Archive pour août, 2017

De la difficulté de chanter en public

De la difficulté de chanter en public 17083112011917181815248531

Bonjour à tous,

Finalement je trouve que c’est dur de chanter devant tout le monde…

« Bien sûr que c’est dur. Mais pas davantage que d’écrire sur ce blog. C’était dur aussi au départ. Et certains textes ont été durs à écrire également.

Faire un grand pas pour soi demande du courage. C’est pourquoi il est important de savoir ce qui vous motive, ce qui vous pousse à sortir de la zone de confort.

Toutefois, tu sais qu’en réalité, celle-ci est extensible.

Pourquoi as-tu peur ? Parce qu’en lisant ce magazine toute à l’heure tu t’es rendue compte qu’il était préconisé les mêmes conseils que nous t’avons déjà donné ? »

Ca fait drôle…

C’était bien la peine de l’acheter !

« Plus sérieusement, souviens-toi que de toute manière, tu n’as rien à perdre et tout à gagner. C’est pour cette raison que tu en es là.

Parfois il semble que tout serait bien plus simple avec des tas d’obstacles, n’est-ce pas ? »

Lol !!!!

« S’il suffit de tendre la main c’est que le moment est propice. Vas-tu laisser passer un moment propice ?

Par peur de l’inconnu ? De t’exposer d’une nouvelle manière ou de te révéler autrement ?

Car vu la configuration, il n’y a pas de risque d’échec,  il n’y a que des choses à gagner. Mais tu le comprends ou tu n’aurais pas peur.

Plus tard nous parlerons du poids des énergies liées à la mémoire familiale mais pas aujourd’hui, cela ne t’aiderait pas. Je l’évoque simplement, car je sais que tu penses à ce projet qu’avaient porté tes parents mais qui pour diverses raisons avait avorté.

Le tien est bien différent. Beaucoup de choses sont différentes. 

Nous t’avons dit il y a plusieurs mois que tu devrais construire quelque chose de similaire à ce blog pour toi mais dans le domaine professionnel. Tu t’es dit, serait-ce seulement possible ?

Eh bien, tu sais désormais que ça l’est. Essaye.

Nous savons que tu penses, si je réussis, tout le monde sera-t-il content pour moi autour de moi ?

Toi tu le seras et cela changera beaucoup de choses à commencer par ce que tu penses des possibilités qui sont les tiennes dans cette vie.

Alors souviens-toi que l’essentiel est que toi tu atteignes tes propres objectifs. »

Merci Sammael.

Bonne journée à tous ;)  

Va, avec assurance

Va, avec assurance 17083012521617181815246835

Bonjour à tous,

« Tu es bien calme. », me dit Elémiah.

C’est mon état naturel voyons.

« Tu sembles en paix. Et cela n’était pas ton état naturel ces derniers jours. »

Lol ! La nuit dernière tu veux dire ? Elémiah je cherche à ouvrir une porte dont je n’ai pas encore la clé. Il y a la route et ce qu’elle promet avec toute sa linéarité et il y a le sécateur que j’ai à la main.

« Donc tu veux quitter la route ? »

Dès que j’aurai tracé un chemin jusqu’à la porte. Dont je ne savais où trouver la clé. Donc il fallait que je réfléchisse.

« Et pourquoi es-tu apaisée ? »

« On » a gentiment remplacé le sécateur par une tondeuse ! Au réveil l’inspiration était là. Et en plus le même « on » me souffle que la clé se trouve quelque part sur le chemin que je parviendrai à tracer avec la tondeuse. 

J’arrive nouvelle porte !

« Il y a quelques cailloux sur cette portion du terrain. Il ne sera pas toujours facile de passer avec la tondeuse. »

J’avais un sécateur je te rappelle ! Je vais m’accrocher un peu, ne serait-ce que parce que ce n’est pas si courant de pouvoir se tracer un chemin.

C’est vrai, j’ai employé beaucoup de métaphores mais plus concrètement, s’éloigner du connu et de son champ de compétences habituel, ce n’est pas une mince affaire. Regarde au travail, certains collègues postulent pour des postes qui les intéressent en interne mais les chefs de service ne les retiennent pas car ces personnes n’ont pas le profil qu’ils désirent.

Ou regarde ma sœur. Plus de dix ans dans la vente et elle vient de signer son premier CDI. Ce qui dans ce milieu n’a rien d’exceptionnel sauf que la pauvre ne peut pas programmer de vacances avec sa famille. Par exemple.

Et beaucoup de gens, y compris moi, ont peur de ce que cela pourrait coûter de s’éloigner du connu. Le fameux et si je me plante ? 

Et pour aller où en vérité ? C’est la grande question, pour aller où ? Pour les gens comme moi, capables de s’intéresser à 50 nouvelles choses chaque mois, c’est difficile de situer Le domaine. 

Mais je vais te dire une chose, la linéarité de la route a eu raison de mon désir de ne pas aller vers ce qui pourrait me mettre en danger. Je me dis que je peux au moins essayer une autre direction.

Je ne peux pas envisager mon avenir sous l’unique angle qui se présentera si je reste sur cette présente route. Et tu sais pourquoi je dis que je ne peux pas. C’était la première chose qui venait quand, alors que j’allais me coucher, j’étais assaillie par mes pensées.

A quoi bon ? Comme vous me disiez l’autre jour, j’ai deux mains. Valides. Autant m’en servir.

Et en plus j’ai une tondeuse maintenant ! 

Je veux me donner une chance. Si je me plante, ce ne sera pas la première fois lol. 

« Et si tu ne te plantes pas ? Pourquoi ne pas garder cela en tête plutôt ? Et si tu réussissais ? »

J’aime bien cette idée-là effectivement.

« Ne dis rien, à personne. Mûris ton projet, fais tes recherches, vois ce dont tu vas avoir besoin. Prends ton temps et vois si tu t’amuses. Nous avons bien entendu que tu veux t’éloigner de l’univers des conflits, comme cette vieille amie, elle aussi a choisi de faire autre chose. Mais ses proches l’ont accueilli sur une autre route, très différente.

Vois ce qui te plait, amuse-toi et prépare-toi tranquillement.

Vous êtes peu nombreux à tracer des chemins qui vous ressemblent.  Parce que vous ne savez pas toujours qui vous êtes.

Regarde à tes pieds, tu pourras repérer quelques cailloux et les éviter. Et puis qui sait, peut-être que plus loin, il y a moins d’herbes folles et davantage d’herbes tendres.

Va tranquillement, mais sûrement. Va, avec assurance. »

Merci Elémiah.

Bonne journée à tous ;)  

Domaine vital

Domaine vital 17082711242217181815242897

Bonjour à tous,

« Tu as choisi de t’intéresser à cette porte, qui se trouve devant toi. », me dit Ahiriel.

Je fais des recherches, je me dis que si je peux donner une nouvelle direction à ma vie professionnelle, ce sera positif pour moi. J’étudie la question, je me renseigne au sujet des formations possibles.

Je ne suis pas prête à ce jour, pour diverses raisons la première étant que je ne peux pas tout envoyer valser sur une simple idée. Contrairement aux nombreux témoignages que j’ai pu lire ou entendre dans mon cas, il ne suffit pas de vouloir faire autre chose pour pouvoir faire autre chose.

Il faut que je travaille en amont. Je fais des recherches, je verrai où elles me mènent. Mais je fais des rêves d’encouragement depuis quelques temps alors je me dis que quoique je trouve dans cette direction, c’est la bonne.

C’est à la fois apaisant et excitant, c’est drôle non ?

« Tu trouves un nouveau souffle dans cette dynamique. Tu savais que depuis un moment tu ne te retrouvais plus sans trop comprendre pourquoi. Tu ne voulais pas le voir non plus. Il vous est parfois compliqué de reconnaitre que vous avez besoin de vous éloigner du connu. Le domaine en cause est en outre ce que tu vois comme un domaine vital.

Tu n’avais pas envie d’entrer dans cette dynamique. Tu aurais plutôt voulu être rassurée et confortée.

Aller vers l’inconnu, dans un domaine vital, c’est prendre un risque. Tu ne voulais pas prendre de risque.

Et si tu te trompes ? Si tu trouves une situation moins bonne que celle que tu veux quitter ? Si tu n’apprécies pas le changement ?

Si tu te mets en danger ?

Il y a toi et juste toi. C’était difficile d’accepter l’idée qu’il n’était pas possible de contourner l’iceberg. Accepter les messages te disant, cette voie n’est pas celle de ton propre épanouissement.

Il est difficile d’accepter, certes il s’agit d’un domaine vital mais tu vas devoir prendre un risque dessus si tu veux trouver cette voie de l’épanouissement.

Ceux qui disent qu’ils ont un jour voulu changer et que le lendemain ils ont fait autre chose sont soit des menteurs soit des personnes qui aiment prendre des raccourcis.

Tu connais la vie, tu n’es pas née hier. Celui qui travaille pour gagner sa vie ne change pas de vie du jour au lendemain avec succès sans avoir effectué quelques démarches.

Il y a peu de domaines vitaux mais vous les connaissez tous. Le travail est un domaine vital qui peut vous permettre de vous révéler ou alors, vous donner le sentiment que vous êtes limité. En tous points.

C’est comme le domaine sentimental. Un autre domaine vital. Sur lequel nous n’allons pas nous étendre puisque ce n’est pas celui qui te préoccupe actuellement.

Donc tu as compris que tu es loin d’être limitée. Tu as compris que tu as un vrai potentiel et que tu ne l’exploites pas comme tu pourrais. C’est bien. Nous avons vu ce que tu as écrit dans ton carnet l’autre jour.

Tu as écrit que tu veux te retrouver dans ce que tu fais de manière à pouvoir t’épanouir dans ton travail. Tu n’as pas écrit, je veux gagner plus d’argent, être mon propre chef, ne plus avoir de collègues énervants ou ce genre de critères qui reviennent souvent dans la bouche de ceux qui cherchent une porte de sortie qui convienne à leur ego.

Nous allons t’aider. En une phrase, tu devrais t’accrocher à ton idée. Elle est loin d’être inintéressante. Continue tes recherches. Prends ton temps. C’est le plus important.  

Et attends le plus tard possible pour évoquer ton projet autour de toi. Le plus tard possible. 

Nous t’avons dit il n’y a pas longtemps, de vous trois tu es la seule à avoir des idées « différentes ». Tes frère et sœur ne sont pas encore visionnaires. Ils ne savent pas se projeter comme tu sais le faire. 

Ils peuvent apprendre. Il faut que l’un de vous trois inspire les deux autres. Cela aurait pu être ton frère. Il s’est retrouvé face à des frustrations similaires, il n’a pas su en tirer profit.

Il est difficile de renoncer au connu dans un domaine vital.

Beaucoup préfèreraient avoir un filet de sécurité. Toi aussi.

Prends simplement le temps dont tu as besoin pour te préparer. Vois ce qui est possible, ce qui ne l’est pas. Mais tu devrais écouter.

Quand il y a quelques mois tu as dit que tu en avais assez que tu allais louer un appartement, nous avons entendu ce que tu ne disais pas. Nous t’avons envoyé une réponse sous forme de quelques rêves très doux. Tu t’en souviens ? »

Je m’en souviens. La réponse était, ce n’est pas le mieux à faire pour l’instant. Vu l’évolution de ma situation générale, je comprends ce message lol.

Gérer le fait de vivre seule et cette préparation en même temps, j’aurais été trop stressée. 

« Quels messages reçois-tu aujourd’hui ? »

C’est le bon moment pour tenter autre chose. C’est ce que je reçois. Je l’ai dit je fais plein de rêves d’encouragements. J’ai même fait un rêve dans lequel on me disait, voilà tel projet d’entreprise viable, lance-toi.

Je me suis renseignée, ce serait faisable je crois et même viable effectivement.

« Cela était déjà arrivé. »

Oui, il y a des années, un projet que j’avais reçu en flash, mais je n’avais pas les moyens de le réaliser. Quelques temps après, j’ai vu qu’une société l’avait fait, avec succès.

Là c’est pareil, le projet est sympa mais pas pour moi, il ne me ressemble pas et je me heurte au fait que je ne me retrouve pas dedans.

« Ce n’est pas grave. C’est comme quand tu as découvert que tu étais médium, tu faisais des rêves prémonitoires. Pour attirer ton attention. »

Lol !

« Cette idée sur laquelle tu te renseignes te parle n’est-ce pas ? »

Oui, d’où le côté apaisant. C’est comme un « enfin! ». Tu comprends ?

« Bon, alors prends ton temps. Ce qui est pour toi est pour toi. »

Merci Ahiriel.

Bonne journée à tous ;)

Le Danemark

Le Danemark 17082701413717181815242034

Bonjour à tous,

Comme promis nous embarquons dès cette semaine à bord du MSC FANTASIA et prenons la direction de la première escale, le Danemark.

Je n’ai pas été enchantée par Copenhague, je ne suis pas tombée sous le charme. En-dehors du quartier du canal et ses maisons aux façades colorées, j’ai trouvé globalement que la ville avait un côté froid et austère, malgré sa très belle architecture.

D’autres ont pensé comme moi et nous sommes donc nombreux à avoir placé cette ville en queue de notre classement personnel. On me dit que c’était dimanche, qu’il faudrait revenir en semaine pour voir des Danois et non pas que des touristes. Peut-être.

Néanmoins je pense que si je retournais au Danemark, ce serait pour explorer la campagne autour de la ville. Et même voir d’autres villes.  

A l’occasion de cette escale nous avons visité le palais de Christianborg dans le cadre d’une excursion. Il s’agit de la résidence officielle de la reine, qui réside en fait au palais de Rosenborg, également situé à Copenhague.

Christianborg est le lieu où elle reçoit les chefs d’État étrangers. 

Le palais est magnifique, je vous en montrerai des photos la semaine prochaine.

En réalité nous avons embarqué à Kiel, « non loin » de Hambourg en Allemagne. Il pleuvait des cordes et il a plu toute la journée. Je n’ai aucune photo de ce jour à vous montrer. J’ai visité le bateau, je me suis promenée et j’ai assisté au spectacle du jour avant de défaire courageusement ma valise (j’ai horreur de ça parce que je pense toujours au moment où il faudra ranger).

Ce bateau est le plus grand sur lequel j’ai séjourné à ce jour. Il est beau, spacieux, les chambres sont grandes et belles et cela m’a rassurée de voir cela car nous devions quand même passer deux jours en mer.

En général je fuis quand il y a des jours en mer mais avec l’expérience, je réalise qu’ils sont bienvenus et qu’ils permettent de se poser entre deux courses à quai. 

Quand on débarque on a envie de voir, de profiter, on voudrait aller partout et on remonte sur le bateau avec des kilomètres dans les jambes parfois. En plus il faut se lever tôt si on a pris des excursions ou si on veut profiter de la navette (payante) du bateau pour aller explorer par soi-même.

Le shopping reste l’activité préférée d’une majorité de monde, suivie par l’exploration de la ville puis la découverte des musées. 

Comme je l’ai dit, nous avons débarqué au Danemark un dimanche. Certaines personnes étaient déçues de n’avoir pu faire les magasins.

Moi c’est l’ambiance générale qui m’a laissée de marbre, je reste peu convaincue par le fait que j’aurais trouvé la ville plus attrayante un lundi. Mais qui sait… 

En outre vous allez rire mais j’ai également été sensible à la lumière naturelle de cette région du monde. Elle est nettement moins « brillante » que chez moi. Mais j’habite la Caraïbe. Ce n’est pas un scoop et pourtant cela surprend. 

Même quand il faisait beau il me manquait du soleil, je ne sais pas si vous comprenez.

Et surtout, j’ai eu le sentiment au Danemark que je n’avais jamais vécu là. Dans aucune autre vie. Alors qu’en Thaïlande je me suis rappelée qu’il y avait longtemps que je n’avais pas vécu en Asie.

C’est drôle non ? 

Pour autant, cette escale était sympa, comme toutes les autres. La guide était super et nous a fait partager son amour de la culture danoise. Elle prenait plaisir à nous faire visiter le palais de Christianborg et nous à nous parler de la famille régnante.

Elle nous a notamment parlé du mari Français de la reine qui est très contrarié de n’avoir jamais été couronné roi.

Elle nous a emmené à Rosenborg également et nous a indiqué dans quelle aile vivait la reine et où vivait le prince héritier avec sa famille. Ceux qui le voulaient ont assisté à la relève de la Garde.

Il fallait attendre midi précise, il y avait foule, il ne faisait pas si chaud, laissez-moi vous dire que je ne suis pas restée gentiment sur place à attendre.

Je me suis promenée, comme à mon habitude.

Du moment que je suis avec mon appareil, je suis toujours bien.

Bonne journée à tous ;)

Trouver la solution

Trouver la solution 17082712041517181815241503

Bonjour à tous,

« Il arrive que surgisse un problème qui tel l’iceberg se révèle immense et qui s’enfonce dans vos profondeurs. Il arrive qu’au départ vous ne voyiez que la partie visible de cet iceberg . En fait, il arrive même que tel le Titanic vous n’ayez pris conscience du problème qu’à l’instant douloureux où vous avez heurté l’amas de glace aux vastes contours.

Vous coulez. Du moins, le navire sur lequel vous pensiez naviguer en toute tranquillité. Or s’il y a iceberg, c’est que vous n’étiez pas ou plus dans les mers chaudes et accueillantes du sud. Et vous ne vous en étiez pas aperçu ou alors, aviez minoré l’incidence que cela pourrait avoir  sur votre douce croisière.

Vous voilà donc presque à l’eau, deux options s’offrant à vous. Couler avec le navire ou vous précipiter vers un canot de sauvetage.

Il s’agit vraiment d’un choix et il est moins évident qu’il n’y parait. Que faire une fois à quai si vous choisissez le canot ? Que faire sachant que le navire représentait la vie que vous pensiez avoir choisi ?

Nul ne vous attend à quai. Rien non plus. Tout sera à faire, à construire.

Par quoi voulez-vous commencer  ? Le savez-vous ? Le saurez-vous un jour ?

Vous n’avez aucun moyen de le savoir au moment où vous posez pieds à terre. Et rien ne dit à ce stade que vous trouverez votre réponse, votre solution.

Parle-moi de ce que tu ressentais il y a encore trois jours à l’idée de reprendre le travail. », me demande Astaroth.

Je me sentais mal. C’était comme si d’un coup toute la colère que j’ai ressenti il y a quelques semaines était remontée. Et je ne savais toujours pas quoi faire avec. 

« Et pourquoi cette colère ? »

L’impression, due à des éléments objectifs, que la situation dans laquelle je me trouve actuellement n’allait pas énormément évoluée à court ou moyen terme alors que je vois que je me lève chaque jour etc…

« Des éléments objectifs en effet. Nous te l’aurions dit s’il s’agissait d’un problème d’orgueil. »

J’aurais préféré qu’il s’agisse d’un problème d’orgueil. Vraiment.

« Nous t’avons conseillé de te servir de cette colère pour opérer une remise en question afin que tu puisses repérer d’autres portes, peut-être plus intéressantes, à ouvrir. »

J’ai entendu votre conseil.  C’est difficile de faire un tel travail sur soi tout en ressentant une telle colère. Il a fallu que j’arrive à me calmer. Et je vous remercie pour les rêves que vous m’avez envoyés parce que j’aurais galéré un moment.

Je ne vais pas faire comme si j’avais été fâchée deux jours mais que grâce à mon immense sagesse, pouf, en cinq minutes tout était résolu.

Ce n’est pas ce qui s’est passé. Ces rêves m’ont bien aidé. La plage aussi lol. 

« Et le désir de ne pas rester dans cet état, surtout. Nous ne t’aurions pas aidé si tu avais choisi de couler. Nous t’aurions laissé toucher le fond et trouver en toi le désir de remonter à la surface. Alors seulement, nous t’aurions aidé à te souvenir que tu disposais de la force nécessaire pour nager vers le soleil.

Et tu aurais nagé seule. »

Ca fait longtemps que j’ai intégré, si tu quittes une situation quelle qu’elle soit fais en sorte que ce soit avec un mental qui te permettra d’aller de l’avant.

Ca fait longtemps que j’ai compris que si on part, il faut se sentir prêt à aller vers autre chose. Sinon c’est que ce n’est pas le bon moment. Comment se retourner avec la colère au cœur ou en pensant je suis nulle ?    

La colère peut booster mais c’est un frein également, on ne regarde que d’un côté. Il faut pouvoir développer une vue large quand on cherche une solution. Donc il faut se calmer à un moment ou un autre.

Je croyais que je m’étais calmée.

« Tu devais aller au bout du processus, on ne s’arrête pas au milieu. Te voilà à quai. Soit. Mais tu n’as pas de toit, rien à manger, tu ne connais personne.

Tu ne peux pas rester là. C’est nous qui avons fait remonter cette colère alors que tu étais encore en vacances. C’était mieux que de la laisser réapparaitre lundi matin.

La bonne nouvelle est que le monde est plus vaste que l’iceberg. Sylvie qui préfère la photo au tissage. »

Je déteste. C’est énervant je trouve, il faut faire attention à la façon dont on passe la laine, ça me saoule. Heureusement que maman aime bien, elle dit que ça lui rappelle la couture et le crochet.

Je lui ai tout donné. Elle était contente.

« Tant mieux, rien n’est perdu ainsi. »

Rien n’est jamais perdu. Je le comprends aussi. Je sais pourquoi j’étais en colère. Contre moi et non pas contre d’autres en fait. Il faut faire des choses qu’on aime.

« Ce qui compte quand vous savez qui vous êtes, c’est d’en tenir compte. D’où les icebergs. Tu comprends aussi ? » 

Oui.

« Il y a au moins une nouvelle porte devant toi. La vie professionnelle peut être vaste, elle n’est pas obligée d’être linéaire ou étriquée. »

J’entends bien.

« Quelle que soit la direction qui vous intéresse, il suffit d’oser. Oser au moins faire des recherches, se renseigner, voir dans quelle mesure certaines choses seraient possibles.

Quand soudain la possibilité d’un projet à concrétiser ramène le calme en toi, c’est que la solution n’est plus très loin. »

Merci Astaroth.

Bonne journée à tous ;)  

La passion qui nourrit

La passion qui nourrit  17082511233717181815240033

Bonjour à tous,

« La vie est pleine de surprises pour ceux qui ont envie d’être surpris. Elle n’est que labeur pour les autres. Tu as compris la différence entre vivre et survivre, n’est-ce pas ?

Cela n’est pas du domaine de l’inné. C’est un long travail ou une expérience douloureuse souvent qui vous amène à basculer de la survie à la vie. La transition peut être complexe, vous laisser dans un certain flou mais, vous allez généralement au bout de ce processus intérieur.

Vivre ce n’est pas avoir suffisamment d’argent pour faire ce que l’on veut à l’instant où on le veut. C’est profiter de chaque rayon de soleil et boire un bon chocolat chaud lorsqu’il pleut.

Car il pleut toujours et il pleuvra toujours.

Vous commencez à vivre lorsque vous vous calez sur votre propre rythme et que soudain, c’est le monde qui tourne autour de vous.

Dur ? Non. Tout est affaire de choix et c’est la première chose à comprendre et accepter.

Sylvie qui adore la plage mais qui ne pourrait pas enchainer les plans plage chaque weekend.

La vie est plus simple dans le calme et plus agréable dans la douceur partagée ou non. Pour toi. Et tu n’as pas de mal à concevoir que pour d’autres le bonheur se trouve ailleurs.

Nous pouvons te le dire il n’est pas caché dans les plans plage. Il n’est jamais caché dans l’ivresse, quelle que soit la forme qu’elle prenne. Mais il peut vous attendre dans les réunions de personnes partageant des intérêts communs.  

Il peut être niché dans la stimulation constante de votre intellect, de votre créativité.

Il ne devrait pas ne dépendre que d’un tiers. Ce n’est pas le bonheur car le bonheur c’est la suffisance.

En revanche, vous le trouvez sans mal dans la rare complétude. Bien que vous y croyiez souvent.

La complétude justement, sais-tu ce que c’est ? Sauras-tu un jour ? Souhaites-tu le savoir ?

Verras-tu le miroir déformant ou sauras-tu la reconnaitre là où elle se présentera vraiment ?

Il arrive que vous ne trouviez que le miroir déformant. Et que vous agissiez comme si cela vous suffisait.

Sylvie pour qui l’intimité suppose une entente profonde et véritable.

La survie est ce qui est le plus vite accessible au jeune adulte. Vivre s’apprend.

Et cela peut prendre du temps.

Vous aimez agir comme si vous n’en aviez pas ou peu.

Où s’enfuient donc vos journées ? Qu’en faites-vous ?

Et vos nuits, vous fuient-elles aussi ?

Le temps est l’ami de celui qui sait vivre.

Tu obtiendras tout ce que tu voudras. Sylvie qui veut faire le tour du monde en plusieurs petits voyages.

Pour prendre des tas de photos. Et de courtes vidéos.

L’essentiel semble être ailleurs, loin de là où il se trouvait pour toi, toutes ces dernières années.

Le changement nait à l’intérieur.

Tu es davantage intéressée par des expériences que par l’acquisition de ceci ou cela.

Et tu comprends l’importance de l’instant. Qui se savoure.

Ce qui arrive arrive. Dans le pire des cas, on se pose, on boit son chocolat chaud puis on repart, au combat, au champ ou à la plage.

Tu as choisi le champ pour l’heure apparemment. Le tissage, le macramé et peut-être la vannerie ? Tu peux toujours t’inscrire, si cela ne te plait pas, tu arrêteras.

Vivre et non pas survivre. Ce n’est pas parce que tu as payé que tu dois te forcer. Tu n’as plus 8 ans. Et rien à prouver.

C’est le plus dur à comprendre souvent pour vous, vous n’avez ni compte à rendre ni rien à prouver.

Faites ce qui vous rend heureux, cela tu l’as intégré. 

Sylvie qui prend des photos pour son seul plaisir, par passion.

Tu aimes alimenter cette flamme, la passion.

La passion qui nourrit. Via les images, via les mots.

La passion qui pousse vers la vie.

Déjà lassée des blogs de mode sponsorisés ? Ce n’est pas grave, il te reste le tien.

Qui peut ressembler à tout ce que tu veux et juste ce que tu veux.

Crie, avec ton cœur car c’est dans la joie qu’il s’exprime. 

La vie par la passion, pourquoi pas. La passion qui nourrit dans ton cas.

Il y en a d’autres. D’autres raisons de choisir la vie.

Et toutes sont évidemment valables. »

Merci Ammiriah.

Bonne journée à tous ;)

Pas de préjudice, pas de raison de s’attarder

Pas de préjudice, pas de raison de s'attarder  17082409022317181815237911

Bonjour à tous,

« Alors, il n’y a plus de drame ? », me demande Sammael.

Je suis arrivée entière, avec tous mes bagages et ce retard ne m’a pas causé de préjudice concret. Je sais bien qu’il est inutile de voir une mésaventure prendre autant de place. Mais j’étais bien fâchée.

« Vous étiez tous fâchés. L’avion décolle avec une heure et demie de retard mais ne se rend pas à Paris. On vous a débarqué à Pointe A Pitre au milieu de la nuit pour finalement vous annoncé que le vol était reporté.

Et surtout, il n’y avait pas de chambre d’hôtels pour tout le monde. Nous comprenons que tu aies été contrariée, comme toutes les personnes présentes. »

Il y a des gens qui étaient si fatigués qu’ils ont dormi par terre, à même le sol sur le carrelage de l’aéroport.

La loi dit que la compagnie aurait dû nous payer l’hôtel à tous. Je n’ai jamais pu fermer l’œil sur ces sièges en métal. 

« Prends l’argent du dédommagement et passe à autre chose. Réserve un weekend à Sainte-Lucie avec. Que t’apportera le fait de repenser à cette histoire ?

Au moins tu n’es pas cette femme qui se rendait à l’enterrement de son enfant et qui en raison de ce retard l’a manqué.

Tu n’es pas cette mère de famille qui a dû racheter des billets de train pour ses enfants et elle car ils avaient manqué leur train.

Tu n’es pas toutes ces personnes qui ont manqué leur correspondance et qui ne pourront pas toutes être indemnisées vu les circonstances.

Alors oui, vous avez été très nombreux à vous sentir injustement traités puisque seuls les passagers de 1ère classe et les familles avec enfants ont pu dormir à l’hôtel.

Mais regarde ta situation avec objectivité. Vous aviez eu la bonne idée de programmer ce vol deux jours avant le départ de la croisière. Malgré ce retard important, tu n’as pas subi de préjudice plus grand que cette nuit passée dans de mauvaises conditions.

Va à Sainte-Lucie avec ton dédommagement, au mois de novembre. Profite du jour férié. Réserve une chambre dans un bel hôtel et amuse-toi tranquillement.

Un jour tu riras de cette histoire. Car ce n’était qu’un épisode de ta vie, un court épisode qui est déjà derrière toi et dont les conséquences sont finalement inexistantes pour toi.

Apprends à remettre les choses en perspective et à prendre du recul.

La croisière s’est bien passée, tu désirais n’acheter qu’une seule chose, de l’ambre et tu as pu le faire.

Tu voyageras encore et tu auras d’autres galères. Inutile de rester dessus. Surtout lorsque le reste du voyage était un tel enchantement. Tu as aimé cette croisière, n’est-ce pas ? »

Oui. C’était vraiment sympa. Et je ne connaissais que l’Allemagne, pas les autres pays. Ce fut une belle expérience que de découvrir cette région.

Je retournerai à Stockholm. Je suis tombée sous le charme de cette ville. Mais tu veux savoir ce qui m’ennuie vraiment ?

« Rien que tu puisses changer ou modifier. C’est pour cette raison qu’il peut être salvateur de remettre les choses en perspective. 

Tu ne changeras pas le monde ou en tout cas pas ce monde-là. Alors tu as le choix, ou tu restes contrariée ou tu réalises que des épisodes de galère courts et sans conséquence ne valent pas la peine que tu déploies ton énergie. 

Tu as écrit à la compagnie d’ores et déjà, tu as fait ce que tu avais à faire. Regarde devant car tu ne peux pas changer les lois. 

Utilise le dédommagement pour t’offrir un weekend quelque part. Et remplace un souvenir insignifiant par de jolies couleurs.

C’est ce qu’il y a de mieux à faire. Ne prends pas la direction du plus jamais, c’est une honte, un scandale…

La paix ne se trouve pas sur cette route-là.

Pas de préjudice qui perdure dans le temps, pas de raison de s’attarder. »

Merci à toi.

Bonne journée à tous ;)  

Beau à l’intérieur

Beau à l'intérieur dans Amour physique 17082311183217181815236377

Bonjour à tous,

« Toujours sous le coup du décalage horaire ? », me demande Elémiah.

Oui. Je pense que cela va durer quelques jours, comme d’habitude.

« Alors va faire une sieste et nous écrirons ensemble la suite de cet article plus tard. »

Bonne idée.

« Tu n’as pas pu dormir ? »

En fait non, mais ça m’a reposé de m’allonger un peu.

« Tu tousses. »

J’ai dû prendre un chaud-froid. Et mes allergies sont de retour. Mais ça va aller. C’est pour tout ça que je ne reprends plus tout de suite.

J’ai quelques jours pour me remettre du voyage. 

« Et l’envie de te remettre ? »

Qu’est-ce que tu veux dire ?

« Tu sais ce que je veux dire. Il faut qu’il y ait en permanence une vue nette et dégagée vers un soleil radieux pour que l’envie d’être et de vivre ne vous quitte pas.

Cette vue, est-elle là, devant toi ? S’offre-t-elle à toi ? »

C’est un peu brumeux par endroits…

« Il est temps de prendre des cours de chant alors. Il existe maintes manières de chanter. Chanter c’est s’exprimer. Pour que la brume disparaisse, il te faut apprendre à chanter haut et clair, d’une voix assurée qui laissera entendre toutes ses riches nuances.

Tu as aimé réaliser de petites vidéos de la mer sur le bateau ? »

Oui, c’est agréable de les regarder car c’est comme si j’étais de nouveau sur le balcon de ma cabine.

« Pourquoi voulais-tu essayer le tissage ? »

A cause de ces réalisations que je trouvais magnifique dans un magazine. Et plein d’idées me sont venues en tête. 

« Et ensuite tu as reculé. »

Oui, parce que soyons objectifs, il faut une technique que je n’ai pas pour réaliser certaines de ces idées qui me sont venues.

« Comment s’acquiert la technique ? »

Par le travail.

« N’as-tu pas deux mains valides ? »

Si…

« Et un métier à tisser parfait pour t’entrainer ? »

Je  l’ai acheté parce que le livre de méthodologie n’était pas vendu sans. Et tu sais que j’aime bien regarder ce genre de livre avant d’essayer l’activité…

« N’as-tu pas deux mains valides ? »

Si.

« Et un métier à tisser parfait pour t’entrainer ? »

Lol ! J’ai entendu. Je vais essayer. Il parait que ça détend, ce sera parfait. Je voulais m’inscrire à des cours de batterie. Je plaisante.

« Il est parfois intimidant de se lancer dans une nouvelle activité. Mais le chant du cœur suppose un engagement profond et sincère.

Et puis tu fais parti des adultes dont le potentiel intellectuel a besoin d’être canalisé. L’art, c’est une bonne manière d’y parvenir.

Tant que tu n’auras pas trouvé l’activité te permettant de canaliser ce potentiel intellectuel titillé par ta très grande inspiration spirituelle, tu ne trouveras que de l’ennui dans ce qui vous est normal comme fonder un foyer. Parce que dans ton cœur tu sais déjà, depuis longtemps, que ce n’est pas ce qui te remplira.

Élever des enfants non plus ne sera pas une source d’épanouissement pour toi dans de telles conditions et tu l’as compris également.

Tu vivras le foyer comme un cadre rigide et les enfants comme une contrainte supplémentaire te maintenant à ce cadre.

Souviens-toi il y a quelques années, nous parlions du mariage et de ce qu’il t’évoquait et tu répondais, prison, prison, prison.

En fait c’est le couple qui t’apparait comme une prison. Ne va pas t’imaginer qu’il y a quelque chose qui cloche chez toi, ce n’est pas le cas.

Le vrai problème s’il faut parler ainsi est plutôt lié à ton potentiel intellectuel et à ta très grande facilité à trouver l’inspiration. Il n’y a aucun homme qui  saura combler les attentes que tu as en matière de réalisation.

Au mieux, tu trouveras un partenaire qui saura te stimuler. Mais avec ta personnalité, il y a peu de chance que tu tombes amoureuse d’un homme n’ayant pas un caractère fort et une tendance à aimer diriger.

Quelqu’un qui sache gérer sa vie. Or il s’agit du type d’homme qui aime prendre les choses en main et tu ne supportes pas que l’on te dise comment tu dois faire ce que tu as envie de faire.

Tu sais quelle photo tu as envie de prendre, quel angle tu veux choisir, comment tu veux gérer ce blog. Par exemple.

L’exigence sévère qui accompagne un potentiel et une inspiration tels que les tiens expliquent cette rigidité et cette volonté, c’est le mot, de manifester dans la matière ce qui te vient en tête. Même si au final tu laisses toujours l’inspiration te porter.

Parlons peu et bien, la paix dans ton cœur se trouve sur une route qu’il reste à construire. Comme toutes les personnes qui sont dans le même cas que toi et il y a en quelques une qui te lisent.

Apprends à chanter. Essaye le tissage, tu n’as rien à perdre. Peut-être que tu découvriras que tu aimes t’exprimer au travers  un métier à tisser, comme c’est déjà le cas au travers la photo.

Mais la photo ne te suffit pas, il manque une dimension, c’est ce que tu ressens. Et l’écriture c’est pareil, il manque une dimension. 

Tu n’aimes pas dessiner de manière académique, peindre non plus et tu vois davantage ces deux activités comme des occasions de te détendre. Tu ne t’exprimes pas au travers elles.

Je ne te propose pas de prendre de vrais cours de chant car tu serais frustrée assez rapidement de devoir chanter les chansons des autres. Et tu ne sais pas composer de musique.

Nous t’aurions encouragé à apprendre seulement tu détestes prendre et suivre des cours. C’est ennuyeux, il faut faire ce que l’on te dit, toi tu es une artiste dans ta tête, tu veux juste t’exprimer.

Eh bien, étudiante tu étais capable d’apprendre seule devant les livres. Tu n’as pas perdu cela ? Débrouille-toi donc maintenant avec le livre de méthodologie et le métier à tisser. »

Je  me demande si ce n’est pas au crochet que je pourrai réaliser ce que j’ai en tête ?

« Si le tissage ne te convaincs pas, tu apprendras le crochet. »

Je voulais reprendre des cours de piano, peut-être que cette fois je serai appliquée sur une plus longue période ? Non ?

« Tu n’es jamais appliquée sur une très longue période. Tu t’ennuies, ton inspiration te donne mille idées, les professeurs ne t’encouragent pas à les réaliser.

Tu as besoin d’une activité que tu puisses faire entièrement seule. Cela t’apaisera, tu sais en quel sens je dis cela. La clarté apparaitra dans ton cœur et dans ta tête et si tu rencontres quelqu’un à ce moment-là, l’histoire se passera forcément bien.  

Celui qui sait qui il est reconnait ce qui lui convient. »

Je vais essayer.  Ce blog m’a aidé à canaliser une partie de cette inspiration tu sais. Mais ça ne suffit pas et je sais que je souffre de me sentir limitée dans mes moyens de déploiement.

C’est comme si j’avais un troisième bras qui restait là comme un membre mort.

J’ai essayé d’en faire quelque chose. J’ai vraiment essayer. Je ne trouve pas cette activité qui me permettra de m’investir intellectuellement tout en suivant mon inspiration et pourtant je sens que c’est ce qu’il manque à ma vie. Plus qu’un amoureux.

« Tu n’en parles jamais. »

A qui ? Pour tout le monde autour de moi c’est le sentimental qui prime sur le reste. Mais ce n’est pas ce que moi je ressens. Ce que moi je ressens c’est que j’ai avant tout besoin d’être pleinement moi-même.

« Et la partie incomplète ? »

La quoi ? C’est quoi la partie incomplète ?

« Quand il manque quelqu’un pour que tu aies chaud à l’intérieur et que tu puisses avancer sereinement sur le plan matériel, faire des projets, réaliser des choses… »

Non, moi c’est pas dans ce sens-là, c’est l’inverse. Moi j’ai déjà chaud à l’intérieur. Je ne cherche pas à combler une partie incomplète. Je cherche à exprimer le complet justement !

Pour que le beau à l’intérieur se reflète à l’extérieur. C’est pour ça que j’aime les photos de paysage et de personnes qui se sentent bien. J’aime moins photographier ceux qui ne s’aiment pas vraiment.

« Le beau à l’intérieur apparait souvent quand vous êtes amoureux justement. »

Tu rappelles ça pour les lecteurs ?

« Oui. Pas pour toi. Tu connais ce beau en effet. Il sera encore plus beau. »

Oui, il peut rayonner, je sais ! Je veux le voir rayonner à l’intérieur et extérioriser ce rayonnement. Et tu vois c’est chiant, parce que c’est ça que j’ai dans la tête ! Et la certitude que je peux le faire. Et je ne sais pas comment !!!

« Pause. Si je te disais qu’il y a quelqu’un qui a besoin de toi pour sentir ce beau à l’intérieur ? Et que finalement, le fait que toi tu en aies moins besoin ne change rien à cette réalité ?

Et qu’en fait, dans le beau tout peut se rejoindre ? »

Je ne comprends rien.

« C’est vrai, tu ne risques pas de comprendre. Il faut savoir ce que c’est que le vide du désert de l’amour véritable pour cela. »

Ce que tu décris n’a pas l’air fameux…

Quelqu’un vit ça ?

« Avec Lauviah qui t’a rappelé son amour pour toi maintes fois, il est évident que ce n’est pas ton cas. Tes parents étaient contents de vous revoir ton frère et toi ? »

Oui.

« Comme toujours.

Essaye le métier à tisser. Pour le plaisir. Tu apprécies le coloriage finalement, ce n’était pas le cas quand tu étais enfant. Les gens évoluent, les goûts se découvrent.

Ton neveu était très content de te voir. Et triste de te quitter. »

Lol, il est adorable…

« Souvent vous faites des enfants parce que vous voulez manifester beau à l’intérieur, à l’extérieur. 

Comme une fleur qui se fane, quand la relation ne dure pas, le beau s’efface et vous laisse au milieu du vide froid et dur. C’est pour cette raison que vous n’aimez pas rompre avant d’avoir trouvé quelqu’un d’autre.

Tu as déjà vu froid et dur. Avec un manteau sur les épaules et un soleil devant toi. La force de ceux qui ont la foi, le soleil ne les quitte pas.

Et puis il y a ce cas de figure bien connu de nombre de tes lecteurs. Le soleil de la foi est là, vous le savez. Mais l’atmosphère est lourde, comme les nuages qui ne quittent pas cette partie de votre cœur qui ne se laisse atteindre par aucun rayon apaisant.

Le manque, qui s’exprime par la faim du cœur.  Une relation, deux relations, trois relations…

Il reste éternellement une partie qui demeure vide et exprime ce manque, cette faim terrible. Et aucun moyen de la combler. »

Je n’aime pas ce que tu décris.

« Non ? »

Non.

« Cela ne te rappelle pas ce que tu vis sur le plan intellectuel ? Chez toi la partie à combler ce trouve simplement dans une autre zone du cœur, c’est tout.

Et comme ça tes lecteurs peuvent comprendre ce que tu ressens et qu’ils ne vivent pas. Et toi tu peux comprendre ce que vivent certains d’entre eux, qui n’est pas si différent de toi.

Essaye le métier à tisser. Peut-être une révélation ? »

Lol, on verra, merci Elémiah.

Bonne journée à tous ;)

En un jour

En un jour dans Anges 17080910340417181815210336

« Et un jour, une page se tourne,

Et un jour, de nouvelles lignes, de nouvelles phrases,

En un jour, tout est remis en compte,

C’est cela aussi la vie,

Les certitudes sont faites pour évoluer. »

Ammiriah pour Sylvie.

Hasard du calendrier

Hasard du calendrier 17080901233917181815209541

Bonjour à tous,

Ironiquement, c’est le jour de mon départ que j’écris cet article, qui paraitra le jour où je rentrerai à la maison.

Je suis contente d’avoir pu faire tout ce que je souhaitais ou presque avant de partir. Quand l’impossible  a été tenté, on part le cœur plus léger lol.

Encore que, je pense que la façon dont on aborde les obligations, les choses que l’on désire faire et ce qui serait bien quand même influe beaucoup sur la satisfaction que l’on peut éprouver en cours de route ou même à la fin.

Je préfère quand tout ce passe comme j’avais prévu mais force est de constater que ce n’est pas toujours si simple. Et ce n’est pas si mal.

Je n’ai pas pu ici trouver une nouvelle veste. Or, je redoute un peu les nuits fraiches sur le bateau, quand je voudrais traverser le pont 14 ou 15 pour me rendre d’un point à l’autre.

Même dans la Caraïbe, la nuit en mer, il ne fait pas une chaleur torride ! Je me dis que je trouverai en route.

Sûrement. Ne serait-ce que sur le bateau, il est possible de faire des tonnes de shopping.

Ceci dit, j’ai décidé que je serai raisonnable. Je fais exprès d’écrire ça. On verra si je souris au moment où je me relirai…

Vous savez j’essaie d’être raisonnable en voyage. Ce sont mes yeux qui s’attardent sans cesse au mauvais endroit et avec mon cœur de shoppeuse qui est un cœur d’artichaut…

On a eu des discussions déjà mais je ne vois pas beaucoup d’évolution dans son comportement, il continue de s’emballer à la vitesse de la lumière. Je crois que c’est toute ma vie que je vais devoir composer avec ses caprices.

Je n’ai plus qu’à gagner au loto ! Il faudrait que je commence à jouer.

Bonne journée à tous ;)

1234

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause