Accueil Spiritualité Avec le recul

Avec le recul

79

Avec le recul 16112704253917181814662691

Bonjour à tous,

« Maintenant tu comprends pourquoi quand tu avais une vision correspondant à une projection d’une partie de ton propre cœur tu voyais une grande pièce laissée à l’abandon. Seulement elle n’était pas sale, elle ressemblait juste à une pièce condamnée, la poussière en moins. »

 Je me souviens, il y avait comme des draps comme ceux que l’on met sur les meubles pour les protéger de la poussière lorsque l’on sait que l’on va s’absenter un moment. Les rideaux étaient tirés, les fenêtres fermées, tout était comme figé dans le temps et je ne sais depuis combien de temps.

Il n’y avait pas un grain de saleté ou de poussière. Ce n’était pas du tout comme la salle de bain. Ah je vais m’en souvenir de la salle de bain. Et de la réaction de ma pauvre interprète…

Je savais qu’il y avait un problème Astaroth. J’avais bien compris. Et je voyais bien les répercussions concrètes de ce problème. Le souci c’est qu’à ce moment-là, j’avais vingt et quelques, rien dans ma vie ne justifiait cet état de chose.

Je n’avais pas encore pris de claque, l’interprète me demandait ce qui avait pu m’arriver et j’étais bien incapable de lui répondre. Franchement, je ne savais même pas que la vie ne se résumait pas à ce que je voyais alors les vies antérieures, c’était de l’ordre de la science-fiction !    

La chose comique est que cela apparait dans mon thème astral en plus. Du moins, les conséquence d’une blessure apparaissent seulement personne n’avait pu me dire quelle en était l’origine.

Tout le monde me disait la même chose. Et me le dit encore d’ailleurs, bouge-toi.

Mais dans quelle direction, pourquoi y a-t-il ce souci, il faut que je bouge sans comprendre ? Personne ne pouvait me répondre.

Heureusement que vous étiez là. Et que je suis une tête de mule. Si je n’avais pas cherché à comprendre pourquoi je faisais ces rêves étonnants, si je n’avais pas persévéré en réalisant qu’ils étaient d’une nature particulière et ce alors que j’étais à mille lieues de savoir ce qu’était un rêve spirituel, je serais toujours à l’ouest je pense.

Il y a des interprètes qui ne les comprennent pas ou qui ne veulent pas expliquer.

Je me souviens du rêve avec le sang et cette ambiance particulière. C’est un des premiers qui m’a mise sur la piste. Heureusement que le sang est un symbole onirique largement développé.

Avec la salle de bain c’est le premier rêve qui évoquait clairement la blessure.

Mais sans me dire, voilà il y a eu tel problème dans une ancienne vie lol.

Je me souviens de la première fois que je me suis vue telle que j’étais dans une ancienne vie. C’était dans un joli rêve, calme et agréable. J’ai facilement accepté le message finalement.

C’est longtemps après que j’ai su pourquoi j’avais revu ce visage-là.

Toutefois un des deux rêves qui m’ont le plus marqués est celui où Lauviah a arrêté le rêve que je faisais pour me dire, arrête je suis là, je suis toujours là. C’était la première fois que je le voyais sous sa forme de Lauviah.

Parce que je sais qu’il est souvent dans mes rêves en réalité mais il prend la forme d’un personnage et quand je le reconnais, c’est après coup.

L’autre c’est le rêve en bleu et blanc. Un rêve très dur où j’avais l’impression de devoir travailler énormément, de faire d’immenses efforts. Il fallait que je réapprenne jusqu’au nom de chaque chose que je connaissais pourtant avant et je n’avais qu’un seul désir, c’était partir de là.

Il y avait une atmosphère très particulière et vous étiez tous là à m’encourager. Jusqu’à ce que je vous dise, je n’en peux plus, je veux partir.

Vous m’avez laissée partir, en me disant que je pourrais revenir. Je me suis vue traverser la rue et Gabriel m’a lancé un bouquet de roses. Je n’ai vu que les épines.

Ensuite j’ai eu cette vision de moi, souriant sous le soleil en bord de mer. J’aime bien ce rêve. Aujourd’hui que je le comprends j’aime bien ce rêve.

Enfin bref, tout ça pour dire que parfois les réponses ne viennent pas d’un coup et surtout ne se trouvent pas là où l’on penserait.

Je savais qu’il y avait un problème, j’avais fini par comprendre mais je n’avais pas les raisons de ce problème alors la solution encore moins.

Je ne savais rien en plus, je ne connaissais pas la médiumnité et la spiritualité se résumait beaucoup à ce que j’avais appris à l’église et dont je ne voulais plus.  

J’avais été mise face à d’autres problèmes moins grands en plus et qu’il était plus facile de gérer les uns après les autres. Alors c’est ce que j’ai fait.

Et puis un jour j’ai su quelle était l’origine du problème et je n’ai pas vu là quelque chose de simple à gérer donc j’étais de nouveau désemparée.

Je ne peux plus porter plainte là c’est fini lol. On me disait, c’est dans le pardon que se trouve la solution mais pardonner à qui, comment, de quelle manière cela peut-il m’être bénéfique aujourd’hui ?

Et surtout, POURQUOI suis-je obligée de me coltiner les conséquences d’un vieux truc qui aurait dû se dissoudre tout seul quelque part dans les méandres de l’oubli ? Pourquoi ?

C’est une profonde injustice, tout ce que je veux c’est vivre ma vie bla bla bla…

Passé pourquoi moi, restait, je suis vraiment en-dessous de tout, comment se fait-il que je me retrouve dans cette situation ridicule quand d’autres se remettent si vite et si facilement de leurs propres blessures ?

Mais quelle case me manque-t-il ?

J’entendais bien, tu as tort de penser ainsi seulement, je ne pouvais m’en empêcher. 

En fait je crois qu’elles sont toutes là. C’est simplement que nous ne gérons pas tous les problèmes de la même manière.

Je l’ai compris notamment en acceptant de voir les espèces de trous que les gens ont dans leurs énergies liées à l’affectif.

On se débrouille comme on peut pour les combler, on va dire ça comme ça.

Par contre j’avoue être admirative des gens qui parviennent à avoir envie d’aimer malgré les très gros trous qui résultent d’une perte ou d’une trahison.

Apparemment ce sont souvent des personnes calmes et réfléchies. Pas hypersensibles comme moi lol. 

Enfin, donc j’ai su et j’ai finalement accepté. Pour que me soit rappelé que j’ai mes propres rêves à développer aussi lol. Et qu’il n’y a donc pas qu’un seul aspect de la vie qui a de l’importance.

Et que l’équilibre intérieur apparait après compréhension et acceptation de nos choix majeurs.

C’est nous qui pouvons nous occuper de nous-mêmes. Aucun tiers ne peut dissoudre nos nœuds. Les gens peuvent juste nous y aider. 

Voilà où j’en suis, je ne sais pas ce que cela va m’amener. Mais pour une fois, je me dis que de toute manière, je saurai gérer.

« Avec le sourire. Car tu as le sourire. »

Oui.

« Tu n’as encore rien eu de ce que tu voulais à vingt ans. »

C’est vrai. Mais peut-être qu’une porte va s’ouvrir là devant moi et que derrière se trouvera tout ce que je voulais à vingt ans.

« Peut-être qu’une porte va s’ouvrir oui et que derrière se trouvent les dernières choses auxquelles tu penses actuellement. »

Ah bon, ce genre de portes ? J’espérais secrètement que comme j’en avais déjà ouvertes un bon nombre, j’en avais ouvertes assez pour le reste de cette vie et toutes celles à venir.

Non ?

Bon, peut-être que derrière l’une de ces portes se trouve la Nouvelle-Zélande. Il est clair que pour l’instant ce n’est pas un projet mais encore un rêve.

Ceci dit, la porte de la Nouvelle-Zélande est peut-être là, toute proche, possible ?

« Combien coûterait trois semaines en Nouvelle-Zélande ? »

La peau de mon petit derrière. Or j’y tiens assez…

« Peut-être les choses se présentent-elles dans le meilleur ordre pour vous. Même si vous ne le comprenez qu’après coup. »

Je vois, je vois…

L’Australie ? C’est un peu moins cher…

« Tu as encore du temps devant toi tu sais. »

Lol !

« Et tu auras d’autres occasions de te plaindre et de demander, pourquoi moi.

Seulement tu auras aussi d’autres occasions de sourire et de répéter dans ta tête cette phrase que tu penses de plus en plus souvent, la vie est vraiment belle.

Au fond peu importe ce qu’il y a derrière les portes. Tu as raison, tu sauras gérer. Les bonnes comme les moins bonnes surprises. »

Aujourd’hui il fait bien beau.

« Demain il fera beau également. Et tous les autres jours parce que de toute façon, tu as un parapluie. Et plus de colère en toi.

C’est ta mère qui te l’a révélé. Elle ne savait pas pourquoi tu t’en voulais mais elle savait que tu ressentais cette colère.

Tu es mieux sans. Tout a un sens, tu vois.

Vous n’êtes pas tous obligés de faire les mêmes choses dans le même ordre. Tu verras qu’il y a beaucoup de personnes qui le comprennent. »

Merci Astaroth.

Bonne journée à tous ;)  

  • Ni Ombre ni Lumière

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie et je vous souhaite la bienvenue sur ce blog. Je…
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
Charger d'autres articles liés
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
  • Ce dont je suis capable

    Bonjour à tous, « Alors tu vas participer à ce concours photos ? », …
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

79 Commentaires

  1. crystallia

    3 janvier, 2017 à 15:46

    Bonjour,

    Comment ne pas créer plus de nœuds…

    En étant dans la paix du cœur. Ce qui est rarement notre cas. Et qui ne correspond pas à ton état…

    Il y a des réponses qui ne sont pertinentes qu’au cas par cas.

    En vérité il faudrait que je te regarde vu ce que tu soulèves.

  2. Fleur

    3 janvier, 2017 à 12:19

    Bonjour Sylvie,

    Je te remercie pour tes réponses, je suis dans une vilaine période.
    « Fleur, ce serait ton époux. Que voit-il en toi, selon toi ? »
    « Fleur, l’écrin qui permet au bijou de se révéler de la manière la plus éclatante.
    Est-ce une métaphore qui pourrait correspondre à ton couple ?
    Si la question est trop personnelle, dis-le, je développerai autrement. »

    Je représente pour lui « l’assurance-famille » ni plus ni moins ! Et sa femme !
    En ce qui concerne l’écrin j’ai du faire une grosse erreur d’appréciation depuis le début en ce qui concerne le « rôle » de chacun dans cette histoire !
    Comment développerais-tu autrement ?
    Je te remercie Sylvie, là c’est une belle montagne que j’ai devant moi et il faut que trouve comment l’apprécier !
    Je ne sais pas si j’aime mon époux ou non, c’est assez étrange. Ce qui est sûr c’est qu’en effet, je fais plus de nœuds que je n’en défaits.
    Sais-tu ce que je pourrais faire pour comprendre nos liens et aussi comment ne pas faire plus de nœuds ?

    Bises et Merci !

  3. Bluebird

    15 décembre, 2016 à 22:50

    Bonsoir Sylvie,

    Comme Liliane, j’ai envie de dire « Aïe ».
    Ce soir je ne suis pas bien connectée aux facettes lumineuses.
    Ce que j’aime ressentir en moi, c’est la facette « libre, fluide, inspirée, avec la beauté, de la spontannéité joyeuse, et une capacité à réveiller de l’énergie,de la vie, du courage autour de moi »
    L’image qui me vient c’est une femme danseuse,pétillante.
    Esméralda dans le Bossu de Notre Dame ?

    Mais cette facette est cachée.
    Lorsque cela m’arrive, je m’en rends compte seulement, je n’en suis pas consciente sur le moment.

    Je suis émue là. Elles me secouent tes petites questions.

    Bises
    Lara

  4. Liliane

    15 décembre, 2016 à 9:00

    Bonjour Sylvie,

    Le jardin fleuri est dans un parc, le soleil est haut mais il y’a une légère brise c’est agréable. Je suis assise sur un banc en bois blanc, il est beau, il y’a quelqu’un assis près de moi qui me demande si je vais mieux, je lui répond en souriant que oui. Il y’a pleins de jeux, les enfants s’y adonnent à coeur joie, du toboggan réquisitionné par les enfants les plus intrépides, il y’a des petites filles qui jouent à la cordes, d’autres à la marelle, d’autres encore font une course poursuite, je vois aussi des petits génies qui se fabriquent des avions en papier et qui les lancent. Les fleurs sont belles et dansent sous la brise.

    Bises

  5. crystallia

    15 décembre, 2016 à 1:39

    Coucou,

    Ne t’inquiète pas pour le weekend Carène, je pense que ça ira. ;)

    Isabelle, j’ai carrément du mal avec accueillir au lieu de faire ! Mais par moments, c’est le mieux pour nous.

    Liliane, bon, changeons d’image. Tu es dans un superbe jardin, il fait beau et doux. Des enfants jouent, à quoi ?

    L’idée de cet exercice est de te permettre de tempérer tes énergies intérieures d’une manière douce.

    Lara, mille facettes de toi-même, laquelle préfères-tu ?

    Fleur, l’écrin qui permet au bijou de se révéler de la manière la plus éclatante.

    Est-ce une métaphore qui pourrait correspondre à ton couple ?

    Si la question est trop personnelle, dis-le, je développerai autrement.

    Bise ;)

  6. Bluebird

    14 décembre, 2016 à 23:16

    PS : ah ben ça.. je viens d’aller regarder les symboles du rêve que j’ai fait la nuit dernière. Ca me dit que si, peut-être que je suis bien devant un passage/évolution du féminin en moi. Ah ben ça.
    mais une petite fille avec des cheveux couleurs arc en ciel,c’est quelle facette de la Déesse, ça ?

  7. Bluebird

    14 décembre, 2016 à 22:34

    Bonsoir Sylvie,

    Ah ben non, pas sympas les virus en ce moment.
    Je te souhaite d’en sortir vite, surtout si c’est un truc à courbatures comme tu en as par chez toi :(

    Merci pour la question.
    Je suis bien embêtée pour répondre. Je crois que ce n’est pas un idéal. Je le perçoit comme une réalité qui concerne une part très profonde et sage de moi. Mais je n’arrive pas à faire le lien avec mon petit moi de tous les jours et encore moins avec le futur.
    Zut, si je plonge dans cet endroit intérieur, ce soir il y a beaucoup d’énergie. (Je viens de faire une méditation pour la pleine lune, la cérémonie du womb blessing proposée par Miranda Gray, je ne sais pas si tu connais? Cela joue peut-être ?)
    Je ne peux pas l’expliquer, mais pour répondre à ta question, je sens que c’est quelque chose qui est déja là en moi.C’est posé,sur de soi, calme, pas une quête vers un idéal. Mais c’est inaccessible. C’est vieux.C’est une trace ancienne du passé ?

    Ca me fait l’impression d’une pièce de puzzle que je n’arrive pas à intégrer.

    Bonne nuit Sylvie, bonne nuit tout le monde,
    Lara

    PS : merci Camille et Isabelle pour vos retours. Cela me touche que les images résonnent… c’est bon d’avoir ces échanges avec vous toutes ici !

  8. Liliane

    14 décembre, 2016 à 20:56

    Coucou,

    Aïe Sylvie Hum…J’ai vu les eaux tranquilles sous un ciel de nuit à la pleine lune, j’ai vu la barque blanche qui disparaissait au fur et à mesure que les eaux devenaient plus agitées. J’ai réussi à avancer vers lui tant bien que mal mais les eaux sont devenus plus mouvementées et ce soir encore ce sont de grosses vagues, le ciel est couvert. Je ne suis pas sortie de l’auberge.

    Bonne soirée

  9. Cel

    14 décembre, 2016 à 19:21

    Bonsoir,

    Lara, j’ai beaucoup aimé lire ta vision de la « maitresse sage », cela me parle vraiment beaucoup plus que ce qui me venait en tête, et je vois bien ce que tu décris. Merci pour l’image.

    Bises

Consulter aussi

Le soleil sur ma peau

Bonjour à tous, « Dans un monde idéal, tu aimerais manger des légumes plus que …