Archive pour 27 août, 2017

Trouver la solution

Trouver la solution 17082712041517181815241503

Bonjour à tous,

« Il arrive que surgisse un problème qui tel l’iceberg se révèle immense et qui s’enfonce dans vos profondeurs. Il arrive qu’au départ vous ne voyiez que la partie visible de cet iceberg . En fait, il arrive même que tel le Titanic vous n’ayez pris conscience du problème qu’à l’instant douloureux où vous avez heurté l’amas de glace aux vastes contours.

Vous coulez. Du moins, le navire sur lequel vous pensiez naviguer en toute tranquillité. Or s’il y a iceberg, c’est que vous n’étiez pas ou plus dans les mers chaudes et accueillantes du sud. Et vous ne vous en étiez pas aperçu ou alors, aviez minoré l’incidence que cela pourrait avoir  sur votre douce croisière.

Vous voilà donc presque à l’eau, deux options s’offrant à vous. Couler avec le navire ou vous précipiter vers un canot de sauvetage.

Il s’agit vraiment d’un choix et il est moins évident qu’il n’y parait. Que faire une fois à quai si vous choisissez le canot ? Que faire sachant que le navire représentait la vie que vous pensiez avoir choisi ?

Nul ne vous attend à quai. Rien non plus. Tout sera à faire, à construire.

Par quoi voulez-vous commencer  ? Le savez-vous ? Le saurez-vous un jour ?

Vous n’avez aucun moyen de le savoir au moment où vous posez pieds à terre. Et rien ne dit à ce stade que vous trouverez votre réponse, votre solution.

Parle-moi de ce que tu ressentais il y a encore trois jours à l’idée de reprendre le travail. », me demande Astaroth.

Je me sentais mal. C’était comme si d’un coup toute la colère que j’ai ressenti il y a quelques semaines était remontée. Et je ne savais toujours pas quoi faire avec. 

« Et pourquoi cette colère ? »

L’impression, due à des éléments objectifs, que la situation dans laquelle je me trouve actuellement n’allait pas énormément évoluée à court ou moyen terme alors que je vois que je me lève chaque jour etc…

« Des éléments objectifs en effet. Nous te l’aurions dit s’il s’agissait d’un problème d’orgueil. »

J’aurais préféré qu’il s’agisse d’un problème d’orgueil. Vraiment.

« Nous t’avons conseillé de te servir de cette colère pour opérer une remise en question afin que tu puisses repérer d’autres portes, peut-être plus intéressantes, à ouvrir. »

J’ai entendu votre conseil.  C’est difficile de faire un tel travail sur soi tout en ressentant une telle colère. Il a fallu que j’arrive à me calmer. Et je vous remercie pour les rêves que vous m’avez envoyés parce que j’aurais galéré un moment.

Je ne vais pas faire comme si j’avais été fâchée deux jours mais que grâce à mon immense sagesse, pouf, en cinq minutes tout était résolu.

Ce n’est pas ce qui s’est passé. Ces rêves m’ont bien aidé. La plage aussi lol. 

« Et le désir de ne pas rester dans cet état, surtout. Nous ne t’aurions pas aidé si tu avais choisi de couler. Nous t’aurions laissé toucher le fond et trouver en toi le désir de remonter à la surface. Alors seulement, nous t’aurions aidé à te souvenir que tu disposais de la force nécessaire pour nager vers le soleil.

Et tu aurais nagé seule. »

Ca fait longtemps que j’ai intégré, si tu quittes une situation quelle qu’elle soit fais en sorte que ce soit avec un mental qui te permettra d’aller de l’avant.

Ca fait longtemps que j’ai compris que si on part, il faut se sentir prêt à aller vers autre chose. Sinon c’est que ce n’est pas le bon moment. Comment se retourner avec la colère au cœur ou en pensant je suis nulle ?    

La colère peut booster mais c’est un frein également, on ne regarde que d’un côté. Il faut pouvoir développer une vue large quand on cherche une solution. Donc il faut se calmer à un moment ou un autre.

Je croyais que je m’étais calmée.

« Tu devais aller au bout du processus, on ne s’arrête pas au milieu. Te voilà à quai. Soit. Mais tu n’as pas de toit, rien à manger, tu ne connais personne.

Tu ne peux pas rester là. C’est nous qui avons fait remonter cette colère alors que tu étais encore en vacances. C’était mieux que de la laisser réapparaitre lundi matin.

La bonne nouvelle est que le monde est plus vaste que l’iceberg. Sylvie qui préfère la photo au tissage. »

Je déteste. C’est énervant je trouve, il faut faire attention à la façon dont on passe la laine, ça me saoule. Heureusement que maman aime bien, elle dit que ça lui rappelle la couture et le crochet.

Je lui ai tout donné. Elle était contente.

« Tant mieux, rien n’est perdu ainsi. »

Rien n’est jamais perdu. Je le comprends aussi. Je sais pourquoi j’étais en colère. Contre moi et non pas contre d’autres en fait. Il faut faire des choses qu’on aime.

« Ce qui compte quand vous savez qui vous êtes, c’est d’en tenir compte. D’où les icebergs. Tu comprends aussi ? » 

Oui.

« Il y a au moins une nouvelle porte devant toi. La vie professionnelle peut être vaste, elle n’est pas obligée d’être linéaire ou étriquée. »

J’entends bien.

« Quelle que soit la direction qui vous intéresse, il suffit d’oser. Oser au moins faire des recherches, se renseigner, voir dans quelle mesure certaines choses seraient possibles.

Quand soudain la possibilité d’un projet à concrétiser ramène le calme en toi, c’est que la solution n’est plus très loin. »

Merci Astaroth.

Bonne journée à tous ;)  

Messages et apparitions |
Jésus-Christ sauve |
J'aimerais devenir musulmane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SALAFYA
| Le Blog de la Médit'
| For This Cause