Accueil Spiritualité Panne de lecture

Panne de lecture

3

Panne de lecture 16120310433417181814678773

Bonjour à tous,

« Alors tu n’arrives plus à lire ? », me demande Elémiah.

Non, c’est malheureux, je prenais plaisir à honorer la tradition du livre du mois. Mais une drôle de chose s’est produite doucement mais sûrement. Je n’arrivais plus à me retrouver dans tous ces romans. Et le fait que je ne parvienne pas à me retrouver dans ce que je lisais est devenu un problème.

Pourtant c’était des romans sympas, un témoignage aussi une fois, j’aimais bien.

Je regardais dans le rayon des livres de poche mis en avant et j’en choisissais un. J’avais repéré quelques auteurs…

Là dernièrement je me suis promenée dans le rayon librairie du supermarché, je n’ai pas senti d’appel…

Je n’ai pas entendu, achète-moi !

J’ai parcouru les quatrièmes de couverture et j’ai vu des résumés attrayants mais il y avait toujours ce même problème.

Pourtant les divers protagonistes ont des soucis de la vie de tous les jours. Mais j’ai l’impression qu’il manque quelque chose.

Le fait est que je ne suis pas du tout passionnée par les histoires du type il aime-il n’aime plus-il aime à nouveau…

Ni par les histoires du type il a dit-elle a répété-ils ont colporté…

Mais il restait toutes les nombreuses histoires dans lesquelles après maintes péripéties les héros parviennent à donner un tournant positif à leur vie. Je réalise que j’ai lu beaucoup d’histoires de ce genre…    

Je n’ai même pas acheté Younger alors que c’est une des dernières séries que j’ai suivi. Plus ou moins.

« Tu aimes bien cette série. »

C’est marrant.

« Une femme de 40 ans qui doit trouver le moyen de survivre après un mariage calamiteux mais qui veut le faire en réalisant quelque chose qui lui plaira. Désespérée de constater que le fait qu’elle ait été femme au foyer pendant de longues années est un barrage sérieux à son épanouissement professionnel, elle choisit de mentir sur son âge afin de se donner une vraie chance.

Et cela entraine une kyrielle de quiproquos aussi improbables que drôles. Ce qui est l’idée.

Cela met également en avant le fait que ses 40 ans lui apporte l’expérience qui manque à ses nouvelles jeunes amies et cette position équilibriste l’oblige à faire preuve d’une ouverture d’esprit plus grande que si elle avait pu poursuivre sa vie normalement.

En fait c’est une héroïne qui te ressemble, c’est pour cette raison qu’elle te plait. Elle ressemble à celles des livres que tu as lu ces derniers mois.

Miss Alabama et ses petits secrets, une des premières histoires que tu as lu cette année. Une très belle histoire si on considère le fait que l’héroïne, certaine de n’avoir plus rien à attendre de la vie avait choisi de la quitter.

Elle changera d’avis et seulement après, alors qu’elle aura retrouvé goût à la vie, elle trouvera l’amour.

Enfin une histoire réaliste dans la mesure où on te montre une héroïne qui se sauve elle-même.

Il y en a d’autres et c’est effectivement le genre que tu préfères.

Beaucoup de femmes de ta génération ont eu pour modèles directs ou indirects des femmes pétries d’envie ou d’ambition. Des femmes qui se donnaient les moyens de réaliser ces envies ou ambitions.

Le succès de ce type d’ouvrages est liée à une évolution pensez-vous. Mais ce genre d’histoires existaient déjà il y a plus d’un siècle.

Simplement aujourd’hui, c’est plus facile pour les personnes qui pensent comme toi.

Toutefois tu ne souhaites plus lire ce type d’ouvrage et aucun autre ne t’attire. Même pas les policiers que tu affectionnes aussi. Ou les dystopies, que tu n’as pas lu depuis un moment.

Par contre, tu as envie d’écrire une petite histoire. »

Oui, depuis hier. Je vais l’écrire tranquillement sur un de mes carnets. Peut-être que quand j’aurai fini, j’aurai de nouveau envie de lire.

« Peut-être. Pourquoi tu ne l’écris pas sur ton ordinateur ? »

J’ai envie d’écrire vraiment.

« Bon, essaye sur ton ordinateur. Si ça ne va pas, tu prendras le cahier. Et ton stylo violet. »

J’aime bien le stylo violet. Et le rose aussi. Arrêtez de rire.

« Écris ton histoire, l’essentiel c’est de te faire plaisir. Elle te ressemblera sûrement plus que ce que tu lisais. »

Oui, si ça se trouve je vais reprendre assez vite la lecture. Enfin, j’aime bien écrire aussi donc ça va.

« Eh bien voilà, tout est parfait. Écris ton histoire. Tu l’as en tête ? »

J’ai les grandes lignes seulement. Si ça vient, ça vient si ce n’est pas le cas, je ne vais pas me casser la tête.

« Tu verras que cela viendra. Facilement. Tu penses à une vingtaine de pages, ce n’est pas grave si c’est plus long ? »

Non, tant que je suis contente de ce que j’écris…

« Tu seras contente, l’essentiel est de te faire plaisir. Écris pour toi. »

Ah c’est l’idée, c’est pour moi que je le fais !

Merci Elémiah. Par ailleurs cette semaine on profite du soleil du Marin.

Bonne journée à tous ;)  

  • Consultations

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie. Je tiens ce blog depuis plus de dix ans mainten…
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres articles liés
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Les embouteillages

    Bonjour à vous, Je vous souhaite de passer une belle semaine, ensoleillée si possible. Pou…
  • Mes objectifs pour la rentrée

    Bonjour à vous,  Depuis la plage merveilleuse, je choisis de partager avec vous mes object…
  • Les matins

      Bonjour à vous,  Aujourd’hui je vais vous parler de mon moment préféré de la journ…
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

3 Commentaires

  1. crystallia

    5 décembre, 2016 à 18:38

    Bonjour,

    Pascale, je ne serais pas une blogueuse si je ne comprenais pas le besoin d’être lue.

    Avant ce blog j’avais commencé un journal intime. Il m’est rapidement apparu qu’écrire dans un cahier secret ne me convenait pas.

    Tu connais la suite.

    Tous les partages ont du sens. Le tien est donc le bienvenu. Puisses-tu continuer à trouver ce dont tu as besoin ici et ailleurs.

    Eve, je pense plutôt que le fait de se retrouver dans le premier type de roman que tu évoques est révélateur de notre besoin de voir plus de compassion autour de nous.

    Et les livres d’aventure, une façon de s’évader bien connue. Peut-être une manière douce de s’avouer une envie d’autre chose.

    Les bons livres ont le pouvoir d’apaiser les cœurs, il faut l’admettre.

    Merci à vous.

    Bise ;)

  2. Pascale

    5 décembre, 2016 à 17:08

    Bonjour Sylvie,

    Depuis toujours, la lecture était pour moi une nourriture. Cela fait quelques années déjà que je n’arrive plus à finir même un bon roman. J’ai moi aussi découvert que j’avais besoin d’écrire quelques mots sur des sujets difficiles que je croyais guéris.
    Mais les circonstances actuelles m’ont montré que c’était plus compliqué. Je crois que j’ai besoin d’être lu pour mieux respirer.
    Un jour, ma mère m’a fait un beau cadeau (sans tricher, c’est dans ma nature d’être heureuse de trouver le sens), elle m’a dit qu’elle n’avait jamais pu m’aimer, que dès ma naissance, j’avais représenté un danger de mort pour elle. Je connais les circonstances, deux secrets de famille enfouis sous un manteau de honte. Elle n’assumait pas de ne pas m’aimer sans doute, car vis à vis de l’extérieur, elle se comportait comme si j’étais la préférée. Comment oser se plaindre, même à soi.Et quand je posais des questions pour comprendre pourquoi elle n’était pas heureuse, elle tapait ma sœur ainée, seule solution pour me faire taire quelques mois. A part cette colonne vertébrale de vie, j’ai des souvenirs d’enfant heureux. Mais ma sœur ainée est décédée voici quinze ans, sans que je puisse me défaire de la culpabilité d’avoir existé. Les douleurs se sont estompées, mais dans les trois dernières années, trois de mes amis sont décédés de maladie dans des conditions difficiles, des amis avec qui il était simple de discuter, qui aimaient la vie autant que moi. La semaine dernière, à l’enterrement de l’un d’eux, ma petite sœur m’a glissé, que c’était dangereux d’être mon amie. Je dois avouer que depuis, j’ai un peu de mal à respirer tranquillement émotionnellement, même si la vie m’a appris à prendre du recul. Je serre les dents, le quotidien n’est pas facile, car ma belle-fille a eu cet été un accident de voiture, elle est toujours en rééducation, sa maman est décédée dans l’accident, ma petite fille a été blessée mais va mieux. Nous aidons notre fils à faire face au quotidien en nous occupant dès qu’il a besoin, de sa fille , il a une entreprise avec ma belle-fille et lui aussi serre les dents.
    Voilà, j’ai une sainte horreur de faire Cosette, mais aujourd’hui, j’avais envie simplement de gémir en public. Je suis désolée pour vous, pour toi Sylvie qui m’aide tellement par tes écrits.

    Bise

  3. Eve

    5 décembre, 2016 à 8:22

    Bonjour Sylvie,

    Merci d’aborder ce sujet. Je lis énormément ces temps-ci et je me demandais ce que pouvait signifier nos attirances.
    Par exemple, est-ce que lire des romans où il ne s’y passe pas grand chose mais où l’on y trouve de la compassion avec plein d’humanité reflète notre incapacité à éprouver de la compassion et à faire preuve d’humanité?
    Ou bien, est-ce que lire des livres avec mille aventures est le signe d’une vie passive, d’une vie monotone et sans actions?
    Bonne journée!

Consulter aussi

Ah la la le dentiste…

Bonjour à tous, Je déteste aller chez le dentiste. Et ça faisait longtemps que je n’…