Accueil Spiritualité Le fond du problème

Le fond du problème

6

Le fond du problème  16112310285617181814655573

Bonjour à tous,

« Alors ma douce Sylvie, tu mènes une vie de princesse ? »

C’est la collègue qui fait ses déductions toute seule, Elémiah. Elle me demandait ce que je mangerais à midi, j’ai eu la mauvaise idée de lui répondre honnêtement que je ne savais jamais ce que je mangerais à midi avant de rentrer.

« Il n’y a rien de négatif dans une réponse honnête. Elle a finalement avoué qu’elle aurait bien aimé que sa mère l’accueille à midi mais que celle-ci refuserait sûrement. »

Ce n’est pas pareil.

« Un de tes collègues n’hésite pas à aller chez la sienne le midi alors qu’il vit chez lui. N’importe qui peut venir chez toi le midi il y a toujours à manger. »

Tu connais ma mère, elle aime accueillir les gens, cela lui fait plaisir de recevoir et de régaler.

« Tu sais que tous les parents n’auraient pas accepté que tu restes aussi longtemps ? »

Je sais.

« Alors que tes parents ne sont pas du tout pressés de te voir partir. »

C’est ce que j’ai vu oui…

« Une vie de princesse, c’est bien aussi. Imagine qu’elle puisse se poursuivre sous une autre forme, ce serait bien, non ? »

Tu vas enfin de me donner les chiffres du loto ?

« Tu n’as pas besoin de renier ta capacité à faire de ta vie ce que tu veux par toi-même. Tu es une femme puissante, ne l’oublie jamais. Ce que tu désires sera toujours à ta portée du moment que c’est ce qui convient à ton cœur. »

Lol !

« Et justement, les gens ont remarqué un changement en toi. Cela fait plusieurs semaines que l’on te dit te trouver radieuse. Certains soupçonnent même un petit ami caché. »

J’ai fini par comprendre que pour les gens quand on est bien c’est qu’on a obligatoirement trouvé l’amour. Ou qu’on vit un retour de flamme.

« Rien de tel n’est-ce pas ? »

Pas que je sache lol !!!

« Encore aujourd’hui, on a tenté de te tirer les vers du nez. Alors que quand tu t’es ouverte à nous ce matin, tu ne te sentais pas bien du tout. »

En général c’est le soir que j’ai besoin de parler comme ça. Alors vous m’écoutez et ensuite je fais un rêve apaisant et le lendemain matin, je suis à nouveau sur le nuage rose. Pourquoi c’est venu le matin cette fois ?

« C’est là le fond du problème ? »

Lol !!!

« Bon, cela faisait un moment que tu n’avais pas ressenti le besoin de te confier ainsi et nous savons qu’il ne s’est rien passé de particulier.

Si tu veux tu peux écrire ici aussi. »

Non, ça va aller.

« Non, ça va aller. C’est ta réponse ? »

Oui.

« Donc tout va bien ? »

J’en ai marre de sentir un décalage avec tous mes proches.

« Tu en as marre de sentir un décalage. Tu voudrais vivre globalement la même vie que tout le monde. »

Oui.

« Tu te souviens des messages de tes deux derniers rêves ? »

Oui, quelque chose de bizarre, comme…

« Quelque chose de bizarre, c’est ce que tu retiens. Bon. Cela ne t’a rien rappelé ? »

Si, maintenant que tu le dis ça me fait penser à la fois où j’ai vu la Déesse et où elle m’invitait à venir la rejoindre et je ne voulais pas. C’était au tout début de mon éveil. Et ensuite, je me suis sentie comme enveloppée d’amour pendant des heures.

Mais là maintenant, je sais que ce n’était pas des messages désagréables…

« Seulement ils ne te plaisent pas. En fait il n’y a qu’un message et tu vas l’entendre jusqu’à ce que tu l’acceptes.

Tu en as assez d’être la seule médium de la famille, n’est-ce pas ? »

Oui. Je me sens isolée du coup. Alors je n’ai pas besoin d’un message qui me dit, tu peux apporter des choses nouvelles. Ca y est, je m’en souviens.

Je ne veux pas apporter des choses nouvelles. C’est avec des choses nouvelles que je me suis retrouvée isolée.

Je veux être comme les autres. Pour être avec les autres. Tu comprends ?

« C’est ton plafond de verre. La seule personne qui peut t’entraver, c’est toi-même.

Les gens approuvent ce qu’ils comprennent, tu le sais déjà. Le souci avec les choses nouvelles, c’est qu’il faut les expliquer. 

Tu sais expliquer.

Si tu as envie de creuser un sujet qui t’intéresse, de faire quelque chose de nouveau pour toi même si banal pour les autres, fais-le.

Pour toi d’abord. Fais toujours les choses qui te plaisent pour toi d’abord.

Si tu préfères rester dans ce que tu connais, que cela ne te gêne pas, il n’y a pas de problème. Fais en sorte de te sentir bien. »

Je veux du chocolat. J’arrête pas d’avoir envie de chocolat.

« Mange du chocolat. Sans lactose. »

Je vérifie toujours.

Et puis je ne vois pas ce que je pourrais amener de nouveau.

« Eh bien si tu ne vois pas, c’est qu’il n’y a pas d’urgence. D’accord ? »

D’accord. Merci Elémiah.

« Avant que tu n’aies pu finir ton article ta mère est venue te chercher. Elle voulait essayer ta voiture, tu le lui as proposé. Alors ? »

Alors elle est très contente, elle voudrait une automatique aussi maintenant et même mon père veut essayer ! Ca me fait plaisir !

« Pourtant il était très sceptique au sujet des voitures automatiques, des voitures pour fainéants. »

Oui, mais finalement depuis que ma mère n’arrête pas de dire, ah c’est vraiment bien, il commence à se dire qu’il veut tester aussi.

« Parfois les proches accueillent bien les choses nouvelles. »

Oui lol…

« Même s’il faut prendre le temps de montrer et d’expliquer. Ta maman a un peu cherché l’embrayage. Mais toi aussi au départ. Seulement maintenant elle dit qu’elle s’habituerait bien vite. »

C’est vrai.

« Et puis, parfois la nouveauté résulte de la mise à disposition de quelque chose de bien pratique. C’est toujours plus facile à accueillir. Ta tante qui souffre d’arthrose rêve d’une voiture automatique.

Nous savons que tu aimes les documentaires qui traitent de la découverte de certaines inventions. Chacun part de ce qui l’intéresse.

L’innovation part souvent de l’envie de rendre des choses accessibles. Ou plus faciles. C’est tout.

Tes parents aiment bien ta nouvelle voiture. Qui est différente des leurs. Parce qu’ils constatent que c’est agréable de conduire avec une telle facilité. 

Peut-être que demain tu auras une idée, qui pourrait amener plus d’aisance ou rendre certaines choses plus  accessibles.

Le message que tu as reçu disait simplement, va au bout, tu peux le faire. »

Merci Elémiah.

Bonne journée à tous ;)

 

  • Ni Ombre ni Lumière

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie et je vous souhaite la bienvenue sur ce blog. Je…
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
Charger d'autres articles liés
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
  • Ce dont je suis capable

    Bonjour à tous, « Alors tu vas participer à ce concours photos ? », …
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

6 Commentaires

  1. crystallia

    27 novembre, 2016 à 11:39

    Coucou Camille,

    Lol, j’aime bien ton rêve !

    Bise ;)

  2. Cel

    27 novembre, 2016 à 10:09

    Coucou,

    Ah, j’aime bien l’image de la langue étrangère, je trouve qu’elle résume bien la chose.

    Ce qui est chouette grâce aux nouvelles technologies, c’est qu’on peut échanger avec d’autres personnes qui parlent cette même langue étrangère, même si on a chacun un niveau différent selon notre pratique ^^

    D’ailleurs, comme un rappel à ça, après avoir écrit quelque chose sur le même ressenti, j’ai rêvé cette nuit que ma classe rejoignait plusieurs autres pour une projection d’un film. Notre petit groupe s’asseyait au dernier rang, tout en haut des gradins. L’écran était tout petit et peu visible en bas, mais j’étais contente de l’endroit où je me situais, parce que j’étais assise entre une amie à moi (qui commence à parler cette langue dans la vie réelle) et toi Sylvie.

    Bises

  3. crystallia

    26 novembre, 2016 à 21:51

    Bonjour à vous,

    C’est vrai qu’il est facile de voir les obstacles.

    Et le fait de pouvoir soudain parler une langue différente en est un. Au début. Puis quand on réalise que c’est la langue dans laquelle on souhaite le plus s’exprimer également.

    Comment faire pour que ceux qui sont hermétiques à cette langue nous comprennent ?

    En fait, je viens de le comprendre, il n’y a rien à faire. Un jour, peut-être, ils la connaitront également. Ou pas.

    Car nous on reste capable de s’exprimer dans une langue que les autres comprennent aussi.

    Même si de temps à autre on laisse échapper un ou deux mots…

    Merci à vous.

    Bise ;)

  4. Cel

    26 novembre, 2016 à 20:01

    Coucou

    « Tu en as marre de sentir un décalage. Tu voudrais vivre globalement la même vie que tout le monde »

    Ton article fait écho, j’ai parfois le même ressenti…

    Pourtant, d’un point de vue très extérieur, quand on voit le soleil qui commence à baigner ta vie, on pourrait imaginer que globalement les autres aimeraient vivre ta vie pour ressentir un tel soleil.
    Eux aller vers toi, et non l’inverse, un peu comme une éclaireuse qui ouvre le chemin. Mais quelle sacré travail d’éclairage – dans tous les sens du terme.

    Bises

  5. Emilie

    26 novembre, 2016 à 14:13

    Bonjour Sylvie,
    J’ai l’impression que les réveils difficiles évoquent l’éveil et le temps qu’il faut au soleil pour accomplir sa course dans le ciel et pour réchauffer l’atmosphère.
    J’ai vu un reportage sur les femmes en Arabie Saoudite qui m’a fait plus plaisir à regarder que je ne me l’imaginais. Ces femmes disaient qu’à force d’être confrontées à des obstacles en permanence, elles étaient devenues très malines et très inventives. L’une disait même qu’elle avait confiance dans l’avenir car elle savait que les hommes finiraient par trouver beaucoup plus pratique et économique de leur accorder le droit de conduire et de travailler, d’aller et venir librement, parce que cela leur rendrait la vie plus facile. Elle savait qu’ils finiraient par accepter ce qui simplifierait la vie de tout le monde.
    En se réveillant on peut voir tous les obstacles qu’il sera nécessaire de surmonter sans vraiment comprendre en quoi ils sont utiles pour parvenir à la liberté de conscience et d’action à laquelle on aspire.
    On commence par voir les obstacles alors qu’ils font aussi partie de la solution.
    Bon we

  6. Liliane

    26 novembre, 2016 à 12:34

    Coucou Sylvie,

    Ce matin j’ai entendu le même message. Tout comme en ce qui te concerne, j’ai plusieurs fois entendu que la seule personne qui m’empêche d’aller au delà de moi c’est moi, maintenant j’ai compris. C’est étrange des lignes en moi bougent et c’est en lisant cet article que je m’en suis rendue compte, j’en ai été émue aux larmes. Toutefois je trouve que certaines choses prennent « trop de temps » à se mettre en place pendant que pour moi ce sont des évidences c’est à ces moments là que je me sens seule et incomprise, je comprends donc très bien ce besoin de tout laisser pour se mettre au même niveau que les autres surtout quand il s’agit de nos proches. Quand je vois autant dans mes rêves que dans le temps que seul un changement de conscience pourra ouvrir la porte de l’abondance dans la vie d’un proche et que lui il ne le comprend pas qu’est-ce que je dois faire ? Quand au travail je vois l’enchaînement d’événements qui vont résulter de quelque chose de bénin et que je ne peux expliquer aux autres sans passer pour une folle dingue ou une alarmiste, qu’est-ce que je dois faire ? Être médium est un beau cadeau mais parfois je me demande pourquoi nous ne le sommes pas tous au moins on se comprendrait à demi mot ou seulement au regard.

    Bises

Consulter aussi

En soulevant une plume

« En soulevant une plume, tu peux soulever le monde. Aie toujours la main légèr…