Accueil Spiritualité Visages connus

Visages connus

6

Visages connus 16122409544417181814725241

Bonjour à tous,

« Tu n’as pas regardé ton téléfilm de noël jusqu’au bout. Ni celui d’avant. Pourquoi ? », me demande Elédahiel.

Je sais comment ils se terminent tous les deux. Dans les deux cas, je parie que les héroïnes réalisent que l’amour sentimental est plus important que la carrière de leur rêve et que finalement elles choisissent d’orienter leurs vies autrement.

« Hier la collègue te parlait d’une histoire qui l’avait transportée, son mari adorant la voir s’émouvoir au rythme des soubresauts du scenario. »

Quelques vagues rebondissements si prévisibles que je les avais presque tous devinés. Aucun véritable climax. J’ai du mal avec les téléfilms.

Encore plus avec ceux qui sont à l’eau-de-rose. Et puis pour ma part je serais réellement très déçue si un homme n’était pas capable de me reconnaitre sans maquillage alors que soi-disant il est tombé fou amoureux de moi. Je me demande ce qui l’a transportée là-dedans… 

Le fait que l’on puisse tomber amoureux d’une simple image ?

« Le second téléfilm te plaisait bien tout à l’heure. »

Tu veux que je regarde la fin ? Faisons un pari. Je parie que l’héroïne réalise que finalement elle préfère épouser son chéri plutôt que d’accepter le poste de ses rêves dans cette université prestigieuse. 

« Et qu’est-ce qui te déplaisait dans le premier téléfilm ? »

Rien, en plus j’aime beaucoup cette actrice. Je suis sure que le jeune homme agaçant mais super séduisant du début a réussi à la convaincre que fonder une famille est ce qu’il y a de plus beau. Alors qu’elle ne pensait qu’expansion économique au départ.

« Les téléfilms de noël sont faits pour vous faire passer de bons moments, amusants, légers et vous faire un peu rêver. Bien sûr il y a de grosses ficelles. Mais c’est aussi pour cela que vous les regardez. Non ? »

Si évidemment. On sait qu’ils se terminent toujours bien. J’avais bien aimé celui avec cette maman débordée qui se battait pour que sa famille lui accorde plus de considération.

« Ou tous ceux de ce genre-là. Comme celui de ce matin avec cette mère presque désespérée qui devait absolument trouver un travail pour subvenir aux besoins de sa famille. »

Celui-là était sympa aussi.

« Mais pas ceux avec des jeunes femmes en apparence fortes et séduisantes, qui ont un brillant avenir devant elles et qui se retrouvent à devoir mettre de côté leurs ambitions personnelles afin de laisser de la place à l’amour et au soleil dans leur vie. »

Je ne comprends pas ta façon de présenter les choses ! 

« Non ? »

Non ! Pourquoi est-ce que l’on ne pourrait pas avoir les deux ?

« C’est justement la question que se posait ton héroïne quand tu as éteint la télé. »

C’est à toi que je choisis de la poser. Ne me demande pas de rallumer la télé. Je te dis que je connais la fin.

« Bien sûr qu’elle va choisir d’épouser son chéri. Mais ma douce enfant, ce n’est pas là l’intérêt de l’histoire. »

Quel est l’intérêt alors ?

« Eh bien le cheminement, les raisons qui font qu’elle fera finalement ce choix. Tout le monde pense Je au départ.

Toi aussi tu penses Je.

Mais un jour Je ne suffit plus. Ce qui l’entoure ne suffit plus. Et ce qu’il y a autour de toi ne comble plus Je.

D’où le fait que tu ressentes que tu aimes de moins en moins être seule. »

Je n’aime pas cette sensation. Du coup je suis contente de ne pas habiter toute seule. C’est comique non ? C’est Carène qui m’a permis de m’en rendre compte…

« Il n’y a pas que toi qui n’aime pas cette sensation. Pour ceux qui ignorent ce que tu ressentais jusque là, disons que ton premier éveil t’ayant emmenée vers des énergies plus élevées, tu avais toujours la sensation d’être aimée quoi qu’il puisse arriver. »

Je préfère cette sensation-là !

« Tu peux la retrouver. »

C’est vrai ? Comment ?

« Tu veux regarder la fin du téléfilm ? »

Pourquoi est-ce que tu me parles encore de ça !

Du coup j’ai rallumé, l’héroïne se demande encore comment faire le bon choix !

« Et qu’est-ce que son grand-père lui dit ? »

De faire en sorte de ne pas avoir de regret.

« Est-ce que tu en as ? » 

Non, que pourrais-je regretter ?

Au final, tout a toujours fini par s’arranger pour moi. Alors que l’héroïne craint d’avoir laisser filer le grand amour.

Et en même temps, ce poste serait la chance de sa vie.

Pauvre héroïne ! Quel choix cornélien…

« Mais le chéri de l’héroïne semble avoir de l’ambition lui aussi. Et ensemble, il apparait qu’ils pourraient réaliser de belles choses, au-delà de la sphère privée. »   

Oui c’est vrai, c’est drôle, dans le premier téléfilm aussi.

« Est-ce renoncer que d’oublier un projet personnel prometteur au profit d’un projet commun tout aussi prometteur ? »

Je dirais que c’est un plus grand pari. Il faut vraiment regarder ensemble dans la même direction.

Ceci dit, il y a beaucoup d’inconnues je trouve. Sur le nuage rose, on ne sent pas trop l’influence des inconnues et des variables. Et moi je suis une nullité en maths.

Je n’aime pas le nuage bleu. On dirait qu’on a plus besoin de la présence des autres. Et que donc il fait s’habituer aux inconnues et aux variables.

Au moins dans les téléfilms de noël tout se termine toujours bien. Je sais ce qui a transporté la collègue.

La variable, don du ciel est bien appréciable à ce niveau.

Je ne peux pas retourner vers les autres énergies ?

« Non, ma belle enfant. Mais tu peux apprécier le fait de savoir qu’aimer et être aimé est important. C’est précieux d’en avoir conscience. »

Oui, seulement c’était bien aussi de juste sentir cet amour quand j’en avais besoin. Pouf, tu vois ! J’aimais bien l’effet Pouf je me sens mieux !

C’est ce qui manque sur le nuage bleu ! Oh et puis je viens de regarder la fin du téléfilm, elle va épouser le chéri et ils vont se lancer dans une nouvelle aventure ensemble ! Personne ne renonce à ses rêves finalement.

« Comme quoi, il suffisait juste que l’un accepte de soutenir l’autre. Pour que l’autre accepte de le soutenir aussi. C’était un joli téléfilm. »

Oui.

« Sur le nuage rose, tu sentais qu’il y avait d’autres personnes avec toi ? »

Non, c’est sur le bleu que je vois qu’il y a de l’espace et plein de gens. D’ailleurs, je n’arrête pas de croiser des tas de gens depuis quelques semaines.

« C’est bien aussi de croiser des visages connus. »

Oui.

« C’est bien aussi de croiser des visages connus. Ma douce Sylvie. Et de se rendre compte que certains projets peuvent être modifiés au gré des rencontres plus ou moins importantes.

Tu regarderas d’autres téléfilms de noël dans ta vie. Tu verras que l’eau-de-rose, c’est agréable aussi parfois. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)  

  • Ni Ombre ni Lumière

    Bonjour à tous, Je m’appelle Sylvie et je vous souhaite la bienvenue sur ce blog. Je…
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
Charger d'autres articles liés
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Envie d’une courte pause

    Bonjour à tous, Je ne suis pas occupée au point de ne pas trouver le temps d’écrire …
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
Charger d'autres écrits par crystallia
  • Une page se tourne…

    Bonjour à tous, « Et pour la première fois depuis des années, l’envie d&r…
  • Compter jusqu’à 5

    Bonjour à tous, « Tu es fatiguée ? », me demande Gabriel. Oui un peu…
  • Ce dont je suis capable

    Bonjour à tous, « Alors tu vas participer à ce concours photos ? », …
Charger d'autres écrits dans Spiritualité

6 Commentaires

  1. crystallia

    27 décembre, 2016 à 10:59

    Coucou !

    Noël s’est bien passé. C’est la période parfaite pour manger plein de foie gras et s’offrir des cadeaux de dernière minute.

    Ce que j’ai fait.

    Bise ;)

  2. Carène

    26 décembre, 2016 à 15:53

    Coucou !

    Contente que ça te parle. Je l’ai compris pour moi-même cet été à travers l’enseignement d’Arouna Lipschitz, dans ses livres autobiographiques qui ont été pour moi une mine d’or par rapport au carrefour dans lequel je me trouvais.

    J’espère que ton petit noël s’est bien passé.

    Bises

  3. crystallia

    26 décembre, 2016 à 0:35

    Bonsoir,

    Carène tes mots sonnent tellement justes tout à coup…

    Camille, dès que je trouve la bonne personne je te réponds.

    Merci à vous.

    Bise ;)

  4. Carène

    25 décembre, 2016 à 17:05

    Coucou !

    On dirait que les conditions sont créées pour que tu sortes de ta zone de confort. Remarque, c’était à prévoir le jour où Lauviah t’a rendu ton cœur. Celui-ci doit bien trouver sa place dans le monde incarné dans lequel aimer se conjugue en action. L’amour est là en nous, la question est de savoir alors quelle forme on lui donne sur cette terre.

    Bises

  5. Cel

    25 décembre, 2016 à 7:24

    Coucou,

    Joyeux Noël à vous tous !

    Cet article me parle bien
    « Mais pas ceux avec des jeunes femmes en apparence fortes et séduisantes, qui ont un brillant avenir devant elles et qui se retrouvent à devoir mettre de côté leurs ambitions personnelles afin de laisser de la place à l’amour et au soleil dans leur vie. »
    Ahaha, cela me rappelle beaucoup tout ce dont on a parlé sur un post précédent… C’est un sacré enjeu parfois pour certaines femmes.

    J’aime bien ce que Elédahiel dit « Mais le chéri de l’héroïne semble avoir de l’ambition lui aussi. Et ensemble, il apparait qu’ils pourraient réaliser de belles choses, au-delà de la sphère privée.  »

    Je ressens aussi cela comme un sacré pari, avec beaucoup de variables aléatoires. Mais quand on est avec la bonne personne, j’imagine que l’on ressent ça comme plein de sens, juste pour soi et finalement possible tellement cela parait une évidence, non ?

    Bises

  6. Eve

    25 décembre, 2016 à 5:10

    Joyeux Noël Sylvie,

    C’est toujours enrichissant de te lire, merci merci :-)
    Bises

Consulter aussi

Manger la vie

Bonjour à tous, Manger la vie comme on mange un fruit bien mûr, me dit Nataéliah. Pourquoi…