais, ouais lol

    Je te souhaite une belle Voiture qui est pour Toi !

    Bises, Merci !

  6. crystallia

    31 octobre, 2016 à 11:26

    Bonjour,

    La fille d’une connaissance a obtenu un bac S.

    Et au grand désespoir de ses parents elle a choisi de poursuivre des études de langues. Ils n’ont pas compris, ils la voyaient déjà en ingénieure…

    Seulement elle est restée sur son choix et ils ont respecté.

    Je comprends que la vue que l’on peut avoir de l’autre côté de la barrière soit différente.

    Seulement je pense qu’il y a trop de choix définitifs qui doivent être fait très tôt.

    Parfois c’est en vivant que l’on réalise certaines choses.

    Heureusement qu’il y a toujours un chemin quelque part.

    Bise ;)

  7. Fleur

    31 octobre, 2016 à 11:17

    Bonjour,

    En lisant vos témoignages je me vois mais de l’autre côté de la barrière !
    Il n’y a rien de facile ! Ma fille avait 20 de moyenne en math et sciences en seconde, alors qu’en milieu d’année elle a été attirée par la filière littéraire.
    C’est elle qui a choisi, je vous raconte pas la tête des profs, il y en a un qui s’est littéralement pris la tête dans les mains, désespéré ! Et mon époux …
    Et son ancien instituteur : « Elle va se fermer des portes … »
    Là elle n’a aucun regret pour son choix sauf que dans sa classe il y a tout ceux qui sont là parce que pas le niveau pour aller en S …

    Rien de simple, rien de facile …

    Bises à toutes et merci !

  8. crystallia

    31 octobre, 2016 à 10:57

    Bonjour,

    Camille, l’art est un outil pour toi, explorer et creuser ce domaine ne constitue qu’un moyen supplémentaire de découvrir tes réelles motivations.

    Il ne s’agit pas d’une destination finale.

    En fait il faut que tu comprennes ce que tu peux réellement apporter en tant que scientifique.

    Il faut que tu comprennes ce qui te motive vraiment et dans quelle branche, d’excellence semble-t-il, tu devrais te diriger.

    Bise ;)

  9. Cel

    31 octobre, 2016 à 10:51

    Bonjour,

    Ouah Emilie… C’est sacrément dur ce que tu racontes. Cela me touche…

    Confronter ses envies à la réalité concrète est parfois très difficile je trouve… Surtout quand cela touche au domaine artistique.

    Je suis en train de réfléchir à comment je peux intégrer mon élan artistique à mon domaine professionnel, et j’entends déjà ma mère me dire « mais être artiste ce n’est pas un métier, tu ne pourras pas en vivre »… Surtout que je n’ai pas de talent particulier, juste une envie incompréhensible !

    Et après avoir pensé ça, j’ai fait ce rêve perturbant…
    Où je retournais dans mon entreprise précédente (où cela s’était mal passé pour moi), je saluais tous les employés en leur disant que je revenais pour un stage de 3 semaines. Et je discutais avec mon ancien patron en lui expliquant que « je venais pour vérifier que je voulais vraiment quitter la filière de production agronomique pour faire de l’art ».
    Et on visitait ses serres, il avait changé ses productions et avait des espèces de petits arbustes avec des fruits inconnus qui ressemblaient un peu à des petites tomates. Et il avait trouvé une stagiaire pour me remplacer, brune aussi, à fort caractère.
    On visitait ensuite son manoir et il nous montrait les toiles peintes de sa fille. Je restais totalement ébahie devant l’une d’entre elle, que je trouvais époustouflante, c’était un grand portrait de femme en blanc et bleu, pied en cape. En l’observant j’avais une vision qui se superposait d’une autre femme, et que je voulais absolument peindre. Alors je demandais à prendre une photo de la toile pour m’en servir d’inspiration…

    C’est fou ce que l’inconscient peut sortir. Et je fais quoi maintenant avec ce message là ? lol ! Pour en faire une réalité…

    Bises

  10. crystallia

    31 octobre, 2016 à 2:32

    Bonjour Emilie,

    Comment as-tu dépassé frustration et colère, si ce n’est pas indiscret ?

Consulter aussi

Quelqu’un que j’aime bien

Bonjour Lauviah, « Je suis là parce que tu as demandé à me voir. Mais écoute-mo…